Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Regards croisésRecherches sur le journalisme en ...

Regards croisés

Recherches sur le journalisme en France et en Allemagne, un dialogue impossible ?

Regards croisés sur des méthodologies et des développements divergents
Lisa Bolz

Résumés

Les échanges franco-allemands dans le champ de la recherche sur le journalisme sont peu développés, voire inexistants. Ce travail vise à mettre en évidence et à caractériser les convergences et les écarts entre deux traditions disciplinaires des sciences consacrées à cet objet de recherche : les sciences de l’information et de la communication (SIC) en France et la Kommunikationswissenschaft en Allemagne. L’histoire des disciplines, les divergences théoriques et méthodologiques, les barrières linguistiques constituent autant de freins au dialogue franco-allemand. Le journalisme, envisagé différemment de part et d’autre du Rhin, occupe une place de choix dans les travaux de la Kommunikationswissenschaft, qui se définit comme une discipline d’inspiration sociologique, dont le journal est l’un des premiers objets de recherche et qui nourrit des liens étroits avec la formation des futurs journalistes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple Markus Beiler, Benjamin Biegl (éds.), 100 Jahre Kommunikationswissenschaft in Deuts (...)
  • 2 Stefanie Averbeck, « Comparative History of Communication Studies : France and Germany », The Open (...)

1L’année 2016 marque le centenaire de la naissance de la Kommunikationswissenschaft, l’équivalent des sciences de l’information et de la communication en Allemagne, et nombre de travaux et de réflexions rétrospectives ont été publiées à l’occasion de cette date anniversaire1. Nous saisissons cette opportunité pour croiser les traditions de recherche françaises et allemandes, identifier des points communs et des spécificités nationales. Nous proposons donc une mise en perspective des études sur le journalisme menées en France et en Allemagne dans leurs dimensions institutionnelles, épistémologiques et méthodologiques. Quelles sont les modalités de constitution des champs de recherche concernant la communication dans ces deux pays ? Hormis la barrière linguistique, quelles raisons expliquent la faiblesse des échanges entre la recherche allemande et française sur le journalisme ? Nous nous appuierons pour répondre à ces questions sur l’analyse de travaux scientifiques francophones et germanophones, sans dresser un panorama exhaustif de la recherche sur le journalisme. Nous verrons ensuite comment le fait d’éclairer ces divergences laisse entrevoir une possible et fructueuse complémentarité des approches française et allemande2.

L’ancrage sociologique de la Kommunikationswissenschaft

  • 3 Yves Jeanneret, Bruno Ollivier, « Introduction. Les Sic en perspective », Hermès 38, 2004, p. 88. J (...)
  • 4 L’association des notions d’information et de communication est spécifique à la discipline français (...)
  • 5 Deutschen Gesellschaft für Publizistik- und Kommunikationswissenschaft (DGPuK), Kommunikation und M (...)
  • 6 Cf. par exemple Wiebke Loosen, Armin Scholl (éds.), Methodenkombinationen in der Kommunikationswiss (...)
  • 7 La presse étant un objet central dans la recherche allemande, les rédactions de presse sont donc de (...)
  • 8 Stefanie Averbeck-Lietz, Kommunikationstheorien in Frankreich. Der epistemologische Diskurs der Sci (...)

2Alors que les SIC peuvent à la fois être présentées comme issues d’une tradition littéraire, comme l’expliquent par exemple Jean François Tétu et Robert Boure3, et comme une discipline fondamentalement pluridisciplinaire, la Kommunikationswissenschaft allemande (le terme est au singulier en langue allemande4) se définit comme une discipline d’inspiration sociologique5appuyée sur la mobilisation de méthodes de recherche marquées par la dimension empirique6. Les objets de recherche sont ainsi souvent dérivés de questions sociétales, les individus sont appréhendés en tant qu’acteurs sociaux, les rédactions7 comme structures organisationnelles exerçant une fonction spécifique dans la société. La distinction entre les niveaux micro, méso et macro permet de situer les individus, les productions médiatiques, les organisations ainsi que de saisir des concepts comme l’espace public. La conception interactionniste et processuelle de la communication, structurante dans l’approche communicationnelle française est moins relayée dans la recherche allemande, plus axée sur les stratégies de persuasion et les effets de la communication, dans la tradition de Paul Lazarsfeld par exemple8.

  • 9 Jacques-Pierre Gougeon et al. « Vorwort », in : Philippe Vaillon, Ute Weiland (éds.), Kommunikation (...)

3Les traditions théoriques de part et d’autre du Rhin dans les recherches sur la communication ont peu de points communs, la littérature scientifique allemande étant peu lue en France et inversement. En mars 2001, par exemple, plusieurs institutions ont organisé à Potsdam une rencontre de chercheurs français et allemands spécialistes de la communication et des médias, sous l’intitulé « Kommunikation, Medien und Gesellschaft » ; ce fût l’occasion de souligner dans quelle mesure les frontières nationales déterminent les recherches dans les deux pays et de constater que, hormis quelques exceptions, les chercheurs les plus reconnus ne sont pas lus au-delà des frontières de leurs pays et que certaines recherches sont ainsi effectuées en doublon9. Outre la barrière de la langue, les routines de pensée, l’absence de curiosité sur ce point, les structures institutionnelles des paysages scientifiques et la rigidité des processus de recrutement se conjuguent pour rendre les frontières nationales étanches.

  • 10 Cf. Stefanie Averbeck-Lietz, Fabien Bonnet, Sarah Cordonnier, Carsten Wilhelm, « Communication stud (...)
  • 11 Citons, par exemple, l’organisation de l’édition 2019 des doctorales de la SFSIC, en partenariat av (...)
  • 12 Stefanie Averbeck-Lietz, Kommunikationstheorien in Frankreich, op. cit.
  • 13 Ibid., p. 10.

4Quelques rares coopérations franco-allemandes ont été établies10, mais elles sont le plus souvent restées sans suite ; quelques projets franco-allemands ont vu le jour très récemment11, mais restent pour le moment sans ancrage institutionnel et sont souvent le fruit d’initiatives individuelles, comme le mémoire d’habilitation à diriger les recherches en Kommunikationswissenschaft présenté par Stefanie Averbeck-Lietz à propos du discours épistémologique des SIC12. Ce travail est particulièrement remarquable puisqu’il reste le seul à rendre compte de l’esprit et du style des SIC à la communauté scientifique germanophone en soulignant que les théories ne sont pas nationales et que leur utilisation et leur terminologie distincte conduisent les chercheurs à rester ancrés dans un contexte de recherche spécifique13.

  • 14 En Allemagne, il existe la science de la communication (Kommunikationswissenschaft) et la science d (...)
  • 15 Stefanie Averbeck-Lietz, Fabien Bonnet, Jacques Bonnet, « Le discours épistémologique des Sciences (...)
  • 16 GIS Journalisme, https://gisjournalisme.wordpress.com/a-propos-du-gis/. Voir également Nicolas Péli (...)
  • 17 Le premier département en Allemagne fût créé à Leipzig sous le nom de Institut für Zeitungskunde en (...)

5Les spécificités de l’épistémologie des sciences de l’information et de la communication françaises et de la Kommunikationswissenschaft14 allemande ayant déjà fait l’objet d’une publication dans la présente revue15, nous souhaitons maintenant décrire le nuancier épistémologique de la recherche allemande sur le journalisme, de la conception du journalisme aux choix méthodologiques en passant par la définition des objets de recherche. Si « la recherche sur le journalisme demeure fragmentaire et dispersée16 » en France, elle est un objet de recherche central en Allemagne et fût même le premier objet de la discipline qui portait le nom de Zeitungskunde ou Zeitungswissenschaft (« science du journal ») au début du XXe siècle17.

Comment la recherche allemande conçoit le journalisme

  • 18 Siegfried Weischenberg, Journalistik. Theorie und Praxis aktueller Medienkommunikations, tome 1, Op (...)
  • 19 Ibid., p. 37.
  • 20 Cf. par exemple Günther Rager, « Dimensionen der Qualität. Weg aus den allseitig offenen Richter-Sk (...)
  • 21 Siegfried Weischenberg, Journalistik, op. cit., p. 66.
  • 22 Ibid., p. 67.

6La recherche sur le journalisme en Allemagne repose, entre autres, sur un questionnement quasi permanent de la formation des journalistes. En France comme en Allemagne, la formation des journalistes entretient des liens avec l’université, mais ces liens prennent des formes différentes de part et d’autre de la frontière. Si les futurs journalistes français sont généralement formés au sein des écoles de journalisme, les parcours sont plus variés en Allemagne : les aspirants journalistes se forment autant dans des écoles dédiées que dans certains cursus universitaires professionnalisants. Il est également possible de se former au sein d’un média en effectuant un volontariat, c’est-à-dire une formation pratique au sein d’une rédaction. L’Allemagne a une longue tradition de cursus universitaires professionnalisants18 qui s’appuient sur des liens étroits avec la recherche scientifique. Aussi n’est-il pas surprenant que la recherche sur le journalisme de par sa fonction indirecte de formation des futurs professionnels, repose sur des études théoriques-empiriques ou pratiques-normatives19, c’est-à-dire une recherche appliquée visant avant tout l’amélioration de la formation des futurs journalistes et la définition des normes du métier de journaliste. La recherche allemande comporte ainsi une longue tradition de réflexion sur la qualité en journalisme20. Elle s’attache ainsi à décrire les comportements et l’action journalistique pour déterminer, comprendre et expliquer les régularités du métier21. « Les normes, les structures, les fonctions et les rôles sont désignés comme les éléments les plus importants pour décrire ce qu’est le journalisme dans un certain système médiatique, [des éléments] qui constituent les piliers pour la construction d’une possible réalité. La Journalistik [terme pour désigner les cursus universitaires] analyse ces contextes et met les résultats des études à disposition des journalistes et d’autres acteurs du système médiatique22. »

  • 23 Max Weber, Enquête über das Zeitungswesen, 1910.
  • 24 Cf. par exemple Siegfried Weischenberg, Max Weber und die Entzauberung der Medienwelt, Theorien und (...)

7Cette tradition empirique de la recherche allemande peut être présentée comme remontant à Max Weber. Il présenta ainsi en 1910, lors du premier colloque allemand de sociologie, une enquête sur les journaux et le journalisme23, qui s’avérera jeter les bases méthodologiques de la recherche en Kommunikationswissenschaft24. Cette enquête ne vit jamais le jour mais la recherche allemande contemporaine s’inscrit toujours dans le projet de Weber qui proposait un programme de recherche pour établir un état des lieux de la presse allemande.

  • 25 Jean Davallon, « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès 38, 2004, p. 30-37
  • 26 Ibid., p. 35.
  • 27 Nicolas Pélissier, Journalisme : avis de recherches. La production scientifique française dans son (...)

8La recherche en Kommunikationswissenschaft s’inscrit dans le cadre de grands modèles sociologiques qui déterminent le cadre du discours scientifique. Dans de nombreux cas, les recherches empiriques explorent ainsi les applications de ces modèles fondateurs dans des contextes donnés. Dans cette perspective que nous pourrions qualifier d’expérimentale, les démarches méthodologiques sont directement déduites de la théorie et la recherche sert à interroger la théorie ou à en préciser les contours. Autrement dit, un chercheur français qui expose ses travaux en Allemagne se verra systématiquement demandé – avec curiosité ou scepticisme, c’est selon – dans quel cadre théorique spécifique il s’inscrit. En comparaison, la recherche en SIC apparaît moins corsetée par telle ou telle théorie dans son ambition de proposer plutôt une perspective, une approche communicationnelle commune25. Les analyses menées dans le cadre des SIC, en cherchant à saisir les objets de recherche dans la dynamique des processus de communication, témoignent d’un souci plus marqué d’adaptation du mix théorique et méthodologique aux enjeux spécifiques à ces objets. Il s’agit en effet de saisir la communication et l’information « en tant qu'elles sont matérialisées, institutionnalisées et opérationnalisées dans la société26 ». Nicolas Pélissier insiste sur le fait qu’« [e]n France, les recherches sur le journalisme se sont constituées progressivement à partir d’une conception informationnelle de leur objet27 » mais, si nous considérons maintenant la Kommunikationswissenschaft allemande, la théorie précède beaucoup plus nettement l’analyse empirique.

  • 28 Cf. par exemple Siegfried Weischenberg, Klaus-Dieter Altmeppen, Martin Löffelholz, Die Zukunft des (...)
  • 29 Cf. Martin Löffelholz, Liane Rothenberger (éds.), Handbuch Journalismustheorien, Wiesbade : Springe (...)
  • 30 Cf. Niklas Luhmann, Systèmes sociaux : Esquisse d’une théorie générale, Québec : Presses de l’Unive (...)
  • 31 Cf. par exemple Manfred Rühl, Die Zeitungsredaktion als organisiertes soziales System, Bielefeld : (...)
  • 32 Bernd Blöbaum, « Journalismus als Funktionssystem der Gesellschaft », in : Martin Löffelholz, Liane (...)

9Différentes conceptions du journalisme développées à travers de nombreux ouvrages théoriques et méthodologiques témoignent de la volonté des chercheurs germanophones de déterminer les cadres de la recherche sur ce thème28. Au-delà des théories de l’agir journalistique, de l’environnement social du journalisme ou de son contexte culturel, les théories portant sur l’impact social de l’information (agenda-setting, news values, framing, etc.), les théories sur l’interdépendance entre le journalisme et d’autres domaines de la société (économie, recherche ou encore sport)29, la théorie des systèmes sociaux, héritée notamment des travaux de Niklas Luhmann30, a largement façonné la recherche allemande sur le journalisme31. Selon cette proposition de conceptualisation largement adoptée parmi les chercheurs allemands, le journalisme est abordé à travers ce qui serait sa fonction principale à l’échelle sociétale, à savoir la médiation des informations d’actualité dans l’espace public32. Dans cette perspective, l’analyse et la caractérisation de la fonction du journalisme dans la société sont donc au cœur de la théorie du journalisme et constituent finalement le point de départ attendu pour toute recherche empirique. La théorie des systèmes sociaux, dont l’ouvrage majeur Systèmes sociaux : Esquisse d’une théorie générale est traduit en français en 2011, constitue depuis quelques décennies une des bases théoriques fondamentales pour la recherche en journalisme en Allemagne, qui par conséquent s’intéresse à la signification du journalisme pour la société, aux rôles des journalistes au sein de la société ou à l’action journalistique au sens large.

  • 33 Siegfried Weischenberg, op. cit., p. 69. Même si le modèle de Weischenberg date du début des années (...)

10Que ce soit à partir de la théorie des systèmes sociaux ou sur la base d’une autre, la recherche allemande étudie le journalisme au prisme de grandes théories sociologiques qui déterminent souvent l’approche et les thématiques de recherche. Prenons l’exemple d’un modèle largement cité et enseigné en Allemagne. Siegfried Weischenberg, professeur émérite de l’université de Hambourg, a proposé une conceptualisation systémique du journalisme qui façonne jusqu’aujourd’hui les projets de recherche. Il identifie quatre axes de recherche pour étudier le journalisme : le système médiatique (Mediensysteme), les institutions médiatiques (Medieninstitutionen), les énoncés médiatiques (Medienaussagen) et les acteurs médiatiques (Medienakteure). Ce modèle est habituellement nommé, dans la recherche et dans l’enseignement allemand, « l’oignon de Weischenberg » (Weischenberg-Zwiebel) et constitue la « base pour un inventaire des contributions en sciences de la communication pour les études sur le journalisme33 ».

  • 34 Cégolène Frisque, « Les SIC dans les recherches sur le journalisme au sein d’un laboratoire pluridi (...)
  • 35 Marc Lits, Adeline Wrona, « Permanence et renouveau des recherches sur l’écriture journalistique », (...)
  • 36 Les Cahiers du Journalisme, seconde série, 1, 2018, p. D4.
  • 37 Arnaud Mercier, « Présentation générale. Regard sociologique sur le métier et regard critique sur s (...)
  • 38 Gloria Awad, Ontologie du journalisme, Paris : L’Harmattan, p. 8.
  • 39 Alexis Lévrier, Adeline Wrona (éds.), Matière et esprit du journal : Du Mercure galant à Twitter, P (...)

11La recherche française en SIC semble à l’inverse conserver ses distances vis-à-vis des théories sociologiques, ou du moins entretenir des « rapports complexes34 » à cette discipline et adopter pour la plupart du temps une approche qualitative35. On peut ainsi noter que l’absence de théories prédéfinies qui cadreraient les recherches sur le journalisme est même constitutive du programme des Cahiers du Journalisme qui visait à ce que les chercheurs puissent « […] n’être assujettis à aucune doxa ni chapelle théorique ou méthodologique36 […] ». L’approche communicationnelle complèterait ainsi les travaux développés dans le cadre d’une sociologie de la profession37 en interrogeant prioritairement les pratiques et les supports médiatiques. Elle vise donc à proposer une perspective originale sur le journalisme à travers un champ d’analyses qui n’est pas couvert par la recherche allemande. La conception du terrain d’enquête et du corpus n’est pas impérativement façonnée par une conception sociologique du champ journalistique ce qui permet une certaine liberté dans la recherche française qui met la matérialité de l’objet médiatique et l’espace concret au centre de la recherche : « Considérer le journalisme sous l’angle de la médiation qu’il instaure avec le journal, en tant que support matériel et espace d’inscription, nous semble indispensable pour rendre compte de ce qui se joue dès l’origine dans la logique journalistique et qui est sa socialité, c’est-à-dire sa capacité à engendrer du lien en configurant un croisement fécond entre interaction et diffusion, à l’intersection de la présence et de l’absence, du réel et de l’imaginaire38. » Il apparaît ainsi que l’intrication du discours et du support médiatique est au cœur de la pensée française sur le journalisme39, alors même qu’il constitue un point aveugle pour la Kommunikationswissenschaft.

  • 40 Ibid., p. 10-11.
  • 41 Nicolas Pélissier, François Demers, « Recherches sur le journalisme. Un savoir dispersé en voie de (...)
  • 42 Maurice Mouillaud, Jean-François Tétu, Le journal quotidien, Lyon, 1989, p. 6.

12Plus spécifiquement, bien que la recherche sur le journalisme en Allemagne revendique son interdisciplinarité, elle n’a pas intégré l’approche sémiotique comme l’ont fait les SIC. L’analyse des supports médiatiques pourrait pourtant trouver sa place dans un modèle comme celui de Weischenberg, par exemple en tant qu’articulation des normes, des structures, des fonctions et des rôles. Weischenberg comprend le journalisme comme un système englobant les comportements et les produits médiatiques40, mais l’orientation sociologique ne prend pas en compte les dimensions du support, de la matérialité, du texte, c’est-à-dire le « produit41 » du journalisme. Cette absence est observable à travers la quasi-totalité des recherches allemandes en Kommunikationswissenschaft tandis que l’objet média est l’élément clé dans les études sur le journalisme en France, comme l’expliquent Maurice Mouillaud et Jean-François Tétu : « Le journal quotidien est devenu, en effet, un substitut de l’espace public, un forum où l’on entend l’écho de toutes les voix publiques en même temps qu’il a sa propre voix42 ».

À la recherche d’un « entre-deux » franco-allemand ?

13Le manque de liens entre la recherche allemande et française sur le journalisme n’est toutefois pas insurmontable : l’approche sémiotique française ou les travaux développés en termes d’analyse des usages pourraient compléter la perspective sociologique allemande sur le journalisme. Une telle hétérogénéité des approches française et allemande exclut le risque d’une concurrence des légitimités et pourrait être articulée dans des projets de recherche franco-allemands.

  • 43 Wissenschaftsrat, Empfehlungen zur Weiterentwicklung der Kommunikations- und Medienwissenschaften i (...)
  • 44 Le manque de coopération et de projets communs font également sujet d’un article récent sur des mil (...)
  • 45 Sarah Cordonnier, « Les sciences consacrées à la communication, laboratoire disciplinaire ? Analyse (...)
  • 46 Yves Jeanneret, Bruno Ollivier, Introduction. Une discipline et l’université française, Hermès 38, (...)

14Des voix appelant à davantage intégrer les SIC se sont fait entendre en Allemagne. Les SIC (ainsi que la médiologie française) sont ainsi mentionnées dans un papier du Conseil scientifique Wissenschaftsrat de 2007, qui recommande d’élargir les perspectives scientifiques et d’adopter une démarche comparative internationale pour évaluer les points forts et les points faibles de la recherche allemande sur la communication et les médias43. Ces recommandations sont restées in fine lettre morte, probablement en raison de la difficulté de s’extraire d’un cadre méthodologique prédéfini et de l’orientation générale de la discipline44. L’institutionnalisation, différentiée à l’échelle nationale, des « sciences consacrées à la communication45 » comme disciplines, qu’il s’agisse des SIC ou de la Kommunikationswissenschaft, s’appuie finalement sur des traditions de lecture, d’étude et d’enseignement qui contribuent à figer les frontières intellectuelles : « Les logiques disciplinaires visent fondamentalement à l’institutionnalisation et à la normalisation des discours et des pratiques. Elles ont une tendance naturelle à la reproduction de l’existant, même si la rupture et la marginalité peuvent y faire valeur46. »

  • 47 Cf. par exemple Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel, « Mutations du journalisme à l’ère du n (...)
  • 48 Cf. par exemple Jacques Perriault, « Retour sur la logique de l’usage », Revue française des scienc (...)

15Si ces divergences d’orientation entre la France et l’Allemagne peuvent expliquer l’absence de programme de recherche commun, elles montrent surtout combien le journalisme est pensé différemment de part et d’autre du Rhin. L’approche sémiotique, mobilisée dans de nombreux travaux en SIC, est par exemple régulièrement évoquée par les chercheurs allemands, notamment en 1981 par Günter Bentele, professeur émérite de l’université de Leipzig, appelant de ses vœux un élargissement des domaines et des méthodes de recherches en Allemagne. Mais elle n’est que rarement adoptée par un champ de recherche tellement façonné par les méthodes empiriques de la sociologie. Le contenu de la couverture médiatique ainsi que les conditions d’existence du journal dans la société font l’objet de recherches en Allemagne, mais l’objet journal dans sa matérialité et son analyse sémiotique reste ininterrogés. Il en est de même pour l’analyse des usages47 qui, en France, n’est pas exclusivement liée à une approche sociologique des pratiques individuelles et collectives48. Les différentes méthodes de recherche entraînent aussi le développement de lexiques spécialisés qui passent difficilement d’une langue à l’autre. Les méthodes de recherche françaises, notamment l’approche communicationnelle, l’analyse de discours et l’analyse des usages, impliquent des concepts, tels que ceux d’« écriture », d’« énonciation éditoriale » ou encore d’« imaginaire », qui sont inexistants et n’ont pas d’équivalent en Allemagne. De même, des termes comme « dispositif », « outils » ou encore « discours » sont courants dans la recherche française mais ne sont que rarement utilisés dans la recherche allemande sur le journalisme, ce qui peut susciter des malentendus.

  • 49 Cf. Stefanie Averbeck-Lietz, Fabien Bonnet, Sarah Cordonnier, Carsten Wilhelm, « Communication stud (...)

16Afin de pouvoir identifier des points communs, des pistes de recherches communes, une potentielle « terre du milieu49 », il convient, non pas d’escamoter ces différences, mais au contraire d’appréhender les sciences de l’information et de la communication et la Kommunikationswissenschaft dans leurs spécificités pour faire jouer et confronter leurs impensés.

Haut de page

Bibliographie

Altmeppen, K.-D., Hanitzsch T., Schlüter C. (éds.), Journalismustheorie : Next Generation. Soziologische Grundlegung und theoretische Innovation, Wiesbade : Verlag für Sozialwissenschaften, 2007.

Arnold, K., Qualitätsjournalismus : Die Zeitung und ihr Publikum, Constance : UVK, 2009.

Averbeck S., « Comparative History of Communication Studies : France and Germany », The Open Communication Journal, n° 2, 2008, p. 1-13.

Averbeck-Lietz S., « Konstruktivismus in der deutschen und der französischen Kommunikationswissenschaft », in : P. J. Schulz, U. Hartung, S. Keller (éds.), Identität und Vielfalt der Kommunikationswissenschaft, Constanec : UVK, 2009, p. 65-87.

Averbeck-Lietz S., Kommunikationstheorien in Frankreich. Der epistemologische Diskurs der Sciences de l'information et de la communication (SIC) 1975-2005, Berlin : Avinus, 2010.

Averbeck-Lietz S., Bonnet F., Bonnet J., « Le discours épistémologique des Sciences de l’information et de la communication. Une lecture des Sic depuis la Kommunikationswissenschaft allemande », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no° 4, 2014. https://journals.openedition.org/rfsic/823

Averbeck-Lietz S., Bonnet F., Cordonnier S., Wilhelm C., « Communication studies in France : looking for a “Terre du milieu” ? », Publizistik, 2019, p. 363-380.

Awad, G., Ontologie du journalisme, Paris : L’Harmattan.

Beiler, M., Biegl, B. (éds.), 100 Jahre Kommunikationswissenschaft in Deutschland, Cologne : Herbert von Halem Verlag, 2017.

Blöbaum, B., « Journalismus als Funktionssystem der Gesellschaft », in : M. Löffelholz, L. Rothenberger (éds.), Handbuch Journalismustheorien, Wiesbade : Springer, 2016, p. 151-163.

Robert Boure, « L’histoire des sciences de l’information et de la communication. Entre Gratuité et Réflexivité (1) », Questions de communication, n° 10, 2006, p. 277-295. https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7718

Robert Boure, « L’histoire des sciences de l’information et de la communication (2) : Le cas des origines littéraires des sic », Questions de communication, 2007, p. 257-287. https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7358

Bucher H.-J., Altmeppen K.-D. (éds.), Qualität im Journalismus : Grundlagen – Dimensionen – Praxismodelle, Wiesbade : Verlag für Sozialwissenschaften, 2003.

Cordonnier S., « Les sciences consacrées à la communication, laboratoire disciplinaire ? Analyses exploratoires d’un discours « international » », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 10, 2017. http://journals.openedition.org/rfsic/2750

Davallon, J., « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès 38, 2004, p. 30-37.

Engesser, S., Die Qualität des Partizipativen Journalismus im Web : Bausteine für ein integratives theoretisches Konzept und eine explanative empirische Analyse, Wiesbade : Springer, 2013.

Frisque C., « Les SIC dans les recherches sur le journalisme au sein d’un laboratoire pluridisciplinaire, issu de la science politique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 9, 2016. http://journals.openedition.org/rfsic/2457

Gougeon J.-P. et al. « Vorwort », in : P. Vaillon, U. Weiland (éds.), Kommunikation, Medien, Gesellschaft. Eine Bestandsaufnahme deutsches und französischer Wissenschaftler, Berlin : Avinus, 2002, p. 7-8.

Jeanneret Y., Ollivier B., I » ntroduction. Une discipline et l’université française », Hermès 38, 2004, p. 13-18.

Jeanneret Y., Ollivier B., « Introduction. Les Sic en perspective », Hermès 38, 2004. p. 86-88.

Lévrier A., Wrona A. (éds.), Matière et esprit du journal : Du Mercure galant à Twitter, Paris, 2013.

Lilienthal, V., Reinneck D., Schnedler T. (éds.), Qualität im Gesundheitsjournalismus : Perspektiven aus Wissenschafts und Praxis, Wiesbade : Springer, 2004.

Lits M., Wrona A., « Permanence et renouveau des recherches sur l’écriture journalistique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 5, 2014. http://journals.openedition.org/rfsic/1110

Löffelholz M. (éd.), Theorien des Journalismus. Ein diskursives Handbuch, Wiesbade : Springer, 2004.

Löffelholz M., Quandt T., « New journalism, old theories ? Current developments in journalism theory : The German speaking countries », Ecquid Novi. The South African Journal for Journalism Research, 26, 2005, p. 228-246.

Löffelholz M., Weaver D. (éds.), Global Journalism Research : Theories, Methods, Findings, Future, Malden : Wiley-Blackwell, 2008.

Löffelholz M., Rothenberger L. (éds.), Handbuch Journalismustheorien, Wiesbade : Springer, 2016.

Loosen, W., Scholl, A. (éds.), Methodenkombinationen in der Kommunikationswissenschaft : Methodologische Herausforderungen und empirische Praxis, Cologne : Herbert von Halem Verlag, 2012.

Luhmann N., Systèmes sociaux : Esquisse d'une théorie générale, Québec : Presses de l’Université Laval, 2011.

Mercier A., « Présentation générale. Regard sociologique sur le métier et regard critique sur ses pratiques », Hermès, 2009, p. 7-41.

Mercier A., Pignard-Cheynel N., « Mutation du journalisme à l’ère numérique : un état des travaux », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 5, 2014. https://journals.openedition.org/rfsic/1097

Mouillaud M, Tétu J-F, Le Journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989.

Pélissier N., Journalisme, avis de recherches. La production scientifique française dans son contexte international. Bruxelles, Bruylant, 2008.

Pélissier N., Demers F., « Recherches sur le journalisme. Un savoir dispersé en voie de structuration », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 5, 2014. http://journals.openedition.org/rfsic/1135

Perriault J., « Retour sur la logique de l’usage », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 6, 2015. http://journals.openedition.org/rfsic/1221

Pörksen B., Loosen W., Scholl A. (éds.), Paradoxien des Journalismus. Theorie – Empirie – Praxis, Wiesbade : Springer, 2008.

Rager, G., « Dimensionen der Qualität. Weg aus den allseitig offenen Richter-Skalen ? », in : G. Bentele, K. Hesse (éds.), Publizistik in der Gesellschaft : Festschrift für Manfred Rühl, Constance : UVK, 1994, p. 189-209.

Rühl M., Die Zeitungsredaktion als organisiertes soziales System, Bielefeld : Bertelsmann Universitätsverlag, 1969

Scholl, A., Weischeberg, S., Journalismus in der Gesellschaft. Theorie, Methodologie und Empirie, Opladen : Westdeutscher Verlag, 1998.

Jean-François Tétu, « Sur les origines littéraires des sciences de l’information et de la communication », in : R. Boure (éd.), Les origines des sciences de l’information et de la communication : regards croisés, Villeneuve-d'Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2002, p. 71-93.

Weischenberg, S., Journalistik. Theorie und Praxis aktueller Medienkommunikations, tome 1, Opladen : Westdeutscher Verlag, 1992.

Weischenberg,S., Max Weber und die Entzauberung der Medienwelt, Theorien und Querelen – eine andere Fachgeschichte, Wiesbade : Springer, 2012.

Weischenberg, S., Altmeppen, K.-D., Löffelholz, M., Die Zukunft des Journalismus. Technologische, ökonomische und redaktionelle Trends, Opladen : Westeutscher Verlag, 1994.

Haut de page

Notes

1 Cf. par exemple Markus Beiler, Benjamin Biegl (éds.), 100 Jahre Kommunikationswissenschaft in Deutschland, Cologne : Herbert von Halem Verlag, 2017.

2 Stefanie Averbeck, « Comparative History of Communication Studies : France and Germany », The Open Communication Journal, 2008, 2, p. 10. Stefanie Averbeck-Lietz, « Konstruktivismus in der deutschen und der französischen Kommunikationswissenschaft », in : Peter J. Schulz, Uwe Hartung, Simone Keller (éds.), Identität und Vielfalt der Kommunikationswissenschaft, Constanec : UVK, 2009, p. 66.

3 Yves Jeanneret, Bruno Ollivier, « Introduction. Les Sic en perspective », Hermès 38, 2004, p. 88. Jean-François Tétu, « Sur les origines littéraires des sciences de l’information et de la communication », in : Robert Boure (éd.), Les origines des sciences de l’information et de la communication : regards croisés, Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2002, p. 71-93. Robert Boure, « L’histoire des sciences de l’information et de la communication (2) : Le cas des origines littéraires des sic », Questions de communication, 2007, p. 257-287. [en ligne] https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7358

4 L’association des notions d’information et de communication est spécifique à la discipline française alors que la Kommunikationswissenschaft conceptualise les processus de communication dans une perspective sociologique. Même si la recherche en Kommunikationswissenschaft se nourrit des écrits d’autres disciplines, elle ne se pense pas comme pluridisciplinaire, mais comme une discipline autonome.

5 Deutschen Gesellschaft für Publizistik- und Kommunikationswissenschaft (DGPuK), Kommunikation und Medien in der Gesellschaft : Leistungen und Perspektiven der Kommunikations- und Medienwissenschaft, 2008. [en ligne] https://www.dgpuk.de/de/selbstverständnis-der-dgpuk.html

6 Cf. par exemple Wiebke Loosen, Armin Scholl (éds.), Methodenkombinationen in der Kommunikationswissenschaft : Methodologische Herausforderungen und empirische Praxis, Cologne : Herbert von Halem Verlag, 2012.

7 La presse étant un objet central dans la recherche allemande, les rédactions de presse sont donc des terrains de recherche particulièrement arpentés. Cela est moins le cas en France où les objets de recherche sont plus divers, l’approche communicationnelle pouvant s’exercer sur une variété infinie d’objets.

8 Stefanie Averbeck-Lietz, Kommunikationstheorien in Frankreich. Der epistemologische Diskurs der Sciences de l’information et de la communication (SIC) 1975-2005, Berlin : Avinus, 2010. Stefanie Averbeck-Lietz, Fabien Bonnet, Jacques Bonnet, « Le discours épistémologique des Sciences de l’information et de la communication. Une lecture des Sic depuis la Kommunikationswissenschaft allemande », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no° 4, 2014. [en ligne] https://journals.openedition.org/rfsic/823

9 Jacques-Pierre Gougeon et al. « Vorwort », in : Philippe Vaillon, Ute Weiland (éds.), Kommunikation, Medien, Gesellschaft. Eine Bestandsaufnahme deutsches und französischer Wissenschaftler, Berlin : Avinus, 2002.

10 Cf. Stefanie Averbeck-Lietz, Fabien Bonnet, Sarah Cordonnier, Carsten Wilhelm, « Communication studies in France : looking for a “Terre du milieu” ? », Publizistik, 2019, p. 363-380.

11 Citons, par exemple, l’organisation de l’édition 2019 des doctorales de la SFSIC, en partenariat avec les sociétés savantes allemande et suisse, à savoir la DGPuK et la SSCM.

12 Stefanie Averbeck-Lietz, Kommunikationstheorien in Frankreich, op. cit.

13 Ibid., p. 10.

14 En Allemagne, il existe la science de la communication (Kommunikationswissenschaft) et la science des médias (Medienwissenschaft) qui sont distinctes. La première, dont nous parlons ici, est une science sociale et met l’accent sur la recherche sur la communication publique au sens large, tandis que la science des médias se focalise plutôt sur des questions esthétiques des médias, avec une approche des sciences humaines. L’association des SHS (sciences humaines et sociales) telle qu’elle est courante en France, n’est pas faite en Allemagne. Cette différenciation, certes intéressante, n’est pas davantage mentionnée dans ce qui suit, car la science des médias ne traite pas des questions de communication et l’association des chercheurs de la science de la communication (Deutsche Gesellschaft für Publizistik und Kommunikationswissenschaft, DGPuK) est la société sœur de la SFSIC.

15 Stefanie Averbeck-Lietz, Fabien Bonnet, Jacques Bonnet, « Le discours épistémologique des Sciences de l’information et de la communication. Une lecture des Sic depuis la Kommunikationswissenschaft allemande », op. cit.

16 GIS Journalisme, https://gisjournalisme.wordpress.com/a-propos-du-gis/. Voir également Nicolas Pélissier, François Demers, « Recherches sur le journalisme. Un savoir dispersé en voie de structuration », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 5, 2014. [en ligne] http://journals.openedition.org/rfsic/1135

17 Le premier département en Allemagne fût créé à Leipzig sous le nom de Institut für Zeitungskunde en 1916 et la première revue portait le nom Zeitungswissenschaft.

18 Siegfried Weischenberg, Journalistik. Theorie und Praxis aktueller Medienkommunikations, tome 1, Opladen : Westdeutscher Verlag, 1992, p. 20-21.

19 Ibid., p. 37.

20 Cf. par exemple Günther Rager, « Dimensionen der Qualität. Weg aus den allseitig offenen Richter-Skalen ? », in : Günther Bentele et Kurt Hesse (éds.), Publizistik in der Gesellschaft : Festschrift für Manfred Rühl, Constance : UVK, 1994, p. 189–209. Hans-Jürgen Bucher et Klaus-Dieter Altmeppen (éds.), Qualität im Journalismus : Grundlagen – Dimensionen – Praxismodelle, Wiesbade : Verlag für Sozialwissenschaften, 2003. Volker Lilienthal, Dennis Reinneck et Thomas Schnedler (éds.), Qualität im Gesundheitsjournalismus : Perspektiven aus Wissenschafts und Praxis, Wiesbade : Springer, 2004. Klaus Arnold, Qualitätsjournalismus : Die Zeitung und ihr Publikum, Constance : UVK, 2009. Sven Engesser, Die Qualität des Partizipativen Journalismus im Web : Bausteine für ein integratives theoretisches Konzept und eine explanative empirische Analyse, Wiesbade : Springer, 2013.

21 Siegfried Weischenberg, Journalistik, op. cit., p. 66.

22 Ibid., p. 67.

23 Max Weber, Enquête über das Zeitungswesen, 1910.

24 Cf. par exemple Siegfried Weischenberg, Max Weber und die Entzauberung der Medienwelt, Theorien und Querelen – eine andere Fachgeschichte, Wiesbade : Springer, 2012, p. 399.

25 Jean Davallon, « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès 38, 2004, p. 30-37.

26 Ibid., p. 35.

27 Nicolas Pélissier, Journalisme : avis de recherches. La production scientifique française dans son contexte international, Bruxelles : Bruylant, 2008, p. 4.

28 Cf. par exemple Siegfried Weischenberg, Klaus-Dieter Altmeppen, Martin Löffelholz, Die Zukunft des Journalismus. Technologische, ökonomische und redaktionelle Trends, Opladen : Westeutscher Verlag, 1994. Armin Scholl, Siegfried Weischeberg, Journalismus in der Gesellschaft. Theorie, Methodologie und Empirie, Opladen : Westdeutscher Verlag, 1998. Martin Löffelholz (éd.), Theorien des Journalismus. Ein diskursives Handbuch, Wiesbade : Springer, 2004. Martin Löffelholz, Thorsten Quandt, « New journalism, old theories ? Current developments in journalism theory : The German speaking countries », Ecquid Novi. The South African Journal for Journalism Research, 26, 2005, p. 228-246. Klaus-Dieter Altmeppen, Thomas Hanitzsch, Carsten Schlüter (éds.), Journalismustheorie : Next Generation. Soziologische Grundlegung und theoretische Innovation, Wiesbade : Verlag für Sozialwissenschaften, 2007. Bernhard Pörksen, Wiebke Loosen, Armin Scholl (éds.), Paradoxien des Journalismus. Theorie – Empirie – Praxis, Wiesbade : Springer, 2008. Martin Löffelholz, David Weaver (éds.), Global Journalism Research. Theories, Methods, Findings, Future, Malden : Wiley-Blackwell, 2008. Martin Löffelholz, Liane Rothenberger (éds.), Handbuch Journalismustheorien, Wiesbade : Springer, 2016.

29 Cf. Martin Löffelholz, Liane Rothenberger (éds.), Handbuch Journalismustheorien, Wiesbade : Springer, 2016.

30 Cf. Niklas Luhmann, Systèmes sociaux : Esquisse d’une théorie générale, Québec : Presses de l’Université Laval, 2011.

31 Cf. par exemple Manfred Rühl, Die Zeitungsredaktion als organisiertes soziales System, Bielefeld : Bertelsmann Universitätsverlag, 1969. Siegfried Weischenberg, Journalistik, op. cit.

32 Bernd Blöbaum, « Journalismus als Funktionssystem der Gesellschaft », in : Martin Löffelholz, Liane Rothenberger (éds.), Handbuch Journalismustheorien, Wiesbade : Springer, 2016, p. 155.

33 Siegfried Weischenberg, op. cit., p. 69. Même si le modèle de Weischenberg date du début des années 90, l’orientation de la recherche ainsi que les grands points forts de la recherche allemande sur le journalisme sont restés stables ces dernières décennies.

34 Cégolène Frisque, « Les SIC dans les recherches sur le journalisme au sein d’un laboratoire pluridisciplinaire, issu de la science politique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 9, 2016. [en ligne] http://journals.openedition.org/rfsic/2457

35 Marc Lits, Adeline Wrona, « Permanence et renouveau des recherches sur l’écriture journalistique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 5, 2014. [en ligne] http://journals.openedition.org/rfsic/1110

36 Les Cahiers du Journalisme, seconde série, 1, 2018, p. D4.

37 Arnaud Mercier, « Présentation générale. Regard sociologique sur le métier et regard critique sur ses pratiques », Hermès, 2009.

38 Gloria Awad, Ontologie du journalisme, Paris : L’Harmattan, p. 8.

39 Alexis Lévrier, Adeline Wrona (éds.), Matière et esprit du journal : Du Mercure galant à Twitter, Paris, 2013, p. 7.

40 Ibid., p. 10-11.

41 Nicolas Pélissier, François Demers, « Recherches sur le journalisme. Un savoir dispersé en voie de structuration », op. cit.

42 Maurice Mouillaud, Jean-François Tétu, Le journal quotidien, Lyon, 1989, p. 6.

43 Wissenschaftsrat, Empfehlungen zur Weiterentwicklung der Kommunikations- und Medienwissenschaften in Deutschland, Oldenburg, 25 mai 2007. [en ligne] https://www.wissenschaftsrat.de/download/archiv/7901-07.pdf;jsessionid=3C7F2884041CB8A5DE453DC426EDBDCD.delivery2-master?__blob=publicationFile&v=2

44 Le manque de coopération et de projets communs font également sujet d’un article récent sur des milieu franco-allemands de la recherche en SIC : Stefanie Averbeck-Lietz, Fabien Bonnet, Sarah Cordonnier, Carsten Wilhelm, « Communication studies in France : looking for a “Terre du milieu” ? », op. cit.

45 Sarah Cordonnier, « Les sciences consacrées à la communication, laboratoire disciplinaire ? Analyses exploratoires d’un discours « international » », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 10, 2017. [en ligne] http://journals.openedition.org/rfsic/2750

46 Yves Jeanneret, Bruno Ollivier, Introduction. Une discipline et l’université française, Hermès 38, 2004, p. 15.

47 Cf. par exemple Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel, « Mutations du journalisme à l’ère du numérique : un état des travaux », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 5, 2014. [en ligne] http://journals.openedition.org/rfsic/1097

48 Cf. par exemple Jacques Perriault, « Retour sur la logique de l’usage », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 6, 2015. [en ligne] http://journals.openedition.org/rfsic/1221

49 Cf. Stefanie Averbeck-Lietz, Fabien Bonnet, Sarah Cordonnier, Carsten Wilhelm, « Communication studies in France : looking for a “Terre du milieu” ? » op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/7702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Bolz, « Recherches sur le journalisme en France et en Allemagne, un dialogue impossible ? »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/7702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.7702

Haut de page

Auteur

Lisa Bolz

Celsa Paris-Sorbonne, GRIPIC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search