Navigation – Plan du site

Mémoire et minorité : l’identité collective dans la littérature germanophone de Belgique

Gedächtnis und Minderheit: Repräsentation kollektiver Identität in der belgischen deutschsprachigen Literatur
Memory and Minority. Representations of Collective Identity in the German-Language Literature in Belgium
Arvi Sepp
p. 143-162

Résumés

Cet article traite du rapport entre la mémoire, la langue et l’identité collective dans la littérature contemporaine de la minorité germanophone en Belgique. Celle-ci reflète un état de tension permanente entre les tendances régionales et suprarégionales. Dans ce contexte, trois romans sont analysés : Bosch in Belgien (2006) de Freddy Derwahl, Wege aus Sümpfen (2001) de Leo Wintgens et Unterwegs zu Melusine (2007) de Hannes Anderer. La complexité du contexte historique, politique et linguistique de cette région limitrophe de l’Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg, sera mise en évidence pour comprendre les différentes conceptualisations de l’identité collective germanophone en Belgique. Dans les trois romans mentionnés, la région frontalière est présentée comme un espace où s’entrelacent les langues et les cultures.

Haut de page

Texte intégral

La représentation littéraire de la communauté germanophone de Belgique

  • 1 Pour plus d’informations officielles et actuelles sur la Communauté germanophone de Belgique, voir (...)
  • 2 Hubert Roland : « Images, transferts, constructions identitaires. Six thèses sur l’histoire entrecr (...)
  • 3 Gerd Kleu : Die Neuordnung der Ostkantone Belgiens 1945-1956. Politik, Kultur und Wirtschaft in Eup (...)

1L’objet de cet article est la connexion entre la mémoire, la langue et l’identité collective dans la prose contemporaine et la poésie lyrique de la minorité germanophone en Belgique. Avant de commencer l’analyse je voudrais, en guise d’introduction, clarifier le problème de la localisation historique et géographique de la région germanophone. La Belgique est un État fédéral dans lequel les Belges germanophones sont représentés officiellement et d’une manière autonome par la Communauté germanophone (Deutschsprachige Gemeinschaft) qui compte une superficie de 854 km2 et environ 77 000 habitants aujourd’hui1. La Communauté germanophone est la plus petite des trois communautés linguistiques de Belgique, les deux autres étant la Communauté flamande et la Fédération Wallonie-Bruxelles, et bénéficie du pouvoir indépendant dans des domaines tels que l’éducation, la culture, l’emploi et les affaires sociales. La région est constituée de deux zones géographiques distinctes : celle d’Eupen, délimitée au nord par l’Allemagne et les Pays-Bas, et celle de l’Eifel belge, relativement peu peuplée et frontalière avec le Luxembourg et l’Allemagne. Cette région, qui fut retirée d’autorité à la Rhénanie prussienne et qui tomba sous la souveraineté belge après la Première Guerre mondiale (en 1920) selon les termes du Traité de Versailles, a été annexée et réintégrée au Reich allemand en 19402. Après leur libération du régime national-socialiste, les trois cantons d’Eupen, Malmédy et St. Vith furent réintégrés à l’État belge. Dès lors les autorités belges prirent des mesures importantes de « nettoyage » et d’assimilation accompagnées d’une vague de francisation dans les systèmes éducatif et administratif3.

  • 4 Ulrich Tiedau : « Die Rechtslage der deutschsprachigen Bevölkerung in Belgien nach dem Zweiten Welt (...)

2La période de l’après-guerre se caractérise par la poursuite de collaborateurs réels ou présumés, qui s’est déroulée dans une atmosphère de profonde méfiance. La situation particulière de la population locale, suite à l’annexion au Troisième Reich en 1940, n’a pas été suffisamment prise en compte et les effets de sa persécution ont laissé des traces jusqu’à nos jours4. À cette époque, les autorités belges avaient voté une loi qui facilitait la privation de la nationalité belge des habitants germanophones des Cantons de l’Est. La loi faisait explicitement référence aux « Cantons de l’Est » et a mis en place un cadre juridique spécifique pour leurs habitants. D’un point de vue démocratique cette procédure était juridiquement contestable. La minorité germanophone fut sensiblement plus affectée par ses mesures de « nettoyage » que la population flamande et wallonne.

  • 5 Christoph Brüll : « ‘L’identité des Belges germanophones est une non-identité’. Quelques réflexions (...)

3En effet, comme le note Christoph Brüll5, les autorités belges n’ont guère pris en compte la spécificité politico-militaire des contraintes imposées aux Belges germanophones pendant l’occupation nationale-socialiste : « Le refus catégorique de reconnaître à la région une situation particulière – l’annexion par le Reich – mène à une vague de poursuites judiciaires pour incivisme. » Dans les années d’après-guerre, dans la vie publique, la langue allemande a été forcée, d’une certaine manière, de rester dans l’ombre. Ce n’est qu’après la promulgation de nouvelles lois linguistiques en 1963 que la langue allemande a été reconnue à nouveau comme langue d’éducation et d’administration.

  • 6 Pour un aperçu historique de l’expérience frontalière de la population germanophone de la région d’ (...)

4Suite à son riche passé et à sa position frontalière dans l’État belge, le processus de la découverte de son identité pour la minorité de langue allemande a été particulièrement difficile6. Jusqu’à nos jours, la référence traumatisante au passé national-socialiste et le sentiment de ne pas être entièrement acceptés comme des citoyens belges demeurent comme un fil rouge dans la littérature contemporaine belge de langue allemande. La situation linguistique particulière, dans un pays où le néerlandais et le français sont les langues dominantes, se reflète dans la dynamique tendue et controversée entre la minorité régionale et l’identité nationale suprarégionale.

  • 7 Pour plus d’informations sur la Vergangenheitsbewältigung en Belgique germanophone, voir Freddy Cre (...)
  • 8 Cf. la bibliographie du présent article pour des publications sélectionnées des chercheurs mentionn (...)

5La littérature de langue allemande de l’est de la Belgique reflète un état de tension permanente entre les tendances régionales et suprarégionales. Trois auteurs ont traité le thème du passé de la Belgique de l’Est dans des romans quasi-autobiographiques : Freddy Derwahl dans Bosch in Belgien (2006), Leo Wintgens dans Wege aus Sümpfen (2001) et Hannes Anderer dans Unterwegs zu Melusine (2007). Ces romans ont été choisis en raison des références très prononcées à l’histoire et à l’actualité qu’ils contiennent. Ces romans semblent être représentatifs d’un courant ‘auto-réflexif’ plus large animant la culture germanophone belge contemporaine. Cette approche de la Vergangenheitsbewältigung7, relativement récente dans la littérature de langue allemande en Belgique, s’observe aussi chez plusieurs chercheurs en histoire et littérature belges germanophones tels que Christoph Brüll, Andreas Fickers, Philippe Beck, Freddy Cremer, Herbert Ruland ou Carlo Lejeune8.

6Dans ce qui suit, le présent article voudrait esquisser la relation entre la mémoire régionale, la conscience linguistique et l’identité collective au sein de la minorité germanophone, à partir d’une sélection de textes de la littérature contemporaine belge de langue allemande. Dans la première partie, la question de l’« identité collective » dans la littérature germanophone en Belgique sera mise en évidence. La deuxième partie de cet article examinera la signification du concept de Heimat dans la littérature contemporaine germanophone en Belgique. Dans la troisième partie, une lecture plus détaillée de trois romans récents d’auteurs germanophones sera effectuée. L’article se conclura sur une série de remarques générales concernant la spécificité de la littérature régionale en Belgique germanophone.

Mémoire et identité

  • 9 Cf. Astrid Erll : Kollektives Gedächtnis und Erinnerungskulturen. Eine Einführung. Stuttgart / Weim (...)
  • 10 Aleida Assmann : Erinnerungsräume. Formen und Wandlungen des kulturellen Gedächtnisses. München 200 (...)
  • 11 Andreas Fickers : « Gedächtnisopfer. Erinnern und Vergessen in der Vergangenheitspolitik der deutsc (...)

7Les textes littéraires peuvent être considérés comme des médias transmettant la mémoire collective d’une culture, d’une nation ou d’un groupe. Ils remplissent certaines fonctions culturelles comme, par exemple, la médiation constructive des versions du passé ou la construction de l’identité collective9. Le passé personnel et familial représenté dans la littérature, comme le note Aleida Assmann, est souvent lié à des questions de construction d’identité collective. Le privé et le commun sont intimement et émotionnellement liés dans la mémoire autobiographique, qui est « erinnerte Geschichte » : « Le ‘passé mémoriel’ n’est […] pas identique à la discipline que l’on appelle ‘histoire’. Il est toujours mêlé à des projets d’identité, d’interprétations de l‘actualité, de revendications de vérité »10. Ces « projets d’identité » sont toujours une construction narrative qui est partiellement mais forcément fictive. En ce qui concerne la question de l’identité belge, allemande ou germanophone de la minorité linguistique, la littérature de la communauté germanophone en Belgique se caractérise, selon le journaliste belge Hubert Jenniges, comme un exemple du « psychogramme schizophrène de l’âme de la Belgique de l’Est »11, toujours prise entre deux chaises tout au long du xxe siècle.

8La situation des Belges germanophones après la fin du Troisième Reich est d’une importance décisive pour le processus complexe d’identification avec l’État belge. La population germanophone aspirait à être assimilée le plus rapidement possible et à devenir plus « belge » que les Flamands ou les Wallons. Ces aspirations d’assimilation de la population locale s’accompagnaient souvent de la suppression des expériences douloureuses du passé. Dans la première édition d’après-guerre du journal belge d’expression allemande Grenz-Echo du 24 mars 1945, on exprime l’espoir – non sans pathos – qu’après la fin de la guerre il serait possible de laisser le passé national-socialiste derrière soi et de travailler pour le développement d’une patrie belge commune :

  • 12 Heinz Warny : « Neustart ohne den Chef (Grenz-Echo 1945-1965) ». In : Heinz Warny et al. (éd.) : Zw (...)

Sous le soleil radieux de notre liberté à peine gagnée […] que tous les gens de bonne-foi se joignent à nous pour le bien de notre patrie, qui réclame sa place dans notre terre natale bien-aimée.
 
Vive la Belgique !
Vive notre bien-aimé roi Léopold !
Vive notre prince régent Charles !
Vive nos alliés !12

  • 13 Cf. Ernst von Salomon : Boche in Frankreich. Hamburg 1950. Le conservatisme de von Salomon est deve (...)

9La problématique de l’identité nationale et collective en transformation peut être identifiée dans le roman de Freddy Derwahl Bosch in Belgien (2006). La vie d’Albert Wilhelm Bosch, protagoniste de la narration, né en 1945, et celle de ceux qui l’entourent, représente d’une manière paradigmatique le cours de l’histoire de la Communauté germanophone. Un des grands-pères de Bosch avait combattu pour le Kaiser, Guillaume II, et l’autre pour le Roi des Belges, Albert Ier, pendant la Première Guerre mondiale. Cette tension bipolaire est déjà représentée au niveau du nom même du protagoniste : « Albert » et « Wilhelm ». Son père avait fait son service militaire obligatoire sous le régime national-socialiste, ce qui lui a valu de la part de ses pairs francophones des insultes telles que « traître » ou « Boche », d’où le titre ironique du roman : Bosch in Belgien. Le héros avait développé une profonde méfiance à l’égard de l’État belge ainsi que de ses professeurs. Le sentiment d’Albert Bosch de non-appartenance à une patrie est particulièrement prononcé. Derwahl raconte l’histoire mouvementée de la minorité allemande en Belgique. Le titre de son roman picaresque Bosch in Belgien est un pastiche de l’ouvrage ironique de l’écrivain conservateur allemand Ernst von Salomon, Boche in Frankreich (1950)13.

  • 14 Derwahl : Bosch, p. 19.
  • 15 Ibid., p. 22.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid., p. 21.

10L’identité collective des Belges de langue allemande apparaît comme traumatisée par les persécutions sauvages qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale et qui ont affecté les germanophones plus que les Flamands ou les Wallons. Dans le premier chapitre du roman de Derwahl, intitulé « Le roi », la relation froide entre le Roi des Belges et ses sujets germanophones se révèle lors de la visite royale à Eupen. Le roi voit les Cantons de l’Est comme « un petit pays de non-citoyens sans patrie »14. Le petit Albert Bosch ne manque pas d’observer dans ce sens que le jeune roi Baudouin ne fait pas plus qu’« esquisser un sourire timide face aux ovations qui lui sont adressées »15. Le bourgmestre d’Eupen, Kistemann, s’adresse au chef d’État avec un sentiment de gêne : « Sire, ceci est ton peuple »16. Le comportement réservé du roi est d’autant plus blessant que cette célébration à Eupen était censée justement attirer l’attention sur la loyauté indispensable des Belges Allemands envers leur patrie belge. « Son message ne laissait aucun doute sur ce qu’on célébrait : la solution nationale finale, la décision ultime d’être belge après l’échec du décret de Hitler ‘Retour au Reich’ et des siècles d’humiliation perdus, tiraillés entre deux nations »17. Mais l’envie de se fondre, une fois pour toutes, sans distinction, dans la nation belge, que l’on exprimait dans les ovations assourdissantes, s’est heurtée à la méfiance du chef de l’État belge.

  • 18 Cf. Tiedau : « Die Rechtslage », p. 481.

11En 1983 le Conseil de la Communauté germanophone (Rat der deutschsprachigen Gemeinschaft) est créé. Le Conseil est l’organe législatif dont les décrets ont force de loi dans la région de langue allemande. Il a plus ou moins le même panel de compétences que les parlements régionaux des communautés flamande et francophone18. La fondation du Conseil n’a pas été le résultat des aspirations d’autonomie des Belges germanophones ; sa création devrait être mise en contexte du conflit entre les Wallons et les Flamands. Le processus de fédéralisation, qui s’est nourri des conflits concernant les langues et les compétences, a accordé une autonomie imprévue aux Belges germanophones. La dénomination d’origine de cet organe était le « Conseil de la Communauté Culturelle Allemande » (Rat der deutschen Kulturgemeinschaft), mais il a été ensuite rebaptisé pour renier toute connotation avec l’Allemagne ou avec le concept de « peuple allemand de l’étranger » (Auslandsdeutschtum). Dans ce sens, on trouve le passage suivant dans Bosch in Belgien :

  • 19 Derwahl : Bosch, p. 36-37.

Le sujet prédominant de la discussion était la question de savoir si cette « communauté culturelle » devrait être caractérisée comme « allemande » ou « germanophone » […]. L’orientation d’une nouvelle génération était en cause, mais des vieilles blessures et des problèmes frontaliers sensibles jouaient aussi leurs rôles. Un échange détaillé des opinions pro et contra s’est mis en place, mais pas seulement cela ; il y avait aussi une litanie de tous les reproches et des suspicions imaginables qu’une histoire compliquée avait essuyés et laissés derrière elle dans ce morceau étroit du pays. Au final, les parties majoritaires ont emporté le débat avec leur proposition en faveur de « germanophone ». C’était une distinction subtile, mais frappante. Une distinction liée à une aspiration et à certains faits.19

12L’aspiration est le désir d’effacer le lien historique avec l’Allemagne et de tirer le rideau sur le passé national-socialiste. Dans l’Europe de nos jours particulièrement, il semble que la distinction entre le régional ou le sous-régional, d’un côté, et l’identité suprarégionale, de l’autre côté, a été abolie.

Heimat : (dé)constructions

  • 20 Anne Fuchs : « Gendered Heimat Discourse and the Poetics of the ‘gedehnter Blick’ in Wilhelm Genazi (...)
  • 21 Celia Applegate : A Nation of Provincials. The German Idea of Heimat. Berkeley / Los Angeles / Oxfo (...)
  • 22 Alfred Grosser : « Heimat. Discours introductif ». In : Chroniques allemandes 13 (2009), p. 21-26, (...)

13Le concept de Heimat est une construction discursive qui a toujours des implications liées au pouvoir20. Après la Deuxième Guerre Mondiale, comme le note Celia Applegate dans A Nation of Provincials, la notion de Heimat symbolisait « la communauté politique et sociale qui avait pu être sauvegardée des ruines nazies »21. Il s’agit d’un concept étroitement lié à la culture allemande et pas forcément avec une signification négative. Une discussion de la signification du terme dans la littérature allemande montre, comme le note Alfred Grosser, « à quel point le mot Heimat est utilisé en allemand – avec des sens fort différents et parfois mystérieux »22. Effectivement, la Heimat, telle qu’elle apparaît dans le contexte de la littérature germanophone en Belgique, se définit par des éléments historiques, spatiaux, culturels, relationnels et autobiographiques. L’expérience traumatique de la Deuxième Guerre mondiale revient au cœur de l’histoire à plusieurs reprises, comme dans le poème d’Emil Gennen sur les débris de guerre « Rückkehr in die tote Stadt », qui décrit de façon tragique les destructions causées dans la ville de Saint Vith en 1945 :

  • 23 Emil Gennen : « Rückkehr in die tote Stadt ». In : Leo Wintgens (éd.) : Grundlegung einer Geschicht (...)

Seulement avec hésitation ils reviennent
Avec leurs chevaux, leurs chariots et leurs meubles,
Sans aucun espoir, consolation et joie,
Dans ces jours sombres.
 
Et tout ce qu’ils trouvent ce sont des débris,
De la misère, de la détresse, des pleurs,
Tout est détruit, ravagé, perdu,
Envolé d’un seul souffle.
 
Ils reprennent du courage,
Et la ville renaît, petit à petit,
En résistant, entre ses murs,
En retrouvant sa paix, à nouveau.23

14Les souvenirs de la Deuxième Guerre mondiale, qui a été particulièrement sanglante et dévastatrice dans l’est de la Belgique dans sa phase finale, à cause de l’Offensive des Ardennes, restent un sujet central complexe dans la littérature contemporaine belge de langue allemande. Dans son volume de poésie bilingue français-allemand Atemlängen. Respirations, Bruno Kartheuser, l’éditeur du principal périodique littéraire belge de langue allemande Krautgarten, investit l’ambiguïté et l’ambivalence du concept de « patrie » [Heimat] d’une voix forte, mais aussi vulnérable :

  • 24 Bruno Kartheuser : Atemlängen. Respiration. St. Vith 1999, p. 16.

Pays-père, patrie,
Rouille incrustée
Balustrade24

  • 25 Le poids du passé dans la littérature germanophone en Belgique, spécifiquement chez Freddy Derwahl (...)

15L’ambiguïté du concept de Heimat trouve une voix puissante dans cet exemple. La rouille est, d’un côté, le symbole de la décrépitude et du passage du temps, tandis qu’une balustrade empêche, bien évidemment, de tomber et, dans un autre sens, elle donne aussi un point d’accroche, dans des moments incertains. La question que le poème soulève est, en conséquence, celle-ci : devrait-on, tout simplement, enlever la rouille et repeindre dessus ou passer à une étape décisive et abattre la balustrade pour se débarrasser définitivement de l’idée de la Heimat25. Suite à des expériences personnelles lors de la guerre ou de la période immédiate d’après-guerre, une génération entière d’auteurs belges, plus ancienne, a adopté une attitude négative, ou au moins extrêmement critique, envers le sentiment populaire et romantique d’appartenance à une patrie. Dans son article « Omnia mea. ‘Heimat’ – Prüfung eines verrufenen Begriffs » Kartheuser s’oppose à une utilisation extatique du concept et écrit :

  • 26 Bruno Kartheuser : « Omnia mea. ‘Heimat’ – Prüfung eines verrufenen Begriffs ». In : Klaus Wiegerli (...)

La patrie [Heimat] dans son entièreté est une illusion. C’est toujours une question de somme individuelle d’éléments fragmentés. Ce sont des endroits de toutes sortes, des moments de bonheur dans le passé, rangés dans la mémoire, et de l’activité créative enthousiaste, de l’expérience de lieux spirituels et de la maîtrise plus ou moins souveraine des situations.26

  • 27 Derwahl dans Bruno Kartheuser : Ostbelgische Autoren im Portrait. Blieskastel 1998, p. 18 ; en ital (...)

16À cause de sa fragmentation pluriforme et son caractère personnel, la Heimat, selon Kartheuser, n’a pas essence commune et ne peut être politisée. Freddy Derwahl partage également cette attitude critique envers un concept romancé de la Heimat lorsqu’il s’insurge contre l’idée d’une Heimat en tant que nation belge de langue allemande : « Le concept belge même de ‘nation’ est devenu contestable pour des raisons déplorables et pour lesquelles nous devrons souffrir en attendant. Non, une nation belge de langue allemande ne peut être qu’un synonyme, terriblement falsificateur, pour un ghetto culturel. Et je ne peux rien envisager de pire que cela qu’il puisse nous arriver »27.

17Des auteurs plus récents traitent le thème de la patrie d’une manière complètement différente. Pour des écrivains comme Dietmar Sous ou Ingo Jacobs, qui ont grandi dans les années 1970 ou 1980, le sujet de la Heimat n’est pas lié d’emblée aux souvenirs douloureux du national-socialisme. Ils accentuent plutôt l’ouverture transnationale de la culture minoritaire d’une perspective postmoderne ou post-nationale. Un topos important dans la littérature contemporaine belge de langue allemande est en fait la représentation de la région germanophone comme un troisième lieu dans lequel les langues, les pays et les cultures se joignent et se retrouvent. Un exemple édifiant de ce type de perspective peut être trouvé dans le travail d’Ingo Jacobs, né en 1969. Dans le fragment de prose Dreiländereck (Le « Coin des trois pays »), écrit à l’origine en 2008 pour le quotidien flamand De Standaard, il s’exprime sur la condition transfrontalière de la région germanophone :

  • 28 Ingo Jacobs : « Dreiländereck ». In : Krautgarten 53 (2008), p. 58.

Là où trois pays se rencontrent, un quatrième n’adviendra pas. Cela, je peux le comprendre. […] Là où trois pays se rencontrent, une pierre s’érige. Sur cette pierre, les gens écrivent, au nom de leurs pays, les noms des pays, dans leur propre nom. Chacun connaît les noms. Ils le font dans leur nom. Les noms ont été enregistrés. Ils sont fixés, au moins pour un moment. La pierre semble belle, pourtant elle est en fait vilaine. Elle n’est vraiment pas parfaite, mais belle toutefois. Elle n’a pas de forme, mais elle est un symbole. Ce symbole irradie, il a du poids, dans leur noms ; je prends note de cela. Ceci est la région transfrontalière Belgique-Luxembourg-Allemagne (le « Coin des trois pays »), dit ma mère. Ici, la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne se touchent mutuellement. Peuvent-ils, les pays, se « toucher » ? C’est un bon endroit, me suis-je dit et j’ai souri.28

  • 29 Dans ce sens, le fait que, dans Bosch in Belgien, le politicien germanophone Weykmans soit présenté (...)

18L’accent mis sur la région germanophone frontalière comme une zone de contact transnationale, où, comme par le biais de ce « toucher » tendre et affectueux, les pays voisins s’ouvrent les uns aux autres, exprime la possibilité d’une cohabitation paisible en s’accrochant à l’idée d’ouverture vers les autres29. Freddy Derwahl met en avant, d’une manière similaire, les avantages de la région frontalière de la ville d’Eupen pour ses activités d’écrivain, car elle a permis les échanges transnationaux et transculturels :

  • 30 Derwahl dans Kartheuser : Ostbelgische Autoren, p. 19 ; en italiques dans l’original. Pour plus d’i (...)

En tant que ville, Eupen a vécu intensément sa situation frontalière tout au long de l’histoire et l’isolation n’est pas une tradition des lieux […] Je pense que le spectre géographique ne pourrait guère être plus favorable, et c’est pour une telle raison que, pour un écrivain, Eupen n’est pas un mauvais endroit pour travailler.30

19C’est de cette manière que les auteurs belges de langue allemande s’opposent au conflit linguistique entre les Wallons et les Flamands et il est évident qu’ils se revendiquent comme des personnifications conscientes, souvent mélancoliques, d’une Belgique unie et qui, de plus en plus, semble devenue une chimère de temps révolus. Malgré leur attachement à leur pays natal et leurs références locales dans les sujets littéraires, les textes des auteurs belges de langue allemande font l’éloge de la variété culturelle de l’Europe à laquelle, par exemple, l’écrivain Bruno Kartheuser témoigne son attachement :

  • 31 Kartheuser : Ostbelgische Autoren, p. 59. Les auteurs sur lesquels on attire l’attention s’opposent (...)

La possibilité d’avoir plusieurs langues et cultures ici, dans un espace si étroit, représente une chance à tous points de vue, tant qu’on le voit comme un enrichissement et pas comme une restriction ou un obstacle et ceci est particulièrement vrai dans le cas d’un travail artistique, littéraire ou intellectuel.31

  • 32 Grosser : « Heimat », p. 25.
  • 33 Leo Wintgens : Grundlegung einer Geschichte der Literatur in Ostbelgien. Bild der sprachlichen Wech (...)
  • 34 Pour un traitement critique des racines historiques de l’identité compliquée et agitée de la Belgiq (...)
  • 35 Tom Verschaffel : « Belgium ». In : Manfred Beller / Joep Leerssen (éd.) : Imagology. The Cultural (...)

Ceci montre, comme le souligne Alfred Grosser par rapport à l’identité régionale de la littérature et son attachement à un endroit particulier, que « la Heimat autre que nationale ne constitue pas un obstacle à l’universalité d’un message »32. D’une manière semblable, le poème trilingue de Leo Wintgens « land ohne grenzen » [sic] met en évidence l’ouverture culturelle et le multilinguisme de la région germanophone de la Belgique : « Pays / sans frontières / de barrières / il n’y a plus »33. L’hybridité culturelle de la région germanophone, à la frontière avec un pays de langue allemande, est également présentée d’une manière positive par Dietmar Sous (né en 1952), résident allemand en Belgique germanophone. Selon Sous, malgré l’appui sur l’appartenance à la Belgique, la communauté germanophone, en tant que petite minorité linguistique dans un pays dépourvu de patriotisme ou d’une histoire commune, ne pourrait pas exprimer sa conscience identitaire collective sans pathos chauviniste ou excès nationaliste. C’est précisément le caractère indéfinissable de l’identité belge qui suscite, encore et encore, de l’auto-ironie chez des nombreux auteurs, comme une stratégie compensatoire pour l’absence de « grandeur nationale »34. Le caractère surréaliste, anarchique, indéfinissable de l’identité belge est, ex negativo, une des caractéristiques principales de la conscience nationale : « Il se peut que la Belgique soit un non-pays, ce qui est exactement ce qui protège ses citoyens des dangers et des excès du ‘vrai’ nationalisme et du chauvinisme »35. En conclusion de son essai intitulé « Belgien » (« Belgique »), Sous met en évidence le fait que l’absence d’un cadre culturel de référence d’un État national classique – avec ses héros nationaux, sa représentation d’un passé glorieux et ses grandes figures culturelles – fait le charme et le caractère même du pays. La modestie et la visibilité réduite de la Belgique présentent ainsi, d’une manière ironique, certains avantages :

  • 36 Dietmar Sous : « Belgien ». In : Alfred Strasser (éd.) : Mit leichtem Gepäck. Eine Anthologie der o (...)

Les Belges parlent mal l’allemand ; c’est tout aussi vrai en ce qui concerne les Belges germanophones d’Eupen et de St. Vith. Les Flamands et les Wallons ne se comprennent pas très bien entre eux non plus […] Les Belges ont de très bons cyclistes et des joueurs de football, mais pas de Beethoven, Beckenbauer ou Goethe. Personne ne connaît des films belges, pour ne pas parler des lauréats du Prix Nobel. J’ai envie d’y rester pour toujours.36

  • 37 Pour des réflexions critiques sur la conception de l’identité collective de la Communauté germanoph (...)

20L’adhésion à une éventuelle « non-identité » typiquement belge semble être somme toute une manière de revendiquer une exception et donc finalement une identité collective belge37. La prose germanophone belge contemporaine, néanmoins, va bien au-delà du constat de la « non-identité » de la communauté. Dans ce contexte, l’attitude de trois auteurs belges germanophones – Freddy Derwahl, Leo Wintgens et Hannes Anderer – envers la Belgique, son histoire et la question identitaire fera l’objet des réflexions suivantes.

Grande Histoire et littérature autobiographique

  • 38 Les romans de Wintgens, Anderer et Dewahl furent l’objet de l’article suivant : Lesley Penné / Arvi (...)

21Freddy Derwahl dans Bosch in Belgien (2006), Leo Wintgens dans Wege aus Sümpfen (2001) et Hannes Anderer dans Unterwegs zu Melusine (2007) racontent l’histoire de l’enfance et de l’adolescence de leurs anti-héros dans lesdits « Cantons de l’Est »38. En même temps, l’ensemble de thèmes liés à l’idée de « patrie » joue un rôle déterminant dans la narration. Dans le roman de Leo Wintgens, le protagoniste – Pééke ou Peter – ressent un sentiment particulier pour sa patrie de l’est de la Belgique lorsqu’il emploie le dialecte bas allemand de la vallée du Göhl, sentiment qui traverse comme un fil rouge la narration. Dans le roman de Derwahl, l’histoire personnelle d’Albert Bosch, comme membre de la minorité germanophone en Belgique, est mise en avant-plan du récit. La quête d’identité d’Albert reflète aussi sur le plan social l’autonomie gagnée dans la région germanophone. On trouve souvent des réflexions sur l’histoire contemporaine de la communauté de langue allemande et des récits détaillées de la politique belge dans le roman. Le roman de Hannes Anderer, d’un autre côté, traite de l’atmosphère oppressante du milieu catholique conservateur. Le développement de la personnalité est remarquablement lié au développement structurel de l’État belge.

  • 39 Leo Wintgens : Wege aus Sümpfen. Roman einer Grenzlandschaft. Teil I : Eine Jugend auf dem Königsho (...)

22Comme le titre Wege aus Sümpfen. Roman einer Grenzlandschaft de Leo Wintgens le suggère, l’image de la région créée dans ce roman est fortement liée à celle de la nature et des frontières. Le narrateur désigne explicitement à plusieurs reprises la région de langue allemande d’Eupen-Malmedy et Saint Vith comme étant une région-frontière dans laquelle, contradictoirement, les frontières ont disparu : il s’agit dès lors d’un « microcosme confus et déroutant sans frontières »39. Cette désignation est très importante pour l’analyse de la perception de la population germanophone de Belgique. Les adjectifs « confus » et « déroutant » renvoient tous deux à la région elle-même et aux gens qui y vivent.

23Lorsqu’on se réfère à la région, on pourrait attribuer à ces adjectifs une dimension historique, géographique, sociale ou politique. Le contexte historique de la région est complexe, en effet, comme elle a subi trois changements de nationalité sur une période de 25 ans. La région faisait partie de la Belgique en 1920, lorsque le traité de Versailles est entré en vigueur, et a été annexée par l’Allemagne au début de la Seconde Guerre mondiale en 1940, puis est retournée à la Belgique en 1945 lors de la défaite de l’Allemagne. L’expression « confus et déroutant » pourrait se référer à la géographie complexe de cette région qui est, aussi petite soit-elle, encore divisée en deux parties : le Pays d’Eupen dans le Nord et l’Eifel belge dans le Sud. La frontière naturelle des Hautes Fagnes sépare ces deux parties et indique en même temps une différence de mentalité. Par ailleurs – outre le fait que la région soit située en Belgique – trois autres frontières l’entourent : la frontière allemande et luxembourgeoise au sud et la frontière néerlandaise au nord. Troisièmement, « confus et déroutant » peut avoir induit une dimension sociale, quand il se réfère à la situation linguistique complexe de la région. Après la Deuxième Guerre mondiale, la langue allemande et aussi le dialecte local ont été opprimés en faveur du français. Ce fut seulement en 1963 que la langue allemande a été de nouveau reconnue comme une langue officielle dans l’administration et l’éducation. Cela a conduit à des tensions entre les deux groupes linguistiques, comme aussi thématisé dans le roman de Wintgens. Enfin, l’expression peut être mise en relation avec la situation politique complexe. La Communauté germanophone de Belgique a ses propres institutions politiques, mais d’un point de vue administratif, elle fait partie intégrante de la région. Elle est plus orientée vers l’Allemagne au niveau linguistique et culturel. Les adjectifs « confus et déroutant » renvoient simultanément à tous ces aspects.

24Les adjectifs utilisés pour décrire les habitants de la région peuvent nous montrer les difficultés quant à la définition de la région et donc d’eux-mêmes. En outre, il peut y avoir une référence au fait que les habitants de la région germanophone en Belgique sont « confus », non seulement d’un point de vue linguistique mais aussi par la frontière naturelle des Hautes Fagnes, qui est un marqueur d’une différence de mentalité. Ces deux qualificatifs comprennent donc différents aspects qui interagissent dans la perception de la région et sa population, tant par eux-mêmes que par les autres.

  • 40 Philippe Beck : Umstrittenes Grenzland. Selbst- und Fremdbilder bei Josef Ponten und Peter Schmitz, (...)
  • 41 Wintgens : Wege, p. 319 et p. 470.
  • 42 Ibid., p. 476-477.
  • 43 Ibid., p. 334.
  • 44 Ibid., p. 195 et p. 264-265.
  • 45 Ibid., p. 237, p. 250-251, p. 271 et p. 420.

25Ainsi, pour être en mesure d’exprimer leur identité, les individus doivent se distinguent des autres et c’est exactement ce que font les personnages du roman de Wintgens. En conséquence, les énoncés sur l’identité collective des autres groupes apparaissent dans le roman de façon stéréotypée. Lorsque des images ou des stéréotypes négatifs de l’autre sont utilisés dans la littérature, cela reflète une « crise d’identité collective profonde de ces stéréotypes »40. En région wallonne principalement, les caractères allemands sont représentés négativement. Les Wallons sont dépeints comme des personnes faciles à vivre, mais qui exploitent les autres et sont même confrontées aux maladies sexuelles41. Ils font les meilleures frites, mais une de leurs spécialités est la viande et plus particulièrement des morceaux de cerveau de veau, ce qui met mal à l’aise le protagoniste germanophone42. L’oncle allemand Peter lui rappelle un singe et parle toujours avec la désapprobation de la région belge de langue allemande43. Aussi la langue de norme allemande est perçue négativement, de même le fait que l’oncle a abandonné le dialecte local en faveur de la langue allemande standard44. Cependant, les paroles des autres personnages du roman neutralisent ces perceptions négatives de l’Autre. Le roman montre qu’un personnage peut changer au fil du temps. Il n’y a pas de fixité de l’identité personnelle. Il en est de même pour la perception de la population germanophone de la part des autres. Le protagoniste, qui a une faible image de lui, reflète beaucoup sur son identité. Le fait que d’autres en ont une image positive est important pour la construction de son identité45.

26Les personnages du roman se retrouvent entourés par des frontières qui leur donnent un sentiment de sécurité, mais, simultanément, des limites, ce qui amène aussi à la nécessité de franchir les frontières. Le roman veut montrer que langues jouent un rôle majeur pour surmonter les frontières qui existent entre les gens :

  • 46 Ibid., p. 492.

Maintenant, il savait avec certitude : le professeur de langues qu’il voulait devenir, pour ainsi faire apparaître clairement au public que l’on pourrait unifier en soi plusieurs langues et cultures apparemment opposées, que la culture n’exclut pas, mais inclut l’autre ! De cette façon, il pouvait en même temps participer à la vie dans l’espace allemand, de l’espace de la basse Saxe et celui de la région francophone.46

Bien que l’utilisation de différentes langues mette en exergue les différences culturelles, le narrateur souligne quant à lui que les différences linguistiques peuvent paradoxalement unir les gens.

  • 47 Hannes Anderer : Unterwegs zu Melusine. Annweiler am Trifels 2007, p. 282.
  • 48 Ibid., p. 88 et p. 372.

27Dans le roman Unterwegs zu Melusine de Hannes Anderer, pseudonyme de Jean Firges, décédé en 2014, le protagoniste Jean-Pierre regrette d’être né dans l’Eifel belge. Le narrateur dépeint, et non d’une manière positive, la mentalité et les traditions de l’Eifel belge et mentionne certaines caractéristiques des personnes, par exemple leur entêtement47. L’image dans le roman d’Anderer de la région germanophone de la Belgique reste généralement plus ambivalente et moins positive que dans le roman de Wintgens. Le protagoniste d’Anderer affirme qu’il ne veut pas y vivre ou même y aller pour les vacances48.

  • 49 Ibid., p. 62-63 et p. 85.
  • 50 Ibid., p. 266 et p. 351-352.
  • 51 Ibid., p. 207-208.
  • 52 Ibid., p. 304 sqq. et p. 319 sqq.
  • 53 Ibid., p. 44.

28Il préférerait déménager en Allemagne ; en effet, il est convaincu qu’il ne sera jamais en mesure de trouver une femme dans sa région d’origine. Les femmes allemandes sont considérées comme plus belles en comparaison des femmes de l’Eifel belge49. En outre, le haut-allemand est très estimé, contrairement au dialecte local que Jean-Pierre déteste. Il pense que le dialecte a une sonorité sombre et triste, qui, selon lui, reflète la mentalité des gens de la région. Jean-Pierre se sent enfermé dans sa région d’origine et veut échapper à l’environnement oppressif qu’il ressent. Sa perception ne correspond pas à celle de sa grand-mère, qui à contrecœur a déménagé en Allemagne quand elle était plus jeune. Elle a dû quitter la maison pour sauver le reste de sa famille de la disgrâce de sa grossesse non désirée en tant que femme non mariée. Cependant, en vieillissant, elle pensait qu’elle ne pouvait trouver un mari pour sa fille que dans l’Eifel belge. En effet, elle voyait les villes allemandes comme étant des lieux dangereux et aliénant. Elle ne considère pas l’Allemagne comme sa patrie culturelle. Tandis que pour le protagoniste, à l’inverse, déménager en Allemagne était une opportunité pour fuir l’étroitesse d’esprit de sa région d’origine. Contrairement à son jugement positif de l’Allemagne et des Allemands, son attitude envers les Wallons est tout le contraire : ils sont décrits comme étant arrogants et irréligieux et critiquant leurs compatriotes germanophones50. Cependant, l’attitude négative du protagoniste ne peut être généralisée pour tous les personnages. Le père de Jean-Pierre, par exemple, se sent relié à la langue wallonne et trouve aussi dans cette langue un moyen de se mettre en relation avec d’autres personnes qui comprennent et parlent la langue51. La volonté du protagoniste de voyager et de traverser les frontières montre que le roman attribue un rôle important au mouvement, qui vient déjà à l’avant-plan dans le titre Unterwegs zu Mélusine. Le protagoniste attribue beaucoup d’importance aux excursions à vélo qu’il entreprend pendant les vacances d’été en Belgique et en Allemagne52. En outre, il aime le tramway qu’il voit comme la concrétisation d’une grande ville53.

  • 54 Jean-Marie Klinkenberg : Petites mythologies belges. Bruxelles 2009, p. 136.
  • 55 Derwahl : Bosch, p. 31-32.
  • 56 Freddy Derwahl : Das Haus im Farn. Eine Kindheit. Eupen 1996, p. 52.

29Dans Petites mythologies belges Jean-Marie Klinkenberg met en évidence comment la période de l’après-guerre en Belgique francophone était « un moment où ne pas utiliser le mot ‘Boche’ était faire preuve de tiédeur suspecte »54. Dans le roman Bosch in Belgien de Derwahl le terme péjoratif « Boche » est utilisé directement à deux reprises dans le roman : la première apparition est observée dans le cadre d’un match de football, la seconde au niveau du service d’Albert dans l’armée belge. Le père d’Albert Bosch est caissier au club de football AS Eupen faisant partie d’une ligue du football wallon. Dans les affrontements entre supporters, les Eupenois sont insultés et accusés d’être la cinquième colonne de l’Allemagne : « Dans ce contexte, les fans francophones utilisent la pire forme de violence le terme ‘sales Boches’. Pour eux, les supporters d’Eupen étaient tous les Allemands et les nazis […]. Albert l’a ressenti bien qu’au début il croyait qu’il avait été appelé par son nom de famille »55. Le jeune protagoniste se sent par conséquent attaqué personnellement. Cette violence verbale est une étape importante dans le développement de sa personnalité, plus encore en raison du « nombre toujours croissant d’insultes des Wallons contre lui […] dans la rue, dans la cour de l’école ou à la piscine. Il est confronté à de petites railleries, des accusations et même des coups de poing de pensionnaires, des enfants en vacances ou des athlètes »56. De plus, ces attitudes donnent des informations à Albert sur la Belgique et la recherche du protagoniste d’une patrie :

  • 57 Derwahl : Bosch, p. 32.

Elles correspondaient à ses premières découvertes et expériences dans ce pays compliqué, dont le roi a à peine répondu aux acclamations des citoyens d’Eupen et dont les représentants ont toujours eu des bureaux et des fonctions qui avaient quelque chose à voir avec le pouvoir, la garde ou le contrôle.57

  • 58 Ibid., p. 49.
  • 59 Derwahl : Das Haus, p. 53.
  • 60 Pour d’autres exemples de l’utilisation de l’injure « sale Boche » cf. aussi Derwahl : Bosch, p. 32 (...)
  • 61 Ibid., p. 124.
  • 62 Ibid., p. 125.
  • 63 Ibid., p. 124.
  • 64 Ibid.

30Dans Bosch in Belgien, même des années plus tard, quand Albert Bosch en tant que soldat belge va dans un restaurant à côté de « l’Hôtel des Flandres »58 à Namur, son nom de famille est relié à l’histoire de guerre allemande de manière péjorative par son caporal : « ‘Votre nom est non seulement Bosch, vous en êtes aussi un’, a crié le caporal à Albert et l’a traîné par son nœud de cravate jusqu’à la porte. […] ‘Et bien, sale Boche, porc allemand’ »59. En raison des insultes et intimidations répétées, le protagoniste avait une méfiance profonde à la fois de l’État belge et des enseignants60. Le sentiment d’Albert Bosch de ne pas avoir de patrie est particulièrement fort. Ce sentiment est renforcé en étudiant à l’Université de Louvain, où les autres étudiants francophones qualifient la région de langue allemande comme étant un espace marginal, « une enclave de la Sibérie sous souveraineté belge »61 ou « là-haut, les villages derrière les bois »62. Pour Albert Bosch, qui « regrette »63 d’être germanophone en Belgique, se sent aliéné à Louvain, ses camarades lui semblent « étranges et froids »64.

  • 65 La question du passé national-socialiste comme traumatisme transgénérationnel en Belgique germanoph (...)

31Dans le récit des rencontres entre Autrui et Soi, Derwahl se concentre sur l’histoire mouvementée de la minorité allemande en Belgique. Comme on peut l’apercevoir de manière répétée dans Bosch in Belgien, l’identité collective des Belges germanophones a été traumatisante et affectée par les persécutions sauvages suivant la Deuxième Guerre mondiale, qui a frappé la minorité germanophone plus durement que les Flamands et les Wallons65.

32L’aspiration est le désir d’effacer le lien historique avec l’Allemagne et de tirer le rideau sur le passé national-socialiste. Dans un essai, Freddy Derwahl souligne à la fois son attachement culturel à sa langue maternelle allemande et sa loyauté civique à l’État belge :

  • 66 Derwahl dans Kartheuser : Ostbelgische Autoren, p. 92.

Je suis né en 1946, en tant que Belge donc, dans la communauté germanophone d’Eupen. Je suis né dans une famille qui était anti-nazie de manière discrète et non-héroïque. Dans les années 1960, nous avons fait entendre notre voix pour la première fois avec d’autres pour exiger l’égalité des droits, surtout au niveau de la langue et des questions culturelles. Nous insistons sur le contexte belge.66

  • 67 Brüll : « L’identité », p. 224.

33La mise en évidence de la région frontalière germanophone comme une zone transnationale de contact qui, comme une touche d’amour tendre, ouvre les pays voisins sur l’autre, exprime la possibilité de vivre ensemble en paix. L’identité belge germanophone n’est pas basée sur l’opposition à autrui, qu’ils soient Wallons, Flamands ou Allemands67, mais sa formation a été directement influencée par l’histoire mouvementée de la région. De cette façon, les auteurs Belges germanophones résistent au conflit des langues wallonne-flamande et il devient évident qu’ils se considèrent comme des modes de réalisation de l’auto-conscience, mais souvent avec la mélancolie d’une Belgique unitaire, qui semble de plus en plus être une chimère des temps passés.

Une littérature minoritaire de langue allemande

  • 68 Klinkenberg : Petites mythologies belges, p. 140.
  • 69 Roland : « Images », p. 82 ; en italiques dans l’original.

34La littérature contemporaine issue de la Communauté germanophone de Belgique peut être considérée comme un excellent exemple d’une dialectique herméneutique justement car l’évolution d’une identité belge compliquée vers une identité régionale ou personnelle complexe s’y reflète et chaque question individuelle est directement liée au contexte historique. Dans les discours sur l’identité belge, le syncrétisme culturel, la spécificité de la position frontalière entre l’Europe germanique et romane sont souvent mis en évidence, comme le note Jean-Marie Klinkenberg : « [C]ette négativité se décline en de multiples sous-thèmes : la bâtardise (qui donne la possibilité de jouer librement d’univers culturels multiples), l’exil intérieur, le cosmopolitisme […] »68. De la même façon, la métaphore de « l’âme belge » comme un « entre-deux », une identité indéfinie entre deux sphères culturelles est par exemple utilisée par l’écrivain et juriste belge Edmond Picard à la fin du xixe siècle. Cette identité, ainsi vue, serait « une fusion de romanisme et de germanisme, qui sous-tend dans cet esprit la nation belge. Ce consensus va dans le sens d’un éloge du syncrétisme culturel, également appelé entre-deux »69.

  • 70 Jeroen Dewulf : « O liebes Land, o Belgiens Erde : The Development of the German-Speaking Community (...)

35Cet « entre-deux », dont les bases sont l’échange réciproque et le métissage culturel, devient possible précisément grâce à cette perception de soi de la Belgique comme un laboratoire de multiculturalisme et multilinguisme européens, comme un petit pays latino-germanique hybride, au milieu d’une Europe dont Bruxelles est le centre politique, entouré par des pays très conscients de leur image, comme la France, l’Allemagne et les Pays-Bas. Par rapport à la situation de la région germanophone en Belgique, Jeroen Dewulf suggère : « Cette absence de patriotisme national en Belgique a facilité l’engagement dans des activités transfrontalières »70.

  • 71 Pour le contexte francophone de la « littérature mineure en langue majeure », voir Lise Gauvin : «  (...)
  • 72 Ibid., p. 21.

36La littérature minoritaire en langue majeure, comme celle de la Belgique germanophone, semble être emblématique de la condition de l’écrivain71. Cette condition est reflétée dans les romans quasi-autobiographiques de Freddy Derwahl, Leo Wintgens et Hannes Anderer. Leur littérature, « par son désir de revaloriser la déterritorialisation même, […] semble faire l’impasse sur la douleur et l’angoisse liées à la condition du mineur »72. La littérature comme médium public aide à s’assurer que l’histoire personnelle de chacun et les origines de l’identité collective – peu importe la façon dont elle est définie – ne soient pas oubliées :

  • 73 Derwahl dans Kartheuser : Ostbelgische Autoren, p. 103.

Chaque fois que les Eupenois (et les Belges germanophones en général) voudraient se cacher derrière leurs rideaux, sans rien savoir ou sans avoir été quelque chose, il serait nécessaire d’élever la voix, de prendre action et de faire face aux dangers de la tendance mortifère et sournoise d’oublier.73

37Grâce à la proximité et à la présence d’autres cultures, mais aussi aux délimitations culturelles, la littérature belge de langue allemande représente un domaine spécifique qui est, d’un côté, clairement différent de la littérature néerlandophone et francophone belge, mais qui, d’un autre côté, ne pourrait pas, d’aucune manière, être englobée dans la littérature allemande d’Allemagne. Le chevauchement entre « le personnel » et « l’étranger » génère un matériel littéraire fort et expressif, qui illustre de manière paradigmatique le champ interculturel de tension entre les régions limitrophes de la Belgique multilingue.

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations officielles et actuelles sur la Communauté germanophone de Belgique, voir le site gouvernemental de la Deutschsprachige Gemeinschaft Anon : « Geographie und Lage der DG in Belgien » <http://www.dglive.be/DesktopDefault.aspx/tabid-84/186_read-448/> [15.4.2016].

2 Hubert Roland : « Images, transferts, constructions identitaires. Six thèses sur l’histoire entrecroisée des relations belgo-allemandes ». In : Revue des Questions Scientifiques 186 : 1 (2015), p. 79-98, ici p. 96.

3 Gerd Kleu : Die Neuordnung der Ostkantone Belgiens 1945-1956. Politik, Kultur und Wirtschaft in Eupen, Malmedy und St. Vith. Essen 2007, ici p. 37-39.

4 Ulrich Tiedau : « Die Rechtslage der deutschsprachigen Bevölkerung in Belgien nach dem Zweiten Weltkrieg ». In : Manfred Kittel et al. (éd.) : Deutschsprachige Minderheiten 1945. Ein europäischer Vergleich. München 2007, p. 435-522, ici p. 435.

5 Christoph Brüll : « ‘L’identité des Belges germanophones est une non-identité’. Quelques réflexions à propos de publications récentes sur l’histoire de la Communauté germanophone de Belgique ». In : Revue belge d’Histoire contemporaine / Belgisch Tijdschrift voor Nieuwste Geschiedenis 21 (2009), p. 211-226, ici p. 220.

6 Pour un aperçu historique de l’expérience frontalière de la population germanophone de la région d’Eupen, Malmédy et St. Vith, voir Herbert Ruland : « Leben und Leiden einer Grenzbevölkerung – Die Menschen, Geschichte, Politik und Alltag in der deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens ». In : Jac van den Boogard / Luise Clemens / Armin Heinen / Johanna Jantsch et al. : Grenzkontrolle / Grenscontrole : Aachen, Eupen, Maastricht – Oral Histories. Remscheid 2008, p. 39-49.

7 Pour plus d’informations sur la Vergangenheitsbewältigung en Belgique germanophone, voir Freddy Cremer : « Über den Umgang mit der eigenen Vergangenheit. ‘Verschlusssache’ Geschichte ». In : Carlo Lejeune / Andreas Fickers / Freddy Cremer (éd.) : Spuren in die Zukunft. Anmerkungen zu einem bewegten Jahrhundert. Büllingen 2001, p. 8-26, ici p. 24.

8 Cf. la bibliographie du présent article pour des publications sélectionnées des chercheurs mentionnés.

9 Cf. Astrid Erll : Kollektives Gedächtnis und Erinnerungskulturen. Eine Einführung. Stuttgart / Weimar 2005, p. 143-144.

10 Aleida Assmann : Erinnerungsräume. Formen und Wandlungen des kulturellen Gedächtnisses. München 2003, p. 83. Dans la préface de Bosch in Belgien, Freddy Derwahl met en évidence l’importance des histoires autobiographiques – ce qu’Aleida Assmann appelle le « passé mémoriel » – pour la construction d’une histoire commune. Le roman Bosch in Belgien est écrit dans la perspective d’un observateur plutôt indirect dont l’expérience personnelle, décrite dans ses anecdotes, « compte plus qu’une énumération méticuleuse de faits historiques » (Freddy Derwahl : Bosch in Belgien. Eupen 2006, p. 7). Toutes les traductions dans cet article, si pas indiqué autrement, m’appartiennent.

11 Andreas Fickers : « Gedächtnisopfer. Erinnern und Vergessen in der Vergangenheitspolitik der deutschsprachigen Belgier im 20. Jahrhundert ». In : Zeitenblicke. Online-Journal für die Geschichtswissenschaften 3 (2004), <http://www.historicum.net/zeitenblicke/2004/01/fickers/index.htm> [15.4.2016].

12 Heinz Warny : « Neustart ohne den Chef (Grenz-Echo 1945-1965) ». In : Heinz Warny et al. (éd.) : Zwei Jahrhunderte deutschsprachige Zeitung in Ostbelgien. Eupen 2007, p. 79-106, ici p. 81.

13 Cf. Ernst von Salomon : Boche in Frankreich. Hamburg 1950. Le conservatisme de von Salomon est devenu plus modéré après la Seconde Guerre mondiale. Boche in Frankreich est un exemple de cette évolution, dans le sens où il s’agit d’une littérature campagnarde qui incite les Allemands à embrasser le « style de vie » français, représenté comme étant moins stricte et plus décontracté. Cf. Jean-Paul Picaper : « Wie Gott in Frankreich ? Wandel und Kontinuität der französischen Wohnstile ». In : Schwäbisch Hall-Stiftung (éd.) : Kultur des Eigentums. Berlin / Heidelberg / New York 2006, p. 537-543, ici p. 538. Dans l’édition de 1966, le mot injurieux « Boche » disparaît et le titre fut changé en Glück in Frankreich. Dans le thriller de Derwahl, Der Mord im ‘Brüsseler Hof’ (2002) apparaissait déjà un politicien germanophone, Jean M. Bosch, qui représente la position particulière et inconfortable des Belges de langue allemande dans le débat sur le statut de la minorité germanophone à l’intérieur de la structure fédérale belge. La Communauté germanophone n’apparaît que comme un jouet dans le jeu de pouvoir cynique des Flamands et des Wallons. On pourrait citer, comme un exemple éloquent, l’opposition entre le Ministre francophone de la Culture et le Ministre flamand des Affaires Intérieures en ce qui concerne la politique de la région germanophone, telle qu’elle est illustrée dans ce texte : « Chaque fois que Van Bruylaents, qui vient de Charleroi, affirmait ardemment que ‘les petits malins germanophones’ étaient une partie intégrale de la Wallonie, le politicien gantois Binnenmans faisait appel à un statut presque extraterritorial, ‘libre de la domination francophone’. Pourtant, des intérêts personnels énormes étaient derrière tout cela. Les Flamands et les Wallons cherchaient à s’affaiblir mutuellement. Aucun d’eux n’était motivé par une affection particulière pour les germanophones ». Freddy Derwahl : Der Mord im ‘Brüsseler Hof’. Eupen 2002, ici p. 92.

14 Derwahl : Bosch, p. 19.

15 Ibid., p. 22.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 21.

18 Cf. Tiedau : « Die Rechtslage », p. 481.

19 Derwahl : Bosch, p. 36-37.

20 Anne Fuchs : « Gendered Heimat Discourse and the Poetics of the ‘gedehnter Blick’ in Wilhelm Genazino’s Mittelmäßiges Heimweh ». In : German Life and Letters 64 : 1 (2011), p. 145-155, ici p. 145.

21 Celia Applegate : A Nation of Provincials. The German Idea of Heimat. Berkeley / Los Angeles / Oxford 1990, p. 242.

22 Alfred Grosser : « Heimat. Discours introductif ». In : Chroniques allemandes 13 (2009), p. 21-26, ici p. 22.

23 Emil Gennen : « Rückkehr in die tote Stadt ». In : Leo Wintgens (éd.) : Grundlegung einer Geschichte der Literatur in Ostbelgien. Bild der sprachlichen Wechselwirkung im Zwischenland. Eupen 1986, p. 262.

24 Bruno Kartheuser : Atemlängen. Respiration. St. Vith 1999, p. 16.

25 Le poids du passé dans la littérature germanophone en Belgique, spécifiquement chez Freddy Derwahl et Leo Wintgens, est aussi analysé dans Ernst Leonardy : « Kindheit auf dem Lande – Kindheit in der Kleinstadt : Zu Leo Wintgens Roman Eine Jugend auf dem Königshof und Freddy Derwahls Das Haus im Farn ». In : Wolfgang Jenniges (éd.) : Gestalten und Entwicklungen Historische Streifzüge zwischen Rhein und Maas Hubert Jenniges zum 70. Geburtstag als Festgabe gewidmet. Louvain / St. Vith 2004, p. 97-113, ici p. 98-102.

26 Bruno Kartheuser : « Omnia mea. ‘Heimat’ – Prüfung eines verrufenen Begriffs ». In : Klaus Wiegerling (éd.) : Völkerfrei. 25 Jahre Krautgarten : Ein Lesebuch. Eupen 2007, p. 188-197, ici p. 197.

27 Derwahl dans Bruno Kartheuser : Ostbelgische Autoren im Portrait. Blieskastel 1998, p. 18 ; en italiques dans l’original.

28 Ingo Jacobs : « Dreiländereck ». In : Krautgarten 53 (2008), p. 58.

29 Dans ce sens, le fait que, dans Bosch in Belgien, le politicien germanophone Weykmans soit présenté aux dignitaires étrangers par ses pairs flamands et wallons comme « une spécialité belge » (Derwahl : Bosch, p. 286), est particulièrement édifiant. De manière similaire, la région germanophone se garde à l’écart des tensions incessantes entre les deux groupes linguistiques et obtient le statut d’épitome symbolique d’une nature belge utopique : « Plus que jamais Weykmans croyait en son ‘petit royaume’ qu’il décrivait comme un coin idyllique ensoleillé dans le chaos du conflit linguistique belge » (ibid., p. 287).

30 Derwahl dans Kartheuser : Ostbelgische Autoren, p. 19 ; en italiques dans l’original. Pour plus d’informations sur le champ littéraire en Belgique germanophone, qui se caractérise également par la tension entre régionalisme et ouverture vers d’autres pays et langues, cf. Alfred Strasser : « Zwischen Regionalismus und Weltoffenheit – Aspekte des Literaturbetriebs im deutschsprachigen Belgien ». In : Daniel Azuelos / Éric Leroy Du Cardonnoy (éd.) : Seuil(s), limite(s) et marge(s). Paris 2001, p. 129‑142.

31 Kartheuser : Ostbelgische Autoren, p. 59. Les auteurs sur lesquels on attire l’attention s’opposent, sans exception, à l’idée d’une nation homogène germanophone en Belgique. En conséquence, ils adoptent un regard extrêmement (auto-)ironique sur l’autonomie politique et culturelle de la région. Gerhard F. Heuschen, par exemple, appelle la communauté germanophone avec son parlement et ses 70 000 [sic] habitants « un état d’opérette » (Heuschen dans Kartheuser : Ostbelgische Autoren, p. 40). De son côté, Freddy Derwahl souligne l’absurdité des aspirations nationales ou nationalistes dans la région de langue allemande : « Une nation belge de langue allemande ne peut être qu’un synonyme, terriblement falsificateur, d’un ghetto culturel » (Derwahl dans ibid., p. 18 ; en italiques dans l’original).

32 Grosser : « Heimat », p. 25.

33 Leo Wintgens : Grundlegung einer Geschichte der Literatur in Ostbelgien. Bild der sprachlichen Wechselwirkung im Zwischenland. Eupen 1986, p. 279.

34 Pour un traitement critique des racines historiques de l’identité compliquée et agitée de la Belgique, cf. Joep Leerssen : « Image and Reality – And Belgium ». In : Joep Leerssen / Karl Ulrich Syndram (éd.) : Europa Provincia Mundi. Essays in Comparative Literature and European Studies Offered to Hugo Dyserinck on the Occasion of His Sixty-Fifth Birthday. Amsterdam / Atlanta 1992, p. 281-291.

35 Tom Verschaffel : « Belgium ». In : Manfred Beller / Joep Leerssen (éd.) : Imagology. The Cultural Construction and Literary Representation of National Characters. A Critical Survey. Amsterdam / New York 2007, p. 108-113, ici p. 112 ; en italiques dans l’original.

36 Dietmar Sous : « Belgien ». In : Alfred Strasser (éd.) : Mit leichtem Gepäck. Eine Anthologie der ostbelgischen Gegenwartsliteratur. Eupen 2007, p. 139-140, ici p. 140.

37 Pour des réflexions critiques sur la conception de l’identité collective de la Communauté germanophone de Belgique, cf. Brüll : « L’identité ».

38 Les romans de Wintgens, Anderer et Dewahl furent l’objet de l’article suivant : Lesley Penné / Arvi Sepp : « Being Between : The Representation of Collective Identities in Contemporary German-Language Literature in Belgium ». In : Poli-Femo 7-8 (2014), p. 176-191. Les réflexions suivantes se fondent sur cet article. Pour plus d’explications sur l’importance du champ thématique de la « patrie » dans l’œuvre de Freddy Derwahl, de Hannes Anderer et de Leo Wintgens, cf. également Alfred Strasser : « Nachwort ». In : Alfred Strasser (éd.) : Mit leichtem Gepäck. Eine Anthologie der ostbelgischen Gegenwartsliteratur. Eupen 2007, p. 204-209, ici p. 206.

39 Leo Wintgens : Wege aus Sümpfen. Roman einer Grenzlandschaft. Teil I : Eine Jugend auf dem Königshof. Aachen 2001, p. 10.

40 Philippe Beck : Umstrittenes Grenzland. Selbst- und Fremdbilder bei Josef Ponten und Peter Schmitz, 1918-1940. Bruxelles 2013, p. 599.

41 Wintgens : Wege, p. 319 et p. 470.

42 Ibid., p. 476-477.

43 Ibid., p. 334.

44 Ibid., p. 195 et p. 264-265.

45 Ibid., p. 237, p. 250-251, p. 271 et p. 420.

46 Ibid., p. 492.

47 Hannes Anderer : Unterwegs zu Melusine. Annweiler am Trifels 2007, p. 282.

48 Ibid., p. 88 et p. 372.

49 Ibid., p. 62-63 et p. 85.

50 Ibid., p. 266 et p. 351-352.

51 Ibid., p. 207-208.

52 Ibid., p. 304 sqq. et p. 319 sqq.

53 Ibid., p. 44.

54 Jean-Marie Klinkenberg : Petites mythologies belges. Bruxelles 2009, p. 136.

55 Derwahl : Bosch, p. 31-32.

56 Freddy Derwahl : Das Haus im Farn. Eine Kindheit. Eupen 1996, p. 52.

57 Derwahl : Bosch, p. 32.

58 Ibid., p. 49.

59 Derwahl : Das Haus, p. 53.

60 Pour d’autres exemples de l’utilisation de l’injure « sale Boche » cf. aussi Derwahl : Bosch, p. 327.

61 Ibid., p. 124.

62 Ibid., p. 125.

63 Ibid., p. 124.

64 Ibid.

65 La question du passé national-socialiste comme traumatisme transgénérationnel en Belgique germanophone a récemment été abordée dans le documentaire de Christoph Bohn, The Boy is gone (cf. Christoph Bohn : The Boy is gone. Bruxelles 2012). La pièce de théâtre Le carnaval des ombres (2012) de Serge Demoulin, de manière similaire, met en évidence le silence qui caractérise la Vergangenheitsbewältigung manquée, le travail de mémoire refoulé de la génération des Belges germanophones qui étaient soldats de la Wehrmacht (Serge Demoulin : Le carnaval des ombres. Manage 2012).

66 Derwahl dans Kartheuser : Ostbelgische Autoren, p. 92.

67 Brüll : « L’identité », p. 224.

68 Klinkenberg : Petites mythologies belges, p. 140.

69 Roland : « Images », p. 82 ; en italiques dans l’original.

70 Jeroen Dewulf : « O liebes Land, o Belgiens Erde : The Development of the German-Speaking Community in Belgium Reflected in the Light of the Flemish Struggle for Autonomy ». In : German Studies Review 32 (2009), p. 65-81, ici p. 75.

71 Pour le contexte francophone de la « littérature mineure en langue majeure », voir Lise Gauvin : « Autour du concept de littérature mineure – Variations sur un thème majeur ». In : Jean-Pierre Bertrand / Lise Gauvin (éd.) : Littératures mineures en langue majeure : Québec – Wallonie-Bruxelles. Bruxelles 2003, p. 19-40, ici p. 20-21.

72 Ibid., p. 21.

73 Derwahl dans Kartheuser : Ostbelgische Autoren, p. 103.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arvi Sepp, « Mémoire et minorité : l’identité collective dans la littérature germanophone de Belgique », Recherches germaniques, 46 | 2016, 143-162.

Référence électronique

Arvi Sepp, « Mémoire et minorité : l’identité collective dans la littérature germanophone de Belgique », Recherches germaniques [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rg/323 ; DOI : 10.4000/rg.323

Haut de page

Auteur

Arvi Sepp

Professor
Université Antwerpen

arvi.sepp@uantwerpen.be

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals