Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros15Le contexte / Der KontexteAlfred Sohn-Rethel en littérature...

Le contexte / Der Kontexte

Alfred Sohn-Rethel en littérature ou la violence de l’abstraction

Alfred Sohn-Rethel im Roman oder die Gewalt der Abstraktion
Alfred Sohn-Rethel in the Novel: The Violence of Abstraction
Françoise Willmann
p. 23-33

Zusammenfassungen

Robert Menasses Don Juan de la Mancha und Wolfgang Schorlaus Rebellen, beide Anfang des 21. Jahrhunderts erschienen, sind offensichtlich von Sohn-Rethels Denken geprägt. Die Realabstraktion, die Sohn-Rethel in der Warenform auffindet, mag ein fruchtbares Werkzeug der Naturwissenschaften sein; im Leben der Menschen aber wirkt sie sich in der Entfremdung vom eigenen Körper aus, wie das ästhetische Experiment im Roman – jenseits der philosophischen Kohärenz der Begriffe – deutlich macht.

Seitenanfang

Volltext

  • 1 Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit [1970]. Frankfurt am Main 1973.
  • 2 Giovanni Cicotti/Marcello Cini/Michelangelo De Maria/Giovanni Jona-Lasinio : L’araignée et le tis (...)
  • 3 Treibsand. Sondernummer. Für Alfred Sohn-Rethel zum 86. Geburtstag. Zeitung des AStA der Uni Brem (...)
  • 4 Wolfgang Schorlau : Rebellen [2013]. Köln 2014.

1Dès son titre, Geistige und körperliche Arbeit1, paru en 1970, promettait d’affronter une dichotomie fondamentale de la violence capitaliste. Les étudiants de l’université de Brême, où Sohn-Rethel avait obtenu un poste de professeur invité en 1972, puis une chaire en 1978, en avaient sans doute une conscience partagée avec leurs camarades d’autres universités et d’autres pays, qu’explicite ce diagnostic de Marcello Cini lorsqu’il évoque « une carence des débouchés professionnels, qui mènera rapidement la masse des étudiants à réfléchir sur la nature de classe de la sélection, et sur les caractéristiques hiérarchiques du travail intellectuel dans la société capitaliste2. » En 1985, un numéro spécial de la revue Treibsand3 témoignait de la puissance de fascination et de conviction exercée par les idées de Sohn-Rethel sur les étudiants en révolte de cette fin de xxe siècle ; en 2013, le roman de Wolfgang Schorlau au titre programmatique Rebellen4 en rappelle l’impact. Avec une distance ironique palpable, Toni, l’une des trois personnages principaux du roman, se remémore l’époque où elle abandonna son existence de jeune fille rangée et se souvient des jeunes gens qu’elle se mit alors à fréquenter :

  • 5 Ibid., p. 203.

Überhaupt, die Männer: Unglaublich, wie viel sie schwatzen konnten. Ständig zählten sie auf, was sie alles lasen: Marcuse und Adorno, Marx und Weber, Freud und Jung, Sartre und Camus, Hegel und Feuerbach, Korsch und Sohn-Rethel.5

  • 6 Robert Menasse : Don Juan de la Manche ou l’éducation au désir. Lagrasse 2011 (traduit de l’allem (...)

Sohn-Rethel clôt l’énumération et n’est jamais mentionné en dehors de ce passage, et pourtant, l’hypothèse que Rebellen est – entre autres lectures possibles – une réponse littéraire à Geistige und körperliche Arbeit, est ce que nous voudrions considérer dans un premier temps. Un autre roman, à peine plus ancien – 2007 – Don Juan de la Mancha oder die Erziehung der Lust de Robert Menasse6, fait davantage que de mentionner le nom de Sohn-Rethel : il intègre le philosophe dans la narration même, où il tient une conférence à Vienne, à la fin de sa vie, à un moment stratégique de l’existence du narrateur. Si ces deux rencontres avec notre philosophe attestent de son impact sur ses contemporains, il plane sur elles, notamment à travers le roman de Menasse, comme une déception, dont on peut penser qu’elle vise notamment le point aveugle de sa contribution à une société post-capitaliste : le rapport hommes/femmes.

Rebellen : l’antagonisme social entre travail manuel et travail intellectuel

  • 7 Ce nom suffit à auréoler le personnage du prestige des grandes figures de la science allemande du (...)
  • 8 La dernière partie du roman, « Ende », porte le sous-titre « Was wirklich wichtig ist » et met en (...)

2À travers l’amitié qui se noue entre Alexander Helmholtz7, fils d’industriels fribourgeois, et Paul Becker8, pensionnaire de l’orphelinat proche de la villa des Helmholtz, Schorlau rapproche et oppose les deux univers correspondant aux termes clés de Geistige und körperliche Arbeit. Les deux protagonistes se rencontrent alors qu’ils ont autour de onze ou douze ans. Alexander est un excellent élève, Paul ne comprend rien à rien, les mathématiques en particulier lui échappent entièrement, et il est convaincu lui-même d’être bête. Alexander fera – contre la volonté de ses parents – des études de sociologie, finira par reprendre l’entreprise familiale et la sauvera de la faillite en lui faisant faire le bond d’innovation technique indispensable et décisif ; Paul sera apprenti dans la métallurgie et les conséquences de la manipulation du trichloréthylène lui vaudront des troubles neurologiques, puis un cancer et une mort prématurée. Tous deux se lient d’amitié sur la base de leur solitude et de leur hostilité au monde qui les entoure, mais aussi d’une fascination réciproque née de l’altérité de leurs conditions. Différentes médiations rendront leurs échanges possibles : c’est tout d’abord la musique (les Rolling Stones !) qui leur offre un terrain d’entente, puis à la faveur d’autres rencontres plus ou moins fortuites, leur investissement dans l’action politique. Toni, qui fait leur connaissance dans ce contexte, les aimera simultanément, et sa relation avec chacun d’eux accentuera le récit de leurs différences.

  • 9 Schorlau : Rebellen, p. 330.

3La structure narrative est simple au premier abord : 87 chapitres répartis presque équitablement en trois parties (« Anfang », « Mitte », « Ende » !) portent en titre le prénom du personnage dont ils épousent la perspective, à la troisième personne pour Paul et Alexander, très souvent à la première personne pour Toni. Ils permettent de reconstituer toute une époque à travers ces trois parcours et s’achèvent sur l’entrée en scène du fils de Paul venu – sans doute – réclamer son héritage, clôturant et ouvrant le roman par cette phrase ultime : « ‘Wir müssen reden’ […]. »9

4L’introduction au numéro spécial de Treibsand présentant de manière concentrée la pensée de Sohn-Rethel, rappelle l’explication apportée par ce dernier à l’origine de la rationalité scientifique et son lien avec la forme-marchandise, et la nécessité de la séparation entre travail manuel et travail intellectuel en tant que moment essentiel de la domination du capital au sein du processus de production. Dès lors, le dépassement de cette domination est nécessaire s’il s’agit de réaliser une société respectueuse de la dignité humaine. C’est le but que partagent Alexander et Paul devenus jeunes adultes, et cela de manière particulièrement engagée à partir du moment où l’augmentation programmée des tarifs des transports en commun fribourgeois pousse dans la rue élèves et apprentis, rejoints par les étudiants, le tout en suivant l’exemple de Brême. Alexander et Paul, l’un étudiant, l’autre apprenti, lisent Marx et Lénine, manifestent, organisent assemblées générales et réunions, rédigent et distribuent des tracts, intègrent le Kommunistischer Bund Westdeutschland, bref, deviennent des militants infatigables.

5Toni les aimera tous deux, et bien que cette situation soit plus compliquée pour eux qu’elle ne peut ou ne veut l’imaginer, ce n’est pas cela qui les séparera, mais le clivage originel, social, intellectuel et politique qui, après cette parenthèse, reprendra ses droits. À la mort de son père, et sous la pression de sa mère, Alexander prend en mains l’affaire familiale en passe de péricliter. Or, ce qui pourrait sauver son entreprise, c’est précisément une invention faite par Paul, habité depuis leur première manifestation commune – où l’idée qu’il a d’éblouir le conducteur du canon à eau grâce à un jeu de miroirs, porte ses fruits – par la volonté de perfectionner ce dispositif. Alexander demande à Paul de devenir son associé ; Paul refuse. C’est la fin de leur relation.

  • 10 Dans la partie Feuilleton du quotidien Frankfurter Rundschau du 5 avril 1979, Sohn-Rethel décriva (...)
  • 11 Cf. Simone Weil : Force et malheur. Bordeaux 2019, p. 35.

6Accepter de devenir un rouage efficace du système capitaliste en participant par son invention à l’entreprise d’Alexander ne peut être pour Paul qu’un reniement. Sans doute aurait-il pu envisager un usage émancipateur de son travail, dans un cadre tel que le projet de collectivisation du travail productif expérimenté par Lucas Aerospace, mais le rapport de force au sein de son entreprise ne s’y prête pas. Certes, l’hypothèse proposée par la situation romanesque – un travailleur manuel réalise un progrès technique majeur malgré la coupure entre travail manuel et travail intellectuel, même si en ‘réalité’, c’est bien un laboratoire de chercheurs professionnels qui a élaboré le laser dont il est question – bouscule un peu la théorie. De fait, Paul investit également un travail intellectuel ; néanmoins, l’unité entre la tête et les mains que promet Lucas Aerospace est nécessairement collective10. Dans le roman, la réalisation de Paul, et son personnage même, incarne aussi une part d’utopie. Mais sa situation souligne également tout le bénéfice que le système retire de la séparation du travail manuel et du travail intellectuel, en cantonnant soigneusement l’ouvrier dans son statut d’infériorité et de dépendance11.

  • 12 Schorlau : Rebellen, p. 290.

7Est éloquent aussi l’usage que les deux amis font de leurs lectures révolutionnaires, qui ne débouchent pas par hasard sur le militantisme maoïste, dont la révolution culturelle idéalisée et vue de loin passe pour synonyme de réconciliation entre travail manuel et travail intellectuel. Alexander en tirera la leçon en ces termes : « Wenn du Revolution machst, musst du Leute zu Aktionen bewegen, auf die sie von alleine nicht kämen. Wenn du Firmenchef bist, ist es genauso. »12 Plus trivialement, les techniques de manipulation employées au sein du groupe révolutionnaire s’avéreront aussi utilisables qu’utiles pour le management de sa firme. Satisfait de son parcours, Alexander reproche in petto à son ami de n’avoir pas su comprendre que les idéaux de jeunesse ont vocation à être dépassés. Paul en revanche, que le conflit social qui lui coûtera sa situation au sein de l’entreprise dans laquelle il avait investi toutes ses capacités professionnelles et toute son énergie en faveur de ses collègues, a amené à relire les œuvres qui lui ont servi de guide et d’appui, se trouve profondément ébranlé en y découvrant des phrases qu’il « aurait dû voir » et dont il ne s’explique pas qu’il ne les ait pas saisies, ces phrases de Lénine, par exemple, défendant le salaire à la pièce ou ce qu’il y a de bon dans le taylorisme, ou encore la dictature de l’État soviétique.

  • 13 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 18.

Gleichwohl ist es aber in keiner Weise offensichtlich, warum einer herrschenden Klasse über kurz oder lang immer auch die spezifische Form der Geistesarbeit, die sie benötigt, zur Verfügung steht.13

  • 14 Schorlau : Rebellen, p. 286.

La réponse apportée par Schorlau est claire : Alexander vole purement et simplement l’invention de Paul, et dans son retour sur le passé, occulte cet épisode, mais porte sur son ancien ami le jugement condescendant qui sonne comme un retour aux valeurs parentales : « Paul war nicht dumm gewesen, das konnte man nicht sagen. Er hätte Techniker werden können. So etwas in der Art. Mit etwas Anstrengung vielleicht sogar Ingenieur. »14 Il se réfugie ainsi derrière un mépris de classe dont il devrait être le premier à savoir combien il est sans fondement.

  • 15 Weil : Force et malheur, p. 131.

8À la promesse faite par Sohn-Rethel de fournir les outils théoriques nécessaires à la compréhension et au dépassement du clivage entre travail manuel et travail intellectuel, Rebellen oppose un récit qui déplace la problématique de l’univers subtil des concepts vers la brutalité des rapports de force sociaux, y compris de leurs ressorts psychiques. Certes – et une part non négligeable de la puissance de fascination exercée par Sohn-Rethel ne venait-elle pas de là ? – l’idée qu’une démonstration convaincante permettrait d’aider à orienter voire à contrôler les processus historiques était bien tentante. Mais n’était-ce pas au prix d’un nouveau (ou de l’ancien) fétichisme de l’intellect et que pesait-elle face à la réalité de la violence et à ses impacts sur les individus ? Et ce n’est donc pas un hasard si c’est Paul qui restera une énigme, pour lui-même et pour les autres, y compris pour Toni, la psychologue, aveugle elle aussi face à l’incapacité profonde de Paul de verbaliser les traumatismes induits par sa condition sociale subalterne. Certes, pour le dire avec Simone Weil, « […] chaque condition malheureuse parmi les hommes crée une zone de silence où les êtres humains se trouvent enfermés comme dans une île »15, et cette réalité est bien propre à Paul. Pour autant, loin d’être pathétique, il est sans doute le personnage le plus fort du roman, sans que cette lecture s’impose comme le simple retournement d’un cliché.

Alfred Sohn-Rethel à Vienne

  • 16 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 75.

9Il est cependant une autre violence, enchâssée dans Rebellen, c’est la violence contre le corps féminin, l’autodestruction – l’effacement du propre corps – des patientes anorexiques de Toni. Dans Don Juan de la Mancha, la violence contre le corps encadre le récit qui débute par un ‘rapport’ sexuel pour le moins ambivalent et s’achève par un suicide. Au fil d’une narration teintée de mélancolie, Nathan, le narrateur, entremêle retour réflexif sur sa vie et dialogue avec Hannah, sa psychothérapeute, qui lui suggère de rédiger la chronique de sa vie (le roman que nous lisons ?). Spécialiste du calembour et de la dérision, ce voile de pudeur recouvrant la vérité, il ne cesse de jouer avec l’irréductible tension entre connaissance et expérience16.

  • 17 Ibid., p. 139.

10Il faut cependant prendre au pied de la lettre le sous-titre du roman. C’est bien d’une éducation ‘du’ désir et ‘du’ plaisir qu’il s’agit, d’un processus volontariste visant à soumettre les corps aux lois de l’intellect. Nathan relate la tristesse de sa quête vaine de jouissance qui ne cesse de se heurter à l’idéologie de l’époque, et plus précisément à l’objectif supérieur de l’émancipation des femmes et de l’abolition des rôles traditionnels17. Pour finir, il épouse un optimisme voisin de la résignation en se déclarant heureux, contre toute évidence.

  • 18 Anatole Bailly : Dictionnaire grec français. Paris 1950 : « Enfoncer un raifort dans le fondement (...)

11Deux scènes se répondent et se complètent, au début et vers la fin du roman, deux variations orchestrées par Christa, son amante professeure spécialiste de la Grèce ancienne, du « raphanidoein »18 qui marque ici le triomphe du plaisir féminin sur l’homme médusé et passif. Entre ces deux épisodes, le lecteur est entraîné dans les méandres des souvenirs de Nathan, suit son parcours qui revient sur ses relations avec ses parents (séparés), sa médiocre carrière de journaliste, mais surtout ses échecs amoureux, jusqu’au jour où une curieuse suite d’associations d’idées le porte à croire qu’il est sur le point de rencontrer la femme de sa vie. Cela nous amène à la page 246 (sur 275).

  • 19 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 247.
  • 20 Alfred Sohn-Rethel : Warenform und Denkform. Frankfurt am Main 1978.

12C’est alors que, feuilletant le programme des manifestations culturelles de la soirée, il tombe sur l’annonce d’une conférence donnée par Sohn-Rethel, le « dieu » du cercle d’étudiants rebelles de sa jeunesse, les Bettauer. Sa première réaction est la stupéfaction : « Alfred Sohn-Rethel lebte noch? […] Er musste steinalt sein, er war so vergessen, als wäre er tot. »19 Et de se rendre séance tenante à l’université, où la première personne qu’il rencontre est une jeune femme qu’il prend pour la dame du vestiaire, en réalité l’auteure d’un doctorat sur Warenform und Denkform20.

13La scène de la conférence est poignante. Sohn-Rethel fait son exposé devant dix personnes. Puis, par un réflexe de gêne et de compassion, Nathan lui demande une dédicace : Sohn-Rethel tremble au point d’être incapable d’écrire son nom. L’auteur de Geistige und körperliche Arbeit n’est plus qu’un fantôme, n’habite plus qu’un corps qui se dérobe. Le chapitre 73 qui relate cet épisode se clôt par ces mots :

  • 21 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 250.

Es war der letzte Vortrag, den Alfred Sohn-Rethel gehalten hatte. Er starb ein halbes Jahr später, im April 1990. […] Wer kann sich heute etwas vorstellen, wenn er diesen Namen hört? Warum also das erzählen? Wegen dieser seltsamen Magie: Im April 1990 heiratete ich Beate, die ‚Garderobefrau‘.21

Cette anecdote, présentée comme ‘authentique’, n’aurait donc d’autre raison d’être que de rapporter une coïncidence, sans lien signifiant avec Sohn-Rethel ? Le jeu avec les signes, tantôt anodins, tantôt lourds de sens, est un procédé trop ubiquitaire dans le roman pour que le lecteur puisse faire autrement que de comprendre l’inverse de ce qu’affirme ici Nathan. Nous retiendrons deux aspects de cette apparition inattendue : l’ignorance affectée de son œuvre principale ; l’affirmation selon laquelle Sohn-Rethel serait complètement oublié, sous-entendant une pensée aporétique ou dépassée.

  • 22 Sohn-Rethel : Warenform.
  • 23 Alfred Sohn-Rethel : Ökonomie und Klassenstruktur des deutschen Faschismus. Frankfurt am Main 197 (...)
  • 24 Alfred Sohn-Rethel : « Das Ideal des Kaputten. Über neapolitanische Technik ». In : Frankfurter Z (...)

14Sohn-Rethel est qualifié de philosophe célèbre, auteur de Warenform und Denkform22 et de Ökonomie und Klassenstruktur des deutschen Faschismus23. Étrangement, le narrateur passe sous silence ‘le’ livre qui a fait sa notoriété, Geistige und körperliche Arbeit, et ne dit mot de la teneur même de sa conférence. Seul le titre est mentionné : « Das Ideal des Kaputten »24 ; il correspond à l’article sur Naples paru dans la Frankfurter Zeitung en 1926, et surtout : il fait écho à un épisode relaté peu avant. Nathan, passant des heures dans la baignoire de sa maison de campagne, dans une solution proche du liquide amniotique, alors qu’il venait tout juste de décider de faire remplacer sa baignoire par une douche, est interrompu dans ses ruminations par les ouvriers venus faire les travaux. Il s’interroge, à la suite de cette rencontre importune avec les seuls travailleurs manuels du roman, en salopette et en transpiration, sur leur improbable vie sexuelle, et se remémore un de ses nombreux échecs avec une Betty, membre du groupe femmes des Bettauer, dont l’odeur de transpiration justement l’avait paralysé.

  • 25 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 207.

Sie ist zärtlich gewesen […]. Es klappte nichts. Ich mühte mich ab, keuchte, schnappte nach Luft, weil ich nicht atmete, ich wollte nichts riechen, ich begann, stark zu schwitzen, so solidarisch war ich. Und dann, als wir erschöpft und gescheitert nebeneinanderlagen, sagte sie: Was haben unsere Eltern mit uns gemacht? Warum sind wir so kaputt?25

Le titre de la conférence de Sohn-Rethel entre en résonnance avec ce leitmotiv d’une génération déboussolée, surgi d’un malentendu emblématique de l’autodérision avec laquelle le narrateur revient sur ce passé. « Das Ideal des Kaputten » porte à son apogée la complaisance de cette génération qui adula Sohn-Rethel, tout juste capable de s’apitoyer sur elle-même. Néanmoins, ce malentendu fait aussi, plus souterrainement, le lien avec la problématique du travail manuel/travail intellectuel, telle qu’elle traverse le roman sous forme de touches allusives, comme ici la mention « so solidarisch war ich ». La rencontre entre les travailleurs, la femme en sueur, la déploration d’une incapacité à vivre, et l’idéal du cassé, avec en toile de fond les Napolitains refusant l’obsolescence programmée de leurs corps imposée par la technique, ouvre un vaste champ d’interprétation à la psychothérapeute et aux lecteurs et lectrices.

  • 26 Hugo Bettauer (1872-1925), journaliste et écrivain très célèbre en son temps, est l’auteur notamm (...)
  • 27 Sohn-Rethel : Ökonomie und Klassenstruktur des deutschen Faschismus.
  • 28 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 251-252.
  • 29 Sohn-Rethel : Warenform, p. 10.

15S’ajoutent aux allusions savamment disséminées des blancs frappants. Ainsi, Hugo Bettauer est à la fois nommé et tu (rien ne dit de ‘qui’ il s’agit26), un rappel de la question présente/absente de l’antisémitisme et du génocide, autre reproche sous-jacent à l’égard des parents, mais qui valut à Sohn-Rethel une bienveillance particulière que rappelle la mention de son ouvrage sur l’économie fasciste27. De même, le contenu de la philosophie de Sohn-Rethel, principalement la question de la séparation du travail intellectuel et du travail manuel reste-t-elle présente/absente. Le travail manuel est hors-champ, le narrateur évoluant entre moyenne et petite bourgeoisie, dans un monde de journalistes et de secrétaires, ces dernières étant les exploitées, les journalistes n’étant que les faire-valoir des exploiteurs. Beate cependant, après son doctorat sur Sohn-Rethel, fait carrière dans le marketing de la mode. C’est l’occasion d’affirmer que la philosophie mène à tout, ‘sauf’ au travail manuel : « Wer gelernt hat, Gedanken nachzuvollziehen, kann alles machen, außer Handarbeit. Aber auch über die kann er noch Entscheidungen treffen. »28 Beate a laissé loin derrière elle Warenform und Denkform (« Der Zweck bleibt immer die praktische Veränderung des menschlichen Seins. »29), toute finalité investigatrice ou critique, singulièrement politique, mais son propos attire l’attention sur le rapport hiérarchique qui place celui qui ne sait pas faire au-dessus de celui qui sait faire et qui du coup nécessite un voile idéologique, c’est-à-dire le masque des valeurs qui mettent l’intellect au-dessus du corps agissant afin de rendre la situation acceptable et illisible pour les dominés.

  • 30 Cf. Alice Schwarzer : Der kleine Unterschied und seine großen Folgen. Frankfurt am Main 1975.
  • 31 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 261.

16Si Sohn-Rethel fut l’idole des Bettauer, aucune trace ‘explicite’ des débats que cela a dû ou pu impliquer ne parvient jusqu’à nous. Les souvenirs du narrateur se focalisent sur la rivalité entre Nathan et Franz autour de l’amour d’Alice qui les abandonnera tous deux pour un étudiant sculpteur qu’elle suit à Paris. Alice incarne la variante ‘anti-pénétration’30 du féminisme, une posture qui lui permet d’exercer son ascendant tout en se dérobant. La rencontre avec Beate en revanche remet Nathan dans le chemin tout tracé de la conjugalité. Pas de coup de foudre, malgré la « magie » des commencements, mais une décision : « Man liebt nicht, weil man sich verliebt. Man liebt, weil man in einem Zustand ist, in dem man die Liebe für sich beschließt. »31 Cependant, Beate fait carrière et impose (subrepticement) le renoncement à l’enfant, de même que Christa, appelée à une promotion à Berlin, quittera amant et mari.

  • 32 Ibid., p. 156. Un peu plus haut, on peut lire : « […] gleichberechtigter Sex, gemeinsame Lust […] (...)
  • 33 Ibid., p. 147.

17Ici, la parole semble être l’arme des femmes : « Am Ende lief es immer auf oralen Sex hinaus : wir redeten und redeten. »32 se remémore ironiquement Nathan. La célèbre libération sexuelle est un mythe. Elle l’est sans doute aussi dans Rebellen où Toni, enceinte, renonce à l’un de ses deux amours, conservant celui qu’elle pense le plus à même d’assurer le bien-être de l’enfant, un choix (douloureux) où confluent réflexe archaïque et rapport de classe. Mais chez Menasse, non seulement la chair est triste, mais l’amour lui-même a disparu, tué par la fascination de l’abstraction : « Die Bilder der Liebenden von ‘Woodstock’ zeigten nur Menschen, die im Versuch, sich zu befreien, vergaßen, sich vom Pathos zu befreien – aber so waren wir nicht, die wir uns so angestrengt um Kälte und analytische Schärfe bemühten. »33

18Un tournant se dessine dans la quête de Nathan lorsqu’une publicité pour un produit d’entretien vantant son pouvoir nettoyant garanti sans effet corrosif, lui fait prendre conscience – du moins c’est ainsi qu’on peut comprendre le choc que lui procure cet épisode – de la peur que lui inspire sa propre sensibilité, et de la nécessité d’abandonner son armure protectrice. C’est cette scène qui introduit à l’intervention de Sohn-Rethel, braquant le projecteur sur la vulnérabilité physique du philosophe. L’ignorance de la réalité concrète des corps et leur instrumentalisation idéologique, est ce qui caractérise l’impossible rencontre de Nathan avec les femmes. Les corps font obstacle, même et surtout quand la raison prétend les maîtriser. Serait-ce là que se situe l’échec de Sohn-Rethel ? Le fait qu’il soit oublié (si l’on en croit le narrateur) ou que sa main se dérobe, inviterait-il à se rappeler que l’abstraction, ‘dans’ et ‘de’ l’échange, qui informe les esprits, est une ‘scission’ au sein de la nature et que la tâche de la théorie devait être d’identifier ce moment originel ‘dans le but’ de pouvoir trouver les voies par lesquelles la réconciliation, c’est-à-dire l’émancipation, à commencer celle du capitalisme, sera possible ?

19Entre temps, l’adaptation au capitalisme ne pose plus guère de problème à aucun des personnages. Christa est mariée à un membre de la Fédération de l’industrie autrichienne, actif au plus haut niveau de la mondialisation de la concurrence ; Beate non seulement sacrifie tout à sa carrière, mais considère la mode comme un terrain privilégié pour comprendre le monde. Nathan lui-même travaille pour le journal où l’a placé son père, et ne s’inquiète jamais de l’intérêt social de son activité, qu’en sa phase Bettauer il aurait sans doute qualifiée de manipulation idéologique. L’oubli dans lequel serait tombé Sohn-Rethel peut donc se lire aussi comme le constat d’un reniement, voire d’une régression politique, au même titre que le repli sur l’intimité succédant à la tentative de penser collectivement le monde et la réduction de la perspective au niveau générationnel succédant à l’analyse des rapports sociaux en termes de lutte des classes. À moins d’y voir le reproche fait au philosophe d’avoir, sorti de l’usine, perdu de vue les corps, et d’avoir réduit la question de l’émancipation au rapport de production ?

20Or, s’il est un lieu où ces deux problématiques se rejoignent, c’est bien dans le rapport hommes/femmes qui ne trouve pas de place dans la philosophie de Sohn-Rethel, si prometteuse. Rappelons donc le noyau théorique de cette promesse. L’abstraction qui nous donne accès à la connaissance, nous dit Sohn-Rethel, ne provient ni d’une faculté énigmatique, ni d’une caractéristique originelle de notre cerveau. On peut la comprendre comme la possibilité d’un rapport au monde qui imprègne les individus dans le système capitaliste, émanant des ‘pratiques’ qui s’y sont développées : l’échange de marchandises – lié à un type déterminé de rapport de production – induisant la matérialisation pour le faciliter d’un objet tiers, la monnaie frappée, qui n’est que la matérialisation de la valeur et la cristallisation des formes de pensée que l’échange génère. Cette abstraction, survenant dans l’interstice entre nature et culture, matière et intellect, devient de par sa localisation l’instrument extraordinairement fécond de la maîtrise de la nature, lorsqu’elle rend possible la conceptualisation scientifique. Mais simultanément, le fossé se creuse entre la nature première et l’être proprement humain (das menschliche Sein) ; l’usage des formes de pensée nées sous ce régime s’autonomise. Alors qu’elle a entraîné la rationalisation du rapport à la nature et favorisé une extension inédite du bien-être matériel, l’ordre du psychique, des émotions et des passions se trouve évincé de la théorie et colonisé dans la pratique.

  • 34 Ibid., p. 161.

21Cette séparation fait l’objet d’une allusion transparente à Sohn-Rethel. Christa évoque une coïncidence selon elle lourde de sens : en Grèce vécurent au même moment l’inventeur de la physique moderne et le premier spécialiste de la sexualité34 ! Le contexte en est sa rencontre ultime avec Nathan qu’elle a conçue comme une fête : l’inversion du ‘rapport’ sexuel, censée expérimenter la vieille question posée à Tirésias, met en scène l’interchangeabilité des rôles homme/femme et s’achève dans un trouble identitaire qui scelle la séparation. Certes, on peut lire le roman comme un règlement de compte passéiste avec un féminisme castrateur, mais l’ombre de Sohn-Rethel indique une autre piste : elle rend attentive au piège de l’hégémonie de la forme-marchandise. L’abstraction issue de l’acte d’échange, ubiquitaire, révèle sa nature mutilante. Dans les deux romans du reste, c’est la psychothérapeute qui tente vaille que vaille d’établir une médiation là où règnent les dichotomies. Mais Hannah a tendance à traiter Nathan en objet d’une démarche scientifique, et Toni est impuissante face à l’anorexie. La psychologie reste à la superficie des implications sociales du capitalisme, tout comme l’artefact n’est qu’un piètre simulacre, soulignant qu’en inversant les rôles, on ne résout pas les rapports de domination. Et dans les deux romans, l’herméneutique littéraire bouscule la rigueur philosophique. À la focalisation sur la nature de l’abstraction, sa cohérence philosophique, sa légitimité théorique, l’art romanesque oppose un usage très différent de l’intuition de Sohn-Rethel, en invitant à reprendre la question de la violence de l’intellect sur le corps.

Seitenanfang

Anmerkungen

1 Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit [1970]. Frankfurt am Main 1973.

2 Giovanni Cicotti/Marcello Cini/Michelangelo De Maria/Giovanni Jona-Lasinio : L’araignée et le tisserand. Paris 1979, p. 31. Cf. Norbert Elias : Studien über die Deutschen. Frankfurt am Main 1994, p. 300-390.

3 Treibsand. Sondernummer. Für Alfred Sohn-Rethel zum 86. Geburtstag. Zeitung des AStA der Uni Bremen N° 36.

4 Wolfgang Schorlau : Rebellen [2013]. Köln 2014.

5 Ibid., p. 203.

6 Robert Menasse : Don Juan de la Manche ou l’éducation au désir. Lagrasse 2011 (traduit de l’allemand par Barbara Fontaine). Original : Don Juan de la Mancha oder die Erziehung der Lust [2008]. Frankfurt am Main 2009.

7 Ce nom suffit à auréoler le personnage du prestige des grandes figures de la science allemande du xxe siècle.

8 La dernière partie du roman, « Ende », porte le sous-titre « Was wirklich wichtig ist » et met en exergue un graffiti : « Es geht nicht um ein Stück vom Kuchen, es geht um die Bäckerei ».

9 Schorlau : Rebellen, p. 330.

10 Dans la partie Feuilleton du quotidien Frankfurter Rundschau du 5 avril 1979, Sohn-Rethel décrivait le projet collectif de Lucas Aerospace, les interactions des travailleurs, ingénieurs, scientifiques, et concluait ainsi : « Dadurch bekam das eine völlig andere Struktur, nämlich die Einheit von Kopf- und Handarbeit, dadurch daß die Wissenschaft, die hier geliefert wird, den Arbeitern und nicht dem Kapital gehört. »

11 Cf. Simone Weil : Force et malheur. Bordeaux 2019, p. 35.

12 Schorlau : Rebellen, p. 290.

13 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 18.

14 Schorlau : Rebellen, p. 286.

15 Weil : Force et malheur, p. 131.

16 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 75.

17 Ibid., p. 139.

18 Anatole Bailly : Dictionnaire grec français. Paris 1950 : « Enfoncer un raifort dans le fondement, châtiment des adultères à Athènes. »

19 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 247.

20 Alfred Sohn-Rethel : Warenform und Denkform. Frankfurt am Main 1978.

21 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 250.

22 Sohn-Rethel : Warenform.

23 Alfred Sohn-Rethel : Ökonomie und Klassenstruktur des deutschen Faschismus. Frankfurt am Main 1973.

24 Alfred Sohn-Rethel : « Das Ideal des Kaputten. Über neapolitanische Technik ». In : Frankfurter Zeitung 21 (1926), p. 1.

25 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 207.

26 Hugo Bettauer (1872-1925), journaliste et écrivain très célèbre en son temps, est l’auteur notamment de Stadt ohne Juden (1922), un roman s’attaquant à l’antisémitisme ; il fut assassiné par un nazi et son meurtrier fut acquitté. Menasse n’évoque pas ce roman, mais se sert d’un autre titre, Die lustigen Weiber von Wien, pour désigner les Betty. Dans Don Juan de la Mancha, quelques étudiants rebelles fondent un groupe de discussion qui se retrouve dans la ‘salle Bettauer’ d’un restaurant où le célèbre écrivain, désormais tombé dans l’oubli, avait ses habitudes.

27 Sohn-Rethel : Ökonomie und Klassenstruktur des deutschen Faschismus.

28 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 251-252.

29 Sohn-Rethel : Warenform, p. 10.

30 Cf. Alice Schwarzer : Der kleine Unterschied und seine großen Folgen. Frankfurt am Main 1975.

31 Menasse : Don Juan de la Mancha, p. 261.

32 Ibid., p. 156. Un peu plus haut, on peut lire : « […] gleichberechtigter Sex, gemeinsame Lust […] sei […] reine Handarbeit. »

33 Ibid., p. 147.

34 Ibid., p. 161.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Françoise Willmann, « Alfred Sohn-Rethel en littérature ou la violence de l’abstraction »Recherches germaniques, 15 | 2020, 23-33.

Online-Version

Françoise Willmann, « Alfred Sohn-Rethel en littérature ou la violence de l’abstraction »Recherches germaniques [Online], 15 | 2020, Online erschienen am: 10 Juli 2020, abgerufen am 25 September 2020. URL: http://journals.openedition.org/rg/3137 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.3137

Seitenanfang

Autor

Françoise Willmann

Maîtresse de conférences émérite en études germaniques
Université de Lorraine
Centre d’Études Germaniques Interculturelles de Lorraine
Archives Henri Poincaré – Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies
francoise.willmann[at]univ-lorraine.fr

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

Recherches germaniques

Seitenanfang
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search