Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18ParutionsCHAOUNI Nawel, 2018. Les fans de ...

Parutions

CHAOUNI Nawel, 2018. Les fans de séries télévisées sur les réseaux socionumériques

Paris : L’Harmattan. Communication et civilisation. ISBN 978-2-343-13090-3
Johan Boittiaux
Référence(s) :

CHAOUNI Nawel, 2018. Les fans de séries télévisées sur les réseaux socionumériques. Paris : L’Harmattan. Communication et civilisation. ISBN 978-2-343-13090-3

Texte intégral

1L’influence des produits des industries culturelles sur les acheteurs, spectateurs, récepteurs ou encore fans réveille l’opposition entre les deux grandes écoles ayant marqué l’étude des médias : le mouvement critique et l’analyse des publics et de leur force d’appropriation.

2Un produit culturel est difficilement, aujourd’hui, associable à un seul média. Il est transférable d’un écran à l’autre, passant du cinéma à la télévision, de la télévision au téléphone, à l’ordinateur et à la tablette. De ces stratégies transmédias découlent une multiplication des contextes de visionnage et, ainsi, des usages.

  • 1 CHAOUNI Nawel, Étude de réception transnationale d’une série télévisée et ses effets sur l’attracti (...)

3Experte dans l’analyse de l’impact des séries télévisées sur les dynamiques culturelles depuis sa thèse de doctorat1, Nawel Chaouni propose dans son ouvrage Les fans de séries télévisées sur les réseaux socionumériques de marier deux cadres théoriques : le premier retrace les points de tension entre médias et publics, le second explore l’impact de l’outil sur les processus d’appropriation. L’auteure développe sa réflexion à partir de l’alliage progressif de ces perspectives théoriques composant des pans fondamentaux des SIC, dans le but de construire son objet d’étude : les séries télévisées. C’est là que se situe l’intérêt de l’ouvrage, qui permet de redéfinir les séries télévisées au travers des dispositifs qui en assurent la médiation.

4L’idée qui anime la description de ce cadrage théorique est l’appréhension des séries télévisées comme des dispositifs producteurs de culture, plastiques, adaptables, qui se prolongent dans l’identification du public, ses appropriations et ses apprentissages. C’est ce que semble symboliser l’œil devenu outil de réglage sur la première de couverture, à moins qu’il symbolise l’œil du public capté par les méthodes d’analyse du chercheur.

5Retenons ces trois points principaux fondant la pratique des séries télévisées et qui traversent l’ensemble du texte : l’identité, l’apprentissage et la participation. Concernant l’identité, Nawel Chaouni rappelle que des études ont été menées bien avant l’apparition des réseaux socionumériques, notamment dans les travaux devenus canoniques de Ien Ang en 1985 sur la série Dallas, révélant que les courriers des téléspectatrices évoquaient en majorité, sur un ton empathique ou de rejet, la psychologie des personnages plutôt que l’intrigue du feuilleton, et une autre étude sur Hélène et les garçons (Pasquier, 1998), suggérant que le fait de regarder, voire aimer regarder, n’est pas forcément un signe d’adhésion identificatrice.

6La notion d’apprentissage apparaît à plusieurs moments de l’ouvrage pour illustrer aussi bien le lien entre les techniques et les spectateurs qui adoptent une expertise croissante, tant sur le plan de l’intrigue que de la forme des séries. La série devient ainsi source de « conflits appréciatifs ». Nawel Chaouni reprend la notion d’« effet de réel », adaptée aux séries télévisées par Hervé Glevarec en 2010 pour souligner l’importance des compétences techniques des spectateurs dans l’analyse des formes de « symbolisation des espaces vécus » (p. 43) nécessaires à la construction du sens à partir de points de repères reconnus ou reconnaissables. Décrite également à partir des travaux de Compte (2013) et Dayan (2000), l’apprentissage d’une telle technique pour construire du sens est à distinguer de ce que Nawel Chaouni appelle la « fonction éducative » de la série (p. 59). La fonction éducative fait référence à la conception de la série comme un catalogue d’exemples de réactions possibles à adopter face aux situations critiques de l’existence, à la manière des récits édifiants abordés dans les études de lettres. Ici intervient l’exemple de la publication de Barbara Villez en 2008 sur la série Lost comme « modèle d’apprentissage » (p. 59) mettant en scène un ensemble d’options concrètes en vue de la résolution de situations complexes (survivre en pleine nature, en l’occurrence).

7Concernant la participation, Nawel Chaouni propose un état de l’art s’étendant de la conception du public comme passif à la prise en compte des logiques d’appropriation. Cet historique est à prendre comme une frise évolutive des conceptions scientifiques du public, et non comme une histoire des pratiques du public, à l’image de l’histoire des Sciences de l’Information et de la Communication. C’est ainsi que l’ouvrage s’appuie surtout dans la première partie sur des analystes des séries télévisées comme Combes, Compte, Esquénazi, Macé, dont les travaux datent des années 2000 voire 2010. On y apprend que les types de séries, classées par Esquénazi en immobiles ou évolutives, engagent différemment le spectateur, en mettant l’accent sur un modèle structural (série immobile dont les épisodes peuvent être vus séparément mais sont construits sur le même patron), ou sur l’action des personnages évoluant au fil des aventures (modèle feuilletonnesque ou évolutif). Ainsi, le type de série porte en lui des consignes d’assiduité variables. Ces chercheur-e-s appréhendent ainsi le public comme une entité non-silencieuse, hétérogène et irréductible au message porté sémiotiquement par la série.

8Sur la question de la participation du public à l’univers de la série, les spécialistes des séries mentionné-e-s ci-dessus sont à rapprocher d’autres chercheur-e-s cité-e-s dans la dernière partie de l’ouvrage et spécialistes de la question des niveaux d’engagement sur les réseaux socionumériques, comme Frédéric Cavazza sur les usages ou Dominique Cardon et Fanny Georges sur les facteurs et les stratégies de l’identité numérique. L’alliage des travaux sur les publics des séries télévisées et ceux sur la participation sur les réseaux socionumériques conduit à la troisième partie de l’ouvrage dédiée à l’approche multi-écrans.

9Si nous avons distingué ces trois aspects de la série à des fins de synthèse, Nawel Chaouni les mobilise tout au long de son ouvrage pour en montrer les dynamiques croisées sans jamais exclure la dimension technique : l’apprentissage contribue à la construction de l’identité, comme l’identité paramètre l’apprentissage, tous deux étant également sollicités dans la manière de participer (regarder, commenter, produire).

10L’arrivée du web collaboratif a, selon Nawel Chaouni, reconfiguré les pratiques des fans de séries. Internet a facilité l’achat de produits dérivés et l’accès aux contenus entourant les séries (secrets de coulisses et interviews faisant déjà l’objet d’émissions télévisées). Les forums, eux, ont apporté des contenus complémentaires et ont permis de rompre l’isolement des fans. Surtout, ils assurent le prolongement du contact avec la série en dehors des temps de diffusion, via la pratique du streaming et du téléchargement sur plusieurs types et tailles d’écrans. Ces moments de cogitation de fans en ligne permettant de poursuivre le lien avec la série entre les épisodes sont qualifiés d’« ellipses numériques » (p. 142). Si Nawel Chaouni cite l’existence des fanzines, c’est pour insister sur les changements de formes et de rythmes d’écriture adoptés par les fans, permettant une recomposition et une mise à jour des récits de fans au fil de la publication du texte « officiel ».

11La participation à des forums dédiés à des séries produit elle-même une compétence qui socialise la réception individuelle des séries, à partir du moment où elle est partagée, et permet de forger des codes. Comme le précise Nawel Chaouni, « Le fan sait qu’il va devoir analyser, commenter les séquences qu’il visionne » (p. 140). La consommation de la série se modifie ainsi au gré de l’impact social de la production de contenu.

12L’auteure assume les limites méthodologiques inhérentes à son objet polymorphe. L’accès aux données des réseaux socionumériques questionne l’éthique de la diffusion scientifique de contenus n’étant pas destinés à la recherche. L’intérêt de ces contenus est cependant double : d’une part, ils sont libres d’accès et faciles à collecter. D’autre part, leur production n’est pas « perturbée » par la présence d’un chercheur. L’enjeu se situera donc dans le choix de la méthode d’échantillonnage, afin de prétendre à un certain niveau de rigueur scientifique. C’est pourquoi Nawel Chaouni prend soin de définir et de distinguer ses concepts, afin de transformer en corpus signifiant des données à disposition et de rendre compte de l’intérêt de délimiter les contours de notions habituellement utilisées comme synonymes (médias sociaux, réseaux sociaux, réseaux socionumériques, etc.). Cela ouvre la voie à des problématiques nouvelles.

13De ce fait, si on peut trouver la revue de littérature relativement longue en comparaison de l’étude de cas qui en découle à la toute fin de l’ouvrage sur la série turque Le Siècle magnifique, il faut y voir l’illustration d’un cheminement vers une problématique. L’ouvrage n’est pas une publication de résultats mais la retranscription d’un processus s’achevant sur la possibilité d’une problématique, légitimée, ramifiée, expliquée au sens étymologique du terme.

14C’est ainsi que la conclusion du livre pose des questions sur des « pratiques émergentes » (p. 169) mettant en tension une double hybridité : celle des plateformes (longue liste des réseaux existants) et celle des écrans (téléphone, tablette, ordinateur, télévision). Nous retiendrons pour conclure que la réception générée par l’écosystème décortiqué par Nawel Chaouni repose sur la co-construction autour d’un contenu-noyau, l’expressivité dont la technique fait muter les formes de consommation, et l’élargissement des champs de la passion.

Haut de page

Notes

1 CHAOUNI Nawel, Étude de réception transnationale d’une série télévisée et ses effets sur l’attractivité touristique d’une région rurale : cas d’un feuilleton marocain, thèse de doctorat soutenue le 28/06/2016, Université de Montpellier III.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Boittiaux, « CHAOUNI Nawel, 2018. Les fans de séries télévisées sur les réseaux socionumériques »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/7862 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.7862

Haut de page

Auteur

Johan Boittiaux

Johan Boittiaux est doctorant, intégré au Gripic (Celsa) sous la direction de Nicole d’Almeida. Après des études de lettres classiques, il se consacre aux problématiques de l’immersion dans les espaces touristiques thématisés et les situations ludiques, en cherchant notamment comment se matérialisent des notions rebattues et en tension comme, dans sa thèse, la proximité et l’évasion. Courriel : johan.boittiaux(at)gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search