Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Le contexte / Der KontextAlfred Sohn-Rethel en Italie – qu...

Le contexte / Der Kontext

Alfred Sohn-Rethel en Italie – question de contexte

L’operaismo ou de l’araignée au tisserand
Alfred Sohn-Rethel in Italien – Zum Kontext. L’operaismo oder von der Spinne zum Weber
Alfred Sohn-Rethel in Italy—a Question of Context. L’operaismo or from the Spider to the Weaver
Charles Alunni
p. 11-22

Résumés

En octobre 1977, Alfred Sohn-Rethel faisait son entrée véritable sur la scène italienne des études marxiennes. C’étaient là les débuts d’un compagnonnage essentiel, qui allait faire date, de penseurs italiens majeurs avec sa propre entreprise philosophique. 1977 est également l’année où je publiais en français un best-seller italien, L’Ape e l’architetto, réintitulé L’Araignée et le tisserand. L’objet de cet article est de resituer l’œuvre de Sohn-Rethel dans le cadre des relectures critiques des textes marxiens alors initiées par les travaux de Raniero Panzieri, et qui impliquaient transversalement tant le « jeune » Lukács que les réinterprétations partiales de Lucio Colletti.

Haut de page

Texte intégral

1Par les hasards de la vie intellectuelle, j’ai eu la chance de rencontrer Sohn-Rethel en Italie, à Cosenza en Calabre, au cours d’un Congrès international consacré à « L’Analyse historique de la structure de la Science et de ses fonctions sociales (en l’honneur du Professeur Sohn-Rethel) », qui s’est tenu du 17 au 22 octobre 1977. Or ce colloque a laissé une trace ‘historique’ singulière, en ce sens qu’y fut décidé l’enlèvement d’Aldo Moro par les membres des Brigades Rouges présents au congrès ! À côté du colloque officiel, consacré à des arguments ‘scientifiques’, un mini-groupe, resté en soirée plutôt à l’écart, était, sans que nous le sachions, une réunion ‘au sommet’ des brigades rouges.

  • 1 Autour de cette question, je renvoie ici à l’ouvrage de Martin Mittelmeier : Adorno in Neapel. Wi (...)
  • 2 Il existe une version italienne de l’ouvrage de Mittelmeier qui retrace une séquence fondamentale (...)

2En ouverture, je rappellerai simplement qu’Alfred Sohn-Rethel, né le 4 janvier 1899 à Neuilly-sur-Seine, mort le 6 avril 1990 à Brême, passa des moments importants de sa vie en Italie, à Naples en particulier, et plus spécifiquement sur l’île de Capri1. C’est le moment où en septembre 1925, quatre des plus grands penseurs d’Allemagne, Theodor W. Adorno, Walter Benjamin, Siegfried Kracauer et Alfred Sohn-Rethel se retrouvent en Campanie (à Capri et Positano). Il ne s’agissait pas là de tourisme, mais bel et bien d’un moment de détachement et de travail de réflexion intense. Walter Benjamin avait emporté avec lui 600 fiches pour sa dissertation sur le théâtre baroque, qui ne sera finalement pas acceptée par le système académique allemand ; Alfred Sohn-Rethel avait quant à lui « une montagne de documents » en vue d’écrire un commentaire destiné à faire date des premiers livres du Capital de Marx ; tandis que Siegfried Kracauer, qui était déjà un collaborateur confirmé des pages culturelles de la Frankfurter Zeitung, tentait l’impossible contamination entre la philosophie de Kierkegaard et le roman noir, alors qu’il était en train de brûler de passion pour le jeune Adorno dans une relation pleine de tensions ambiguës2.

3À cette époque, Alfred Sohn-Rethel était en train de faire son entrée véritable sur la scène italienne des études marxiennes, études qui étaient alors extrêmement vives (et vivantes) dans ce pays.

4Je me concentrerai dans cet exposé uniquement sur les conditions contextuelles de cet accueil italique, tant par les traductions publiées en Italie à cette époque, que par la présence renouvelée d’Alfred Sohn-Rethel dans la péninsule. Il s’agit pour moi de témoigner ici d’un compagnonnage essentiel, qui allait faire date, de penseurs italiens majeurs avec l’entreprise philosophique d’Alfred Sohn-Rethel.

  • 3 Sur cette importante question philosophico-politique, voir Charles Alunni : « Attualità, attuosit (...)

5En 1975, à une époque où l’on pouvait espérer une réparation relative d’une situation trop prolongée, et fortement aggravée, d’un ‘déficit’ criant dans notre pays des relations philosophiques avec l’Italie (ce qui m’a amené à parler ailleurs de l’Italie comme « tiers-exclu des annales franco-allemandes », sorte d’« état anal » des rapports franco-allemands), je présentais en Sorbonne une traduction et un commentaire du quatrième chapitre de La Logica come scienza storica de Galvano Della Volpe (initialement intitulée La Logica come scienza positiva), au titre d’une Maîtrise dirigée par Jean-Toussaint Desanti. Je précise néanmoins que le trafic philosophique italo-germanique est quant à lui bien ancré dans l’histoire et l’histoire de la philosophie de ces trois pays (comprenant l’Allemagne), au moins depuis les échanges intenses, autour des deux frères Bertrando et Silvio Spaventa, des « petits-hégéliens » napolitains avec Berlin3.

  • 4 Galvano Della Volpe : La logique comme science historique. Paris 1977 (traduit de l’italien par P (...)

6Dans les années 1970, Della Volpe était considéré comme une sorte d’‘Althusser italien’, bien que pratiquement inconnu en France. Une traduction de la Logica fut ensuite publiée sous le titre La logique comme science historique4.

7En 1976, c’est précisément Louis Althusser (et Jacques Derrida) qui me proposeront de bénéficier d’une des deux Bourses Internationales d’Échange de la rue d’Ulm pour rejoindre la Scuola normale superiore de Pise, sa sœur jumelle fondée, elle aussi, par Napoléon Ier. Cette année pisane devait non seulement me donner l’occasion de rencontrer ‘à vif’ nombre de normaliens particulièrement bien informés sinon actifs dans le mouvement autonome et ‘opéraiste’, mais me permettre également d’achever une autre traduction qui n’était pas sans lien avec cette question.

  • 5 Impascience 6 (1976), p. 5-7.
  • 6 Michel Serres : Le parasite. Paris 1980.
  • 7 Giovanni Ciccotti/Marcello Cini/Michelangelo De Maria / Giovanni Jona-Lasinio : L’Araignée et le (...)

8Jean-Marc Lévy-Leblond venait tout juste d’éditer mon premier article publié : cet article anonyme (selon la déontologie alors de règle pour une revue, Impascience, fondée et dirigée par quelques scientifiques ‘critiques’ et tenant à l’idée d’un « procès sans sujet ») s’intitulait Para-site ou la maladie sénile du scientisme5. Le premier syntagme allait devenir le titre éponyme d’un ouvrage de Michel Serres, Le parasite6. On me proposa alors de donner une version française de ce qu’on qualifierait aujourd’hui de véritable bestseller, en l’occurrence L’Ape e l’Architetto. Paradigmi scientifici e materialismo storico7.

  • 8 Alfred Sohn-Rethel : Lavoro intellettuale e lavoro manuale: per la teoria della sintesi sociale. (...)

9Je rappelle ici que la traduction italienne d’Alfred Sohn-Rethel, Geistige und körperliche Arbeit, date de 19778, moins d’une année après la sortie du collectif Cini.

  • 9 François Mitterrand : L’Abeille et l’architecte. Paris 1978.

10Achevée en 1977, ma traduction devait sortir comme prévu au Seuil, dans la collection « science ouverte », mais sous un ‘autre’ titre. Pour l’anecdote (qui garde encore aujourd’hui un certain ‘piquant’), voici la « note de l’éditeur » qui ouvre l’ouvrage dans sa version ‘française’ : « La version italienne originale de ce livre a pour titre L’Ape e l’Architetto, soit, en français, L’Abeille et l’Architecte. Pendant la traduction, ce titre ayant été utilisé par un autre lecteur de Marx, nous avons repris la métaphore à son début (N.d.E.). » Cet « autre lecteur de Marx » n’était rien de moins que… François Mitterrand9.

11Pour conclure ce point quelque peu autobiographique, je voudrais préciser qu’un autre ‘rendez-vous’, plus intéressant sans doute, a été manqué. Ayant circulé ‘entre’ Galvano Della Volpe et le collectif Cini, notre idée était à l’époque d’opérer une double interpellation de Louis Althusser ou du moins de la ‘scène althussérienne’ par la scène philosophico-politique transalpine. Or, il n’en fut rien, et tout cela est resté (à ma connaissance) lettre morte. Je n’entre pas ici dans les détails des ‘raisons’ du silence criant de l’école althussérienne à cet égard, et du nouveau rendez-vous manqué avec les Italiens. Je dirai simplement que la question de la « coupure » (entre ‘science’ et ‘idéologie’) et la notion de ‘sujet’ historico-politique en étaient l’enjeu. On sait de plus que toute référence lukácsienne représentait pour l’auteur du Pour Marx un véritable objet de détestation. Étienne Balibar notait qu’à son avis, c’était son « élimination de la question de l’idéologie » qui caractérisait tout particulièrement l’operaismo. J’ajouterai simplement que l’ouvrage de Cini offrait peut-être le chaînon manquant, et très précisément sur cette question.

12Revenons à l’Ape e l’Architetto du collectif Cini. L’Araignée et le tisserand nous invitait à prendre en considération les deux points suivants :

  1. La politique scientifique ne peut être comprise qu’en rapport à l’ensemble de la pratique sociale, à ses moments, à ses contradictions ;

    • 10 Impascience 6 (1976), numéro consacré aux « Parasciences ».

    La science n’est pas ‘l’autre’ de l’idéologie. Elle est une forme spécifique d’idéologie (de conscience sociale) et elle ne possède pas de pureté particulière10. Même si l’image de la nature qu’elle nous donne est valide, cette image change et elle changera avec la transformation des rapports de production.

  • 11 Hilary Rose/Steven Rose : L’idéologie de / dans la science. Paris 1977. Voir les documents recuei (...)

Cette double thèse, par-delà sa formulation en termes abstraits et généraux, est le fruit d’une situation historique concrète du front ‘critique’ : à savoir l’aboutissement d’une conjoncture internationale (dont la configuration n’est pas retracée ici) et de la conjoncture nationale italienne. Marcello Cini la restitue dans l’« Introduction » en nous donnant le récit raisonné de son propre itinéraire intellectuel et politique. Ce qui a convergé, par-delà les spécificités temporelles et géographiques des luttes des années soixante, c’est une exigence, toujours actuelle, vécue globalement comme « nécessité pratique et urgente d’une ‘formulation théorique’ »11.

13C’est donc à une telle tâche que s’attellent en particulier les auteurs.

  • 12 Secrétaire général du PDUP-Manifesto, député. In : Le Nouvel Observateur, juillet 1977.

14Ne pouvant nier la grande part de vérité qui revient à cette constatation de Lucio Magri12 touchant à la « ‘désinformation’ très caractérisée de la tradition impériale française au sujet des pays limitrophes » (étant entendu qu’ici, il s’agit surtout de « désinformation » culturelle), il nous paraît nécessaire de rassembler dans de très étroites limites, qui ne pourront jamais remplacer la nécessité d’une prise en charge ‘collective’ de l’information à ce niveau, quelques indications sur l’une des scènes théoriques où évoluaient nos camarades transalpins.

Raniero Panzieri : nouveau discours et relecture critique des textes marxiens

  • 13 Pour un bilan des différentes positions développées au cours de cette période, mais aussi sur Pan (...)
  • 14 Voir pour ce qui touche tout particulièrement l’analyse critique de la notion de « révolution sci (...)

15Le débat sur la science mené de l’intérieur du marxisme italien au cours des années soixante-dix est inséparable des luttes sociales des années soixante13 qui remirent en question de façon concrète le rôle de la machine et l’usage capitaliste de la science, signant par là l’entrée en crise de la position traditionnelle du problème qui privilégiait, en ce qui concerne la perspective d’une transformation sociale, le développement des forces productives. C’est autour de la figure et de l’action politique de Raniero Panzieri que se noue un nouveau discours sur la classe ouvrière, mais aussi sur Science, Technique et Capital14.

  • 15 Raniero Panzieri : « Sur l’usage capitaliste de la machine dans le néocapitalisme » (traduit de l (...)
  • 16 Pour une périodisation de l’œuvre de Panzieri et sa situation « au centre d’une période de crise (...)

16Ce n’est qu’à travers la réflexion politique que mène Panzieri en 1960-1961, avec en particulier l’écrit Sur l’usage capitaliste des machines dans le néocapitalisme15, qu’un tel discours trouve son fondement théorique cohérent et une autonomie idéologique organique. Disons brièvement que les textes des Quaderni Rossi sont l’aboutissement d’une période de maturation où critique et dénonciation, en particulier du réformisme des partis ouvriers traditionnels, s’opèrent à travers le débat sur le stalinisme (à partir de 1956) et la crise du « frontisme » qui touchait alors le Parti Socialiste Italien – auquel appartenait Panzieri16.

  • 17 Panzieri : « Sull'uso capitalistico delle macchine nel neocapitalismo », p. 55 : « L’usage capita (...)
  • 18 Ibid., p. 69 : « Le niveau de classe s’exprime non comme progrès mais comme rupture, non comme ‘r (...)

17Dans ce texte sur les machines, Panzieri tend à montrer que c’est directement l’usage capitaliste des machines qui détermine le développement technologique17. Apparaît ici le point d’enracinement de la ‘non-neutralité’ du développement scientifique et technique, une des thèses essentielles de L’abeille et l’architecte. Cela induit alors chez Panzieri une logique de la ‘fracture’18. Il souligne la capacité d’intégrer au système la classe ouvrière, et il conclut de la nouvelle dimension de la politique de planification la conséquence que

  • 19 Ibid., p. 63.

la participation des travailleurs au ‘plan fonctionnel’ du capitalisme, est en soi un facteur d’intégration, d’aliénation, pour ainsi dire aux limites extrêmes du système. Mais il est vrai que l’on a ici, avec le développement des ‘facteurs de stabilisation’ du néocapitalisme, une prémisse de nature à rendre, par l’action ouvrière, immédiatement nécessaire le renversement total de l’ordre capitaliste. La lutte ouvrière se présente par là comme nécessité d’une opposition totale au plan capitaliste, où le facteur est la conscience, disons même dialectique, de l’unité des deux moments ‘technique’ et ‘despotique’ de l’actuelle organisation productive. Par rapport à la ‘rationalité’ technologique, la tâche de l’action révolutionnaire est de ‘la comprendre’, non pas pour la reconnaître et l’exalter, mais plutôt pour la soumettre à un nouvel usage, à l’usage socialiste de la machine.19

  • 20 Ibid., p. 270-271, édition italienne.

18Dans Plus-value et planification, Panzieri thématise le problème de la « planification » sur le modèle de l’extension à toute la société du régime de l’usine. Ainsi, le despotisme du capital apparaît comme « despotisme de la rationalité » ; sa planification advient sur la base du développement illimité des forces productives, alors que « l’unique limite au développement du capital n’est pas le capital lui-même mais la résistance de la classe ouvrière »20.

19On peut enfin donner une idée du prolongement que l’analyse de Panzieri proposait du modèle de Marx. Il insiste (à la suite de Marx) sur le caractère prédominant du ‘capital financier’ devant lequel le capitalisme ‘actif’ tend à disparaître pour donner lieu à une production dirigée par la figure du fonctionnaire (capitalisme actionnaire). Tandis que dans le livre I du Capital prévaut la dichotomie ‘planification de l’usine / anarchie dans la société’, à présent, la dynamique véritable de la société apparaît comme orientée vers la ‘concentration’ et la ‘centralisation’, c’est-à-dire vers le capital financier. Panzieri pose donc la nécessité de dépasser le livre I du Capital qui induit une stratégie ouvrière « ambiguë ». La phase finale du capital financier apparaît à Panzieri comme celle où

  • 21 Raniero Panzieri : « Plus-value et planification » (traduit de l’italien par Nicole Rouzet-Albagl (...)

le capital étend directement la forme mystifiée fondamentale de la loi de la plus-value de l’usine à la société tout entière [et où – CA] disparaît toute trace de l’origine et de la racine du procès capitaliste. L’industrie réintègre en soi le capital financier et projette au niveau social la forme qu’y assume spécifiquement l’extorsion de plus-value : comme développement ‘neutre’ de la force productive, comme rationalité, comme plan. La tâche de l’économie apologétique est alors facilitée.21

  • 22 Cf. par exemple : Badaloni : Il marxismo italiano.

20Si ce n’est évidemment pas le lieu ici de discuter des limites de validité historico-politiques de l’analyse du mode de production capitaliste chez Panzieri22, il n’en demeure pas moins que nous pouvons juger de l’importance et de l’‘originalité’ que représentent ces textes par rapport au débat sur la science.

21Il faut rappeler qu’au même moment, la conception marcusienne du refus de la science (comme force destructrice du rapport entre l’homme et la nature) exerçait déjà sa fonction. Même si une certaine terminologie à l’œuvre chez Panzieri (les termes de « facteurs d’intégration », d’« aliénation », de « stabilisation », de « rationalité technologique », ou encore l’idée de despotisme de la rationalité) peut être rapprochée de la terminologie du philosophe de Francfort, leur articulation conceptuelle et leur usage politique y sont assez divergents. Notons que Panzieri, lecteur original du chapitre sur les machines du livre I du Capital, fournissait des indications pour trouver une issue au dilemme ‘valorisation aveugle et paralysante de la science comme force productive/refus marcusien de la science’, par l’analyse revalorisée d’articulations de la pensée marxienne jusque-là marginalisées ou tout simplement ignorées : en particulier celles des Grundrisse et des chapitres traitant de la science et de son application à la production.

22On peut dégager la matrice philosophique qui lui permet d’articuler son discours théorico-politique et qui signe son inscription dans une tradition. Corrélativement à la tentative de Panzieri pour penser ‘la classe comme sujet réel’, dans son autonomie et non en tant que valeur d’échange et objet de représentation politique, c’est l’idée hégélienne de ‘totalité’ qui l’amène à voir dans la totalité capitaliste une totalité réalisée, et dans la subordination de la production à l’« idéalité » du capital financier, un objectif désormais acquis, et l’idée (point fort de son discours) d’une démystification totale qui doit partir de la base (constitution de la classe comme sujet). Le contrôle ouvrier et le pouvoir ouvrier sont les instruments d’un ‘projet’ qui entend représenter à la classe ouvrière les ‘fins ultimes’ du mouvement dont elle est la principale protagoniste.

  • 23 Ciccotti/Cini/De Maria/Jona-Lasinio : L’araignée et le tisserand.

23Ce qui est particulièrement marquant ici, c’est la résurgence à travers le discours directement ‘politique’ de Panzieri d’une chaîne conceptuelle – « totalité », « projet », « classe comme sujet », « classe en soi et pour soi » –, qui nous renvoie sur le terrain d’un courant de la philosophie marxiste très explicite qui structure et forme l’ossature, et nous verrons dans quelles limites, l’ossature catégorielle de l’ouvrage de Ciccotti, Cini, De Maria et Jona23. Précisons simplement les lignes de force de cette matrice théorique.

Du ‘jeune’ Lukács au ‘premier’ Colletti

  • 24 Ibid., chapitre I : La projectivité de la science contre le scientisme, p. 56, note 2 ; Giovanni (...)
  • 25 Ibid., Préface, p. 49 sq.

24À deux reprises au moins24, les auteurs font explicitement recours à la problématique du Lukács d’Histoire et conscience de classe. D’autre part, Marcello Cini25 affirme que le Lucio Colletti de la fin des années cinquante, celui de Bernstein e il marxismo della seconda internazionale a pu fournir la clef d’une compréhension de deux chapitres essentiels de la pensée marxienne sur lesquels se règle le livre : le ‘matérialisme historique’ et la ‘théorie du fétichisme’. Or il existe une solidarité indéchirable entre ces deux discours, et qui se fixe sur une certaine lecture des classiques du marxisme.

  • 26 Georg Lukács : Histoire et conscience de classe. Paris 1960.
  • 27 Pour un recentrage de ce texte dans la ‘tradition’, voir les analyses très précises d’André Tosel (...)

25L’ouvrage du jeune Lukács Histoire et conscience de classe (publié à Berlin en 1923)26, texte maudit s’il en fut dans l’histoire de la littérature marxiste et considéré classiquement comme porte-parole du « gauchisme philosophique »27, affronte un matérialisme dialectique « orthodoxe » coloré d’économisme et de positivisme, typique de la seconde Internationale. Il s’agit alors de rompre avec le caractère ‘figé’ du discours théorique marxiste pour l’inviter à prendre conscience de sa nature essentiellement ‘pratique’. Il s’agit de rendre le marxisme à son essor révolutionnaire, ce qui exige d’en concevoir la philosophie comme ‘conscience de soi d’une classe’ (le prolétariat, la classe comme ‘sujet’), au sens où cette ‘philosophie de la praxis’ se réalise comme réalité pratique ‘dans/par’ cette classe qui, par la connaissance de soi parvient à la connaissance de toute la société. Pour parvenir à ressaisir la nature essentiellement pratique du marxisme, il faut se tenir au plus près des analyses marxiennes sur le ‘fétichisme’. Une seule catégorie permettra de réactualiser et de revivifier les analyses marxistes : la notion d’‘extranéation’ (ou ‘réification’). C’est un terme qui possède les mêmes vertus que celui d’‘aliénation’ pour Marx dans les Manuscrits de 1844.

26La société capitaliste a pour essence interne, s’exprimant à tous les niveaux, la fétichisation des rapports humains en rapports entre choses. Le rapport marchand dont la sphère de constitution est l’économique traverse de part en part les autres sphères, induisant partout les relations entre hommes vivants à revêtir le caractère de chose, d’une objectivité illusoire qui, par son système de lois propres, en apparence rationnel, dissimule la trace de son essence, la relation entre hommes. Les hommes s’opposent leur propre activité, leur travail, comme quelque chose d’indépendant qui les domine selon des lois devenues étrangères. Or cette réification est ‘intérieurement contradictoire’ : la société produit les forces de son dépassement – la classe ouvrière. Elle seule sait que sous l’« objectivité » il y a le mouvement et le processus (la contradiction), sous les moments parcellisés et autonomisés, la ‘totalité’ en mouvement. En ce sens, la ‘totalité’ représente le dépassement de cette réification ou parcellisation sur lesquelles repose fatalement la société bourgeoise et où reste englué l’opportunisme social-démocrate. En ce qui concerne les formes ‘théoriques’ (et non plus seulement matérielles) de la réification, on peut avancer que tout savoir qui se veut objectif et qui n’inclut pas en lui la critique de l’« objectivité » comme expression théorique de la réification perd sa consistance, devient un moment ‘inconscient’ d’un processus de réification, et se donne pour objet des ‘artefacts’ dont il ignore la loi de production. La nouvelle idée de l’objectivité est celle d’un processus totalisant. L’introduction de la catégorie de ‘totalité’ apparaît comme l’horizon de la lutte révolutionnaire de la classe ouvrière ‘en fonction’ d’une société supérieure.

27La totalité s’identifie alors au ‘point de vue’ de la classe révolutionnaire comme instance par essence déréifiante. Contre la fétichisation du « donné », élément de la domination capitaliste, se dresse la ‘projectualité’ révolutionnaire (métaphores porteuses de l’‘architecte’ et du ‘tisserand’).

  • 28 Lukács : Histoire et conscience de classe, p. 165 ; Panzieri : « Sur l’usage capitaliste de la ma (...)
  • 29 Alfred Schmidt : Il concetto di natura in Marx. Bari 1969.

28Ainsi, au niveau « épistémologique », Lukács est amené à refuser et la ‘théorie du reflet’, et la ‘dialectique de la nature’. La théorie du reflet est résurgence de la « chose en soi » dans le marxisme. Elle réifie l’opposition entre un être en soi indépendant de sa connaissance, et une pensée dont on ne voit pas comment elle pourrait devenir pensée adéquate de cet être-chose à contempler. C’est la caractéristique d’une pensée qui renonce à transformer le monde, face à un monde pétrifié comme absolue altérité : voilà la forme achevée de la réification du marxisme. Or pour Lukács, « la nature est une catégorie sociale »28. Par là il s’agit de refuser toute ‘ontologisation’ du discours dialectique marxiste : « C’est seulement si l’on reconnaît avec Marx la réalité matérielle comme déjà médiatisée socialement, que l’on peut éviter l’ontologie »29.

  • 30 Par exemple, l’école de Ludovico Geymonat, aujourd’hui encore, en Italie.

29Mais si l’on veut ‘désontologiser’ la dialectique sans renoncer à la ‘thèse d’objectivité’ ou de ‘validité’ de la connaissance (ce qui en un sens est le cas du jeune Lukács), il faut penser de façon plus fine le rapport entre la science et son substrat naturel objectif. Les analyses liées à un matérialisme dialectique positiviste30 considèrent le fait que la science reproduit les phénomènes comme la ‘preuve’ de son adhérence à un ‘substrat naturel’, donné une fois pour toutes, inconditionné, même si connaissable à des niveaux ‘partiels et successifs’ d’approfondissement (« réalisme naïf »). Elles revendiquent l’‘intrinsèque’ rationalité du développement de la science : développement rationnel qui advient en un ‘parallèle étroit’ avec le développement de la nature et ‘la réfléchit automatiquement’ (thèse de neutralité).

  • 31 Karl Marx / Friedrich Engels : L’idéologie allemande. Paris 1968, p. 71.

30On ne voit plus alors comment réintroduire l’épaisseur historico-sociale qui le conditionne. Pour ce faire, il s’agit à chaque fois de considérer la ‘nature’, celle qui est donnée ‘pour l’homme’ (dépassant finalement la division nature / histoire)31 comme ‘terme d’un rapport’ dont l’autre terme est constitué par l’homme, entendu lui aussi non comme un étant abstrait, mais comme un être concret qui produit, dans une situation historiquement déterminée du niveau des forces productives et des rapports sociaux de production les encadrant. ‘La nature donnée pour l’homme ne peut alors être abstraite du rapport lui-même’.

31Telles sont les conclusions possibles d’une (re)lecture des textes marxiens à travers l’appareil catégoriel lukácsien.

  • 32 Lucio Colletti : Bernstein et le marxisme de la seconde internationale. In : Ideologia e Società. (...)
  • 33 Cf. Badaloni : Il marxismo italiano, p. 94 sq.

32Lucio Colletti proposait dans son Bernstein et le marxisme de la seconde internationale32 une réutilisation de la thématique du fétichisme ramenée alors directement à la question de la valeur33. Dans le paragraphe intitulé Théorie de la valeur et fétichisme, Colletti en effet tire d’une analyse du travail abstrait (entendu comme abstraction de l’objectivité naturelle ou sensible des produits), la conséquence que le résultat d’une telle abstraction c’est de considérer le travail comme un procès en soi, ‘indépendant de l’homme’ qui l’accomplit, comme si le sujet réel n’était pas l’homme, mais la force de travail, « ainsi transformée en une pure entité ». La valeur est alors ce qui a

  • 34 Colletti : Bernstein, p. 117. Sur une analyse des rapports entre forme-valeur / abstraction de l’ (...)

rescindé, séparé ou abstrait de l’homme sa propre ‘subjectivité’, c’est-à-dire ses énergies ‘physiques et intellectuelles’, sa ‘capacité’ de travail, et l’a transformée en une essence en soi, a fixé l’énergie humaine ‘comme telle’ en ce ‘cristal’ ou ‘caillot’ de travail qu’est la ‘valeur’, produisant ainsi un être distinct, c’est-à-dire non seulement un être autonome et indépendant de l’homme, mais qui domine l’homme lui-même.34

Revalorisant les zones du Capital déjà objet de l’analyse lukácsienne, Colletti peut ainsi conclure que

  • 35 Colletti : Bernstein.

puisque la ‘valeur’ est considérée comme l’objectivation même de la force de travail humaine, le discours critico-scientifique ou antifétichiste du Capital vient à coïncider avec l’‘autoconscience même de la classe ouvrière’ (énième reprise de ‘l’unité de la science et de l’idéologie’).35

  • 36 Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Frankfurt am Main 1970.

Voilà pour ce qui fait l’indiscutable richesse et proximité de ce Colletti-là d’avec le jeune Lukács : théorie de la réification, du fétichisme, mais aussi ouverture certaine d’un chemin possible (très vite refermé) vers la (re)considération de la nature et de la science comme ‘polarités d’un rapport historico-social’. Mais également, et c’est là le point essentiel, l’extrême proximité avec l’Alfred Sohn-Rethel de Geistige und körperliche Arbeit36 quant à l’analyse des rapports entre ‘forme-valeur / abstraction de l’échange / production scientifique et technique’.

  • 37 Lucio Colletti : Le marxisme et Hegel. Paris 1976.
  • 38 Ici il ne s’agit pas de la bande à Baader de la Rote Armee Fraktion, mais d’une allusion au philo (...)

33Mais, pour conclure, les ‘limites’ imposées par Lukács à l’extension et à l’applicabilité de la catégorie de totalité historique et l’orientation collettienne actuelle rejetant ce qui faisait la pertinence de ces analyses de 1959 (comme refus de l’« opposition entre jugements de fait et jugements de valeur ») aboutissent chez ces deux auteurs (on pourrait dire : chez Lukács en pêchant par ‘un hégélianisme incontrôlé’ et chez Colletti par ‘un kantisme incontrôlable’) à définir ‘la Science’ par le biais d’une pure idiosyncrasie idéologique de philosophe. On sait quel sort Colletti réserve à Lukács dans son ouvrage (bien postérieur) Le marxisme et Hegel37, et en particulier au chapitre « De Bergson à Lukács ». C’est le même illuminisme liquidationiste qui le poussera à exorciser L’Abeille et l’Architecte, faisant de Cini, Ciccotti, Jona et De Maria des sympathisants de la bande à Baader38 !

  • 39 Dialectiques 13 (1976), p. 99 sq.

34C’est une des raisons pour lesquelles, à notre avis, la véritable référence ‘centrale’ dans la conception matérialiste historique que les auteurs de l’Abeille veulent nous donner du phénomène scientifique doit être située dans ce texte étonnant de Boukharine d’une Communication présentée au Congrès International des sciences et des techniques (Londres 29 juin-3 juillet 1931)39. Boukharine essaye de ‘penser l’articulation révolution scientifique et technique / planification consciente de la société’, mettant en œuvre une ‘conception antifétichiste et antifétichisée de la science’. Il permet de considérer, contemporainement, ‘projectualité’ et ‘validité’ comme deux moments pris dans un tissu (social) indéchirable. C’est aussi à partir de là qu’il sera possible de rompre avec les discours illuministes trouvant leur centre de gravité autour d’une ‘altérité’ radicale de la science à l’idéologie, et de proposer une typologie des formes idéologiques fondamentales, où la science est intégrée.

  • 40 Indiquons enfin que s’est développée chez les philosophes italiens (au même moment et ‘parallèlem (...)

35Plus qu’un ouvrage « édifiant », L’Abeille et l’Architecte rappelle, à l’appui d’analyses historiques (politiques et scientifiques) concrètes, des choses bien trop vite oubliées40.

Haut de page

Notes

1 Autour de cette question, je renvoie ici à l’ouvrage de Martin Mittelmeier : Adorno in Neapel. Wie sich eine Sehnsuchtslandschaft in Philosophie verwandelt. München 2013.

2 Il existe une version italienne de l’ouvrage de Mittelmeier qui retrace une séquence fondamentale pour notre propos : Martin Mittelmeier : Adorno a Napoli con un saggio di Alfred Sohn-Rethel: Das Ideal des Kaputten. Über neapolitanische Technik – L’ideale del rotto. Sulla tecnica a Napoli. Rome 2014.

3 Sur cette importante question philosophico-politique, voir Charles Alunni : « Attualità, attuosità ». In : Barbara Cassin (éd.) : Vocabulaire Européen des philosophies. Paris 2004, p. 145-151.

4 Galvano Della Volpe : La logique comme science historique. Paris 1977 (traduit de l’italien par Pierre Methays). Original : Logica come scienza storica. Rome 1969.

5 Impascience 6 (1976), p. 5-7.

6 Michel Serres : Le parasite. Paris 1980.

7 Giovanni Ciccotti/Marcello Cini/Michelangelo De Maria / Giovanni Jona-Lasinio : L’Araignée et le tisserand. Paradigmes scientifiques et matérialisme historique. Paris 1979 (traduit de l’italien par Charles Alunni). Original : L’Ape e l’Architetto. Paradigmi scientifici e materialismo storico. Rome 1976.

8 Alfred Sohn-Rethel : Lavoro intellettuale e lavoro manuale: per la teoria della sintesi sociale. Milan 1977.

9 François Mitterrand : L’Abeille et l’architecte. Paris 1978.

10 Impascience 6 (1976), numéro consacré aux « Parasciences ».

11 Hilary Rose/Steven Rose : L’idéologie de / dans la science. Paris 1977. Voir les documents recueillis par Alain Jaubert et Jean-Marc Lévy-Leblond dans Auto-critique de la science. Paris 1973.

12 Secrétaire général du PDUP-Manifesto, député. In : Le Nouvel Observateur, juillet 1977.

13 Pour un bilan des différentes positions développées au cours de cette période, mais aussi sur Panzieri, voir Nicola Badaloni : Il marxismo italiano degli anni sessanta. Rome 1972.

14 Voir pour ce qui touche tout particulièrement l’analyse critique de la notion de « révolution scientifique et technique », Benjamin Coriat : Science, Technique et Capital. Paris 1976.

15 Raniero Panzieri : « Sur l’usage capitaliste de la machine dans le néocapitalisme » (traduit de l’italien par Nicole Rouzet : « Luttes ouvrières et capitalisme d’aujourd’hui ». In : Cahiers libres (1968), p. 118-119). Original : « Sull'uso capitalistico delle macchine nel neocapitalismo ». In : Quaderni Rossi 1 (1961).

16 Pour une périodisation de l’œuvre de Panzieri et sa situation « au centre d’une période de crise et de transition du mouvement ouvrier », voir Stefano Merli : « La provocazione di R. Panzieri » In : Il Manifesto (1974).

17 Panzieri : « Sull'uso capitalistico delle macchine nel neocapitalismo », p. 55 : « L’usage capitaliste des machines n’est pas, pour ainsi dire, la simple distorsion ou déviation d’un développement ‘objectif’ en lui-même rationnel, mais détermine le développement technologique ».

18 Ibid., p. 69 : « Le niveau de classe s’exprime non comme progrès mais comme rupture, non comme ‘révélation’ de la rationalité cachée inhérente au procès productif moderne, mais comme construction d’une rationalité nouvelle opposée à la rationalité pratiquée par le capitalisme ».

19 Ibid., p. 63.

20 Ibid., p. 270-271, édition italienne.

21 Raniero Panzieri : « Plus-value et planification » (traduit de l’italien par Nicole Rouzet-Albagli : « Luttes ouvrières et capitalisme d’aujourd’hui ». In : Cahiers libres ([1968], p. 55, note 14), Original : « Plusvalore e pianificazione ». In : Quaderni Rossi 4 (1964). Ibid., p. 286.

22 Cf. par exemple : Badaloni : Il marxismo italiano.

23 Ciccotti/Cini/De Maria/Jona-Lasinio : L’araignée et le tisserand.

24 Ibid., chapitre I : La projectivité de la science contre le scientisme, p. 56, note 2 ; Giovanni Jona-Lasinio, Mutamenti della prassi scientifica nella società tecnologica. In : Ciccotti/Cini/De Maria/Jona-Lasinio : L’Ape e l’Architetto [en réalité, ce texte devait constituer un Appendice à la traduction française de l’ouvrage, mais qui finalement n’a pas été publié].

25 Ibid., Préface, p. 49 sq.

26 Georg Lukács : Histoire et conscience de classe. Paris 1960.

27 Pour un recentrage de ce texte dans la ‘tradition’, voir les analyses très précises d’André Tosel dans « Le développement du marxisme en Europe occidentale depuis 1917 ». In : Yvon Belaval (éd.) : Histoire de la Philosophie III. Paris 1974.

28 Lukács : Histoire et conscience de classe, p. 165 ; Panzieri : « Sur l’usage capitaliste de la machine », p. 63.

29 Alfred Schmidt : Il concetto di natura in Marx. Bari 1969.

30 Par exemple, l’école de Ludovico Geymonat, aujourd’hui encore, en Italie.

31 Karl Marx / Friedrich Engels : L’idéologie allemande. Paris 1968, p. 71.

32 Lucio Colletti : Bernstein et le marxisme de la seconde internationale. In : Ideologia e Società. Bari 1969.

33 Cf. Badaloni : Il marxismo italiano, p. 94 sq.

34 Colletti : Bernstein, p. 117. Sur une analyse des rapports entre forme-valeur / abstraction de l’échange / production scientifique et technique, voir l’ouvrage très stimulant d’Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Frankfurt am Main 1970 (traduit de l’italien par Vera Bertolini et Francesco Coppellotti). Original : Lavoro intellettuale e lavoro manuale. Per la teoria della sintesi sociale. Milan 1977.

35 Colletti : Bernstein.

36 Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Frankfurt am Main 1970.

37 Lucio Colletti : Le marxisme et Hegel. Paris 1976.

38 Ici il ne s’agit pas de la bande à Baader de la Rote Armee Fraktion, mais d’une allusion au philosophe Franz von Baader, philosophe et théologien mystique allemand né à Munich le 27 mars 1765, mort dans cette même ville le 23 mai 1841. On le classe aussi parmi les théosophes.

39 Dialectiques 13 (1976), p. 99 sq.

40 Indiquons enfin que s’est développée chez les philosophes italiens (au même moment et ‘parallèlement’), une analyse précise et renouvelée du concept marxien de ‘critique’. Son élucidation permet de condenser le rabattement possible de la ‘critique’ de la science sur la ‘critique’ de l’économie politique (marxienne). Cf. par exemple Umberto Curi : « La critica marxiana dell’economia politica nella Einleitung ». In : Aut-Aut, numéro consacré à Sulla « scientificità » del marxismo, p. 152-153 (1975) ; Umberto Curi : Psicologia e critica dell’ideologia. Vérone 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Alunni, « Alfred Sohn-Rethel en Italie – question de contexte »Recherches germaniques, 15 | 2020, 11-22.

Référence électronique

Charles Alunni, « Alfred Sohn-Rethel en Italie – question de contexte »Recherches germaniques [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rg/2943 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.2943

Haut de page

Auteur

Charles Alunni

Professeur de philosophie
École normale supérieure
Laboratoire disciplinaire « Pensée des sciences »
charles.alunni[at]ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search