Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Préface

Texte intégral

  • 1 Françoise Willmann : « L’exil anglais d’Alfred Sohn-Rethel, une parenthèse théorique ? » In : Dan (...)

1Compléter Marx par une épistémologie matérialiste – plus d’un lecteur de Marx aura sans doute été hanté par cette idée. Alfred Sohn-Rethel (1899-1990), économiste et philosophe, lui a consacré sa vie, une vie marquée par un long exil. Il quitta l’Allemagne en 1936 et après de courtes étapes en Suisse et à Paris, il s’installa en Angleterre pour quatre décennies1. C’est à l’enterrement d’Adorno qu’il rencontra Siegfried Unseld, l’éditeur de Suhrkamp, qui publiera Geistige und körperliche Arbeit en 1970 et le rééditera dès 1973. Le succès de cet ouvrage, qui lui valut une chaire à la toute nouvelle et subversive Université de Brême, marqua la fin d’une marginalité intellectuelle et institutionnelle. Sa pensée philosophique s’ancre dans l’analyse marxienne de la forme-marchandise dans laquelle il était convaincu de trouver également l’origine des catégories des sciences de la nature. Deux faits symétriques se rencontrent dans cette idée : l’émergence des sciences de la nature s’inscrit dans la grande division entre le travail intellectuel et le travail manuel, et avec l’échange de marchandises, véhiculé par l’argent, se séparent la valeur et la valeur d’usage, la société et la nature. Avec cette approche, Sohn-Rethel s’est à la fois rapproché et distingué de la théorie critique de l’École de Francfort. Contrairement aux auteurs de la Dialectique de la raison, il lui importait de prendre les sciences au sérieux, ne voulant pas les réduire à la « raison instrumentale » mais dévoiler leur origine sociale qui, selon lui, est aussi l’origine cachée de leur vérité historique. Comprendre leur origine sociale devait également être décisif pour le sort des sciences de la nature, dans une société socialiste où travail physique et travail intellectuel seraient réconciliés.

  • 2 Mentionnons Rudolf Heinz / Jochen Hörisch (éd.) : Geld und Geltung. Zu Sohn-Rethels soziologische (...)
  • 3 Rappelons cependant que le germaniste Philippe Ivernel (1933-2016) s’est employé dès le milieu de (...)
  • 4 Bruno Latour : « Qui a la parole ? Kant dévoré par Marx ». In : Le Monde 1. 2. 2018.
  • 5 Theodor W. Adorno : Negative Dialektik. Frankfurt am Main 1998. Bd. 6, p. 178 : « Sohn-Rethel hat (...)

2La réception de Sohn-Rethel fut d’emblée très contrastée, à l’image du désaccord entre Adorno et Horkheimer à son sujet. L’enthousiasme et le soutien du premier n’eurent d’égale que l’aversion du second. En Allemagne, on l’a lu et discuté avec passion et commenté de même, dans les dernières décennies du xxe siècle. Les romans de Robert Menasse et de Wolfgang Schorlau évoqués par Françoise Willmann en témoignent. Puis, les ouvrages qui lui furent explicitement consacrés se firent plus rares2, mais on ne saurait surestimer les traces diffuses qu’a laissées son œuvre. En France, c’est sans doute le champ de la sociologie des sciences qui se sera d’abord confronté à ses thèses3, comme en témoigne la contribution au présent volume de Charles Alunni, dont le rappel du contexte italien mentionne également des noms décisifs du champ français ; en est un écho récent le billet de Bruno Latour dans Le Monde des Livres lorsque parut la traduction de Das Geld, die bare Münze des Apriori4. Par ailleurs, la mention qu’en fit Adorno dans sa Negative Dialektik n’a pas manqué de susciter la curiosité de ses lecteurs5, une curiosité qu’élucident de deux points de vue différents les contributions d’Agnès Grivaux et de Salima Naït Ahmed.

3Les travaux réunis dans cet ouvrage, issus d’un colloque qui s’est tenu fin 2018 à l’Université de Lorraine, ne dérogent pas à la règle : ils ne ménagent pas leurs critiques à l’encontre des grandes thèses de Sohn-Rethel et à sa manière de les fonder, tout en continuant de soulever la question de leur fécondité, conformément à ce « trouble productif » (« produktive Irritation », Robert Ziegelmann) qui semble être la marque de fabrique de l’auteur. Ils se caractérisent également par une transdisciplinarité constitutive de l’œuvre de Sohn-Rethel, qui soulève des débats mobilisant philosophie, économie, sociologie, épistémologie, histoire des sciences et des idées, anthropologie, littérature.

  • 6 Alfred Sohn-Rethel : Ökonomie und Klassenstruktur des deutschen Faschismus. Frankfurt am Main 197 (...)

4Issu d’une longue lignée d’artistes, Sohn-Rethel avait été mis en pension par ses parents chez l’industriel Ernst Poensgen, afin de lui donner le goût de la chimie, une branche de la famille étant liée à Agfa. La manœuvre échoua, mais Sohn-Rethel en retira une sensibilisation au monde de l’entreprise, qui, liée à une lecture précoce de Marx, favorisa sans doute deux différences notoires par rapport aux philosophes de la théorie critique dont il fut proche sans parvenir à s’y intégrer véritablement, la conscience de l’importance des sciences de la nature et un rapport plus immédiat à l’économie. Il occupa d’ailleurs un temps (jusqu’en 1936) un poste (subalterne) au Mitteleuropäischer Wirtschaftstag (MWT), lobby des industriels allemands actif entre 1931 et 1944, une expérience qui nourrit son ouvrage sur l’économie fasciste6, et lui valut également des attaques politiques qu’il réfuta en arguant de ses liaisons clandestines avec les milieux d’opposition.

5Deux grands sujets, sans cesse entrelacés, traversent l’œuvre de Sohn-Rethel : l’abstraction et l’argent. Son ambition initiale fut d’identifier « l’abstraction réelle » suscitée par l’échange de marchandises, cristallisée dans la monnaie, comme étant selon lui au cœur du sujet transcendantal, ou en d’autres termes, le surgissement de la pensée abstraite non pas de la conscience, mais des actes des hommes. Qualifiée par Frédéric Monferrand d’oxymore, cette Realabstraktion a fait l’objet de lectures sensiblement différentes, selon qu’on en examine la validité au regard de la tradition philosophique ou qu’on mette davantage l’accent sur l’esprit dont on la pense animée. Les premiers reprennent la tâche de la confronter à Kant, Hegel, et Marx, ou plus largement à la tradition philosophique (Vincent Chanson, Camilla Brenni, Frank Engster et Andreas Schröder, Daniel Burnfin, Robert Ziegelmann). L’étude précise du reproche souvent adressé à Sohn-Rethel de traiter avec désinvolture les concepts philosophiques qu’il attaque, se prolonge toujours dans l’effort, conforme à l’objectif de l’auteur, de situer néanmoins la fécondité de sa démarche dans une perspective plus large.

6L’intuition théorique en elle-même a donné lieu et donne toujours lieu à des positions très débattues. Ainsi, Bernard Ancori et Carl Freytag se penchent-ils à nouveau sur le rôle que Sohn-Rethel fait jouer à la monnaie frappée, et notamment à ses origines en Grèce, avec des degrés de scepticisme divers, l’un proposant de substituer à l’idée de causalité celle de corrélation, l’autre regrettant l’appui sélectif que Sohn-Rethel chercha auprès des présocratiques. Elie Ayache, expert des marchés financiers, confronte la position de Sohn-Rethel à l’actualité financière et s’oppose résolument à la vision marxiste. Du reste, la focalisation de Sohn-Rethel sur la question de la monnaie relève du champ épistémologique autant que du champ économique sur lequel se focalise la contribution d’Oliver Schlaudt, analysant ainsi un domaine où Sohn-Rethel mit lui-même à l’épreuve l’enjeu ’réel’ de sa réflexion. Quant à Fabrice Colomb, choisissant l’inspiration plutôt que la critique, il s’appuie sur le rôle de l’argent dans la synthèse sociale capitaliste pour penser les biobanques, une évolution sociale, voire anthropologique, engageant sans doute l’avenir de l’espèce humaine.

7La validité des catégories de la pensée induites par l’abstraction réelle se révèle, selon Sohn-Rethel, dans leur efficacité dans les sciences de la nature. C’est bien cette problématique qui le fait remonter à Kant, faisant l’impasse sur Hegel, lui-même accusé par la plupart des savants du xixe siècle d’avoir fait l’impasse sur une science tirant sa validité théorique et son efficacité pratique de son ancrage empirique. Sohn-Rethel avait tenté de fonder son idée en s’appuyant sur les grands moments fondateurs de la science moderne, galiléenne en particulier. Rainer Gruber reprend ce questionnement à la lumière de l’évolution récente de la physique et des questions épistémologiques qu’elle ouvre.

  • 7 Aldo Haesler : Sociologie de l’argent et postmodernité. Genève / Paris 1995.

8Soziologische Theorie der Erkenntnis, tel fut le titre donné à l’Exposé de Lucerne par Sohn-Rethel, qui affirmera par la suite avoir pensé « marxiste » et écrit « sociologique », pour des raisons de prudence politique. Cependant, si aucune contribution de notre volume ne conclut sur l’échec de Sohn-Rethel, c’est bien la conviction d’un impact profond sur les perspectives sociales qui semble pour toutes et tous une question essentielle, parfois esquissée, parfois développée. Aldo Haesler, depuis longtemps attentif aux suites de la « dématérialisation » de l’argent7 confirme la place qui revient à Sohn-Rethel dans le champ sociologique, et le situe entre Georg Simmel et Norbert Elias, tandis que Frédéric Monferrand en éprouve la fécondité pour penser l’abstraction des sociétés marchandes, en se déplaçant vers une onto-sociologie qui recourt à la tradition anthropologique française dans la lignée d’Emile Durkheim et de Marcel Mauss. Frank Engster et Andreas Schröder, tout en reprochant à Sohn-Rethel une interprétation erronée selon eux de l’échange, poursuivent sa réflexion en incluant dans leur champ de vision les transformations les plus récentes dues au développement du numérique. Sohn-Rethel n’avait pas éludé la nécessité de penser cette évolution des sciences et des techniques. L’ambition critique, voire explicitement révolutionnaire de son épistémologie se traduit avec la subtilité de la littérature, débusquée par Alexandre Métraux, dans ses petits textes en prose, qui sont un contrepoint organique à l’abstraction réelle.

9Quoi qu’il en soit, nous ne dépasserons pas, trente ans après la disparition de Sohn-Rethel, une réception aussi contrastée que persistante. Persistante néanmoins, ce dont témoigne également l’âge de plusieurs de nos contributeurs qui nous a valu, pour le colloque dont est issu le présent ouvrage et qui s’est tenu à l’Université de Lorraine – site de Nancy en décembre 2018, le soutien précieux du programme Jeunes chercheurs de l’Université Franco-Allemande. Enfin, nous voudrions remercier ici les Éditions La tempête, et tout particulièrement Yann Gomez pour son impulsion et son intérêt décisifs.

Haut de page

Notes

1 Françoise Willmann : « L’exil anglais d’Alfred Sohn-Rethel, une parenthèse théorique ? » In : Daniel Azuélos (éd.) : Les penseurs allemands et autrichiens à l’épreuve de l’exil. Interprétations, lectures et transferts dans les pays d’accueil par les exilés de langue allemande sous le national-socialisme. Paris 2010, p. 135-157. C’est ainsi que s’explique la présence de textes anglais dans notre corpus.

2 Mentionnons Rudolf Heinz / Jochen Hörisch (éd.) : Geld und Geltung. Zu Sohn-Rethels soziologischer Erkenntnistheorie. Würzburg 2006.

3 Rappelons cependant que le germaniste Philippe Ivernel (1933-2016) s’est employé dès le milieu des années 1970 à susciter l’intérêt de ses étudiants de Vincennes-Paris VIII pour notre philosophe. Gérard Raulet ne manque pas de le présenter dans le chapitre « Marxisme, néo-marxismes et post-marxismes ». Gérard Raulet : La philosophie allemande depuis 1945. Paris 2006.

4 Bruno Latour : « Qui a la parole ? Kant dévoré par Marx ». In : Le Monde 1. 2. 2018.

5 Theodor W. Adorno : Negative Dialektik. Frankfurt am Main 1998. Bd. 6, p. 178 : « Sohn-Rethel hat als erster darauf aufmerksam gemacht, daß in ihm [dem transzendentalen Prinzip – OS-FW], der allgemeinen und notwendigen Tätigkeit des Geistes, unabdingbar gesellschaftliche Arbeit sich birgt. »

6 Alfred Sohn-Rethel : Ökonomie und Klassenstruktur des deutschen Faschismus. Frankfurt am Main 1973.

7 Aldo Haesler : Sociologie de l’argent et postmodernité. Genève / Paris 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oliver Schlaudt et Françoise Willmann, « Préface »Recherches germaniques, 15 | 2020, 5-8.

Référence électronique

Oliver Schlaudt et Françoise Willmann, « Préface »Recherches germaniques [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rg/2927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.2927

Haut de page

Auteurs

Oliver Schlaudt

Philosophisches Seminar der Universität Heidelberg
oliver.schlaudt[at]urz.uni-heidelberg.de

Articles du même auteur

  • Von der Volkswirtschaftslehre zum Management
    Sohn-Rethel, penseur de l’économie. De l’économie à la gestion
    Sohn-Rethel as a Philosopher of Economics. From Economics to Management
    Paru dans Recherches germaniques, 15 | 2020

Françoise Willmann

Maîtresse de conférences émérite en études germaniques
Université de Lorraine
Centre d’Études Germaniques Interculturelles de Lorraine
Archives Henri Poincaré – Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies
francoise.willmann[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search