Navigation – Plan du site

Le cas du Président Schreber. Un exemple de délire d’influence

Der Fall des Präsidenten Schreber. Ein Beispiel von „Einflusswahn“
The case of President Schreber. An example of ‘over-reaching delirium’
Bénédicte Abraham
p. 41-52

Résumés

Cet article revient sur l’analyse par Sigmund Freud du cas du président Schreber et s’attache à la notion clinique de « délire d’influence ». On sait l’importance de l’essai de Freud relatif au cas Schreber, qui constitue un jalon dans la réflexion du savant sur la paranoïa et l’élucidation progressive du mécanisme de la névrose. Cet article a pour ambition de replacer le délire de Schreber – vu par ailleurs ici non plus comme un fantasme de transsexualisme, mais plutôt comme un fantasme de toute-puissance – dans un ensemble plus complexe associant l’histoire familiale du patient, l’époque dans laquelle se situe son délire cosmogonique et une réflexion sur les potentialités sémantiques de la langue allemande dans laquelle le président Schreber coule son délire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Simon-Daniel Kipman (éd.) : Dictionnaire critique des termes de psychiatrie et de santé mentale. Pa (...)
  • 2 Paul Emil Flechsig, professeur de psychiatrie à Leipzig et médecin de Daniel Paul Schreber.
  • 3 Daniel Paul Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, nebst Nachträgen und einem Anhang über (...)
  • 4 Ibid., p. 43 : « meinen eigentlichen Freund immer nur in Professor Flechsig oder dessen Seele erbli (...)
  • 5 Ibid., p. VII : « Ebenso zweifellos ist mir, dass Ihr Name bei der genetischen Entwickelung der bet (...)
  • 6 Ibid., p. IX.

1Si le concept d’influence prend une pertinence dans de nombreux domaines de la pensée et de la science tels que la littérature, la linguistique, la sociologie ou encore la politique, il est également opératoire en médecine. En effet, la science psychanalytique et la pratique psychiatrique ont forgé et répertorié le terme de « délire d’influence » pour désigner « le délire dans lequel des personnes extérieures exercent une influence occulte sur le malade. Le patient ne se sent plus maître de ses pensées, de ses actes, de ses sentiments qui lui apparaissent comme imposés […] »1. C’est notamment ce dont Daniel Paul Schreber (18421911), brillant magistrat allemand, président de chambre honoraire à la Cour d’Appel, est convaincu à l’endroit de son médecin Paul Emil Flechsig2 (18471829) qu’il accuse dans les Mémoires d’un névropathe3 d’être son « seul et unique ennemi juré »4 et d’exercer sur lui une « influence dégradante »5 : « eine […] gefangen nehmende Einwirkung […] wie sie beim Hypnotisiren stattfindet »6, et ce, en dépit de la distance qui les sépare :

  • 7 Ibid., p. 12, 34 et 70.

[…] die Flechsig’sche, [hat] einen sehr tiefgreifenden Einfluss auf meine Beziehungen zu Gott und demnach meiner persönlichen Schicksale ausgeübt. […] meine Nerven [werden] von außen her in Bewegung gesetzt […] Ich selbst habe die Einwirkung zunächst als eine vom Professor Flechsig ausgehende empfunden. […] Professor Flechsig [muss] über die betreffenden Nerven irgendwelche Verfügungsgewalt besessen haben.7

  • 8 Sigmund Freud / Carl Gustav Jung : Briefwechsel Sigmund Freud / Carl Gustav Jung. Hrsg. von William (...)
  • 9 Sigmund Freud / Sandor Ferenczi : Briefwechsel Sigmund Freud/Sandor Ferenczi. Hrsg. von Ernst Falze (...)
  • 10 Siegmund Freud : Briefwechsel Sigmund Freud / Karl Abraham (19071925). Vollständige Ausgabe, hrsg. (...)
  • 11 Freud / Jung : Briefwechsel, p. 390.

2Le cas de Daniel Paul Schreber, celui que d’aucuns appellent encore « le malade le plus cité de l’histoire de la psychiatrie », intéressa Sigmund Freud (18561939) dès 1910, comme le révèle sa correspondance avec Carl Gustav Jung (18751961)8, Sandor Ferenczi (18731933)9 ou encore Karl Abraham (18771925)10. Il chercha à décrypter ce délire auquel le patient a donné la forme d’un manuscrit de quatre cents pages écrit dans une langue aussi sûre que précise et obéissant à une logique impressionnante. Freud pressentit très tôt que cette étude était susceptible de faire avancer considérablement sa réflexion. Dans une lettre à Carl Gustav Jung en date du 24 septembre 1910, Freud évoque ainsi le cas Schreber : « Verschiedene wissenschaftliche Ansätze, die ich mitbrachte, haben sich zu einer Arbeit über Paranoia zusammengetan, die aber noch des Abschlusses entbehrt, indes in der Aufklärung des Mechanismus und der Neurosenwahl ein ganzes Stück weiterführt11. » L’analyse du cas du président Schreber amène ainsi le savant à considérer la paranoïa comme un système de défense contre des pulsions homosexuelles.

  • 12 Zvi Lothane : « Freud erkannte auch nicht, dass viele der Meditationen Paul Schrebers keine Wahnvor (...)

3Si le texte de Daniel Paul Schreber invite ses lecteurs à explorer la notion d’influence dans ses manifestations cliniques et pathologiques, il n’en reste pas moins que le monde intérieur de Schreber est non seulement influencé par certains contenus culturels de son époque12, mais encore par l’histoire familiale et ancestrale du patient ainsi que par la langue allemande dans laquelle il coule les contenus délirants de son discours et qui donne corps, sans qu’il le sache toujours, à sa folie raisonnante.

Retour sur l’histoire familiale de Daniel Paul Schreber

  • 13 Daniel Devreese / Han Israels / Julien Quackelbeen (éd.) : Schreber inédit. Paris 1986.
  • 14 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 71.
  • 15 Freud parle du « das theologisch-psychologische System des Dr. Schreber ». Siegmund Freud : « Psych (...)
  • 16 In : Schreber inédit, p. 126 : « Après anéantissement de l’humanité, Schreber, seul survivant, élu (...)
  • 17 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 38.

4Retracer brièvement l’histoire familiale de Daniel Paul Schreber en faisant d’emblée remarquer que « sa vie presque entière s’est déroulée sous l’influence du personnage tout-puissant du père »13 et donner un aperçu de la chronologie de sa maladie se révèle indispensable si l’on veut mieux comprendre certains aspects de son délire consigné dans ses mémoires. Les Mémoires d’un névropathe du président Schreber paraissent en 1903 et leur auteur les présente comme « meinen Bericht über meine Erlebnisse und Erinnerungen aus der Zeit meines Aufenthalts in der Flechsig’schen Anstalt »14. Le texte se présente sous la forme d’un délire religieux et cosmogonique, comme une sorte de théodicée brillamment construite, argumentée et rationnelle15. Schreber est convaincu d’entretenir une relation privilégiée avec Dieu lui-même et reste persuadé qu’une fois changé en femme il pourra en devenir l’épouse rédemptrice et génératrice d’une nouvelle humanité16. Il élabore un plan « […] mit dem anscheinend der Weltordnung zu Grunde liegenden Plan, im Falle von Weltkatastrophen, die eine Vernichtung der Menschheit auf irgend einem Weltkörper zur Nothwendigkeit machen, eine Erneuerung des Menschengeschlechtes zu ermöglichen »17. L’ensemble du texte atteste que les qualités intellectuelles et mentales de Schreber sont non déficitaires.

  • 18 William G. Niederland : « Une étude : la remarquable famille Schreber ». In : Scilicet 4 (1974), p. (...)
  • 19 Jacques André : « Il y est partout question de l’art et de la manière ‘de se rendre maître de l’enf (...)
  • 20 Lothane : Die Zeit, « Freuds Fehlleistung », Nr. 18, 28.4.1995 : « Auf der Grundlage von Moritz Sch (...)
  • 21 Niederland : « Une étude : la remarquable famille Schreber », p. 295 : « Daniel Gottfried Moritz va (...)

5Daniel Paul Schreber est issu d’une famille protestante d’Allemagne du Nord, remarquable par le nombre, à chaque génération depuis le dix-septième siècle, d’intellectuels ou de réformateurs de renom, dont le plus connu peut-être est le père du patient, Daniel Gottfried Moritz Schreber. Ce dernier est un médecin réputé qui s’est notamment distingué en son temps par de nombreux travaux sur l’importance de la gymnastique médicale18, laquelle doit, selon les principes empreints de rigidité19 qu’il y expose, faire partie intégrante de l’éducation des enfants. Il va jusqu’à mettre au point des appareils (Geradehälter) destinés à gommer les défauts corporels que les enfants pourraient prendre en grandissant20. Il est aussi l’auteur d’une héliothérapie et c’est encore lui qui est à l’origine de la création de jardins ouvriers21 qui connaîtront un si vif succès en Allemagne que ces jardins portent encore son nom aujourd’hui.

  • 22 Ibid., p. 302 : « La clinique prospère rapidement et bientôt s’agrandit d’une nouvelle bâtisse. Sch (...)
  • 23 Ibid., p. 287.

6Directeur d’une clinique de soins pour enfants qu’il a lui-même créée, qui prospère vite et dans laquelle les massages et le soleil tiennent une place essentielle22, Daniel Gottfried Moritz Schreber est une figure éminente du monde social et du monde de l’éducation, dont l’« œuvre de réforme sociale n’est pas restée sans conséquence »23. Il meurt le 10 novembre 1861 à l’âge de 53 ans après plusieurs impulsions homicides et suicidaires.

  • 24 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 25 : « […] da man in mir doch bald einen geisti (...)

7Daniel Paul, l’auteur des Denkwürdigkeiten, naît en 1842. Il a un frère de trois ans son aîné qui se suicidera par balle, une sœur aînée et deux sœurs cadettes, dont l’une s’occupera de lui pendant toute la période de son récit. Juriste de très haut grade, il est fait chevalier de l’ordre du mérite en 1888 ; en 1889, il devient président du tribunal de Saxe et est nommé à la Cour Suprême en 1893. Telles sont quelques-unes des étapes clés d’une carrière publique exceptionnellement brillante et rapide. Ses capacités intellectuelles sont remarquables, ce dont il est du reste le dernier à douter24, et ses mémoires révèlent son extraordinaire acuité endopsychique, sa capacité étonnante d’autoobservation et d’autoanalyse.

  • 25 Niederland : « Une étude : la remarquable famille Schreber », p. 289.
  • 26 Ibid., p. 291.

8Remonter à l’influence qu’a pu sourdement exercer toute une tradition familiale sur le sujet malade apparaît nécessaire si l’on veut mieux comprendre le délire du président Schreber. Outre le père de Schreber, il existe dans la lignée ancestrale d’autres penseurs et réformateurs. Le père de l’arrière grand-père de Schreber, Johannes David Schreber, directeur d’école, écrit une dissertation d’une vingtaine de pages qui connaît un certain succès à la fin du dix-septième siècle et porte sur les livres obscènes, condamnés par leur auteur comme étant des « livres dont les auteurs disent des choses lascives d’une manière ouverte, parlent avec pétulance des parties qui permettent la distinction des sexes »25. Un autre ouvrage du même auteur ayant pu être retrouvé porte sur les « grands thèmes de la vie de l’homme dans ses rapports avec la foi et le culte »26. Le fils de Johannes David, Daniel Gottfried, connut lui aussi une grande notoriété comme juriste et économiste ; en 1762, il est nommé professeur d’économie (Wirtschaftskunde) à l’université de Bützow et en 1765 professeur à l’université de Leipzig. Son fils, Johan Christian Daniel fera lui aussi une brillante carrière universitaire, laissant une abondante production. Le frère de ce dernier aura un fils qui va renouer avec l’illustre tradition familiale, le père du « névropathe », Daniel Gottfried Moritz Schreber.

9La famille se distingue ainsi par le nombre de ses personnalités éminentes et intellectuellement brillantes, mais aussi par un courant réformateur, incarné aussi bien par l’ancêtre qui souhaite assainir les mœurs et la littérature que par le père même de Daniel Paul qui espère promouvoir ses idées réformatrices en imposant aux enfants de faire de la gymnastique.

  • 27 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 26 : « Nach der Genesung von meiner ersten Kran (...)

10Schreber a donc grandi et évolué dans un milieu culturel de valorisation du dynamisme, de la maîtrise du corps et de la nature, idéaux s’inscrivant par ailleurs dans les courants hygiénistes de la fin du xixe siècle. Cette question relative à l’activité et à la passivité est d’ailleurs centrale d’un point de vue psychique chez Schreber. À son discours très actif correspond justement la mise en acte fantasmatique d’une position passive. Par ailleurs, et comme il l’évoque dans ses Mémoires27, Schreber, ne pouvant avoir d’enfants, est amené à rompre la perpétuation de cette illustre lignée. Sans doute est-il alors possible de comprendre le fantasme exprimé par le malade de donner naissance à une nouvelle humanité comme l’expression de ce désir d’enfant jamais comblé dans la vie réelle et la rédaction de son manuscrit très élaboré et structuré comme une manière de reconstruire du sens et de transmettre quelque chose à autrui, de s’inscrire dans une lignée et de participer, en quelque sorte, à la transmission de l’héritage humain.

Chronique de la maladie de Daniel Paul Schreber et caractère original de son délire

  • 28 Schreber : Mémoires d’un névropathe : avec des compléments et un appendice sur la question « à quel (...)
  • 29 Ibid., p. 26.

11Sa première maladie éclate à l’automne 18841885, peu de temps après son échec à l’élection au Reichstag et dure un an. Schreber est interné à la clinique universitaire des maladies nerveuses de Leipzig, où les médecins diagnostiquent une « hypocondrie grave » ; ce premier accès délirant est une maladie sans phénomènes surnaturels ni hallucinations. Sa seconde admission en unité psychiatrique a lieu en juin 1893, lorsque Schreber, nommé président du tribunal de Dresde, traverse une nouvelle crise psychotique. Accablé par la tâche qui lui incombe en sa qualité de juriste à un moment où le monde allemand est en train de réécrire l’ensemble de son droit28, Schreber fait un effondrement psychique grave et doit être interné. Au cours de l’été, il rêve à plusieurs reprises que sa maladie lui est revenue, ce que Freud analyse comme le désir à peine voilé du patient de revoir son médecin. Lors de ce second accès délirant, Schreber est hanté par « die Vorstellung, dass es doch eigentlich recht schön sein müsse, ein Weib zu sein, das dem Beischlaf unterliege »29. Cette représentation lui est insupportable et, selon un mécanisme de défense, il s’imagine qu’elle lui vient de son médecin Flechsig – auquel il est, d’après sa cosmologie, raccordé par les nerfs – et que celui-ci exerce une influence néfaste sur sa personne. En février 1894, sa femme s’absente et Schreber connaît un nouvel effondrement psychique. En novembre 1895, il va créer le délire qui va être l’objet du travail et commencer à écrire. Il meurt en 1911.

  • 30 Franz Baumeyer : « Der Fall Schreber », Psyche, Bd. 9, 1955, p. 513-536 ; Han Israels : Schreber, p (...)
  • 31 André : Préface à l’édition française, p. XIX.

12Plusieurs exégètes du cas Schreber30 ont fait remarquer qu’il existe un lien entre les moments clés de sa carrière publique – une nomination à un poste de grade élevé – et ses crises psychotiques, et qu’il existe également un rapport entre ses effondrements nerveux et les absences de sa femme. Daniel Devreese dans Schreber inédit constate par exemple que Schreber succombe à des fantasmes féminins passifs chaque fois qu’il lui est demandé d’assumer un rôle masculin actif dans la vie réelle et sociale. Les commentaires de Freud en 1911 mettent au jour les ressorts de la paranoïa que le scientifique rapporte à la modalité de traitement de l’homosexualité et qui est chez Schreber de type éminemment passif. Freud développera ultérieurement l’idée que « la paranoïa éclôt sur le terrain du complexe de castration »31.

  • 32 Freud : « Psychoanalytische Bemerkungen », p. 268 : « Die beiden Hauptstücke des Schreberschen Wahn (...)
  • 33 Sigmund Freud : Le Président Schreber. Préface de Jacques André, p. VII : « La lecture des œuvres d (...)

13L’élément nouveau dans le délire schrébérien et qui intéresse Freud dans l’essai qu’il lui consacre est l’articulation entre la croyance en Dieu de Schreber et le fait de vouloir être femme32. Si Freud prend soin de rappeler que la conviction d’avoir une mission de rédemption est un élément classique du délire paranoïaque à caractère religieux, il n’en souligne pas moins que l’élément original du délire chez Schreber est le souhait manifesté par le patient de devenir femme de Dieu et d’engendrer ainsi une nouvelle humanité régénérée. Ses mémoires sont émaillés de concepts religieux tels que le concept de « meurtre d’âme »33. Schreber se réfère à une tradition culturelle de la figure du diable, perçu comme le « meurtrier d’âme », nom dont il ne cesse d’affubler Flechsig et qu’il oppose au Dieu tout-puissant, qui l’aurait élu, lui, Schreber, pour rédimer et refonder l’humanité.

14Pour Freud, ces contenus délirants qui procèdent selon les procédés classiques du transfert, de la condensation et de la mise en scène, sont directement issus de la théorie et de la pratique pédagogiques extrêmement rigides de son père dont l’image se scinde alors entre un aspect satanique, qui en fait le meurtrier de l’âme de ses enfants, et une dimension idéalisée en raison de l’éminence du personnage dans la vie sociale. On peut encore penser ici que l’influence de contenus religieux propres à notre société judéo-chrétienne, et plus précisément la thématique du meurtre du fils perpétré par le père, ne reste pas sans impact dans la construction délirante de Schreber. En tant que magistrat brillant et cultivé, Schreber n’a pu rester à l’écart des contenus culturels de son époque et son délire est dès lors tout autant à lire comme un document clinique que comme un document historico-culturel. Rappelons aussi à cet endroit de notre propos que la révolte contre le père est à cette époque une thématique récurrente.

La langue de Schreber

  • 34 Ibid., p. VIII. Jacques André évoque à cet égard « le destin des mots du père dans la langue du fil (...)
  • 35 Rappelons ici que der Wahn signifie en allemand « rêverie », « fantasme » ou « folie ».
  • 36 Georges-Arthur Goldschmidt : « La folie se fait-elle des illusions ? ». In : Quand Freud voit la me (...)
  • 37 Der erste Verführer.
  • 38 Goldschmidt : « L’inconscient linguistique ». In : Quand Freud voit la mer, p. 92-137, ici p. 115. (...)

15Une analyse de quelques signifiants de la langue allemande dans laquelle Schreber consigne scrupuleusement les phases et aspects de son délire révèle aussi, à certains égards, l’influence inconsciente que la langue exerce sur lui, le trahissant souvent et aidant l’analyste dans le décryptage de sa psychose34. Le fantasme de Schreber, sa « rêverie »35, comme le dit Georges-Arthur Goldschmidt36, consiste à désirer être la femme de Dieu afin de donner naissance à une humanité régénérée. Cette construction cosmogonique cache selon Freud le désir homosexuel latent et passif du président Schreber envers son médecin Flechsig qu’il accuse par projection de séduction à son endroit. Flechsig est désigné par le patient comme « le premier séducteur »37. Or, rappelons que le terme allemand verführen en dit plus, par la particule verbale -ver, que le simple terme français « séduire ». En allemand, verführen signifie littéralement « mener quelqu’un là où il ne veut pas aller » ; du Verführer au Führer, il n’y a pas loin. D’ailleurs, Schreber appelle Flechsig, en un endroit de son récit, le « Führer de rayons », c’est-à-dire celui qui les commandite. La langue allemande rend bien compte de l’idée d’attirance de Schreber pour Flechsig, laquelle provoque, dit-il, son indignation, et va à l’encontre de ce qu’il veut, à savoir rester dans le droit chemin du mariage et de l’hétérosexualité, ne pas être verführt, c’est-à-dire dévié de sa trajectoire initiale38.

  • 39 Ibid., p. 110 : « Unterliegen dit déjà tout des rêveries explicites du président Schreber lequel, e (...)
  • 40 Ibid., p. 124 : « C’est peut-être pourquoi le président Schreber ne cesse de récidiver, er wird imm (...)
  • 41 À la différence de l’adjectif « weiblich » encore aujourd’hui couramment utilisé, le substantif « d (...)
  • 42 Goldschmidt : « L’inconscient linguistique », p. 120 : « Si die Frau est toujours habillée, das Wei (...)

16Le fantasme de Schreber consiste aussi à vouloir « être une femme se soumettant à l’acte sexuel ». La langue allemande est ici encore sémantiquement plus riche que la traduction française. Comme l’analyse Georges-Arthur Goldschmidt, Schreber utilise le terme allemand unterliegen qui signifie certes « subir » ou « se soumettre », mais qui fait également voir concrètement la position « couché dessous »39. Schreber dit ainsi à son insu, mais avec la clarté que lui permet la langue allemande, qu’il est soumis à son fantasme d’être couché dessous, ce que confirme encore l’évocation des récidives dont il est l’objet. En allemand, « récidiver » se dit rückfällig werden, c’est-à-dire qu’« il ne cesse de devenir retombant en arrière »40. Comme le résume Georges-Arthur Goldschmidt, Schreber se laisse prendre au « piège » de la langue allemande qui lui fait dire ce dont il ne veut pas parler, ce qu’il n’ose pas s’avouer, à savoir son désir d’être la femme dans l’acte d’accouplement. À ce propos, Schreber a recours au terme das Weib qui peut désigner la femme dans sa représentation sexuelle41,
alors qu’il n’emploie jamais le terme die Frau qui désigne davantage la femme dans sa représentation sociale42.

  • 43 Niederland : «Une étude : la remarquable famille Schreber ». p. 307. Niederland explique que le pè (...)
  • 44 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 16 : « In diesen ,wundervollen Aufbau‘ ist nun (...)
  • 45 Niederland : « Une étude : la remarquable famille Schreber », p. 313 : « Dans son œuvre et dans sa (...)
  • 46 Ibid., p. 319-320.

17Schreber s’attache à cette conviction délirante qu’il va devenir femme et nourrit le fantasme de ce qu’il appelle die Entmannung, terme que l’on peut traduire en français par « éviration » ou « émasculation ». Mais la traduction ne peut rendre complètement compte de la charge sémantique attachée à la particule verbale ent, qui, en allemand, renvoie toujours au manque et à la privation de quelque chose. Ainsi, le fantasme profond de Schreber n’est pas à proprement parler, comme certains exégètes ont pu le penser, un fantasme de transsexualisme, mais un fantasme de toute-puissance. Schreber réclame d’être les deux sexes et voudrait qu’on lui enlève quelque chose afin qu’il soit le tout, rejoignant en quelque sorte la figure de la Vierge et sa capacité d’autoengendrement se manifestant dans son statut de Vierge et de mère. Dans son délire, Schreber se reconstruit comme non manquant43, s’identifiant à la Vierge qui est toute, non manquante. Un événement dans son histoire personnelle n’a pas permis à Schreber d’élaborer l’état de manque ou ce que les psychanalystes appellent la castration. Dans son délire raisonnant, ce défaut d’élaboration prend la forme d’une faille dans l’univers44 qui, pour le patient, est une façon de se réattribuer par le discours la traversée de la castration qui a échoué. Rappelons ici que le père de Schreber, tout exalté qu’il est par ses principes de maîtrise parfaite du corps45, prend son fils pour une chose, qu’il intervient sans cesse dans le réel et se montre intrusif à l’endroit du corps de ses enfants. Pour que Schreber puisse élaborer le fait de n’être pas tout, il ne faut pas que l’un des deux parents se montre tout-puissant. Or, ce n’est pas le cas pour Daniel Paul dont « le père se veut à la fois père, éducateur, guide, réformateur et […] ne laisse place à aucune béance […] Schreber se pose comme ne manquant de rien »46. Chez lui, il y a de toute évidence un défaut de cette élaboration et son délire reconstruit cette figure de la toute-puissance sous la forme de « Dieu le père ». Schreber n’arrive pas à « être » au sens où « être » implique d’être écorné, il voudrait « être tout ». Or, Schreber ne peut réaliser cette figure de l’« être tout » que du côté du féminin, de la déesse mère, la femme étant seule capable d’engendrer des enfants.

  • 47 Freud émet l’hypothèse que le fondement de la paranoïa concerne des blessures narcissiques.
  • 48 Il s’agit d’un type de délire paranoïaque qui articule le concept de paranoïa avec celui de sujet. (...)
  • 49 Max Scheler : L’homme du ressentiment. Paris 1970.
  • 50 Jacques Lacan : Le séminaire. Livre III. Les psychoses. 1955-1956. Paris 1981.

18Le président Schreber, convaincu de vivre sous l’influence maléfique et aliénante de son médecin Paul Emil Flechsig – et c’est précisément cette notion de conviction attachée à son délire qui lui octroie son caractère pathologique – peut être lu comme ce que la nosographie actuelle qualifie de « délire d’influence » qui prend la forme d’une création cosmogonique impressionnante de quatre cents pages. Schreber transfère sur son médecin Flechsig l’influence intrusive et traumatique que son père tout-puissant et ses méthodes pédagogiques exercèrent autrefois sur l’enfant, et par-delà le père, toute une illustre lignée de réformateurs que Schreber, dont le mariage reste sans enfant, ne peut poursuivre, sauf à transmettre un héritage et un sens d’une autre façon, comme, par exemple, en écrivant des mémoires. On retrouve sous la plume de Schreber des thèmes classiques d’influence comme l’emprise à distance d’un être sur un autre, le thème de la transformation corporelle, le thème de grandeur et celui de filiation, notamment par le recours à la cosmogonie. Et le délire schrébérien, à l’immense richesse imaginative, est lui-même loin de rester sans influence : Freud n’aura de cesse de reconnaître que l’étude du cas Schreber pose les bases d’une réflexion essentielle sur le narcissisme qui le mène à envisager la paranoïa comme la recréation d’une forme de délire narcissique où la toute-puissance est réalisée47. Le texte de Schreber amène un changement de position théorique chez Freud dès 1914 où ce dernier fait l’hypothèse du narcissisme comme étant étroitement lié à la question de la castration. En 1918, Ernst Kretschmer (18881964) de l’école allemande de psychiatrie, apporte une contribution essentielle à la théorie de la paranoïa en exposant ce que l’on appelle depuis « le délire de relation des sensitifs »48 et Max Scheler (18741928) livre un essai philosophique intitulé L’homme du ressentiment49. Jacques Lacan consacre encore au cas Schreber une année entière de son séminaire dédié à l’étude des psychoses50.

  • 51 Freud / Jung : Briefwechsel, « Lettre à Jung du 22 avril 1910 », p. 343.

19Les signifiants qui émaillent le délire de Schreber se retrouvent du reste sous la plume de Sigmund Freud et sous celle de Carl Gustav Jung. Après sa rupture avec Freud en 1912, Jung reproche à son ancien ami sa manie diabolique de vouloir tout comprendre et tout expliquer, évoquant dans ce contexte le pouvoir aliénant qu’il a sur lui au point qu’il pourrait le mener à un véritable « meurtre d’âme ». Quant à Freud, il n’aura de cesse de reconnaître la dette qu’il a envers celui qu’il appelle « den wunderbaren Schreber, den man zum Professor der Psychiatrie und Anstaltsdirektor hätte machen sollen »51.

Haut de page

Notes

1 Simon-Daniel Kipman (éd.) : Dictionnaire critique des termes de psychiatrie et de santé mentale. Paris 2005, p. 202.

2 Paul Emil Flechsig, professeur de psychiatrie à Leipzig et médecin de Daniel Paul Schreber.

3 Daniel Paul Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, nebst Nachträgen und einem Anhang über die Frage: Unter welchen Voraussetzungen darf eine für geisteskrank erachtete Person gegen ihren erklärten Willen in einer Heilanstalt festgehalten werden?. Berlin 2003.

4 Ibid., p. 43 : « meinen eigentlichen Freund immer nur in Professor Flechsig oder dessen Seele erblickte. »

5 Ibid., p. VII : « Ebenso zweifellos ist mir, dass Ihr Name bei der genetischen Entwickelung der betreffenden Verhältnisse insofern eine wesentliche Rolle spielt, als gewisse, Ihrem Nervensystem entnommene Nerven zur „geprüften Seele“ […] geworden sind und in dieser Eigenschaft eine übersinnliche Macht erlangt haben, zufolge deren sie einen schädigenden Einfluss seit Jahren auf mich ausgeübt haben und bis auf diesen Tag noch ausüben. »

6 Ibid., p. IX.

7 Ibid., p. 12, 34 et 70.

8 Sigmund Freud / Carl Gustav Jung : Briefwechsel Sigmund Freud / Carl Gustav Jung. Hrsg. von William McGuire, Zürich 1976, p. 521 : « Was nun die Libido betrifft, so muß ich Ihnen gestehen, daß Ihre Bemerkung, Schreberanalyse p. 65,3, einen dröhnenden Widerhall in mir ausgelöst hat. Diese Bemerkung, resp. der dort geäußerte Zweifel, hat alles wieder wachgerufen, was mir die Anwendung der Libidotheorie auf die Dementia praecox all die Jahre hindurch so außerordentlich erschwert hat. »

9 Sigmund Freud / Sandor Ferenczi : Briefwechsel Sigmund Freud/Sandor Ferenczi. Hrsg. von Ernst Falzeder, Patrizia Giampieri-Deutsch und Eva Brabant, Wien 1993, p. 325 : « Selbst habe ich mich in die Arbeit über Schreber begeben und entfliehe so allen persönlichen Bitterkeiten. Sie wird mich bis Weihnacht beschäftigen. Fünf Seiten stehen schon. »

10 Siegmund Freud : Briefwechsel Sigmund Freud / Karl Abraham (19071925). Vollständige Ausgabe, hrsg. von Ernst Falzeder und Ludger M. Hermanns, Wien 2009, p. 223 : « Meine eigene, eben fertig gewordene Arbeit hat sich mit dem Buch von Schreber beschäftigt und von ihm aus das Rätsel der Paranoia aufzudecken gesucht. […] Als ich in Palermo diese Gedanken ausarbeitete, gefiel mir die Formel besonders gut, daß der Größenwahn die Sexualüberschätzung des Ichs sei. […] Ich glaube, auch die Differenz zwischen Dementia praecox und eigentlicher Paranoia aufklären zu können. »

11 Freud / Jung : Briefwechsel, p. 390.

12 Zvi Lothane : « Freud erkannte auch nicht, dass viele der Meditationen Paul Schrebers keine Wahnvorstellungen, sondern Ideen waren, die aus dem Okkultismus des ausgehenden 19. Jahrhunderts stammten. » Die Zeit, « Freuds Fehlleistung », Nr. 18, 28.4.1995.

13 Daniel Devreese / Han Israels / Julien Quackelbeen (éd.) : Schreber inédit. Paris 1986.

14 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 71.

15 Freud parle du « das theologisch-psychologische System des Dr. Schreber ». Siegmund Freud : « Psychoanalytische Bemerkungen über einen autobiographisch beschriebenen Fall von Paranoia (Dementia paranoides) ». Gesammelte Werke, Bd. 8, Werke aus den Jahren 1909‑1913. Frankfurt am Main 1998, p. 254.

16 In : Schreber inédit, p. 126 : « Après anéantissement de l’humanité, Schreber, seul survivant, élu de Dieu, devra subir ‘l’éviration’ et, fécondé par Dieu, il donnera naissance à une ‘nouvelle race d’hommes faite d’esprit Schreber’. »

17 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 38.

18 William G. Niederland : « Une étude : la remarquable famille Schreber ». In : Scilicet 4 (1974), p. 303.

19 Jacques André : « Il y est partout question de l’art et de la manière ‘de se rendre maître de l’enfant pour toujours’. La sévérité côtoie le sadisme à chaque page, visant d’un même mouvement le corps et l’esprit ». In : Sigmund Freud : Le Président Schreber, préface de Jacques André. Paris 1995, p. VI.

20 Lothane : Die Zeit, « Freuds Fehlleistung », Nr. 18, 28.4.1995 : « Auf der Grundlage von Moritz Schrebers Buch über Kindererziehung, die ,Kallipädie‘, portraitierte William G. Niederland den Moritz Schreber als sadistischen Haustyrannen, der seinen Sohn im Alter von drei oder vier Jahren mit verschiedenen Geräten, die die Haltung verbessern sollten, quälte […] Niederland behauptete, dass der väterliche Sadismus die Schuld trug an der Krankheit des Erwachsenen und dass die angebliche Quälerei sich in den Wahnvorstellungen des Sohnes widerspiegelte, der berüchtigte ‚Geradehalter‘ zum Beispiel im ‚Engbrüstigkeitswunder‘ ».

21 Niederland : « Une étude : la remarquable famille Schreber », p. 295 : « Daniel Gottfried Moritz va devenir un homme célèbre. Célèbre de son vivant déjà, et dont le nom, sinon la personne, est encore bien connu de nos jours où beaucoup de villes allemandes ont une Schreber-Strasse et un, voire plusieurs Schreber-Gärten. C’est à un petit espace vert qui, nous allons le voir, va être élevé au rang d’institution, que le nom de Schreber est aujourd’hui surtout lié. » Et p. 300 : « Après la mort de Schreber, de nombreux zélateurs se trouvent pour créer des sociétés de gymnastique (Schrebervereine) et des jardins (Schrebergärten) […] L’action de ces hommes aboutit à la formation d’un mouvement qui ne fut pas sans conséquences, ni du point de vue politique, ni même du point de vue économique. C’est le mouvement pour le droit au petit jardin [qui] connaît un essor considérable au cours de la seconde moitié du xixe siècle et au début de ce siècle, en Allemagne avant tout. »

22 Ibid., p. 302 : « La clinique prospère rapidement et bientôt s’agrandit d’une nouvelle bâtisse. Schreber la dirigera jusqu’à sa mort. […] En peu de temps, la clinique va jouir d’une réputation mondiale […]. Le massage joue un rôle essentiel. Le massage et le soleil. »

23 Ibid., p. 287.

24 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 25 : « […] da man in mir doch bald einen geistig hochstehenden Menschen von ungewöhnlich scharfem Verstand und scharfer Beobachtungsgabe erkennen musste. »

25 Niederland : « Une étude : la remarquable famille Schreber », p. 289.

26 Ibid., p. 291.

27 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 26 : « Nach der Genesung von meiner ersten Krankheit habe ich acht, im Ganzen recht glückliche, auch an äußeren Ehren reiche und nur durch die mehrmalige Vereitelung der Hoffnung auf Kindersegen getrübte Jahre mit meiner Frau verlebt. »

28 Schreber : Mémoires d’un névropathe : avec des compléments et un appendice sur la question « à quelles conditions une personne aliénée peut-elle être maintenue dans un établissement hospitalier contre sa volonté évidente ? ». Traduit de l’allemand par Paul Duquenne et Nicole Sels, note pour l’édition française : « Qui, après tout, connaît le docteur Schreber ? », p. 388 : « Juin 1893 : Le Droit allemand est en plein remaniement. En 1878, le Droit prussien s’appliquait à 21 millions d’habitants, le Code Napoléon à 8 500 000 habitants et le Code saxon à 3 500 000 habitants. L’unification législative démarre en 1879. Le Reichsgericht (Cour suprême fédérale) s’installe à Leipzig. Le Reich devient domaine juridique uniforme. Les juristes travaillent à l’élaboration du Code civil pour l’Empire allemand […]. »

29 Ibid., p. 26.

30 Franz Baumeyer : « Der Fall Schreber », Psyche, Bd. 9, 1955, p. 513-536 ; Han Israels : Schreber, père et fils. Paris 1986 ; Morton Schatzman : Die Angst vor dem Vater. Langzeitwirkung einer Erziehungsmethode. Eine Analyse am Fall Schreber, Hamburg 1974. Et plus récemment Ulrike Greb : Erziehung und Paranoia. Eine erkenntniskritische Studie zum Fall Schreber. Frankfurt am Main 2004.

31 André : Préface à l’édition française, p. XIX.

32 Freud : « Psychoanalytische Bemerkungen », p. 268 : « Die beiden Hauptstücke des Schreberschen Wahnes, die Wandlung zum Weibe und die bevorzugte Beziehung zu Gott, sind in seinem System durch die feminine Einstellung gegen Gott verknüpft. »

33 Sigmund Freud : Le Président Schreber. Préface de Jacques André, p. VII : « La lecture des œuvres du père fonde par contrecoup la vérité des Mémoires […] Quand le fils se plaint d’un “meurtre d’âme”, il dénomme ainsi fort exactement l’emprise paternelle, véritable effort pour rendre l’autre fou, en même temps qu’il désigne le mal commis : contre l’esprit, para-noïa. »

34 Ibid., p. VIII. Jacques André évoque à cet égard « le destin des mots du père dans la langue du fils ».

35 Rappelons ici que der Wahn signifie en allemand « rêverie », « fantasme » ou « folie ».

36 Georges-Arthur Goldschmidt : « La folie se fait-elle des illusions ? ». In : Quand Freud voit la mer. Freud et la langue allemande I. Paris 2006, p. 138-168.

37 Der erste Verführer.

38 Goldschmidt : « L’inconscient linguistique ». In : Quand Freud voit la mer, p. 92-137, ici p. 115. « C’est en quoi la langue est littéralement tentatrice, verführerisch, elle conduit très exactement là où on ne veut pas aller ; ver- et führen : conduire, diriger. »

39 Ibid., p. 110 : « Unterliegen dit déjà tout des rêveries explicites du président Schreber lequel, en effet, rêve dans le ‘droit fil’ de la langue d’être couché dessous. Visuellement le verbe décrit cette position […]. »

40 Ibid., p. 124 : « C’est peut-être pourquoi le président Schreber ne cesse de récidiver, er wird immer wieder rückfällig, dit l’allemand (il ne cesse de devenir retombant en arrière). Il retombe là ‘où’ il était déjà (Rück = arrière, dos, et non wieder). Sa folie, ça consiste ‘à ne pas s’en sortir’, ce qui pourrait être l’exacte traduction de rückfällig werden ; sa Zwangsvorstellung le fait tourner en rond autour du même fantasme, elle le fait toujours retomber au même point : c’est cela la Zeitlosigkeit, l’immobilité temporelle de l’inconscient. On le voit, tout se tient dans une langue. »

41 À la différence de l’adjectif « weiblich » encore aujourd’hui couramment utilisé, le substantif « das Weib » paraît quelque peu archaïque ou péjoratif, notamment parce qu’il rappelle, dans le domaine zoologique, le terme « das Weibchen » qui désigne la femelle.

42 Goldschmidt : « L’inconscient linguistique », p. 120 : « Si die Frau est toujours habillée, das Weib est toujours imaginée nue, on voit sa nudité à travers ses vêtements. […] Ce n’est pas pour rien que le président Schreber se met torse nu devant sa glace, il se dénude. »

43 Niederland : «Une étude : la remarquable famille Schreber ». p. 307. Niederland explique que le père de Daniel Paul « établit tout son système d’éducation sur une représentation de la nature humaine […] qui part du principe de la totalité unique, totalisante, que constitue l’homme (Der Mensch ist eine einheitliche Ganzheit) ».

44 Schreber : Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken, p. 16 : « In diesen ,wundervollen Aufbau‘ ist nun in neuerer Zeit ein Riss gekommen […]. »

45 Niederland : « Une étude : la remarquable famille Schreber », p. 313 : « Dans son œuvre et dans sa vie, Schreber se présente comme un modèle de cette perfection omnisciente. »

46 Ibid., p. 319-320.

47 Freud émet l’hypothèse que le fondement de la paranoïa concerne des blessures narcissiques.

48 Il s’agit d’un type de délire paranoïaque qui articule le concept de paranoïa avec celui de sujet. Kretschmer met l’accent sur les facteurs réactionnels, exogènes de la paranoïa, qu’il analyse comme la réaction de la personnalité à des situations vitales. Selon Kretschmer, le délire paranoïaque se développe sur un type de personnalité qu’il appelle « personnalité sensitive » et qu’il expose dans son travail d’habilitation intitulé Der sensitive Beziehungswahn. Berlin, 2. Aufl., 1927.

49 Max Scheler : L’homme du ressentiment. Paris 1970.

50 Jacques Lacan : Le séminaire. Livre III. Les psychoses. 1955-1956. Paris 1981.

51 Freud / Jung : Briefwechsel, « Lettre à Jung du 22 avril 1910 », p. 343.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Abraham, « Le cas du Président Schreber. Un exemple de délire d’influence »Recherches germaniques, 47 | 2017, 41-52.

Référence électronique

Bénédicte Abraham, « Le cas du Président Schreber. Un exemple de délire d’influence »Recherches germaniques [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/rg/280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.280

Haut de page

Auteur

Bénédicte Abraham

Maître de conférences HDR, Université de Franche-Comté
benedicte.abraham[at]univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals