Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHS 9Notions jungiennes et perspective...Jung. L’actualité de l’individuation

Notions jungiennes et perspectives contemporaines

Jung. L’actualité de l’individuation

Jung. Die Aktualität der Individuation
Luigi Zoja
p. 155-161

Résumés

Jung remplaça l’idée de guérison par celle d’individuation. Il ne proposa pas un modèle de normalité, mais dans un certain sens, le contraire : découvrir et peu à peu devenir ce que chacun est par disposition naturelle. C’est un parcours dont beaucoup de personnes ont l’intuition, qu’on ne connaît pas a priori, mais seulement lorsqu’il a déjà été parcouru. Le héros du xxie siècle n’est pas celui qui lutte pour ce qu’on attend de lui, mais pour savoir ce qu’il veut de lui-même : dans son plus célèbre discours, Steve Jobs a raconté son processus d’individuation et non pas son succès économique. Christianisme et idéologies n’unifient plus la société, et pourtant de nombreux individus critiques poursuivent encore une utopie : par voie intérieure, non violente et basée sur l’individuation.

Haut de page

Texte intégral

1Autrefois, le débat sur la condition humaine était la prérogative de religieux. Puis de philosophes. Il y a un siècle, il passe à la psychologie. Naturellement la critique moderne de la personalité ne commence pas avec les psychologues. Ce qui change avec Freud et Jung, c’est son orientation : à présent elle est intérieure et profonde. Cette ‘pensée verticale’ est avant tout autocritique. La modernité est parsemée de mouvements critiques : mais ceux-ci sont avant tout politiques et spécialisés (hétérocritique, non autocritique). Contrairement à Freud, grand rénovateur dans la modernité, Jung est aussi un critique de la modernité. En cherchant une couche profonde de l’esprit, il échappe à l’actualité. Sa pensée est expulsée par les temps. Elle est inactuelle.

2Un des plus célèbres paradoxes de Jung est : « La psychologie doit s’abolir comme science et, en s’abolissant, elle atteindra son but scientifique ».

3Alors qu’il laisse derrière lui la médecine traditionnelle, Jung substitue au concept de guérison celui d’individuation. Le travail psychique ne doit pas nous rendre égaux à un modèle standard (santé), mais égaux à nous-mêmes. Non parce que Jung se désintéresse de la souffrance, mais parce qu’il est convaincu que l’esprit cherche un sens. La maladie est un symptôme occasionnel de cette recherche. C’est comme si Jung avait proposé aussi ce paradoxe : La psyché doit chercher non pas la guérison mais l’individuation ; et dans celle-ci il trouvera la guérison réelle.

4Nous distinguerons donc dans l’individuation deux processus (qui fréquemment, mais pas nécessairement, correspondent à deux phases successives) :
1.  un processus qui libère l’identité individuelle de l’identité collective,
2.  un processus de découverte et de valorisation des qualités spécifiques de chacun.

5On pourrait aussi dire que le premier est le versant externe du processus et le second, le versant interne.

6Bien avant sa collaboration avec Freud – assez brève : de 1906 à 1913 –, et déjà dans sa thèse de doctorat (1902), Jung émet l’hypothèse que de nombreuses scissions de la conscience, plus que des conséquences de maladies, sont des tentatives de ‘manifestation de la personnalité individuelle future’, qui ne s’est pas encore réalisée.

7Jung imagina l’inconscient collectif et la conscience collective parce qu’il comprit – à une époque où l’anthropologie était à peine née – que la névrose d’un Européen moderne ne pouvait être la même que celle d’un Aztèque ou d’un Chinois de la dynastie Qin.

8Mais Jung, paradoxalement, se penche sur la société et la culture parce qu’il veut comprendre l’individu. Le xxe siècle est dominé par les mouvements collectifs : jusqu’aux années 1940 par les nationalismes ; puis jusqu’aux années 1970-1980 par les socialismes. Dans ces deux phases prévalait la domination des mouvements collectifs par rapport à l’individu. En contraste avec l’esprit du temps, victime de polémiques et d’isolement, dans une époque dominée par les masses et la violence, Jung resta un représentant intransigeant des valeurs de l’individu.

9L’idée d’individuation se développe chez Jung durant les années d’isolement, suite à la rupture avec Freud (1914-1920). Dans cette période il est complètement absorbé par des réflexions solitaires et par des introspections qui donnent lieu au Livre Rouge – Liber Novus. Il recherche sa propre identité après avoir accompli une série de dés-identifications radicales : le détachement de la clinique, de l’enseignement et, surtout, de Freud. Sonu Shamdasani fait remonter à cette période, non seulement les fondements des explorations intérieures, mais aussi un processus de dés-européisation : et donc la théorie des archétypes, mais aussi le programme de voyages vers les populations tribales et en Orient, que Jung réalisera dans les décennies successives.

10Comme toujours chez Jung, l’idée d’individuation surgit d’une bipolarité : c’est-à-dire, dans la confrontation voie individuelle ­– voie collective. L’individuation a un sens seulement lorsqu’un bon niveau d’adaptation et de respect des normes collectives a été atteint. La voie individuelle élevée à la norme est pathologique. Mais l’imposition de critères exclusivement collectifs est elle aussi injuste et contraire aux intérêts généraux de la société, puisque cela empêche les individus qui la composent de déployer leurs propres capacités. Sur une courte durée, une société totalitaire peut donner l’impression d’être dynamique et productive, mais à la longue le gaspillage de potentiels humains la condamne à la rigidité.

Introversion, individuation et générations critiques

11Rappelons à ce point un autre concept de Jung. Une de ses idées plus simples et populaires est la subdivision entre extravertis et introvertis. Par ces termes on entend la ‘direction prévalente de l’énergie psychique’. Il s’agit de catégories créées dans les Types psychologiques, justement pour respecter comme naturelle la pluralité et les relativités humaines.

12Je voudrais à présent réfléchir sur les décennies qui suivent la Seconde Guerre Mondiale (années 1940, 1950, 1960) en Europe et en particulier en Italie. Au début de cette période les milieux dirigeants ne semblent pas avoir changé. Apparemment il y a une restauration (vu la force de l’Église et la prépondérance de milieux peu mobiles comme celui de l’agriculture). Celle-ci, d’abord graduellement, plus rapidement après 1968, cède face à l’avancée des classes ouvrières, de la laïcisation, de la renaissance intellectuelle postfasciste et, enfin, des soi-disant mouvements.

13Ce qui nous concerne est la typologie psychologique de ces forces opposées. Les mass media sont encore essentiellement ceux de la presse écrite. La restauration fait appel à des valeurs souvent fictives, mais auxquelles appartiennent encore la bonne réputation et une façade qui consiste à faire peu parler de soi : en d’autres termes, l’establishment est en majorité introverti. Les mouvements, eux, naissent et vivent déjà en bonne partie à l’époque des médias visuels : un moyen qui diffuse souvent leurs thématiques est le cinéma. En outre, ils bénéficient de la notoriété fournie par leurs provocations, que les médias diffusent par amour pour la nouveauté. En conclusion, la nouvelle génération critique paraît plus extravertie.

14L’entrée des mouvements dans la nouvelle société de consommation sera accompagnée à l’extérieur par la décadence et la défaite du bloc soviétique dans la Guerre Froide et, à l’intérieur, par la conquête presque totale du contrôle des mass media de la part du capital.

15Dans la société globalisée qui suit et qui prend ses modèles de référence dans la classe moyenne supérieure américaine, au succès matériel visible et aux moyens de communication de masse toujours plus visuels, toujours plus impatients et criards, l’extroversion tend à s’imposer comme modèle respectable et l’introversion à passer pour pathologique. L’équilibre entre les deux polarités s’est rompu. Ceci est vrai au point qu’il a été proposé d’introduire l’introversion parmi les indicateurs de maladie dans la cinquième édition du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM), le manuel standard de l’American Psychiatric Association.

16En même temps, du point de vue technologique, la victoire des moyens de communication visuels sur l’écrit relègue à son tour les modèles de la société entre les mains des extravertis. L’introverti a du mal à trouver ses orientations en regardant “au dehors”. Il lira plutôt un livre. À ce point la situation s’est renversée. Les pouvoirs en place et les modalités de la majorité conformiste sont en majorité extravertis, la nouvelle génération critique et non intégrée est délibérément introvertie.

L’auto-exclusion des neets

17En Europe le terme neet (not in employment, education or training), né en Grande Bretagne, est en train de se diffuser. Le nombre des neets (c’est-à-dire des jeunes sans rôle dans la société) augmente rapidement, même si, pour le moment, dans le Sud du continent la solidité plus importante de la famille parvient encore à contenir le phénomène.

18Dans un certain sens, une génération auparavant, beaucoup de leurs parents s’étaient également sentis étrangers aux normes du collectif, mais ils avaient réagi par une révolte vers l’extérieur : ils regardaient autour d’eux et ils jugeaient pervertie toute la société. Avec ces jeunes, il se passe le contraire : au lieu d’une fuite vers l’extérieur (identification entre le personnel et le politique), ils en accomplissent une vers l’intérieur. Leur refus de la société manque d’activités traditionnelles visibles. Ils apparaissent passifs, comme s’ils acceptaient et favorisaient l’exclusion. Si on ne leur offre pas des modèles de référence différents de la manie de la consommation, ils finissent par introjeter une évaluation négative de soi, ils se mettent à renoncer à la vie sociale, et en conséquence, à perdre l’estime de soi, en glissant toujours plus bas, jusqu’à rentrer dans ces catégories pathologiques dont les statistiques officielles ont besoin. Néanmoins, avant d’être officiellement ‘malades’, ils ont commencé par être mal à l’aise avec leur tempérament lent, sérieux, réflexif, silencieux. Ce ne sont pas les hommes qui ont changé, c’est la balance qui les pèse. Son aiguille a été déplacée –cette aiguille étant représentée par le DSM de la psychiatrie officielle américaine.

19Nous sommes confrontés à l’absurde. Les livres sont toujours plus écrasés par les médias commerciaux, l’édition s’engourdit et semble entrer dans un ‘coma économique’ : mais pour la première fois, parmi les Italiens plus jeunes, le nombre de lecteurs est en augmentation.

20Le revers en est que, maintenant, parfois, on a honte de lire. Non seulement l’introversion, mais aussi sa contrepartie dans les moyens de communication, la lecture, sont ressenties par beaucoup comme des caractéristiques ‘perdantes’ (winner/looser), de ‘malchance’ (ou parfois elles sont perçues comme des activités pour les filles et non pour les garçons).

21Au final, du point de vue de la psychologie jungienne, nous observons deux choses. Avant tout, le noyau des jeunes enclins à la critique appartient à la typologie psychologique perdante, celle de l’introversion. En second lieu, ils sentent, plus ou moins obscurément, une forte nécessité de développer les particularités de leur tempérament, c’est-à-dire d’individuation. Ils ont toutefois subi la pression des modèles juvéniles prévalents, qui provenaient de jeunes du même âge plus adaptés. De cette façon, ils sont restés bloqués dans la première phase de l’individuation et étiquetés comme pathologiques.

22En apparence, la génération critique d’aujourd’hui se sent plus seule que celle des années 1960 et 1970, sans exemples, sans idéaux et sans buts : elle ne croit pas avoir un devoir, ni pouvoir extraire un sens de l’existence collective. Elle ne croit pas être une génération, mais un ensemble atomisé. Ceci ne provient pas d’un manque d’aspirations, mais d’une priorité acquise par l’idéal d’individuation par rapport aux collectifs. Celui-ci n’est pas synthétisé dans des figures de modèles de portée générale : ce qui, à son tour, le rend toujours moins intéressant pour la communication de masse.

23Le contraste avec la génération précédente ne pourrait être plus évident. Les mouvements étaient, justement, des mouvements externes. Aujourd’hui le mouvement dominant est de se retirer. Les modèles de vie non bruyants, sobres, anti-consommation de l’actuelle ‘génération critique’ n’auraient pas suscité d’étonnement à d’autres époques, et en particulier au Moyen Âge. Ils sont au contraire ignorés ou exclus de la postmodernité du fait du diagnostic qui pèse sur eux.

La lecture rétrospective de l’individuation

24Un des hommes les plus charismatiques de notre époque a tenu un célèbre discours à l’université de Stanford le 12 juin 2005. À cette occasion Steve Jobs a confessé n’avoir aucun titre universitaire.

25Fils d’une mère célibataire, le futur fondateur d’Apple fut donné en adoption à condition que les adoptants s’engagent à lui faire fréquenter une bonne université. Inscrit à une excellente Faculté, il renonça après un semestre, mu par des sentiments de culpabilité : les parents adoptifs étaient des ouvriers et leurs économies allaient s’épuiser à financer ses études. Pendant une année et demie, il traîna autour du campus en vivant d’expédients. Il se souvient seulement avoir fréquenté un fascinant cours de calligraphie : il ne sait pas pourquoi il le fit, vu les problèmes urgents qu’il avait. Il repensa pour la première fois à ces leçons dix ans après, quand il était en train de construire son premier ordinateur. La caractéristique gagnante des produits Apple fut en effet de se différencier de tous les autres grâce à l’élégance du graphisme. C’est seulement en regardant en arrière, a dit Jobs, qu‘il a pu « relier les points » (connecting the dots) de son histoire.

26Les choix décisifs – une histoire d’amour, la passion pour un travail – sont souvent faits de façon inconsciente. Au moment où cela advient, nous pouvons au maximum les justifier avec des rationalisations : les vraies ‘raisons’ nous les connaîtrons seulement plus tard. À ce point quelqu’un dira que Dieu est intervenu, d’autres le destin, d’autres le karma. Nous voudrions ajouter : l’individuation.

27Dans une société laïque et sans idéaux, comme celle de ce début de xxie siècle, une génération critique tout entière est abandonnée à elle-même, comme l‘ont peut-être été peu de générations à d’autres périodes de l’histoire humaine. Elle parcourt, pour ainsi dire, la première phase de l’individuation (le détachement des modèles conventionnels), mais elle manque de modèles qui l’autorisent à accomplir le saut dans la deuxième (développer son propre potentiel). Les membres de cette génération lisent les paroles immortelles d’Antigone. Ils comprennent qu’ils ne seront jamais du côté d’Ismène, la sœur-intégrée, qui accepte toutes les règles, même lorsqu’elles sont injustes. Mais, se demandent-ils, quand Antigone devient-elle Antigone ? Et comment Steve Jobs a-t-il fait pour devenir Steve Jobs ? Nous ne le savons pas, et dans le moment décisif, ils ne le savaient pas, eux non plus.

28On dit souvent que la caractéristique du nouveau siècle est l’absence d’une jeunesse critique et d’idées innovantes, dont le siècle dernier semblait si riche.

29Je n’en suis pas convaincu. J’oserais même suggérer que, si un temps elle suivait des parcours externes et visibles pour tous, maintenant elle en suit d’intérieurs, donc potentiellement plus personnels et durables.

30En 1968, les médias s’intéressaient aux jeunes qui criaient – et encore plus à ceux qui tiraient –, mais à présent, ils ne s’intéressent pas aux vies ‘alternatives’ d’aujourd’hui. Ainsi les critiques potentiels se retirent : mais – et c’est là la contradiction – ils ne croient pas au modèle d’une vie retirée. Ils deviennent des cas pathologiques, des neets. L’opportunité pour un changement devrait être plus propice que dans le passé : à l’époque en effet, pour créer ‘l’homme nouveau’, nombreux étaient ceux qui étaient disposés à faire le premier pas en tuant quelques exemplaires de ‘l’homme ancien’. Ou, du moins, à appuyer des idées révolutionnaires qui à leur tour se proposaient de mettre en œuvre de telles procédures expéditives. Cette contradiction mettait en court-circuit même les intentions les plus honnêtes. Aujourd’hui le prototype de l’innovateur s’oppose au meurtre de groupes d’hommes ou même d’un simple individu : fréquemment il est même végétarien, il s’oppose au meurtre non seulement des hommes mais aussi des animaux. Souvent il refuse totalement d’utiliser sa combativité et son agressivité contre les autres. Dans ce dernier aspect extrême, quelque psychanalyste verra une pathologie. Avant de passer à des diagnostics cliniques, nous devrions toutefois établir un point fixe : cette attitude mérite en soi notre respect moral. En même temps, nous ne devons pas laisser seuls ces ermites postmodernes, alors qu’ils poursuivent sans le savoir l’individuation : parce qu’en se perdant dans l’inconscience, ils pourraient décharger inconsciemment cette agressivité justement contre eux-mêmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luigi Zoja, « Jung. L’actualité de l’individuation »Recherches germaniques, HS 9 | 2014, 155-161.

Référence électronique

Luigi Zoja, « Jung. L’actualité de l’individuation »Recherches germaniques [En ligne], HS 9 | 2014, mis en ligne le 12 février 2019, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rg/1737 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.1737

Haut de page

Auteur

Luigi Zoja

Luigizoja[at]fastwebnet.it

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search