Navigation – Plan du site
Regards croisés

Amitié en ligne : aperçu de la recherche

Mareike Schroeter et Rolf Kailuweit

Résumés

Le présent article est basé sur un aperçu de la recherche concernant l’entretien de l’amitié à l’ère de la communication numérique. Nous montrons que les approches anthropologiques émergées en France et en Allemagne proposent une nouvelle conception de la recherche pour analyser les interactions entre l’homme et la machine et l’impact sur l’autogestion sociale. Facebook, le cadre sociotechnique le plus important dans lequel se développe l’amitié en ligne, offre aux utilisateurs une variété d’opportunités techniques innovantes pour entretenir leurs relations amicales. En raison de la popularité mondiale de Facebook, la question se pose de savoir si ce réseau socionumérique a changé la notion d’amitié. En nous appuyant sur des études en français, allemand et anglais, nous avons pu constater que l’utilisation de Facebook modifie le concept d’amitié sans le changer radicalement, même si l’utilisation chez les jeunes est liée à certaines contraintes voire problèmes. Le concept d’amitié est influencé par les pratiques numériques conduisant à une « dissolution » des limites temporelles, spatiales et sociales. Enfin, nous présentons trois études empiriques qui considèrent l’aspect transculturel ; celles-ci montrent que l’utilisation des différentes fonctionnalités de Facebook reflète également quelques différences culturelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Internet a considérablement changé la vie sociale dans le monde entier : L’usage des médias numériques est de plus en plus dominant dans beaucoup de domaines tels que le travail, le loisir, le jeu et le divertissement et, enfin, les relations amicales que nous entretenons. Depuis le développement du Web 2.0, les offres des médias numériques se diversifient. Les réseaux sociaux tels que Facebook constituent un phénomène important de la vie moderne. Ils entraînent non seulement de nouvelles possibilités d’échange d’informations mais également de nouvelles formes de relations amicales ainsi que différentes manières de les entretenir.

2Avec la diffusion et la popularisation de Facebook à l’échelle mondiale, la question se pose de savoir si cette plateforme a changé la notion d’amitié : La majorité des utilisateurs de Facebook ont plus de 100 amis. Peu de personnes diraient avoir autant d’amis dans la vie hors ligne. Entretenir une amitié en ligne et lors d’une interaction face-à-face sont des processus très différents. L’utilisation du bouton « J’aime » en réponse aux messages n’a, par exemple, pas d’équivalent hors ligne.

3Cet article tentera de donner un aperçu de l’exploration de ces phénomènes, en considérant des travaux en français, allemand et anglais. Le premier chapitre présentera les définitions du concept d’amitié qui ont façonné les sociétés occidentales jusqu’au développement des médias numériques. Dans le deuxième chapitre, nous mettrons l’accent sur l’amitié en ligne. Nous allons tout d’abord introduire des approches anthropologiques à l’analyse du numérique développées en France et en Allemagne. En deuxième lieu, nous nous concentrerons sur le contexte sociotechnique de Facebook. En troisième lieu, nous présenterons des recherches empiriques menées auprès d’utilisateurs Facebook francophones et germanophones. Enfin, nous présenterons quelques études qui prennent en compte l’aspect de la transculturalité peu étudié jusqu’à présent.

Le concept d’amitié dans la tradition de la pensée occidentale

Approches philosophiques

4Le concept d’amitié dans les cultures occidentales remonte à Aristote qui distingue dans son Éthique à Nicomaque l’amitié fondée sur l’utilité ou inspirée par le plaisir de « l’amitié parfaite » (Cadec 2014, 15), c’est-à-dire « celle des hommes vertueux et qui sont semblables en vertu : car ces amis-là se souhaitent pareillement du bien les uns aux autres en tant qu’ils sont bons, et ils sont bons par eux-mêmes […] l’amitié existent chez ces amis au plus haut degré et en la forme la plus excellente » (Aristote, Éthique à Nicomaque (1156b)). Aristote souligne la rareté de ce type d’amitié, car rares sont ceux qui sont capables d’éprouver et d’entretenir un sentiment aussi pur.

5Se fondant sur Bégorre-Bret (2012), Cadec (2014) souligne que le concept aristotélicien de l’amitié s’est répandu en France à la Renaissance. La littérature cite généralement les passages des Essais de Montaigne dans ce contexte. Montaigne y décrit sa relation avec La Boétie et compare cette amitié à une relation d’amitié ordinaire :

[…] ce que nous appelons ordinairement amis et amitiés, ce ne sont qu’accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité, par le moyen de laquelle nos âmes s’entretiennent. En l’amitié de quoi je parle, elles se mêlent et confondent l’une en l’autre, d’un mélange si universel, qu’elles effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes. (Montaigne 1847, chapitre XVII).

  • 1 Oschema (2011, 2) note que, outre Montaigne, d’autres auteurs de la Renaissance ont également propa (...)

6La fusion des âmes postulée par Montaigne dépasse le concept d’amitié d’Aristote fondé sur la vertu, ce qui renforce le lien entre la véritable amitié et la rareté. Il insiste sur une familiarité spirituelle absolue qui n’a même pas de modèle dans les écrits d’Aristote : « les discours mêmes que l’antiquité nous a laissés sur ce sujet me semblent lâches au prix du sentiment que j’en ai » (Montaigne 1847, chapitre XVII). Dans ce qui suit, nous parlerons d’« amitié dyadique » pour désigner un concept d’amitié, tel qu’on le trouve dans Montaigne.1

7Il semble que le motif de la rareté d’une « unité d’âmes » en tant que signe de la véritable amitié ait continué à dominer jusqu’à la fin du xixe siècle. Friedrich Nietzsche est un auteur central de la philosophie continentale qui ajoute une note à ce motif. Dans Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche souligne que l’amitié ne consiste pas principalement à partager les mêmes idées mais à apporter une complémentarité créative : « Je vous enseigne l’ami qui porte en lui un monde achevé, l’écorce du bien, – l’ami créateur qui a toujours un monde achevé à offrir. » (Nietzsche 1903, 86). C’est l’ami qui, comme le dit Nietzsche, se place, en tant que « tierce partie », entre l’individu et son alter ego et, par sa créativité, l’empêche de se perdre dans la confusion et le doute de soi : « Pour le solitaire, l’ami est toujours le troisième : le troisième est le liège qui empêche le colloque des deux autres de s’abîmer dans les profondeurs » (Nietzsche 1903, 77-80). Nietzsche insiste sur le soutien au moment de crise existentielle comme élément central de la vraie amitié, un aspect que nous retrouverons dans les approches sociologiques au xxe siècle.

Approches sociologiques

8Alors que les approches philosophiques revendiquant une validité universelle prennent en compte le sens du concept d’amitié du point de vue de l’individu, les approches sociologiques soulignent les normes et les contraintes sociales auxquelles la vision individuelle du concept d’amitié est soumise (Bidart 1997, 9). Cela implique également que la compréhension et la nature de l’amitié sont soumises au changement de société et peuvent varier transculturellement.

9La sociologue Claire Bidart (1997) tente d’élucider de manière empirique, à travers des entretiens, le cœur de la notion d’amitié dans la société française à la fin du xxe siècle. Dans les définitions, elle reconnait deux éléments centraux : « le scénario du drame » et le concept de confiance concrétisé par un état de franchise et d’honnêteté manifesté par l’ami.

10Le scénario du drame peut être formulé comme l’expérience suivante : dans une grave crise existentielle, un véritable ami est celui qui est toujours à nos côtés. « L’ami, c’est la personne exceptionnelle dans le moment exceptionnel » (Bidart 1991, 38).

11Thalweiser (2018, 12) fait remarquer que le concept d’amitiés dyadiques, qui domine le débat philosophique sur la notion d’amitié depuis l’époque de Montaigne, a été défié dès les années 1930 dans la sociologie germanophone. Theodor von Wiese (1933, 471) souligne en effet qu’avec la fragmentation culturelle croissante et l’augmentation des différences de personne à personne les amitiés dyadiques se font de plus en plus rares. Georg Simmel (1968, 268) s’appuie sur ces considérations avec son concept d’« amitié différenciée ». Contrairement à l’amour, qui chez Simmel n’est axé que sur un seul élément, l’amitié s’appuie sur l’ensemble des personnalités (ibid., 400). Simmel souligne ensuite qu’il devient de plus en plus difficile de connaître entièrement quelqu’un étant donné la différenciation croissante des personnes. Peut-être l’homme moderne a-t-il trop à cacher pour avoir une amitié dans le sens ancien du terme. Selon l’auteur, l’homme moderne est plus enclin à des amitiés différenciées, c’est-à-dire à celles qui n’ont leur territoire que d’un seul côté de la personnalité (ibid., 269). Toutefois, pour Simmel, une amitié différenciée vient du cœur de la personnalité en son entier et peut conduire à la même profondeur d’esprit que l’amitié dyadique indifférenciée (ibid., 402).

12Cadec (2014) et Thalweiser (2018) soulignent qu’aux États-Unis, Mark Granovetter (1973) a développé la théorie des liens forts et faibles qui peuvent être tous deux désignés par le terme anglais friend. Granovetter décrit à cet égard un concept d’amitié plus étendu. Selon cet auteur, les liens forts sont caractérisés par des interactions régulières et un degré élevé de familiarité, accompagnés d’une grande volonté de se dévoiler et d’un échange émotionnel intense. Les liens faibles, en revanche, sont des amitiés dans lesquelles il y a beaucoup moins d’interactions et seulement des échanges superficiels (Granovetter 1973, 1362ss). Ils sont donc moins chronophages et plus axés sur la rapidité. Granovetter examine ce phénomène dans la recherche d’emploi d’ingénieurs à Boston, où il s’avère que les liens faibles sont beaucoup plus bénéfiques que les liens forts (ibid., 1369). Les liens faibles ont un réseau différent de celui des liens forts, ce qui facilite l’obtention de nouvelles informations. Alors que les liens forts sont généralement plus accessibles et offrent plus de soutien émotionnel, les liens faibles élargissent la portée sociale.

13La théorie de Granovetter a été reprise par Robert Putnam (2000). Sur la base du concept de capital social d’après Bourdieu, Putnam distingue le capital social qui crée des liens (bonding social capital) du capital social relais (bridging social capital). Le capital qui crée des liens renforce les liens forts et favorise la cohésion sociale. Le capital relais connecte les réseaux sociaux des liens faibles et permet de nouveaux échanges (Putnam 2000, 20).

Amitié en ligne

Approche anthropologique du numérique

14L’étude Médiamétrie de 2018 compte près de 43,3 millions d’internautes en France. Chaque jour, 34 millions d’utilisateurs Internet se connectent depuis leurs smartphones et les réseaux sociaux présentent la première activité en ligne.2 En Allemagne, l’utilisation d’Internet est très similaire : 63,3 millions des Allemands utilisent Internet et 77 % d’entre eux sont quotidiennement en ligne.3 Afin de rendre justice à l’importance des activités en ligne, une nouvelle discipline universitaire est nécessaire : l’anthropologie numérique. Casilli (2014, 1-3) fait référence à Wesch (2007) qui constate que la nouvelle discipline se compose d’une anthropologie du numérique qui aborde la thématique de l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) et d’une anthropologie par le numérique (les recherches viennent d’être équipées par des instruments techniques). Plantard (2014, 50-71) fait remarquer que, sur le plan méthodologique, l’analyse d’usage impose un croisement de disciplines qui n’a pas encore eu lieu en France. Selon l’auteur, les pratiques des TIC sont analysées séparément dans les disciplines, c’est-à-dire soit en sciences de l’éducation soit en sciences de l’information et de la communication (SIC) mettant en avant les pratiques communicationnelles sans tenir compte de l’aspect symbolique des usages. C’est pourquoi Plantard (ibid.) propose l’approche anthropologique de l’usage des technologies du numérique. Il souligne l’importance des théories classiques de l’anthropologie et de la psychosociologie pour l’étude des pratiques culturelles, de la sociabilité, de l’identité et de la représentation sociale. Il est non seulement important de considérer ce que font les utilisateurs de réseaux numériques, mais aussi ce qu’ils pensent faire (ibid., 53). Son approche consiste donc à combiner différentes disciplines, car il n’existe toujours pas de méthode appropriée pour étudier les interactions entre l’homme et la machine (ibid., 52). Casilli (2014) précise que l’étude de l’utilisation des médias sociaux nécessite une combinaison d’entretiens personnels, d’observations des participants en ligne et d’analyses qualitatives de bases de données sur Internet.

15Parallèlement à l’approche de l’anthropologie numérique, l’approche de l’Anthropologie des Medialen (anthropologie du médial) est apparue en Allemagne. Les deux approches se fondent sur la même idée, à savoir que les TIC font partie des processus socioculturels et interactionnels. Une particularité de l’Anthropologie des Medialen est le rapport avec la Medienwissenschaft (science des médias, cf. Krotz 2001 ; 2007) en général et avec les études de la numérisation dans ce contexte en particulier. Schwinghammer (2017) affirme que les nouvelles TIC créent et modifient non seulement les activités sociales mais aussi les formes de communication. En conséquence, l’auteur parle d’une intégration progressive des TIC dans d’autres formes de communication. Le portable, par exemple, peut être connecté à la voiture à travers la technologie de Bluetooth ce qui rend possible de téléphoner par enceintes durant la conduite. L’auteur constate que le changement et l’intégration des formes de communication affectent l’autogestion sociale (Schwinghammer 2017, 388s). L’entretien de centaines d’amitiés numériques peut être compris comme un processus d’autogestion sociale qui fonctionne sur une variété de réseaux sociaux tels que Facebook, LinkedIn, Twitter, Instagram, WhatsApp, etc.

Contexte sociotechnique de l’amitié

16Plusieurs études traitant du cadre sociotechnique montrent les possibilités et les limites de gérer des amitiés en ligne. Ebersbach et al. (2008, 31) soulignent que, contrairement au Web 1.0, les applications dans le Web 2.0 (web social), favorisent le partage d’informations, l’entretien de centaines d’amitiés numériques, ainsi que la communication et la collaboration collective. Même si les réseaux socionumériques, application clé du Web 2.0., existent depuis 1997 (Boyd et Ellison 2007, 214) ; leur importance en France et en Allemagne, n’a cependant augmenté qu’à la fin des années 2000 (Neumann-Braun et Autenrieth 2011, 10-11).

17Développée par Mark Zuckerberg en 2004, la plateforme Facebook a été explicitement conçue pour l’entretien des amitiés. Les utilisateurs créent, dans un premier temps, un profil. Dans un deuxième temps, le profil est utilisé pour ajouter des « amis ». Troisièmement, Facebook offre aux usagers une navigation sur leur propre réseau social ainsi que sur celui de leurs amis afin de consulter les nouvelles de ces amis, de les commenter et de les partager (Boyd et Ellison 2007, 211).

18Hors ligne, l’acte de devenir ami se déroule différemment. Casilli (2010, 272) souligne que l’amitié peut naître du contact régulier ou d’un événement rapprochant deux personnes. Sur Facebook, au contraire, le « friending » trouve son origine dans un acte déclaratif. Il affiche donc des marques d’officialité et de ritualité d’une obligation sociale : on reçoit un message, on répond, l’acte est public et reste enregistré dans un système informatique » (ibid.). Selon Casilli, l’amitié sur Facebook est donc un lien social public. Le partage d’information dépend toutefois des paramètres de confidentialité des usagers. Casilli (2010, 271) distingue une relation unidirectionnelle – un usager a un accès limité aux informations d’un autre – d’une relation bidirectionnelle – les utilisateurs peuvent consulter toutes les informations de l’autre. Dans ce dernier cas, tous les deux assument le rôle du voyeur.

  • 4 La (re)construction du profil se présente comme un procès continu et ludique qui se forme et transf (...)

19Assmann (2012, 83) et Trost (2013, 48) soulignent que la communication sur Facebook est à la fois publique (avec mises à jour de statut et affichage de photos) et privée. Dans la fenêtre des messages/tchats, les utilisateurs écrivent des messages et envoient des émoticônes, des photos, des vidéos et d’autres documents. Ils ont la possibilité de communiquer en groupe, de vidéo-tchater ou d’appeler leurs amis ce qui fait de Facebook un médium hybride : La plateforme regroupe entre autres la fonction de la communication synchrone du tchat, la fonction du blog – la permanente actualisation du profil4 – et la fonction de l’appel téléphonique. Le contexte sociotechnique de Facebook est crucial, car il soulève la question de son influence sur l’entretien des amitiés et du concept d’amitié.

Recherche empirique

20Janosch Schobin (2016, 184) note que les études menées jusqu’à présent sur le thème de l’amitié en ligne présentent deux points faibles : premièrement, elles ne font pas clairement la distinction entre les différents types d’amitié. Deuxièmement, elles ne distinguent pas nettement entre le concept d’amitié et la désignation du type d’amitié. Partant de cela, il manque des analyses systématiques mettant en lumière d’éventuels changements des structures des réseaux sociaux personnels. Il y a donc encore un grand déficit dans la recherche.

21Cependant, Schobin ne précise pas si les études qu’il mentionne sont théoriques ou empiriques. En effet, pour savoir ce qu’est un ami et comment on pourrait définir le concept d’amitié à l’ère du numérique, il ne suffit pas de spéculer sur la notion d’amitié sur un plan théorique, mais il faut également consulter les utilisateurs des réseaux socionumériques. Le petit nombre d’études empiriques que nous avons trouvées confirme qu’il existe donc un troisième point faible.

22Ajouté à cela, la recherche empirique sur l’amitié en ligne ne se place pas dans un domaine de recherche clairement défini, ce qui est démontré par le fait que les priorités de recherche sont très différentes. Nous présenterons deux études basées sur les utilisateurs francophones de Facebook. Ces études portent principalement sur la manière dont il est possible de gérer des centaines d’amitiés. En outre, elles examinent les différences entre la gestion des relations amicales en ligne et hors ligne, ainsi que les problèmes que les jeunes rencontrent avec les nouvelles pratiques numériques.

23Nous comparerons ensuite ces études avec d’autres basées sur des utilisateurs germanophones. Celles-ci portent sur les changements qualitatifs dans les relations amicales, plus particulièrement sur le concept d’amitié dans les réseaux sociaux. Elles se demandent également comment entretenir différents types d’amitié dans la pratique en ligne. Dans cet article, nous n’examinerons pas systématiquement les études portant sur le comportement des utilisateurs anglophones ; nous ne discuterons que l’étude d’Aicha (2014) comparant des utilisateurs nord-américains et malaisiens.

Etudes basées sur les utilisateurs francophones

  • 5 Le nombre très variable peut être dû à la diffusion encore limitée de Facebook en 2010 ; les auteur (...)

24Stenger et Coutant (2010, 10) se posent la question de savoir quelles pratiques sur les réseaux socionumériques s’inscrivent dans les usages sociaux. Ils analysent la manière dont les usagers gèrent leurs nombreuses relations amicales en ligne, de quels outils de gestion ils se servent et comment ils se les approprient. Les jeunes participants indiquent avoir entre 6 à 700 amis sur Facebook.5 Les auteurs soulignent que la gestion de l’amitié socionumérique est liée à certaines contraintes : Premièrement, la notion d’ami, utilisée d’une manière inflationniste par Facebook, se révèle trompeuse pour les jeunes interviewés (65 jeunes âgés de 13 à 27 ans). Cela peut être dû au manque de compétences sociales et techniques qui sont pourtant nécessaires sur une plateforme avec une grande variété d’« amis ». Deuxièmement, les jeunes sont surchargés par le flot d’informations qui les atteint dans le fil d’actualité. La vie privée est automatiquement exposée en ligne – ceci dépendant, bien entendu, des paramètres de confidentialité – et en conséquence, les jeunes se trouvent dans une situation de « surcharge sociale » (ibid., 11). Troisièmement, certains jeunes créent un faux profil (ibid., 16) pour sortir de la surcharge sociale ou utilisent leur profil comme une représentation formalisée de leur vie en ligne, ce qui a pour conséquence une dissolution des fonctions des outils. Les outils de gestion ne sont donc pas figés puisqu’ils changent et se transforment avec les différentes pratiques des utilisateurs (ibid., 18). Les contraintes de l’entretien de l’amitié en ligne confirment qu’il se déroule différemment de l’entretien hors ligne. Cependant, l’étude de Stenger et Coutant (2010) n’aborde pas directement la question du concept d’amitié.

25À notre connaissance, l’étude de Cadec (2014) est la seule de la francophonie à comparer les amitiés en ligne et hors ligne. L’auteure a mené des entretiens avec douze participants appartenant à deux différentes tranches d’âge : Six participants sont de l’âge de 18 à 30 ans, six participants ont plus de 50 ans. De plus, elle observe les activités sur leurs profils Facebook.

26Contrairement à Stenger et Coutant (2010), Cadec (2014) arrive au résultat que, grâce aux stratégies du tri, de l’autocensure des données personnelles et de la catégorisation des amitiés numériques, les participants n’ont pas de difficultés à organiser leurs relations amicales en ligne. De plus, l’auteure observe une reproduction des normes sociales implicites : « L’espace numérisé ne procure pas plus de liberté à l’usager que le monde hors ligne » (ibid., 121). Cadec montre que les participants transposent les normes sociales de la vie hors ligne, telles que les souhaits d’anniversaire, la réaction à une interaction commencée et le respect de la vie privée vers le réseau social numérique. Elle ne constate pas de différence entre les groupes d’âge. Selon l’auteur, les stratégies de gestion d’un grand nombre d’amis n’obligent pas les utilisateurs à créer de faux profils pour éviter la surcharge sociale.

27Cadec (2014) arrive à la conclusion que ni le concept d’amitié ni l’acte de devenir ami ne peuvent être mis au même rang que le concept d’amitié hors ligne : « Ni les critères, ni les processus de l’amitié ne s’appliquent sur la plateforme » (ibid., 119). Avec Bidart (1997), elle affirme que le concept d’amitié repose toujours sur la confiance, la sympathie, la proximité sociale et culturelle et la longévité. Cependant, il n’est pas clair que les données empiriques recueillies par l’auteure confirment ces affirmations générales. Il manque en effet une comparaison des termes d’amitié empiriques identifiés en ligne et hors ligne pour éclairer d’éventuels changements qualitatifs via les médias numériques.

28L’étude de Cadec montre que Facebook a contribué à modifier l’organisation des amitiés hors ligne. Les nombreuses possibilités offertes par Facebook servent de moyens supplémentaires pour entretenir des amitiés. La plateforme Facebook a donc modifié l’autogestion sociale. Cadec (2014, 120-122) conclut que ce réseau socionumérique renforce les relations amicales fortes déjà existantes et facilite le contact avec les relations faibles, donc avec les amis plus éloignés ainsi qu’avec les anciens camarades de classe ou collègues de travail.

Etudes basées sur des utilisateurs germanophones

29Par rapport aux études présentées au chapitre 2.3.1, les études en allemand de Kneidinger (2010), Enz (2010) et Trost (2013) ont défini d’autres priorités. Le focus dans ces études est mis sur les changements que le concept d’amitié connaît actuellement grâce à l’utilisation du réseau Facebook.

30Kneidinger (2010) traite de la question de savoir quelles formes d’interaction et quels types de relations découlent de l’utilisation des Facebook. 295 autrichiens, allemands et suisses entre 13 et 34 ans qui utilisent la plateforme ont participé à son étude. Elle leur a demandé par quels canaux ils communiquaient avec qui. L’auteure arrive au résultat que ce réseau socionumérique est utile surtout pour les relations faibles puisqu’il sert de source d’information pour connaître les intérêts et les préférences en commun avant de se rencontrer dans la vie réelle. Ces informations constituent alors la base de la communication et facilitent ainsi le maintien du contact. De plus, l’auteure constate que les utilisateurs de Facebook communiquent majoritairement avec les personnes rencontrées hors ligne. La plateforme représente surtout une étape préparatoire et concluante, c’est-à-dire qu’avant la rencontre hors ligne, les utilisateurs s’informent à l’aide des messages postés afin de disposer d’un point de référence. Après la rencontre, l’amitié sera entretenue en ligne jusqu’à la prochaine fois. Facebook sert donc de canal de communication complémentaire à l’interaction face-à-face. Contrairement aux études empiriques plus récentes de Thalweiser (2018) et Schroeter (2018), Kneidinger constate que les formes traditionnelles de communication telles que le texto, le mail ainsi que les appels téléphoniques fixes et mobiles prédominent (encore). Elle souligne également que Facebook s’intègre dans les formes de communication déjà existantes et ne les substituent pas. L’auteure ne constate pas d’élargissement ou de changement de la notion d’ami puisque les participants de son étude ne transposent pas leur réseau d’amis entier sur Facebook. En comparaison avec l’étude de Stenger et Coutant (2010), les participants n’ont pas de difficultés à gérer leurs nombreuses amitiés numériques, car sur Facebook, ils communiquent surtout avec les liens faibles, la communication avec les amis étroits et les membres de la famille ayant lieu sur d’autres canaux (Kneidinger 2010, 129-135). Selon l’étude de Kneidinger, le tri des relations se fait déjà par le choix du moyen de communication.

  • 6 Les réponses des participants se réfèrent majoritairement à la plateforme Facebook pour laquelle le (...)

31Enz (2010) analyse les changements qualitatifs au sein des réseaux amicaux et la définition de l’amitié suite à l’usage des réseaux socionumériques6. L’auteure mène des entretiens guidés avec 12 utilisateurs de réseaux socionumériques entre 19 et 29 ans et analyse la structure de leurs réseaux amicaux s’appuyant sur l’analyse égocentrique des réseaux. Les participants ont dû positionner leurs amis sur une carte réseau selon le degré de proximité dans un cercle : plus le lien est fort, plus il se rapproche du centre, plus il est faible, plus il est éloigné du centre. De plus, il a été demandé aux sujets si leur communication avec les personnes spécifiées est régulière ou irrégulière et s’ils communiquent en ligne, hors ligne ou sur les deux canaux. Les résultats de l’étude d’Enz (2010) sont similaires à ceux de Kneidinger (2010) et de Cadec (2014) en ce sens qu’ils montrent que l’utilisation de Facebook a, avant tout, un impact sur les liens faibles. La possibilité de consulter un profil et d’en apprendre davantage sur l’autre réduit les barrières de communication, ce qui facilite la reprise du contact avec un ami lointain après une longue période. De cette manière, des liens faibles peuvent être maintenus ou même renforcés. Conformément à l’étude de Cadec (2014), Enz montre que l’utilisation des réseaux sociaux numériques a un impact positif sur les amitiés étroites, mais que le renforcement des liens faibles est plus pertinent. Dans tous les cas, les réseaux socionumériques ne modifient pas l’importance des amitiés étroites établies hors ligne (Enz 2010, 112-123).

32Enz souligne que l’amitié numérique est définie par l’utilisation bilatérale des offres spécifiques de Facebook (cliquer sur le bouton « J’aime », partager et commenter) alors que la fréquence du contact joue un rôle subordonné. Néanmoins, pour définir l’amitié proche, l’intensité du temps passé en commun est essentielle, surtout quand il n’est pas possible de se rencontrer souvent. Par conséquent, Enz (2010, 115) conclut que l’amitié proche se fonde également sur le soutien émotionnel, la présence personnelle, l’honnêteté, la spontanéité et le divertissement. Etant donné qu’elle ne compare pas l’amitié en ligne avec celle hors ligne, l’étude empirique ne montre pas les éventuels changements que les réseaux socionumériques ont sur le concept d’amitié.

33Dans son étude de 2013, Trost se fonde sur le concept de la « dissolution » (« Entgrenzung ») des limites temporelles, spatiales et sociales (ou situationnelles) par les médias élaboré par Krotz (2001, 2007). Trost (2013) examine l’effet de cette « dissolution » des limites sur le phénomène de l’amitié. Sur la base de 15 entretiens avec de jeunes étudiants âgés entre 17 et 20 ans, Trost trace l’extension des limites de l’amitié. Premièrement, l’auteur constate que l’amitié s’élargit physiquement et socialement puisque les médias sont présents dans la majorité des domaines de la vie des jeunes. Grâce à Facebook ou à WhatsApp, des amis physiquement absents sont présents presque partout. Deuxièmement, les amis sont joignables à chaque heure du jour et informés les uns sur les autres. Troisièmement, Trost voit une tendance à construire et à maintenir un réseau d’amis en ligne plutôt que de rechercher une amitié dyadique. En dernier lieu, l’auteur constate que l’amitié dépasse la limite situationnelle car la communication face-à-face s’élargisse sur les réseaux socionumériques. La communication face-à-face entre les amis physiquement présents se complète par la présence d’autres amis en ligne. Les situations d’attente ou d’isolation sociale à l’arrêt de bus par exemple peuvent être comblées par la connexion en ligne (Trost 2013, 159-160).

34Trost (2013) explore en particulier le concept d’amitié qui prévaut chez les adolescents et les jeunes adultes aujourd’hui. Selon l’auteur, l’amitié se fonde toujours sur la confiance, la compréhension réciproque et la fidélité même si, à cause des nouvelles possibilités numériques, elle se déroule également en ligne. Il constate que le concept d’amitié reflète la société médiatisée, c’est-à-dire que les caractéristiques spécifiques de l’espace de vie moderne basé sur les médias sont reproduites hors ligne. L’appartenance à un groupe de pairs, qui revêt une grande importance pour les jeunes, est un exemple de ce changement. Les groupes de pairs se forment hors ligne, mais se caractérisent par des activités en ligne communes. L’auteur souligne que l’entretien des amitiés continue à se dérouler principalement hors ligne, mais il ajoute également que l’amitié à travers les réseaux sociaux et les rencontres personnelles se chevauchent (Trost 2013, 161-162).

35Les études en langue allemande de Kneidinger (2010), Enz, (2010) et Trost (2013) mettent donc l’accent sur la question des changements qualitatifs du concept d’amitié et la question de l’entretien de différents types d’amitié dans la pratique en ligne. Selon ces études, l’amitié est toujours fondée sur les valeurs traditionnelles. L’utilisation de Facebook ne semble pas modifier radicalement le concept d’amitié, bien qu’il soit adapté aux spécificités de la vie moderne.

Recherche empirique comparative et transculturelle

36Dans sa thèse, Aicha (2014) se demande comment les étudiants malaisiens et nord-américains entretiennent des amitiés sur Facebook. L’auteure arrive au résultat que les relations amicales mixtes, c’est-à-dire les amitiés entre homme et femme, recherchent plus souvent l’ouverture d’esprit et des informations en ligne contrairement aux amitiés seulement entre femmes. Aicha (2014) n’a trouvé aucune différence entre les sexes dans la fréquence de communication. Les femmes utilisent un peu plus le bouton « J’aime ».

37En revanche, l’auteure note une différence culturelle qu’elle qualifie d’individualisme en Amérique du Nord par opposition au collectivisme en Malaisie. Les étudiants malaisiens se montrent collectivistes, c’est-à-dire qu’ils ont principalement pour but de soutenir leurs amis et d’éviter les situations de conflit en ligne. En outre, l’auteure note une utilisation plus intensive des messages privés et du tchat synchrone parmi les Malaisiens interrogés ; preuve supplémentaire de l’importance d’une interaction respectueuse les uns avec les autres. Par ailleurs, les participants nord-américains utilisent souvent des fonctions pour se représenter eux-mêmes, telles que les mises à jour fréquentes du statut, que l’auteur renvoie à une attitude individualiste. Aicha (2014, 141-147) montre également que les amis proches communiquent plus souvent en vis-à-vis qu’en ligne ; l’amitié hors ligne semble être plus épanouie.

38Deux études récentes, Thalweiser (2018) et Schroeter (2018), abordent à la fois la question des différences transculturelles et la question de la dichotomie en ligne/hors ligne par rapport à la notion d’amitié. Pour la collecte de données, les auteures ont travaillé ensemble ; au total, 1 552 Français, Allemands et Italiens ont participé aux enquêtes. Afin de mettre en évidence des changements dans la notion d’amitié, les auteures distinguent les utilisateurs de Facebook des non-utilisateurs, l’âge (cinq groupes), le sexe et la nationalité. Les 20 questions fermées, semi-ouvertes et ouvertes abordent trois sujets : l’utilisation générale de Facebook, les amitiés sur Facebook et le concept de l’amitié.

39Pour ce qui est du temps passé sur Facebook, les auteures ne trouvent aucune différence selon les sexes. Cependant, Thalweiser (2018) note que le temps passé augmente avec l’âge. Concernant le nombre d’amis en ligne, Schroeter (2018) note que les Italiennes sont les plus actives sur Facebook. Une différence culturelle résulte de la question « Comment maintenez-vous le contact sur Facebook ? » : Les participants français utilisent plus régulièrement les fonctions actives, dites aussi « push », sur Facebook ; alors que les participants allemands préfèrent la communication privée dans le tchat.

40Conformément aux études présentées aux chapitres 2.3.1 et 2.3.2, Thalweiser (2018) et Schroeter (2018) concluent que Facebook apporte une contribution positive aux amitiés, notamment en ce qui concerne les liens faibles. Un des avantages d’entretenir une amitié en ligne est la possibilité de partager de beaux moments avec des photos de voyage et de se familiariser avec les intérêts de l’autre, même si l’atout majeur réside surtout dans le fait de pouvoir participer passivement à la vie de ses amis sans les contacter. Cependant, l’enquête montre que l’utilisation de la plateforme a également des conséquences négatives : les participants indiquent que la communication est plus distante et comprend souvent des messages courts sans contenu. Ils disent également que la communication en ligne perturbe la communication face-à-face, car les amis en ligne sont disponibles à tout moment, n’importe où.

41Les utilisateurs de Facebook et les non-utilisateurs insistent sur l’importance des amitiés hors ligne, mais celles-ci sont entretenues différemment. Schroeter (2018) souligne que les non-utilisateurs allemands et italiens préfèrent WhatsApp, alors que Thalweiser (2018) note que les participants français utilisent le portable surtout pour passer des appels. Tous les participants communiquent également sur leur ligne fixe et par courrier électronique ; la lettre et la carte postale étant rarement utilisées. Les auteures notent que l’utilisation de nouveaux médias tels que WhatsApp, Snapchat et Instagram est plus courante parmi les utilisateurs de Facebook que parmi les non-utilisateurs. Dans l’ensemble, les deux études confirment la thèse de la « dissolution » développée par Trost (2013). En outre, les auteures notent que Facebook remplace de plus en plus les médias traditionnels, car il combine différentes fonctionnalités.

42En accord avec l’étude de Trost (2013), Schroeter (2018) et Thalweiser (2018) confirment que les valeurs traditionnelles de l’amitié restent importantes. Cependant, les auteures constatent une différence dans les priorités. Pour les utilisateurs de Facebook, le divertissement et les activités, le temps passé ensemble et les contacts irréguliers à travers les médias sont de la plus haute importance, tandis que les non-utilisateurs mettent en valeur encore plus les rencontres personnelles et les valeurs traditionnelles.

Résumé et perspectives

43Nous avons montré que l’émergence de la culture numérique et des nouvelles pratiques en ligne telles que l’entretien de l’amitié mettent la recherche face à de nouveaux défis. Les approches anthropologiques émergées en France et en Allemagne proposent une nouvelle conception de la recherche pour analyser les interactions entre l’homme et la machine et l’impact sur l’autogestion sociale. Facebook, le cadre médiatique le plus important dans lequel se développe l’amitié en ligne, est un objet de recherche dans lequel ces approches peuvent être testées. La plateforme offre aux utilisateurs une variété d’opportunités techniques innovantes pour entretenir leurs relations amicales ; des possibilités sans équivalent dans le monde hors ligne.

44Parmi les études empiriques présentées ici, celles de Kneidinger (2010), Enz (2010) et Trost (2013) traitent explicitement du développement du concept d’amitié. Les auteurs concluent que l’utilisation de Facebook modifie ce concept sans le changer radicalement. Les études en langue française s’intéressent surtout aux outils de gestion d’un grand nombre d’amis en ligne. Les jeunes interviewés par Stenger et Coutant (2010) ont, selon les auteurs, des difficultés à gérer leurs amitiés en ligne qui conduisent à une surcharge sociale. Cadec (2014), au contraire, ne constate pas de difficultés dans la gestion des amitiés numériques.

45Conformément à Cadec (2014), les études comparatives de Thalweiser (2018) et de Schroeter (2018) montrent que les liens faibles sont plus faciles à entretenir avec Facebook. Cependant, selon ces études, les utilisateurs perçoivent la communication sur Facebook comme plus distante. Les messages envoyés semblent souvent être vides de contenu et l’omniprésence des amis numériques perturbe la communication face-à-face. L’étude d’Aicha (2014) indique que l’utilisation des différentes fonctionnalités de Facebook reflète également les différences culturelles entre les participants malaisiens plus collectivistes et nord-américains plus individualistes.

46Selon Trost (2013), le concept d’amitié d’aujourd’hui est influencé par des pratiques numériques qui conduisent à la « dissolution » des limites spatiales, temporelles, sociales et situationnelles. Cette évolution n’a certainement pas atteint son maximum, les réseaux socionumériques affectant de plus en plus de domaines différents.

47Les conséquences devraient être étudiées dans le cadre d’études à long terme surtout dans une perspective transculturelle. La question de savoir s’il existe des différences culturelles dans les amitiés en ligne a été jusqu’ici négligée. Il reste à voir et à étudier si l’évolution technologique mènera à une pratique généralisée relative à l’entretien d’une amitié ou si des pratiques spécifiques pourront être différenciées en fonction de la langue et de la culture.

Haut de page

Bibliographie

AICHA Tengku Siti, Close Friendship Maintenance on Facebook : The Relationship between Dialectical Contradictions, Facebook Relational Maintenance Behaviors, and Relationship Satisfaction in the U.S. and Malaysia. Thèse de doctorat, Kent State University, 2014. https://etd.ohiolink.edu/ap/10?0::NO:10:P10_ACCESSION_NUM:kent1416815216. Consulté le 15 mai 2018.

ARISTOTE, Éthique à Nicomaque, Traduction J. Tricot. Éditions Les Échos du Maquis, 1959. http://cour-de-france.fr/article1908.html. Consulté le 10 juillet 2019.

ASSMANN Aleida, « Freundschaft im Kommunikationszeitalter », in : Münchberg Katharina et Reidenbach Christian (dirs.), Freundschaft. Theorien und Poetiken, München : Wilhelm Fink, 2012, p. 79-94.

AUTENRIETH Ulla P., « Die Theatralisierung der Freundschaft. Zum Einfluss von Bildern und bildbasierter Kommunikation auf Social Network Sites auf die Freundschaftsbeziehungen von Jugendlichen und jungen Erwachsenen », in : Lobinger Katharina, Geise Stephanie (dirs.), Visualisierung – Mediatisierung. Bildliche Kommunikation und bildliches Handeln in mediatisierten Gesellschaften, Köln : Halem, 2015, p. 108-124.

BÉGORRE-BRET Cyrille, L’amitié de Platon à Debray, Paris : Eyrolles, 2012.

BIDART Claire, L’amitié, un lien social, Paris : Éditions La Découverte, 1997. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00197849/document. Consulté le 4 décembre 2018.

BIDART Claire, « L’amitié, les amis, leur histoire. Représentations et récits », in : Sociétés contemporaines, vol. 5, 1991. p. 21-42. URL : https://www.persee.fr/doc/socco_1150-1944_1991_num_5_1_984. Consulté le 10 juillet 2019. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/socco.1991.984

BOYD danah m. et ELLISON Nicole M., Social Network Sites : « Definition, History, and Scholarship », in : Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, no 1, octobre 2007, p. 210-230. URL : https://academic.oup.com/jcmc/article/13/1/210/4583062. Consulté le 10 juillet 2019. https://doi.org/10.1111/j.1083-6101.2007.00393.x

CADEC Kelly Vanessa Élodie, L’amitié hors ligne et en ligne sur Facebook. Mémoire de maîtrise., Université du Québec à Montréal, 2014. https://archipel.uqam.ca/6483/1/M13394.pdf# ?. Consulté le 16 février 2018.

CASILLI Antonio A, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? Paris : Seuil, 2010.

CASILLI Antonio A, « Anthropologie et numérique : renouvellement méthodologique ou reconfiguration disciplinaire ? », in : Anthrovision [En ligne], volume 2, no 1, 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014. URL : http://anthrovision.revues.org/626. Consulté le 25 mars 2019. DOI : 10.4000/anthrovision.626

EBERSBACH Anja, GLASER Markus, HEIGL Richard, Social Web, Konstanz : UKV, 2008.

ENZ Iris, Veränderungen in der Qualitätsstruktur von Freundschaftsnetzwerken sowie der Definition von Freundschaft durch die Nutzung Sozialer Netzwerk Seiten. Mémoire de maîtrise, Université de Vienne, Autriche, 2010. URL : http://othes.univie.ac.at/10698/1/2010-0721_0352547.pdf. Consulté le 20 mars 2018.

GRANOVETTER Mark S, Getting a Job. A Study of Contacts and Careers. Cambridge : Mass. : Harvard University Press, 1974. (deuxième edition : 1995, Chicago, Il : Chicago University Press).

KNEIDINGER Bernadette, Facebook & Co. Eine soziologische Analyse von Interaktionsformen in Online Social Networks, Wiesbaden : VS Verlag für Sozialwissenschaften, 2010.

KROTZ Friedrich, Die Mediatisierung kommunikativen Handelns. Der Wandel von Alltag und sozialen Beziehungen, Kultur und Gesellschaft durch die Medien, Wiesbaden : Westdeutscher Verlag, 2001.

KROTZ Friedrich, Mediatisierung. Fallstudien zum Wandel von Kommunikation. Wiesbaden : VS Verlag für Sozialwissenschaften, 2007.

MONTAIGNE Michel Eyquem de., Les essais. Paris : Gallimard, Édition complète, 2009.

NEUMANN-BRAUN, Klaus et AUTENRIETH Ulla P., « Zur Einleitung : Soziale Beziehungen im Web 2.0 und deren Visualisierung », in : Neumann-Braun Klaus et Autenrieth Ulla P. (dirs.), Freundschaft und Gemeinschaft im Social Web – Bildbezogenes Handeln und Peergroup-Kommunikation auf Facebook & Co. Baden-Baden : Nomos, 2011, p. 9-30.

NIETZSCHE Friedrich, Ainsi parlait Zarathoustra. Un livre pour tous et pour personne. Traduction par Henri Albert. Société du Mercure de France, sixième édition (Œuvres complètes de Frédéric Nietzsche, vol. 9), 1903.

OSCHEMA Klaus (dir.), Le « Traité de l’amitié » - Guillaume Fillastre sur l’idéal de l’amitié, Paris : Cour de France.fr, 2011. URL : http://cour-de-france.fr/article1908.html. Consulté le 10 juillet 2019.

PLANTARD Pascal, Anthropologie des usages du numérique. Anthropologie sociale et ethnologie, Université de Nantes, 2014. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01164360/document. Consulté le 10 juillet 2019.

PUTNAM Robert D., Bowling Alone. The Collapse and Revival of American Community, New York et al. : Simon et Schuster, 2000.

SCHMIDT Jan-Hinrik, Social Media, Wiesbaden : Springer VS, deuxième édition, 2018.

SCHOBIN Janosch, « Mediatisierung der Freundschaft », in : Schobin et al. (dirs.), Freundschaft heute. Eine Einführung in die Freundschaftssoziologie, Bielefeld : transcript, 2016, p. 169-184.

SCHROETER Mareike, Soziale Medien im interkulturellen Vergleich – Eine Untersuchung zur Freundschaft und Freundschaftspflege am Beispiel von Facebook in Deutschland und Italien. Mémoire de maîtrise. Université de Freiburg, Allemagne, 2018.

SCHWINGHAMMER Alexander, « Anthropologie des Medialen », in : Koch Gertraud (dir.), Digitalisierung : Theorien und Konzepte für die empirische Kulturforschung, Köln : Halem, 2017, p. 385-404.

SIMMEL Georg, Soziologie. Untersuchungen über die Formen der Vergesellschaftung, Berlin : Duncker et Humblot, 1968.

STENGER Thomas et COUTANT Alexandre, « Vers un management des « amis » sur les réseaux socionumériques ? Usage et appropriation sur Facebook, Skyrock et MySpace », 15e colloque de l’association Information & Management (AIM 2010), La Rochelle, France, Mai 2010, p. 1-21. URL : https://www.researchgate.net/publication/47400101. Consulté le 10 juillet 2019.

THALWEISER Katrin, Soziale Medien im interkulturellen Vergleich – Eine Untersuchung zur Freundschaft und zur Freundschaftspflege am Beispiel von Facebook in Gebieten an der deutsch-französischen Sprachgrenze. Mémoire de maîtrise. Université de Freiburg, Allemagne, 2018.

TROST Kai Erik, Soziale Onlinenetzwerke und die Mediatisierung der Freundschaft : Eine qualitative Studie zur Bedeutung von Facebook für das Freundschaftskonzept Jugendlicher, Baden-Baden : Nomos, 2013.

VON WIESE Leopold, System der Allgemeinen Soziologie. München und Leipzig : Duncker et Humblot, deuxième édition, 1933.

WESCH Michael, What is Web 2.0 ? What Does It Mean for Anthropology ? Lessons From an Accidental Viral Video, in : Anthropology News, vol. 48, no 5, 2007, p. 30-31. URL : http://www.grupciber.net/blog/wp-content/uploads/2012/11/1-What-is-Web-2.0-What-does-it-mean-for-Anthropology.pdf. Consulté le 17 juillet 2019.

Sources Internet

https://www.mediametrie.fr/fr/lannee-internet-2018 [06.08.2019]

http://www.ard-zdf-onlinestudie.de/ardzdf-onlinestudie-2018/ [06.08.2019]

https://www.brandwatch.com/de/blog/facebook-statistiken/ [12.08.19]

Haut de page

Notes

1 Oschema (2011, 2) note que, outre Montaigne, d’autres auteurs de la Renaissance ont également propagé une notion d’amitié fondée sur Aristote, par exemple Guillaume Fillastre, qui, en 1472, souligne que la véritable amitié au sens d’Aristote peut être conçue comme une âme à deux corps : « Car quant deux amis sont joinctz par bonne amitié ensemble, ce que l’un veult, l’aultre veult; ainsic est en deux corps une meisme voulenté, qui est une des puissances de l’ame » (ibid. 2011, 17).

2 www.mediametrie.fr/fr/lannee-internet-2018 [06.08.2019].

3 http://www.ard-zdf-onlinestudie.de/ardzdf-onlinestudie-2018/ [06.08.2019].

4 La (re)construction du profil se présente comme un procès continu et ludique qui se forme et transforme à travers la communication avec les amis. Dans un sens, un profil Facebook apparaît comme une banalisation de l’ami créateur de Nietzsche (1903, 86) « qui a toujours un monde achevé à offrir ».

5 Le nombre très variable peut être dû à la diffusion encore limitée de Facebook en 2010 ; les auteurs n’indiquent pas le nombre moyen d’amis. Selon les statistiques internes de Facebook, le nombre moyen se situe autour de 130 amis en 2010 ; en 2019 le nombre moyen a augmenté pour atteindre jusqu’à 338 amis (www.brandwatch.com/de/blog/facebook-statistiken/ [12.08.19]).

6 Les réponses des participants se réfèrent majoritairement à la plateforme Facebook pour laquelle les résultats sont donc valables (Enz 2010, 69).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mareike Schroeter et Rolf Kailuweit, « Amitié en ligne : aperçu de la recherche », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/6673 ; DOI : 10.4000/rfsic.6673

Haut de page

Auteurs

Mareike Schroeter

Mareike Schroeter est doctorante en linguistique romane sous la direction de Rolf Kailuweit (Université Heinrich Heine de Düsseldorf). Après des études à l’Université de Fribourg, à l’Université Stendhal Grenoble 3 et à l’Université de Padoue, elle a obtenu un Master 2 en langues romanes avec un mémoire de maîtrise empirique sur l’amitié socionumérique en 2018. Ses domaines de recherche sont la linguistique des médias numériques et la linguistique historique notamment en France et en Italie.

Rolf Kailuweit

Rolf Kailuweit est professeur de linguistique romane (espagnol et français) à l’Université Heinrich Heine de Düsseldorf depuis 2017. Auparavant, il était professeur de linguistique romane et études médiatiques à l’Université de Fribourg depuis 2004. Après des études de philologie romane, de philosophie et de droit à l’Université Libre de Berlin et à l’Université de Barcelone, il a obtenu son doctorat en 1996 avec une thèse sur l’histoire du conflit linguistique en Catalogne et son doctorat d’État en 2003 à Heidelberg avec une thèse sur les verbes d’émotion français et italiens. Parmi ses domaines de recherche figurent l’interface entre la syntaxe et la sémantique, la présence médiatique des langues régionales et minoritaires romanes, et les aspects linguistiques et sémiotiques de la culture numérique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals