Navigation – Plan du site
Dossier
Horizon discursif

La question migratoire à Cuba : politisation de conversations en ligne

Elisa Beatriz Ramírez Hernández et Dimitri Fazito

Résumés

Dans cet article, nous cherchons à montrer comment le phénomène de la migration croise les processus de politisation de conversations dans l’espace public dans les pays d’origine, sur la base de l’analyse du forum de discussion du web site Cubadebate. À partir de ces conversations en ligne sur la question migratoire, nous nous proposons d’observer des catégories telles que la mobilisation de témoignages et de récits de soi qui croisent les rapports individuels et les questions perçues comme collectives. On se demande quelles sont les références temporelles présentes dans les récits dans la reconfiguration des projets de vie et des mondes possibles, construits discursivement, dans le contexte d’une réalité migratoire. Cette recherche vise à contribuer à la compréhension de la migration dans la perspective de l’acte même de la mobilité, au-delà du mouvement physique de déplacement du sujet, et en mettant l’accent sur l’impact de ces processus dans les sociétés d’émigration.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous sommes reconnaissants de la collaboration de la professeure Ângela Marques, de l’Université Fédérale de Minas Gerais, dans le processus de réalisation de cette recherche. Nous tenons également à souligner que cette recherche a été réalisée avec l’appui financière de l’organisme CAPES.

Texte intégral

Introduction

1Les flux migratoires présentent aujourd’hui des dynamiques de retour, des circularité et des relations transnationales intensifiées par l’expansion des moyens de transport et des Technologies de l’Information et de la Communication (TICs). D’une part, l’impact politique des diasporas sur les sociétés d’origine est lié au développement de liens transnationaux et tend à produire des formes de participation à la vie politique, aux partis, aux campagnes de soutien ou d’opposition à certains gouvernements (Vertovec, 2005). D’autre part, dans le cas des transformations sociétales à Cuba au cours des dernières années, nous nous intéressons à la manière dont une réalité migratoire ancienne peut articuler des processus de politisation qui établissent des ruptures dans des régimes discursifs, en créant d’autres formes de sociabilités que celles contrôlées par le pouvoir absolu de l’Etat/Parti Communiste de Cuba (PCC). Ces phénomènes de communication s’observent dans le contexte de modèle d’« unanimité » idéologique qui caractérise la plupart des espaces publics officiels du pays. Nous faisons ainsi référence à un type de discipline discursive qui passe par la pratique de la critique dans la société révolutionnaire cubaine, qui ne se limite pas à l’action militante du PCC, mais qui émerge du contrôle partisan hégémonique sur la production symbolique et la vie privée des sujets. De cette façon, la dimension la plus privée et la plus individuelle des processus migratoires à Cuba reste étroitement liée à la connotation politique conférée par le discours dominant du gouvernement cubain.

2Pour mieux comprendre les bases de cette configuration du public contrôlée par le discours d’État (PCC), il faut citer, entre autres références, le célèbre discours prononcé par Fidel Castro en juin 1961, connu sous le nom de Mots aux intellectuels. L’appel aux grands intellectuels (formés à l’époque prérévolutionnaire) visait à établir de nouvelles lignes directrices pour les relations entre l’art, la culture et le système social naissant. Cette période a été marquée par ce propos emblématique de Fidel Castro : « dans la Révolution, tout, en dehors de la Révolution, rien ». La Révolution représente, dans cette perspective, une entité abstraite unitaire, incarnée dans le Parti, Fidel Castro, le gouvernement et toutes ses dépendances, qui dicte depuis lors, de manière arbitraire, les règles et les limites qui définissent la circulation discursive dans les espaces publics cubains.

3Dans ce contexte, la succession de plusieurs moments de l’exode migratoire de Cuba après la révolution de 1959, principalement aux États-Unis d’Amérique (EUA), a généré une diaspora équivalente à 10 % de la population de l’Île. Pendant plusieurs années, la migration a été considérée par le gouvernement cubain, comme « trahison de la patrie ». Cependant, au fil du changement des générations, ce qui a d’abord été considéré comme un exil politique anti-Castro et pro-américain, a de plus en plus été perçu comme inscrit dans les dynamiques actuelles des migrations mondiales (Aja et al, 2017, Eickstein, 2009).

4En ce sens, nous cherchons à voir comment la réalité politique, les médias et la migration des six dernières décennies, se sont récemment reconfigurés sous l’effet :

  1. De l’émergence d’un nouveau panorama migratoire des lois cubaines qui ont facilité la franchissements de frontières (2013) et les relations avec la diaspora (2018), ainsi que la fin de la politique américaine favorisant l’immigration clandestine cubaine aux États-Unis (2017).

  2. De l’accès plus facile à Internet à Cuba dans la deuxième décennie des années 2000.

  • 1 Consultez : http://www.cubadebate.cu/
  • 2 Cubadebate occupe actuellement la 6ème position parmi les sites les plus visités du pays, dont le p (...)

5Ces changements affectent directement la configuration d’un contexte politique/médiatique toujours monopolisé par l’élite dirigeante historique du pays, caractérisée par ses positions radicales en faveur du système et de l’intervention du Parti comme régulateur absolu de l’espace public et de la vie sociale. Dans ce scénario, notre attention s’est portée sur le site Cubadebate1, créé par le gouvernement en 2003 pour propager et défendre les idées du projet révolutionnaire cubain sur le web, et qui est devenu le site d’information majeur du pays2 et une référence mondiale aujourd’hui sur l’actualité à Cuba.

  • 3 Le système médiatique cubain est contrôlé de manière absolue par les directives idéologiques du PCC (...)
  • 4 Dans le cadre de la recherche plus large à l’origine de cet article, de nouvelles analyses approfon (...)

6Bien qu’inséré dans le réseau médiatique contrôlé par le gouvernement, ce site web a autorisé, à partir de 2009, un forum d’échanges d’opinions sur des questions sensibles de la société cubaine3. Cela nous incite à réfléchir au rôle de la migration dans la construction collective de récits, dont les auteurs et les lecteurs s’approprient ces nouvelles opportunités d’expression. N’oublions pas que cette production symbolique est en outre impactée par la médiation technologique4.

Classement des sites Web les plus consultés à Cuba

Classement des sites Web les plus consultés à Cuba

Source : https://www.alexa.com/​topsites/​countries/​CU

7Cet article présente une partie des résultats d’une recherche portant sur les commentaires échangés à propos de la migration dans le forum de Cubadebate de 2013 à 2017 (28 conversations équivalant à plus de quatre mille commentaires publiés au total). Les années étudiées délimitent une période pertinente où des transformations sociopolitiques ont eu lieu à Cuba (quatre ans du deuxième et dernier mandat du président Raúl Castro). L’accent est mis sur les moments importants liés à la migration qui ont stimulé les débats dans l’espace public cubain.

8Notre approche méthodologique prend en compte le processus de politisation des conversations en ligne, politisation marquée par l’entrelacement de la dimension textuelle et interactive de ces échanges, les caractéristiques de l’environnement discursif en ligne où ils se produisent, et la pratique sociale du contexte politique qui traverse ce phénomène de communication (Witschge, 2008). Compte tenu de ces trois dimensions de l’analyse des échanges en ligne, nous cherchons à montrer comment le phénomène de la migration fait l’objet, dans les espaces de conversation publique dans les pays d’origine, d’un processus de politisation.

9Nous vérifierons deux grandes hypothèses :

  1. Les développements d’une réflexion à partir des perceptions des sujets sur la façon dont les notions de présent, de passé et de futur croisent leur vie individuelle et collective. Comment la temporalité peut-elle aider à la présentation et à la compréhension d’une question controversée ? Quelles sont les références temporelles propres aux récits dans la reconfiguration des projets de vie et des mondes possibles (Caceres, 1999) ?

  2. La mobilisation de témoignages et de récits de soi croisés avec les formes d’expression collectives, elles-mêmes mobilisées à la faveur des processus de politisation de conversations dans l’espace public numérique (Martino et Marques, 2017).

10Ainsi, nous considérons que la politisation des conversations en ligne sur la migration, dans les commentaires de Cubadebate, prend la forme de scènes interactives à la faveur desquelles les sujets reconfigurent de manière discursive leur compréhension du monde, et glissent de l’émergence de conflits à la construction collective d’un sens nouveau émanant des récits individuels et des temporalités collectives. La notion de scène interactive vise à souligner que le processus de politisation des conversations en ligne ne se limite pas à l’échange de messages et à leur contenu, car la scène englobe non seulement les expressions rationnelles des sujets en interaction, mais constitue également un espace sensible pour la création et la recréation de formes de vie et de récits d’expériences qui ne peuvent pas toujours être rationalisées. Dans la scène d’interaction, les interlocuteurs cherchent non seulement à construire de manière intersubjective et à défendre publiquement des points de vue intelligibles et acceptables pour les autres, mais aussi à négocier et à réorganiser des lieux sociaux, des modes de vie et des identités marqués par la performativité de l’expérience. Ce sont quelques-unes des pistes que nous suivrons pour comprendre les nuances des processus de politisation des conversations en ligne.

11Ensuite, nous examinerons ce que nous entendons par politisation des conversations, puis nous approfondirons les relations de ce phénomène de communication avec les préoccupations migratoires dans le contexte cubain. Pour ce faire, nous analysons la manière dont sont présentés les récits et les expériences qui relient l’individu aux processus politiques collectifs, à travers des temporalités migratoires et des projets de vie pouvant définir de nouvelles possibilités d’existence et d’action dans le monde.

Politisation : temporalités et mondes possibles dans la conversation en ligne

12Ce que nous appelons dans cet article « la conversation », fait référence à un ensemble de pratiques communicationnelles, caractérisées par des interactions générales mêlant des problèmes politiques et des événements liés à une expérience personnelle, et par une structure faiblement argumentative, spontanée et dénuée d’objectifs clairement définis ou même de règles guidant la recherche d’une justification réciproque (Gamson, 1992, Wyatt et al., 2000). Contrairement à la discussion dans les assemblées de prise de décision, la conversation quotidienne produit des résultats qui ne sont pas nécessairement destinés à générer des décisions formelles. Leurs flux, qu’ils soient organisés en interactions face à face ou virtuelles, ne sont pas nécessairement orientés vers une action autre que l’acte de parler lui-même ; et parfois cet acte peut être presque purement expressif plutôt qu’intentionnel (Mansbridge, 1999 :212).

13Cette auteure fait référence à la manière dont la diversité des choix individuels, lorsqu’ils entrent en interaction, détermine une série de choix collectifs qui, à leur tour, affectent les décisions de chaque membre du collectif. Elle affirme en outre que « politiser » l’un de ces choix collectifs - le rendant « politique » - consiste à attirer l’attention du public sur une question que le public devrait discuter en tant que collectivité, en vue d’un éventuel changement. « Ce que le public devrait discuter est explicitement une question controversée » (1999 : 214), précise-t-elle.

14Nous soutenons que la politisation des conversations en ligne implique la construction intersubjective de modes de vie recréés par les interlocuteurs dans le contexte des contraintes et des vulnérabilités dont ils font l’objet. Ils ne se présentent pas comme des sujets autonomes isolés, mais à partir d’une autonomie relationnelle entrevue dans les conversations. En ce sens, Marques et Martino (2016 : 67) expliquent que si, d’une part, l’autonomie individuelle impose aux individus de développer des compétences leur permettant de faire la distinction entre le bien et le mal, l’équité et l’injustice, le primordial et le secondaire ; il existe également une dimension d’interaction collective dans la manière dont ces sujets évaluent et définissent leurs décisions concernant les modes de vie. De cette façon, il existe une relation de complémentarité entre autonomie individuelle et autonomie politique (ou publique).

15Cela signifie, selon Marques et Martino (2016 : 72), que la construction de l’autonomie dépend à la fois de la participation à une interaction linguistique et d’une reconnaissance réciproque entre les interlocuteurs, c’est-à-dire que, « pour être autonome, il faut également être reconnu ». Les auteurs soulignent également que : « la conquête de l’autonomie politique, dans sa perspective relationnelle, dépend de composants externes aux sujets, c’est-à-dire des dimensions communicatives, sociales et institutionnelles qui devraient leur permettre, si on considère les asymétries de pouvoir et de discours, de participer à la vie publique, en étant respectés, entendus et pris en compte ».

16La politisation de ces conversations en ligne, bien qu’elle n’implique pas automatiquement l’obtention de cette condition autonome, indique une piste de recherche pour cette autonomie via des interactions de communication dans l’espace public, où les sujets se constituent comme des interlocuteurs, c’est-à-dire, comme des acteurs usant d’un droit de parler, exprimant ainsi leur point de vue auprès d’autres acteurs sociaux présents dans ces espaces. Des récits et, in fine, des projets de vie, sont ainsi formulés, argumentés, co-construits, dans ce processus de politisation des conversations en ligne.

17Dans les citations 1 et 2, nous présentons quelques exemples de commentaires issus de ces conversations, qui illustrent la manière dont les interlocuteurs interagissent à propos des notions de temporalité, individuelle et collective, en articulant des récits de vie et des processus politiques plus larges liés à la migration. Le premier exemple fait référence à une époque où le gouvernement cubain a annoncé qu’il autorisait le retour des médecins cubains qui avaient abandonné leurs missions de travail (gouvernementales) à l’étranger pour émigrer, à condition qu’ils soient réintégrés dans le système cubain de santé. Ce fait conduit le commentateur @Fernando Ramírez à s’interroger sur le changement de discours du gouvernement à l’égard de ces professionnels, alors qu’il a incité leurs collègues à les répudier, à les qualifier « d’ingrats, de traîtres… », affirmant qu’il leur serait interdit de rentrer au pays avant 8 ans.

18Cette expérience, qu’il a vécue lui-même dans le passé, le fait de rejeter, disons « volontairement » ses collègues (terme qu’il place entre guillemets, pour souligner qu’il s’agissait d’actes de rejet encouragés et exigés par le gouvernement), renvoie par ailleurs à des problèmes liés à la double morale et à la manipulation du gouvernement dans ces changements de politique. La citation 2 fait référence aux mesures migratoires prises par le gouvernement cubain à la fin de 2017, lesquelles permettaient le retour à Cuba d’émigrants qui avaient quitté le pays par des moyens illégaux et qui étaient également interdits pendant 8 ans d’entrée dans le territoire cubain. Pour @Fefito, dont les parents sont morts alors qu’il était exilé, cette loi n’a plus d’utilité.

Citation 1. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 3 février 2017 « MINSAP reitera normativa sobre profesionales que abandonen sus misiones »

Citation 1. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 3 février 2017 « MINSAP reitera normativa sobre profesionales que abandonen sus misiones »

Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2017/​02/​03/​minsap-reitera-normativa-sobre-profesionales-que-abandonen-sus-misiones/​#.W9NZEZP0nIU

Fernando Ramírez a dit :
Mais qu’a provoqué un tel discours ? : (ce sont) des ingrats, des apatrides, des traîtres et des vendepatrias ¨ qui leur était adressées dans les meetings de répudiation quand ils quittaient les missions ? J’ai, moi-même, été forcé de participer ¨volontairement¨ à quelques-uns de ce meetings lorsque j’étais au Venezuela.

Apparemment, la fermeté des principes des super-révolutionnaires s’adapte aux circonstances.
El crítico a dit :
Très bien dit…

Citation 2. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 29 octobre 2017 « ¿Qué significan las nuevas medidas migratorias de Cuba ? »

Citation 2. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 29 octobre 2017 « ¿Qué significan las nuevas medidas migratorias de Cuba ? »

Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2017/​10/​29/​que-significan-las-nuevas-medidas-migratorias-de-cuba/​

Fefito a dit :
Pour moi, tout cela arrive trop tard, ils ne m’ont pas laissé entrer pour voir mes parents et maintenant, ils sont déjà morts, qu’est-ce que j´irai chercher à Cuba ? Comme touriste ? J’aurais tant aimé revoir mes parents, mais c’est trop tard maintenant. Quoi qu’il en soit, je suis heureux pour ceux qui ont leurs proches (leurs familles) et qui peuvent ainsi les visiter à Cuba.

19À partir de la remise en question des structures et des modes de vie existants, le processus de politisation de la conversation donne aux sujets l’occasion de construire de nouvelles formes de sociabilité et d’agir politique. Jesús Galindo Cáceres (1999) a abordé cette relation entre « le monde fixe » et le « monde mobile » en développant une compréhension des pratiques culturelles qui impliquent l’interrelation entre diverses temporalités et spatialités, ce qui donne vie aux mondes possibles.

20Pour cet auteur, les représentations sont « l’image fixe du monde » et la création est « l’image en mouvement », afin que, dans le jeu de communication intersubjectif, de nouveaux mondes puissent émerger sous le regard de l’autre et de ses interrogations sur la perception et les formes de cette perception. L’auteur souligne le rôle de la mémoire en montrant comment la mémoire active interpelle ce qui se cache derrière les formes de représentation du passé (les mémoires), de sorte que « le dialogue entre le présent et le passé déplace la première représentation pour d’autres configurations possibles, d’autres représentations apparaissent, toutes versions et visions de ce qui s’est passé » (Cáceres, 1999 : 14).

21Ainsi, la « floraison du distinct » est également marquée par le développement illimité de l’imagination, où l’activité consistant à « imaginer, configurer des images » n’est plus perçue comme une action isolée, mais comme faisant partie d’un flux constant de reconfigurations de tous les aspects de la vie. Il met en évidence, la dimension collective et le travail de création qui fondent ces processus de perception et de construction des mondes possibles, ce qui implique des changements dans l’imaginaire collectif à partir d’une posture réflexive des sujets par rapport au temps. Il nous semble essentiel de penser les processus de politisation des conversations comme des déclencheurs de ces mondes possibles provoqués et reconfigurés collectivement dans l’interaction et portant les marques du passé, du présent et du futur.

22Dans cet exercice de configuration des « mondes possibles », le travail de mémoire active impacte la modification du monde, de sorte que : « La perception du temps se ferme et ouvre des possibilités de configuration de trajectoires de vies individuelles et de groupe » (Cáceres 1999 : 15). Les marques de temporalités qui apparaissent dans les citations 1 et 2 nous montrent les questionnements sur ce que le commentateur était et ce qu’il n’est plus, et comment les changements de politiques se répercutent sur son expérience de vie de sujet impliqué dans ces processus sociaux. Ils montrent aussi ce qui pourrait être et n’importe plus : L’histoire d’@Fefito, son parcours, son récit de vie en somme, ne sont pas compatibles avec la temporalité généralisée de la politique migratoire cubaine.

23Ces conversations sur la migration à Cuba sont liées à l’articulation de projets de vie, de destins individuels et collectifs, de capacités d’agir politique des sujets dans leurs contextes de vie. Les questionnements sur les aspects du monde connu (passé et présent), qui deviennent problématiques pour une collectivité, sont essentiels à notre compréhension de la politisation. Ainsi, nous soutenons que ces processus de politisation de conversations en ligne font allusion aux tentatives des sujets interlocuteurs de concevoir des solutions alternatives exposant d’autres formes de vie (redéfinition de ce qu’est une vie humaine et de la manière dont elle est valorisée).

24En conséquence, nous comprenons que la conversation se présente souvent comme un échange qui n’est pas intrinsèquement politique, mais qui peut être politisé dans certaines conditions matérielles, subjectives et intersubjectives. Ces processus de politisation relient l’espace conversationnel à des dimensions de temporalités, de situations, d’expériences et de lieux qui le dépassent, le modélisent ; au moment où ces propres dimensions sont reconfigurées également au cours de la conversation et à la suite de celle-ci.

25Dans le commentaire 3 (ci-dessous), nous notons également des formes de temporalités qui organisent le discours en fonction d’un événement spécifique. Il fait référence à la crise migratoire des Cubains en Amérique centrale, un an après l’annonce de la nouvelle approche diplomatique entre Cuba (Raul Castro) et les États-Unis (Barack Obama), après plusieurs décennies de relations bilatérales tendues. Pour @frida, la proximité des États-Unis (le 17-D fait référence au 17 décembre 2017, date de ce fait) a créé de nouvelles incitations à l’émigration. C’est le choix que feront des milliers de Cubains en direction des États-Unis, craignant le risque de suppression de la "protection politique" donnée aux émigrants cubains, mesure qui faisait partie de la politique hostile à l’égard de l’île et auquel l’accord conclu entre les deux pays pourrait mettre fin (comme ce fut le cas en janvier 2017).

Citation 3. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 23 novembre 2015 « Cubanos en Costa Rica esperan por solución »

Citation 3. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 23 novembre 2015 « Cubanos en Costa Rica esperan por solución »

Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2015/​11/​23/​cubanos-en-costa-rica-esperan-por-solucion/​#.VzaWTrrhCk0

  • 5 La loi d’ajustement cubain (Cuban Adjustment Act en anglais, ou CAA) est une loi fédérale américain (...)

Frida a dit :
À près d’un an du 17-D, tout indique qu’au moins pour le Cubain ordinaire, il n’y a pas la moindre preuve d’amélioration ni d’espoir à moyen terme, de sorte que l’émigration reste une priorité pour beaucoup, même si l’option est dangereuse et que tout ce qu’ils ont est investi, le fantôme du terme de la loi d’ajustement5, ainsi que d’éventuels accords migratoires avec le Mexique deviennent une course contre la montre de plusieurs générations marquées par l’utopie du socialisme et des décennies d’un avenir incertain.

26Selon Caceres (1999 :16), les « consciences possibles », les « regards possibles », peuvent être configurés à partir du processus discursif. Ils élargissent la perception et permettent de configurer diverses versions et visions de l’expérience, ce qui n’est pas un fait spécifique, mais une série de possibilités pour l’imagination et la perception constructives. Ce qui est en jeu dans ces entretiens, c’est finalement une réorganisation des limites du possible, de la capacité de choix et d’action de l’individu au sein d’une société qui se prétend exemplaire de la justice sociale. En ce sens, les processus de politisation de la conversation en ligne acquièrent un rôle central dans l’exercice collectif d’amélioration des formes de vie plus démocratiques dans différents contextes culturels.

27Cela ne signifie pas que la conversation dans les espaces publics soit nécessairement politique, ni que sa dimension politique révèle des traces démocratiques. Nous parlons, dans un autre sens, des possibilités qui émergent au cours du processus interactif de conversation qui incitent les sujets à réévaluer ensemble un « commun » remis en question et réinventé à partir de la confluence d’expériences singulières qui ont lieu dans un même moment historique. Une conversation est politisée dans la mesure où elle permet que des formes de vie passées, présentes et futures, soient remises en question, réarticulées et réinventées, à partir de temporalités présentes dans le discours, comme nous l’avons vu ci-dessus ; et des imbrications d’intérêts individuels et collectifs, comme nous le verrons dans la section suivante du texte.

28En ce sens, les récits de soi du point de vue du temps vécu peuvent révéler le potentiel politique dans les conversations. D’où la différence politique fondamentale entre raconter et être raconté par un autre : la perspective de raconter, la centralité de celui qui raconte sa propre histoire déplace les lignes de force constitutives de n’importe quel récit pour le sujet du narrateur, bien que momentanément (Marques et Martino, 2017 :14).

29Dans ce contexte, nous considérons que la migration établit un ordre de rationalité globale qui s’articule avec la réalité du national/local à Cuba à travers les liens affectifs et économiques entre familles divisées, la façon dont les politiques migratoires affectent les Cubains des deux côtés du détroit de Floride ; dans le dialogue en ligne entre les Cubains de la diaspora et les habitants du pays, ainsi que les projets de la population concernant les attentes de la vie. Cette circulation (économique, affective, communicationnelle) imprègne les environnements de la famille, les amis, les significations du national et du global en même temps, non plus clairement délimitées par des frontières, mais interconnectées par des réseaux technologiques et des récits partagés.

Récits de soi et projets de vie dans les discussions sur la migration

30Les relations entre les études sur la migration et le domaine des Sciences de la Communication sont à l’origine de recherches qui portent traditionnellement sur les processus de représentation dans les médias des différences de culture des migrants et l’intégration des migrants dans les sociétés de destination, la production et la réception des médias par les migrants, et l’utilisation des nouveaux médias par les communautés diasporiques (Cogo et al, 2012, Mattelart, 2009, Scopsi, 2009). D’autres perspectives explorent des questions sur les flux de communication transnationaux et les pratiques rendues possibles par les médias numériques entre les communautés, les institutions ou les familles (Mandianou, 2014).

Histoires singulières et temporalités collectives

31D’une part, la majeure partie des études semble se concentrer sur l’expérience migratoire dans les sociétés d’accueil, ou même dans le processus de déplacement, peut-être parce que ces contextes révèlent les conditions de vulnérabilité extrême auxquelles les migrants sont exposés. D’autre part, le contexte des pays d’émigration (pays d’origine) est fondamentalement traité dans un regard rétrospectif, à partir de l’impact des transferts financiers et sociaux (Eckstein, 2009, Levitt, 1998), ou de la condition de double nationalité, entre autres approches.

  • 6  Considérant que la politique cubaine définit le travail de ces médecins comme une mission humanita (...)

32Dans la citation 4, nous observons une scène interactionnelle qui montre comment les intérêts individuels et collectifs sont constamment reconfigurés en interaction, pas toujours de manière rationnelle ou réfléchie. La conversation commence par une question d’@Idelisa qui cherche des informations juridiques sur sa situation. Elle explique qu’elle est médecin cubaine, qu’elle est allée au Brésil en mission de travail du gouvernement, et qu’elle a épousé un étranger là-bas. Elle ne savait pas si les autorités cubaines lui permettraient d’émigrer légalement à la fin de sa mission, ou si elle devrait attendre les 5 années auxquels sont astreints les autres médecins qui demandent à quitter Cuba. À partir de ce commentaire, des interactions d’autres interlocuteurs sont déclenchées. Certaines critiquent le fait de faire passer ses intérêts personnels avant sa mission professionnelle6 et d’autres font valoir le droit de chacun à décider de sa vie.

33Ce qui nous intéresse, c’est d’attirer l’attention sur la manière dont le conflit résulte de la confrontation d’histoires singulières et de temporalités collectives liées aux projets de vie marqués par la migration. Des histoires de vie et des reportages quotidiens partagés au cours de conversations peuvent révéler de nouveaux modes d’existence jusque-là inconnus, afin de construire collectivement une autre image du monde, dans le contexte de mouvements migratoires et de réseaux technologiques qui transforment les territoires des affections et des imaginaires (trans) nationaux.

Citation 4. Extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 1er décembre 2015 « En Cubadebate, este miércoles Foro on line sobre regulaciones migratorias Especiales »

Citation 4. Extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 1er décembre 2015 « En Cubadebate, este miércoles Foro on line sobre regulaciones migratorias Especiales »

Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2015/​12/​01/​en-cubadebate-este-miercoles-foro-on-line-sobre-regulaciones-migratorias-especiales/​#.W9NXX5P0nIU

Idelisa a dit :
Bonjour, je suis une doctoresse cubaine, je suis dans le programme Plus de docteurs, au Brésil et je suis mariée à un Brésilien, je veux savoir si quand je finirai ma mission et rentrerai à Cuba, je devrai attendre 5 ans pour pouvoir retrouver mon mari, Merci beaucoup.
atletico_madrid a dit :
Idelisa, je suis un Cubain de la rue, je pense que vous êtes allée au Brésil dans le but d’une mission de travail et pas pour un voyage touristique et pour vous marier, donc vous devriez attendre ces 5 ans… Ça ne m’étonne pas tous les commentaires des médecins et des professionnels de la santé… parce que beaucoup ne pensent qu’à leurs avantages personnels, mais ils gagnent le triple de mon salaire, même si je suis un professionnel… Vous oubliez que vous n’avez rien payé pour devenir des médecins et des spécialistes.
Frank a dit :

Et toi, combien as-tu dû payer ? Et (sais-tu) combien chaque médecin de mission apporte (en argent) au pays et ils sont des dizaines de milliers (de médecins)…
visionario110 a dit :
ateltico de madrid, cette opinion me fait de la peine, c’est comme si nous allions à l’école et que l’on tombe amoureux de l’étudiant d’à côté. On va à l’école pour étudier et pas pour tomber amoureux. PAUVRE DE TOI

34Selon D’Angelo (1999 : 33), le projet de vie, en tant que catégorie d’intégration, « définit la relation des sujets avec le monde et eux-mêmes, leur raison d’être en tant qu’individu dans un contexte et un type de société ». De cette façon, la conception de projets de vie révèle des aspects éthiques, réflexifs et créatifs qui orientent le sujet, dans une perspective temporelle, dans l’articulation d’intérêts singuliers et collectifs, ainsi que dans la rencontre des réalités concrètes du contexte vécu et des imaginaires.

35Dans cette approche, Martín-Barbero (2002) attire l’attention sur la nécessité d’un ancrage dans l’espace et dans le temps, qu’il appelle « lieu » : « cela signifie notre ancrage primordial : la corporalité de la vie quotidienne et la matérialité d’action, qui sont à la base de l’hétérogénéité et de la réciprocité humaines, la principale forme de communication. Parce que même traversé par les réseaux du global, le lieu reste fait du tissu et de la proximité des liens de parenté et des quartiers » (Martín-Barbero, 2002 : 268). Ainsi, derrière les surnoms et malgré la froideur que peut signifier l’écran d’ordinateur, émergent, dans la foule virtuelle, ces médecins, parents d’émigrés ou même émigrés, professionnels, jeunes, avec leur histoire d’acteurs anonymes dans les coulisses du grand travail révolutionnaire.

36Les citations 5 et 6 montrent quelques récits de commentateurs du forum qui, à partir de leurs expériences et sentiments, parviennent à expliquer ce que signifie pour eux la migration cubaine, bien qu’à des moments et des situations différentes. Pour @OBSERVADOR, c’est la nostalgie d’une vie loin de Cuba et son devoir de soutenir financièrement sa famille ; pour @YandelRT, c’est la dureté de la routine quotidienne du transport pour aller au travail, les enfants qui n’ont pas de jouets, mais une éducation et une santé gratuites, un salaire insuffisant qui ne leur permet pas de bien se nourrir, d’assurer la survie.

Citation 5. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 1er décembre 2015 « Declaración del Gobierno Revolucionario : “Cuba reitera su compromiso con una emigración legal, ordenada y segura” »

Citation 5. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 1er décembre 2015 « Declaración del Gobierno Revolucionario : “Cuba reitera su compromiso con una emigración legal, ordenada y segura” »

Source : http://www.cubadebate.cu/​especiales/​2015/​12/​01/​declaracion-del-gobierno-revolucionario-cuba-reitera-su-compromiso-con-una-emigracion-legal-ordenada-y-segura/​#.VzaWBbrhCk0

OBSERVADOR a dit :
C’est le kit de la question, pourquoi ?, J’habite à l’étranger depuis plusieurs années, mais je sais que je retournerai plus tôt que tard à Cuba, mais, si cela sert à quelque chose, je suis dans un autre pays, par des raisons économiques et rien d’autre, je suis où je ne veux pas être parce que chaque jour je pense à Cuba et aux miens, mais si je reviens, j’en reviens aussi aux besoins quotidiens et oppressants à l’infini et ma famille aussi, alors que dois-je faire ?… Je connais beaucoup de gens comme moi et quand nous parlons, écrivons ou bavardons, nous passons toujours le plus clair de notre temps à parler de nos familles, mais à la fin nous concluons toujours que si nous ne restons pas à l’étranger, nous ne nous faisons pas de mal seulement à nous-mêmes, mais aussi aux nôtres qui sont restés là-bas, sur l’île, tant désirée. Et (nous savons) qu’ils dépendent à 90 % de nous économiquement.

Citation 6. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 12 janvier 2017 « Barack Obama pone fin a la política “pies secos, pies mojados” »

Citation 6. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 12 janvier 2017 « Barack Obama pone fin a la política “pies secos, pies mojados” »

Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2017/​01/​12/​fuentes-no-oficiales-barack-obama-pone-fin-a-la-politica-pies-secos-pies-mojados/​#.W9NYK5P0nIU

  • 7 À cause du taux de change CUP-CUC.

YandelRT a dit :
Je leur dis simplement que c’est bien que toutes ces lois hostiles soient finies. Mais réfléchissons-nous, les personnes partent à cause des problèmes économiques, parce que nous n’avons pas assez pour nous nourrir, nous touchons notre salaire et nous le laissons tout entier dans un seul morceau de viande. Et le reste ? Nos salaires sont bas et quand nous achetons au magasin, nous payons 25 fois plus de ce qui vaut notre argent7, nos enfants nous demandent des jouets et nous n’avons pas comment leur plaire. Je travaille très loin et je n’ai pas de moyen de transport, c’est-à-dire que tous les jours, même pour aller travailler, c’est un calvaire ! Nous devons travailler très dur et même pour le privé, pour pouvoir survivre et pas pour une vie de luxe. Nous n’avons pas accès à la téléphonie avec des prix en rapport avec ce que nous gagnons. Enfin je parlerais de tout pendant un mois, nous ne voulons vraiment pas devenir riches, mais nous voudrions une vie comme tout autre être humain.
Bien que nous ne puissions nier que beaucoup de choses ici sont gratuites comme le système de santé, que lorsque nous sommes en vraie nécessité, ils sont là ; que nos enfants vont à l’école, peut-être pas avec une tablette ou un ordinateur, mais ils reçoivent une éducation selon les paramètres et les qualités du monde. J’espère que cela servira pour réfléchir à beaucoup de ceux qui croient qu’ici on ne vit pas… dis-je, si ce commentaire est publié…

Histoire sociale et histoires de vies

37Ces histoires et beaucoup d’autres présentes dans les conversations nous permettent de réfléchir sur la manière dont les expériences individuelles et collectives s’articulent de manière discursive dans cet espace public, lorsque les sujets parlent d’eux-mêmes et des autres, de chacun comme s’ils étaient chacun. Ce récit individualisé, à partir de l’expérience singulière et de la vie quotidienne, peut aussi constituer une rupture de l’ordre discursif qu’impose l’homogénéisation de la vie privée sous l’épopée d’une Révolution, comme nous l’avons mentionné ci-dessus. C’est aussi un indice de la politisation de la conversation, qui permet l’apparition de singularités et de rationalités affectives que ne sont pas envisagées dans les discours hégémoniques. À la fin de son commentaire @YandelRT a même fait directement référence à la censure sur le site, car lorsqu’il dit « si ce commentaire est publié », il suppose qu’il y a quelque chose dans ce commentaire qui pourrait déranger le censeur, quelque chose qui conteste l’unanimité acritique qui soutient idéologiquement l’acte communicatif dans l’espace public cubain.

38A ce propos, Marques et Martino (2017 :16) diront que « les événements ne sont pas nécessairement appréhendés dans leur dimension sociale et historique, mais dans le cadre d’une histoire de la vie dans laquelle d’autres lignes se croisent également » (comme on peut le voir dans les commentaires des citations 2 et 4, par exemple). Bien que certaines déclarations ne soient pas articulées directement comme des réponses aux partenaires, elles expriment une dimension collective de l’émergence d’une voix collective dans le discours individuel.

39Cette perspective est également liée à l’axiome déjà connu, « le personnel est politique », issu de la pensée féministe (Hainisch, 1970, apud Mansbridge, 1999) qui explique comment les singularités et les collectivités s’articulent dans la lutte politique, puisque les luttes individuelles sont conceptuellement liées à une lutte normative plus large pour obtenir un statut égalitaire dans la politique dans son ensemble (Mansbridge, 1999 : 215). En ce sens, les exemples présentés (citations 5, 6 et 7) montrent comment les réalités personnelles se croisent avec des aspects du contexte politique qui entoure ces individus, ce qui en fait une réalité vécue qui leur permet de réfléchir davantage aux problèmes sociaux plus larges, autrement dit ce qui nous affecte est aussi ce qui nous motive politiquement.

40Dans ce déplacement, le sujet et son monde particulier, ses interprétations à propos des questions d’intérêt collectif attirent l’attention, puisque histoire sociale et histoires de vie se croisent sans cesse : « (…) le personnel devient politique à la condition que ces personnes soient capables d’affirmer leur dimension en tant que sujet d’un discours sur soi, qui ne disparaît pas dans l’enchevêtrement d’autres discours qui imprègnent le tissu social » (Marques et Martino, 2017 : 17).

41Ainsi, la dimension politique relationnelle des sujets se manifeste dans la recherche du renforcement des liens de solidarité et d’appartenance à un groupe, la reconnaissance de leur statut personnel de partenaires responsables et autonomes. Il existe également une dimension non argumentative dans cette politique : les clés qui définissent une sphère sensible de jugement, de perception et d’appréhension de soi et des autres sont également composées de métaphores, poèmes, dictons populaires, chansons et romans relatant les expériences du peuple cubain aujourd’hui. Le développement de différentes nuances de ce processus peut contribuer à la découverte de problèmes latents, de tendances sociales, d’attitudes partagées ou de pathologies politiques affectant la reconfiguration constante d’une société donnée.

42Les récits construits par les interlocuteurs qui se reconnaissent comme faisant partie de l’historicité migratoire particulière de l’île et la manière dont l’empathie ou les relations d’agression sont façonnées dans cette rencontre discursive sont liés aux transformations politiques et économiques qui ont un impact sur la société cubaine actuelle. Cependant, le principal changement dans cette direction est essentiellement moral et idéologique, menaçant le cadre de valeurs qui sous-tend l’image publique de Cuba socialiste que le discours officiel des médias gouvernementaux a l’intention de dessiner dans l’imaginaire politique national.

43En ce sens, nous devons comprendre que : « Les liens des immigrants avec Cuba renforcent et subvertissent simultanément le socialisme tel que le connaissent les Cubains. Les envois de fonds des émigrants constituent la monnaie forte qui a aidé le gouvernement à ne pas se noyer. Cependant, cela affaiblit de manière concomitante les hypothèses égalitaristes, collectivistes et non matérialistes de la révolution, propulsant l’activité sur le marché noir et minant la motivation pour travailler pour l’économie de l’État. Dans le processus, cela affaiblit le pouvoir, l’autorité et le contrôle de l’État » (Eickstein, 2009 : 109).

44L’interprétation discursive et intersubjective de la migration fait non seulement référence au déplacement des sujets, mais englobe également des dimensions institutionnelles, collectives et émotionnelles qui dépassent le cadre individuel et ouvrent de nouvelles possibilités de restructuration d’un monde connu et en mouvement. Dans cette optique, Dimitri Fazito (2017) souligne : « Ainsi, nous pouvons identifier dans la migration une sociogenèse spécifique et régulatrice des corps, des émotions et des affections quotidiennes qui sont établies et liées au cours du long processus de civilisation des sociétés. Car dans les déplacements organisés en "projet migratoire" sont mis au contact de plusieurs sources de production individuelles et collectives des sensibilités enracinées dans un territoire en construction et, par conséquent, indéfinies et en constante transformation ». Selon Fazito (2017), la préoccupation croissante pour le contrôle des flux migratoires est due au fait que le corps en mouvement représente un danger dans le monde contemporain, car l’acte de mobilité autorise l’imprévisible et l’incorrigible, défie la stabilité du corps social et ouvre des fissures où de nouvelles contingences apparaissent. Nous pouvons donc penser que les mouvements migratoires dans la société cubaine conduisent à des processus de transformation sociale au sein d’un système politique qui réglemente la vie publique et privée sur l’île depuis un demi-siècle. Ces changements, à leur tour, sont rendus possibles par l’émergence d’autres sens politiques, langages et compréhensions collectives, qui sont minutieusement élaborés dans les interactions de communication quotidiennes et peuvent parfois façonner des scènes de communication de la vie publique. En fin de compte, l’espace discursif du forum Cubadebate n’est rien d’autre qu’une image infime de tous les mots et de tous les affects pouvant décrire une nation physiquement et émotionnellement dispersée.

  • 8 “Balseros” est un terme utilisé par les Cubains qui entreprennent une traversée maritime migratoire (...)
  • 9 En janvier 2017, le président des États-Unis, Barack Obama, a annoncé la fin de la politique “des p (...)

45En outre, les récits articulés autour de la réalité migratoire cubaine sont empreints de sentiments de déracinement, de tristesse, de déception, d’indignation, d’impuissance. Ces récits représentent non seulement la voix du sujet qui prend la parole, mais également ceux qui font partie du « peuple » : amis, parents, voisins, Cubains du monde entier. Toutefois, les autres interlocuteurs du forum ne se félicitent pas toujours de ces commentaires personnels, car pour cela, il doit exister des signes d’empathie dans les situations de vulnérabilité. Pour analyser certaines de ces questions, voici des extraits de conversations issues de la publication d’histoires sur l’immigration illégale de balseros8 dans Cubadebate, au moment de l’élimination de la politique de « pieds mouillés, pieds secs »9.

Citation 7. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 24 janvier 2017 « Pies secos, pies mojados : Perdidos »

Citation 7. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 24 janvier 2017 « Pies secos, pies mojados : Perdidos »

Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2017/​01/​24/​pies-secos-pies-mojados-perdidos/​#.W9NY9pP0nIU

Cubano Cubano a dit :

Il y en a beaucoup d’histoires tristes comme ça, nous devons les analyser en interne, car ce ne sont pas des fous qui s’échappent du paradis…

RONY9 a dit :

Quelle histoire effrayante ! Et comme celle-ci, on en compte depuis les années 90 à nos jours. Combien des familles en deuil, combien de familles séparées et d’autres qui luttent contre l’oubli. Ça n’a pas été facile. L’article pose une question : pourquoi on émigre tant ? Eh bien, les réponses nous avons tous les réponses. C’est dommage, c’est vrai ! J’espère qu’un jour vous aurez des nouvelles de vos proches disparus, mais c’est difficile, c’est vraiment possible que le pire soit arrivé, la mer, la mer bénie c’est le tombeau de nombreux Cubains qui, comme ceux de l’histoire, ont essayé de trouver un rêve au-delà de ces frontières. Ce qui est bien triste.

46Les histoires de vie publiées dans Cubadebate sont racontées par des gens qui ont perdu des membres de leur famille (frères et sœurs, enfants) dans la dangereuse traversée maritime du détroit de Floride. De tels récits disent la souffrance, individuelle et collective, des migrants. Ainsi cette souffrance s’étend aux familles victimes de la séparation, de l’oubli. Le deuil et sa temporalité participent de la construction d’une mémoire collective. Ces récits, qui rappellent les trajectoires de migration, n’ont pas vocation à simplement restaurer le passé, mais essaient, par la conversation et l’exposition publique des vulnérabilités et des inégalités, de construire et de partager une nouvelle histoire.

47Il n’y pas de continuité linéaire entre malheurs passés, les luttes et un avenir à construire : il est important de souligner que ces histoires et ces conversations s’inscrivent dans une logique de discontinuité, voire de rupture, qui remet en question la domination d’un groupe social sur les autres par leurs stratégies discursives. Dans ce sens, la narration elle-même qui apparaît dans ces récits arrête, démonte, et fracture le consensus qui peut être derrière cette domination (Rancière, 2012). Les émotions et les histoires de vie impliquent une forme essentielle de l’évaluation des actions et des cadres moraux qui guident les décisions d’une société. Ainsi, la voix des personnes soumises à évoquer un traumatisme collectif se dégage dans les interstices des récits racontés par les protagonistes de tant d’histoires inconnues.

Considérations finales

48L’analyse des interactions spécifiques dans des environnements de conversation publique et ses relations avec les dimensions de l’historicité des phénomènes migratoires conduisent à appréhender la migration comme facteur de politisation dans les sociétés d’origine. C’est-à-dire, comme « fait social total » (Sayad, 1998) qui imprègne plusieurs temporalités et spatialités, avec une forte incidence sur le processus de remise en ordre des expériences, comme on a vu dans cet article. Cette approche nous permet de comprendre comment la migration traverse des récits individuels et des processus historiques, en affectant non seulement le sujet migrant, mais « l’autre » qui est également interpellé par la dimension de l’altérité amené par ces déplacements (Sayad, 1998).

49La société cubaine se caractérise par une culture migratoire qui considère comme naturels les projets migratoires au cours de la vie. Ce point de vue se transmet d’une génération à l’autre à travers les réseaux sociaux (Kandel et Massey, 2002). Les conditions qui poussent les vagues migratoires continues, l’articulation des projets de vie qui défient les fondements du projet politique national, la politisation des conversations à propos de la vie quotidienne dans ces sociétés marquées par l’émigration, sont autant de perspectives émergentes de recherche.

50Dans cet exercice de réflexion, l’axe temporel est la période révolutionnaire, de sorte que le triomphe de la Révolution apparaît comme le point zéro d’un cycle dans lequel sont articulés les événements, englobant des questions plus larges sur le modèle de société mis en œuvre sur l’île. D’une part, les difficultés économiques qui traversent et constituent les modes de vie du peuple cubain sont liées à une histoire d’obstacles politiques ayant un effet économique cumulatif dans le présent. D’autre part, le jugement éthique révèle les marques d’une conscience morale socialiste qui prône les valeurs d’humanité et de dignité en tant que bien supérieur, ainsi que l’importance du travail lié à sa dimension politique dans la répartition sociale de la richesse.

51Cette capacité de réflexion émerge également de l’impact des migrations sur le récit et le mode de vie des Cubains, à travers une réalité diasporique qui ne se limite pas aux déplacements physiques, mais qui établit les possibilités et les destinées collectives d’un peuple. Ainsi, les expériences migratoires articulées associent, à travers une conversation politisée, des aspects affectifs, économiques et politiques qui mènent à la conversation, conduisent à la formation d’alliances dans l’espace public de discussion, impulsent la révision des normes et exigent un processus incessant et conflictuel de construction individuelle et collective d’un horizon moral et de cadres de signification qui guident la justice, la reconnaissance et le rapprochement entre expérience et éthique.

Haut de page

Bibliographie

AJA Antonio D., SORIANO Maria O. R. et al, 2017, « La migración internacional de cubanos. Escenarios actuales », Novedades en Población, 13 : 26, 40-57.

CACERES José L. G., 1999, “Del objeto percibido al objeto construido. El saber sobre la práctica, sistemas y mundos posibles”, Estudios sobre las culturas contemporáneas, 5 :9, 9-24.

COGO Denise, ELHAJJI Mohammed et HUERTAS Amparo (sous la dir. de), 2012, Diásporas, migrações, tecnologias da comunicação e identidades transnacionais. Bellaterra, InCom-UAB, p. 528.

ECKSTEIN Susan, 2009, The Immigrant Divide : How Cuban Americans Changed the US and Their Homeland, New York, Routledge, p. 311.

FAZITO Dimitri, 2017, « Desplazamientos sensibles : reflexiones sobre el entramado de las formas de movilidad, las emociones y los cuerpos en el mundo contemporáneo », XXXI Congresso ALAS, Montevideo.

GAMSON, William, 1992, Talking Politics. Cambridge, Cambridge University Press.

KANDEL William et MASSEY Douglas S, 2002, « The culture of Mexican migration : A theoretical and empirical analysis », Social forces, 80 : 3, 981-1004.

LEVITT Peggy, 1998, « Social remittances : Migration driven local-level forms of cultural diffusion », International migration review, 32 : 4, 926-948.

MANDIANOU Mirca, 2014, « Polymedia communication and mediatized migration : an ethnographic approach », dans K. Lundby (sous la dir. de), Mediatization of communication, vol. 21, Berlin, Walter de Gruyter GmbH 323 -346.

MANSBRIDGE Jane, 1999, « Everyday Talk in Deliberative System », dans Macedo, Stephen (sous la dir. de), Deliberative Politics : essays on democracy and disagreement, Oxford, Oxford University Press, p. 211-239, 1999.

MARQUES Ângela C. S, MARTINO Luis Mauro S., 2016, Aspectos éticos e políticos da conversação online. In : Mídia, ética e esfera pública, Belo Horizonte, PPGCOM/UFMG.

MARQUES Ângela C. S. et Martino Luis M. S., 2017, « A politização das conversas cotidianas e suas relações com processos deliberativos », E-compós, 20 :1, 1-22.

MARTÍN-BARBERO Jesús, 2002, Oficio de cartógrafo : travesías latinoamericanas de la comunicación en la cultura, Fondo de Cultura Económica.

MATTELART Tristan, 2009, « Les diasporas à l’heure des technologies de l’information et de la communication : petit état des savoirs », tic&société, 3 :1-2, 11-57.

RANCIÈRE Jacques, 2012, O espectador emancipado, São Paulo, Martins Fontes.

SAYAD Abdelmalek, 1998, A Imigração : os paradoxos da alteridade, São Paulo, EDUSP, p. 304.

SCOPSI Claire, 2009, « Les sites web diasporiques : un nouveau genre médiatique ? », tic&société, 3 :1-2 81-100.

VERTOVEC Steven, 2005, « The political importance of diásporas », Centre on Migration, Policy & Society, [En ligne]. [Page consultée le 10 juillet 2018]. Disponibilité et accès https://goo.gl/FRZbWm.

WITSCHGE Tamara, 2008, « Examining online public discourse in context : a mixed method approach », Javnost-the public, 15 :2, 75-92.

WYATT Robert. O., Katz Elihu, Kim Joohan, 2000, « Bridging the spheres : Political and personal conversation in public and private spaces, Journal of communication, 50 : 1, 71-92.

Haut de page

Notes

1 Consultez : http://www.cubadebate.cu/

2 Cubadebate occupe actuellement la 6ème position parmi les sites les plus visités du pays, dont le premier est informatif. Consultez l’adresse suivante : https://www.alexa.com/topsites/countries/CU

3 Le système médiatique cubain est contrôlé de manière absolue par les directives idéologiques du PCC, qui limitent largement l’existence d’espaces publics de discussion avec la présence d’opinions critiques et divergentes.

4 Dans le cadre de la recherche plus large à l’origine de cet article, de nouvelles analyses approfondies ont été menées sur le rôle de la plate-forme numérique et les politiques éditoriales du site Web Cubadebate dans la politisation de ces conversations.

5 La loi d’ajustement cubain (Cuban Adjustment Act en anglais, ou CAA) est une loi fédérale américaine entrée en vigueur le 2 novembre 1966. Cette loi accorde la résidence permanente à tout réfugié cubain présent sur le sol américain depuis plus d’un an.

6  Considérant que la politique cubaine définit le travail de ces médecins comme une mission humanitaire et qu’elle limite l’émigration de ces professionnels et d’autres, alléguant qu’ils sont formés gratuitement dans le pays et doivent donc servir la société.

7 À cause du taux de change CUP-CUC.

8 “Balseros” est un terme utilisé par les Cubains qui entreprennent une traversée maritime migratoire illégale vers les États-Unis (essentiellement dans les années 1990) et désigne les bacs rustiques construits pour la traversée maritime

9 En janvier 2017, le président des États-Unis, Barack Obama, a annoncé la fin de la politique “des pieds secs, des pieds mouillés”, en vigueur depuis 1996, et accordait des privilèges aux Cubains arrivant (légalement ou illégalement) à la frontière américaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Classement des sites Web les plus consultés à Cuba
Crédits Source : https://www.alexa.com/​topsites/​countries/​CU
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/7318/img-1.png
Fichier image/png, 397k
Titre Citation 1. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 3 février 2017 « MINSAP reitera normativa sobre profesionales que abandonen sus misiones »
Crédits Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2017/​02/​03/​minsap-reitera-normativa-sobre-profesionales-que-abandonen-sus-misiones/​#.W9NZEZP0nIU
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/7318/img-2.png
Fichier image/png, 285k
Titre Citation 2. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 29 octobre 2017 « ¿Qué significan las nuevas medidas migratorias de Cuba ? »
Crédits Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2017/​10/​29/​que-significan-las-nuevas-medidas-migratorias-de-cuba/​
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/7318/img-3.png
Fichier image/png, 136k
Titre Citation 3. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 23 novembre 2015 « Cubanos en Costa Rica esperan por solución »
Crédits Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2015/​11/​23/​cubanos-en-costa-rica-esperan-por-solucion/​#.VzaWTrrhCk0
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/7318/img-4.png
Fichier image/png, 199k
Titre Citation 4. Extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 1er décembre 2015 « En Cubadebate, este miércoles Foro on line sobre regulaciones migratorias Especiales »
Crédits Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2015/​12/​01/​en-cubadebate-este-miercoles-foro-on-line-sobre-regulaciones-migratorias-especiales/​#.W9NXX5P0nIU
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/7318/img-5.png
Fichier image/png, 499k
Titre Citation 5. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 1er décembre 2015 « Declaración del Gobierno Revolucionario : “Cuba reitera su compromiso con una emigración legal, ordenada y segura” »
Crédits Source : http://www.cubadebate.cu/​especiales/​2015/​12/​01/​declaracion-del-gobierno-revolucionario-cuba-reitera-su-compromiso-con-una-emigracion-legal-ordenada-y-segura/​#.VzaWBbrhCk0
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/7318/img-6.png
Fichier image/png, 339k
Titre Citation 6. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 12 janvier 2017 « Barack Obama pone fin a la política “pies secos, pies mojados” »
Crédits Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2017/​01/​12/​fuentes-no-oficiales-barack-obama-pone-fin-a-la-politica-pies-secos-pies-mojados/​#.W9NYK5P0nIU
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/7318/img-7.png
Fichier image/png, 128k
Titre Citation 7. extraite du forum sur l’article publié par Cubadebate le 24 janvier 2017 « Pies secos, pies mojados : Perdidos »
Crédits Source : http://www.cubadebate.cu/​noticias/​2017/​01/​24/​pies-secos-pies-mojados-perdidos/​#.W9NY9pP0nIU
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/7318/img-8.png
Fichier image/png, 504k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Beatriz Ramírez Hernández et Dimitri Fazito, « La question migratoire à Cuba : politisation de conversations en ligne », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/7318 ; DOI : 10.4000/rfsic.7318

Haut de page

Auteurs

Elisa Beatriz Ramírez Hernández

Elisa Beatriz Ramírez Hernández est Doctorante en Communication Sociale à l’Université Fédérale de Minas Gerais, Brésil. Elle est aussi titulaire d’une maîtrise du même programme d’études à cette université. Email : elisabeatriz88@gmail.com

Dimitri Fazito

Dimitri Fazito est Docteur en Démographie de l’Université Fédérale de Minas Gerais, Brésil. Il est professeur au Département de Sociologie de la même université. Email : dfazito@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page