Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHS 9Réévaluer l’œuvre de Jung ?

Réévaluer l’œuvre de Jung ?

Christine Maillard et Véronique Liard
p. 01-06

Dédicace

Ce volume est dédié à la mémoire de Claude Maillard (1928-2013), qui a contribué par son œuvre de traducteur à la diffusion de la pensée jungienne en langue française.

Texte intégral

  • 1 Cf. A. Lietti : « Docteur Jung et Mister Carl ». Le Temps, 24 septembre 2011.

1Du 10 au 12 mai 2012, la Maison des Sciences de l’Homme-Alsace (MISHA), institution de recherche placée sous l’égide de l’Université de Strasbourg et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), organisait une rencontre consacrée à la pensée et à l’œuvre du psychologue et théoricien de la culture Carl Gustav Jung (1875-1961). Ce colloque, dont les Actes publient ici plusieurs contributions, s’inscrivait dans l’un des objectifs majeurs de la Maison des Sciences de l’Homme-Alsace, qui est de promouvoir des recherches interdisciplinaires dans un cadre international, en faisant dialoguer entre elles les diverses branches des sciences de l’Homme, mais également en suscitant des interrogations qui peuvent être partagées par celles-ci et par les sciences de la nature ou se situer aux confins de ces domaines. Le colloque avait ainsi pu réunir des psychologues et psychanalystes, des philosophes, des historiens des sciences et des germanistes spécialistes d’histoire des idées et de la culture, autour de la pensée et de l’œuvre de celui qui a été appelé récemment, dans un grand quotidien genevois, « le Suisse le plus célèbre à l’étranger »1.

  • 2 Il y a bien entendu des exceptions notables, parmi lesquelles les travaux de Paul Bishop, Martin Li (...)
  • 3 Gilbert Durand : Science de l’Homme et Tradition. Le nouvel esprit anthropologique. Paris : 19751. (...)
  • 4 Ce courant est représenté en France par Antoine Faivre et Jean-Pierre Brach à l’Ecole pratique des (...)

2Dans une perspective d’innovation, les Maisons des Sciences de l’Homme ont également vocation à susciter des travaux susceptibles de renouveler les objets de recherche et les approches. C’est en ce sens que nous avons souhaité œuvrer en organisant ce colloque : la pensée de Jung a été jusqu’ici peu considérée comme objet d’étude dans le monde académique européen, et ce pour diverses raisons, qu’il ne nous appartient pas d’élucider ici2. Si, au sein de l’Université française, cette œuvre semble restée largement en retrait dans les Facultés de psychologie, elle est présente, même de manière marginale, dans d’autres champs disciplinaires, par une tradition d’ouverture à l’approche jungienne des faits culturels, que l’on trouve par exemple dans les études germaniques françaises ou encore dans le champ de la philosophie, par exemple avec les recherches initiées dès les années 1970 par Gilbert Durand sur le mythe et sa présence dans la culture3, et enfin dans l’institutionnalisation des études sur l’ésotérisme, courant de recherche auquel les organisatrices de ce colloque revendiquent leur appartenance4.

  • 5 Sur la relation de Jung à la physique moderne, cf. Arthur I. Miller : Deciphering the Cosmic number(...)

3La dissension de Jung avec Freud, suivie de la rupture consommée en 1913, si elle possède une importance historique, est pourtant insuffisante à rendre compte de l’ampleur des questionnements soulevés par l’œuvre du psychologue suisse, qui continue de se construire jusqu’à sa mort en 1961. Par-delà la psychologie de l’individu, cette œuvre fait une place essentielle à la psychologie de la religion, à l’herméneutique de la culture et aux réflexions sur les problèmes des sociétés européennes du xxe siècle. Rappelons qu’elle s’est également élaborée dans le dialogue avec les paradigmes successifs de la science de son temps, du monisme des dernières décennies du xixe siècle à la révolution quantique des années vingt et trente du xxe siècle5.

  • 6 C. G. Jung : Das Rote Buch. Liber Novus. Hrsg. v. Sonu Shamdasani. Düsseldorf : Patmos 2009 ; C. G. (...)
  • 7 C. G. Jung : Le Livre Rouge. Liber Novus. Ed. par Sonu Shamdasani ; trad. fr. par Christine Maillar (...)
  • 8 Parmi les premières recherches parues sur ce texte : Wolfgang Giegerich : « Liber Novus, that is, T (...)

4La pensée de Jung connaît un regain d’intérêt depuis la publication, en 2009, dans l’original allemand et en traduction anglaise, du Livre Rouge, ensemble de textes inédits composés à l’aube de la Première Guerre mondiale jusqu’à la fin des années 19206, assortis d’une riche iconographie, traduit également en japonais, tchèque, roumain, italien, espagnol, portugais, et enfin en français en 20117. Cet événement éditorial, capital, a eu pour effet de replacer l’œuvre du psychologue zurichois au centre des débats, tout au moins au sein de la communauté jungienne elle-même. Formulant en langage symbolique un ensemble de conceptions qui seront développées ensuite dans son œuvre théorique, il marque une étape dans la connaissance que nous avons de Jung8.

  • 9 Cf. Christine Maillard : « C. G. Jung ». In : Jean-Pierre Brach/ Antoine Faivre/ Wouter J. Hanegraa (...)
  • 10 Cf. Christine Maillard (dir.) : Arts, sciences et psychologie (cf. note 8).

5Avec les matériaux mis au jour par la publication du Livre Rouge, le temps est venu de reconsidérer les apports de l’œuvre de Jung à la réflexion sur la culture européenne, sur l’art contemporain, sur le dialogue des cultures et des religions, ou encore à la compréhension des courants marginaux de l’histoire de la pensée européenne tels qu’ils s’expriment dans le vaste champ de l’ésotérisme qui lui est si familier9. Les textes et images du Livre Rouge intéressent non seulement le psychologue, mais également l’historien des idées, le spécialiste des littératures et des arts. Rappelons au demeurant que l’histoire de la traduction française du Livre Rouge est liée à la Maison des Sciences de l’Homme-Alsace, où les traducteurs se sont réunis à plusieurs reprises et où fut organisée une première journée d’étude, le 22 octobre 2010, consacrée à cette œuvre singulière du psychologue10.

  • 11 Parmi les travaux anglo-saxons proposant un point sur les perspectives apportées par l'oeuvre de Ju (...)

6C’est dans la suite de ces réflexions qu’a été conçu le colloque de 2012, autour de l’idée d’une « réévaluation » de l’œuvre de Jung et de ses apports à la postérité11. Ce terme de « réévaluation », dont nous n’ignorons pas les aspects problématiques, doit s’entendre ici dans deux sens complémentaires : il s’agit d’une part de reconsidérer un certain nombre des conditions de production de cette œuvre, en mettant au jour, plus que cela n’a été pris en considération jusqu’ici, ses relations à divers auteurs ou courants contemporains de sa production ; mais également de contribuer à conférer à cette œuvre la pleine « valeur » qui est la sienne, en s’efforçant de démasquer certains préjugés qui tendent, aujourd’hui encore, à l’enfermer dans la marginalité ou dans une dissidence improductive.

  • 12 C. G. Jung : « Zur Psychologie und Pathologie sogenannter okkulter Phänomene » (1902). C. G. Jung : (...)
  • 13 C. G. Jung : Mysterium coniunctionis (1955-1956). Gesammelte Werke. Olten/Freiburg im Breisgau : Wa (...)

7Conçue à partir du tournant du xxe siècle avec la publication de sa thèse de doctorat consacrée à la psychologie et la psychopathologie des phénomènes occultes (1902)12 et poursuivie durant soixante ans pour s’achever par des réflexions sur l’alchimie comme système symbolique et comme discours culturel13, l’œuvre de Jung est le témoin des changements de paradigme dans les sciences de la nature et les sciences de l’Homme depuis la fin du xixe siècle jusqu’aux révolutions scientifiques du premier tiers du xxe siècle, que non seulement il n’ignore pas, mais qui seront essentielles pour l’élaboration de certaines de ses théories.

8Une telle « réévaluation » implique tout d’abord que soient reformulés des questionnements sur la « méthode » jungienne et sur les prémisses de sa pensée : comment comprendre au juste l’« empirisme » dont il se revendique ? Quels sont les enjeux et les risques de l’interdisciplinarité, de la « fusion » des disciplines, dans son œuvre ? Quelle est la crédibilité de la méthode associative, de la combinaison des savoirs de provenances diverses qu’il pratique abondamment, et ce dans toutes les phases de cette œuvre ? Comment apprécier son rapport à des formes diverses de savoirs, situés aux marges, comme les sciences de l’occulte et les doctrines de l’ésotérisme occidental ?

  • 14 Voir notamment les textes de Christian Gaillard, Françoise Bonardel et Giovanni Sorge.

9Ces questionnements visent également à une meilleure reconstitution et appréciation des contextes, des réseaux privilégiés, des influences qui ont marqué ses théories. Nous avons souhaité, au cours des débats du colloque, ne pas faire l’impasse sur une interrogation forte sur les positions de Jung face aux courants idéologiques contemporains. Même si aucune contribution n’a pu être spécifiquement consacrée à cette question, celle-ci est abordée dans le cadre de plusieurs d’entre elles14.

10Réévaluer suppose aussi, essentiellement, que soit revisitée l’élaboration par Jung de ses propres théories et des notions qu’il a forgées : l’idée d’un inconscient collectif, la théorie des archétypes, les thèses sur les identités sexuées (avec les notions d’animus et d’anima) ainsi que ses hypothèses touchant à l’interprétation même de la réalité, comme celle de la « synchronicité », théorisation du « hasard signifiant » formulée dans les années 1950 en relation avec le physicien Wolfgang Pauli. Sans pouvoir les prendre en compte toutes, les contributions de ce volume abordent une partie de ces notions qui ont fait l’originalité de l’approche jungienne de la psyché, en tentant de questionner précisément ce qu’elles doivent à d’autres.

11Réévaluer implique enfin de poser la question de l’actualité d’une pensée et de sa fécondité pour les recherches de ce début du xxie siècle, qu’elles touchent au domaine de la clinique ou à celui de l’interprétation des systèmes symboliques ou sociétaux. Dans cette perspective, plusieurs contributions abordent les enjeux actuels de la pensée du Zurichois ou ses relations avec d’autres champs de la recherche en sciences humaines ou en sciences de la nature.

12Ces problématiques nous ont permis de concevoir un volume organisé en trois volets, précédés d’une réflexion de Christian Gaillard sur la spécificité d’une psychanalyse jungienne dans ses contextes historiques et pour la clinique contemporaine.

13Les contributions de la première partie s’attachent à mettre en évidence certains aspects des contextes intellectuels et culturels dans lesquels s’est élaborée l’œuvre de Jung en la confrontant à des réflexions contemporaines de sa pensée ou à des courants traditionnels. Elles contribuent également à préciser la relation de Jung au champ de la philosophie, ancienne ou contemporaine (R. Màdera, F. Bonardel) et aux théorisations dues à d’autres personnalités des premiers temps de la psychanalyse (Ch. Maillard).

14Les trois études qui composent la seconde partie reviennent sur les années du Livre Rouge (Das Rote Buch, 1914-1930) et leurs apports pour notre connaissance de l’œuvre de Jung, en abordant plus précisément les aspects biographiques (S. Gumpper, qui en outre porte sur cette tranche de l’œuvre de Jung un regard lacanien), ainsi que les enjeux éthiques et esthétiques de cette œuvre (P. Bishop, V. Liard).

15Les cinq dernières contributions revisitent certaines des principales notions de l’œuvre de Jung à l’épreuve de leur actualité, interrogeant la pertinence de la notion d’archétype à la lumière des développements de la recherche de ces dernières décennies (Ch. Roesler), ou questionnant le concept majeur de l’œuvre de psychologue de Jung, celui d’individuation (L. Zoja, G. Schmitt). L’une des contributions s’attache à l’analyse de la notion de « mana » (empruntée au domaine mélanésien et à l’ethnographie contemporaine), qui témoigne de ce que l’élaboration des concepts jungiens s’est faite aussi dans l’attention à l’altérité culturelle (G. Sorge). La contribution de Vincent Prouvé, centrée sur des cas cliniques, s’attache également à l’écho rencontré par les notions mises en place par Jung chez des théoriciens actuels de la psychothérapie.

16Nous renvoyons le lecteur aux contributions et à leurs résumés et, bien entendu, aux textes de Jung eux-mêmes.

17Nous tenons à remercier chaleureusement les institutions et les personnes qui ont apporté leur soutien à l’organisation du colloque et à la publication des Actes :

  • Le Conseil scientifique de l’Université de Strasbourg, ainsi que les unités de recherche « Études germaniques » (Université de Strasbourg) et « Centre interlangues : texte, image, langage » (Université de Bourgogne), pour leur généreux soutien financier.

  • Les collaborateurs de la Maison des Sciences de l’Homme–Alsace, et en particulier Carole Cordazzo, qui a pris en charge l’organisation logistique du colloque, Jean-Marie Gachon, ingénieur d’étude CNRS, qui en a assuré la communication, Camille Lemonnier qui a apporté son assistance technique, et l’ensemble des collaborateurs de la Maison, sans lesquels les sciences de l’Homme ne seraient pas ce qu’elles sont à Strasbourg.

  • Le Conseil de publications de l’Université de Strasbourg pour son soutien à la publication des actes, ainsi que Mesdames Nepthys Zwer et Ersie Leria pour leur contribution précieuse au travail éditorial.

18Nous remercions également les intervenants du colloque ainsi que les nombreuses personnes qui ont participé aux différentes sessions pour leurs contributions enrichissantes aux débats.

Haut de page

Notes

1 Cf. A. Lietti : « Docteur Jung et Mister Carl ». Le Temps, 24 septembre 2011.

2 Il y a bien entendu des exceptions notables, parmi lesquelles les travaux de Paul Bishop, Martin Liebscher, Susan Rowland et Sonu Shamdasani au Royaume-Uni, les enseignements de la pensée de Jung à Oulu (Finlande) par Gerhard Schmitt, et, en France, les thèses doctorales et d’habilitation de Véronique Liard et Christine Maillard, qui ont pu, en leur temps être soutenues en Sorbonne, où ont œuvré également des philosophes ouverts à la pensée jungienne, comme Françoise Bonardel (philosophie des religions) et Michel Hulin (philosophie comparée).

3 Gilbert Durand : Science de l’Homme et Tradition. Le nouvel esprit anthropologique. Paris : 19751. Cette orientation a été poursuivie notamment par Jean-Jacques Wunenburger, dans sa « philosophie de l’image ».

4 Ce courant est représenté en France par Antoine Faivre et Jean-Pierre Brach à l’Ecole pratique des hautes Etudes. Cf. Jean-Pierre Brach/ Antoine Faivre/ Wouter J. Hanegraaff (éds) : Dictionary of Gnosis and Western Esotericism. Leiden : E. J. Brill 2005, 2 vol.

5 Sur la relation de Jung à la physique moderne, cf. Arthur I. Miller : Deciphering the Cosmic number. The Strange Friendship of Wolfgang Pauli and Carl Jung. New York : Norton 2009.

6 C. G. Jung : Das Rote Buch. Liber Novus. Hrsg. v. Sonu Shamdasani. Düsseldorf : Patmos 2009 ; C. G. Jung : The Red Book. Liber Novus. Edited and introduced by Sonu Shamdasani. London/New York : Norton 2009.

7 C. G. Jung : Le Livre Rouge. Liber Novus. Ed. par Sonu Shamdasani ; trad. fr. par Christine Maillard, Pierre Deshusses, Véronique Liard, Claude Maillard, Fabrice Malkani et Lidwine Portes. Paris : L’Iconoclaste/La Compagnie du Livre Rouge 2011.

8 Parmi les premières recherches parues sur ce texte : Wolfgang Giegerich : « Liber Novus, that is, The New Bible. A First Analysis of C. G. Jung’s Red Book ». In : Spring. A Journal of Archetype and Culture 83 (2010), p. 361-411 ; Christine Maillard (dir.) : Arts, sciences et psychologie. Autour du ‘Livre Rouge’ de Carl Gustav Jung (19141930). In : Recherches germaniques, hors série 8 (2011) ; Thomas B. Kirsch / George B. Hogenson (éds): The Red Book : Reflections on C. G. Jung’s Liber Novus. London / New York : Routledge 2013.

9 Cf. Christine Maillard : « C. G. Jung ». In : Jean-Pierre Brach/ Antoine Faivre/ Wouter J. Hanegraaff (éds) : Dictionary of Gnosis and Western Esotericism. Leiden : E. J. Brill 2005, vol. 2, [en langue anglaise], p. 648-653.

10 Cf. Christine Maillard (dir.) : Arts, sciences et psychologie (cf. note 8).

11 Parmi les travaux anglo-saxons proposant un point sur les perspectives apportées par l'oeuvre de Jung et de ses disciples, cf. Elphis Christopher/ Hester Solomon (eds.): Jungian Thought in the Modern World. London/ New York : Free Association Books 2000 et The Cambridge Companion to Jung. Edited By Polly Young-Eisendrath and Terence Dawson. Cambridge University Press 1997.

12 C. G. Jung : « Zur Psychologie und Pathologie sogenannter okkulter Phänomene » (1902). C. G. Jung : Gesammelte Werke, Olten/Freiburg im Breisgau : Walter 1960‑19831, vol. 1 : Psychiatrische Studien.

13 C. G. Jung : Mysterium coniunctionis (1955-1956). Gesammelte Werke. Olten/Freiburg im Breisgau : Walter 1960-19831, vol. 14/1 et 14/2.

14 Voir notamment les textes de Christian Gaillard, Françoise Bonardel et Giovanni Sorge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Maillard et Véronique Liard, « Réévaluer l’œuvre de Jung ? »Recherches germaniques, HS 9 | 2014, 01-06.

Référence électronique

Christine Maillard et Véronique Liard, « Réévaluer l’œuvre de Jung ? »Recherches germaniques [En ligne], HS 9 | 2014, mis en ligne le 12 février 2019, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rg/1651 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.1651

Haut de page

Auteurs

Christine Maillard

Professeur des Universités – Université de Strasbourg
christine.maillard[a]misha.fr

Articles du même auteur

Véronique Liard

Professeur des Universités – Université de Bourgogne
veronique.liard[at]neuf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search