Navigation – Plan du site
Dossier
Horizon interculturel

L’immigration française contemporaine au Québec : entre retour au pays, poursuites migratoires et intégration durable

Sophie-Hélène Goulet

Résumés

Chaque année, depuis le début des années 2000, environ 3 500 Français s’établissent au Québec, avec un visa de résident permanent. La France demeure un bassin prioritaire1 de recrutement des immigrants pour le Québec, et la promotion de l’immigration y est fortement préconisée. Celle-ci engendre des rêves, des espoirs et de fortes attentes de la part des futurs migrants. Les Français et les Québécois ont des racines communes, des affinités culturelles, partagent aussi une même langue. Les candidats à l’immigration français, semblent, a priori, rassembler toutes les conditions pour s’installer et s’intégrer de manière pérenne au sein de la Belle Province. Toutefois, le phénomène étudié, à savoir le retour en France des immigrants français, n’est pas si nouveau. En effet, en 2013, selon le Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles, la France occupe le premier rang de pays de naissance des nouveaux immigrants (immigration économique) au niveau des admissions. Néanmoins, les Français sont également les immigrants les plus nombreux à repartir en France ou à poursuivre leur périple migratoire. La communication et les relations interculturelles, en phase pré migratoire, peuvent conditionner les futurs immigrants à s’installer de manière provisoire ou permanente. Mais comment cette communication interculturelle peut-elle influencer les futurs immigrants eu égard à leur désir d’expatriation, la préparation de leur projet migratoire, ainsi que leur intégration ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2 En 2010, le MIDI publie que le taux d’activité (69,4 %) et d’emploi (65,4 %) des immigrants françai (...)
  • 3 Selon le MIDI, en 2010, les revenus moyen (37 371 $) et médian (29 002 $) de la population immigrée (...)

1Depuis le début des années 2000, la communication et la publicité autour de l’immigration émanant du gouvernement québécois, auprès des ressortissants français s’est intensifiée. En 2017, selon le Ministère de l’Immigration et de la Diversité et de l’Inclusion, la France occupe le troisième rang de pays de naissance des nouveaux immigrants au niveau des admissions, après la Syrie et Haïti. Les Français bénéficient de nombreux services en amont de leur migration, en matière de conseils et d’informations, mais ont aussi la possibilité de pouvoir y effectuer des séjours de visite, de découverte, de prospection, d’études et de travail temporaire, étant donné de nombreux accords franco-québécois et franco-canadiens en ce sens. Ils semblent être, a priori, parmi les immigrants les mieux intégrés au Québec, étant donné leur taux de chômage inférieur2 à la moyenne québécoise et des revenus également supérieurs3 à la moyenne nationale. L’immigration de Français au Québec est largement encouragée par le gouvernement québécois. Ce mouvement migratoire est même qualifié de « naturel » et « privilégié », dans le cadre de nombreux accords et ententes découlant des relations étroites qu’entretiennent la France et le Québec, essentiellement depuis les années 1960. Les Français ne sont pas des réfugiés économiques ou politiques au Québec. Ils sont motivés par une envie de quitter la France et de vivre en enrichissement culturel. La langue française commune conforte ce projet migratoire vers une « Amérique en français ». Cependant, les Français sont également premiers, à titre de « communauté culturelle », en matière de retour au pays ou de poursuites migratoires diverses.

2Par le biais de cette recherche, menée dans le cadre d’une thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication et soutenue en 2014, nous tentons de comprendre le rôle de la communication interculturelle en amont de la migration, mais également en cours d’adaptation et d’intégration. Les objectifs du Québec en matière d’immigration sont manifestes, mais sont-ils en adéquation avec les aspirations des immigrants français ? Notre corpus de recherche s’appuie sur plus de 25 entretiens semi-directifs menés en France et au Québec, auprès d’immigrants français arrivés au Québec après 2000, futurs candidats à l’expatriation, Français ayant quitté le Québec suite à une procédure d’immigration permanente. La méthodologie employée dans le cadre de nos recherches découle de la démarche qualitative. L’analyse de contenu, l’analyse documentaire et l’entretien ont été utilisés. Les entretiens se sont donc déroulés à Montréal et à Québec en avril 2010 et en avril 2011, ont duré en moyenne entre une heure et deux heures chacun. La mise en place d’entretiens semi-directifs a permis de comprendre de quelle façon les immigrants français arrivés au Québec au cours de la première décennie de ce siècle ont conçu leur projet migratoire : de la naissance du désir ou du choix du Québec, de la préparation, jusqu’à l’intégration et, parfois, le retour au pays. Les entretiens menés auprès d’immigrants français se sont avérés fort pertinents, car il s’agit de véritables retours d’expériences. Nous avons tenté d’évaluer l’influence et la portée de la communication interculturelle en phase prémigratoire, au moment de la préparation du projet d’immigration afin de vérifier quel impact celle-ci pouvait avoir sur l’intégration au Québec. Nous avons approfondi aussi la question de l’interculturel avec les candidats à l’immigration afin de comprendre quel pouvait être « leur niveau » ou leur maîtrise de la compétence interculturelle avant la migration. Il convient de rappeler que notre but n’était pas de sensibiliser les futurs candidats à l’immigration aux éventuelles difficultés liées à l’interculturel, ou d’aider les immigrants français dans leur intégration, mais de recueillir et d’analyser leurs idées, leurs propos, leurs récits. Cette recherche s’appuie également sur l’analyse d’une trentaine d’articles de presse écrite parus en France et au Québec depuis le début des années 2000.

Hausse de l’immigration française à destination du Québec : le résultat d’une hausse des départs du même territoire ?

  • 4 Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles. Statistiques sur la population recensée, (...)

3Selon les données du Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), le nombre d’immigrants venus de France pour travailler a augmenté de 75 % au cours de la dernière décennie. Toutefois, en se penchant sur les différents recensements de 2001 et 2006 du MIDI4, nous découvrons qu’après 10 ans, seulement 55 % des immigrants français sont toujours au Québec. Une partie des gens qui restent ne sont pas forcément épanouis, mais ils continuent de persévérer, de douter. Certains repartent aussi après plus de 20 années passées au Québec. Nous le verrons, le Québec accueille les Français pour certaines raisons, à savoir, le développement démographique, la prospérité économique, la pérennité de la langue française et l’ouverture sur le monde, et les Français ont, eux, leurs propres raisons d’immigrer (l’envie de quitter la France et de vivre un enrichissement culturel). Toutes ces raisons et ces motivations arrivent-elles à converger ? Il est certes facile d’attribuer les départs du Québec à la nostalgie du pays, l’absence de la famille élargie, des parents qui vieillissent et finalement la volonté de mourir au pays. Ces différents motifs ne peuvent justifier des retours en France aussi conséquents après avoir choisi le Québec comme terre d’accueil et avoir accompli un long cheminement migratoire.

4Nous ne possédons aucune étude nous permettant de préciser un nombre potentiel de candidats à l’immigration au Québec sur le territoire français, seuls les objectifs annuels et de capacité d’accueil sont émis annuellement par le MIDI. Ce Ministère cherche à explorer et à prospecter certains bassins géographiques en France en ciblant des domaines de formation privilégiés pour lesquels le Québec serait en pénurie de travailleurs. Ces données ne nous ont pas été accessibles. L’immigration française a énormément fluctué, depuis 1961, année de la création de la Délégation générale du Québec à Paris, qui a le statut de mission diplomatique en France. Le contingent des immigrants français au Québec s’est par contre stabilisé au début des années 2000.

  • 5 Radio-Canada. « Le désenchantement des immigrants français », Enjeux, 8 juin 2004, 21 h. http://www (...)
  • 6 Nous avons analysé la couverture médiatique au sujet de l’immigration des Français au Québec depuis (...)
  • 7 Duault, V. « Le Québec recrute ! », Le Point, n° 1458, vendredi 25 août 2000, p. 74.
  • 8 Poncet, G. « Le Québec, terre d’immigration pour les Français », www.lepoint.fr, 4 juillet 2008. Co (...)
  • 9 Ouellet, M. « Le Québec veut accueillir davantage d’immigrants français », www.lapresse.ca, 3 mai 2 (...)
  • 10 MICC. Direction de la recherche et de l’analyse prospective, novembre 2012.

5L’activité et la présence françaises au Québec sont, par ailleurs, confirmées : on y trouve trois établissements scolaires français à Québec et à Montréal, et des consulats généraux sont présents dans chacune de ces deux villes. De nombreux restaurants et boutiques, une chambre de commerce, diverses associations régionales, des associations de soutien aux nouveaux immigrants, des filiales de grandes entreprises ainsi que de grands groupes sont présents un peu partout au Québec. Les Français forment donc une véritable communauté culturelle et semblent, a priori, être bien intégrés, à la fois économiquement et socialement. Néanmoins, au cours de la dernière décennie est apparu un phénomène, qui n’est certainement pas si nouveau : le retour en France des immigrants français. Bien avant le début de cette thèse, soit depuis la première moitié des années 2000, nous étions informés de la situation notamment par la diffusion d’un reportage à l’émission Enjeux5 sur les ondes de la télévision de Radio-Canada le 8 juin 2004. À cette époque, ce sujet avait effaré, c’est-à-dire le retour d’immigrants français au bercail, l’ensemble de la population québécoise, une certaine partie de la population française au Québec et surtout le Ministère de l’Immigration qui avait dû ajuster son discours promotionnel au sujet de l’immigration française. Au début des années 2000, les articles de presse6, parus en France et au Québec, relataient pratiquement tous « l’indestructible et sempiternel amour des Français pour la Belle Province et les Québécois ». Français et Québécois étaient qualifiés de cousins, leurs relations, leurs échanges, leur communication étaient quasi-parfaits. Tous les articles étaient très promotionnels et en faveur d’une intégration réussie des Français au Québec : « Le Québec recrute !7 », « Le Québec, terre d’immigration pour les Français8 », « Le Québec veut accueillir davantage d’immigrants français9 », etc. Or, l’animateur de l’émission Enjeux, Alain Gravel, a fait apparaître une nouvelle problématique : le challenge pour la Belle Province n’est pas tant de séduire et d’attirer les Français, mais bien de les retenir sur son territoire. Le Bureau d’immigration du Québec à Paris a publié, toujours en 2004, un taux de rétention des Français au Québec qui était de l’ordre de 85 %, mais sans en évoquer la périodicité. Les raisons expliquées pour justifier les 15 % de retour étaient « les problèmes familiaux, la maladie, le deuil ou le divorce ». Selon le reportage de l’émission télévisée Enjeux, ce seraient 20 % des Français en réalité qui quittent le Québec après 2 ans et demi, un autre tiers après 5 ans et 50 % au bout de 10 ans. Ces données s’appuieraient sur des études démographiques et non sur les statistiques croisées entre la Régie de l’assurance maladie du Québec, le MIDI et Revenu Québec. Dans ce même reportage, étaient dénoncés, par exemple, « le règlement quant à l’exercice d’une profession régie par un ordre professionnel ou d’un métier réglementé, la médiocrité du système de santé d’un point de vue général, la difficulté de nouer des relations d’amitié avec les Québécois, la piètre qualité du français enseigné dans les écoles et les coûts élevés d’inscription pour les études universitaires ». L’interculturalisme, est le modèle préconisé par le gouvernement québécois en matière d’intégration des nouveaux arrivants, modèle selon lequel, quelle que soit la provenance des immigrants, ces derniers sont invités à conserver leur héritage culturel, mais en acceptant la suprématie de la langue française. Ce modèle serait-il le plus approprié pour l’intégration des Français au Québec ? Sur l’ensemble des 441 022 immigrants admis de 2001 à 2010, 334 696 étaient présents au Québec en janvier 2012, ce qui correspond à un taux de présence global de 75,9 %. Le taux de présence dans la province varie également selon la catégorie d’immigration, car s’il s’élève à 83,5 % pour les immigrants issus de la catégorie du regroupement familial, il n’est que de 72,7 % pour les immigrants issus de la catégorie de l’ensemble des travailleurs économiques (travailleurs autonomes, entrepreneurs, investisseurs et travailleurs qualifiés). Les travailleurs dits qualifiés ont un taux de présence de 75,7 %. La présence fluctue également selon le lieu de naissance des personnes immigrantes. Les migrants en provenance de l’Amérique latine et de l’Afrique, demeurent davantage présents, au fil des ans, que les migrants provenant d’Europe ou d’Asie. La présence au Québec diffère aussi selon la connaissance ou non du français en fonction de la date de l’admission. En effet, la présence est plus importante chez les immigrants ayant déclaré ne connaître que le français à l’admission, 85,1 %, contre 75,7 % pour les migrants ayant déclaré connaître à la fois le français et l’anglais. En ce qui concerne le territoire européen, la présence au Québec observe des écarts selon la région de naissance. Le taux de présence pour l’ensemble des migrants nés en Europe est de 76,3 %. Pour l’Europe occidentale, le taux est de 73,3 %, alors qu’il est de 78,9 % pour l’Europe orientale et de 79,2 % pour l’Europe méridionale10.

Une émigration pour plusieurs migrations futures ?

6Quel pourrait être le rôle de la communication interculturelle dans les diverses activités de promotion réalisées, notamment par le Bureau d’immigration du Québec à Paris (les séances d’information du BIQ, la participation à des salons, les activités ciblées de recrutement, la publicité et les relations de presse, le réseautage et les activités de veille) ? Quels sont donc le rôle, l’influence et les apports de la communication interculturelle dans les discours médiatiques, gouvernementaux et interpersonnels relatifs à la migration des Français au Québec ? La stratégie de communication dite interculturelle est-elle la plus appropriée afin de favoriser non seulement la migration française au Québec, mais surtout sa rétention ?

7Deux types de facteurs peuvent inciter des personnes à la migration hors de leur pays de résidence ou d’origine. Le mot « facteur » englobe les « causes », les « motifs » et les « motivations ». Il y a les facteurs dits incitatifs, qui correspondent aux conditions présentes dans le pays d’origine : instabilité politique, criminalité, conflits interethniques ou plus simplement une mauvaise situation économique. Les seconds facteurs, dits attractifs cette fois, relèvent de l’attrait que peut exercer un futur pays d’accueil pour ses migrants potentiels : possibilité d’avoir un meilleur emploi, d’être mieux rémunéré, d’obtenir de meilleures opportunités d’évolution de la carrière, d’évoluer dans un environnement sécurisé et tolérant, d’offrir une bonne éducation à ses enfants, le tout dans un cadre nécessitant, a priori, un minimum d’ajustements, car la langue de la société d’accueil est déjà maîtrisée. Nous nous sommes interrogés quant au rôle de la communication interculturelle en phase pré migratoire, la promotion de l’immigration en France s’effectuant par l’intermédiaire des fonctionnaires québécois.

Le Québec par choix ou par manque de choix ?

8D’une manière générale, il ne suffit que d’une publicité émanant d’instances privées en matière d’immigration (consultants agréés, avocats en immigration) ou encore venant du gouvernement et vantant les possibilités et surtout les commodités d’expatriation au Canada, et plus spécifiquement, au Québec. L’effet de la publicité n’est pas immédiat, car il s’agit bien souvent d’un projet de longue date, mais encore imprécis. Néanmoins, après le mythe, puis le rêve, le projet concret commence à s’installer de manière tangible. La situation du pays d’origine s’en trouve dévalorisée au profit de la nouvelle destination. Malgré certaines réticences de l’entourage vis-à-vis du projet, la banalisation et le dénigrement du pays d’origine l’emportent au bénéfice du projet migratoire.

« En 1999, on a assisté à une séance d’information donnée par le Service d’immigration du Québec à Paris. On avait surtout envie de quitter la région parisienne. On est allés finalement à Bordeaux. En 2004 et en 2005, on a eu un ras-le-bol de la mentalité, des conditions de travail, du mécontentement général des Français, des grèves… On en avait marre du fait qu’en France, tout soit centralisé à Paris, on trouvait les gens cons et concentrés sur eux-mêmes. »
Franck, avril 2011.

  • 11 Bilodeau, M., « Le Québec a la cote d’amour des Français », 18 février 2013, Radio-Canada, http://w (...)
  • 12 Centre d’étude sur la pauvreté et l’exclusion, La pauvreté, les inégalités et l’exclusion sociale a (...)

9Les jeunes Français fuiraient le taux de chômage en France pour retrouver un autre taux de chômage au Québec, certes inférieur, mais toujours bel et bien présent. Dans un reportage diffusé le 18 février 2013, sur les ondes de la télévision de Radio-Canada, le journaliste Maxence Bilodeau a déclaré que « les Français sont des réfugiés économiques avec le taux de chômage en France et la croissance nulle11 ». Le réfugié économique fuit son pays d’origine, en cherchant à échapper à la pauvreté. Quitter le pays d’origine semble être la seule solution afin de pouvoir subvenir à ses propres besoins et à ceux de sa famille. L’avenir, au sein du pays d’origine, était difficilement envisageable. Le terme « réfugié », employé ici à tort, méprise l’économie française en faveur de l’économie québécoise. Hormis l’emploi, la situation économique, d’une manière plus générale, n’est pas forcément plus rose. Par exemple, « au Québec, on observe globalement une diminution du taux de faible revenu, notamment les taux selon la mesure du panier de consommation de 2000 à 2007, puis une augmentation depuis. Ce taux est passé de 11,6 % en 2000 à 7,9 % en 2007 (le plancher au cours de la dernière décennie), avant de remonter à 9,4 % en 201012 ». De plus, la « crise du logement » que connaissent certaines régions du Québec, depuis quelques années, conduit à une demande accrue en logements locatifs associée au faible nombre de mises en chantier au cours de la dernière décennie. Les immigrants, dont le nombre augmente, surtout en région montréalaise, sont touchés de plein fouet par ce phénomène, car, au moment de leur arrivée, ils se dirigent vers le locatif.

Les faux espoirs de l’immigration sélective

  • 13 Emploi-Québec a pour mission de contribuer au développement l’emploi et de la main-d’œuvre ainsi qu (...)

10Les Français ne sont pas plus attendus que les autres immigrants au Québec. En emploi, la concurrence est rude avec les Québécois, mais aussi avec les autres immigrants récemment arrivés ou présents depuis plusieurs années. D’ailleurs, si un Français ne trouve pas d’emploi en France, qu’il refuse d’accepter de changer de domaine d’activité, de province de résidence, etc., ses chances d’intégration socioprofessionnelle au Québec peuvent être diminuées. L’activité professionnelle est sans doute le moyen le plus efficace pour s’intégrer, car, bien qu’il constitue avant tout un moyen de subsistance via le versement d’un salaire, il permet d’être en contact avec la population d’accueil et de participer à ses activités socioéconomiques. « L’emploi peut donner à l’immigrant la confiance en soi et l’ouverture nécessaires pour aller vers l’autre, de se faire mieux comprendre et, surtout, de se sentir utile à la société qui l’a accueilli en participant au développement socio-économique de sa région » (Bnou-Nouçair, 2008 : 57). Les reconversions professionnelles sont nombreuses dans les premières années qui suivent la migration, et la flexibilité semble être le véritable critère d’une bonne intégration professionnelle. La situation tend cependant à changer après quelques années de résidence. Mais combien de temps faut-il attendre pour trouver « l’emploi idéal » et se sentir intégré ? Dans l’imaginaire migratoire collectif, le Québec a été, au cours de cette décennie, perçu comme une destination facile au sujet de l’immigration pour différentes raisons. En effet, le processus de sélection déployé par le gouvernement québécois est considéré transparent et donne une chance à ceux qui arrivent pour cumuler un maximum de points par le biais de leur formation, leur expérience, leur compétence et leurs ressources financières. « Les Français qui viennent nous repeupler sont triés sur le volet. Vous apprendrez avec plaisir que vous n’êtes pas n’importe qui ! » (Dubuc, 1999 : 17). Encore une fois, ce type de discours conforte l’idée que les Français sont les bienvenus au Québec. Le système de sélection, dont se félicite le gouvernement québécois, est souvent qualifié, par les migrants eux-mêmes, de « pervers », car les candidats à l’immigration sont sélectionnés moins pour leurs propres compétences spécifiques que pour le potentiel qu’ils représentent sur le plan de la reconversion professionnelle orientée selon les statistiques menées par Emploi-Québec13. Les immigrants se sentent dénigrés et doivent par conséquent se requalifier, se « reconvertir ». Un cercle vicieux où la déqualification initiale et l’absence d’expérience québécoise récurrente mènent à l’installation durable d’une situation d’échec et de précarité. Obtenir un Certificat de sélection pour le Québec, puis un visa de résident permanent ne garantit, en aucun cas, le fait d’occuper un emploi à l’arrivée au Québec. Ce que le Québec cherche à mesurer, c’est la capacité d’intégration socioprofessionnelle d’un futur immigrant. Or, ce potentiel d’adaptation ne nourrit en vérité personne, sauf l’imaginaire et les rêves, qui eux, ne paient aucune facture.

  • 14 Le taylorisme est une méthode de travail préconisée par l’ingénieur américain Frederick Winslow Tay (...)

11Selon Radouane Bnou-Nouçair (2008), beaucoup d’immigrants cherchent à occuper un emploi dès leur arrivée au Québec afin d’éviter de percevoir les prestations sociales. Ces immigrants exercent souvent des emplois ne correspondant pas à leur domaine de formation ou encore à leurs capacités professionnelles. Ainsi, des hommes et des femmes, pourtant fortement diplômés et expérimentés, redécouvrent le néo-taylorisme14. En effet, l’immigration est une expérience de vie déroutante, même si celle-ci est bel et bien choisie et préparée. Les cinq premières années d’installation sont les plus difficiles et peuvent provoquer des signes de détresse psychologique tangibles, qui peuvent perdurer si l’immigrant continue d’éprouver des difficultés d’intégration à la fois économiques et sociales (Rotenberg, Kutsay et Venger, 2000). C’est un fait, les nouveaux immigrants français sont hautement qualifiés, diplômés, expérimentés et maîtrisent très bien la langue française. Ils se trouvent également dans la tranche d’âge la plus active du marché professionnel, soit les 20-45 ans. Ces nouveaux arrivants possèdent, a priori, tous les prérequis afin de réussir leur nouvelle vie au Québec. Si l’on y ajoute la situation démographique incertaine, ainsi que la pénurie avérée de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs d’activité, ces immigrants possèdent tout pour exceller. Mais les immigrants français ont peine à exploiter leur plein potentiel. Le Québec effectue de nombreuses opérations de séduction auprès des futurs migrants, mais il semble se désister une fois venu le moment de leur insertion professionnelle. Hormis l’insertion professionnelle les immigrants sont confrontés à un réel stress migratoire qui s’exprime sous plusieurs dimensions. En effet, après avoir effectué toutes les formalités administratives liées à la migration (obtention du Certificat de sélection du Québec, entretien de sélection, visite médicale, obtention du visa de résident permanent, vente de biens immobiliers en France, des biens personnels, au revoir à la famille, etc.), il faut encore et surtout affronter :

  • la recherche d’emploi ;

  • les efforts d’intégration au quotidien ;

  • l’acceptation de repartir à zéro, de fixer de nouvelles attentes, de nouveaux objectifs ;

  • la reprise des études ou une formation en vue d’une reconversion, ou tout simplement la reconnaissance des diplômes et acquis professionnels ;

  • l’apprentissage de l’anglais ou l’amélioration de son niveau d’anglais ;

  • la perte d’une partie de ses repères, de ses habitudes ;

  • l’acceptation du système de santé québécois, du système éducatif, de la double fiscalité québécoise et canadienne, l’adaptation à de nouvelles administrations gouvernementales ;

  • d’autres difficultés diverses telles que le choc culturel, le mal du pays, l’absence de la famille et des amis.

  • 15 « Travailler au Québec : chaque immigration a son lot de défis et de chocs culturels », contributeu (...)
  • 16 Ibid.

12Tous ces éléments représentent des obstacles et difficultés liés à une intégration durable au sein du pays d’accueil. Le Québec, en temps de crise économique mondiale, est d’abord et avant tout présenté comme un paradis professionnel. Cependant, s’y faire une place et, surtout, sa place demande énormément d’adaptation, de flexibilité et de polyvalence. La toile regorge de témoignages de migrants déçus et désabusés. Les frustrations exposées concernent toujours en tête de liste l’emploi. « Rares sont ceux qui reprendront leur carrière là où ils l’ont laissée15. » De plus, les employeurs sont-ils prêts à embaucher toute cette main-d’œuvre immigrée, avec des diplômes, des formations et de l’expérience professionnelle étrangère, difficilement vérifiable et transposable au Québec ? « Un pas en arrière pour deux pas en avant, ça peut valoir le coup16. » Combien de personnes pourront avoir la patience et la force de pouvoir attendre, persévérer et mettre leur ego de côté afin d’accepter un poste en deçà leurs compétences professionnelles ?

Devenir Canadien : une sécurité pour mieux partir ?

13Les résidents permanents peuvent obtenir la nationalité canadienne. De façon générale, afin d’obtenir la citoyenneté canadienne, les résidents permanents doivent répondre à des exigences en matière de résidence sur le territoire, de connaissances linguistiques en français ou en anglais, de même que des connaissances générales au sujet du pays. La naturalisation représente, pour la majorité des immigrants, la fin du processus d’immigration, ainsi qu’un gage d’intégration.

  • 17 Les accords internationaux de sécurité sociale et le Régime de pension du Canada : https://www.cana (...)

14L’acquisition de la citoyenneté canadienne est certes synonyme d’intégration. Elle signifie l’appartenance d’un citoyen à un État. Elle donne droit de résidence illimitée, confirme un sentiment d’appartenance au pays, à sa culture et à ses valeurs. Elle donne le droit de vote et permet de participer pleinement à la vie citoyenne et politique du pays. Elle permet d’acquérir plus facilement des biens fonciers, autorise le droit à des régimes sociaux, tels que les soins de santé, l’éducation, certaines allocations et pensions. Le Canada reconnaît la double nationalité. Si l’on peut penser que l’obtention de la nationalité canadienne permettrait de s’enraciner davantage au sein du pays d’accueil, elle permet aussi à l’immigrant de poursuivre son périple migratoire tout en conservant une « sécurité », celle de pouvoir revenir un jour, sans avoir à effectuer à nouveau toutes les démarches administratives liées à la migration. De plus, le Canada a conclu de nombreux accords17 en matière de sécurité sociale avec plusieurs pays. En matière de retraite, le temps passé à travailler au Canada ne sera pas perdu et sera pris en compte dans le calcul des prestations de rentes versées. L’obtention de la nationalité canadienne peut donc conforter un départ du Québec, un retour au pays, avec un minimum de risques et de regrets quant à l’avenir, et la possibilité de pouvoir revenir, un jour, au Québec.

Entre adaptation, acculturation et intégration, quel nouveau sentiment d’appartenance à la société québécoise ?

15Les candidats interrogés dans le cadre de nos recherches, qu’ils se disent Français(e), Canadien(ne) ou Québécois(e), disent cependant tous appartenir à la communauté francophone québécoise. Ils affirment donc à la fois « être d’ici » et « être de là-bas », une sorte « d’entre-deux » également. La plupart le vivent comme une opportunité et non une fatalité. Généralement, les Québécois francophones nés au Québec se définissent, en premier lieu, comme Québécois, et beaucoup d’entre eux ne font référence à leur citoyenneté canadienne qu’à des fins administratives. Certaines personnes interrogées établissent également une différence entre les Parisiens et les provinciaux établis au Québec. Mais si les immigrants français font des efforts afin de s’intégrer à la société québécoise, ils demeurent étonnés de l’importance de la connaissance de la langue anglaise dans la vie économique, surtout à Montréal. Pour tout immigrant, il est toujours plus facile de devenir Montréalais que Québécois.

« Je suis une Québécoise d’adoption, mais je ne vends pas mon âme au diable, je reste une Française, même si je peux m’identifier à la culture. »
Annabel, avril 2011.

16Chaque individu possède en réalité plus d’une culture et, par conséquent, une appartenance à plusieurs groupes (Lazzeri, 2013). Ces appartenances culturelles ne coïncident pas entre elles et ont des extensions variables. Chaque culture, sur le plan de la communauté et du groupe, est une culture plurielle, car une même communauté réunit différents membres, individus, même s’ils demeurent tous issus d’une même culture. La condition de migrant est donc perçue comme une chance, une stabilité qui côtoie également le mouvement et le dynamisme. Les immigrants français, à leur arrivée, ont sans doute davantage de points communs avec les autres migrants qu’avec les Québécois, du moins dans les premiers mois et, sans doute, pour certains, dans les premières années d’immigration. Côtoyer à la fois des migrants et des Québécois favorise assurément l’accélération d’une adaptation aboutie. « Si du fait de l’interculturalité, les cultures sont en relation, elles exercent des influences les unes sur les autres. A travers leurs contacts, elles sont conduites à des modifications, à des évolutions. C’est tout cela que désigne le terme acculturation. Certaines sociétés ont pu redouter toute acculturation comme risque d’une perte d’identité. Elles ont cherché à mettre en place des modalités d’échange excluant presque tout contact. L’acculturation est un phénomène complexe. Elle ne se produit pas dans un seul sens. Dans plusieurs circonstances historiques, une acculturation réciproque s’est effectuée entre les vainqueurs et les vaincus. On en est aujourd’hui plus conscient et, de ce fait, on emploie plus souvent le terme d’interculturation » (Demorgon, 2010 : 38). La rencontre entre individus de cultures différentes découle de la communication interculturelle. Les relations interpersonnelles, au même titre que les relations interculturelles, évoluent au même titre que les cultures. Elles ne sont ni linéaires ni figées. Les identités entrent en jeu et observent un rôle de régulation et d’évolution. Dans toute communication interculturelle, il doit y avoir un respect des interlocuteurs, une reconnaissance non seulement de la similitude, mais aussi des différences avec l’Autre. Selon Charles Hampden-Turner et Fons Trompenaars (2004), il faut dépasser le choc des cultures pour faire l’expérience d’une meilleure communication interculturelle. Les cultures sont différentes, mais elles sont néanmoins conséquentes et pertinentes, même si leurs codes et leurs priorités peuvent différer. Les différences entre les cultures ne sont ni aléatoires ni inopinées. En fait, les valeurs d’une culture correspondent à l’image inversée des valeurs de l’Autre.

« Déjà, au Québec, on identifie souvent l’identité nationale à l’identité francophone. Ce n’est pas pareil, environ 20 % des Québécois sont anglophones. Je pense que nous sommes tous Québécois et devons tous être bilingues. »
Didier, avril 2010.

17Bien que la connaissance de la langue française motive les immigrants à s’établir au Québec, ceux-ci s’aperçoivent, dès leur arrivée, de l’importance de la connaissance de la langue anglaise. Certains affirment également avoir pu améliorer nettement leur connaissance de la langue anglaise. Ils ont choisi le Québec pour le partage d’une langue commune, mais dans la vie au quotidien, ainsi que pour l’intégration socioprofessionnelle, la réalité dépasse les débats linguistiques québécois. Selon Jean-Louis Grosmaire, en 1983, les Français n’avaient ni quartier, ni église, ni porte-parole. Or, depuis les années 2000, il en est tout autrement, sauf pour les églises. Le quartier Le Plateau- Mont-Royal est en train de devenir le quartier de prédilection des Français de Montréal, par le biais de ses commerces, mais aussi en raison de son architecture. « L’immigrant français, surtout celui qui ne vient pas d’une grande ville française, peut néanmoins s’y sentir dépaysé. Il retrouve difficilement la vie communautaire, la vie de quartier. En raison de la grande mobilité résidentielle des Montréalais, il découvre la fugacité des relations de voisinage, mais il apprécie, par contre, la liberté qu’engendre un milieu changeant » (Grosmaires 1983 : 345).

« C’est vrai qu’à Montréal, les Français sont concentrés sur Le Plateau-Mont-Royal. Du coup, ça donne l’impression qu’il y en a trop. Tous les Français que je croise à l’université, et qui sont en échange, vivent toujours sur Le Plateau : ils trouvent que ça ressemble à la France ! »
Carole, avril 2011.

18Montréal est une ville rassurante pour les Français, une partie de son architecture rappelant l’Europe Mais, plus que le paysage urbain, c’est la mentalité des Québécois, leur mode de vie, le long hiver, qui engendrent davantage la découverte des différences culturelles.

La « réussite migratoire » peut-elle réellement être évaluée ?

  • 18 17. St-Pierre, R., « Immigration française au Québec, rester ou partir ? »,19 février 2013, Radio-C (...)

19La performance des immigrants dépend donc de l’âge à l’arrivée et du fait d’obtenir un diplôme québécois ou canadien. Plus un immigrant arrivera tôt, plus son adaptation sera facilitée. Une immigration est un long parcours, difficile et très souvent semé d’embûches. C’est une véritable épreuve, il faut du temps, de l’énergie, du courage et une certaine part de méconnaissance du terrain d’accueil. Dans un reportage diffusé le 19 février 2013 sur les ondes de la télévision de Radio-Canada, intitulé « Immigration française au Québec : rester ou partir ?18 », le journaliste Raymond St-Pierre déclarait que les Français constitueraient le groupe de migrants le plus important au Québec, avec les travailleurs temporaires, les étudiants et les résidents permanents, et que le Québec était « la » destination de choix pour les Français. Or, malgré cette réalité promotionnelle, Raymond St-Pierre s’interroge quant aux raisons qui poussent ces Français à rester au Québec ou à retourner en France. « Chaque année, 30 000 Français choisissent le Québec comme nouvelle terre d’accueil. Mais une fois établis, qu’est-ce qui les incite à demeurer dans la Belle Province ou à regagner le Vieux Continent ? » Le reportage fait état de la « meilleure qualité de vie au Québec », d’une évolution de carrière plus facile et plus rapide, mais il traite également de la recherche d’emploi, du changement de carrière, de la rigueur du climat, de l’absence de la famille élargie, surtout à l’arrivée d’un premier enfant en situation migratoire, et de la piètre qualité du système de santé. Raymond St-Pierre conclut ce reportage en affirmant « qu’au moins le quart des immigrants français repartent dans les premières années après leur arrivée. Plusieurs se fatiguent des tracasseries administratives de l’immigration, mais parmi ceux qui restent, 75 % ne regrettent rien, loin de là ». Le gouvernement est parfaitement conscient des problèmes de départs du Québec des immigrants français. A force de vivre dans un nouvel environnement, les immigrants s’habituent, évoluent et s’acclimatent. Néanmoins, comment le gouvernement québécois peut-il évaluer ou mesurer les taux de regrets de ceux qui sont restés ou de ceux qui sont repartis en France ?

  • 19 Helly Denise. Québécois, étrangers ou citoyens ? Les fondements de l’appartenance des immigrés au Q (...)
  • 20 L’enquête a été réalisée auprès de personnes résidant à Montréal, natives du Québec et d’ascendance (...)

20Le sentiment d’appartenance à la société d’accueil est essentiel et incontournable en vue d’une installation durable. Mais comment celui-ci se développe-t-il ? Certaines conditions, telles que le partage de valeurs communes, les échanges et interactions, les efforts d’intégration, sont inhérentes à son apparition, à son développement et à sa pérennité. Le sentiment d’appartenance surpasse l’intégration. Un immigrant peut en effet sembler « bien intégré », eu égard à sa situation professionnelle et familiale. L’intégration d’un immigrant se passe dans la perception de la société d’accueil, c’est la façon dont celle-ci perçoit l’immigrant. Le sentiment d’appartenance est personnel et propre à chaque immigrant. Selon des études de Denise Helly, réalisées en 199519, à partir d’entretiens semi-dirigés avec des personnes définissant les enjeux de l’immigration au Québec, au sujet des fondements de l’appartenance des immigrés au Québec, trois courants d’opinion ont pu être dégagés. La première conviction met en avant le rôle de l’État à entériner la nation québécoise francophone. La seconde émane de la catégorie qualifiée par Denise Helly d’indépendantistes : « la langue française, le territoire et les droits individuels comme référents de la spécificité québécoise, mais ils avancent la nécessité de préserver une homogénéité de la communauté francophone d’origine canadienne française. A leurs yeux, la culture référentielle et la mémoire historique constituent des référents aussi importants que la langue quand il s’agit de définir le Québec francophone et de déterminer les critères d’une participation entière des immigrés aux institutions francophones » (1995 : 69). Or, selon la troisième pensée, la langue française et la mémoire historique ne peuvent à elles seules asseoir les bases d’une collectivité québécoise. En effet, ces deux éléments ne donnent légitimité de citoyenneté qu’à une seule communauté : Québécois issus de l’immigration datant d’avant la Conquête de 1760. En effet, selon les répondants20 qualifiés de fédéralistes par Denise Helly, « la langue détient une fonction instrumentale dans une société majoritairement francophone. Cette situation ne saurait porter à confondre loi de la majorité et identité collective, car la société québécoise doit demeurer politiquement et culturellement pluraliste. Quant à l’intégration linguistique des immigrés, elle doit répondre essentiellement à des raisons pragmatiques » (1995 : 72). Ainsi, les immigrants contemporains au Québec, Français et autres, trouveraient une nouvelle identité et sentiment d’appartenance dans une nouvelle tendance : les lois du marché et l’économie en favorisant la valorisation de la langue anglaise. Il appartient ensuite à tout un chacun d’élire sa propre culture ou d’affirmer sa langue, « d’être un francophone de culture américaine, c’est-à-dire un “Américain parlant français”, ou un francophone de culture cosmopolite, européenne, italienne ou arabe. L’orientation culturelle est affaire privée » (Helly, 1995 : 76).

« Le sentiment d’appartenance est sans doute l’élément le plus complexe à définir. Je ne me sens pas ou peu appartenir à la société québécoise. »
Rémi, janvier 2014.

21La migration concerne, en réalité, plusieurs déplacements, mouvements, itinéraires. Même si celle-ci peut être envisagée de manière définitive, elle comporte des mouvements giratoires et bidirectionnels. « Le plus souvent, les trajectoires migratoires sont ponctuées d’aller-retour, de va-et-vient fréquents entre divers lieux : pays natal et pays de résidence, pays où sont installés des membres de la famille dispersée ou la collectivité en diaspora, pays d’adoption. Cette mobilité entraîne des réaménagements des identifications culturelles et sociales et des appartenances à des groupes ou à des réseaux locaux, nationaux ou transnationaux » (Guilbert, 2005 : 5). Nous traversons une période où la mobilité géographique est fortement privilégiée. « En 2000, 2,9 % de la population mondiale vivait hors de son pays d’origine, en 2010, c’est 3,1 %, soit 214 millions d’individus : l’émigration n’est plus un système binaire où l’on choisit de s’installer définitivement dans le pays d’accueil ou de revenir au pays d’origine, mais une étape dans un parcours diversifié qui peut comporter des allers-retours, des circuits et des stop-over21 ». Or, qu’en est-il du sentiment d’appartenance et de l’engagement que peut avoir un immigrant envers sa société d’accueil ?

« Le jour où j’ai obtenu mon passeport canadien (18 avril 2012), un collègue m’a dit que cela prenait une journée pour devenir canadien mais toute une vie pour devenir québécois. Je me sens aujourd’hui français, canadien, mais je me définis moins spontanément comme québécois. Je pourrais me qualifier de montréalais, à la rigueur, mais j’ai encore trop de lacunes sur les autres régions et principales villes du Québec pour envisager une réelle appartenance à la société québécoise, que j’ai d’ailleurs du mal à objectiver. J’envisage l’avenir au Canada avant de l’envisager au Québec. Même si cela pourrait être difficile, je n’exclus pas de postuler pour un emploi au sein du gouvernement fédéral. Montréal est toujours ma ville d’ancrage, mais Ottawa pourrait très bien l’être si l’opportunité se présentait. »
Frédéric, janvier 2014.

22En effet, la mobilité accroît les expériences et rend possible la découverte de nouveaux espaces. « À l’heure où la mobilité constitue un mode de vie généralisé et socialement valorisé dans la société occidentale contemporaine (Ramadier 2002 ; Sencébé 2004), elle est également perçue comme l’expression de l’autonomie individuelle. Synonyme de progrès à l’ère de la modernité, la croissance de la mobilité a permis de créer la quête d’une vie meilleure. En ce sens, ce phénomène en croissance est généralement bien perçu et semble servir la population » (Lavallée 2012 : 15). Entre la culture tant favorisée dans le monde de la mobilité et la volonté d’enracinement prônée par le gouvernement québécois, ces deux tendances se retrouvent au cœur d’un nouveau mouvement nord-américain, celui de la poursuite du rêve et de la liberté sans contrainte.

Conclusion

23Les nouveaux immigrants vivent une certaine perte de repères établis. Le tout engendre de nouveaux apprentissages et surtout une appropriation des codes culturels présents dans la société d’accueil. « Cette même migration suscite par ailleurs une construction de nouvelles alliances et rapports à l’Autre, une réappropriation de nouveaux liens physiques et symboliques. Une élaboration identitaire se profile en permanence et questionne les appartenances » (Camilleri et Vinsonneau 1996 : 68-69). Comment développer un sentiment d’appartenance chez les nouveaux arrivants ? La question de l’Altérité actuellement au Québec prend, en effet, la forme, dans les sphères politiques, mais surtout médiatiques, d’un questionnement sur les fameux « Nous » identitaire. Connaître et reconnaître l’Autre est donc un réel acte de communication pour en arriver à une meilleure collaboration, cohabitation, ouverture et interaction entre les êtres humains. La communication interculturelle implique nécessairement la reconnaissance de l’Altérité et de se donner des balises de compréhension communes. Français et Québécois communiquent en fonction de leur propre héritage : leur dialogue se base sur l’identité, la culture. Elle suscite à chaque fois l’empathie, la compréhension, mais surtout l’interprétation. La communication interculturelle présente de nombreuses lacunes à plusieurs étapes et sur plusieurs plans. Français et Québécois ont présumé une similarité culturelle, basée sur un partage historique commun ainsi qu’une langue commune. Or, la langue, ses propriétés et ses usages sont bel et bien différents (Flye Sainte Marie, 1997). Les immigrants français ont pensé pouvoir tout anticiper par la préparation adéquate, voire quasi parfaite, en amont du projet migratoire. Mais l’expérimentation des différences culturelles, des codes, des comportements ne peut s’envisager qu’en phase migratoire.

Haut de page

Bibliographie

ABADALLAH-PRETCEILLE, M., 2004, Vers une pédagogie interculturelle, Paris, Anthropos, 3e édition.

BARRERE, A., et MARTUCCELI, D., 2005 « La modernité et l’imaginaire de la mobilité : l’inflexion contemporaine », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 118, no. 1, 55-79.

BNOU-NOUÇAIR R., 2008, Atouts et faiblesses de l’immigration au Québec, Paris, L’Harmattan.

DEMORGON J., 2010, Complexité des cultures et de l’interculturel. Contre les pensées uniques, Paris, Economica.

CAMILLERI C. et VINSONNEAU G., 1996, Psychologie et culture : concepts et méthodes, Paris, Armand Colin.

DUBUC C., 1999, Lettre à un Français qui veut émigrer au Québec, Montréal, Boréal.

GROSMAIRE J.-L., 1983, « Les Français à Montréal », Cahiers de géographie du Québec, vol. 27, n° 71, 341-348.

FLYE SAINTE MARIE A. 1997, « La compétence interculturelle dans le domaine de l’intervention éducative et sociale », Les cahiers de l’Actif, 250/251, I, 43-63.

GUILBERT L., 2005, « L’expérience migratoire et le sentiment d’appartenance », Ethnologies, vol. 27, n° 1, pp. 5-32.

HAMPDEN-TURNER C. et TROMPENAARS A., 2004, Au-delà du choc des cultures : dépasser les oppositions pour mieux travailler ensemble, Paris, Éditions d’Organisation, Collections : Collection Manageris.

HELLY D., 1995, Valeurs familiales et information gouvernementale. Perception d’immigrés. Québec, IQRC.

LAVALLEE B., 2012, L’influence de la mobilité sur la construction du sentiment d’appartenance territoriale : le cas de l’arrondissement Plateau-Mont-Royal, Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures et postdoctorales en vue de l’obtention du grade de maître en urbanisme, Université de Montréal, en ligne : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/9006/Lavallee_Brigitte_2012_memoire.pdf;jsessionid=2B134155C968CA2FDA05696B25B02576?sequence=4. Consulté le 15-07-2014.

LAZZERI C., « Identité et appartenance sociale », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #13 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/5705; DOI : 10.4000/traces.5705

RAMADIER T., 2002, Rapport au quartier, représentation de l’espace et mobilité quotidienne : le cas d’un quartier périphérique de Québec-ville. Espaces et sociétés, 108(1), 111-132. doi :10.3917/esp.g2002.108n1.0111.

ROTENBERG V., KUTSAY S. et VENGER A., 2000, « The subjective estimation of integration into a new society and the level of distress”. Stress Medicine, 16, 117-123.

SENCEBE Y., 2004, « Être ici, être d’ici. Formes d’appartenance dans le Diois (Drôme) », Ethnologie française, vol. 34, no. 1, 23-29.

Haut de page

Notes

1 « L’immigration française au Québec est une exception, Natacha Czerwinsk, 26/11/2018 : https://www.lexpress.fr/emploi/gestion-carriere/l-immigration-francaise-au-quebec-est-une-exception_2050068.html, consulté le 05/08/2019.

2 En 2010, le MIDI publie que le taux d’activité (69,4 %) et d’emploi (65,4 %) des immigrants français au Québec sont supérieurs à ceux de l’ensemble de la population du Québec (64,9 % et 60,4 % respectivement) et un taux de chômage inférieur (5,7 % contre 7,0 %). (Portrait statistique de la population immigrée née en France recensée au Québec, Immigration et communautés culturelles, http://www.quebecinterculturel.gouv.qc.ca/publications/fr/diversite-ethnoculturelle/com-france-2006.pdf, date de la consultation : 15-03-2011).

3 Selon le MIDI, en 2010, les revenus moyen (37 371 $) et médian (29 002 $) de la population immigrée née France sont plus élevés que ceux de l’ensemble de la population du Québec (32 074 $ et 24 430 $).

4 Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles. Statistiques sur la population recensée, http://www.micc.gouv.qc.ca/fr/recherches-statistiques/stats-recensement.html. Consulté le 29-11-2013.

5 Radio-Canada. « Le désenchantement des immigrants français », Enjeux, 8 juin 2004, 21 h. http://www.radio-canada.ca/actualite/enjeux/reportages/2004/040608/immigrants_francais.shtml. Consulté le 25-06-2013. Ce reportage remet en question l’imaginaire collectif concernant l’intégration des immigrants français au Québec. Beaucoup de Français s’adapteraient mal au Québec. Souvent déçus par le système de santé et la qualité de l’éducation, notamment, une forte proportion d’immigrants français retournerait en France après avoir passé seulement quelques années dans la Belle Province. Quelques-uns d’entre eux ont évoqué à Enjeux leur désenchantement.

6 Nous avons analysé la couverture médiatique au sujet de l’immigration des Français au Québec depuis le début des années 2000 dans la presse écrite française.

7 Duault, V. « Le Québec recrute ! », Le Point, n° 1458, vendredi 25 août 2000, p. 74.

8 Poncet, G. « Le Québec, terre d’immigration pour les Français », www.lepoint.fr, 4 juillet 2008. Consulté le 05-12-2012.

9 Ouellet, M. « Le Québec veut accueillir davantage d’immigrants français », www.lapresse.ca, 3 mai 2004. Consulté le 05-12-2012.

10 MICC. Direction de la recherche et de l’analyse prospective, novembre 2012.

11 Bilodeau, M., « Le Québec a la cote d’amour des Français », 18 février 2013, Radio-Canada, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/02/18/005-francais-immigration-quebec.shtml. Consulté le 15-11-2013.

12 Centre d’étude sur la pauvreté et l’exclusion, La pauvreté, les inégalités et l’exclusion sociale au Québec : état de la situation en 2012, http://www.cepe.gouv.qc.ca/publications/pdf/CEPE_État_situation_2012.pdf, p. 3. Consulté le 15-11-2013.

13 Emploi-Québec a pour mission de contribuer au développement l’emploi et de la main-d’œuvre ainsi que de lutter contre le chômage, l’exclusion et la pauvreté au Québec. Emploi-Québec relève du Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

14 Le taylorisme est une méthode de travail préconisée par l’ingénieur américain Frederick Winslow Taylor (1856-1915). Cette méthode se caractérise par une division du travail en tâches élémentaires et récurrentes et sur le paiement des employés au rendement de leur travail.

15 « Travailler au Québec : chaque immigration a son lot de défis et de chocs culturels », contributeur PClément, 21 juin 2013, L’express emploi, http://www.lexpress.fr/actualite/travailler-au-quebec-chaque-immigration-a-son-lot-de-defis-et-de-chocs-culturels_1259349.html. Consulté le 26-11-2013.

16 Ibid.

17 Les accords internationaux de sécurité sociale et le Régime de pension du Canada : https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/impot/decisions-concernant-regime-pensions-canada-rpc-assurance-emploi-ae/accords-internationaux-securite-sociale-regime-pensions-canada.html, consulté le 05/08/2019.

18 17. St-Pierre, R., « Immigration française au Québec, rester ou partir ? »,19 février 2013, Radio-Canada, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/02/19/008-rester-partir-immigration-francais-quebec.shtml. Consulté le 13-03-2014.

19 Helly Denise. Québécois, étrangers ou citoyens ? Les fondements de l’appartenance des immigrés au Québec. Dans : Revue européenne de migrations internationales. vol. 11 N° 3. pp. 67-78, DOI : 10.3406/remi.1995.1478. url :/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1995_num_11_3_1478. Consulté le 15-07-2014.

20 L’enquête a été réalisée auprès de personnes résidant à Montréal, natives du Québec et d’ascendance canadienne française ou émigrées au Québec de six pays différents.

21 Dossier Expatriés : « Pourquoi ils partent ? », Les Observateurs.ch, http://www.lesobservateurs.ch/2013/12/01/dossier-expatries-pourquoi-ils-partent/, 1er décembre 2013. Consulté le 14-02-2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie-Hélène Goulet, « L’immigration française contemporaine au Québec : entre retour au pays, poursuites migratoires et intégration durable », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/6896 ; DOI : 10.4000/rfsic.6896

Haut de page

Auteur

Sophie-Hélène Goulet

Sophie-Hélène Goulet est Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication. Elle est actuellement Ingénieure de recherche au Centre Virchow-Villermé de Santé Publique Paris-Berlin, adossé à l’Université Paris Descartes, USPC. Elle est également enseignante à l’UFR Communication de l’Université Paris 13. Ses recherches portent sur la communication interculturelle, les processus migratoires et l’intégration, les TIC et les pédagogies numériques innovantes dans le domaine de la santé publique et globale. Courriel : sophiehelene@ameddias.org, sophie-helene.goulet-ebongue@parisdescartes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals