Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18ParutionsJOUX Alexandre et PELISSIER Maud ...

Parutions

JOUX Alexandre et PELISSIER Maud (dir.), 2018. L’information d’actualité au prisme des fake news

Paris : L’Harmattan. Communication et civilisation
Sameh Chabbeh
Référence(s) :

JOUX Alexandre et PELISSIER Maud (dir.), 2018. L’information d’actualité au prisme des fake news. Paris : L’Harmattan. Communication et civilisation. ISBN 978-2343156811

Texte intégral

« Le meilleur ami du journaliste, c’est la bibliothèque, et l’art d’aller directement à la source appropriée pour trouver l’information recherchée est l’une des compétences les plus utiles qu’un journaliste puisse acquérir » Joseph Pulitzer (1904)

« Je vous laisse le choix du mensonge qui vous paraîtra le plus digne d’être la vérité »
(Paul Valéry, Mon Faust. « Lust », acte I, scène 1) 1946.

1C’est par cette célèbre phrase de l’homme de presse et inventeur du « journalisme jaune », Joseph Pulitzer et celle du philosophe, écrivain et poète Paul Valéry que nous commençons cette note de lecture de l’ouvrage collectif intitulé « L’information d’actualité au prisme des fake news » et dirigé par Alexandre Joux et Maud Pélissier. Ces citations reflètent les interrogations majeures posées dans cet ouvrage et montrent combien la question de la véracité des informations, de l’objectivité, de la fiabilité des sources, de la manipulation des esprits se pose encore plus que jadis, notamment dans ce nouvel écosystème informationnel et communicationnel.

2Cette problématique de la manipulation des informations, des rumeurs, des fausses informations et autant de qualifications pour désigner les fake news, a été posée il y a très longtemps, avant même l’arrivée du web 0.2. Cela invite Francis Balle dans des travaux antérieurs à s’interroger sur ce qu’il appelle le « mal » dont l’information est atteinte, alors que les médias n’ont jamais été aussi nombreux (Balle, 2014, p. 4). Dans le même ordre d’idée, le livre d’Alexandre Joux et Maud Pélissier retrace en quelque sorte et sous un nouvel angle, ce « mal » dont l’information d’actualité est atteinte aujourd’hui et qui est porté par les fake news. C’est pourquoi, dans l’introduction, Alexandre Joux et Maud Pélissier posent la question suivante : « l’information d’actualité serait-elle aujourd’hui devenue la grande pourvoyeuse d’anxiété sociale au lieu de contribuer à éclairer les opinions ? » (p. 13).

3C’est dans un contexte caractérisé par la mutation permanente du journalisme et de ses acteurs, la reconfiguration des espaces publics au pluriel (Miège, 2010, p. 209), les rapports de force entre différents acteurs – industriels, GAFAM, puissances étatiques classiques, médias traditionnels, etc. – la crise du sens, les rumeurs, les débats sur le citizen journaliste, sur les fausses nouvelles, sur le fonctionnement de la démocratie occidentale, qu’est paru cet ouvrage collectif. Ce livre vise à analyser les relations entre les fake news et l’information d’actualité. Il est le résultat de longues réflexions collectives sur les rapports complexes entre l’information d’actualité, désignée dans cet ouvrage par « information des journalistes », et les fake news.

4Les auteur-e-s convoqué-e-s dans cet ouvrage sont, pour l’essentiel, des chercheur-e-s de l’Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC). Leurs réflexions s’inscrivent dans une approche interdisciplinaire (les Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), la sociologie, la psychologie cognitive, la philosophie, l’économie…) et offrent au lecteur une analyse repensée et critique sur un sujet suscitant un grand débat dans l’espace public, celui des fake news. Que font ces fake news à l’information d’actualité ? Telle est la problématique que pose cet ouvrage qui ne s’intéresse d’ailleurs ni à la définition terminologique du terme fake news (« Mot-valise ») (p. 14), ni aux fake news en tant que telles.

5Mais pourquoi cette expression a-t-elle fait irruption dans la sphère médiatique des années 2016 et 2017, notamment au lendemain du Brexit et de l’élection de Donald Trump, en prenant une autre ampleur, alors qu’elle existait depuis le Moyen-Âge où l’art de la désinformation, des fausses nouvelles, et de la manipulation des informations était au cœur de l’actualité ? En effet, c’est à travers leur usage que « les mots nouveaux, lorsqu’ils désignent des choses anciennes, sont des révélateurs, les symptômes d’un changement que le langage usuel ne réussit plus à nommer » (p. 7). Comme le montre Francis Balle dès la préface de ce livre, en s’inspirant de l’idée du philosophe anglais Wittgenstein, « les mots n’ont guère de sens, ils n’ont que des usages » (p. 7).

6A partir de l’année 2016 on assiste à un glissement du sens et à « un malaise paroxystique dans l’information précurseur de ce qu’on finit par appeler (…) La post-vérité et la post-démocratie » (p. 8). L’espace public est transformé en un lieu d’expression, d’échange, de partage, de dialogue entre internautes, mais il devient aussi un lieu où dominent « l’anti-tout » et le « n’importe quoi », d’où les fakes news naissent « avant terme même » et « voyagent plus vite et plus loin que les true news » (p. 9). Comment réagir face aux fake news sans porter atteinte à la liberté d’expression ni aux libertés individuelles ? Telle est la question à laquelle tous les auteurs proposent de réfléchir, selon leurs propres méthodologies et approches, et en prenant du recul par rapport aux discours fondés sur une conception déterministe de la technique.

7Dans la première partie intitulée « Information, vérité, objectivité mises en perspective », la réflexion des auteur-e-s se focalise sur la conceptualisation des termes « vérité », « réalité » et « objectivité » qui constituent des notions proches des fake news (p. 15). Les auteur-e-s convoqué-e-s dans cette partie interrogent le rapport complexe de l’information d’actualité à la réalité, à la vérité et à l’objectivité. En ce sens, on observe dans la pensée philosophique contemporaine la prégnance de l’individualisme, de l’utilitarisme et du pragmatisme qui sont des facteurs favorisant l’apparition des fake news, lesquelles s’imposent comme un « phénomène inexorable » (p. 15).

8Alexandre Joux et Maud Pélissier soulignent dès leur introduction à cet ouvrage que ce phénomène se traduit dans le champ de l’information d’actualité par une « déréalisation croissante du journalisme » qui est attribuée tout autant à la présence des réseaux socio-numériques dans l’espace informationnel qu’à l’influence des épistémologies constructivistes (p. 16). Ces deux auteurs se demandent si la circulation, le partage infini et l’exubérance de l’information conduisent à rompre avec l’idée selon laquelle le journalisme constitue l’un des moyens dont les citoyens disposent pour s’exposer au monde sans le craindre (p. 13).

9Les fake news sont utilisées ici comme un moyen de repenser l’information d’actualité et questionner la nature du journalisme. Cette première partie de l’ouvrage propose un tour d’horizon synthétique et analytique de la question de la vérité au singulier et des vérités au pluriel au sens philosophique et épistémologique du terme, de la véracité de l’information, de l’objectivité en général et de l’objectivité journalistique en particulier. Christiane Peyron-Bonjan montre qu’avec le développement des technologies de l’information et de la communication (TIC), du Web 2.0 et aussi 3.0, l’individu au sens de téléspectateur, lecteur et intervenant, est devenu un producteur d’informations diversifiées et permanentes sans pour autant s’intéresser à leur véracité, ni se demander si elles sont manipulées ou non (p. 23). Il n’est plus désormais un simple usager des TIC, ce que montrent aussi nos études scientifiques sur les pratiques journalistiques et les pratiques amateurs, où le citoyen, à l’ère du numérique, est devenu un acteur producteur d’information, (Chabbeh, 2006, 2010, 2012, 2015, 2019).

10Dans cette première partie, Christiane Peyron-Bonjan analyse la question de l’objectivité et de la véracité de l’information par le prisme de l’histoire, de la philosophie classique et de l’épistémologie. Nous notons qu’il ne s’agit pas d’un texte sur l’histoire de la philosophie, mais que l’auteure cherche à explorer les différentes perspectives s’attachant au concept de « vérité ». Dès le début de son texte, l’auteure choisit d’introduire le mot « Vérité » par une majuscule pour le distinguer du sens commun et l’inscrire dans un processus de conceptualisation. Finalement, Christiane Peyron-Bonjan constate, d’après sa lecture de la littérature philosophique (Platon, Spinoza, Descartes, Leibniz, Kant, Aristote, Socrate, Montaigne, Comte), que la quête de la Vérité ne peut être révélée que par la pensée.

11Elle expose le glissement conceptuel au vingtième siècle du terme « Vérité » : de l’institution de plusieurs vérités (Bachelard et Popper) vers un refus partiel ou total de l’idée de vérité scientifique au profit de la croyance (Kuhn et Feyerabend). Elle présente minutieusement la confrontation idéologique, théorique, conceptuelle et épistémologique entre plusieurs philosophes du vingtième siècle sur cette question. En plus de ce tour d’horizon synthétique des approches philosophiques et épistémologiques du concept de vérité, Christiane Peyron-Bonjan entreprend une description du contexte contemporain des fake news (p. 33).

12L’auteure insiste sur la nécessaire « formation des esprits » dans la société contemporaine, caractérisée par un « technicisme » envahissant quasiment tous les secteurs d’activités. Dans une conclusion ouverte à la discussion, Christiane Peyron-Bonjan se demande : « que pourrait-on faire pour inventer quelques parades contre les fake news propagées par les flux d’information des pratiques numériques ? » (p. 42). Pour y répondre, l’auteure cite Dominique Wolton qui met l’accent sur la valorisation du métier de journaliste et insiste sur la valorisation des professions comme les documentalistes, les professeurs et les universitaires afin de « mettre en perspective l’information avec la culture et la connaissance » (Wolton, 2011).

13Quant à Francis Balle, il évoque le cadre institutionnel et législatif ancien et nouveau (loi de 1881 et celle de 2018), auquel nous rajoutons la loi du 9 juillet 2019 qui réglemente et sanctionne les « fausses nouvelles ». Francis Balle estime que le cadre juridique actuel n’est pas suffisant. Ce dernier fixe seulement des limites et l’auteur se demande s’il faut confier la mission de « vaincre » les fake news à la seule profession des journalistes. C’est au travers de la question de la vérité et des « vérités alternatives » que s’inscrit la réflexion particulière du professeur et spécialiste de la presse électronique, Nicolas Pélissier. A la différence des autres contributions, Pélissier met en lumière la responsabilité des journalistes, des chercheurs et des professionnels des médias d’actualité dans cette recrudescence des fake news. Il réinterroge, sous l’angle des sciences de l’information et de la communication, la problématique des fake news, des vérités, des « vérités alternatives » et de « l’objectivation de la réalité » comme problème public (p. 47).

14Il suggère de mener une réflexion sur la relation trinôme entre journalisme/réalité/vérité, dans une démarche visant à mettre à distance la vision idéale d’un journaliste « puriste de l’information ». En effet, d’après l’auteur : « l’information journalistique relève plutôt d’un mélange flou, d’un cocktail aux proportions variables où la communication occupe parfois une place fondamentale » (p. 51). Il estime que les journalistes accompliraient un « service civique de l’information » qui relèverait « d’une mission d’intérêt général » (p. 51). Nous pouvons en déduire qu’une altération de la fonction principale de journaliste est actuellement à l’œuvre, ce que Pélissier définit comme une « déréalisation » croissante du journalisme (p. 52). Il met en lumière la crédulité croissante des publics qui consomment des fake news (p. 54) et pour lesquels l’information est devenue une « nourriture indispensable » (Dor et Valette, 2002, p. 14). D’où l’intérêt de construire un cadre journalistique (framing).

15Dans la deuxième partie de l’ouvrage, les auteur-e-s tentent de répondre à la question suivante : « Les journalistes face aux fake news : opportunité ou menace ? ». Les auteur-e-s qui interviennent dans cette partie dressent un panorama du positionnement des journalistes et des rédactions face à la propagation des fakes news. Dans ce cadre, les différents outils dits de fact-checking sont apparus. S’agit-il alors d’une nouvelle opportunité et d’un nouveau levier de légitimation des pratiques professionnelles journalistiques en ligne, ou au contraire faut-il se méfier et lutter contre ces fake news par tous les moyens ? Ici, la presse locale joue un rôle non négligeable, comme le montre Pauline Amiel à travers l’étude du cas de « la mosquée gonflable sur la plage à Cannes » par le journal local Nice-Matin. Enfin, cette deuxième partie interroge, à travers le cas du blog « Fdesouche », les questions de « réinformation » et « désinformation », ainsi que les frontières entre les deux.

16Les auteur-e-s proposent de réfléchir à toutes ces interrogations. Ils revisitent les problématiques actuelles des fake news dans leur rapport à l’univers journalistique. D’après notre lecture du texte de Bourdieu, cet univers journalistique est « un champ relativement autonome, c’est-à-dire un espace de jeu où les gens jouent selon des règles particulières, ou plus exactement, des régularités spécifiques (…) différentes par exemple de celles du jeu scientifique » (Bourdieu, 1996, p. 13). La définition bourdieusienne « du champ journalistique » nous semble toujours pertinente. Elle reflète l’idée que le champ journalistique est à la fois peu autonome et fragile, d’où le fait qu’il peut aisément être contaminé par le phénomène des fake news. Dans ce contexte, plusieurs rédactions de médias et de plateformes ont mis en place des stratégies, des outils et des dispositifs de lutte contre l’expansion de ce phénomène.

17Alexandre Joux distingue trois dispositifs de fact-checking dont il analyse les caractéristiques, le fonctionnement, les limites, les enjeux et la pédagogie. Il présente le dispositif « Décodex » du journal Le Monde et « CrossCheck » émanant de l’initiative de First Draft News. L’auteur met l’accent sur l’exemple du dispositif mis en place par Facebook afin de vérifier la véracité des informations. En s’inspirant de travaux récents (Smyrnaios, Chauvet, Marty, 2017), Alexandre Joux montre que « CrossCheck » consiste à mettre en avant, via l’affichage des logos des différents journaux impliqués, l’aspect collaboratif des rédactions dans l’évaluation des sources d’information. La démarche du « Décodex » consiste à miser prioritairement sur la qualification et la signalisation des sources d’information douteuses (p. 90). L’auteur constate enfin que ces trois dispositifs (celui de Facebook, Décodex et CrossChek) réinterrogent les relations d’interdépendance entre les rédactions et les plateformes qui demeurent asymétriques. Mais la question qui se pose ici est de savoir si l’émergence des fake news ne constitue pas une opportunité, pour la profession journalistique en crise et en mutation permanente, de retrouver sa légitimité et de réaffirmer ses principes fondamentaux, comme la vérification de l’information, la prise de recul vis-à-vis des sources, etc.

  • 1 Il s’agit d’un espace caractérisé par un ensemble d'actions, des pratiques journalistiques, des jeu (...)

18Telle est la question à laquelle Stéphane Cabrolié propose de répondre. Qu’il s’agisse de la presse quotidienne nationale ou régionale, les réponses apportées témoignent de la façon dont les journalistes perçoivent l’impact des fake news dans et sur leur espace professionnel.1 A partir d’une étude empirique prenant pour objet trois journaux de la presse quotidienne nationale et régionale en ligne (Libération.fr, La Provence.fr et Marsactu.fr), l’auteur montre comment le traitement journalistique des fake news peut contribuer, via des pratiques de fact-checking, à la légitimation du rôle des journalistes dans la sphère publique.

19Partant d’une approche différente, Pauline Amiel étudie les rapports de la presse locale à son territoire, à son lectorat et au principe de proximité. Elle illustre ses propos en prenant l’exemple du dispositif mis en place par le journal quotidien local Nice-Matin pour lutter contre les fake news. Son analyse porte sur la fake news relative à « la mosquée gonflable sur la plage à Cannes ». Cet exemple lui permet de démontrer que les pratiques relatives à la vérification de l’information via les dispositifs de fact-checking témoignent d’une restructuration des schémas classiques relatifs à l’information locale et d’une recomposition du lien et du rapport de proximité de la presse locale avec son territoire et avec son lectorat. Il apparaît enfin que, si cette approche des fake news par la presse locale contribue à la reconstitution d’un lien de proximité et permet de renouer avec la mission éducative du journalisme, elle n’apporte pas d’élément nouveau dans la lutte globale contre ce phénomène (p. 131), et rien n’indique que le combat contre les fake news puisse renforcer la confiance du public à l’égard de la profession (p. 113).

20Stéphanie Lukasik analyse le blog « Fdesouche » qu’elle qualifie « d’objet frontière » (p. 135). « Fdesouche » est présenté comme un site de « réinformation », basé sur des pratiques de reproduction des informations diffusées dans des médias classiques sans analyse critique. Stéphanie Lukasik le considère comme un outil de redirection du public à sens unique imposant au récepteur de porter « des lunettes manichéennes dénuées de tout sens critique » (p. 148). Il s’agit ainsi d’une information manipulée telle que l’entend François-Bernard Huyghe (2016).

21La troisième partie de l’ouvrage, intitulée « Les fake news, la loi et le marché », traite des questions liées à l’économie de l’information et au marché informationnel ainsi qu’aux tentatives de réforme des lois luttant contre les fake news. Ces dernières sont, selon Marc Bassoni et Jean-Baptiste Lesourd, le « symptôme » des mutations des écosystèmes informationnels actuels (p. 161). Le fil conducteur de leur contribution consiste à mettre l’évolution du système bancaire et l’évolution de l’écosystème informationnel en parallèle afin d’en cerner les points communs et les différences pour en arriver à proposer des scénarios alternatifs concernant la reconfiguration des écosystèmes informationnels actuels.

22Tout d’abord, Marc Bassoni et Jean-Baptiste Lesourd mettent en avant l’importance de la contribution des intermédiaires au cœur du système d’information « traditionnel » et dressent un parallèle avec les intermédiaires de la finance. Ils évoquent le rôle du journaliste en tant qu’intermédiaire professionnel et en tant que « gatekeeper » de l’information. Le journaliste représente le pilier de cet écosystème informationnel traditionnel. Les auteurs soulignent ensuite les caractéristiques de la « désintermédiation financière » des années 1970-1980 qui a affecté les pays les plus avancés. En tant qu’intermédiaires, les banques jouaient un rôle significatif dans le financement des économies. A cette époque, on parle de globalisation financière caractérisée par « la règle des 3D » : Décloisonnement, Déréglementation et Désintermédiation (p. 165).

23Les deux auteurs postulent que cette même « règle des 3d », propre au secteur bancaire, s’applique aussi aux médias d’aujourd’hui. Marc Bassoni et Jean-Baptiste Lesourd estiment que, dans le secteur informationnel, la désintermédiation s’effectue au profit des GAFAM et des citoyens producteurs de contenus qui tendent à remplacer les « gatekeepers » d’antan. A partir de cette analyse comparative des deux systèmes, les auteurs esquissent trois scénarios alternatifs d’évolution des écosystèmes informationnels : Celui de la restauration de la puissance des intermédiaires informationnels, celui de la banalisation totale des intermédiaires traditionnels et l’hypothèse médiane d’une dualisation des écosystèmes informationnels.

24Dans sa contribution, Benoît D’aiguillon considère la loi comme un agent externe qui instaure de nouvelles règles. La loi trouve un écho favorable chez celles et ceux qui ne croient pas en la capacité d’autorégulation de ce nouvel écosystème informationnel. D’autres estiment que les lois ne sont pas suffisantes et réclament la modification de la loi de 1 881. Si elle affirme la liberté de la presse, cette loi instaure un cadre juridique sanctionnant les pratiques de désinformation. Nous citons aussi la loi du 9 juillet 2019 visant à lutter contre les contenus haineux sur Internet (JORF, juillet 2019). Outre le cadre juridique précité, Benoît D’aiguillon pense qu’il est nécessaire qu’une véritable éducation aux médias soit développée (p. 196).

25Mais qu’en est-il alors des publics dans toutes ces problématiques ? Cette thématique est abordée dans les contributions de la quatrième et dernière partie du livre. Pascal Huguet traite la question des fake news du point de vue de la psychologie sociale et cognitive en révélant la contribution indirecte de chaque citoyen au phénomène des fake news. Il souligne l’importance de la promotion d’une éducation aux médias impliquant notamment des actions visant à développer l’esprit critique assez tôt en contexte scolaire.

26Pauline Amiel et Stéphanie Lukasik mettent en avant trois études scientifiques récentes éclairant la question de la réception de l’information en ligne, et plus particulièrement la réception des fake news. En plus de ces études menées par des chercheurs universitaires, le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information de Nice (CLEMI) a édité un guide pratique à destination des enseignant-e-s : « Info/Intox ? Le vrai du faux ! » (p. 229). Le CLEMI propose d’enseigner le doute, d’aiguiser le sens critique des élèves dans une démarche d’évaluation des informations (p. 232), de distinguer les faits de leurs interprétations, de les confronter et de les évaluer. Si le CLEMI plaide en faveur de l’éducation aux médias, Arnaud Mercier fait appel à la responsabilité de chacun dans la lutte contre les fake news et incite à ne pas réduire ce phénomène contemporain aux intentions malveillantes de certaines personnalités politiques.

27Nous notons enfin que les contributions de cet ouvrage offrent au lecteur des perspectives nouvelles et complémentaires sur la question des fake news et son rapport au journalisme. Tous les auteurs ne prétendent pas proposer des solutions pour lutter contre les fake news qui dégradent l’écosystème médiatique, mais ils sont convaincus que l’éducation aux médias représente l’une des pistes les plus pertinentes pour vaincre les fake news tout en misant sur « la perspicacité de publics avertis » (p. 18). Il est important aujourd’hui de miser davantage sur l’enseignement du doute et l’esprit critique et de développer « l’autodéfense intellectuelle » (Gauvrit et Delouvée, 2019, p. 11). Il apparaît également nécessaire de faire appel au concours des universitaires et académiciens afin d’accomplir cette mission d’éducation aux médias.

28Les réflexions menées dans cet ouvrage sont originales et portent sur des problématiques émergentes. Les différentes contributions proposent des pistes de travail sur les fake news. Les différentes disciplines mobilisées (philosophie, psychologie, économie, etc.), ainsi que leurs concepts spécifiques, peuvent complexifier la lecture. Toutefois, les efforts de synthèse entrepris par les auteur-e-s permettent au lecteur de suivre l’argumentation et donnent à cet ouvrage une authenticité éducative et scientifique certaine.

Haut de page

Bibliographie

BALLE Francis, 2014, Les Médias, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 127 p.

BOURDIEU, Pierre, 1996, « Journalisme et éthique », Les Cahiers du journalisme, n° 1, pp. 10-17.

BOURDIN PHILIPPE ; LE BRAS, Stéphane (dir.), 2018, Les fausses nouvelles. Un millénaire de Bruits et de rumeurs dans l’espace public français, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 211 p.

CHABBEH Sameh, 2019, « Numérisation de la presse tunisienne : entre actions individuelles et tactiques collectives », Revue Management des Technologies Organisationnelles (MTO), n° 08, Paris, Presses des Mines.

CHABBEH Sameh, 2012, « Les journalistes spécialisés et l’« expertise ». Évolution des formes de professionnalisation dans les journaux d’information avant et après la révolution « Bouazizienne » », Les Enjeux de l’information et de la communication [En ligne]. Disponible sur : http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux.

CHABBEH Sameh, 2010, « Rôle des nouveaux acteurs dans l’évolution de la presse tunisienne : le cas des journaux d’informations générales », Horizons maghrébins, n° 62, Université du Mirail-Toulouse II.

CHABBEH Sameh, 2006a, Les modalités d’insertion des TIC dans la presse. Le cas des quotidiens tunisiens. Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Grenoble, Université Stendhal Grenoble III, Institut de la Communication et des Médias, 408 p.

CHABBEH Sameh, 2006b, « Les journalistes tunisiens et les TIC. Usages et genèse de nouvelles pratiques professionnelles », in Ferjani Riadh (dir.), Technologies de l’information et de la communication : discours, représentations et pratiques. Tunis : IPSI, pp. 185-215.

DOR Édouard ; VALETTE Bernard, 2002, Les vertus du mensonge… Information, déformation, Manipulation, Paris, Sens et Tonka, Coll. « Médias 10/vingt », 209 p.

GAUVRIT Nicolas ; DELOUVEE Sylvain (dir.), 2019, Des têtes bien faites. Défense de l’esprit critique, Paris, Presses Universitaires de France, 285 p.

HUYGHE François-Bernard, 2016, La désinformation. Les armes du faux, Paris, Armand Colin, Coll. « Comprendre le monde », 199 p.

MIEGE Bernard, 2010, L’espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « communication médias société », 227 p.

SMYRNAIOS Nikos ; Chauvet Sophie ; Marty Emmanuel, 2017, L’impact de CrossCheck sur les journalistes et les public, First Draft, 68 p.

WOLTON Dominique, 2003, « Journalistes, une si fragile victoire », Hermès, n° 35.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un espace caractérisé par un ensemble d'actions, des pratiques journalistiques, des jeux de pouvoir, conflits entre acteurs pro-am et autres, mais aussi un espace de coopération, collaboration et formation (Chabbeh, 2006a, p. 316).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sameh Chabbeh, « JOUX Alexandre et PELISSIER Maud (dir.), 2018. L’information d’actualité au prisme des fake news »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/7879 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.7879

Haut de page

Auteur

Sameh Chabbeh

Sameh Chabbeh est enseignante et chercheure en Information-Communication à l’université Lumière Lyon 2. Elle est l’auteure de plusieurs publications sur les TIC, les pratiques professionnelles, la presse en ligne. Courriel : sameh.chabbeh(at)univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search