Navigation – Plan du site
« Heureux » comme Adorno en France ?
Traduction, entre langues et disciplines

Suggestion et réserve mentale

La pratique de la philosophie chez T. W. Adorno
Suggestion und Mentalreservat. Die Praxis der Philosophie bei Theodor W. Adorno
Suggestion and Mental Reservations. Theodor W. Adorno’s Philosophical Praxis
Aurélia Peyrical
p. 163-174

Résumés

L’article met en lumière, dans les textes qu’Adorno consacre au rôle de la philosophie, deux aspects peu connus de sa conception de la philosophie : l’absence de réserve mentale et la résistance à la suggestion. La philosophie, comme pratique, rend les individus capables de résister à la suggestion causée par l’organisation sociale telle qu’elle se présente à eux, mais elle contribue également à développer la disponibilité mentale. Tout à la fois prérequis et résultats de la pratique de la philosophie, l’absence de réserve mentale et la capacité à résister à la suggestion apparaissent comme des aspects-clés et complémentaires d’autres concepts adorniens fréquemment étudiés, comme l’idée de primat de l’objet ou la critique immanente.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stewart Martin : Adorno and the Problem of Philosophy. Londres 2002.

1Le questionnement sur les tâches de la philosophie, et sur son rôle dans la société, apparaît central chez les penseurs de la Théorie critique, car ils la conçoivent dès ses débuts comme une alternative à la philosophie traditionnelle. Les articles fondateurs de Horkheimer, « Traditionelle und kritische Theorie » (« Théorie traditionnelle et théorie critique ») [1937], et plus encore « Die gesellschaftliche Funktion der Philosophie » (« La fonction sociale de la philosophie ») [1939], présentent la philosophie comme une pratique théorique ayant fait l’objet d’une progressive institutionnalisation. Horkheimer conçoit la philosophie comme une entreprise architectonique, contre la tendance historique qui voudrait faire d’elle une région spécifique du savoir. Bien qu’engagé dans le même projet de critique de la société que Horkheimer, Adorno développe une conception originale de la philosophie1. Il met l’accent sur le rapport entre l’expérience individuelle singulière de la personne qui philosophe et la puissance pratique, subversive, de l’activité de penser. Mais à quelles conditions, selon lui, la pratique de la pensée philosophique devient-elle une pratique émancipatrice ?

  • 2 Theodor W. Adorno : Gesammelte Schriften, Band 6: Negative Dialektik. Frankfurt am Main 2003, p.  (...)
  • 3 Adorno : « Wozu noch Philosophie ». In : GS 10.2 : Kulturkritik und Gesellschaft, p.  472 : « Wei (...)
  • 4 Adorno : Negative Dialektik, p.  15 : « Der introvertierte Gedankenarchitekt wohnt hinter dem Mon (...)

2Adorno ne développe explicitement sa conception de la philosophie qu’en un petit nombre de textes, car il se méfie de tout méthodologisme2 qui tournerait au mieux à l’abstraction, au pire au dogmatisme. Il cherche à éviter à tout prix de reproduire l’erreur – voire le péché3 – de ceux qu’il appelle les « architectes introvertis de la pensée ». Rêveurs et orgueilleux, ceux-ci s’évertuent, face aux attaques des « techniciens extravertis » de la domination, à justifier, dans la langue de ces mêmes techniciens, l’existence de leur travail « libre ». L’urgence est pourtant tout autre, puisque les « techniciens » sont en train de confisquer, voire de détruire, leur univers commun4.

  • 5 Adorno : GS 3 : Dialektik der Aufklärung, p.  279-381.
  • 6 Ibid., p.  282.
  • 7 Theodor W. Adorno Archiv (éd.) : Frankfurter Adorno Blätter II. München 1993.
  • 8 Adorno : « Zum Studium der Philosophie ». In : GS 20.1 : Vermischte Schriften, p.  318-336.
  • 9 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  459 : « Vollends traut man einem nichts Besseres zu, der (...)

3Depuis « Die Aktualität der Philosophie » (« L’actualité de la philosophie ») [1931], qui marque le début de son enseignement à Francfort, jusqu’à l’introduction de Negative Dialektik (Dialectique négative) [1966], en passant par les fragments de la Dialektik der Aufklärung (Dialectique de la raison) intitulés « Philosophie und Arbeitsteilung » (« Philosophie et division du travail »)5 et « Der Gedanke » (« La pensée »)6, Adorno ne cesse de s’interroger sur l’originalité de la philosophie au regard d’autres pratiques théoriques. Dans le sillage d’un cours qu’il donne en 1951-1952 sur le concept de philosophie7, il écrit, en 1955, à l’attention des étudiant-e-s de Francfort, un texte synthétique et pratique, intitulé « Zum Studium der Philosophie »8, publié dans le journal étudiant Diskus. S’ajoutent à cet ensemble les deux conférences des années 1960 – « Wozu noch Philosophie » (« À quoi sert encore la philosophie ? ») [1962] et « Anmerkungen zum philosophischen Denken » (« Remarques sur la pensée philosophique ») [1964] – publiées dans Eingriffe. Neun Kritische Modelle (Modèles critiques : interventions, répliques). Ces textes sur la philosophie se présentent comme les propos d’un professeur qui ne craint pas de poser des questions embarrassantes pour sa propre légitimité9.

  • 10 Adorno : « Zum Studium der Philosophie », p.  320 : « Philosophische Texte haben keine dinghaft f (...)

4Adorno affirme que les « textes philosophiques […] sont des champs de forces, et [sont] par principe inépuisables »10. Cette thèse s’applique a fortiori aux textes qui thématisent l’exercice de la philosophie. On ne prétendra donc pas ici épuiser la conception adornienne de la philosophie, et l’on ne s’intéressera pas à sa critique des deux doctrines philosophiques majeures de son temps, le positivisme et l’ontologie. On se limitera à présenter deux aspects de la conception ‘pratique’ et ‘émancipatrice’ qu’il se fait de la philosophie : d’une part son efficacité négative, comme « résistance à la suggestion », d’autre part la qualité principale du véritable philosophe, l’absence de « réserve mentale ». On verra comment Adorno propose une certaine conception de l’efficacité philosophique, sans laquelle l’espoir d’émancipation de l’humanité perd son sens.

L’envoûtement social par la suggestion

  • 11 Adorno : Philosophische Terminologie. Frankfurt am Main 1973, p.  9 : « Ich meine viel mehr, wenn (...)
  • 12 Ibid. : « Es soll sich in der Philosophie um Dinge handeln, die wesentlich, für jeden Menschen we (...)
  • 13 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  460-461.
  • 14 Adorno : GS 4 : Minima Moralia, p.  73.

5Faire de la philosophie implique pour Adorno d’adopter une certaine position dans la société, puisque la philosophie a pour tâche de libérer, mentalement et réellement, des possibles inattendus, bloqués par l’organisation actuelle de celle-ci. « La philosophie n’est pas un domaine du savoir, mais une certaine manière pour l’esprit de se comporter »11. « En philosophie », explique Adorno, « il doit être question de choses qui sont essentielles pour tout être humain ». Malheureusement, celles-ci, « étant donné la division du travail qui règne dans notre société et la division du travail au sein des sciences particulières, ne peuvent pas être prises en compte »12. Lorsque le travail intellectuel se trouve parcellisé, la question de la vie bonne perd son sens. Les sciences particulières s’occupent de produire des savoirs, sans se préoccuper de leur signification pour l’humanité. Or la philosophie ‘critique’ a pour tâche d’élaborer un correctif à cette scientifisation, sans pour autant verser dans l’irrationalisme13. La philosophie n’entre pas en opposition de principe avec les sciences mais vise plutôt à rectifier la dépendance inconsciente de celles-ci vis-à-vis d’une totalité sociale irrationnelle. L’entreprise de critique adornienne s’attaque aux différentes manières dont le préjugé, l’évidence, l’être ‘simplement là’ font autorité. La critique à l’encontre de la philosophie traditionnelle s’exerce indissociablement à l’encontre du contenu des doctrines, des définitions trop générales de sa méthode, et de l’ethos des philosophes14. Pour Adorno, il s’agit moins de viser une définition préalable claire, simple et fixe de la philosophie, que d’en saisir la spécificité comme pratique sociale. Dans Dialektik der Aufklärung, il définit ainsi son rôle social :

  • 15 Adorno : Dialektik, p.  280-281.

Im Gegensatz zu ihren Verwaltern bezeichnet Philosophie mit anderem das Denken, sofern es vor der herrschenden Arbeitsteilung nicht kapituliert und seine Aufgaben von ihr sich nicht vorgeben läßt. Das Bestehende zwingt die Menschen nicht bloß durch physische Gewalt und materielle Interessen sondern durch übermächtige Suggestion. Philosophie ist nicht Synthese, Grundwissenschaft oder Dachwissenschaft, sondern die Anstrengung, der Suggestion zu widerstehen, die Entschlossenheit zur intellektuellen und wirklichen Freiheit.15

  • 16 Ibid., p.  280 : « Ihre Freiheit von der Suggestion des Bestehenden liegt gerade darin, daß sie d (...)

6La philosophie entretient dès lors un rapport dialectique ambigu avec la division du travail, puisqu’elle ne s’oppose pas fondamentalement à l’idée d’une division des tâches au sein de la société. Convaincue que les idéaux affleurent à même les pratiques les plus problématiques, elle oppose les déclarations d’intention aux réalités qui les trahissent. Cette attitude lui permet de prendre ses distances vis-à-vis de la division du travail, au sein des sociétés capitalistes avancées, tout en y voyant un possible outil au service du progrès social. Tout à la fois naïve, car elle prend au mot les idéaux bourgeois, et non-naïve, car elle refuse de se convaincre que ceux-ci sont réalisés dans le monde actuel, l’attitude philosophique provoque « l’être-là », en le confrontant aux normes qui l’animent16.

  • 17 Le terme, issu du lexique de la neurologie, est le même en allemand et en français. L’inventeur d (...)
  • 18 Hippolyte Bernheim (1840-1919) est un professeur de médecine et neurologue français. Il devient c (...)
  • 19 Hippolyte Bernheim : De la suggestion dans l’état hypnotique et dans l’état de veille [1884]. Par (...)

7Dans un monde social traversé par des discours idéologiques, il importe de comprendre plus précisément la nature des obstacles auxquels la philosophie fait face. Cela est primordial, puisque sa vocation, pour Adorno, n’est pas seulement de penser le monde social, mais de contribuer à le transformer. Il appelle « suggestion » un mécanisme d’ensorcellement (Bann) ennemi de la philosophie. Pourquoi est-il si difficile de lever le sortilège provoqué par l’organisation sociale ? Comment la philosophie peut-elle y contribuer ? Dans le vocabulaire de la psychologie allemande comme française du xixe siècle, le terme de ‘suggestion’17 désigne un processus par lequel une croyance, une impression ou une évidence passe d’une personne à une autre. Bernheim18 lui donne en 1884 le sens classique d’« acte de transmettre une idée qui est introduite dans le cerveau et acceptée par lui »19. L’influence de la suggestion touche des domaines divers de la vie mentale, qui vont du comportement à la pensée, de la perception au jugement, voire à la mémoire, et elle explique l’efficacité de l’hypnose. Au xiie siècle, le terme évoquait directement la sorcellerie et les pratiques diaboliques.

8La dimension ésotérique de la suggestion n’est pas absente des travaux des psychologues du xixe et du xxe siècle. Elle induit de profonds habitus mentaux par un processus mystérieux. Adorno mobilise le concept mais ne lui donne plus le sens d’une activité interindividuelle, exercée consciemment. Il attribue la responsabilité de la suggestion moins aux individus qu’à l’état de fait lui-même, à la société dans son organisation figée, supra-individuelle. La suggestion n’entraîne pas seulement, selon lui, la manipulation ponctuelle et locale des consciences individuelles, elle entrave profondément et durablement le progrès social en empêchant notamment de questionner les différentes dimensions de la division du travail social. Dans un passage du texte « Zum Verhältnis von Soziologie und Psychologie » (« À propos de la relation entre sociologie et psychologie ») [1955], Adorno emploie le terme pour indiquer une fausse interprétation qui découle de la séparation arbitraire entre la sociologie et la psychologie :

  • 20 Adorno : « Zum Verhältnis von Soziologie und Psychologie ». In : GS 8, p.  45.

Die Wissenschaften von der Gesellschaft und von der Psyche, soweit sie unverbunden nebeneinander herlaufen, verfallen gemeinhin der Suggestion, die Arbeitsteilung der Erkenntnis auf deren Substrat zu projizieren. Die Trennung von Gesellschaft und Psyche ist falsches Bewußtsein […].20

  • 21 Adorno : « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda ». In : GS 8 : Soziologische Sch (...)

Si l’ensorcellement des individus ne leur permet pas de faire toute la vérité sur la manipulation dont ils sont victimes, Adorno semble leur concéder malgré tout la capacité d’intuitionner son omniprésence, par exemple lorsqu’ils emploient le terme de « suggestion » à propos, mais en commettant l’erreur d’hypostasier voire de personnifier un pouvoir qu’ils ne comprennent pas : « Foremost among these concepts is that of suggestion which, incidentally, still plays a large role as a stopgap in popular thinking about the spell exercised by Hitler and his like over the masses »21.

  • 22 Adorno : « Freudian Theory », p.  417. Comme l’écrit Adorno en citant Freud : « there remains as (...)

9Les psychologues, à la suite de Le Bon, ne parviennent pas plus que les individus ordinaires à comprendre le phénomène de l’adhésion massive au fascisme, forme spécifique de suggestion, grossière et violente, mais efficace. Le concept de suggestion reste ici insuffisant, selon Adorno, pour expliquer l’efficace de la propagande fasciste, mais représente un cadre général au sein duquel s’exercent différents types d’envoûtement – la propagande et l’idéologie. Reprenant des concepts analytiques, Adorno explique la suggestion fasciste par la corrélation entre la faiblesse du moi et la dimension émotionnelle voire sexuelle cachée de celle-ci22. Ce qui nous intéresse ici, c’est que l’emprise sur les esprits exercée par la suggestion s’infiltre jusqu’aux tréfonds de la psyché.

10Contrairement à la violence physique, et plus encore que l’emprise économique sur les corps, sa domination finit par se fondre dans la personnalité. Elle se distingue de l’ensorcellement magique archaïque exercé par le sorcier, tout en étant, selon le mouvement de dialectique de l’Aufklärung, un résidu de mythe au sein du monde rationalisé :

  • 23 Adorno : Dialektik, p.  39.

Als solche Bekräftigung der gesellschaftlichen Macht der Sprache wurden die Ideen um so überflüssiger, je mehr diese Macht anwuchs, und die Sprache der Wissenschaft hat ihnen das Ende bereitet. Nicht an der bewußten Rechtfertigung haftete die Suggestion, die etwas vom Schrecken des Fetischs noch an sich hat.23

  • 24 Sur la conception adornienne d’un langage digne des hommes, avec lequel contrastent à des niveaux (...)
  • 25 Philip Hogh : Kommunikation und Ausdruck. Sprachphilosophie nach Adorno. Weilerswist 2015.

Ce passage incite à penser qu’à un certain stade du développement de la société, les individus ont dû être intellectuellement stimulés pour qu’une forme de domination non-mythique se mette en place. Cependant, le travail de l’idée – l’exercice mental de l’autonomie dans le jugement – est devenu progressivement nuisible à la réussite sociale de l’individu. L’emprise indirecte de la suggestion prend le pas sur la mobilisation par les idées, qui a elle-même succédé à la soumission par la terreur (Schrecken). Concernant son mode d’action, la suggestion s’exerce-t-elle nécessairement par le biais de la langue, ou agit-elle au contraire à des niveaux plus profonds de l’inconscient ? Adorno semble penser qu’elle peut toucher des couches très archaïques de la psyché – ce qui signe son reste de « dimension fétiche ». Néanmoins, au moins depuis l’époque de l’Aufklärung, la suggestion joue à plein dans un certain usage de la langue, qui ensorcelle en même temps qu’elle prétend rendre intelligible des contenus signifiants : la langue scientifique, qui entraîne selon lui implicitement la pensée à ne pas penser24. Dans une phase ultérieure du développement de l’Aufklärung, lorsque celle-ci tend à s’autodétruire, cet usage de la langue annihile la dimension créative et critique du langage25. Lutter contre cette destruction implique automatiquement de résister à la logique de la suggestion.

La philosophie, « entreprise générale de résistance à la suggestion »

  • 26 Adorno : « Beitrag zur Ideologienlehre ». In : GS 8, p.  457-478.

11La suggestion apparaît sous la plume d’Adorno comme plus objective que l’idéologie telle qu’elle a été pensée par Marx. Dans les derniers paragraphes de son essai intitulé « Beitrag zur Ideologienlehre » (« Contribution à la doctrine des idéologies »)26, Adorno affirme que c’est le monde qui est devenu lui-même une idéologie, que l’on ne peut plus penser l’idéologie seulement comme discours. La suggestion serait alors le nom de la forme actuelle de l’idéologie. Mais dans la périodisation historico-conceptuelle proposée par Adorno, on trouve en fait deux usages différents mais complémentaires du terme de suggestion. Dans un premier sens, la suggestion désigne toute influence objective en général. Sous ce concept on trouve ensuite différentes formes d’influences (idéologie, propagande fasciste). En un second sens, la suggestion désigne le caractère spécifique de l’influence exercée par le monde sur les sujets, à l’époque de la destruction de l’Aufklärung.

  • 27 Selon Daniel Payot, l’« ‘amour du possible’ » est, pour Adorno, l’unique motivation de la philoso (...)
  • 28 Adorno : Dialektik, p.  280 : « […] die Anstrengung, der Suggestion zu widerstehen ».
  • 29 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  464 : « Ist Philosophie noch nötig, dann wie von je als K (...)
  • 30 Adorno : Dialektik, p.  280-281.

12La sortie de l’état hypnotique dans lequel se trouve le monde moderne capitaliste est un enjeu omniprésent chez Adorno. Intimement liée à l’amour pour ce qui n’existe pas encore mais pourrait advenir – comme l’a montré Daniel Payot27 –, cette sortie requiert l’existence de la philosophie, en laquelle a été conservé le désir utopique. Ce désir de « l’autrement » n’implique pas, pour Adorno, de tracer ex nihilo de « nouveaux » chemins de pensée, mais de parcourir ce monde-ci, tout défiguré qu’il soit, en exerçant une critique à la fois naïve et désillusionnée. Adorno propose de caractériser la philosophie comme « une entreprise de résistance à la suggestion »28, au sens d’une pratique qui s’oppose tout autant à l’acceptation de l’état de fait et des idées dominantes, qu’à la tentation de développer une critique dogmatique de celles-ci, depuis l’extérieur de l’environnement suggestif29. Résister aux sirènes du monde moderne capitaliste ne signifie ni s’insurger ‘contre’ lui, ni le critiquer de façon acerbe. Paradoxalement, résister efficacement à la suggestion implique de se soumettre patiemment à ses moyens comme à ses effets, afin de se placer au plus près d’eux, sans toutefois y succomber. Résister signifie ‘tenir bon’, au sein d’une réalité qui bafoue ses propres tendances à se transcender. D’où une pratique de la philosophie comme porte-parole stoïque, silencieuse et amoureuse : « Sie leiht dem Widerspruch von Glauben und Wirklichkeit die Sprache und hält sich dabei eng ans zeitbedingte Phänomen »30.

  • 31 Ibid., p.  281 : « Ihre Stimme gehört dem Gegenstand, aber ohne seinen Willen; sie ist die des Wi (...)

13Comme souvent chez Adorno, cette tournure dialectique a plusieurs sens. La croyance (Glauben) dont il est question peut tout autant faire référence aux réseaux de convictions de l’idéologie dominante qu’à l’idéal utopique. La réalité (Wirklichkeit), quant à elle, peut renvoyer tout à la fois à l’état de fait (Bestehende) oppressant, et à l’émancipation réalisée, au sens hégélien de l’effectivité. Le choix de l’expression « se tenir tout proche de » (sich eng halten an), implique que la pensée s’accroche, têtue, à ce qui dans le phénomène – ce fragment de réalité dont elle fait l’expérience ici et maintenant – cherche à se transcender. Elle s’y limite, tout en concevant les rapports de ce phénomène à la totalité. Elle lit le fragment de réalité comme elle déchiffrerait une monade. Dans la phrase se joue une double contradiction, en chiasme, puisque l’idéologie et l’effectivité se contredisent tout autant que le concept et l’état de fait. Ce double niveau de lecture rend justice à la dynamique du phénomène temporel. Dans ce contexte, la suggestion ne finit-elle pas par avoir un double sens ? Dans le lexique adornien, elle renvoie à un puissant mécanisme qui provoque la soumission à l’état de fait d’une part, mais on pourrait également appeler ‘suggestion’ ce qui, dans la réalité contradictoire, cherche à s’exprimer, autrement dit ce que chuchote l’objet – d’une voix encore trop faible pour briser seule l’envoûtement. Adorno n’emploie pas le concept en ce sens, mais on peut l’utiliser pour comprendre comment l’attitude que nous analysons par la suite, « l’absence de réserve mentale », requiert, pour être effective, d’accepter de se laisser affecter par l’objet. La fin du fragment reprend la métaphore filée de la voix et du silence. Le drame tient à ce que le contenu suggéré et l’état de fait, tous deux idéologies, n’ont, du fait de leur omniprésence, de leur systématicité terrifiante, pas même besoin d’être formulés explicitement pour « triompher »31. Ils fonctionnent d’ailleurs d’autant mieux qu’ils n’atteignent pas le seuil de l’expression. La seule façon de contrer leur influence suppose de dégager les conditions de possibilité pour l’écoute, et l’expression de voix qui parlent déjà en elles et contre elles, chétives et informes, et cherchent à se faire entendre. Or, seul un esprit libre, qui se fait tel en s’exerçant à l’absence de « réserve mentale », peut entendre ces voix.

L’absence de réserve mentale, condition paradoxale de l’émancipation

14À plusieurs reprises, notamment dans ses textes sur la philosophie, Adorno parle de la philosophie comme d’une pratique qui a préservé une faculté en voie de disparition : une ouverture d’esprit très spécifique qu’il propose d’appeler pensée « sans réserve mentale » (ohne Mentalreservat). Le terme fait référence à ce qui pourrait venir empêcher la pensée d’une part de plonger dans l’objet, d’autre part de s’autocritiquer à mesure qu’elle en saisit les médiations. Le terme de réserve est polysémique : il englobe à la fois des préjugés, des craintes, et l’attitude sceptique en général. Cela peut sembler paradoxal, car le préjugé et l’attitude sceptique ont coutume d’être distingués analytiquement, mais pour Adorno ils sont équivalents au moins sur un point. En effet ils ont tous deux le même effet : ne pas permettre une saisie pleinement objective de l’objet, car dans les deux cas l’affect dominant est la méfiance, plus ou moins bien maquillée. Adorno suit ici le Hegel de l’introduction de la Phänomenologie des Geistes (Phénoménologie de l’esprit), qui présente le scepticisme – sous la forme du criticisme kantien – et le dogmatisme comme deux attitudes en réalité complémentaires, que la dialectique se donne pour tâche de dépasser. Adorno rejette la réserve sous ses deux aspects de protection et de réticence.

  • 32 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  471 et  473.
  • 33 Adorno : Drei Studien, p.  374.

15Il défend la thèse paradoxale que seule une plongée intégrale dans l’objet permet d’en faire la critique. Celle-ci implique de restreindre ses critiques, dans le but d’effectuer une meilleure critique. On retrouve l’expression « ohne Mentalreservat » dans « Wozu noch Philosophie »32, mais également dans la dernière des Drei Studien zu Hegel (Trois études sur Hegel). Adorno conçoit la pensée comme medium privilégié qui permet de se rapporter à l’autre sur un mode dialectique et pacifique, d’une manière qui n’implique ni soumission – laquelle ne produit que de la tautologie –, ni insubordination – fruit de l’illusion d’être un moi absolument libre et indépendant. Mais la condition de ce rapport est paradoxalement de se livrer entièrement à l’objet : « Gedanken, die der eigenen Objektivität vertrauen, müssen dem Gegenstand, in den sie sich versenken, und wäre er wiederum Gedanke, va banque, ohne Mentalreservat sich überantworten ; das ist die Risikoprämie dafür, daß sie nicht System sind »33.

16Pour que penser signifie rester fidèle à la fois au sujet et à l’objet, il faut que le sujet risque de se couler dans son autre. Toute la difficulté – et le paradoxe – consiste en ce que cette plongée ne dégénère pas en une dissolution. L’expression « ohne Mentalreservat » signifie que le sujet qui philosophe s’adonne à l’objet sans restriction, intégralement, ce qui renforce sa résistance à la suggestion. La présence de réserve mentale, inversement, accentue l’efficacité de la suggestion, dans la mesure où cette réserve est constituée de ce que l’individu a d’ores et déjà accepté de l’état de fait. Paradoxalement, la délicatesse d’esprit n’est pas antithétique avec la capacité critique. Faire preuve de disponibilité mentale ne signifie pas non plus faire continuellement abstraction de son moi et de son savoir. L’occurrence de l’expression « ohne Mentalreservat » dans « Wozu noch Philosophie » permet de se faire une idée plus précise de la dimension émancipatrice de la philosophie pour Adorno. Il caractérise la disponibilité comme une écoute, avec ce présupposé sous-jacent que celle-ci, à condition de s’exercer « sans réserve mentale », lutte intrinsèquement contre la logique de la marchandise et la rationalité instrumentale :

  • 34 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  471.

Nur Denken, das ohne Mentalreservat, ohne Illusion des inneren Königtums seine Funktionslosigkeit und Ohnmacht sich eingesteht, erhascht vielleicht einen Blick in eine Ordnung des Möglichen, Nichtseienden, wo die Menschen und Dinge an ihrem rechten Ort wären.34

  • 35 Adorno : « Zum Studium der Philosophie », p.  319.

L’absence de réserve signifie ici deux choses. D’une part, la philosophie doit se présenter à l’objet libre de toute référence à un système de pensée déjà établi : elle est ainsi libre vis-à-vis de sa tradition. D’autre part, l’absence de restriction signifie l’absence d’affiliation à la logique de la fonctionnalité, y compris au « rôle » social du philosophe patenté. Adorno souligne la nécessaire dimension d’impuissance et de patience35 requise par la pratique de la philosophie, et cherche à caractériser la capacité de chaque esprit à faire attention, à laisser toute la place à l’objet de la pensée, tout en maintenant la conscience à son plus haut degré d’éveil, sans auto-complaisance.

  • 36 Adorno : « Anmerkungen zum philosophischen Denken ». In : GS 10.2, p.  599-600.
  • 37 Adorno : Modèles critiques. Paris 1984, p.  313 ; Adorno : « Zu Subjekt und Objekt ». In : GS 10. (...)

17La situation de l’esprit, étant donné les conditions de sa socialisation actuelle, asservie àLa situation de l’esprit, étant donné les conditions de sa socialisation actuelle, asservie à des fins hétéronomes et étrangères au bien commun, fait pourtant de facto triompher la conception de la pensée comme ‘technique mentale’. Or, pour Adorno, la pensée oppose à ce procéduralisme figé l’alliance de la rigueur et de l’écoute. Pour que la pensée se déploie, il faut qu’il y ait jeu – au sens double de plaisir ludique et de champ de déploiement – sans quoi nulle compréhension de l’objet dans sa particularité, nulle fidélité à sa mobilité n’est possible. Le drame est qu’historiquement, au lieu de dépasser, face à l’objet, son angoisse de l’annihilation, l’humain, pourtant capable d’aller vers son autre grâce à la faculté mimétique, s’est replié sur lui-même, sous la forme d’une pensée-moyen qui n’a en vue que sa survie au détriment de son épanouissement. C’est pourquoi les productions mentales des individus intégralement socialisés se révèlent le plus souvent le simple fruit de conditionnements, un ensemble de « données » et d’« informations », qui ne découlent pour Adorno d’aucune expérience véritable, et ne sont donc en rien des pensées36. Une juste expérience de l’objet ne s’effectue pas au détriment de l’objet, mais en sa faveur – et, en fin de compte, en faveur du sujet, puisqu’il est lui aussi objet. Or, en tant « que le sujet est en vérité non-identique, plus il constitue l’objet, et plus l’objet s’éloigne du sujet »37.

18En cultivant son rapport de non-identité avec l’objet, le sujet parvient plus sûrement à le comprendre que s’il cherche à l’identifier. L’absence de réserve mentale lui permet de se décentrer et de résister à la suggestion des forces subjectives au sein de l’objet. On pourrait aller jusqu’à y voir une forme de subjectivisme, mais tellement poussé à l’extrême que l’objet finit par s’exprimer. La dimension dialectique adornienne fait fonds sur l’idée que le sujet est avant tout objet, et que la connaissance, bien qu’elle semble impliquer un sujet dominateur et un objet dominé, se joue au niveau des objets et est bien plus entr’expression que maîtrise. Se laisser aller à la chose, y faire attention, revient à faire l’expérience de notre position d’objet, ce qui permet alors, dans la relation établie avec lui, que l’objet devienne sujet, condition pour qu’il s’exprime.

Une incarnation de l’absence de réserve mentale, Walter Benjamin

  • 38 Adorno : « Charakteristik Walter Benjamins ». In : GS 10.1 : Kuturkritik und Gesellschaft I, p.   (...)

19On peut se demander s’il a existé, pour Adorno, des penseurs ayant concrètement fait preuve de cette qualité primordiale. Sans surprise, Adorno la voit à l’œuvre chez Walter Benjamin, son maître et ami. Sa liberté d’esprit se déploie grâce à cet anti-autoritarisme qui fait toute la qualité de sa critique de la modernité. L’absence de « réserve », qui sous-tend son attention au particulier, ne suppose pas l’absence de scrupule ou de rigueur, et encore moins le repli sur soi. Au contraire, cette disponibilité lui permet de s’ouvrir à d’autres disciplines, de dialoguer avec la critique sociale tout en restant fidèle à ses intuitions personnelles : « Vorbehaltlos, ohne Mentalreservat konnte Benjamin in seiner reifen Zeit gesellschaftlich-kritischen Einsichten sich überlassen und hat doch von seinen Impulsen keinen sich verboten »38.

20De quoi s’émancipe une telle pensée qui pratique à la fois la plongée dans le singulier et le dialogue avec l’autre ? Avant tout de l’impatience et du préjugé. Dans un appendice aux Noten zur Literatur (Notes sur la littérature), Adorno écrit que Benjamin ne parvient à percer à jour l’hypocrisie du monde moderne qu’en entretenant un rapport affectif intense avec lui :

  • 39 Adorno : « Benjamins ‘Einbahnstraße’». In : GS 11, Noten zur Literatur, p.  684.

Während Benjamins Denken, ohne Mentalreservat, bis zur Verliebtheit in jenes Mythische eingeht, erzittert doch jeder seiner Sätze von der Ahnung, die einmal als Axiom im Buch ausgesprochen wird: daß dies schuldhafte Ganze der Moderne untergehe, sei es an sich selber, sei es durch Kräfte, die es von außen stürzen.39

21Terrifié à l’idée que le monde à l’étude minutieuse duquel il se voue corps et âme puisse disparaître, mais également terrifié à l’idée que celui-ci et sa barbarie survivent à sa critique, Benjamin tient une position extrêmement délicate. Seule l’absence de réserve mentale, et finalement l’amour, allié à l’espoir utopique, lui permet de s’attacher à son objet, le Paris du xixe siècle, tout en entrevoyant sa monstruosité. La lucidité, permise par l’absence de restriction mentale, protège Benjamin de l’adoration dogmatique comme de la rage de la destruction. La philosophie ne peut, sans celle-ci, aucunement participer à l’émancipation de l’humanité.

Haut de page

Notes

1 Stewart Martin : Adorno and the Problem of Philosophy. Londres 2002.

2 Theodor W. Adorno : Gesammelte Schriften, Band 6: Negative Dialektik. Frankfurt am Main 2003, p.  25-26 : « Gegenüber der totalen Herrschaft von Methode enthält Philosophie, korrektiv, das Moment des Spiels, das die Tradition ihrer Verwissenschaftlichung ihr austreiben möchte. » Désormais cité GS suivi du numéro de volume.

3 Adorno : « Wozu noch Philosophie ». In : GS 10.2 : Kulturkritik und Gesellschaft, p.  472 : « Weil Philosophie zu nichts gut ist, ist sie noch nicht verjährt; selbst darauf dürfte sie nicht sich berufen, wenn sie nicht ihre Schuld, die Selbstsetzung, verblendet wiederholen will. »

4 Adorno : Negative Dialektik, p.  15 : « Der introvertierte Gedankenarchitekt wohnt hinter dem Mond, den die extrovertierten Techniker beschlagnahmen. »

5 Adorno : GS 3 : Dialektik der Aufklärung, p.  279-381.

6 Ibid., p.  282.

7 Theodor W. Adorno Archiv (éd.) : Frankfurter Adorno Blätter II. München 1993.

8 Adorno : « Zum Studium der Philosophie ». In : GS 20.1 : Vermischte Schriften, p.  318-336.

9 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  459 : « Vollends traut man einem nichts Besseres zu, der von Amts wegen Philosophie lehrt, dessen bürgerliche Existenz davon abhängt, daß sie weiter betrieben wird, und der die eigenen handgreiflichen Interessen verletzt, sobald er sich dagegen äußert. Einiges Recht, trotzdem die Frage aufzuwerfen, habe ich bloß deshalb, weil ich der Antwort keineswegs gewiß bin. »

10 Adorno : « Zum Studium der Philosophie », p.  320 : « Philosophische Texte haben keine dinghaft fixierten Bedeutungen, sondern sind […] Kraftfelder und prinzipiell unerschöpflich. »

11 Adorno : Philosophische Terminologie. Frankfurt am Main 1973, p.  9 : « Ich meine viel mehr, wenn man sich schon philosophisch verhält, und Philosophie ist ja nicht so sehr eine Thematik als eine Verhaltensweise des Geistes […]. » La traduction française est de nous.

12 Ibid. : « Es soll sich in der Philosophie um Dinge handeln, die wesentlich, für jeden Menschen wesentlich sind und die mit der Arbeitsteilung in unserer Gesellschaft und gar mit der Arbeitsteilung innerhalb der einzelnen Wissenschaften nicht erledigt werden können. » La traduction française est de nous.

13 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  460-461.

14 Adorno : GS 4 : Minima Moralia, p.  73.

15 Adorno : Dialektik, p.  280-281.

16 Ibid., p.  280 : « Ihre Freiheit von der Suggestion des Bestehenden liegt gerade darin, daß sie die bürgerlichen Ideale, ohne ein Einsehen zu haben, akzeptiert, seien es die, welche seine Vertreter wenn auch entstellt noch verkündigen, oder die, welche als objektiver Sinn der Institutionen, technischer wie kultureller, trotz aller Manipulierung noch erkennbar sind. Sie glaubt der Arbeitsteilung, daß sie für die Menschen da ist, und dem Fortschritt, daß er zur Freiheit führt. Deshalb gerät sie leicht mit der Arbeitsteilung und dem Fortschritt in Konflikt. »

17 Le terme, issu du lexique de la neurologie, est le même en allemand et en français. L’inventeur du terme « suggestion » est le médecin et hypnopraticien écossais James Braid (1795-1860).

18 Hippolyte Bernheim (1840-1919) est un professeur de médecine et neurologue français. Il devient célèbre pour ses travaux sur l’hypnose thérapeutique au sein de ce qu’on a coutume d’appeler l’École de Nancy, opposée à l’École de la Salpêtrière de Jean Martin Charcot. Son ouvrage De la Suggestion et de ses applications à la thérapeutique, Paris (1886) est traduit en allemand par Freud dès 1888. Bien que rapidement oublié après sa mort, il est considéré comme l’un des plus importants thérapeutes d’Europe de son vivant.

19 Hippolyte Bernheim : De la suggestion dans l’état hypnotique et dans l’état de veille [1884]. Paris 2004.

20 Adorno : « Zum Verhältnis von Soziologie und Psychologie ». In : GS 8, p.  45.

21 Adorno : « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda ». In : GS 8 : Soziologische Schriften I, p.  411. Pour la traduction française : Adorno : Le conflit des sociologies. Théorie critique et sciences sociales, trad. de Pierre Arnoux, Jacques-Olivier Bégot, Julia Christ, Georges Felten et Florian Nicodème. Paris 2016, p.  17 : « Le plus éminent de ces concepts est celui de la suggestion – qui, soit dit en passant, continue à jouer un rôle important, en tant que pis-aller, dans la manière dont on appréhende couramment l’emprise magique qu’exerce sur les masses Hitler et ses semblables. »

22 Adorno : « Freudian Theory », p.  417. Comme l’écrit Adorno en citant Freud : « there remains as a definition for suggestion – a conviction which is not based upon perception and reasoning but upon an erotic tie. » Trad. fr. ibid. p.  22 : « […] il reste comme définition de la suggestion : une conviction qui n’est pas fondée sur la perception et le travail de la pensée mais sur un lien érotique. »

23 Adorno : Dialektik, p.  39.

24 Sur la conception adornienne d’un langage digne des hommes, avec lequel contrastent à des niveaux différents tant la langue scientifique que celle des agitateurs fascistes, on peut se référer aux « Thesen über die Sprache des Philosophen ». In : GS 1: Philosophische Frühschriften, p.  336-372.

25 Philip Hogh : Kommunikation und Ausdruck. Sprachphilosophie nach Adorno. Weilerswist 2015.

26 Adorno : « Beitrag zur Ideologienlehre ». In : GS 8, p.  457-478.

27 Selon Daniel Payot, l’« ‘amour du possible’ » est, pour Adorno, l’unique motivation de la philosophie encore praticable, encore digne d’être pensée ». Cf. « Messianisme et utopie : la philosophie et le ‘possible’ selon T. W. Adorno ». In : Tumultes 2001/2 (n° 17-18), p.  179-205, ici p.  186.

28 Adorno : Dialektik, p.  280 : « […] die Anstrengung, der Suggestion zu widerstehen ».

29 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  464 : « Ist Philosophie noch nötig, dann wie von je als Kritik, als Widerstand gegen die sich ausbreitende Heteronomie, als sei’s auch machtloser Versuch des Gedankens, seiner selbst mächtig zu bleiben und angedrehte Mythologie wie blinzelnd resignierte Anpassung nach ihrem eigenen Maß des Unwahren zu überführen. »

30 Adorno : Dialektik, p.  280-281.

31 Ibid., p.  281 : « Ihre Stimme gehört dem Gegenstand, aber ohne seinen Willen; sie ist die des Widerspruchs, der ohne sie nicht laut würde, sondern stumm triumphierte. »

32 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  471 et  473.

33 Adorno : Drei Studien, p.  374.

34 Adorno : « Wozu noch Philosophie », p.  471.

35 Adorno : « Zum Studium der Philosophie », p.  319.

36 Adorno : « Anmerkungen zum philosophischen Denken ». In : GS 10.2, p.  599-600.

37 Adorno : Modèles critiques. Paris 1984, p.  313 ; Adorno : « Zu Subjekt und Objekt ». In : GS 10.2, p.  753 : « Als in Wahrheit Nichtidentisches wird das Objekt dem Subjekt desto ferner gerückt, je mehr das Subjekt das Objekt ‚konstituiert’. »

38 Adorno : « Charakteristik Walter Benjamins ». In : GS 10.1 : Kuturkritik und Gesellschaft I, p.  245.

39 Adorno : « Benjamins ‘Einbahnstraße’». In : GS 11, Noten zur Literatur, p.  684.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Peyrical, « Suggestion et réserve mentale », Recherches germaniques, 49 | 2019, 163-174.

Référence électronique

Aurélia Peyrical, « Suggestion et réserve mentale », Recherches germaniques [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 12 décembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rg/2831 ; DOI : 10.4000/rg.2831

Haut de page

Auteur

Aurélia Peyrical

Agrégée de philosophie

Doctorante au laboratoire Sophiapol 

Université Paris-Nanterre

a.peyrical[at]parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals