Navigation – Plan du site
Lectures de textes poétiques / Modellanalysen zur Lyrik

La poésie à l’épreuve de l’histoire

Le poème Abschwur (1919) de René Schickele
Lyrik und Geschichte: das Gedicht Abschwur von René Schickele
Poetry and History: René Schickele´s poem Abschwur
Maryse Staiber
p. 163-170

Résumés

Durant les années où René Schickele dirige la revue pacifiste Die Weißen Blätter, la période de la Première Guerre mondiale, nous constatons un net recul de la production littéraire de l’auteur alsacien. Néanmoins, Schickele publie dans Die Weißen Blätter deux cycles de poèmes, Gebete (1916) et Zeitsprüche (1918-1919). Cette contribution se propose de revenir sur le deuxième cycle, sa structure et fonction poétiques, notamment le célèbre poème pacifiste Abschwur qui nous apparaît comme l’un des moments forts du lyrisme expressionniste. Il s’agit aussi de questionner l’écriture poétique à l’épreuve de la guerre, ses difficultés et sa signification.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour s’informer sur René Schickele et le contexte historique et culturel, cf. Adrien Finck/ Maryse (...)
  • 2 Pour une présentation de l’historique de Die Weißen Blätter et une contextualisation plus large, no (...)
  • 3 Maurice Godé : « René Schickeles historische Bedeutung als Leiter der Weißen Blätter ». In : Adrien (...)
  • 4 Pour une présentation de ces deux cycles de poèmes, cf. Staiber : L’Œuvre poétique de René Schickel (...)

1Pour situer le poème Abschwur (1919), rappelons que c’est à partir de janvier 1915 que René Schickele dirige la revue Die Weißen Blätter1. Depuis septembre 1915, l’auteur alsacien (né à Obernai en 1883 et décédé à Vence en 1940) a émigré en Suisse, également lieu de publication de Die Weißen Blätter à partir d’avril 19162. Sous la direction de Schickele, la revue devient un organe majeur du pacifisme international ; la critique littéraire a bien mis en évidence le « rôle historique » joué par René Schickele3. Dans un contexte historique éprouvant, marqué par des journées de travail harassant, la création littéraire, notamment poétique, est non seulement en recul mais aussi en crise. Le lyrisme de l’auteur se réduit à cette époque essentiellement à deux cycles : Gebete et Zeitsprüche4. Face à la violence meurtrière de la Première Guerre mondiale, la livraison de décembre 1918 publie un étrange mea culpa public, tout en évoquant la foi en un avenir meilleur, grâce à une prise de conscience de chaque individu :

  • 5 René Schickele : « Ein Geheimnis zum Ausplaudern », texte repris dans le recueil d’essais Die Genfe (...)

Wir sind, diesem Krieg gegenüber, alle Verbrecher. Richtiger: er hat unser Verbrechertum ans Licht gebracht. Nur dadurch unterscheiden wir uns von andern, daß sie als die fanatisierten Rechtsanwälte ihres Irrtums leben und sterben, indes wir unsere Schuld unumwunden und bedingungslos zugeben. Und wir wollen leben, um besser zu leben als vordem. So stark ist unser Glaube, daß wir jede Freundschaft, jede Liebe und alle Tage beginnen, als seien sie die ersten.5

2C’est précisément autour du problème de la violence, de la nécessité de reconnaître et d’assumer sa responsabilité, pour ensuite renoncer à tout acte de violence que gravite le débat au cœur du poème auquel nous consacrons cette lecture.

  • 6 Kurt Pinthus (Hg.) : Menschheitsdämmerung. Ein Dokument des Expressionismus. Première édition : Ham (...)
  • 7 Ibid., p. 308. Notons que la p. 309 reproduit le dessin du portrait de René Schickele par Ludwig Me (...)
  • 8 Adrien Finck : Introduction à l’œuvre de René Schickele. Strasbourg 1982, p. 74 sq. Cette interprét (...)

3Abschwur a paru pour la première fois dans le numéro de juin 1919 de la revue Die Weißen Blätter et a été retenu dans la célèbre anthologie « historique » de l’expressionnisme, Menschheitsdämmerung, éditée par Kurt Pinthus6. Tout comme le poème Pfingsten7, ce poème figure dans la dernière rubrique portant le titre significatif « Liebe den Menschen ». Nous y voyons, sur le plan thématique, un credo pacifiste et humaniste, mais aussi, sur le plan de l’écriture poétique, « le chef d’œuvre du poète lyrique et l’un des temps forts du lyrisme expressionniste », une « musique du 9 novembre », pour citer Adrien Finck8. Après une longue phase de crise et de doute où le poète risquait de faire naufrage, René Schickele « renaît » en poésie et risque l’ultime affirmation de son idéal.

René Schickele : Abschwur
 
Ich schwöre ab
Jegliche Gewalt,
Jedweden Zwang,
Und selbst den Zwang
Zu andern gut zu sein.

Ich weiß:
Ich zwänge nur den Zwang.
Ich weiß:
Das Schwert ist stärker,
Als das Herz,
Der Schlag dringt tiefer,
Als die Hand,
Gewalt regiert,
Was gut begann,
Zum Bösen.
 
Wie ich die Welt will,
Muß ich selber erst
Und ganz und ohne Schwere werden.
Ein klares Wasser
Und die reinste Hand
Zu Gruß und Hilfe dargeboten.
 
Stern am Abend prüft den Tag,
Nacht wiegt mütterlich den Tag.
Stern am Morgen dankt der Nacht.
Tag strahlt.
Tag um Tag
Sucht Strahl um Strahl,
Strahl an Strahl
Wird Licht,
Ein helles Wasser strebt zum andern,
Weithin verzweigte Hände
Schaffen still den Bund.

4Sur le plan de la forme poétique, René Schickele retrouve les rythmes libres (freie Rhythmen) qui s’inscrivent dans une longue et prestigieuse tradition de la littérature allemande : il s’agit de l’héritage du lyrisme hymnique qui peut notamment se référer à Friedrich Hölderlin. Remarquons d’emblée la densité des vers, caractérisée par un rythme insistant, comme martelé. Par ailleurs, nous pouvons relever le nombre important d’allitérations et d’assonances, d’anaphores et de répétitions qui donnent à ce poème une forte musicalité. S’ajoutent les associations libres de mots, d’images et de métaphores, rappelant par certains aspects la forme de l’épigramme propre aux sentences des Zeitsprüche, mais ici sans recours aux procédés ironiques et satiriques : après le risque d’un tarissement de l’inspiration lyrique, le souffle poétique ressurgit et se déploie librement. Le tempo va crescendo, le mouvement final précipite le rythme, accumule les visions sur un mode extatique et illustre un expressionnisme que nous qualifierons de flamboyant. Ce qualificatif est employé au sens positif du terme puisque le poème ne tombe pas dans les excès d’un pathos « O Mensch! ».

5Pour approfondir la lecture du poème, nous accompagnerons le mouvement du texte qui se poursuit sur trois strophes de longueur inégale. Le titre programmatique Abschwur est très significatif : le choix lexical relève du haut langage, plus précisément du domaine religieux. « Abschwur », abjuration, est une formulation solennelle qui situe d’emblée cette écriture poétique sur un plan élevé, spirituel, au sens le plus large du terme.

  • 9 Finck : Introduction à l’œuvre de René Schickele, p. 75.

6La première strophe (qui comporte 15 vers) s’ouvre sur la reprise de la formule gravitant autour de « l’abjuration » et la précise en recourant à la forme verbale à la première personne : « Ich schwöre ab » (premier vers). Le processus de « l’abjuration » se présente comme mise en scène d’un « je » qui affirme renoncer solennellement à ses prises de position antérieures, à un message qu’il professait auparavant. Quelle avait été alors la nature de cette profession de foi pour que le poète affirme à présent s’en détourner résolument ? Celle de la violence. Nous y voyons un renforcement appuyé, une dramatisation expressive qui met en évidence une conversion, une metanoia : la volonté de témoignage est évidente. Sans courir le risque d’une approche trop biographique, nous pouvons y voir une très grande proximité entre les paroles énoncées par le moi lyrique du poème et celles de l’auteur. Se pose alors une question : Schickele aurait-il, à un moment ou un autre, prôné lui-même la violence ? Notre étude de l’œuvre de René Schickele montre que l’auteur y exprime une hyperesthésie morale, un sens aigu de la responsabilité qui culmine dans un sentiment de culpabilité. Rétrospectivement, l’auteur interprète les ambiguïtés de son discours au tout début de la Première Guerre mondiale, notamment sa volonté obstinée pour trouver un sens à la guerre, comme une grave erreur qui comportait un risque de confusion avec une justification de la violence prenant la forme d’un vitalisme esthétique ambivalent. Ce moment d’une prise de conscience et d’une forte autocritique est remarquable. Davantage que l’historien ou le critique littéraire ne pourrait le faire, c’est le poète lui-même qui s’accuse et revendique, avec une volonté affirmée, sa part de responsabilité. Le poème procède alors suivant une démarche dialectique, comme il ressort des vers suivants : l’écriture poétique se double d’une démarche éthique pour exprimer la nécessité d’« abjurer/ Toute violence/ Toute contrainte » (vers 2-3). Ce processus culmine, en une sorte de superlatif absolu, avec cette exigence d’abjurer même « la contrainte/ d’être bon envers les autres » (vers 4-5). Loin d’un maniérisme, qui serait le signe d’une écriture apprêtée et excessive, il s’agit de renoncer à la contrainte comme moyen pour réaliser une fin qui serait bonne. Dans le contexte révolutionnaire des années 1918-1919, cela signifie clairement « refus de la révolution violente comme moyen d’instaurer une société meilleure, refus de la dictature du prolétariat, de la méthode bolchévique »9. Nous y retrouvons le cheminement intellectuel du directeur de la revue Die Weißen Blätter. En novembre 1916, dans son essai Die Pflicht zur Demokratie, Schickele évoque encore l’idée qu’un « mauvais moyen » soit éventuellement envisageable pour faire advenir une société démocratique plus juste : autrement dit, il formule l’espoir que la violence de la guerre et de la révolution puisse fonder « un avenir meilleur ».

  • 10 Schickele : Werke in drei Bänden. Bd. 3, p. 984.

Zwar kann der beste Zweck ein schlechtes Mittel nicht gut machen. Aber es ist nicht gesagt, daß ein schlechtes Mittel dem guten Zweck nicht zugute komme. In diesem Sinn könnte ein Krieg, diese aufgeklärte Teufelssaat, sich am schrecklichsten Abend mit dem Regenbogen der Botschaft überziehen, die eine neue, bessere Zukunft verbürgt, kann die Revolution, dieser böse Ausbruch der gerechten Ungeduld, eines der Tore zerschlagen, hinter denen das Böse mit großer Wissenschaft verwaltet wird.10

  • 11 Ibid., p. 459 sq.

L’étude de l’ensemble de l’œuvre poétique de René Schickele a montré que certains poèmes de l’époque de la guerre n’étaient pas sans moduler cette utopie. La présente autocritique est d’autant plus forte : elle s’explique par la réception de la révolution de novembre 1918 et la réflexion critique que Schickele propose à cet égard dans l’essai majeur Revolution, Bolschewismus und das Ideal11 où l’auteur alsacien démasque « la dictature du prolétariat ». Dans ce contexte, il est intéressant de remarquer que le philosophe et historien marxiste Georg Lukács cite quelques vers du poème Abschwur pour condamner l’expressionnisme qui refuse toute violence, c’est-à-dire aussi la « violence des opprimés », celle du « prolétariat révolutionnaire ».

  • 12 Georg Lukács : Größe und Verfall des Expressionismus. In : Ders. : Essays über Realismus. Bd. IV. N (...)

Die abstrakt idealistische Fassung des starren Gegensatzes « Mensch » und « Gewalt » (Staat, Krieg und Kapitalismus) kommt überall zu klarem Ausdruck. « Gewalt kämpft heute gegen Geistiges », formuliert Ludwig Rubiner […] und zeigt in seinem Drama Die Gewaltlosen sehr anschaulich alle Folgen dieser Auffassung « Gewalt »: dem « Toten », dem « Seelenlosen » kann und darf keine Gewalt, die der Unterdrückten, gegenübergestellt werden; das würde ja nur, mit veränderten Vorzeichen, den alten Zustand wiederherstellen.
 
So predigt Karl Otten den Arbeitslosen:
Ihn wollt und werdet ihr errichten,
Den gleichen Gott mit Zeitung, Zahl und Kriegen,
Der jetzt die Menschheit quält mit blutigen Gesichten,
Gemetzel, Brand, mit Börse, Orden, Siegen. […]
 
Noch klarer drückt denselben Gedanken René Schickele aus:
Ich schwöre ab
Jegliche Gewalt,
Jedweden Zwang,
Und selbst den Zwang
Zu andern gut zu sein.
Ich weiß: […]
 
Gewalt regiert,
Was gut begann,
Zum Bösen. […]
 
All dies ist bei den expressionistischen Dichtern sehr « radikal » gemeint. Ja, sie meinen, gerade dadurch « radikaler », « revolutionärer » zu sein als die revolutionären Arbeiter, die der Gewalt des imperialistischen Kapitalismus die Gewalt des revolutionären Proletariats gegenüberstellen. Sie bemerken nicht einmal, daß sie gerade durch diese abstrakte – ach so kompromißlose! – Gegenüberstellung eben dort anlangen, wohin sie die Klasseninteressen der Bourgeoisie in der sich zuspitzenden revolutionären Lage wünschen.12

Le clivage entre la position marxiste de Lukács et celle de Schickele est essentiel.

7La suite de la première strophe du poème Abschwur présente une série de variations sur la thématique de la violence. Le moi lyrique qui s’expose dans ce texte ne se fait aucune illusion sur la nature du rapport de forces : avec insistance, les vers 8-15 énoncent la dure réalité du rapport entre « la violence », « l’épée », « le coup » (« Gewalt », « das Schwert ist stärker », « Der Schlag dringt tiefer ») d’une part et le « cœur » (« das Herz ») d’autre part. C’est toujours le complexe de la violence et le mal qui l’emportent (vers 13-15). Le problème mis en évidence est alors celui de la perversion du bien par l’usage et l’effet de la violence.

  • 13 Gustav Landauer cité par Godé : Les théories utopiques dans les revues expressionnistes allemandes, (...)

8Face à ce dilemme, se pose alors la question d’une transformation possible de la société. C’est la deuxième strophe qui apporte une réponse dans le sens d’une conversion, d’une metanoia. Cette idée apparaît déjà clairement dans un autre poème majeur de René Schickele, Pfingsten, mais aussi plus largement dans le contexte de la revue Die Weißen Blätter, comme l’a pu montrer Maurice Godé qui a relevé l’importance du socialiste Gustav Landauer, avec sa proclamation de la primauté d’une conversion intérieure sur la révolution extérieure, de nature politique, pour faire advenir une communauté fraternelle des hommes13. Mûri et transformé par l’épreuve de l’histoire, René Schickele exprime clairement cet idéal d’une révolution intérieure : chaque individu doit réaliser ce processus de transformation au fond de lui-même. Comme l’expriment les images et métaphores du poème, il s’agit d’un appel d’ordre éthique, d’une haute exigence qui nécessite la clarification des instincts, l’allègement et le cheminement vers une clarté transparente : « sans pesanteur » (« ohne Schwere werden », vers 18), « une eau pure » (« Ein klares Wasser », vers 19), « la main la plus pure » (« die reinste Hand », vers 20). Mais comment susciter cette prise de conscience, comment réaliser ce processus ? Le poème Abschwur répond non pas sur un plan généralisant, abstrait, théorique, mais par l’exemple qui peut servir de modèle : il propose un témoignage poignant à la première personne qui adresse cet impératif moral à lui-même, et non aux autres pour les contraindre. Il s’agit de donner l’exemple, d’assumer pleinement sa responsabilité, d’initier le cheminement transformateur, en éduquant par l’exemple.

  • 14 « L’utopie de la communauté » est le titre de la troisième partie de la thèse d’État de Maurice God (...)

9La troisième strophe présente le mouvement final dans un crescendo qui culmine dans une vision poétique de la communauté fraternelle des hommes, ou, pour reprendre la formulation de Maurice Godé, « l’utopie de la communauté »14. L’écriture poétique s’intensifie toujours davantage et renouvelle les métaphores de la lumière, du jour et de la nuit. En effet, le symbolisme traditionnel de la nuit et du jour s’inscrit ici dans le devenir naturel auquel le poète associe l’exigence éthique. Par l’anthropomorphisation de « l’étoile du soir » (« Stern am Abend », vers 22) et de « l’étoile du matin » (« Stern am Morgen », vers 24), l’univers cosmique et la terre des hommes sont rassemblés. Nous interprétons « l’étoile du soir » comme une représentation poétique de la raison, de la lucidité qui scrute la justesse du jour (« Stern am Morgen prüft den Tag », vers 24), en tant que symbole de l’avènement d’une époque nouvelle qui doit d’abord être mise à l’épreuve pour exister. Cette métaphore est complétée par le symbole de la nuit qui, d’un geste maternel, « berce le jour » (« Nacht wiegt mütterlich den Tag », vers 23) : après l’évocation de la présence indispensable de la raison, ici associée au jour, à la lumière, apparaît l’image des profondeurs de la nuit, du fond émotionnel, irrationnel. La présence double de ces deux univers, diurne et nocturne, est nécessaire pour qu’un équilibre puisse exister, un équilibre entre la pensée critique et lucide d’une part, et l’attente et l’accueil émotionnels d’autre part. C’est ainsi que « l’étoile du matin », signe de cette époque nouvelle, « rend grâce à la nuit » dont elle surgit (« Stern am Morgen dankt der Nacht », vers 24). Le mouvement final aboutit à une vision extatique qui fait apparaître le jour promis, avec ses images de lumière, de rayonnement (« Strahl », « Licht »), de « l’eau claire » (« ein helles Wassser », vers 30) et des mains unies dans une symphonie réunissant fraternellement les éléments naturels, cosmiques et les hommes (vers 31-32). Cette dynamique, portée par une écriture poétique intense, esquisse l’utopie expressionniste d’une communauté fraternelle, non violente, jusqu’au dernier mot du poème qui exprime un pathos contenu, tout intérieur, bien éloigné d’une exclamation démonstrative : l’image de « l’alliance » (« Bund », vers 32), signe de l’engagement mutuel des hommes, est associée, dans le vers final, au silence (« still », vers 32). Notons aussi que, dans la troisième strophe, les vers sont de plus en plus courts, souvent elliptiques et nominaux, pour ensuite s’apaiser dans le vers final dont le rythme correspond à un vers trochaïque à trois pieds.

10Abschwur est un véritable testament poétique de René Schickele, d’autant plus qu’il s’agit du dernier poème majeur de l’auteur. Rappelons que Kurt Pinthus le publie, avec Pfingsten, dans le mouvement final de l’anthologie Menschheitsdämmerung. Quant à Schickele lui-même, il le place en exergue à sa pièce Am Glockenturm (1920) et en fait le prologue de la nouvelle version de la pièce de théâtre pacifiste Hans im Schnakenloch (1927). Rétrospectivement, Abschwur sonne aussi comme un départ : dès l’automne 1932, René Schickele quittera l’Allemagne pour ne plus y revenir. En 1937, lors de son exil en Provence, il joint le poème Abschwur à une lettre adressée à Thomas Mann, en tant que document prouvant leur attitude commune et signe probant de la permanence d’un idéal, face à la violence de la barbarie nazie :

  • 15 Jahre des Unmuts. Thomas Manns Briefwechsel mit René Schickele 1930-1940. Hrsg. von Hans Wysing und (...)

Da ist ein Gedicht von mir, im Jahre 1919 erschienen, es kam (mit welchem Erfolg?) in die deutschen Schulbücher. Ich lege diese Verse bei und hoffe, Sie empfinden es nicht als Unbescheidenheit, wenn ich den Wunsch ausspreche, wir möchten uns beide trotz allem daran halten.15

Haut de page

Notes

1 Pour s’informer sur René Schickele et le contexte historique et culturel, cf. Adrien Finck/ Maryse Staiber : Histoire de la littérature européenne d’Alsace [xxE siècle]. Strasbourg 2004, p. 38-43.

2 Pour une présentation de l’historique de Die Weißen Blätter et une contextualisation plus large, nous renvoyons à l’étude de Maurice Godé : Les théories utopiques dans les revues expressionnistes allemandes : « Der Sturm », « Die Aktion », « Die Weißen Blätter ». Troisième partie : « Die Weißen Blätter ou l’utopie de la communauté ». Thèse pour le doctorat d’État. Aix-en-Provence 1986. En langue allemande, on se reportera à Julie Meyer : Vom elsässischen Kunstfrühling zur utopischen Civitas hominum. Jugendstil und Expressionismus bei René Schickele (1900-1920). München 1981. Cf. aussi Maryse Staiber : L’Œuvre poétique de René Schickele. Contribution à l’étude du lyrisme à l’époque du « Jugendstil » et de l’expressionnisme. Strasbourg 1998, notamment p. 267 sq.

3 Maurice Godé : « René Schickeles historische Bedeutung als Leiter der Weißen Blätter ». In : Adrien Finck/ Alexander Ritter/ Maryse Staiber (éd.) : René Schickele aus neuer Sicht. Beiträge zur deutsch-französischen Kultur. Hildesheim 1991.

4 Pour une présentation de ces deux cycles de poèmes, cf. Staiber : L’Œuvre poétique de René Schickele, p. 278-299.

5 René Schickele : « Ein Geheimnis zum Ausplaudern », texte repris dans le recueil d’essais Die Genfer Reise. In : René Schickele : Werke in drei Bänden. Hrsg. von Hermann Kesten unter Mitarbeit von Anna Schickele. Köln/Berlin 1959, ici Werke, Bd. 3, p. 430.

6 Kurt Pinthus (Hg.) : Menschheitsdämmerung. Ein Dokument des Expressionismus. Première édition : Hamburg 1920. Cette anthologie a connu de nombreuses rééditions. 37e édition : janvier 2016, p. 311.

7 Ibid., p. 308. Notons que la p. 309 reproduit le dessin du portrait de René Schickele par Ludwig Meidner.

8 Adrien Finck : Introduction à l’œuvre de René Schickele. Strasbourg 1982, p. 74 sq. Cette interprétation synthétique est la première valorisation du poème, sous le signe de la redécouverte de René Schickele par la critique littéraire. Notre lecture précise de nombreux aspects.

9 Finck : Introduction à l’œuvre de René Schickele, p. 75.

10 Schickele : Werke in drei Bänden. Bd. 3, p. 984.

11 Ibid., p. 459 sq.

12 Georg Lukács : Größe und Verfall des Expressionismus. In : Ders. : Essays über Realismus. Bd. IV. Neuwied/ Berlin 1971, p. 133 sq.

13 Gustav Landauer cité par Godé : Les théories utopiques dans les revues expressionnistes allemandes, p. 541 : « In euch sitzt es, es ist nicht draußen ; ihr selbst seid es ; die Menschen sollten nicht durch Herrschaft gebunden sein, sondern als Brüder verbunden. Ohne Herrschaft, An-archie. »

14 « L’utopie de la communauté » est le titre de la troisième partie de la thèse d’État de Maurice Godé consacrée à l’étude de la revue Die Weißen Blätter. Cf. note 2.

15 Jahre des Unmuts. Thomas Manns Briefwechsel mit René Schickele 1930-1940. Hrsg. von Hans Wysing und Cornelia Bernini. Thomas-Mann-Studien, Bd. X, Frankfurt am Main 1992, p. 112. Précisons qu’en 1937, René Schickele se situait du côté d’un pacifisme relatif, acceptant la violence pour combattre la violence nazie. Pour plus de détails, nous renvoyons à notre thèse L’« exil » de René Schickele (1932-1940). Strasbourg 1989, p. 278 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Staiber, « La poésie à l’épreuve de l’histoire », Recherches germaniques, HS 14 | 2019, 163-170.

Référence électronique

Maryse Staiber, « La poésie à l’épreuve de l’histoire », Recherches germaniques [En ligne], HS 14 | 2019, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rg/1420 ; DOI : 10.4000/rg.1420

Haut de page

Auteur

Maryse Staiber

Professeure des universités
Université de Strasbourg
Département d´études allemandes
m.staiber[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals