Navigation – Plan du site
Dossier
Horizon médiatique

La constitution de la spécialité journalistique sur l’immigration en France : logiques politiques et professionnelles dans la production d’information

Paula de Souza Paes

Résumés

L’article porte sur la constitution d’une rubrique sur la thématique immigration dans la presse française à partir des mutations qui ont affecté le champ journalistique et les espaces sociaux qu’il médiatise. Il s’agit de démontrer que cette thématique devient progressivement dans la presse un domaine d’affirmation et de reconnaissance professionnelle. Les journalistes qui se veulent spécialisés légitiment l’importance de l’examen de l’immigration en France, en même temps qui veulent marquer leur distance vis-à-vis du pouvoir politique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il définit quatre sens pour la notion de « médiatisation ». Le premier renvoie à la prise en compte (...)

1Cet article s’appuie sur certains éléments du travail de recherche effectué dans le cadre d’une thèse de doctorat réalisée à l’Université Grenoble Alpes. Le travail porte sur la notion de médiatisation – selon la définition élaborée par Bernard Miège (2007)1 – de l’immigration en France. De fait, la médiatisation est un processus complexe qui relève de pratiques info-communicationnelles de divers acteurs, dont les médias eux-mêmes, et contribuent à la définition des enjeux et des cadrages des situations. Des travaux sur le phénomène de médiatisation se sont véritablement développés dans la période récente (Delforce, Noyer, 1999).

2En revanche, la médiatisation de la question immigrée demeure marginale en France et les travaux en sciences de l’information et de la communication (SIC) ne sont pas nombreux. Cela car la notion de médiatisation n’est pas considérée comme un processus d’interaction complexe où plusieurs acteurs s’interagissent faisant d’un sujet un « problème » attracteur de débat public et de lutte dans la définition de ses contours. Par exemple, Bertrand Cabedoche (2017 ; 2019) se saisit indirectement du questionnement via le rapport identité-altérité que mobilise le processus de co-construction de l’information médiatique, ou encore à l’instar de Tristan Mattelart (2009), Alain Kiyindou (2012), Théodora Miéré (2012), Sihem Najar (2011), via les jeux des acteurs que provoquent les expressions publiques des diasporas ou l’analyse de l’engagement dans l’espace public des populations transnationales. Simone Bonnafous (1999) propose une approche pour analyser la médiatisation de la « question immigrée » que nous prolongeons ici : examiner la médiatisation de l’immigration par ses « formes, ses registres, ses professionnels » dans le long terme. Cette approche suggère la prise en compte des évolutions ayant place dans l’espace journalistique qui contribuent à redéfinir la production de l’information : les modalités d’écritures et les registres dans la presse et les stratégies des journalistes qui sont en charge de la thématique. Examiner leur travail consiste ainsi à prendre en compte une dynamique en particulière : la constitution des « nouvelles » rubriques et thématiques. La recherche précurseur de Jean-Gustave Padioleau (1976) soulève l’importance de la formation d’une rubrique et la spécialisation des journalistes dans des thématiques particulières dans la sélection et la hiérarchisation des situations. Celles-ci sont « recadrées », comme l’affirme Jean-Pierre Esquenazi (2002 : 46), par les médias qui, ce faisant, participent à la sélection de ce qui « doit » être rendu public.

3La visibilité croissante du sujet « immigration » est inséparable de la construction progressive d’un « réseau d’acteurs » (Neveu, 1999) duquel font partie des responsables politiques chargés de l’immigration, d’un tissu d’associations mais aussi de « nouveaux » professionnels des médias qui se spécialisent sur le thème « immigration ». Ainsi, de « nouvelles » relations, normes et frontières professionnelles sont à l’œuvre.

4Il s’agit d’observer le processus de constitution d’un sous champ spécialisé dans la presse lié au sujet « immigration ». Ce terme est mobilisé en référence à Dominique Marchetti (2002 : 24) qui le définit comme constitué de « sous-espaces relationnels qui fonctionnent comme des champs en miniature ». La notion de champ est ici éclairante car elle permet d’envisager les propriétés spécifiques au champ journalistique – ses acteurs, ses enjeux et les intérêts qui le fondent (Bourdieu, 1994b). L’hypothèse est que la thématique « immigration » devient progressivement dans la presse un domaine d’affirmation et de reconnaissance professionnelle. Des professionnels des médias qui s’occupent de ce thème contribuent à constituer un « sous-espace spécialisé » au service « Société » de la presse quotidienne nationale (notamment Le Monde et Libération) à la mesure que l’immigration prend de l’importance au champ politique (Barats, 1994 ; 2001). La distance par rapport aux pouvoirs publics est souvent mise en avant par les journalistes qui traitent l’immigration, comme un gage de professionnalisme.

  • 2 Une partie de notre corpus a été constitué à partir de l’archive – non numérisée – de la Cité qui r (...)
  • 3 Nous avons pu accéder aux archives du quotidien Le Monde pendant une journée. Le corpus étant numér (...)

5De cette manière, l’article propose de démontrer la constitution d’une rubrique « immigration » dans la presse française à partir d’un corpus d’articles parus dans la presse entre la période 1985-2010 récoltés dans la Cité Nationale de l’Immigration2 et aux archives du journal Le Monde3.

6De plus, des entretiens ont été réalisés, pendant notre période d’enquête, d’avril 2011 à mars 2012, avec les journalistes considérés spécialistes dans la thématique, comme, par exemple, Philippe Bernard du journal Le Monde et Catherine Coroller qui travaille au journal Libération. De cette manière, l’article se focalise plutôt sur la production de ces deux journaux. Il a été également mobilisé leur production concernant le thème « immigration ». Les interviews nous permettent de confronter le rôle tel qu’affirmé par les professionnels des médias au sein de la société aux évolutions qui ont affecté l’exercice du journalisme et le traitement du sujet « immigration ».

7Il est proposé encore d’analyser les productions hors médias des journalistes considérés spécialisés, comme par exemple, les ouvrages qu’ils ont écrits en tant que « spécialistes » de la thématique « immigration ». Au total, l’analyse prend en compte cinq livres publiés (entre 1998 à 2010) par des journalistes qui travaillent, notamment, au quotidien Le Monde. La publication de livres sur l’immigration contribue également à fonder leur crédibilité en tant que « spécialistes ».

8La réflexion se structure en cinq étapes. Nous situons d’abord le contenu de l’information sur l’immigration dans le temps long à partir des changements des logiques professionnelles. Nous envisageons après la dynamique que révèle le changement de la « couverture » médiatique du sujet immigration dans les médias, notamment dans la presse. Ensuite, la prise en charge de l’immigration par des journalistes considérés spécialistes est abordée et nous verrons enfin comment les journalistes se définissent comme des acteurs qui ont des responsabilités morales et des compétences particulières.

La reconfiguration des interdépendances dans le champ journalistique dans les années quatre-vingt

9Comprendre le contenu de l’information sur l’immigration dans le long terme, à partir notamment des années quatre-vingt, nécessite des repères historiques. Cela permet, dans un premier temps, de contextualiser le contenu de l’information sur l’immigration à cette période mais aussi d’observer, dans un deuxième temps, l’état des relations que le champ journalistique entretient avec les différents univers sociaux qu’il traite. L’intérêt est d’observer le mouvement complexe de définition de l’objet – ou des objets – dont l’information sur l’immigration rend compte à cette période. Une logique interne de la presse contribue bien évidemment à la manière dont le sujet est traité. Le traitement journalistique de ce sujet est lié à une logique professionnelle, fondée sur des discours et des pratiques qui évoluent dans le temps. Pour comprendre cette logique, il est nécessaire de s’intéresser au fonctionnement des services au sein de la rédaction d’un journal et au découpage en rubrique de l’information.

  • 4 La période entre 1945 et 1974 est marquée par l’accentuation de la modernisation industrielle franç (...)

10Dans sa thèse, Simone Bonnafous (1991) analyse les discours tenus sur l’immigration dans la presse nationale française de 1974 à 1984. Elle montre que les articles se focalisent sur la description du cadre de travail et de vie des immigrés pendant toutes les années soixante-dix. Les journalistes rendent compte ainsi de leur lutte contre le patronat4 et de leurs revendications pour de meilleurs conditions de travail dans les usines ainsi que des grèves pour le respect de leur droit de locataire. L’immigré est avant tout considéré par les journalistes comme un travailleur qui appartient à la classe ouvrière.

11La question ouvrière à laquelle la figure de « l’immigré » était directement liée – était traitée par le service « économique et social » dans les années soixante-dix au sein du quotidien Le Monde. C’est ce qu’affirment les anciens spécialistes de la question immigrée du quotidien Le Monde, Robert Solé, dans les années quatre-vingt – il a été le chef du service Société entre 1983 et 1989, et rédacteur en chef entre 1989 et 1992 – et son successeur Philippe Bernard, pendant les années quatre-vingt-dix. Ce dernier explique qu’une rubrique « travailleurs immigrés » rattachée au service économique et social rendait compte de la question des travailleurs immigrés dans le cadre du travail et des relations avec l’entreprise : « Dans les années 70, l’actualité c’était surtout les questions des luttes ouvrières dans les entreprises, du syndicalisme, du racisme, déjà des questions de reconduite à la frontière mais, c’était plutôt une question sociale, il y avait de grandes grèves de loyer dans les foyers voilà les foyers de travailleurs immigrés ». (Bernard Philippe, journaliste au quotidien national Le Monde, entretien du 15 février 2012).

12À compter des années soixante, un journalisme économique et social émerge en France (Riutort, 2000), appelé journalisme économique « généraliste ». Le terme s’explique par l’élargissement du contenu de l’information économique qui était jusque-là limité à l’information boursière. Le service économique s’intéresse alors à des thèmes qui étaient peu traités ou traités par d’autres services, comme la politique et le social. En d’autres termes, l’émergence du journalisme économique à partir des années soixante s’accompagne de la mise en avant de questions concernant la macroéconomie (la « modernisation » du pays, les répartitions des « fruits de la croissance ») mais aussi de questions sociales (les inégalités sociales dont, par exemple, celles liées au logement). Ce mouvement s’accompagne d’une progression du tirage et de l’ampleur du service économique dans les rédactions, notamment au début des années soixante-dix. Le chercheur cite le journal Le Monde comme le quotidien qui illustre l’émergence d’un journalisme économique et social en France avec l’arrivée d’une nouvelle génération de rédacteurs au sein de ce journal. Ils appréhendaient donc le journalisme économique comme un service au sein de la rédaction qui devait chercher des réponses aux questionnements sociaux de l’époque, comme les inégalités liées au travail et les conditions de vie des classes populaires. L’objectif était de « réhabiliter » le journalisme économique car celui-ci avait été discrédité dans la profession en raison de scandales financiers auxquels les journaux avaient été « mêlés » à la fin du xixe siècle et entre les deux guerres (Ruellan, 2011). Néanmoins, ce service passe par un repositionnement. Les transformations du contenu de l’information économique s’accompagnent des mutations dans l’exercice de la profession (Duval, 2000). Il s’agit d’une réorientation du journalisme économique qui se traduit essentiellement par la production d’une information pratique à l’usage des agents engagés dans le champ économique, notamment les cadres et les dirigeants. Ce processus est appelé la « dynamique de cadre » qui peut être observé notamment dans des titres de presse de « gauche » comme Le Monde et Libération. La dynamique se résume à aborder des secteurs tels que le bâtiment, l’agro-alimentaire, l’immobilier, les banques et les assurances, entre autres.

13La transformation du traitement de l’économie débute donc à partir des années quatre-vingt dans la presse d’information quotidienne comme Le Monde et Libération. Ce dernier, d’orientation de « gauche », lance en 1981 une nouvelle formule, « Libé 2 », où la publicité et les annonces payantes apparaissent dans les pages du journal et des groupes industriels entrent dans le capital de l’entreprise. Après cette création, un service économique est mis en place au quotidien. Ce mouvement est la corrélation d’une multiplication de la diffusion du journal et d’une modification d’une fraction de son lectorat (Bourdieu, 1994a).

  • 5 Pour ce qui concerne le contexte politique de l’époque, lire : Juhem, 2001.

14En ce qui concerne le quotidien Le Monde, son repositionnement se traduit par la focalisation sur la microéconomie : notamment les stratégies économiques des grandes entreprises. Dans cette dynamique, Le Monde lance également des suppléments financiers et multiplie des suppléments de « publi-information ». La macroéconomie (« l’actualité syndicale, l’attention portée à la production universitaire » (Duval, 2000 : 70) réapparait dans les rubriques « France » ou dans les suppléments Le Monde de l’Économie. Le poids des contraintes économiques a été significatif dans la mise en forme de l’information économique et sociale5.

15En plus de ces mutations affectant le secteur des médias et le travail des journalistes (Rieffel, 2001) – et en raison même de ces mutations – les années quatre-vingt sont marquées par l’émergence d’un « problème nouveau » qui met en avant la figure de « l’immigré » à travers ce qu’il est convenu de nommer « les problèmes des banlieues » qui se résument à des actes de violence commis dans des quartiers d’habitat social.

Emergence d’un « nouveau » problème

  • 6 Selon l’étude publié par l’ancien ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité natio (...)

16À partir des années quatre-vingt, la focalisation des articles de la presse sur le sujet de l’immigration se déplace des conditions de vie et de travail des immigrés aux difficultés associées à la présence des immigrés en France (Bonnafous, 1991). L’émergence, il y a trente ans, de ce que la sociologue Annie Collovald (2001) appelle le « problème des banlieues », explique le déplacement de la production de l’information sur l’immigration. Dès la fin des années soixante-dix, les inquiétudes à propos des banlieues faisaient déjà débat politique en France (Bachmann ; Leguennec, 1996). Néanmoins, c’est en 1981 avec les incidents dans le quartier des Minguettes (un quartier de Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise) que l’attention des hommes politiques et des journalistes se focalise sur une fraction des habitants des grands ensembles : les jeunes « descendants d’immigrés6 ». Les incidents se résument à des voitures brûlées, barricades, lancers de projectiles divers et de cocktails Molotov contre les forces de police. Après les actes de violence dans la banlieue lyonnaise, d’autres « malaises » ont eu lieu en France (Sedel, 2007 ; Champagne, 1991). D’une manière générale, les incidents dans des quartiers d’habitat social se résument à des affrontements entre des jeunes, descendants d’immigrés et la police.

17Les articles de presse se focalisent ainsi sur l’origine des étrangers vivant en France et sur leurs difficultés de cohabitation avec le reste de la population. Ainsi, si dans les années soixante-dix « l’immigré » est vu par et dans la presse comme « travailleur », dans les années quatre-vingt il est un « immigré » avant tout et ceci dans le cadre même de son travail. Le traitement télévisé du thème de l’immigration confirme également cette tendance : il est moins question de migrations internationales, que d’origine géographique et d’identité ce qui relève d’une stigmatisation des personnes issues de l’immigration, en particulier hors Union européenne (Barats, 2001), et des « banlieues » notamment au début des années 1980 (Lochard, 1998 ; Boyer ; Lochard, 1998).

  • 7 Robert Solé est né au Caire en Egypte et arrive en France en 1964. Il entre au journal Le Monde en (...)

18Le détournement de l’attention journalistique est observé par l’ancien journaliste du quotidien national Le Monde, Robert Solé7 qui était le chef du service « Société » dans les années quatre-vingt et en charge du traitement de l’immigration durant cette période. Il observe, dans un entretien publié en 1988, que « l’irruption » des « problèmes de violence urbaine » dans l’actualité a imposé une « nouvelle » perspective dans le traitement du sujet au sein du quotidien Le Monde dans les années quatre-vingt : « Dans Le Monde, il y a quelques années, l’immigration était plutôt en pages économiques. Aujourd’hui, on la traite essentiellement sous un angle « société ». C’est très paradoxal, en un sens, puisque le chômage n’a jamais autant obsédé les Français et que les travailleurs immigrés sont considérés par certains comme des concurrents… Mais cela s’explique par l’évolution de la population immigrée, devenue plus sédentaire, plus féminine, plus jeune… Il est normal qu’on parle davantage aujourd’hui de l’école ou du logement. » (Sole, 1988 : 158).

19Dans les années quatre-vingt, les rubriques sous lesquelles ce sujet apparaît se diversifient, ce qui conduit à une diversification de la production de l’information sur l’immigration (Battegay ; Boubeker, 1993). À partir de 1981, le quotidien Le Monde, par exemple, voit ses rubriques se multiplier (Saitta, 2005).

  • 8 Depuis 2005, il est au service international où il était en charge de l’Afrique jusqu’à 2010 quand (...)

20Philippe Bernard, qui a été spécialiste de l’immigration pendant les années quatre-vingt-dix (entre 1990 et 1999) et ensuite chef adjoint du service « Société » entre 1999 et 20048 au Monde, considère que dans les années quatre-vingt, il y a eu un « tournant » au journal en ce qui concerne le traitement de l’immigration. Selon lui, l’actualité ne se focalise plus sur l’immigration de travail mais se centre sur la question de l’intégration de l’immigré et de sa famille à la société française. Ainsi, la question sur les immigrés dans la presse s’élargit : « À partir des années 80, l’ensemble de l’actualité, ce n’était plus les foyers, c’était les cités des quartiers populaires où les ouvriers français étaient de plus en plus remplacés par étrangers parmi les locataires. […] Evidemment, dans les années 80, le mouvement de regroupement familial a transformé la question simplement des travailleurs à une question sociale beaucoup plus large » (Bernard Philippe, journaliste au quotidien Le Monde, Entretien du 15 février 2012).

21À partir des années quatre-vingt, la production de l’information sur l’immigration correspond à la production d’une actualité qui aborde les incidents en banlieue en raison de l’implication, dans ces incidents, de jeunes garçons de parents immigrés. L’émergence « inattendue » de ces accrochages et de mouvements sociaux venant des quartiers d’habitat social interpellent autant les hommes politiques que les journalistes (Calvès, 2001).

22Ainsi, tout porte à croire que la rubrique qui traitait le sujet « immigration » associé à la question des banlieues françaises – et à l’intégration des populations étrangères qui y habitaient – était une « jeune » rubrique à la fin des années quatre-vingt. L’immigration – et ses enjeux – est un sujet « nouveau », autant pour les responsables politiques que pour les journalistes. En effet, la fin des années quatre-vingt et le début des années quatre-vingt-dix ont été marqués par des décisions prises dans le champ politique aux niveaux national et européen concernant la question de l’immigration. Le concept « d’immigré », par exemple, n’est défini qu’en 1991 par le Haut Conseil à l’Intégration créé en 19899 ». La signature de l’accord de Schengen en 1990 (Laacher, 2012) est également un exemple des mesures prises sur le plan politique impliquant directement le sujet « immigration ». Ce mouvement a contribué à intéresser les médias au sujet.

23C’est donc dans un contexte de mutation que l’immigration devient une « véritable » rubrique au quotidien Le Monde, à partir des années quatre-vingt-dix. Selon le journaliste Philippe Bernard, qui a succédé à Robert Solé dans la « couverture » de l’immigration, c’est seulement depuis cette période qu’il existe une rubrique spécialement consacrée à l’immigration. Le journaliste, qui a trente ans d’expérience dans ce quotidien, a « couvert » le sujet pendant neuf ans, de 1990 à 1999 : « Dans les années 90, déjà, ça [l’immigration] commençait à être un sujet vraiment très important. Je crois que ce qui m’intéressait c’est que c’était un sujet au carrefour de beaucoup de sujets différents, c’est-à-dire que ça traitait de la société, ce qui amenait à traiter aussi des questions de droit, et de se tourner vers l’international. L’immigration met forcément en jeu les rapports entre les pays, c’était donc, à la croisée de beaucoup de thématiques très différentes. […] » (Bernard Philippe, journaliste au quotidien national Le Monde, entretien du 15 février 2012).

24La déclaration du journaliste indique l’importance et l’intérêt qu’il attache à l’information sur l’immigration : pour lui, c’est une question transversale qui interpelle la société et, ainsi, c’est un enjeu professionnel important. Sa déclaration indique une manière « structurée » de représenter autant la profession que sa compétence, liée à sa capacité à traiter un sujet transversal. En effet, ce journaliste a été considéré comme le spécialiste de la question de l’immigration au Monde. Selon lui, sa formation en droit facilite la « couverture » de la thématique, même si sa spécialisation n’est pas en lien directe avec sa formation. C’est surtout son intérêt personnel au sujet « immigration » qui compte car « [ce sujet] m’a toujours intéressé principalement parce que c’est à la croisée de beaucoup de problématiques à la fois politiques, économiques, internationales » (Bernard, 2012).

25Pendant les années quatre-vingt-dix, Philippe Bernard écrit des articles portant, par exemple, sur l’intégration des populations étrangères, des mobilisations des étrangers et sur les actions publiques ayant trait à l’immigration. La publication de livres sur l’immigration contribue également à fonder la crédibilité de Philippe Bernard en tant que « bon connaisseur » de la thématique. Tout au long de sa carrière, il a publié trois ouvrages dont un, focalisé sur l’intégration – avec un guide juridique sur le droit de l’immigration (1998) – et un autre sur la dimension mondiale de l’immigration (2002). Le troisième est intitulé « La crème des Beurs » (2004) et présente des portraits des jeunes descendants d’immigré. Dans le premier, publié en 1998, le journaliste se concentre sur l’histoire du pays en tant que pays de l’immigration et les évolutions concernant autant le flux migratoire que les lois mises en place par les différents gouvernements depuis, notamment, les années soixante-dix. C’est un livre très documenté où il cite des données officielles, des recherches de sociologues (par exemple, d’Abdelmalek Sayad) et d’historiens (Gérard Noiriel et Patrick Weil), avec des guides (sur l’entrée et le séjour des étrangers) publiés par des associations qui défendent les droits des étrangers. Son propos est d’apporter des informations précises sur un sujet qu’il considère comme « un enjeu politique et social de première importance » (Bernard, 1998 : 11). Le journaliste s’appuie donc sur des recherches réalisées par des « experts » dans le domaine et sur des publications d’associations.

26Dans le deuxième ouvrage, publié en 2002, le journaliste avance comme argument, qu’il y a un « mauvais usage » de la notion de l’immigration dans l’actualité sur cette thématique. Selon lui, la raison qui expliquerait cette « erreur » est l’enfermement du débat sur la question de l’immigration au territoire français. Il voit donc l’immigration avant tout comme un phénomène global. Il fait remarquer la complexité de l’actualité sur l’immigration : « Echauffourées dans les banlieues « sensibles », chavirage dramatique d’un rafiot d’émigrants entre Maroc et Espagne, manifestations de sans-papiers, organisation de l’islam en France, centres de rétention surpeuplés, échec scolaire, mémoire coloniale, besoin de main d’œuvre étrangère… Sans cesse, l’actualité fait référence à l’« immigration ». […] Ce mot attrape-tout, concentré trop facile des hantises d’une époque bousculée, masque des réalités souvent bien éloignées du fait migratoire brut ; l’acte de quitter le pays où l’on est né pour trouver un ailleurs meilleur, poussé par l’oppression politique, la violence, la pauvreté » (Bernard, 2002 :13).

27Dans ce sens, ce que le journaliste Philippe Bernard critique est la confusion qui existe entre la politique de flux (les conditions d’entrée et de séjour) et ce qu’il appelle « l’action en faveur de l’intégration » (2002 :13) comme par exemple la formation, l’emploi, le logement, etc. Le journaliste essaie donc de définir le phénomène de l’immigration d’une façon conventionnelle, telle qu’elle est définie par le Haut Conseil à l’Intégration. Ainsi définie, l’immigration est un phénomène qui comprend l’acte de quitter un pays et d’aller vers un autre. La spécialisation du traitement journalistique d’un sujet se traduit ainsi par le recours à des définitions qui sont élaborées au niveau politique et par la reconnaissance de la part du groupe professionnel de la compétence du journaliste. Ceci apparaît également quand le journaliste publie, en tant que « spécialiste » de l’immigration, un point de vue sur ce sujet dans la rubrique Idées, au Monde, qui est conventionnellement consacrée aux « experts » (Bernard, 2008).

La constitution de l’« immigration » en tant qu’enjeu politique et social majeur

Monde 1011

28En 2007, Laetitia Van Eeckhout publie un livre intitulé L’immigration (Van Eeckhout, 2007) sous forme de questions-réponses (cent-trente-cinq au total). Les questions sont variées : des démarches administratives (« Comment obtient-on la carte de résidence ? ») à des curiosités culturelles (« Les immigrés conserve-t-il leurs habitudes alimentaires en France ? »). Elles portent principalement sur l’histoire des vagues de l’immigration et ses caractéristiques : « La France a-t-elle besoin des immigrés ? » ; « Comment le mouvement des populations évolue dans le monde ? » ; les définitions de termes : « Qu’est-ce qu’un immigré ? » ; « Qu’est-ce que l’immigration choisie ? » ; « Qu’est-ce que l’espace Schengen ? » et encore, l’explication sur certaines controverses relatives à des déclarations des responsables politiques.

29Les définitions des termes (tel que l’« immigré ») reviennent autant dans les déclarations des journalistes que dans leur production depuis les années quatre-vingt. Ceci peut s’expliquer par l’évolution constante de la politique de l’immigration (« nouvelles » propositions élaborées comme la politique de l’immigration choisie élaborée par Nicolas Sarkozy ; la création d’un ministère « unique » pour l’immigration) et les nombreuses lois votées concernant les flux migratoires notamment au début des années 2000 (Weil, 2005).

30Comme dans les ouvrages de Philippe Bernard, la journaliste Laetitia Van Eeckhout utilise des statistiques officielles (sur le flux migratoire en Europe, par exemple) et les résultats de recherches d’historiens et de politologues français. L’usage des données officielles ainsi que des résultats ou enquêtes des recherches scientifiques indiquent l’intention de ces professionnels d’apporter une réponse « objective » à des enjeux considérés comme complexes et « contaminés » par des idées reçues. Elle explique, dans l’ouvrage, que certaines controverses « demeurent fortement ancrées dans l’opinion » (Van Eeckhout, 2007 : 137), comme celle sur les droits des immigrés aux prestations sociales. La journaliste met en avant le rôle « pédagogique » et de « service public » de sa profession en avançant des arguments qui sont ici éclairants à ce propos. Elle souligne que l’immigration : « [...] Mérite un vrai débat » car un « imaginaire migratoire est de plus en plus prégnant » et « tout porte à croire que la pression migratoire venant des pays du Sud, et de l’Est va s’intensifier » (Van Eeckhout, 2007 : 9).

  • 12 « Les limites de l’immigration choisie, par Laetitia Van Eeckhout », Le Monde, Idées, le 10 avril 2 (...)
  • 13 L’émission est intitulée « France : la grand mutation », en ligne sur : http://www.franceculture.fr (...)

31De même que le journaliste Philippe Bernard, elle considère l’immigration comme un enjeu « urgent » qui s’affirme dans l’actualité française. La journaliste est également reconnue comme une « spécialiste » : elle a publié des points de vue sur l’immigration dans la rubrique Idées au Monde, comme celui paru en 200612 et a été invitée, en 2013, à une émission à France Culture, avec Michèle Tribalat, directrice de recherches à l’INED (Institut National de Etudes démographiques), pour discuter sur l’immigration13.

  • 14 Depuis octobre 2011, la journaliste est correspondante permanente de Libération en Rhône Alpes.

32Dans le quotidien Libération, la journaliste Catherine Coroller14 est considérée comme la spécialiste de l’immigration. Elle a été affectée au service en 2007 – à la même période que la journaliste spécialisée au Monde. Elle explique quels enjeux faisaient partie de son domaine d’intervention : « L’immigration c’est les aspects politiques, sociétaux et un peu économiques. […] L’immigration, pour moi, c’est vraiment la première génération, l’immigration égale et inégale. Les gens qui viennent d’arriver, les gens qui arrivent. Les immigrés, ils sont à Paris, pas obligatoirement en banlieue. […] Banlieue et immigration ce n’est pas pareil. La banlieue c’est un autre problème, je ne me suis jamais occupée de la banlieue, je n’ai pas travaillé sur la banlieue […] » (Coroller Catherine, journaliste spécialisée de l’immigration au quotidien Libération, Entretien du 17 mars 2012).

  • 15 Les publications datent de novembre 2008 jusqu’à septembre 2011 quand le blog s’arrête en raison du (...)

33La journaliste insiste sur la différence qu’il existe entre les thématiques « immigration » et « banlieue ». En effet, dans son blog intitulé « Hexagone15 », qu’elle a mené de novembre 2008 à octobre 2011, les enjeux liés à des incidents en banlieue – les affrontements entre habitants et police par exemple – n’apparaissent pas. Avant d’aborder le contenu de son blog, il convient de préciser que le blog – qui est hébergé sur la plateforme Libération.fr – reprend les sujets de l’actualité qui ont été publiés dans le quotidien Libération. Il nous permet de saisir le rapport quotidien que la journaliste entretenait avec ses lecteurs et les éléments qui indiquent son engagement personnel dans la mise en forme de l’actualité et qui fondent sa spécialité.

  • 16 Les catégories des publications sont diverses : actualité, asile, discrimination, développement, ex (...)
  • 17 Il fait référence à la nomenclature du ministère créé par le président Nicolas Sarkozy (2007-2012), (...)
  • 18 L’association a été créée en 2007, notamment par des chercheurs, et propose de documenter le traite (...)

34Les articles (208 au total) montrent que son domaine d’intervention est pluriel16 et comporte, de manière général, les actions gouvernementales (des visites, des communiqués, des discussions entre les hommes politiques, des déclarations et des réactions) ; les publications de rapports et des ouvrages (sur les conditions de vie dans les centres de rétention par exemple) ; des études et des analyses d’institutions (conférence d’un sociologue CNRS sur l’usage politique du terme « codéveloppement » par le gouvernement17, publication des études dans la revue Ined -Institut National de l’Etudes démographiques), des rapports d’associations qui mènent des recherches et/ou des statistiques (publication d’un ouvrage sur la politique d’immigration de Nicolas Sarkozy par des chercheurs membres de l’association « Cette France-là18 »), et des témoignages de personnes expulsées du pays ou de personnes qui racontent leurs difficultés à y entrer.

  • 19 Coroller Catherine, « Faire des migrants des partenaires du développement », Billet du 20 mai 2009.
  • 20 Coroller Catherine, « De l’argent pour les banques mais pas pour les pays pauvres », Billet du 14 n (...)
  • 21 Coroller Catherine, « Les transferts d’argent des migrants affectés par la crise », Billet du 4 jui (...)
  • 22 Parmi les 208 articles publiés, 159 sont consacrés exclusivement à la politique de l’immigration me (...)
  • 23 Coroller Catherine, « Peut-on avoir un vrai débat sur l’immigration ? », Billet du 11 novembre 2008

35Les aspects économiques abordés par la journaliste se résument à rapporter des critiques ou des questionnements réalisés par des études de chercheurs sur la relation entre développement et migration19 ; sur le budget du ministre Brice Hortefeux consacré au développement solidaire20 ; sur la crise économique et les conséquences sur les transferts de fond de migrants (notamment africains)21. Les aspects politiques et sociaux sont plus présents. Le suivi de la politique du gouvernement fait l’objet de la majorité des billets publiés dans ce blog22. Le traitement de la politique d’immigration est d’ailleurs le but avoué de la journaliste : « Mon projet est de passer au crible la politique d’immigration du gouvernement23 ». En effet, ses interlocuteurs habituels se résumaient au : « Ministère de l’immigration puisqu’il y a eu la création d’un Ministère de l’immigration, les associations de défense des sans-papiers, et aussi beaucoup les avocats. […] Il y a énormément de juristes en fait quand vous vous occupez de l’immigration, il y a beaucoup de gens que vous pouvez appeler, ce n’est pas très compliqué. La seule chose c’est qu’il faut téléphoner… » (Coroller Catherine, journaliste au quotidien Libération, entretien du 17 mars 2012).

  • 24 L’aspect juridique de la thématique apparaît aussi dans le propos d’un autre journaliste, Franck Jo (...)
  • 25 Gisti signifie Groupe d’information et de soutien des immigrés. Présentation de l’association sur : (...)

36Le sujet « immigration » apparaît également dans le blog comme un enjeu judiciaire24. La prise en charge de ce sujet requiert une compétence sur les notions de droit qui se résument aux droits et aux lois concernant les étrangers et à leur condition d’entrée et de séjour en France. C’est la raison pour laquelle la journaliste indique les avocats et les associations – notamment le Gisti25 à laquelle participent des avocats – comme des interlocuteurs importants.

37Un sujet qui intéresse plus particulièrement la journaliste est le renouvellement des papiers des Français nés à l’étranger et enfants de parents français ou des Français ayant dans la famille des racines à l’étranger. Née en Suisse et fille de parents français, la journaliste se sent concernée par le sujet auquel elle a consacré un ouvrage publié en 2010, intitulé « Vous êtes Français ? Prouvez-le ! » (Coroller, 2010). Elle explique les raisons pour lesquelles elle a décidé d’écrire le livre : « Normalement, toutes les personnes qui ont un lien avec l’étranger deviennent suspectes. Pour renouveler mes papiers, à chaque fois, il faut que je prouve que je suis française. Donc le livre c’est là-dessus, c’est cette obsession de la pureté de la race ou je ne sais pas quoi. Il y a plein de cas de figure [dans le livre]. Tous les cas de figure sont des gens à qui on a reconnu la nationalité française, à qui on demande à chaque fois de le prouver » (Coroller Catherine, journaliste au quotidien Libération, entretien du 17 mars 2012).

38Elle a écrit ce livre à partir des témoignages et des articles qu’elle a rédigés à Libération. Dans son blog, elle invite les lecteurs à lui envoyer des témoignages.

39Les publications des journalistes révèlent ainsi une certaine compétence dans le domaine en même temps qu’elles indiquent sa reconnaissance auprès du milieu professionnel (deux des ouvrages de Philippe Bernard ont été coédités par Le Monde) et de ses interlocuteurs.

40La spécialisation s’accompagne également des déclarations sur l’importance de la thématique dans l’actualité (définition des termes et du contenu à traiter) et sur l’activité professionnelle du journaliste : l’autonomie vis-à-vis des interlocuteurs, comme nous abordons maintenant.

La délimitation d’un groupe professionnel : les journalistes comme acteurs du débat public

41Le journaliste Philippe Bernard, qui était en charge de l’immigration au Monde pendant les années quatre-vingt-dix, souligne que le rôle de la presse est, et a toujours été, la défense des droits humains. C’est donc pour cette raison que ce journal dénonce la « manipulation », selon la journaliste, du débat sur ce sujet en France par les partis de « gauche » et de « droite ». Il affirme que les journalistes doivent aller au-delà des arguments que les responsables politiques mettent en avant sur ce sujet : « Tous les responsables politiques de gauche comme de droite répètent depuis des années que l’intégration est en échec. Je pense que l’intégration des immigrés en France est une réussite et que les responsables politiques ne veulent pas le dire ou ne peuvent pas le dire parce que les difficultés sont surtout économiques plus que culturelles. Mais, malheureusement, les responsables politiques n’aiment pas que le débat dérive sur les questions économiques et sociales parce que là-dessus ils ont beaucoup échoué. Il y a une espèce de consensus pour faire dériver le débat sur les questions culturelles et religieuses et je pense qu’on ne peut pas se contenter des perspectives culturelles ou religieuses » (Bernard Philippe, journaliste au quotidien national Le Monde, entretien du 15 février 2012).

42Il s’agit ainsi d’affirmer qu’ils ne sont pas le relais des stratégies de communication des responsables politiques. Le journaliste soutient le fait que les pouvoirs publics essaient de masquer leurs « échecs ». De plus, le journaliste attribue au public le droit de tout savoir. Il met en avant son devoir de rendre public les actions des pouvoirs, comme si la diffusion était une garantie de transparence. La déclaration du journaliste est à l’encontre de la Déclaration des droits et devoirs des journalistes adoptée en 1971 par les représentants des syndicats et fédérations de journalistes (Cornu, 2009 : 465). Dans le préambule de la déclaration, le droit à l’information, à la libre expression et à la critique, figure comme l’une des libertés fondamentales de tout être humain. Ainsi, cette activité est désignée comme une noble mission, indispensable pour l’exercice de la démocratie. L’information tenue comme un droit fait émerger la responsabilité des journalistes vis-à-vis des citoyens. Cette responsabilité y apparaît comme primordiale, devant celles qui doivent s’exercer à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics. Dans la déclaration des devoirs, le respect de la vérité figure en premier lieu, suivi par la défense de la liberté de l’information. Ainsi, les journalistes se définissent comme des acteurs qui ont des responsabilités morales. La rubrique « immigration » est ainsi une rubrique importante selon ce journaliste car elle fait partie de l’« identité » du journal (et de sa mission sociale) et de ses professionnels. Le Monde est considéré comme un journal dont l’histoire est liée à des luttes anticolonialistes au milieu des années cinquante (Eveno, 1996 : 148). Le journaliste souligne que la rubrique « immigration » était toujours « noble » pour le journal : « Je pense qu’on peut dire que c’était une rubrique importante à cause de l’histoire de ce journal. C’est-à-dire un journal qui a joué un grand rôle dans les luttes de décolonisation et notamment dans la guerre d’Algérie, qui a été un peu en pointe pour dénoncer la torture et accompagner le mouvement vers l’indépendance des anciennes colonies françaises. Aussi parce que dans les fondamentaux du journal, il y a la défense des droits de l’homme, la lutte contre le racisme tout ça donc ce sont des choses qui font notre identité donc bien sûr ce sont des choses qui ont toujours été mises en avant, c’est toujours vrai » (Bernard Philippe, journaliste au quotidien national Le Monde, entretien du 15 février 2012).

43Il s’agit ainsi d’affirmer l’existence collective du groupe professionnel auquel il appartient par l’importance de son rôle dans la société. Pour lui, l’immigration recouvre les questions des droits universels : « Les questions des droits de l’homme et d’antiracisme ça c’est vraiment notre faire-commun ici, si ce journal est militant de quelque chose il l’est de ça donc ce n’est pas un militantisme personnel. C’est l’ADN du journal de dénoncer les attentats du droit de l’homme et le racisme »(Bernard Philippe, journaliste au quotidien national Le Monde, entretien du 15 février 2012).

  • 26 Coroller Catherine, « Douze ans… et quatre jours au trou », Libération.fr, Blog Hexagone, le 19 jan (...)

44Ce qui ressort également des entretiens avec des journalistes, c’est le possible rôle que les médias jouent dans les prises de décisions politiques. Comme si la mise en visibilité d’un sujet pouvait faire pression sur les responsables politiques entrainant des changements dans leur décision ou proposant de nouvelles solutions qui n’ont pas été jusque-là présentées. C’est ce qui s’est passé avec la publication des articles sur Williana, une petite fille congolaise de douze ans, qui était placée dans la zone d’attente à l’aéroport d’Orly à Paris. En janvier 2009, la journaliste Catherine Coroller publie des articles sur Williana. Son père William, qui est naturalisé français, était originaire du Congo où sa fille habitait avec sa mère. Après le décès de sa mère, Williana essaie de rejoindre son père en France. Toutefois, les deux demandes de regroupement familial ont été rejetées. Son père décide alors de la faire venir en France illégalement. Comme son passeport n’est pas en règle, Williana est placée en zone d’attente. L’association Resf (Réseau éducation sans frontières) lance ainsi une campagne, qui a été relayée par la presse, pour essayer de faire entrer la petite fille en France. Pour éviter son expulsion, Williana a donc déposé une demande d’asile, après avoir été conseillée par l’association. Quelques jours plus tard, elle rejoint enfin son père après l’intervention du préfet. La journaliste a écrit donc sur cet épisode : « La mobilisation des associations et la médiatisation dans ce cas, a-t-elle joué un rôle ? Toujours est-il que Williana a été rendue à sa famille en fin d’après-midi, avec un laissez-passer valable une semaine, le temps que l’administration règle sa situation. Cette dernière explique que "le préfet l’a fait libérer dès qu’il l’a su" » et que le père, en situation régulière en France, a pu fournir les documents établissant que Williana était bien sa fille26 » (Coroller Catherine, « Douze ans… et quatre jours au trou », Libération.fr, Blog Hexagone, le 19 janvier 2009).

  • 27 Billet intitulé « Copé au secours des Français en mal de papiers ».
  • 28 Billet intitulé « Vous êtes Français ? Prouvez-le ! » du 28 septembre 2010.
  • 29 Dans le billet du 13 mai 2009, le billet intitulé « Brésilienne, universitaire, touriste et… indési (...)

45La libération de Williana est ainsi analysée comme une possible conséquence du travail des médias. Il s’agit donc du sentiment d’avoir donné la parole à des « démunis » et d’avoir porté de l’aide. L’argument de la journaliste se fonde donc sur des expériences vécues. En effet, Catherine Coroller demande la participation des lecteurs. Comme par exemple dans le billet publié, en février 2010, sur les individus qui ont des problèmes pour renouveler les papiers d’identité en France, elle énonce : « Tous les témoignages sont par ailleurs les bienvenus sur ce blog27 ». Sur ce même sujet, elle publie le billet intitulé « Vous êtes Français ? Prouvez-le ! », en septembre 2010, où elle déclare également : « Vos témoignages sont les bienvenus28 ». Elle reçoit des commentaires par billets, jusqu’à deux cent cinquante29.

46La journaliste énonce que la rubrique « immigration » est une rubrique « noble », car « ça fait partie des valeurs que Libération défend, la défense du plus faible, la défense de l’immigré, ça faisait partie des valeurs que Libération défend » (Coroller, 2012). Catherine Coroller réactualise les affirmations qui ont rendu possible la constitution du groupe professionnel des journalistes que nous avons abordé plus haut : la défense des droits humains, des « démunis » vis-à-vis du pouvoir public.

La délimitation d’une spécialité : affirmation d’une compétence particulière

47Les journalistes revendiquent également leur spécialisation dans un sujet en s’attribuant une compétence et un rôle pédagogique ou de médiateur entre l’État et la société. C’est ce qu’affirme la journaliste Catherine Coroller dans un billet publié dans son blog Hexagone. Se revendiquant « journaliste spécialisée », elle affirme son projet de mener un « vrai » débat sur l’immigration et son intention de : « […] passer au crible la politique d’immigration du gouvernement – et accessoirement celle prônée par l’opposition -, ce qui est le travail de base d’un journaliste, mais aussi d’ouvrir le débat sur le sujet. Contrairement à ce que tentent de faire croire ceux qui pourrissent ce blog, la question de l’immigration est devant nous et ne se résume pas à empêcher les étrangers d’entrer en France ou à les renvoyer chez eux. Et bien malin qui peut dire aujourd’hui ce que pourrait être une bonne politique d’immigration » (Coroller, 2008).

48La journaliste résume ainsi ce qu’est le travail d’un journaliste : analyser attentivement la politique en prenant de la distance, c’est-à-dire, le fondement de l’identité professionnelle des journalistes. Elle évoque son rôle de lutter contre les discours des responsables politiques : « Le gouvernement valorise [l’immigration], l’exploite en fait pour avoir les voix de l’extrême droite, pour faire peur aux gens en disant « les immigrés menacent la France donc votez pour moi parce que moi je vais vous défendre ». « Ils prennent le travail des Français, ils font baisser les salaires et là ils touchent des allocations auxquels ils n’ont pas droit », et ça c’est faux ! Les chiffres sont faux, en fait, quand vous commencez à vous occuper de l’immigration, c’est tellement injuste que du coup ça devient intéressant, vous vous dites : « ce n’est pas possible ! » (Coroller Catherine, journaliste spécialisée de l’immigration au quotidien Libération, Entretien du 17 mars 2012).

49Au-delà de ce constat, la journaliste propose par le biais de son blog d’ouvrir un débat et de donner la parole aux lecteurs. Quelques jours après l’inauguration de ce blog, la journaliste a écrit un billet sur les nombreux commentaires qu’elle a reçus à propos des témoignages des étrangers placés dans les centres de rétention. Plusieurs lecteurs ont demandé l’intervention du modérateur du blog étant donné le nombre des propos violents dirigés vers les étrangers. Ainsi, la journaliste propose, soit de censurer les messages anti-immigrés, soit d’interdire tous les commentaires. Dans l’entretien que nous avons réalisé avec elle, la journaliste regrette de ne pas avoir réussi à former un groupe de débat sur la question : « Sur l’immigration, il n’y a pas des communautés d’internautes, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’expert, il n’y a pas du tout d’expertise dans les commentaires. C’est juste de la passion. Et c’est nul, ce n’est pas constructif, ce n’est pas une question de honte, et ce n’est pas une question de « pauvres immigrés ». Je pensais que ça allait permettre de créer un vrai débat intéressant avec des faits, des chiffres, mais pas du tout. C’est complétement passionnel, c’est juste : « jetez-les à la mer et de l’autre côté « ouvrez-les les bras » (Coroller, 2012).

50Catherine Coroller insiste sur la notion de créer une communauté de réception et ainsi de permettre l’exercice d’un « journalisme citoyen » avec la participation des lecteurs et internautes. Son positionnement est lié à la réaffirmation des idéaux démocratiques du journalisme, amplifiés avec l’apparition de l’internet et des possibilités ouvertes de publication et production d’information en ligne. Les « merveilles » d’internet ont fait oublier à certains acteurs, notamment les journalistes, les contraintes qui préexistent à l’émergence de la prise de la parole publique sur internet (Dahlgren, 2000).

51Elle revient sur une frustration dans la réalisation de son travail face à une politique de l’immigration restrictive et à un lectorat qui ne veut pas forcément débattre : « J’en avais marre de l’immigration, parce que j’ai eu les trois ministres Brice Hortefeux, Éric Besson, Claude Géant, j’ai trouvé que ça faisait beaucoup et donc je me suis dit : « ça suffit ! » En plus, ça ne sert à rien, c’est-à-dire que les gens n’entendent pas, quand ils sont contre, ils n’entendent rien, c’est tellement passionnel » (Coroller, 2012).

52Elle met en avant ainsi son incapacité à contribuer à la formation de l’opinion et à instruire les citoyens ou à dispenser une connaissance. La journaliste critique enfin la responsabilité sociale dont elle se considère porteuse.

  • 30 Sur le Prix et sa création : Voir De Souza Paes Maria, 2014 : 182.

53Le sentiment de compétence politique chez les journalistes repose sur une posture de prudence en relation aux effets imaginés des médias dans le traitement de ce sujet. La journaliste, Elise Vincent, qui est en charge de l’immigration au Monde, affirme aussi avoir la préoccupation de « protéger » le débat sur ce thème des partis politiques. Elle a réalisé un reportage, en 2011, sur les boulangers maghrébins, qui a fait partie du concours « Prix Journalisme de l’Immigration » lancé par l’association French-American Foundation30. Lors de la remise du prix à New York, la journaliste affirme avoir eu peur que son article soit utilisé par l’extrême-droite. Au journal France-Amérique, elle l’explique : « Quand j’ai commencé ce sujet, ça faisait rire mes collègues que je passe mes journées dans des boulangeries et que je rentre au bureau avec des pâtisseries » , raconte la journaliste en charge de l’immigration au Monde. « Mais je tenais à cette histoire. C’est une question sensible. Et d’ailleurs j’avais peur qu’elle soit exploitée par l’extrême droite." L’un des interviewés, le Tunisien Mourad Lagneb, raconte que son beau-père lui a fait remarquer : « Tu te rends compte qu’avec tes origines, en te lançant dans la baguette, tu touches à un symbole de la France ? » (Fassin, 2012).

54Selon les journalistes, leur responsabilité sociale repose également sur la mission de donner la parole aux classes populaires.

55Délimiter une spécialité journalistique passe aussi par la mise en forme d’une « nouvelle » catégorie d’intervention. L’information sur l’immigration est définie comme un domaine d’information digne d’être investi mais aussi comme une thématique qui décrit la « réalité » sur la société française. Donner forme à cette réalité-là signifie pour ces journalistes prendre en compte l’immigration et l’intégration des populations étrangères. Ainsi, le sujet « immigration » ne manifeste pas le choix politique des entreprises de presse. Il reflète, selon les journalistes, des questions majeures qui interrogent les individus.

56Les journalistes en charge de l’immigration sont dotés de fortes aspirations qui fondent leur conception du journalisme : le droit à l’information et le devoir social. Ils réaffirment ainsi leur vocation critique en défendant l’« immigré » et ses droits (d’entrée et de séjour, d’avoir des prestations sociales, à l’éducation, à l’emploi…). C’est une manière de s’affranchir de la dépendance à l’égard du pouvoir politique en garantissant leur place dans la sphère publique. Le sujet « immigration » est considéré comme un « terrain » légitime car il est un thème conflictuel : il fait l’objet d’une opposition entre les principaux partis politiques français. L’« immigré » est donc un objet de réflexion journalistique et l’information sur l’immigration révèle l’identité collective de ce groupe professionnel. La définition de l’information sur l’immigration par les journalistes recouvre donc une logique d’explication et de justification de leur professionnalisme, comme l’ont déjà identifié les pionniers d’une approche constructiviste (Berger ; Luckman, 2012) qui prend sens dans un discours visant à juger au mieux des situations qui nous sont communes. Mais aussi dans un discours visant à afficher les valeurs morales de cette profession pour les rendre digne de confiance, l’autorisant à avoir le droit de parler sur des sujets controversés. Comme l’affirme Aristote (2007 : 24), « les moyens de persuader ne relèvent pas seulement du discours démonstratif ». L’orateur dépend de sa disposition éthique : il doit témoigner d’une excellence ou d’une bienveillance amicale. Mais cette logique ne se veut pas manifeste : les journalistes essaient d’avoir la confiance et le crédit de leur lectorat non pas par la mise en évidence du choix politique des entreprises de presse mais par la justification des raisons pour lesquelles le sujet « immigration » est digne de réflexion. Dans les rédactions de la presse nationale (Le Monde et Libération), ce sujet fait l’objet d’une rubrique à part dans le service « Société ». Les professionnels des médias participent à la mise en évidence du sujet « immigration » et à la définition des contours de l’information sur ce sujet, en affirmant l’importance que ce thème présente pour la société française et la place de la presse dans la prise en compte de ce dernier.

Conclusion

57Cet article s’est intéressé à vérifier l’hypothèse qui reposait sur la constitution d’un sous-espace spécialisé lié à la thématique « immigration » dans la presse française. Les caractéristiques d’un sous-espace spécialisé ont été démontrées, notamment au Monde et au journal Libération : les principaux acteurs, ses pratiques et ses intérêts. Il permet de comprendre le contexte dans lequel une rubrique « immigration » est émergée. Celui-ci est lié à des changements larges, ayant affecté l’ensemble des médias, qui contribuent à la reconfiguration d’interdépendances dans le champ journalistique à partir des années quatre-vingt. Le changement du service « économique » est à ce titre significatif. Outre les enjeux économiques, la naissance de la rubrique « immigration » s’accompagne de la prise d’importance de ce thème dans le champ politique à partir de l’émergence des « problèmes des banlieues ».

58En effet, des mutations internes (repositionnement des services, redéfinition des pratiques journalistiques.) et externes (évolution de la politique de l’immigration) au champ journalistique affectent la manière d’appréhender le sujet. Le sujet « immigration » dans la presse – plus particulièrement de l’« immigré » – change profondément à partir des années quatre-vingt.

59Il est question pour les journalistes d’affirmer leur existence collective, en délimitant le groupe à l’égard du pouvoir politique d’autant plus que l’immigration a été l’un des thèmes prioritaires de la campagne de Nicolas Sarkozy (2007-2012) aux élections présidentielles. Ils se déclarent « savants » dans un domaine d’action. Il est possible de conclure ainsi que la production de l’information sur l’immigration recouvre également une logique professionnelle.

COROLLER Catherine, 2010, Vous êtes français ? Prouvez-le !, Paris, Denoël, 176 p.

FASSIN Mathilde, le 7 novembre 2012 « Une journaliste française du Monde remporte un prix à New York », France-Amérique.com,. Disponible sur https://france-amerique.com/​fr/​une-journaliste-francaise-du-monde-remporte-un-prix-a-new-york/​. Consulté le 15 avril 2019.

SOLE Robert, 1988, « Le journalisme et l’immigration », Revue européenne de migrations internationales, 1-2. 157-166.

VAN EECKHOUT Laetitia, 21 mars 2007, « Immigration, malaise et surenchère », Le Monde. Disponible sur https://www.lemonde.fr/​societe/​article/​2007/​03/​20/​immigration-malaise-et-surenchere_885336_3224.html. Consulté le 15 avril 2019.

Haut de page

Bibliographie

ARISTOTE, 2007, Rhétorique, livre I et II, texte traduit par Jean Lauxerois, Paris, Pocket, [1366a]. 286 p.

BACHMANN Christian, LEGUENNEC Nicole, 1996, Violences Urbaines. Ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de politique de la ville, Éditions Albin Michel, Paris, 557p.

BARATS Christine, 1994, « L’intégration et le discours présidentiel sur l’immigration : inscription dans l’espace national et consensus d’évitement », Quaderni, 22. 109-123.

BARATS Christine, 2001, « Les mots de l’immigration et l’éthnicisation des rapports sociaux. Les cas des débats télévisés français sur l’immigration », Réseaux, 107. 147-179.

BATTEGAY Alain, BOUBEKER Ahmed, 1993, Les images publiques de l’immigration, Paris, CIEMI, L’Harmattan, 192 p.

BERGER Peter ; LUCKMAN Thomas (1966), La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 2012.

BONNAFOUS Simone, 1991, L’immigration prise aux mots, Paris, Editions Kimé, 300p.

BONNAFOUS Simone, 1999, « Médiatisation de la question immigrée : état des recherches », Etudes de communication, 22. 59-72.

BOURDIEU Pierre, 1994a, « Libé, 20 ans après », Actes de la recherche en sciences sociales, 39. 101-102.

BOURDIEU Pierre, 1994b, « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, 101-102. 3-9.

BOYER Henri ; LOCHARD Guy, 1998. Scènes de télévision en banlieues 1950-1994. Paris, L’Harmattant, 201p.

BREEM Yves, 2010, « Les descendants d’immigrés », Infos Migrations, 15. 1-6.

CABEDOCHE, Bertrand, 2017, « La reconfiguration des expressions culturelles à l’aune du journalisme cardinal ? », pp. 247-269, in Aïssah Merah, Michèle Gellereau, Nabila Aldjiaa Bouchalaa (dir.), Reconfiguration des expressions et des pratiques culturelles à l’ère du numérique, Paris, Béjaïa, L’Harmattan, 2017 (Coll. ”Socio-anthropologie du monde méditerranéen”).

CABEDOCHE, Bertrand, 2019, « Les variables multifactorielles de l’engagement politique des populations transnationales. Une approche communicationnelle », actes du colloque international Migrations contemporaines et frontières de l’Humanité : dynamiques communicationelle et interculturelle, organisé par le Cercom de l’Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, 27-29 mars 2019.

CALVÈS, Gwénaëlle, 2001 : « Fin d’une hypocrisie ? Quelques remarques sur la discrimination positive « à la française », pp. 461-468, in Jocelyne Ohana, Michel Wieviorka, La différence culturelle. Une reformulation des débats, Colloque de Cerisy, Paris, Balland, (Coll. “Voix et regards”).

CHAMPAGNE Patrick, 1991, « La construction médiatique des « malaises sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, 90. 64-76.

CORNU Daniel, 2009, Journalisme et vérité. L’éthique de l’information au défi du changement médiatique, Genève, Editions Labor et Fides, 486 p.

CHAMPAGNE Patrick, 1990, « La construction médiatique des « malaises sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, 90. 64-76.

COLLOVALD Annie, 2001, « Des désordres sociaux à la violence urbaine », Actes de la recherche en sciences sociales, 136-137. 104-113.

DAHLGREN Peter, 2000, « L’espace public et l’internet – structure, espace et communication », Réseaux, 100. 157-186.

DE SOUZA PAES, Paula, 2014, La communication publique et les pratiques journalistiques au prisme des mutations sociales : la question de l’immigration en France (1980-2010). 2014. 486 p. Thèse (Doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication) Université Grenoble 3-Stendhal, Grenoble.

DUVAL Julien, 2000, « Concessions et conversions à l’économie », Actes de la recherche en sciences sociales, 131-132, 56-75.

ESQUENAZI Jean-Pierre, 2002, L’écriture de l’actualité. Pour une sociologie du discours médiatique, Grenoble, PUG, 192 p.

EVENO Patrick, 1996, Le Monde, histoire d’une entreprise de presse-1944-1995, Paris, Le Monde-Editions, 540 p.

JUHEM Philippe, 2001, « Alternances politiques et transformations du champ de l’information en France après 1981 ». Politix,14 : 56.185-208.

KIYINDOU, Alain, MIERE-Pélage, Théodora, 2012, « Réseaux virtuels, reconstruction du lien social et de l’identité dans la diaspora noire, Etudes de communication, 38. 189-201.

LA HAYE Yves (de), (1985) 2005, Journalisme, mode d’emploi. Des manières d’écrire l’actualité, Grenoble, ELLUG, 234p.

LOCHARD Guy, 1998, « Médias et banlieues », Les Cahiers du Journalisme, 4. 32-39.

MARCHETTI Dominique, 2002, « Les sous-champ spécialisés du journalisme », Réseaux,111. 21-55.

MATTELART, Tristan, 2009, « Les diasporas à l’heure des technologies de l’information et de la communication : petit état des savoirs », Tic&société [En ligne], vol. 3, n° 1-2 | 2009, mis en ligne le 14 décembre 2009. URL : http://ticetsociete.revues.org/600; DOI : 10.4000/ticetsociete.600.

MIEGE Bernard, 2007, La société conquise par la communication, les Tic entre innovation technique et ancrage social, t. III, Grenoble, PUG, 230 p.

NAJAR, Sihem, 2011, « Les pratiques sociales de l’Internet et les transformations des identités et des liens sociaux au Maghreb. Etude de communautés diasporiques tunisiennes », Méditerranée, n° 116, numéro spécial sur le thème : Le Maghreb dans la mondialisation, pp. 49-57.

NEVEU Erik, 1999, « L’approche constructiviste des « problèmes publics », un aperçu des travaux anglo-saxons, Questions de communication, 22. 41-57.

PADIOLEAU Jean-Gustave, 1976, « Systèmes d’interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail, 3. 256- 282.

RUELLAN Denis, 2011, Nous, journalistes. Déontologie et identité, Grenoble, PUG, 252p.

SAÏTA Eugénie, 2005, « Le Monde, vingt ans après », Réseaux, 131. 189-225.

SAYAD Abdelmalek, 1977, « Les trois « âges » de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales,15. 59-79.

SEDEL Julie, 2007, La banlieue comme enjeu de lutte symbolique. Contribution à l’étude des relations entre médias et champs sociaux, Mémoire de doctorat en sociologie, sous la direction de Patrick Champagne, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

RIEFFEL Rémy, 2001, « Vers un journalisme mobile et polyvalent ? », Quaderni, 45. 153-169.

RIGONI Isabelle, 2017, « Informer sur les migrations pour éclairer le débat public », Migrations Société, 167. 101-110.

RIUTORT Philippe, 2000, « Le journalisme au service de l’économie », Actes de la recherche en sciences sociales, 131-132. 41-55.

WEIL Patrick, 2005, La République et sa diversité. Immigration, intégration, discriminations, Paris, Éditions du Seuil et la République des Idées.112 p.

Références des journalistes et entretiens

BERNARD Philippe, 1998, L’immigration et les enjeux de l’intégration, Paris, Éditions Marabout, 244 p.

BERNARD Philippe, 2002, L’immigration : un défi mondial, Paris, Éditions Gallimard, 346 p.

BERNARD Philippe a, 2004a, « Le métissage des mémoires : un défi pour la société française », Hommes et Migrations, 1247, 2004. 27-34.

BERNARD Philippe, 2004b, La crème des beurs. De l’immigration à l’intégration, Paris, Éditions du Seuil, 336 p.

BERNARD Philippe, le 25 juin 2008, « L’autre immigration africaine, par Philippe Bernard », Le Monde, Idées. Disponible sur https://www.lemonde.fr/idees/article/2008/06/25/l-autre-immigration-africaine-par-philippe-bernard_1062570_3232.html. Consulté le 15 avril 2019.

BERNARD Philippe, journaliste au quotidien national Le Monde, entretien du 15 février 2012.

COROLLER Catherine, journaliste spécialisée de l’immigration au quotidien Libération, Entretien du 17 mars 2012.

COROLLER Catherine, le 11 novembre 2008, « Peut-on avoir un vrai débat sur l’immigration ? », Libération.fr., Blog Hexagone. Disponible sur http://immigration.blogs.liberation.fr/2008/11/11/. Consulté le 15 avril 2019.

Haut de page

Notes

1 Il définit quatre sens pour la notion de « médiatisation ». Le premier renvoie à la prise en compte des messages par les médias. Le deuxième révèle la diffusion de contenus à travers de supports matériels. Le troisième s’attarde aux actions communicationnelles qui prennent appui sur les Tic (technologies d’information et de communication) et leurs transformations. Enfin, le quatrième sens du terme saisi la production et la diffusion de messages avec l’objectif de comprendre particulièrement le processus de réception. L’article fait référence au premier sens, c’est-à-dire, à la médiatisation en tant que processus qui prend en compte ce qui est rendu public par l’intermédiaire des médias (Miège, 2007).

2 Une partie de notre corpus a été constitué à partir de l’archive – non numérisée – de la Cité qui recouvre la période du milieu des années 1980 jusqu’à 2005. Les articles sont classés par trente-deux thématiques. Quatre ont été consultées : « politique d’immigration - débats politiques » ; « délinquance » ; « vie sociale-violences urbaines » ; « jeunes-jeunes immigrés ». Ce corpus est constitué par des quotidiens généralistes suivants : Le Monde, Le Figaro, Libération, La Croix, l’Humanité, et les hebdomadaires également généralistes : Le Nouvel Observateur, l’Express, Télérama, Le Point, Courrier international.

3 Nous avons pu accéder aux archives du quotidien Le Monde pendant une journée. Le corpus étant numérisé, nous avons créé des mots-clefs, avec l’aide de documentalistes sur place, comme par exemple « étrangers issus de la diversité » et « immigration ». La récolte a été effectuée le 15 février 2012. Au total, 104 articles parus entre 1987 et 2011 ont été sélectionnés.

4 La période entre 1945 et 1974 est marquée par l’accentuation de la modernisation industrielle française et le fort recrutement des Algériens dans les usines automobiles. Toutefois, il faut noter que l’émigration algérienne en France dans les usines correspond à ce que le sociologue Abdelmalek Sayad (1977) qualifie de « la deuxième génération ». Un premier « âge » d’émigration correspondrait à une émigration agricole.

5 Pour ce qui concerne le contexte politique de l’époque, lire : Juhem, 2001.

6 Selon l’étude publié par l’ancien ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire] en 2010, le terme descendant d’immigré (ou deuxième génération) n’a pas fait l’objet d’une définition officialisée. Néanmoins, une définition est habituellement utilisée par l’Insee : est descendant d’immigré toute personne née en France ayant au moins un parent immigré. L’article fait référence ainsi à cette définition (Breem, 2010).

7 Robert Solé est né au Caire en Egypte et arrive en France en 1964. Il entre au journal Le Monde en 1969 et y reste jusqu’à 2011. Après avoir été correspondant à Rome et à Washington, il a travaillé dans des différents postes : il était chef du service société du journal à Paris de 1980 à 1983, rédacteur en chef de 1989 à 1992, directeur adjoint de la rédaction de 1992 à 1998 et médiateur du journal de 1998 à 2006. De 2006 à 2011, il signait un billet quotidien en dernière page et de 2007 à 2011, il était directeur du supplément littéraire Le Monde des livres.

8 Depuis 2005, il est au service international où il était en charge de l’Afrique jusqu’à 2010 quand il a commencé à traiter des informations sur les États-Unis.

9 Définition consultable sur : http://www.hci.gouv.fr/-Mots-de-l-integration-.html#I

10 Comme par exemple, l’annonce du bilan de la politique d’immigration du ministre Brice Hortefeux avant sa sortie du ministère : « Immigration : le bilan de Brice Hortefeux », Le Monde, le 13 janvier 2009. Ou encore sur la nomination du ministre Éric Besson à la tête du ministère : « M. Besson : « Je n’ai pas de problème avec le concept d’identité nationale », Le Monde, le 20 janvier 2009.

11 Van Eeckhout Laetitia, « Des soutiens aux sans-papiers demandent à être poursuivis », Le Monde, le 26 mars 2009 ; Van Eeckhout Laetitia, « Sans-papiers : à Paris, l’« acte de désobéissance civile » des bénévoles », Le Monde, le 8 avril 2009.

12 « Les limites de l’immigration choisie, par Laetitia Van Eeckhout », Le Monde, Idées, le 10 avril 2006.

13 L’émission est intitulée « France : la grand mutation », en ligne sur : http://www.franceculture.fr/emission-repliques-france-la-grande-mutation-2013-12-14, le 14 décembre 2013. Pour réécouter : http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4758880.

14 Depuis octobre 2011, la journaliste est correspondante permanente de Libération en Rhône Alpes.

15 Les publications datent de novembre 2008 jusqu’à septembre 2011 quand le blog s’arrête en raison du déplacement de Catherine Coroller à la région Rhône Alpes. Désormais, elle ne s’occupe plus uniquement de la question de l’immigration.

16 Les catégories des publications sont diverses : actualité, asile, discrimination, développement, exposition, expulsions, identité, immigration, interview, intégration, islam, livres et nationalité.

17 Il fait référence à la nomenclature du ministère créé par le président Nicolas Sarkozy (2007-2012), à savoir ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du co-développement.

18 L’association a été créée en 2007, notamment par des chercheurs, et propose de documenter le traitement étatique des étrangers au long des mandats présidentiels de Nicolas Sarkozy. Présentation disponible sur : http://www.cettefrancela.net/a-propos/article/cette-france-la, consulté le 15 avril 2019.

19 Coroller Catherine, « Faire des migrants des partenaires du développement », Billet du 20 mai 2009.

20 Coroller Catherine, « De l’argent pour les banques mais pas pour les pays pauvres », Billet du 14 novembre 2008.

21 Coroller Catherine, « Les transferts d’argent des migrants affectés par la crise », Billet du 4 juin 2009.

22 Parmi les 208 articles publiés, 159 sont consacrés exclusivement à la politique de l’immigration menée par le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, Brice Hortefeux (2007-2009), son successeur, Éric Besson (2009-2010), le Président de la République, Nicolas Sarkozy et les réactions des associations et chercheurs vis-à-vis de cette politique.

23 Coroller Catherine, « Peut-on avoir un vrai débat sur l’immigration ? », Billet du 11 novembre 2008.

24 L’aspect juridique de la thématique apparaît aussi dans le propos d’un autre journaliste, Franck Johannes, qui a « couvert » pendant quelques mois la question de l’immigration au quotidien Libération en 2010. Il la considère comme une dimension « technique » du traitement de l’immigration, ce qui rend difficile le travail d’un journaliste (Johannes Franck, journaliste au quotidien Le Monde, Entretien du 10 février 2010).

25 Gisti signifie Groupe d’information et de soutien des immigrés. Présentation de l’association sur : http://www.gisti.org/spip.php?article170

26 Coroller Catherine, « Douze ans… et quatre jours au trou », Libération.fr, Blog Hexagone, le 19 janvier 2009.

27 Billet intitulé « Copé au secours des Français en mal de papiers ».

28 Billet intitulé « Vous êtes Français ? Prouvez-le ! » du 28 septembre 2010.

29 Dans le billet du 13 mai 2009, le billet intitulé « Brésilienne, universitaire, touriste et… indésirable en France », la journaliste a reçu 250 commentaires.

30 Sur le Prix et sa création : Voir De Souza Paes Maria, 2014 : 182.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paula de Souza Paes, « La constitution de la spécialité journalistique sur l’immigration en France : logiques politiques et professionnelles dans la production d’information », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/7114 ; DOI : 10.4000/rfsic.7114

Haut de page

Auteur

Paula de Souza Paes

Professeure invitée à Université Fédérale da Paraíba au Brésil. Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Grenoble Alpes, France. Elle a soutenu en 2014, à l’Université Grenoble Alpes, sa thèse intitulée « Communication publique et pratiques journalistiques au prisme des mutations sociales : la question de l’immigration en France (1980-2010) ». En 2015, l’École Doctorale Langues, Littératures et Sciences Humaines de l’Université Grenoble Alpes lui a attribué le Prix de thèse. Ses thèmes de recherche portent sur la communication publique et politique ; le journalisme et l’espace public. Courriel : paulasouzapaes@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals