Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHS 7« Villes-mirages » 
entre lointai...Carl Peters à la recherche de la ...

« Villes-mirages » 
entre lointains geographiques et temporels

Carl Peters à la recherche de la Biblique Ophir

Entre mystification scientifique et « vérité mythique »
Carl Peters auf der Suche nach Ophir. Zwischen wissenschaftlicher Mystifizierung und mythischer Wahrheit
Catherine Repussard
p. 39-53

Résumés

En août 1901, le New York Times fait paraître un article intitulé Has Ophir been found ? On y relate l’expédition montée par l’explorateur allemand Carl Peters en Afrique orientale pour retrouver la biblique Ophir ou plus prosaïquement les fameuses mines du Roi Salomon. Bien qu’Ophir doive être considéré, ainsi que l’affirme Carl Peters dans son ouvrage Das goldene Ophir Salomos (1895), comme un « El Dorado de première catégorie », ce n’est pas tant l’ivresse de l’or qui motive ses recherches que la volonté de prouver scientifiquement son existence devenue légendaire. Ainsi Ophir devient le lieu obsédant de l’ambition scientifique de Carl Peters exprimant la volonté d’assouvir un désir dont l’objet disparaît sans cesse, mais que l’on imagine à portée de main. Ophir devient alors un mirage, un lieu insaisissable qui ne cesse de se dérober, dont l’existence reste tributaire d’une mystification scientifique, mais dont la réalité qui ne peut se soustraire à l’écho des profondeurs temporelles prend des dimensions mythiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Bible de Jérusalem, IR 10 : 1 et IR 10 : 2. La reine de Saba apprit la renommée de Salomon et vi (...)
  • 2 Carl Peters : Das goldene Ophir Salomos. München / Leipzig 1895, p. 12-13.

1Has Ophir been found ? A-t-on trouvé Ophir ? C’est par ce titre accrocheur que le New York Times du 18 août 1901 inaugure une série d’articles consacrés aux nouvelles découvertes de l’aventurier et explorateur allemand Carl Peters qui avait fondé trois ans auparavant la Dr Peters’Estate & Exploration & Co. Puis, le 21 janvier 1899, Carl Peters, parti du Cap, se lance à la recherche d’Ophir, ville légendaire, évoquée à plusieurs reprises dans l’Ancien Testament, aux chapitres 10 du Livre des Rois ou encore au chapitre 8 et 9 du Livre des Chroniques1. Ophir est la ville d’où provient l’or que la flotte d’Hiram rapporta au Roi Salomon, mais c’est aussi la ville d’où la Reine de Saba fit envoyer en une année six cent soixante dix talents d’or à Salomon, ainsi que des pierres précieuses et de l’ivoire en grande quantité. Aucune indication biblique en revanche ne permet de localiser la ville et bien entendu, à l’instar d’autres lieux mythiques, pensons à l’Atlantide, la ville a été découverte un peu partout à travers le monde. Dès le premier chapitre de son ouvrage, Das goldene Ophir Salomos (1895), Carl Peters énumère les différents endroits où l’on a cru découvrir la ville légendaire : en Nubie, en Somalie, au Yémen, en Perse, sur la côte Ouest de l’Afrique, en Inde, à Ceylan, à Sumatra, au Pérou ou encore dans les Caraïbes2. Une expédition espagnole de 1567 avait cherché Ophir dans l’Océan Pacifique ; elle ne trouva qu’un archipel qui correspond à nos actuelles îles Salomon.

  • 3 Karl Ritter : Die Erdkunde im Verhältnis zur Natur und zur Geschichte des Menschen: oder allgemeine (...)
  • 4 Gottlieb Mauch (1837-1875), explorateur allemand qui découvrit en 1871 d’importantes ruines au Zimb (...)
  • 5 Theodore Bent : The ruined cities of Mashonaland. London 1896.
  • 6 Joseoh Ki-Zerbo : Histoire de l’Afrique noire. Paris 1978, p. 188 sq.
  • 7 Henry Rider Haggard : King’ Solomon’s Mines. London 1885.
  • 8 Carl Peters : Im Goldland des Altertums, Forschungen zwischen Zambesi und Sabi. München 1902.
  • 9 Carl Peters (note 2), p. 8 : « Ophir ist uns sagenhaft geworden ».
  • 10 Carl Peters (note 2), p. 1.
  • 11 Carl Peters (note 2), p. 13.
  • 12 Carl Peters (note 2), p. 14.

2Le géographe allemand Karl Ritter, contemporain d’Alexander von Humboldt, avait dans un ouvrage imposant qu’il avait commencé à rédiger en 1817, Die Erdkunde im Verhältnis zur Natur und zur Geschichte des Menschen : oder allgemeine vergleichende Geographie, als sichere Grundlage des Studiums und Unterrichts in physikalischen und historischen Wissenschaften3, établi le lien entre Ophir et l’Afrique de l’Est. Quelques décennies plus tard, un autre géographe-explorateur, Gottlieb Mauch4, affirma qu’Ophir devait être au Zimbabwe, où se trouvent non seulement d’importantes ruines, mais aussi d’anciennes mines d’or. Ses théories furent étayées par Theodore J. Bent qui publia à Londres en 1896 The ruined cities of Mashonaland qui connut plusieurs éditions successives5. Il est vrai qu’un ensemble de ruines monumentales se dresse dans la région, et que le terme Zimbabwe signifie « la grande maison en pierre ». Mais si l’on pense aujourd’hui davantage aux ruines d’établissements commerciaux installés dans la région6, elles firent l’objet de toutes sortes de conjectures, notamment autour de 1900 où, l’‘ophirmania’ est, semble t-il, au goût du jour. Elle fut probablement renforcée par l’immense succès du roman de Henry Rider Haggard, King’ Solomon’s Mines, publié dès 18857 et dans lequel le héros Allan Quatermain, incarnation de Cecil Rhodes, part à la recherche de mines de diamants en Afrique du Sud-est. Les ouvrages de Carl Peters y font à la fois écho et référence à plusieurs reprises, notamment Das goldene Ophir Salomos (1895) ainsi que Im Goldland des Altertums, Forschungen zwischen Zambesi und Sabi (1902)8. Mais ce n’est pas la cupidité qui le poussera à se lancer lui aussi à la recherche d’Ophir, véritable « ville-mirage » que nous comprenons comme une ville illusoire, se dérobant au regard qui tente de la saisir, une ville qui ne correspond qu’à une projection imaginative et qui ne peut par conséquent être localisée ou découverte. Sa recherche se superpose à cette éternelle quête des cités d’or, quête qui vaudrait finalement pour elle-même, et dont l’objet ne cesse de se dérober. À l’instar d’autres aventuriers, Carl Peters a conscience de ne pouvoir que s’imaginer avoir découvert cette ville, puisqu’au fond de lui-même, il sait pertinemment qu’elle n’a probablement jamais existé. Ce ne sont pas à proprement parler les richesses évoquées dans l’Ancien Testament que Carl Peters cherche à retrouver, mais bien davantage un lieu de Nulle part, un lieu de légende. Dans son ouvrage Das goldene Ophir Salomos, il constate lui-même que pour sa génération, Ophir est devenue une véritable légende9, une étrange énigme surgie du fond des âges : « Ein geheimnisvolles Rätsel ragt aus den dunklen Räumen der Urgeschichte in die Gegenwart herüber »10. Elle permet ainsi d’établir la jonction entre les premiers temps de la culture humaine et le monde contemporain. Ophir, affirme-t-il également, ne se situe pas aux confins du monde connu, mais au centre de celui-ci, représentant ainsi le lieu originel de l’humanité. Mais où qu’elle puisse se trouver, la biblique Ophir est devenue mystérieuse, insaisissable et Peters en vient à se demander à plusieurs reprises si Ophir ne signifie pas tout simplement « lointaine », désignant ainsi un lieu qui se situe aux « bords de la géographie » de l’époque, et si elle n’est pas l’équivalent en ce sens de la mythique Thulé nordique : « Ophir bedeutet Ferne […], wie unsere Thule, aber es ist von keinem bestimmten Lande die Rede »11. Ophir pourrait tout aussi bien avoir un sens plus général et désigner l’Orient ou l’Occident c’est-à-dire, insiste t-il, « un pays sans limites »12. Dès le départ, Carl Peters approche Ophir comme un mirage, ou pour reprendre une expression courante, comme une vue de l’esprit.

Carl Peters, le « fou d’Afrique »

  • 13 Carl Peters : Schopenhauer als Schriftsteller und Philosoph, Eine Skizze. Berlin 1879.
  • 14 Carl Peters : Willenswelt und Weltwille, Studien und Ideen zu einer Weltanschauung. Leipzig 1883.
  • 15 Carl Peters : Lebenserinnerungen. In: Gesammelte Schriften. München / Berlin 1943, tome 1, p. 61 : (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Carl Peters : Lebenserinnerungen in Gesammelte Schriften (note 15), p. 81 : « Ich wollte ein großes (...)
  • 18 Carl Peters : Im Goldland des Altertums, Forschungen zwischen Zambesi und Sabi (note 8), Préface.

3Cependant pour saisir l’ambigüité de sa quête, il convient de revenir sur la personnalité de l’explorateur. Peters n’a jamais été modeste : il est fils de pasteur, a fait des études de philosophie et a publié dès 1879 un ouvrage sur Schopenhauer, Schopenhauer als Schriftsteller und Philosoph13, complété en 1883 par un second ouvrage, Willenswelt und Weltwille14, qu’il considère ni plus ni moins comme étant le prolongement de la philosophie de Schopenhauer15. Mais son entreprise est un échec, il ne rencontre pas le succès escompté16. Peters décide alors de vivre la philosophie et l’Afrique devient pour lui une sorte d’espace spéculatif disponible, au-delà de toute frontière spatiale et/ou temporelle. Il s’enfonce dans un continent encore largement inconnu, bien sûr pour acquérir des terres à titre personnel17, mais aussi, en montant des expéditions en vue de retrouver Ophir, pour aller à la rencontre « des premiers temps de la culture humaine »18.

  • 19 Carl Peters : Lebenserinnerungen (note 15), p. 33.
  • 20 Carl Peters : Wie Ostafrika entstand. Leipzig 1906, p. 83.
  • 21 Carl Peters (note 15), p. 125. Bismarck ne voulut « protéger » ni l’Afrique orientale, ni les Comor (...)
  • 22 Henry Morton Stanley : How I found Livingstone, Travels, adventures, and discoveries in central Afr (...)
  • 23 Carl Peters : Die Emin Pachaexpedition. In : Gesammelte Schriften (note 15).
  • 24 Carl Peters : Wie Ostafrika entstand (note 20). Peters y évoquera à plusieurs reprises « mein Indie (...)
  • 25 L’Afrique orientale allemande est un vaste « territoire protégé » (Schutzgebiet) qui recouvre l’act (...)
  • 26 Carl Peters : Wie Ostafrika entstand (note 20), p. 96.
  • 27 Voir la monographie d’Arne Perras : Carl Peters and German Imperialism 1856-1918. Oxford 2004, p. 6 (...)
  • 28 Carl Peters : Lebenserinnerungen (note 15), p. 84.
  • 29 Voir notamment le film qui lui est consacré, produit en 1940/41 par la Bavaria Filmkunst GmbH et do (...)

4Il deviendra un de ces « fous d’Afrique », qui, à l’instar d’autres grands explorateurs, mettra en avant une idéologie de l’action et de l’aventure sur le terrain. Elle peut se résumer par l’expression « Vorwärts mit der sinkenden Sonne » qui deviendra la doctrine de Peters après son échec en tant que philosophe en Europe19. « Vorwärts ! »20. C’est également le seul mot que contient le télégramme qu’il envoie à ses compagnons d’expédition restés en Afrique après que Bismarck l’a tancé en lui demandant expressément de ne pas pousser ses expéditions plus avant, afin de ménager les zones d’influence française et anglaise en Afrique orientale21. Ses livres de chevet sont les récits d’expéditions de Henry Morton Stanley dont le fameux How I found Livingstone22. Peters n’aspire qu’à une seule chose : devenir le Stanley allemand ou mieux encore le devancer. C’est dans ce but qu’il montera une expédition pour aller à la recherche d’Emin Pacha, alias Eduard Schnitzer, assiégé par des tribus arabes révoltées. Emin Pascha est au service du Khédive d’Egypte pour le compte duquel il administre le Soudan, devenu sa province Äquatoria. Stanley est dans la course et finira par devancer Peters, ce que ce dernier vivra comme un échec personnel23. En fait, Peters cherche à fonder son propre Empire en Afrique ou, comme il le formulera  plus précisément, « ses Indes africaines »24. Il a dans ce but conquis et acquis l’Afrique orientale allemande contre le gré de Bismarck qui acceptera néanmoins de protéger ces territoires en 188425. Celui-ci accorde à Peters des Royal charters sur le modèle anglais et Peters devient le premier Directeur d’une compagnie à charte qui bat pavillon et frappe monnaie, la Deutsch-ostafrikanische Gesellschaft26. Cependant, Peters est un homme de terrain, pas un administrateur. La compagnie de l’Afrique orientale allemande fera faillite au bout d’un an. En outre, sa façon d’administrer le pays fera scandale en Allemagne. Peters est rappelé, condamné lors d’un procès, puis déchu. Le « cas Peters » (der Fall Peters) fera couler beaucoup d’encre27. Pour la gauche allemande, il est devenu le tortionnaire des indigènes, celui que l’on surnommera « Hänge Peters ». Peters pour sa part s’estimera être la victime d’un complot d’Etat et se qualifiera de « Dreyfus Peters », comme il l’écrira dans ses Mémoires28. Condamné, discrédité, Peters se réfugie en Angleterre et monte une expédition en vue de localiser Ophir. Il est persuadé que le retentissement de son expédition parviendra à le réhabiliter aux yeux du monde. Peters n’est pas en train de chercher un Eldorado, même s’il ne lui déplairait pas d’en découvrir un. Il ne s’est pas lancé dans une chasse au trésor, mais souhaite avant tout se racheter aux yeux de l’opinion. Cependant, son entreprise se soldera par un échec et malgré une réhabilitation partielle par Guillaume II, il ne sera réellement réhabilité que sous le IIIe Reich où la propagande en fera le héros colonial par excellence29.

  • 30 Carl Peters : Das goldene Ophir Salomos (note 2), p. 1.

5Ce bref détour par la biographie de Carl Peters nous permet de saisir pourquoi celui-ci revient avec tant d’insistance sur le caractère scientifique de son entreprise. Les trois ouvrages consacrés à Ophir, tant l’épais ouvrage publié en 1895 Das goldene Ophir Salomos que les deux fascicules qui lui succèdent Im Goldland des Altertums. Forschungen zwischen Zambesi und Sabi paru en 1902, puis six ans plus tard Ophir nach den neuesten Forschungen, visent à mettre en avant l’ancrage scientifique de sa théorie, dont il reste persuadé qu’elle est la bonne. Dès l’introduction de Das goldene Ophir Salomos, Peters affirme : « Mein Werk bildet eine wissenschaftliche Unterlage für die phantasievollen Träumereien eines Rider Haggard und anderer »30. Il multipliera les arguments invoqués, passant de la philologie au darwinisme social ou au diffusionnisme, et en dernier recours, au bon sens commun. Il conviendrait de revenir sur les preuves scientifiques avancées par Carl Peters dès le premier ouvrage et qu’il ne cessera de reprendre par la suite, afin d’examiner leur valeur. D’emblée, elles semblent bien fantaisistes et il serait sans doute plus juste d’évoquer une réelle « mystification scientifique ».

Ophir, le pays de l’or et de la mystification scientifique…

  • 31 Ernst Hugo Paul Berthold zu Blumenthal (1855-1917), Landrat prussien.
  • 32 En 1502, Vasco de Gama avait découvert la ville de Sofala. Trois ans plus tard, les Portugais s’y i (...)
  • 33 Sans doute s’agit-il de Guillaume Delisle ou De Lisle (1675-1726), premier géographe du roi et memb (...)
  • 34 Nicolas de Gueudeville (1652-1721) est un moine bénédictin défroqué devenu pamphlétaire, traducteur(...)
  • 35 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 3.

6Dans son ouvrage « scientifique », Im Goldland des Altertums, Forschungen zwischen Zambesi und Sabi, tout commence comme dans un roman d’aventure, par la découverte d’un manuscrit perdu ou d’un document oublié qui contient d’incroyables révélations. Carl Peters raconte s’être rendu en 1895 dans la bibliothèque du Landrat Bertold zu Blumenthal31 et d’y avoir découvert un atlas en 7 volumes publié entre 1705 et 1719. Le sixième volume, contenait une carte de l’Afrique sur laquelle sont répertoriées les mines d’or portugaises au Sud du Zambèze32. Pour Carl Peters, la carte est l’œuvre du géographe français De l’Isle33. Un complément y est joint, qui n’est autre qu’un texte explicatif de Monsieur de Gueudeville34. Celui-ci reprend des récits de navigateurs portugais du XVIe et du XVIIe siècle : Dos Baros, Dos Contos, et Dos Santos…35 Guillaume De l’Isle et Nicolas de Gueudeville sont des noms illustres que Peters instrumentalise en vue d’accréditer les thèses qu’il vise à défendre. Il n’hésite pas à déduire de son incroyable trouvaille que les Portugais ont découvert Ophir au Sud du Zambèze et il en veut pour preuve la localisation du Mont Fura dans la région. Afin d’établir le lien qui relie les deux termes, Ophir et Fura, Peters entreprend d’expliciter longuement leur étymologie.

  • 36 Ibid.

7Le lecteur apprendra que le Mont Fura tient son nom du terme Afur, devenu Aufur qui s’est transformé en Afir en arabe et en Ophir en Hébreu. Pour Carl Peters, il ne fait pas de doute qu’Ophir signifie Africa, car les Romains firent de l’adjectif Afir le substantif africus, dont Terra Africa, puis Africa seront des synonymes36. Ainsi, d’Afir, à Africa il n’y aurait qu’un pas, et pour Carl Peters, il va de soi qu’Afer et Ophir ne désignent qu’un seul et même lieu qui se trouve obligatoirement en Afrique. Ainsi, il n’y aurait plus de doute possible quant à l’intérêt de la carte que le destin lui a mis entre les mains, le mont Fura est bien l’emplacement de la ville d’Ophir.

  • 37 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 5.
  • 38 Samuel Birch, égyptologue et sinologue anglais (1813-1885) imposera en Angleterre les travaux de Ch (...)
  • 39 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 207.

8Par ailleurs, l’existence de ruines et de mines dans la région de Sofala, mentionnées sur la carte, retient également son attention. Là encore, il affirme que Sofala et Sofara, de par leur proximité consonantique, désignent le même endroit. Il rappelle que « Sa » signifie « pays » en égyptien et en déduit que Safara ou Sofara doivent par conséquent désigner Ophir, le pays des mines d’or où se serait implantée une colonie sémitique comme en témoignent les inscriptions AFR que l’on rencontre en de nombreux endroits37. Le lecteur n’aura pas de preuves supplémentaires. Mais Peters prendra soin de rapporter qu’il s’est entretenu à ce sujet avec l’égyptologue Samuel Birch38. Celui-ci lui a affirmé avoir trouvé une statuette au Sud du Zambèze qui est incontestablement d’origine égyptienne39. Samuel Birch ayant disparu dix ans avant la publication de l’ouvrage de Peters, l’argument avancé peut ne pas paraître particulièrement convaincant, le lecteur se demandant quand cette conversation a pu avoir lieu, voire si elle a réellement eu lieu. Par ailleurs, Peters souligne la proximité graphique entre les gravures que l’on attribue aux Bushmans et celles que l’on peut trouver dans des temples égyptiens. Il n’y a par conséquent aucun doute possible à ses yeux, la zone a été colonisée par une population d’origine égyptienne.

9Puis Peters revient sur le texte de Nicolas de Gueudeville, s’appuie sur une citation du navigateur portugais Do Coutos et une fois de plus, use d’un tour de passe-passe étymologique : Dos Coutos évoque dans le texte les mines d’or de Massapa et là encore Peters affirme qu’un changement de consonne s’est imposé avec le temps. En effet, note t-il, la consonance du terme sapa est particulièrement proche de celle du terme saba. Les mines d’or de Massapa ne désigneraient ni plus ni moins le pays de la Reine de Saba.

10L’argument étymologique est repris une fois encore lorsque Peters évoque l’arrivée de son expédition en territoire Makalanga, terme dont il dégagera le sens en revenant sur sa composition. Makalanga désignerait les « fils du soleil ». Ma est un préfixe marquant le pluriel, ka signifie grand et langa ou ilanga  signifient soleil. Peters en conclut que cette tribu se nomme du même nom que les indiens du Pérou, cet autre pays de l’or. Il note également qu’en tant que « fils du soleil », les habitants de la région pratiquent des rites solaires remontant à la plus ancienne époque sémitique. Etant donné que pratiquement l’ensemble des sociétés dites primitives ou premières ont pratiqué des cultes solaires, l’argument avancé peut paraître assez fallacieux.

  • 40 Ibid., p. 76.
  • 41 Ibid., p. 180 sq.
  • 42 L’adjectif « sémitique » dérive du nom commun « sémite », utilisé pour la première fois en Europe v (...)
  • 43 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 227.
  • 44 Ibid., p. 225.
  • 45 Après avoir longtemps voyagé autour du monde, Bastian collabore avec Rudolf Virchow pour organiser (...)
  • 46 Carl Peters : Ophir nach den neuesten Forschungen. Berlin 1908, Préface.

11Par la suite, il appellera l’argument racial à la rescousse d’un argument linguistique dont il sent probablement l’irrecevabilité40. Ainsi, le second argument utilisé par Peters est apparenté à une typologie des races, ancrée dans le darwinisme social. La lutte entre les races (Rassenkampf) est évoquée à plusieurs reprises41. Peters considère que la présence de tribus sémitiques dont il pense que l’établissement dans la région d’Ophir remonte à l’époque du Roi Salomon et par conséquent de la Reine de Saba42 reste liée à la volonté d’expansion de ce peuple, rendue possible grâce à sa supériorité sur les tribus africaines. Pour étayer ses thèses, Peters évoque les grandes migrations, et s’appuie sur la notoriété de l’orientaliste Christian Lassen (1800-1876) et sur son ouvrage Indische Altertumskunde (1847), renvoyant précisément aux pages 468 et suivantes du tome 1, et compare les migrations des peuples sémitiques en direction de l’Afrique orientale aux mouvements migratoires des tribus ario-brahmaniques vers l’Europe43. Il imagine alors l’existence d’un immense Empire antique sur les rivages de l’océan Indien44. Peters s’appuie également sur le diffusionnisme, théorie développée en Allemagne par Adolf Bastian (1826-1905)45 qui, bien que soutenant l’idée de l’existence d’une unité psychique de l’humanité et de lois de développement universelles, propose les processus de diffusion qu’il associe aux stimuli du milieu, pour expliquer l’évolution des sociétés. Ainsi, les cultures dominantes auraient tendance à se diffuser et à influencer les autres, de telle sorte que la plupart des caractéristiques culturelles d’une société sont empruntées et proviennent de quelques centres principaux de diffusion. Cette approche permet alors à Peters d’évoquer une Afrique, colonisée depuis toujours par des populations d’une autre origine raciale et utilisera l’expression « das abendländische Afrika »46, concept destiné à étayer ses conjectures.

  • 47 Le terme Bantou a été formulé au milieu du XIXe siècle par le linguiste W. C. Bleck pour désigner d (...)
  • 48 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 71.
  • 49 Baal est un dieu d’origine sémite dont le culte a été célébré de -3000 ans à l’époque romaine. Son (...)

12Pour l’auteur, les habitants de la contrée appartiennent indéniablement aux peuples bantous d’Afrique orientale, mais l’apport asiatique reste nettement plus fort que chez les autres tribus47. Leur type, affirme t-il, est juif : « Ihr Typus ist jüdisch »48. Il en veut pour preuve que « le grand Bulu » qu’adorent les indigènes de la région ne peut être qu’une réminiscence du culte de Baal49. Peters, tout au long de son ouvrage, ne prouve rien, mais affirme de façon péremptoire ce qu’il tient pour la vérité. C’est ainsi qu’il écrit :

  • 50 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 212.

Keine Lösung der Ophirfrage kann heute noch Anspruch auf wissenschafliche Beachtung erheben, welche nicht von dem klaren und unwiderleglichen Nachweis antiken und zwar altsemitischen Goldminen-Betriebe ausgeht.50

  • 51 Eduard Glaser (1855-1908), explorateur, orientaliste et archéologue autrichien, est un spécialiste (...)
  • 52 Pays de Pount ou encore Pwenet et Pwene, également appelé Ta Nétjer, qui signifie « Pays du dieu », (...)
  • 53 Heinrich Brugsch (1827-1894) est un égyptologue allemand, connu pour avoir fondé la Zeitschrift für (...)
  • 54 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 154.

13Peters semble vouloir puiser à toutes les sources scientifiques de la seconde moitié du XIXe siècle, tout en les mêlant afin d’étayer son improbable propos qui se fait de plus en plus confus. Il accumule les noms de différents savants, Karl Ritter, Theodore Bent, Gottlieb Mauch, Samuel Birch, précédemment évoqués, mais aussi Eduard Glaser51 ou encore l’égyptologue Heinrich Brugsh qui pensait qu’Ophir et Pount52 n’étaient qu’un seul et même endroit53. Pourtant, c’est le préjugé raciste utilisé comme argument scientifique qui l’emportera. Il considère en effet que la région qu’il explore a dû être colonisée par une race venue d’ailleurs, car les « nègres » ne sont pas capables d’extraire de l’or et de surcroît bien trop paresseux et indolents pour récolter des pépites d’or par le fruit de leur travail54 : 

  • 55 Ibid.

Überhaupt glaube ich, dass da, wo der Neger heute Gold wäscht, man stets und überall auf frühere Anregung durch andere Rassen schliessen kann… Der Neger selbst ist viel zu indolent und faul, um irgend ein Metall körnerweise durch Arbeit zu gewinnen.55

  • 56 Ibid., p. 180.
  • 57 Ibid., p. 196.
  • 58 D’après le poème de R. Kipling The white men’s burden où il met en avant ce qu’il tient pour la néc (...)
  • 59 Le Zimbabwe autrefois connu comme Rhodésie du Sud, puis Rhodésie et Zimbabwe-Rhodésie, accéda à l’i (...)

14Il a donc fallu que les populations indigènes soient « éduquées au travail » par d’autres races, sémitiques évidemment dans l’esprit de l’auteur. Peters parle de « Negererziehung »56 et ajoute quelques pages plus loin : « Der Neger hat den Zwang nötig, um etwas zu leisten »57. Peters ne fait que reprendre à son compte, tout en la déplaçant quelque peu, la thématique fort répandue à l’époque d’une nécessaire « éducation au travail » des peuples africains qui incomberait au colonisateur et constituerait une part du « fardeau de l’homme blanc »58. L’argument utilisé ici par Carl Peters est resté l’argument « classique »  et officiel de l’époque coloniale ainsi que de toute l’archéologie Sud-africaine et notamment rhodésienne, jusqu’à l’indépendance du Zimbabwe59.

  • 60 A. H. Keane (1833-1912), explorateur et ethnologue d’origine anglaise, auteur notamment de Ethnolog (...)
  • 61 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 247.
  • 62 Ibid., p. 212.

15Enfin, Peters fait appel à une simple logique déductive, au ‘bon sens commun’. Il rappelle les arguments développés par l’ethnologue et africaniste anglais A. H. Keane60 qui soutient que la reine de Saba est venue d’Arabie pour y opposer l’idée que ce seraient alors des caravanes qui auraient apporté l’or à Salomon et non la flotte d’Hiram. Enfin, pour Peters, Ophir ne peut pas se trouver en Inde comme on a pu l’affirmer, car rappelle t-il, d’une part l’Inde occidentale ne produit pas d’or, mais surtout en raison de l’immense quantité d’ivoire offerte à Salomon… Il en veut pour preuve la différence de taille des défenses des éléphants d’Asie et d’Afrique, ces derniers ayant des défenses nettement plus imposantes61. Ces derniers arguments évoqués visent à développer une sorte de connivence avec le lecteur, faisant appel au simple bon sens et relève de la manipulation pure et simple. Celle-ci atteint des sommets lorsque Peters parvient à calculer assez précisément la somme que les expéditions vers Ophir auraient rapportée à Salomon, procédant à une véritable conversion monétaire. Il affirme en effet que celles-ci auraient permis au monarque de gagner ni plus ni moins que l’équivalent de 244 500 000 Reichsmark !62

16Mais l’ultime preuve, non seulement de l’existence d’Ophir, mais aussi de sa localisation au Zimbabwe, reste bien entendu l’expédition montée par Carl Peters lui-même. Elle est, par excellence, la preuve par l’expérience : le siècle est positiviste où l’on croit ce que l’on voit. Et ce que l’on peut voir, ce sont les ruines des grandes cités du Zimbabwe dont l’existence est incontestable.

Ophir, la cité de l’or et de la « vérité mythique »

17Malgré tous ses efforts, Carl Peters ne parvient pas à convaincre le lecteur et c’est sans doute pour cette raison qu’il publiera deux autres ouvrages sur le sujet dans lesquels il revient sur l’ancrage scientifique de sa recherche. À la lecture de son premier ouvrage, trop d’indices amènent le lecteur à comprendre que ce n’est pas la biblique Ophir que recherche l’auteur, ni même la « cité d’or » de la Reine de Saba, mais que celui-ci cherche surtout à assouvir ses propres désirs, au compte desquels se trouvent la réhabilitation et la gloire. C’est un « désir  d’Afrique » qui sous-tend l’expédition vers Ophir, un désir de retour en soi et sur soi, en réponse aux appels des abysses du temps que l’on croit entendre un peu partout à l’époque. Ophir doit rester cette ville qui nous interpelle du fond des âges. Elle s’ancre davantage dans une approche mythique que dans une démarche qui se veut scientifique, c’est à dire qui se veut indéniablement juste. Peters, volontairement ou non, la situe dans le territoire du mythe, permettant ainsi à la magie de continuer à opérer et il faut pour cela pénétrer par la grande porte dans le pays des rêves et des légendes :

  • 63 Ibid., p. 25.

Ich hatte mir seit Jahren Phantasievorstellungen gemacht über das Ansehen des Fura. Diesmal übertraf die Wirklichkeit alle Vorstellungen. Malerischer und zugleich geheimnisvoller hätte selbst die Phantasie eines Rider Haggard die Eingangspforte in das sagenhafte Goldland nicht schildern können.63

  • 64 Joseph Conrad : Au coeur des ténèbres. Paris 1988 (traduction de Jean Deuberque). Édition bilingue, (...)
  • 65 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 18-19 et p. 30 sq.

18Ophir doit rester la ville introuvable qui se situe à l’intersection d’hier et d’aujourd’hui, de l’ici et de l’ailleurs pour devenir le centre de l’univers, capitale d’un ‘non-lieu’, au-delà de toute localisation possible. Pour l’atteindre, Peters commencera par remonter le Zambèze à bord du « King Zambezi », image archétypale s’il en est, de l’initiation à ‘la magie de l’Afrique’. Cette archétypale remontée du fleuve ne va pas sans rappeler la remontée du Congo par Kurz, le héros de Heart of Darkness de Joseph Conrad, ouvrage rédigé en 1899 et qui paraît en 1902. Elle illustre parfaitement cette obsessionnelle recherche des origines qui se développe intensément autour de 1900. Conrad avait magistralement mis en scène cette remontée au plus profond de soi-même, au cœur de son être profond où se déploient les multiples facettes de la personnalité et que renvoie, comme un miroir déformant renverrait la réalité, l’humaine animalité des indigènes qui à la fois indispose et fascine le voyageur européen64. Peters ne manque pas dans son ouvrage de faire appel à tous les stéréotypes de l’époque concernant les indigènes qu’il perçoit comme étant à la fois ridicules et effrayants, voire menaçants65.

  • 66 Ibid., p. 14.
  • 67 Ibid., p. 30.
  • 68 Ibid.
  • 69 Ibid., p. 32.
  • 70 Ibid., p. 25
  • 71 Ibid., p. 33.
  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid., p. 30.
  • 74 Ibid.
  • 75 Mircea Eliade : Mythes, rêves et mystères. Paris 1957, p. 202.

19Par ailleurs, Peters ne manquera pas de décrire la flore et la flore africaines en usant de tous les clichés et poncifs abusant dans ses descriptions des termes de malerisch et de geheimnisvoll, et où la nature « somptueuse » est immanquablement comparée au paradis des premiers temps. Le voyageur ou l’explorateur européen exprime, par cette emblématique remontée aux sources, son incoercible désir d’« ensauvagement », laissant libre cours à ses pulsions66. Peters, face à la majesté des ruines et des sculptures dont il ne connaît ni la vocation, ni le sens, décrit des pierres aux formes étranges (« eine Menge curios geformter Steine »67) qu’il ne peut s’empêcher de comparer à des phallus68. Cette dernière impression doit alors étayer ses thèses quant à l’origine des ruines et Peters affirme : « Der Phallus Dienst war mit dem Cultus der ursemitischen Sonnenanbetung verbunden »69. Petit à petit, Carl Peters se prend au piège de son propre désir, il évoque, moment initiatique s’il en est, le passage par la porte de l’antique et légendaire pays de l’or70, reprenant ainsi l’image du passage par la porte d’entrée de l’antique El Dorado71 : « Das Muïra-Thal stellte recht eigentlich die Pforte dar, durch welche man in den Nordteil des antiken El Dorado gelangte »72. Dans sa description, il évoque un mur circulaire qui l’entoure (Zyklopenmauer)73, ainsi que l’entrée d’une grotte qui s’ouvre à lui : « […] weiter zurück vom Rande, deren Mitte des Hügels zu, fanden wir eine mächtige wagrecht auf dem Boden liegende Felsplatte, welche wir […] für den Eingang zu einem kellerartigen Gewölbe zu halten geneigt waren […] »74. L’image de la grotte renforce l’idée d’un retour ultime, d’une union à la terra mater qui, en tant qu’élément maternel, initie les hommes aux mystères de la vie. Il s’agit d’une solidarité mystique avec la terre natale, d’un enfouissement, anticipant l’autochtonie, comprenant la mise en terre comme retour à « un élément primordial, lié au sentiment profond qu’on a émergé du sol, qu’on a été enfanté par la terre »75. Ces images ne vont pas sans évoquer le désir de régression fœtale, d’un retour à la matrice première, un retour à la minéralité des premiers âges de l’humanité. L’image de la régression s’amplifie encore par l’évocation du monde minéral, de masses rocheuses, de rochers majestueux défiant le temps, lieux de cultes anciens :

  • 76 Jean-Jacques Wunenburger : La vie des images. Strasbourg 1995, p. 69.

Le privilège des espaces minéraux […] vient […] de ce qu’ils condensent ou concentrent dans un même topos, toutes les altitudes et toutes les profondeurs spirituelles. Ils comportent plus que d’autres un véritable « chromatisme affectif » (Ernst Cassirer) ou une ‘tonalité quintessentielle’ (H. Corbin) qui les privilégie comme images de l’invisible ou de l’absolu.76

  • 77 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 100.
  • 78 Ibid., p. 30.

20Le minéral est espace par excellence de l’initiation. Peters évoquera également son passage par un lieu étrange que les indigènes considèrent comme le pays des morts, le pays des fantômes : « dies Land haben die Gespenster getan […] Es ist ein Land des Todes »77. Il parviendra ainsi à dépasser la vie, à procéder à l’ultime transgression, à mourir pour renaître à nouveau. Après s’être perdu au sein de l’étrangeté d’une ville morte qui inspire une crainte primordiale, il parvient à en détourner son regard : « Der Geist konnte sich freier der Betrachtung der Landschaft zuwenden, welche vornehmlich an der Westseite fesselnd war, wo der Granit sein altes Spiel mit der Phantasie trieb »78.

21L’on pourrait alors se demander si la volonté d’ancrer ses ouvrages dans une démarche qu’il tient pour scientifique, multipliant les allusions et les références à des travaux de véritables chercheurs de son temps, n’est pas tout simplement l’expression d’un phénomène compensatoire, destiné à rééquilibrer la force d’une volonté de domination et d’un égocentrisme européen exacerbés dont il est l’incarnation et qui cherche à se perdre dans un vertige temporel que la recherche d’une ville qui n’existait pas permettait justement d’atteindre.

  • 79 Voir par exemple <http://www.u-bourgogne.fr/STIMULUS/D001/200/200.htm> ou : <www.cliolamuse.com/spip.php?article24> [31.03.2008].
  • 80 Voir notamment James Churchward : The lost continent of Mu. London 1926.
  • 81 Ibid.
  • 82 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), Préface. 3
  • 83 Paul Wagret : « Vers la solution d’un mystère : les ruines de Zimbabwe et le test radio-carbone » I (...)

22La quête des origines, véritablement obsédante à l’époque, a pu donner lieu quelquefois à des « mystifications » scientifiques plus ou moins grotesques : si l’on reproche surtout à Heinrich Schliemann, l’« inventeur de Troie »79, ses méthodes de travail ainsi qu’une fantaisie débordante, d’autres « quêteurs des origines » ont cherché et trouvé le berceau originel de l’humanité un peu partout dans le monde, qu’il s’agisse de l’Atlantide et / ou du continent perdu Mu80, deux îles-continents englouties, tant l’appel du temps se faisait entendre avec force. Cette quête reste pourtant essentielle, car elle permit de remettre en ordre ou de ramener à l’ordre, entendons à un ordre du monde européocentré, l’« inquiétante étrangeté » (Freud) de l’Ailleurs, en l’occurrence africain. En effet, l’on pourrait à ce titre évoquer une « Afrique palimpseste », puisqu’il s’agissait, pour des personnages comme Carl Peters, emblématiques de toute une génération d’archéologues et d’aventuriers en quête de gloire, de disqualifier l’Africain tenu pour un usurpateur dont la présence historique devait être comprise comme une sorte de parenthèse et de retrouver les racines sémitiques, donc pour Carl Peters, non africaines du continent, tout comme l’invention du continent Mu devait permettre d’expliquer l’origine « blanche » des populations du Pacifique Sud81. Dans notre cas, l’expédition africaine devient également un retour symbolique au pays natal, un retour dans ses propres légendes. Cette quête d’Ophir, ville légendaire surgie du fond des âges, est également le chemin que prend Carl Peters pour entrer dans la légende, pour répondre à l’appel des profondeurs du temps, tout en faisant écho à l’appel de son temps. C’est du reste ce qu’il souligne lorsqu’il note : « Die Phantasie unseres Zeitalters [ist] besonders geneigt, sich in solche geheimnissvolle Fragen der Urgeschichte unseres Geschlechts zu versenken »82. Peters cherche à retrouver les premiers matins de l’univers, pour mieux se perdre dans une sorte de vertige temporel que soulignent ses datations extrêmement approximatives. Dans la préface de son ouvrage, il fait remonter l’édification d’Ophir à -2000 avant J.-C. ou peut-être, concède t-il, à -3000 alors qu’elles datent d’après les recherches récentes du XIVe ou du XVe siècle83. L’approximation temporelle et l’ampleur des chiffres mettent une fois de plus l’accent sur le fait qu’il ne vise pas la justesse ou la vérité scientifique, contrairement à ce qu’il affirme par ailleurs.

  • 84 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 9.
  • 85 Henry Rider Haggard : King’ Solomon’s Mines (note 7).
  • 86 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 32.

23Ophir n’a pas été trouvée et de toute façon, la ville n’est d’aucune façon cet « Eldorado de première catégorie »84 que Peters affirmait vouloir découvrir. La mystification scientifique dont il use et abuse est parfois grotesque, mais elle donne à son auteur le moyen de rendre opérante la magie de la légende, comme l’avait tenté Allan Quatermain, le héros des Mines du roi Salomon de Henry Rider Haggard avant lui85. Lorsque Peters évoque le coucher du soleil sur les ruines et les collines du Zimbabwe, il invoque ouvertement le monde de la magie, de la légende dans lequel il se serait perdu86. Pourtant, son expédition révèle également son désir de ne pas se perdre complètement dans l’‘Autre-monde’, Peters ne veut pas perdre pied, mais semble plutôt vouloir se situer dans un « intermonde mythico-scientifique », où il lui sera possible de développer une sorte d’« archéologie enchantée » qui devient alors le lieu de tous les possibles, de toutes les extravagances et divagations, scientifiquement justifiées bien entendu. La quête de la légendaire Ophir se situe par conséquent au sein d’un « espace-oxymore », où il devient possible de procéder à la fusion d’une approche à la fois magique et positiviste du monde.

Haut de page

Notes

1 La Bible de Jérusalem, IR 10 : 1 et IR 10 : 2. La reine de Saba apprit la renommée de Salomon et vint éprouver celui-ci par des énigmes. Elle arriva à Jérusalem avec une très grande suite, des chameaux chargés d’aromates, d’or en énorme quantité et de pierres précieuses… Au chapitre 8 du Livre des Chroniques, il est question des 225 tonnes d’or que la flotte d’Hiram fit parvenir à Salomon et au chapitre 9 est évoquée une cargaison de bois de santal et de pierres précieuses.

2 Carl Peters : Das goldene Ophir Salomos. München / Leipzig 1895, p. 12-13.

3 Karl Ritter : Die Erdkunde im Verhältnis zur Natur und zur Geschichte des Menschen: oder allgemeine vergleichende Geographie, als sichere Grundlage des Studiums und Unterrichts in physikalischen und historischen Wissenschaften. Berlin 1817-1818.

4 Gottlieb Mauch (1837-1875), explorateur allemand qui découvrit en 1871 d’importantes ruines au Zimbabwe, considérait celles-ci comme les ruines de la cité biblique d’Ophir.

5 Theodore Bent : The ruined cities of Mashonaland. London 1896.

6 Joseoh Ki-Zerbo : Histoire de l’Afrique noire. Paris 1978, p. 188 sq.

7 Henry Rider Haggard : King’ Solomon’s Mines. London 1885.

8 Carl Peters : Im Goldland des Altertums, Forschungen zwischen Zambesi und Sabi. München 1902.

9 Carl Peters (note 2), p. 8 : « Ophir ist uns sagenhaft geworden ».

10 Carl Peters (note 2), p. 1.

11 Carl Peters (note 2), p. 13.

12 Carl Peters (note 2), p. 14.

13 Carl Peters : Schopenhauer als Schriftsteller und Philosoph, Eine Skizze. Berlin 1879.

14 Carl Peters : Willenswelt und Weltwille, Studien und Ideen zu einer Weltanschauung. Leipzig 1883.

15 Carl Peters : Lebenserinnerungen. In: Gesammelte Schriften. München / Berlin 1943, tome 1, p. 61 : « Bereits im Sommer 1881 […]. begann ich ein echt deutsches Werk zu schreiben, nämlich die Fortsetzung der Philosophie Arthur Schopenhauers ».

16 Ibid.

17 Carl Peters : Lebenserinnerungen in Gesammelte Schriften (note 15), p. 81 : « Ich wollte ein großes deutsches Kolonialreich an der Westseite des indischen Ozeans » et quelques lignes plus loin : « Ich war schwach und sentimental genug, Ostafrika immer noch als meine Schöpfung zu betrachten ».

18 Carl Peters : Im Goldland des Altertums, Forschungen zwischen Zambesi und Sabi (note 8), Préface.

19 Carl Peters : Lebenserinnerungen (note 15), p. 33.

20 Carl Peters : Wie Ostafrika entstand. Leipzig 1906, p. 83.

21 Carl Peters (note 15), p. 125. Bismarck ne voulut « protéger » ni l’Afrique orientale, ni les Comores où Karl Schmidt, un compagnon de Peters, venait de s’installer, ni le Sud-ouest de Madagascar, où Aurel Schulz venait de signer des traités en pays Sakalave pour ne pas froisser la France, alors que pour Peters les Français, qui n’ont pas fait la guerre pour Metz et Strasbourg, ne la déclencheraient pas pour ces terres au bout du monde.

22 Henry Morton Stanley : How I found Livingstone, Travels, adventures, and discoveries in central Africa. London 1872. Envoyé en 1869 par le New York Herald en Afrique orientale afin de retrouver David Livingstone parti à la recherche des sources du Nil, il y parviendra en 1871 après de longs mois de recherche.

23 Carl Peters : Die Emin Pachaexpedition. In : Gesammelte Schriften (note 15).

24 Carl Peters : Wie Ostafrika entstand (note 20). Peters y évoquera à plusieurs reprises « mein Indien in Afrika ».

25 L’Afrique orientale allemande est un vaste « territoire protégé » (Schutzgebiet) qui recouvre l’actuelle Tanzanie, l’Ouganda ainsi que de grandes parties du Ruanda et du Burundi.

26 Carl Peters : Wie Ostafrika entstand (note 20), p. 96.

27 Voir la monographie d’Arne Perras : Carl Peters and German Imperialism 1856-1918. Oxford 2004, p. 66 sq.

28 Carl Peters : Lebenserinnerungen (note 15), p. 84.

29 Voir notamment le film qui lui est consacré, produit en 1940/41 par la Bavaria Filmkunst GmbH et dont le scénario est signé Ernst von Salomon, Walter Zerlett-Olfenius, Herbert Selp. Le rôle de Peters est interprété par Hans Albers, vedette de l’époque. Dès 1934, Richard Wichterich et Fritz Pabst avaient publié Carl Peters erobert Ostafrika, chez Tienemann à Stuttgart, et Richard Wichterich avait publié la même année Dr Carl Peters. Der Weg eines Patrioten chez Keil à Berlin, mais c’est sans doute le roman de Josef Viera : Maria in Petersland. Breslau 1937 qui connut le plus de succès.

30 Carl Peters : Das goldene Ophir Salomos (note 2), p. 1.

31 Ernst Hugo Paul Berthold zu Blumenthal (1855-1917), Landrat prussien.

32 En 1502, Vasco de Gama avait découvert la ville de Sofala. Trois ans plus tard, les Portugais s’y installèrent.

33 Sans doute s’agit-il de Guillaume Delisle ou De Lisle (1675-1726), premier géographe du roi et membre de l’Académie des sciences qui fit paraître en 1700 une mappemonde et des cartes d’Europe, d’Asie et d’Afrique où les anciennes erreurs des cartographes avaient été corrigées. L’incertitude quant à l’orthographe du nom de famille a été partagée par la famille elle-même.

34 Nicolas de Gueudeville (1652-1721) est un moine bénédictin défroqué devenu pamphlétaire, traducteur et historien.

35 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 3.

36 Ibid.

37 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 5.

38 Samuel Birch, égyptologue et sinologue anglais (1813-1885) imposera en Angleterre les travaux de Champollion dont les transcriptions étaient contestées. Samuel Birch.

39 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 207.

40 Ibid., p. 76.

41 Ibid., p. 180 sq.

42 L’adjectif « sémitique » dérive du nom commun « sémite », utilisé pour la première fois en Europe vers la fin du XVIIIe siècle par l’historien philologue allemand August Ludwig von Schlözer. Les langues sémitiques forment un groupe de langues parlées dès l’antiquité au Moyen-Orient, au Proche-Orient et en Afrique septentrionale. Les langues sémitiques contemporaines les plus parlées sont l’arabe, l’amharique, l’hébreu, le tigrinya et le soureth.

43 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 227.

44 Ibid., p. 225.

45 Après avoir longtemps voyagé autour du monde, Bastian collabore avec Rudolf Virchow pour organiser en 1869 la Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte et coédite le journal de la société, la Zeitschrift für Ethnologie. À cette date, il est aussi à la tête de la Société royale géographique d’Allemagne. En 1886, il fonde le Königliches Museum für Völkerkunde qui devient alors un des plus grands musées ethnographiques et lieux de formation à l’ethnologie au monde.

46 Carl Peters : Ophir nach den neuesten Forschungen. Berlin 1908, Préface.

47 Le terme Bantou a été formulé au milieu du XIXe siècle par le linguiste W. C. Bleck pour désigner des peuples originaires de la région comprise entre le Sud de la Bénoué (Nigeria) et l’actuel Cameroun, qui auraient ensuite migré par étapes vers le reste de l’Afrique centrale et vers l’Afrique orientale et australe.

48 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 71.

49 Baal est un dieu d’origine sémite dont le culte a été célébré de -3000 ans à l’époque romaine. Son nom – le maître ou l’époux – se retrouve dans tout le Moyen-Orient, depuis les zones peuplées par les sémites jusqu’aux colonies phéniciennes, dont Carthage. Baal n’est qu’une appellation générique, accompagnée d’un qualificatif qui révèle quel aspect est adoré. 

50 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 212.

51 Eduard Glaser (1855-1908), explorateur, orientaliste et archéologue autrichien, est un spécialiste de l’Arabie et en particulier du Yémen.

52 Pays de Pount ou encore Pwenet et Pwene, également appelé Ta Nétjer, qui signifie « Pays du dieu », est un site commercial dont la localisation est encore incertaine. D’après le bas-relief du temple de Deir el Bahari à Louxor, une flotte de cinq navires, affrétée par le pharaon Hatshepsout en 1500 avant notre ère, parvint à retrouver le merveilleux et lointain pays de Pount d’où ils rapportèrent les plus extraordinaires richesses. Depuis la découverte de ce bas-relief, les archéologues n’ont cessé de s’interroger sur cet exploit. Cette expédition a-t-elle réellement eu lieu ? Et si oui, où se trouve le pays de Pount ?  Comment les bateaux d’Hatshepsout ont-ils pu accomplir un tel voyage ? Ont-ils vogué sur le Nil ? Navigué sur la mer Rouge ? Les Egyptiens de cette époque avaient-ils les connaissances maritimes nécessaires pour voyager sur la mer ?

53 Heinrich Brugsch (1827-1894) est un égyptologue allemand, connu pour avoir fondé la Zeitschrift für Aegyptische Sprache und Altertumskunde en 1863.

54 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 154.

55 Ibid.

56 Ibid., p. 180.

57 Ibid., p. 196.

58 D’après le poème de R. Kipling The white men’s burden où il met en avant ce qu’il tient pour la nécessaire mission civilisatrice  de l’Europe vis-à-vis des colonies.

59 Le Zimbabwe autrefois connu comme Rhodésie du Sud, puis Rhodésie et Zimbabwe-Rhodésie, accéda à l’indépendance en 1980.

60 A. H. Keane (1833-1912), explorateur et ethnologue d’origine anglaise, auteur notamment de Ethnology in two parts, I. Fundamental ethnical problems. II. The primary ethnical groups. University Press Cambridge 1896, a également publié un ouvrage sur Ophir où sont rassemblées ses conférences prononcées en Rhodésie entre août et septembre 1901: The gold of Ophir: whence brought and by whom? New York 1969.

61 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 247.

62 Ibid., p. 212.

63 Ibid., p. 25.

64 Joseph Conrad : Au coeur des ténèbres. Paris 1988 (traduction de Jean Deuberque). Édition bilingue, p. 136 : « They howled and leaped, and spun, and made horrid faces; but what thrilled you was just the thougt of their humanity – like yours – the thougt of your remote kindship with this wild and passionate uproar ». Et p. 144 : « Going up that river was like travelling back to the earliest beginnings of the world, when vegetation rioted on the earth and the big trees where kings ».

65 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 18-19 et p. 30 sq.

66 Ibid., p. 14.

67 Ibid., p. 30.

68 Ibid.

69 Ibid., p. 32.

70 Ibid., p. 25

71 Ibid., p. 33.

72 Ibid.

73 Ibid., p. 30.

74 Ibid.

75 Mircea Eliade : Mythes, rêves et mystères. Paris 1957, p. 202.

76 Jean-Jacques Wunenburger : La vie des images. Strasbourg 1995, p. 69.

77 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 100.

78 Ibid., p. 30.

79 Voir par exemple <http://www.u-bourgogne.fr/STIMULUS/D001/200/200.htm> ou : <www.cliolamuse.com/spip.php?article24> [31.03.2008].

80 Voir notamment James Churchward : The lost continent of Mu. London 1926.

81 Ibid.

82 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), Préface. 3

83 Paul Wagret : « Vers la solution d’un mystère : les ruines de Zimbabwe et le test radio-carbone » In : Annales. Économies, Sociétés, Civilisations 3, 1955, p. 363-366 ou Mongo Beti / Odile Tobner : Dictionnaire de la négritude. Paris 1989, p. 239.

84 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 9.

85 Henry Rider Haggard : King’ Solomon’s Mines (note 7).

86 Carl Peters : Im Goldland des Altertums (note 8), p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Repussard, « Carl Peters à la recherche de la Biblique Ophir  »Recherches germaniques, HS 7 | 2010, 39-53.

Référence électronique

Catherine Repussard, « Carl Peters à la recherche de la Biblique Ophir  »Recherches germaniques [En ligne], HS 7 | 2010, mis en ligne le 13 juin 2019, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rg/1847 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.1847

Haut de page

Auteur

Catherine Repussard

Maître de conférences en Études germaniques
Université de Strasbourg
Département d’allemand
repussardcatherine[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search