Navigation – Plan du site
Spicilège

Le discours du journaliste spécialisé en santé, un modèle favorable à une réception « positive » de l’information sur le vaccin anti-HPV

Cyril Drouot

Résumés

L’objectif de cette étude est de produire une première série de recommandations discursives à l’attention des experts et des profanes qui communiquent sur les vaccins en général et sur le vaccin contre les papillomavirus en particulier. Centrée sur la dimension esthétique du discours, cette étude s’inscrit dans la continuité d’une recherche sur les déterminants socio-communicationnels de la controverse vaccinale. Nous avons sollicité 20 000 étudiants pour qu’ils répondent à un questionnaire en ligne inspiré de la méthode dite « des scénarios ». En analysant les réponses des 600 répondants, nous avons observé que les discours utilisés par les journalistes spécialistes des questions de santé créent plus d’adhésions que ceux déployés par les journalistes généralistes ou les associatifs. L’audience des premiers est toutefois beaucoup plus réduite, ce qui limite leur impact dans la population générale. En ce qui concerne les institutionnels, nos résultats suggèrent qu’ils auraient non seulement intérêt à utiliser les canons discursifs de la vulgarisation scientifique, mais également à augmenter la diffusion de leurs discours « en ligne » afin de créer davantage de consensus. Cette étude empirique confirme et précise les recommandations préconisées par les auteurs du rapport sur la vaccination 2016.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : vers des recommandations sociocommunicationnelles autour de la controverse sur le vaccin anti-HPV

1En France, la controverse sur le vaccin anti-HPV permettant de lutter contre le cancer du col utérin existe depuis plus de douze ans maintenant. Cette controverse semble principalement être due au déploiement en Europe de la campagne de prévention sanitaire « Tell someone » par les laboratoires Merck, avant que le vaccin n’ait obtenu l’autorisation de mise sur le marché (AMM) – le 29 septembre 2006 – et dont les informations et modalités discursives d’abord destinées aux récepteurs cibles des États-Unis ont été massivement relayées en France (Riva & Spinosa, 2010). Tel processus de médiatisation du vaccin Gardasil sur le territoire national pour publiciser des informations relatives à cette technologie médicale a nourri l’agenda médiatique en se faisant le reflet d’un discours aux finalités ambiguës, à la fois sanitaire et commercial, en provenance des acteurs industriels. Depuis, l’attention de l’opinion publique n’a eu de cesse d’être catalysée sur la problématique vaccinale (Hépatite B, H1N1…) pour produire des sujets de controverses extrêmement pérennes. D’autant plus que le vaccin anti-HPV reste, en France, un des rares (avec le BCG et ceux contre la Grippe et le Zona) à être encore qu’uniquement recommandé, dans un contexte politique et sanitaire où, depuis janvier 2018, onze vaccins (au lieu de trois) sont devenus obligatoires pour l’ensemble des nourrissons.

  • 1 La prévention consiste à éviter l'apparition, le développement ou l'aggravation de maladies ou d'in (...)

2Quelques ancrages sociaux et phénomènes médiatiques marquants nous permettent cependant de mieux se saisir de cette situation particulière de réception hétérogène (pour, contre, hésitant) d’une information de santé publique controversée qui, par principe, vise pourtant « la vie bonne, avec et pour les autres » (Ricœur, 1990, p. 202). Ces informations sur la vaccination en dispositif de communication devraient alors pouvoir faire consensus au sein d’une société moderne possédant, pour s’en convaincre (Chomsky & Herman, 1988/2019), un système de communication paraissant « abordable, fiable, et confidentiel » (Reagan, 2013). Or, si l’on s’en tient à ces trois derniers critères systémiques, force est constater que la communication sur les vaccins est le plus souvent une « communication publique de prévention1 » (Réquillart, 2001, p. 6) (i.e. non confidentielle) dont la technologie médicale fait débat (i.e. qu’elle n’est pas forcément perçue comme fiable) et s’adresse par définition à des personnes saines, qui n’ont pas d’impératif propre (d’ordre sanitaire) à aborder la question du « bien-fondé » des vaccins. En effet, au moment venu de la prise de décision de faire ou se faire vacciner, ces personnes ne sont pas dans l’urgence d’une situation vulnérabilité. Pour le dire autrement, face à la souffrance et la maladie, les discours semant le doute et la peur par rapport à l’innocuité d’une technologie quand bien même promue par l’État, ont moins d’écho (e.g. les traitements par chimiothérapie). Si la réception standard d’un discours sur les vaccins mobilise donc la raison et l’émotion de sa cible, ce discours le fait dans un contexte qui n’est pas celui du soin mais plutôt celui de l’agir citoyen, où l’émotion ressentie pendant ou face à la souffrance ne prend pas systématiquement le pas sur les raisons (bien fondées ou non) de ne pas se faire vacciner.

3En matière d’émission, et à partir d’une revue de la littérature sur « les médias, la communication et la culture », « le risque » et « la science et ses techniques », nous avons pu sérier cinq principaux acteurs communicants sur les vaccins (le journaliste spécialiste, le journaliste généraliste, le médecin, l’institutionnel et l’associatif), dont les usages médiatiques ont une incidence sur les divers processus de publicisation des informations de prévention sanitaire, ainsi que sur leurs qualités de réception. En ce qui concerne les journalistes et les médecins tout d’abord, Dominique Marchetti (2010) aborde le phénomène de « rubriquage » des sujets de santé publique dans le traitement journalistique à partir des années 70/80. Celui-ci a eu pour principal effet, au sein des rédactions de presse, de déposséder le journaliste spécialiste auquel s’est substitué le journaliste généraliste, qui traite l’information de santé non plus comme un expert, mais plutôt comme un profane – puisqu’il n’a pas la double casquette de « médecin et journaliste ». En ce qui concerne les acteurs politiques et associatifs, l’avènement des technologies de l’information et de la communication (TIC) et la démocratisation de l’Internet à partir des années 2000 va favoriser une émancipation des croyances populaires et une mise en concurrence (Romeyer, 2010, p. 6) des discours sur les vaccins qui deviennent de plus en plus polyphoniques. Désormais au coude à coude avec les discours associatifs, principalement diffusés online (sites Internet, forums, blogs, réseaux sociaux) et provenant essentiellement de collectifs citoyens engagés sur des problématiques de santé, le discours officiel, surtout diffusé offline (TV, radio, presse), fait l’objet d’une remise en question permanente qui affecte sa légitimité.

4Enfin, un dernier phénomène spécifique nous permet d’établir, si ce n’est l’unique, au moins un lien fort d’intrication entre les cinq acteurs médiatiques sus cités autour d’une seule et même problématique d’ordre socio-communicationnel : celle d’une « symétrisation » (Payet & Purenne, 2016) des discours offline/online sur la vaccination. Celle-ci opère tant sur le plan des usages discursifs, que sur celui plus symbolique des effets de sens visé. Un exemple frappant de cette symétrisation des usages discursifs est le fait que 78 % des communications vaccinales contenant du texte au sein de notre corpus d’étude est a minima doté d’un élément iconographique (photo, dessin, diagramme, schéma…). Pour ainsi produire un effet de sens particulier, toutes ces communications tendent vers une sollicitation, toujours de plus en plus forte, de l’émotion du récepteur (Le Coz, 2014), puisqu’elles mobilisent une rhétorique de l’image (Barthes, 1964) au lexique esthétique qui ne cesse de s’enrichir à mesure de l’évolution des technologies d’information et de communication.

5Autrement dit, les acteurs au sein des organisations d’État (institutions, centres publics…) et des organisations citoyennes (collectifs de citoyens indépendants ou fédérés en associations) ont une audience de plus en plus similaire et leurs représentations de légitimité perdent en contraste à mesure que leurs usages des modalités discursives convergent. Pour être plus précis, nous avions ainsi conclu la première phase d’analyse de notre processus d’étude des communications sur les vaccins (i.e. celle centrée sur l’émission) comme suit (Drouot, 2018a, p. 7) :

« les “usages discursifs” traditionnels (offline) mobilisés sur l’Internet de la santé (online) par la communauté des acteurs experts (le politique, le médecin et le journaliste spécialiste) faisant historiquement surtout appel au bon sens d’une pensée rationnelle pour communiquer sur des biopolitiques qu’ils façonnent et souhaitent faire accepter n’agissent plus suffisamment sur le comportement du plus grand nombre des récepteurs exposés à diverses “stratégies de l’émotion discursive” (Kim et al., 2017) »

6Dès lors, ces stratégies de l’émotion sont une des conséquences discursives du phénomène de traitement générique de l’information de santé, amorcé à partir des années 1970. La communication de ces informations sanitaires présupposant souvent l’annonce de la balance bénéfice/risque des objets de son investigation scientifique ou journalistique, est alors massivement « mise en scène de manière esthétique » (Boltanski, 1993/2007, p. 52) aussi bien sur les médias offline qu’online, alors même qu’elle relève d’abord du champ de l’expertise. Bien sûr, ce dernier champ ne refuse pas l’esthétisation, bien au contraire. Cependant, il ne la mobilise qu’en répondant à un ensemble de normes discursives capable de produire un « effet de vérité » et que Pierre Bourdieu nomme « l’illusio scientifique » (Bourdieu, 1997/2003, p. 147). Or, cette esthétisation de la science étant devenue massive et de plus en plus commune aux experts, journalistes (de moins en moins experts) et citoyens (non-experts ou proto-experts2), elle habille l’ensemble des discours (experts, proto-experts ou amateurs) sur la vaccination d’une esthétique pouvant désormais produire, en plus d’un effet de vérité, une ambiance le plus souvent « anxiogène » (Böhme et al., 2018 ; Pillon, 2018), autant qu’opérer une « dramaturgie des risques » (Beck, 1986/2008, p. 443), au sein d’une société occidentale désormais désenchantée (Weber, 1959/1963). Ce phénomène de symétrisation du capital symbolique des discours sur les vaccins ne semble donc pas autoriser la remise en question du statu quo des positionnements vaccinaux les plus radicaux (i.e. ceux « pour » ou « contre »). Dans les faits, les instances sanitaires font désormais face à une hésitation vaccinale massive pour le vaccin anti-HPV, qui se caractérise par un taux de couverture en France de seulement 14 % pour les trois doses, à l’âge de 16 ans en 2015 (Fischer, 2016), a contrario de pays comme l’Angleterre ou l’Australie, où la couverture vaccinale est aujourd’hui entre 70 et 80 % sur la population cible3.

Méthodologie : une étude projective sur les communications relatives au vaccin anti-HPV

7Cet article s’inscrit dans la continuité d’un projet de recherche-action entamé il y a trois ans (Drouot, 2016, 2018a). Le développement antérieur d’un processus d’étude en trois temps, qui se constitue en une approche méthodologique « mixte » que nous allons détailler, vise la production de recommandations concrètes contribuant à la réduction de la controverse vaccinale au travers de ses déterminants sociaux et communicationnels (World Health Organization, 2014). Le premier temps de ce processus consiste en la constitution d’un corpus de 398 communications vaccinales collectées entre novembre 2015 et novembre 2016, puis leur analyse, au prisme des usages discursifs des leurs acteurs médiatiques, faisant appel à la raison ou l’émotion des récepteurs lorsqu’ils s’expriment offline/online (ibid.). Le deuxième temps de cette même approche est double, et nous engage sur le versant de la réception des discours sur le vaccin anti-HPV. Il consiste, auprès d’un même panel d’étudiants âgés de 18 à 21 ans, en la réalisation d’une enquête s’adossant à la « méthode des scénarios en ligne » (MDS) (Drouot, 2018b ; Julien et al., 1975), puis, en la réalisation ultérieure d’une enquête par questionnaire classique, composée de questions à choix multiple.

8Envoyé aux 20 000 étudiants de la cohorte en santé publique « i-Share » (www.i-share.fr), la double enquête sur le vaccin anti-HPV (par questions « MDS », puis par questions à choix multiples) s’adosse à deux plateformes de mise en ligne : celle propre à la cohorte i-Share, ainsi que « LimeSurvey » (https://www.limesurvey.org). Ce choix de basculer d’une plate-forme à l’autre répond d’abord à la nécessité de tester l’influence de toutes les modalités discursives de notre grille d’analyse (mobilisant du lexique textuel et iconographique) et ensuite, à celle de faire face à deux injonctions de recherche. En ce qui concerne le questionnaire investi par les questions à choix multiple, il nous permet d’étudier le sociotype, la connaissance et le positionnement des répondants (e.g. pour, contre, hésitant) vis-à-vis du sujet « vaccin ». En ce qui concerne celui investi par les questions MDS, il nous permet d’étudier la capacité à faire consensus des modalités socio-communicationnelles (Charaudeau, 2006) déployées dans les discours online des acteurs médiatiques s’exprimant sur HPV ; il nous permet encore de tester la robustesse des positionnements initiaux des récepteurs face à ces discours d’acteurs.

9Rappelons aussi, qu’en l’état de l’avancement de notre protocole d’enquête en trois temps (étude de corpus, enquête par questionnaire MDS, enquête par questionnaire classique), nous ne livrons ici que les résultats relatifs à l’analyse des questions MDS, puisque la collecte et le traitement des données de l’enquête par questionnaire classique sur la plateforme i-Share est toujours en cours. À terme, ce dernier temps d’analyse permettra d’opérer la mise en perspective des résultats : a) de l’enquête classique caractérisant le profil, les déterminants psycho-sociaux et économiques, puis le positionnement vaccinal des répondants ; avec ceux b) de l’enquête MDS sur les discours médiatiques les plus consensuels.

10Concernant la représentativité de notre population d’étudiants âgées de 18 à 21 ans en provenance de la cohorte « i-Share » par rapport à la population cible du vaccin anti-HPV (filles âgées de 9 à 19 ans et hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes jusqu’à 26 ans4), quelques chiffres en provenance de l’INSEE et du ministère de l’Enseignement supérieur illustrent certaines réalités (e.g. celle des scolaires âgées de 9 à 18 ans et donc non inclues dans la cohorte « i-Share » d’étudiants évoluant sur des campus universitaires, ou encore celle des personnes inscrites dans des filières techniques de type BTS qui prennent le plus souvent place dans des lycées, ainsi que l’ensemble des jeunes non scolarisés, qui n’intègrent pas non plus notre cohorte). En effet, si l’on cumule, puis compare, le nombre de jeunes (garçons et filles scolarisé[e]s et non-scolarisé[e]s) âgés de 18 à 21 ans la rentrée 2018 en France, avec le nombre de jeunes (garçons et filles) inscrits à l’université en cursus de Licence pour la même rentrée (avec des moyennes d’âge d’intégration et de fin de cursus entre 18 et 21 ans entre la première et la troisième année de Licence5), on obtient un total de 3 184 820 jeunes6 en France dont 1 614 900 sont des étudiants7 inscrits en cursus de Licence. Une limite à cette étude est donc que notre échantillon n’est pas tout à fait représentatif de la population cible du vaccin anti-HPV dont le spectre est plus large que la tranche 18-21 ans, et ensuite, qu’à la rentrée 2018, 49,3 % des jeunes français âgés de 18 à 21 ans n’était pas étudiant en cursus de Licence. Cependant, cette enquête s’est concentrée sur les jeunes adultes en particulier car c’est un segment populationnel plus à même de prendre des décisions par rapport à lui-même – que les segments de populations plus jeunes et mineures – et représente surtout celui des « parents en devenir » à sensibiliser d’emblée sur les enjeux présents et futurs de la vaccination. Outre l’opportunité d’accès à une cohorte d’envergure nationale nous faisant profiter d’un format d’enquête exceptionnel et offrant la perspective d’un bel indice de fiabilité sur une telle taille de population d’étude8, nous avons donc fait le choix conscient de travailler sur ce segment populationnel particulier par rapport au vaccin anti-HVP.

111137 étudiants ont répondu aux deux temps d’enquête de ce questionnaire expérimental. En effet, la dimension projective des questions MDS imposait aux sondés de se situer dans un environnement précis (e.g. consultation au cabinet du médecin généraliste, lecture d’un article de presse scientifique vulgarisée depuis la chambre à coucher, discussion sur les réseaux sociaux via un groupe Facebook sur le smartphone…) pour pouvoir répondre aux questions. Ces projections ont ensuite permis l’expérimentation d’une certaine quantité de paramètres contextuels (e.g. qualités du dispositif de transmission, de l’interlocuteur, de la cible vaccinale…) qui favorisent ou non la prise décision, en mobilisant à des degrés divers la raison ou l’émotion. C’est-à-dire que nous avons demandé aux étudiants de répondre à trois séries de questions réparties comme suit, au sein de nos deux questionnaires d’enquête :

  • Première série de questions classiques sur i-Share (Q1 à Q5) visant à connaître leur profil et leur connaissance sur la vaccination.

  • Deuxième série de questions classiques sur i-Share (Q6 à Q10) visant à connaître leur positionnement sur les vaccins.

  • Troisième série de questions MDS sur Limesurvey (Q11 à Q15) visant à tester en « situation d’exposition médiatique » les discours d’acteurs sur le vaccin anti-HPV. Les questions du sondage ont aussi été ordonnées de manière à éviter le biais méthodologique qui consistait à d’abord faire répondre les individus aux questions relatives au sondage de leur connaissance, avant celles relatives sondage de leur perception.

12Au nombre de cinq, les questions MDS mettent alors en scène, pour chaque communauté d’acteurs identifiée, quatre scénarios de discours. Le questionnaire MDS se compose ainsi de vingt scénarios de discours au total, répartis en cinq « mises en situation » d’exposition médiatique (cf. Illustration n° 1). Soit, une mise en situation pour chaque communauté d’acteurs s’exprimant sur HPV et quatre scénarios de discours proposés pour chacune, que le répondant classe (en notant) par ordre de préférence, selon que ces discours confortent (ou non) ses convictions personnelles (la note de 1 étant attribuée au discours qui conforte le plus l’opinion). Précisons encore, puisqu’il s’agit d’étudier avant tout les diverses « stratégies de l’émotion discursive » au travers de leur dimension esthétique (cf. Introduction) faisant par exemple appel à l’émotion de manière plus ou moins anxiogène, qu’une question optionnelle a été posée pour chaque mise en situation. Celle-ci vise en effet à mieux connaître les raisons d’un classement (bon ou mauvais) d’un scénario dont le contenu discursif a été esthétisé avec des éléments de type iconographique (photographies, diagramme, dessins, mise en couleur…).

Illustration n° 1 - « Extrait du questionnaire MDS sur le vaccin anti-HPV, exemple de mise en situation pour l’acteur médiatique associatif (les scénarios C et D ne sont pas présentés) »

Illustration n° 1 - « Extrait du questionnaire MDS sur le vaccin anti-HPV, exemple de mise en situation pour l’acteur médiatique associatif (les scénarios C et D ne sont pas présentés) »

Source : Drouot, 2018b

  • 9 Puisqu’à la suite de notre analyse de corpus, il s’est avéré que sur l’ensemble des modalités d’usa (...)

13Chacune des cinq « mises en situation » a donc été conçue pour accueillir quatre scénarios de discours (dont seulement deux sont représentés dans l’illustration ci-dessus). L’un de ces scénarios est forcément représentatif du modèle de communication « idéal-typique » (Grossein, 2016 ; Weber, 1921/2003) de l’acteur médiatique en question, et les trois autres sont des déclinaisons « expérimentales » de ce modèle. Ces déclinaisons articulent notamment les sept modalités de la dimension « esthétique »9 (Drouot, 2018a), de manière à incarner différentes stratégies discursives lorsque ces communications vaccinales mobilisent du « lexique iconographique », faisant plus ou moins appel à la raison ou l’émotion. Ces modalité d’esthétisation sont alors les suivantes : a) « présence d’image » ; b) « couleurs » ; c) « style des portraits » ; d) « type de paysage » ; e) « longueur du texte » ; f) « typographie » ; et g) « ambiance ».

14Un dernier élément méthodologique doit enfin être précisé. Le modèle idéal-typique de la « communication scientifique et commerciale » sur le vaccin anti-HPV de l’acteur industriel-pharmaceutique n’est pas mentionné dans cette liste, ni étudié dans notre approche. En effet, cet acteur, en France, n’est (a priori) pas autorisé à faire de la publicité, sauf « par dérogation, [où] les vaccins peuvent faire l’objet de campagnes promotionnelles auprès du grand public, s’ils figurent sur une liste établie pour des motifs de santé publique par arrêté du ministre chargé de la santé. […] [selon l’] Arrêté du 28 septembre 2012 fixant la liste des vaccins mentionnée à l’article L. 5122-6 du code de la santé publique » (ANSM), et sur laquelle le vaccin anti-HPV ne figure pas.

  • 10 Notons à ce sujet, que nous avons caractérisé leur modèle communicationnel à partir d’un corpus ess (...)

15Les modèles idéaux-typiques de communication pour chaque communauté d’acteurs, sont (selon l’étude ci-dessous des communications du corpus10, qui suit la même grille d’analyse sociocommunicationnelle que celle ayant servi à la construction des scénarios) :

  • celui de la « vulgarisation scientifique » (Jurdant, 2009 ; Paillart et al, 2005) pour les journalistes spécialistes, avec les modalités « dominantes » d’usages discursifs suivantes au sein de notre corpus :

  • 11 Au sein de notre corpus d’étude, la modalité de la dimension Éthique pour le journaliste spécialist (...)

Modalités discursives du journaliste spécialiste (n = nombre de modalités par dimension)

Dimension Rhétorique

rhétorique de la fragilité

32,6 % (n = 3)

Dimension Information

information vulgarisée

37,5 % (n = 6)

Dimension Positionnement

pro-vaccin

41,3 % (n = 4)

Dimension Esthétique

lexique iconographique

93 % (n = 2)

Dimension Psycho-cognitive

apprentissage par l’observation

23,3 % (n = 9)

Dimension Éthique

éthique normative11

53,1 % (n = 3)

  • celui de la « communication profane » (Flichy, 2010) d’information en santé pour les journalistes généralistes, avec les modalités « dominantes » d’usages discursifs suivantes au sein de notre corpus :

  • 12 Au sein de notre corpus d’étude, la modalité de la dimension Positionnement pour le journaliste gén (...)

Modalités discursives du journaliste généraliste (n = nombre de modalités par dimension)

Dimension Rhétorique

rhétorique de la fragilité

32,4 % (n = 3)

Dimension Information

information non-scientifique ou vulgarisée

34,4 % et 38,4 % (n = 6)

Dimension Positionnement

hésitant12

50 % (n = 4)

Dimension Esthétique

lexique iconographique

78 % (n = 2)

Dimension Psycho-cognitive

apprentissage par l’observation

18,3 % (n = 9)

Dimension Éthique

éthique normative

61,2 % (n = 3)

  • celui de la « communication scientifique » (Jacobi, 1999 ; Bouillon, 2012) pour les médecins, avec les modalités « dominantes » d’usages discursifs suivantes au sein de notre corpus :

  • 13 Au sein de notre corpus d’étude, la modalité des dimensions Information et Esthétique pour le médec (...)

Modalités discursives du médecin (n = nombre de modalités par dimension)

Dimension Rhétorique

rhétorique de la scientificité

37,2 % (n = 3)

Dimension Information

information non-scientifique13

42,3 % (n = 6)

Dimension Positionnement

pro-vaccin

70,3 % (n = 4)

Dimension Esthétique

lexique iconographique12

82 % (n = 2)

Dimension Psycho-cognitive

apprentissage par l’observation

20,3 % (n = 9)

Dimension Éthique

éthique normative

55,7 % (n = 3)

  • celui de la « communication publique et politique » (Aldrin et al., 2014 ; Zemor, 1995) pour les institutionnels ou politiques, avec les modalités « dominantes » d’usages discursifs suivantes au sein de notre corpus :

Modalités discursives de l’institutionnel (n = nombre de modalités par dimension)

Dimension Rhétorique

rhétorique de la scientificité

47,6 % (n = 3)

Dimension Information

information vulgarisée

52,9 % (n = 6)

Dimension Positionnement

pro-vaccin

66,6 % (n = 4)

Dimension Esthétique

lexique textuel

63,6 % (n = 2)

Dimension Psycho-cognitive

facilitation

42,8 % (n = 9)

Dimension Éthique

éthique normative

81,2 % (n = 3)

  • celui de la « communication persuasive et d’action d’utilité publique » (Bernard, 2006 ; Dacheux, 2000, 2005) pour les associatifs avec les modalités « dominantes » d’usages discursifs suivantes au sein de notre corpus :

Modalités discursives de l’associatif (n = nombre de modalités par dimension)

Dimension Rhétorique

rhétorique de la fragilité et de l’engagement

32,6 % et 23,3 % (n = 3)

Dimension Information

information défiante

34 % (n = 6)

Dimension Positionnement

anti-vaccin ou hésitant

38 % et 37 % (n = 4)

Dimension Esthétique

lexique iconographique

92 % (n = 2)

Dimension Psycho-cognitive

apprentissage par l’observation

25,1 % (n = 9)

Dimension Éthique

éthique réflexive et normative exæquo

47,4 % (n = 3)

16Ainsi, chacune des cinq mises en situation se composent d’un scénario canonique reprenant le modèle idéal-typique et de trois déclinaisons expérimentales (dudit scénario canonique – cf. Illustration n° 2). A minima, ces cinq mises en situation articulent toutes les modalités discursives des dimensions relatives : à « l’esthétique » (discours faisant appel à l’émotion), à « l’éthique » (discours faisant appel à la raison), et au « positionnement » (pour, conte, hésitant) vis-à-vis des discours sur HPV.

Illustration n° 2 - « Tableau de composition des scénarios de discours d’acteurs médiatiques s’exprimant sur le vaccin anti-HPV »

Scénarios

Dimension Positionnement

Dimension
Éthique

Dimension
Esthétique

Composition pour la mise en situation du journaliste spécialiste :

A

Anti-vaccin

Éthique normative

Lexique textuel

B (Canonique)

Pro-Vaccin

Éthique réflexive

Lexique iconographique

C

Pro-Vaccin

Éthique normative

Lexique iconographique

D

Neutre

Éthique réflexive

Lexique textuel

Composition pour la mise en situation du journaliste généraliste :

A (Canonique)

Anti-vaccin

Éthique normative

Lexique iconographique

B

Hésitant

Éthique normative

Lexique textuel

C

Hésitant

Éthique réflexive

Lexique iconographique

D

Pro-vaccin

Éthique réflexive

Lexique textuel

Composition pour la mise en situation du médecin :

A

Hésitant

Éthique réflexive

Lexique textuel

B (Canonique)

Pro-vaccin

Éthique normative

Lexique textuel

C

Anti-vaccin

Éthique normative

Lexique iconographique

D

Pro-vaccin

Éthique réflexive

Lexique iconographique

Composition pour la mise en situation de l’institutionnel :

A

Pro-vaccin

Éthique réflexive

Lexique textuel

B

Pro-vaccin

Éthique réflexive

Lexique iconographique

C (Canonique)

Pro-vaccin

Éthique normative

Lexique textuel

D

Pro-vaccin

Éthique normative

Lexique iconographique

Composition pour la mise en situation de l’associatif :

A (Canonique)

Anti-vaccin

Éthique réflexive

Lexique iconographique

B

Hésitant

Éthique réflexive

Lexique textuel

C

Anti-vaccin

Éthique normative

Lexique iconographique

D

Anti-vaccin

Éthique normative

Lexique textuel

Résultats de l’enquête MDS : le discours vulgarisateur du journaliste spécialiste, un modèle qui fait consensus

17Les discours « préférés » par les étudiants de la cohorte i-Share (c’est-à-dire les discours classés en « rang 1 »), en ce qui concerne les différents scénarios de communications sur le vaccin anti-HPV pour chaque acteur médiatique, sont les suivants (par % d’adhésion) :

Illustration n° 3 : « Taux d’adhésion des étudiants de la cohorte i-Share aux différents scénarios de discours des acteurs médiatiques s’exprimant online sur le vaccin anti-HPV »

Illustration n° 3 : « Taux d’adhésion des étudiants de la cohorte i-Share aux différents scénarios de discours des acteurs médiatiques s’exprimant online sur le vaccin anti-HPV »

Source : Drouot, 2018b

18Aussi, les écarts les plus élevés entre les taux d’adhésion de chacun des scénarios testés pour chaque acteur étant les gages de leur capacité à faire franchement consensus auprès de leur public cible, les discours qui sont les plus capables de mettre en croyance sont, dans cet ordre, les suivants :

  • celui de l’institutionnel, avec le « scénario expérimental B » (72 % d’écart avec le deuxième de son classement)

  • celui du journaliste spécialiste, avec le « scénario canonique B » (39 % d’écart avec le deuxième de son classement) ;

  • celui du médecin, avec le « scénario expérimental D » (12 % d’écart avec le deuxième de son classement)

  • celui du journaliste généraliste, avec « le scénario expérimental D » (10 % d’écart avec le deuxième de son classement)

  • celui de l’associatif, avec le « scénario expérimental A » (3 % d’écart avec le deuxième de son classement)

19En observant désormais les résultats obtenus et le tableau de composition des scénarios, il apparaît que les discours les plus signifiants – et donc aussi les plus consensuels sur le sujet du vaccin anti-HPV – sont ceux établis sur le modèle de communication idéal-typique de la « vulgarisation scientifique » (cf. Illustration n° 4). C’est-à-dire que les trois premiers scénarios (celui « expérimental » de l’institutionnel ; celui « canonique » du journaliste spécialiste ; et dans une moindre mesure celui « expérimental » du médecin) sont : « pro-vaccin », « à l’éthique réflexive » et « esthétisé à l’aide d’un lexique iconographique (schéma et/ou diagramme) ».

Illustration n° 4 - « Extrait du questionnaire MDS sur le vaccin anti-HPV : les deux scénarios « vulgarisés » de l’institutionnel et du journaliste spécialiste »

Illustration n° 4 - « Extrait du questionnaire MDS sur le vaccin anti-HPV : les deux scénarios « vulgarisés » de l’institutionnel et du journaliste spécialiste »

Source : Drouot, 2018b

Discussion

20Si l’on met désormais en perspective les résultats de la présente enquête MDS avec ceux de notre étude de corpus précédemment menée (Drouot, 2018a), nous constatons que les discours vulgarisateurs du journaliste spécialiste et de l’institutionnel qui sont potentiellement ceux créant le plus d’adhésion auprès des étudiants, sont pourtant loin d’être ceux les plus déployés dans les médias offline comme online. En effet, d’une part, seules sont véritablement déployées dans le paysage médiatique français les communications (par défaut) vulgarisées des journalistes spécialistes ; puisque celles diffusées par les institutionnels sont en réalité plutôt de type « pro-vaccin, à l’éthique normative et au lexique textuel » et ne répondent donc pas aux critères socio-discursifs de la vulgarisation. Et d’autre part, si au sein des 398 communications de notre corpus d’étude, 155 d’entre elles (soit 39 % du corpus) contiennent des « informations scientifiques vulgarisées » qui laisseraient penser que ces communications joueraient plutôt en faveur d’une adhésion à la vaccination, seules 55 (soit 14 %) d’entre elles possèdent un positionnement véritablement « pro vaccin ». Ce dernier constat trouve des éléments de réponse dans le fait que nombre d’experts scientifiques et médecins s’expriment davantage online avec la casquette du citoyen (plus hésitant) que celle de l’expert (plus sûr de lui) (Drouot, 2018b, p. 298-310). Cependant, il n’en reste pas moins que ces chiffres s’inscrivent en faux vis-à-vis des canons du modèle idéal-typique de la communication scientifique vulgarisée qui, de manière général, aurait plutôt tendance à se positionner « pour » ; car ce modèle émane d’une communauté de médecins « confiants en la vaccination » (Verger et al., 2015).

21Quoi qu’il en soit, nous pouvons à présent dire que si les discours canoniques des experts (journalistes spécialistes et médecins) opèrent réellement de manière « positive » sur l’opinion publique vis-à-vis du vaccin anti-HPV en renforçant ou créant du consensus en ce sens, ils s’expriment relativement peu dans médias offline/online comparativement aux proto-experts (acteurs associatifs et indépendants, qui constituent 54 % des émissions contre 22 % pour la communauté des experts réunis [Drouot, 2018a]). De plus, un discours fondé sur le modèle de la vulgarisation scientifique et potentiellement porté par l’acteur institutionnel (proto-expert lui aussi) semble pouvoir venir renforcer ostensiblement cet « effet de consensus positif ». Cette nouvelle manière de communiquer pour cet acteur articulerait alors des éléments de contenu plus réflexifs que normatifs, plus iconographiques que textuels, mais resteraient tout à fait favorable à la vaccination.

22En ce qui concerne ensuite le discours canonique de l’associatif sur les vaccins (cf. Scénario A [anti-vaccin, éthique réflexive et esthétique] in Illustration n° 1), bien que celui-ci semble créer de l’adhésion par rapport aux autres scénarios de discours expérimentaux de sa « mise en situation », il n’arrive qu’en dernière position des cinq mises en situation de communication d’acteurs, préférées par la population cible du vaccin anti-HPV. Pourtant, ce discours reprend aussi les modalités discursives idéales-typiques de la vulgarisation scientifique (réflexivité et esthétisation iconographique), mais dans un discours de « lutte » (Honneth, 1992/2000) qui l’inscrit davantage « contre » (les politiques vaccinales) ainsi que dans le champ des « communications d’action et d’utilité publique » souvent à visée persuasive aussi. Ce phénomène peut néanmoins s’expliquer puisqu’il renvoie au « mimétisme socio-discursif » (cf. Introduction) entre la communauté des acteurs experts (journalistes spécialistes et médecins) et proto-experts (journalistes généralistes, associatifs et institutionnels), dont les usages discursifs sont ainsi de plus en plus symétriques sur le dispositif Internet à « inculcation massive et immédiate » (Poitou, 1999, p. 95) d’usages de plus en standardisés. Cependant, des mesures sont prises depuis 2010 par l’Ordre des médecins pour donner plus d’autonomie aux praticiens en matière de conseil online (Romeyer, 2012, p. 15) et ainsi permettre à ces derniers d’intervenir dans les discussions online sur HPV, moins avec la casquette de citoyen qu’avec celle de médecin ou de journaliste spécialiste, qui fait de facto intervenir l’équipement méthodologique de la science médicale et/ou socio-discursive. Quoi qu’il en soit, ces acteurs médiatiques ont-ils tous, pour effets de sens commun, de libérer chez les différentes communautés d’opinions aux imaginaires plus ou moins anxiogènes sur le vaccin anti-HPV des émotions semblables (et a fortiori souvent bonnes) vis-à-vis de leur émission médiatique d’informations sanitaires ; ces émissions donnant à voir des savoirs mis en forme d’une raison – scientifique ou non – visant la véridiction (Bourdieu, 2001) ?

23Nous pouvons donc encore dire que si la communauté des proto-experts (incarnés ici par les acteurs associatifs) s’exprime en ligne et massivement contre la vaccination, elles s’y expriment de facto de manière hétérogène puisque, d’une part, leurs modalités discursives idéales-typiques ne créent pas ou peu de consensus ; et que, d’autre part, d’autres acteurs de cette communauté (les journalistes généralistes et les communicants publics des institutions) mobilisent d’autres modèles discursifs.

Conclusion et recommandations

24In fine, nous venons de montrer que le discours des experts sur HPV (journaliste spécialiste ou médecin) est sous représenté online mais crée de l’adhésion, et que celui des proto-experts (associatifs, journalistes généralistes et dans une moindre mesure les institutionnels) est surreprésenté online, mais en crée moins ou pas du tout. Ainsi, nous pouvons désormais contribuer aux efforts faits par les instances de prévention sanitaire pour « regagner la confiance, diminuer la défiance et surtout réduire l’hésitation vaccinale » (objectifs du Plan Cancer 2014-2019) en apportant les éléments de réponse suivants, à notre question de départ : « Comment pourrait-on optimiser le discours des proto-experts ou des experts pour réduire la controverse vaccinale sur HPV ? »

  • Pour les « experts » : ils pourraient, tout en conservant bien les canons discursifs de leur modèle idéal-typique de communication fondé sur celui de la « vulgarisation scientifique », augmenter leur spectre de diffusion online afin d’accroître leur visibilité, et par incidence, leur taux d’adhésion.

    • 14 En l’occurrence, la reliance d’opinions sur le vaccin anti-HPV, dans une visée éthique de « la vie (...)

    Pour les « proto-experts » : ils pourraient optimiser leurs discours en adaptant leurs canons discursifs aux caractéristiques des scénarios qui suscitent le plus d’adhésion. L’institutionnel pourrait par exemple adapter son discours selon les caractéristiques du scénario canonique du journaliste spécialiste qui reprend le dit modèle de la vulgarisation. C’est-à-dire que l’institutionnel pourrait adopter un discours mobilisant davantage le lexique esthétique de la rhétorique de l’image d’une science vulgarisée (cf. Illustration n° 4), tout en ayant une éthique de la discussion moins normative ; soit, par exemple, une éthique de la discussion dite « reliante14 » (Morin, 2004, p. 248), capable d’articuler, dans cet ordre, des éléments d’informations à visée réflexive (qui permettent la conscientisation), puis d’autres, à visée plus normative (qui permettent d’être [ré-]conforté dans ses croyances).

Haut de page

Bibliographie

ALDRIN Philippe, HUBÈ Nicolas, OLLIVIER-YANIV Caroline et UTARD Jean-Michel, 2014, Les mondes de la communication publique, Rennes, Presse Universitaire de Rennes, 189 p.

BARTHES Roland, 1964, “Rhétorique de l’image”, Communications, n° 1, vol. 4, pp. 40-51, consulté le 12 juin 2018, disponible sur : http://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1964_num_4_1_1027

BECK Ulrich, 1986/2008, La société du risque, trad. de l’allemand sous le titre “Risikogesellschaft” par Bernardi L., Paris, éd. Flammarion, 521 p.

BERNARD Françoise., 2006, “Organiser la communication d’action et d’utilité sociétales. Le paradigme de la communication engageante”, Communication et organisation [En ligne], n° 29, 14 p., consulté le 29 novembre 2015, disponible sur : http://communicationorganisation.revues.org/3374

BOLTANSKI Luc, 1993/2007, La souffrance à distance, Paris, éd. Gallimard, 528 p.

BOUILLON Jean-Luc, 2012, “L’expertise scientifique en société : regards communicationnels”, Hermès “Les chercheurs au cœur de l’expertise”, n° 64, pp. 14-21.

BOURDIEU Pierre, 1997/2003, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions de Seuil, 392 p.

BOURDIEU Pierre, 2001, Science de la science et réflexivité, Paris, éd. Raisons d’agir, 238 p.

BÖHME Gernot et LE CALVÉ Maxime, 2018, “L’atmosphère, fondement d’une nouvelle esthétique ?”, Communications, n° 1, vol. 102, pp. 25-49. disponible sur : https://www.cairn.info/revue-communications-2018-1-page-25.htm

CHARAUDEAU Patrick, 2006, “Un modèle socio-communicationnel du discours. Entre situation de communication et stratégies d’individuation”, Médias et Culture. Discours, outils de communication, pratiques : quelle(s) pragmatique(s) ?, 10 p., consulté le 05/12/2016, disponible sur : http://www.patrick-charaudeau.com/Un-modele-socio-communicationnel.html

CHOMSKY Noam et HERMAN Edward, 1988/2019, Fabriquer un consentement “la gestion politique des médias de masse”, Investig’action, 743 p.

DACHEUX Éric., 2005, Associations et communication, critique du marketing, Paris, CNRS Éditions, 155 p.

DROUOT Cyril, 2016, “Étudier les pratiques communicationnelles en santé publique : interdisciplinarité et ancrage transdisciplinaire”, Journée Internationale des Jeunes Chercheurs de Nancy, 19 p., consulté le 28 juin 2018, disponible sur : http://jijc2016.event.univ-lorraine.fr/jijc_affi.php

DROUOT Cyril, 2018a « La communication vaccinale online : analyse de corpus entre raison et émotion », Revue française des sciences de l’information et de la communication [en ligne], n° 14, 19 p., consulté le 09 août 2019, disponible sur : http://journals.openedition.org/rfsic/3864

DROUOT Cyril, 2018b, « Croyances, usages discursifs et éthiques en communications sur la vaccination contre les papillomavirus humains », Thèse de doctorat soutenue le 23 novembre 2018 à l’Université Côte d’Azur, 498 p.

FERRIÈRES Madeleine, 2002, Histoire des peurs alimentaires. Du Moyen-Âge à l’aube du XXe siècle, Paris, Éd. du Seuil, coll. L’univers historique, 473 p.

FISCHER Alain, 2016, “Comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination”, Rapport sur la vaccination, 49 p.

FLICHY Patrice, 2010, Le sacre de l’amateur, Paris, Éditions du Seuil et La République des Idées, 100 p.

GROSSEIN Jean-Pierre, 2016, Leçon de méthode wébérienne, in “Concepts fondamentaux de sociologie”, Paris, éd. Gallimard, pp. 9-90.

HONNETH Axel, 1992/2000, La lutte pour la reconnaissance, Trad. de l’allemand sous le titre “Kampf um anerkennung” par Rusch P., Paris, Les éditions du Cerf, 347 p.

JACOBI Daniel, 1999, La communication scientifique : discours, figures, modèles, Grenoble, Ed. Presse universitaire de Grenoble, 281 p.

JULIEN Pierre-André, LAMONDE Pierre et LATOUCHE Daniel, 1975, “La méthode des scénarios”, Travaux et recherches prospectives, n° 59, 131 p.

JURDANT Baudouin, 2009, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris, éd. des archives contemporaines, 248 p.

KIM Sungsu, HMIELOWSKI Jay, 2017, “The Influence of Self-efficacy in Medical Drama Television Programming on Behaviors and Emotions that Promote Cervical Cancer Prevention”, Am J Health Behav, n° 6, vol. 41, pp. 719-727. consulté le Nov 1, disponible sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29025500

LE COZ Pierre., 2014, Le gouvernement des émotions, Paris, éd. Albin Michel, 202 p.

LIPOVETSKY Gilles et SERROY Jean, 2013, L’esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste, Paris, éd. Gallimard, 493 p.

MARCHETTI Dominique, 2010, Quand la santé devient médiatique, Grenoble, éd. PUG, 192 p.

MORIN Edgar., 2004, La méthode 6. Éthique, Paris, Éditions du Seuil, 271 p.

NILLÈS Jean-Jacques, 2005, “La méthode des scénarios : une méthode qualitative innovante pour le marketing.”, Décisions marketing, n° 37, 9 p. disponible sur : http://www.editions-ems.fr/revues/decisions-marketing/articlerevue/205-la-methode-des-scenarios-une-methode-qualitative-innovante-pour-le-marketing.html

PAILLIART Isabelle, SCHIELE Bernard, JACOBI Daniel, LE MAREC Joëlle, 2005, La publicisation de la science : Exposer, communiquer, débattre, publier, vulgariser, Grenoble, éd. PUG, 206 p.

PAYET Jean-Paul, PURENNE Anaïk (dir.), 2016, Tous égaux ! Les institutions à l’ère de la symétrie, L’Harmattan, 284 p.

PILLON Thierry, 2018, “Les couleurs d’ambiance”, Communication, n° 102, vol. 1, disponible sur : https://www.cairn.info/revue-communications-2018-1-page-199.htm

POITOU Jean-Pierre, 1999, “Ce que ‘savoir s’y prendre’ veut dire : ou du dialogue homme/machine”, Hermès, n° 25, pp. 49-55.

RÉQUILLART Dominique, 2001, “‘Savoir plus risquer moins’ de la communication publique comme enjeu stratégique”, Communication et organisation [En ligne], n° 20, 12 p., consulté le consulté le 30 septembre 2016, disponible sur : http://communicationorganisation.revues.org/2568

RICŒUR Paul, 1990, Ethique et morale “Soi-même comme un autre”, Le Seuil, Paris, 423 p.

RIVA Christine et SPINOSA Jean-Pierre., 2010, La piqûre de trop ? Pourquoi vaccine-t-on les jeunes filles contre le cancer du col de l’utérus ?, Suisse, éd. Xénia, 244 p.

ROMEYER Hélène, 2010, La santé dans l’espace publique, Presse de l’école des hautes études en santé publique, 214 p., pp. 5-14

ROMEYER Hélène, 2012, “La santé en ligne”, Communication, vol. 30, 25 p., consulté le 8 décembre 2018, disponible sur : https://journals.openedition.org/communication/2915

VERGER Pierre, COLLANGE Fanny, FRESSARD Lisa, 2015, “Vaccinations : attitudes et pratiques des médecins généralistes”, Études et résultats, n° 910, 8 p. disponible sur : http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er910.pdf

WEBER Max, 1921/2003, Economie et société, Paris, édition Nouvelle, 410 p.

WEBER Max, 1959/1963, Le savant et la politique, Trad. de l’allemand par Freund. J., Paris, Édition 10/18, 222 p.

WORLD HEALTH ORGANIZATION, 2014, “Report of the sage working group on vaccine hesitancy”, 64 p.

ZEMOR Pierre, 1995, Que sais-je ? La communication publique, Paris, Presse Universitaire de France, 125 p.

Haut de page

Notes

1 La prévention consiste à éviter l'apparition, le développement ou l'aggravation de maladies ou d'incapacités ; Sont classiquement distinguées la prévention primaire qui agit en amont de la maladie (ex : vaccination et action sur les facteurs de risque), la prévention secondaire qui agit à un stade précoce de son évolution (dépistages), et la prévention tertiaire qui agit sur les complications et les risques de récidive (Source : https://www.has-sante.fr/jcms/c_410178/fr/prevention).

2 Au sens « de devenir expert » selon Jean-Yves Trépos (1996).

3 https://professionnels.vaccination-info-service.fr/Aspects-sociologiques/Controverses/Maladies-auto-immunes

4 https://www.mesvaccins.net/web/vaccines/523-gardasil-9

5 L’âge moyen d’obtention d’une licence est de 21 ans sans jamais avoir redoublé ou été réorienté. (source : http://www.letudiant.fr/etudes/fac/valerie-pecresse-lance-son-plan-anti-echec-a-la-fac/universite-pourquoi-tant-dechecs-19057.html)

6 https://www.insee.fr/fr/statistiques/1913143 ?sommaire =1912926

7 http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2016/31/4/Note_Flash-numero6-mai2016_581314.pdf

8 C’est-à-dire que nous avons une marge d’erreur à 2,91 % (pour un niveau de confiance à 95 %), avec un retour de 1137 répondants sur une population de 1 614 900 d’étudiants âgés de 18 à 21 ans vaccinables contre HPV.

9 Puisqu’à la suite de notre analyse de corpus, il s’est avéré que sur l’ensemble des modalités d’usages discursifs testées au sein de ces scénarios, ce sont celles relatives à la dimension « esthétique » du discours qui nous intéressent particulièrement (sur un ensemble de cinq dimensions sériées : « sémantique » ; « psychosociologique » ; « sources d’hésitation » ; « éthique » ; et « esthétique »).

10 Notons à ce sujet, que nous avons caractérisé leur modèle communicationnel à partir d’un corpus essentiellement composé de communications online (300/398).

11 Au sein de notre corpus d’étude, la modalité de la dimension Éthique pour le journaliste spécialiste est en dissonance avec celle attendue par son modèle discursif, qui voudrait qu’elle soit plus « réflexive » que « normative ». Aussi, nous avons redressé ce résultat dans le Tableau de composition des scénarios de discours, pour conserver un scénario canonique représentatif de cet acteur, c’est-à-dire avec une éthique de la discussion « réflexive ». Car, d’une part, la faible présence de communications vulgarisées (n = 29) au sein de notre corpus (n = 398) représente une première limite, et ensuite, sur les 17 communications normatives, 3 possèdent une éthique « complexe » (c’est-à-dire, dans un premier temps « réflexive » et dans un second temps « normative ») et viennent alors atténuer ce résultat de 5 % (soit, 48 %).

12 Au sein de notre corpus d’étude, la modalité de la dimension Positionnement pour le journaliste généraliste est en dissonance avec celle attendue par son modèle discursif, qui voudrait qu’elle soit plus « contre » que « hésitant ». Aussi, nous avons redressé ce résultat dans le Tableau de composition des scénarios de discours, pour conserver un scénario canonique représentatif de cet acteur, c’est-à-dire avec un positionnement vaccinal « contre ». Car, pour Madeleine Ferrières (2002 : 433) le rôle de la presse est celui – dans une certaine mesure comparable à notre situation où elle adopte massivement un positionnement hésitant vis-à-vis de la vaccination – de servir "relais et caisse de résonance [au discours anxiogènes des acteurs anti-vaccin] qui vont tout à la fois les [les peurs] amplifier et les généraliser" et donc produire les mêmes effets de sens que les acteurs franchement positionnés « contre ».

13 Au sein de notre corpus d’étude, la modalité des dimensions Information et Esthétique pour le médecin sont en dissonance avec celles attendues par son modèle discursif, qui voudrait que les informations soient plutôt de type « scientifique ou vulgarisé » et qu’il ne fasse pas usage d’un lexique « iconographique ». Car, la manière qu’a le médecin de communiquer publiquement sur la vaccination dans les médias n’est pas celle qu’il déploie lors d’un entretien privé avec son patient dans l’intimité du cabinet médical. Aussi, nous avons redressé ce résultat dans le Tableau de composition des scénarios de discours, pour conserver un scénario canonique représentatif de cet acteur, c’est-à-dire un scénario avec un discours aux informations scientifiques (Drouot, 2018b : 405) et un lexique textuel qui transpose l’oralité de l’entretien médicale.

14 En l’occurrence, la reliance d’opinions sur le vaccin anti-HPV, dans une visée éthique de « la vie bonne, avec et pour les autres » selon Paul Ricœur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 - « Extrait du questionnaire MDS sur le vaccin anti-HPV, exemple de mise en situation pour l’acteur médiatique associatif (les scénarios C et D ne sont pas présentés) »
Crédits Source : Drouot, 2018b
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/8324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Illustration n° 3 : « Taux d’adhésion des étudiants de la cohorte i-Share aux différents scénarios de discours des acteurs médiatiques s’exprimant online sur le vaccin anti-HPV »
Crédits Source : Drouot, 2018b
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/8324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Illustration n° 4 - « Extrait du questionnaire MDS sur le vaccin anti-HPV : les deux scénarios « vulgarisés » de l’institutionnel et du journaliste spécialiste »
Crédits Source : Drouot, 2018b
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/8324/img-3.png
Fichier image/png, 546k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Drouot, « Le discours du journaliste spécialisé en santé, un modèle favorable à une réception « positive » de l’information sur le vaccin anti-HPV »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/8324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.8324

Haut de page

Auteur

Cyril Drouot

Cyril Drouot est docteur en sciences de l’information et de la communication, membre de l’URE Transitions, il est chargé d’enseignement en communication des organisations et communication en santé publique à l’Université Nice Sophia Antipolis, membre de l’Université Côte d’Azur. Courriel : Cyril.drouot(at)univ-cotedazur.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals