Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Le contexte / Der Kontext« Identification dialectique » et...

Le contexte / Der Kontext

« Identification dialectique » et genèse du patriarcat

Sohn-Rethel et la Dialektik der Aufklärung
„Dialektische Identifikation“ und Genese des Patriarchats: Sohn-Rethel und die Dialektik der Aufklärung
“Dialectical Identification” and the Genesis of the Patriarchy: Sohn-Rethel and the Dialektik der Aufklärung
Salima Naït Ahmed
p. 45-54

Résumés

C’est un « grand ébranlement spirituel » que provoque chez Adorno la découverte de la théorie de la connaissance de Sohn-Rethel en 1936. Mais l’enthousiasme d’Adorno cède rapidement au rejet de Horkheimer accusant la démarche génétique de Sohn-Rethel de n’être, sous couvert de parachèvement de la critique matérialiste, qu’un idéalisme déguisé. Contre les accusations de Horkheimer, l’article entend montrer l’influence souterraine de Sohn-Rethel sur la Dialektik der Aufklärung et plus spécifiquement le fait que sa réflexion permet de mieux comprendre le propos consacré à la critique du patriarcat. Bien que Sohn-Rethel n’y soit pas mentionné, son extension de la méthode génétique matérialiste aux catégories de l’entendement rend véritablement lisible la critique de la rationalité moderne identifiée à l’émergence d’une subjectivité masculine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Friedrich Engels : « Der Ursprung der Familie, des Privateigentums und des Staats. Im Anschluß an (...)
  • 2 Ces manques de la Théorie critique ont été récemment soulignés par Estelle Ferrarese : La fragili (...)

1Aujourd’hui encore, un certain marxisme ‘orthodoxe’, ignorant ou minimisant l’intrication des rapports de pouvoir, se trouve en butte à la critique féministe. Un écart sépare pourtant ce marxisme, parfois qualifié d’ouvriériste, des réflexions originelles de Marx et d’Engels, qui proposaient une genèse critique du patriarcat, d’un point de vue à la fois historique et ethnologique1. L’École de Francfort, héritière de ce questionnement, a elle aussi développé à ses débuts une approche critique du patriarcat devant suppléer une compréhension restrictive du social par les structures économiques. Rétablir cette généalogie de la critique est un moyen de rappeler à la Théorie critique actuelle, qui semble avoir quelque peu perdu de vue les questions de genre2, la consubstantialité du féminisme et de la critique sociale.

  • 3 Theodor W. Adorno : Gesammelte Schriften. Bd. 3 : Dialektik der Aufklärung [1947]. Frankfurt am M (...)

2Pour contribuer à cette tâche, nous proposons d’interroger les outils qui servent à la genèse du patriarcat dans la Dialektik der Aufklärung3, ouvrage commun de Theodor W. Adorno et de Max Horkheimer, qui est aussi un des rares écrits de la tradition francfortoise abordant le patriarcat d’un point de vue génétique. Plus spécifiquement, il s’agit de montrer la convergence épistémologique entre la pensée originale d’Alfred Sohn-Rethel et la Dialektik, à partir de la lecture croisée de l’ouvrage d’Adorno et de ses correspondances respectives avec Sohn-Rethel et Horkheimer. À l’interrogation historico-ethnologique sur le patriarcat de Marx et d’Engels, Adorno et Horkheimer substituent en effet une démarche génétique nouvelle qui semble conserver l’empreinte de Sohn-Rethel. Revenue de l’image d’une science remontant progressivement les étapes de l’évolution de l’humanité pour en élucider un prétendu état primitif, à la fois matriarcal et indifférent à la lutte des classes, la critique passe désormais par une méthode qui consiste à caractériser le patriarcat à partir de son emprise actuelle, en tant qu’elle serait en même temps l’écho et le seul accès à des structures archaïques. Est-ce à dire que cette méthode, rétive aux illusions de la ‘théorie traditionnelle’, abandonne purement l’étude du patriarcat à partir de son origine historique ?

3Nous proposons de répondre à ce questionnement en éprouvant l’hypothèse suivante : comprendre la genèse du patriarcat dans la Dialektik n’est possible qu’en mesurant l’influence sur elle du projet intellectuel de Sohn-Rethel et plus particulièrement de sa méthode dite de l’‘identification dialectique’ (dialektische Identifikation). Il s’agira non seulement de comprendre l’empreinte de Sohn-Rethel sur un terrain où il n’est guère attendu, la critique du patriarcat, mais encore de signaler la fécondité de sa pensée pour le renouveau actuel du féminisme.

Sohn-Rethel et Adorno : une communauté d’objets et de méthodes

  • 4 Adorno/Sohn-Rethel : Briefwechsel, 1936-1969. München 1991, p. 23.
  • 5 Ibid., p. 9. L’« exposé de Lucerne » est la première formulation du projet de Sohn-Rethel. Il ser (...)
  • 6 Ibid., p. 13 : « aus einem eigentümlichen und sehr tiefgreifenden Bruch in der ‘Praxis’ des mensc (...)

4La Dialektik propose une genèse de l’ordre patriarcal compris comme un rapport essentiellement dissymétrique qui fait du sujet féminin le revers négatif et aliéné d’un sujet masculin érigé en norme. La communauté de cette démarche génétique de la Dialektik avec la pensée de Sohn-Rethel apparaît le plus nettement à travers le récit de l’émergence historico-mythique d’un sujet de la domination, séparé de la nature et né avec la puissance d’abstraction : ce sujet, qui est aussi le support des catégories logiques, semble coïncider avec le sujet de la connaissance objectale4 identifié par Sohn-Rethel dans son Luzerner Exposé5 « à partir d’une rupture particulièrement incisive dans la praxis de l’être des humains »6. Pour comprendre l’influence possible de Sohn-Rethel sur la Dialektik, il faut revenir à sa méthode d’identification de ce sujet et de la genèse des catégories abstraites.

  • 7 Ibid., p. 10 : « die Gegenstände der von Horkheimer und mir gemeinsam geplanten dialektischen Log (...)
  • 8 Ce résumé est l’objet de la longue lettre à Adorno du 4-12 novembre 1936. Ibid., p. 13-30. Il ser (...)
  • 9 Ibid., p. 32 : « So hätte es Leibniz zumute sein müssen, als er von der Newtonischen Entdeckung h (...)
  • 10 Ibid., p. 32 : « Urgeschichte der Logik ».

5La proximité entre la méthode de Sohn-Rethel et celle d’Adorno a été explicitement confirmée par Adorno, réagissant au Luzerner Exposé et à son résumé. Ces deux textes sont l’objet d’échanges épistolaires significatifs durant le mois de novembre 1936. La réaction d’Adorno est enthousiaste : il constate non seulement la similarité de l’objet de recherche de Sohn-Rethel avec le sien et celui de Horkheimer dans leur premier projet de « logique dialectique », mais aussi l’identité de méthode censée unir les auteurs. Adorno observe d’abord, dans sa lettre du 3 novembre 1936, que le projet de Sohn-Rethel rencontre directement « les objets de la logique dialectique […] prévue avec Horkheimer »7. À la réception du résumé8, il n’est plus question pour Adorno de la prémonition d’une entente, mais de la confirmation de l’identité réelle des recherches des deux penseurs. Elle suscite chez Adorno une émotion qu’il compare à celle que durent ressentir Leibniz et Newton lors de la révélation de leur découverte réciproque9. Adorno retient en particulier le projet commun d’une « histoire originaire de la logique »10.

  • 11 Ibid., p. 32 : « in der Erkenntnis, daß nicht Wahrheit in der Geschichte sondern Geschichte in de (...)
  • 12 Ibid., p. 10 : « Überwindung der Antinomie von Genesis und Geltung ». Dans sa lettre du 3 novembr (...)
  • 13 Ibid., p. 32 : « in der kritisch-immanenten Überführung (= dialektischen Identifikation) des Idea (...)

6La lettre d’Adorno du 17 novembre 1936 offre de cette méthode une qualification ramassée et dense à partir de laquelle se dégagent deux traits essentiels : le rapport de la méthode à la vérité et à l’histoire d’une part et son statut critique d’autre part. La relation entre histoire et vérité est déterminée selon Adorno par « la conscience du fait qu’il n’y a pas de vérité dans l’histoire, mais de l’histoire dans la vérité »11, ce qui permet le « dépassement » souhaité par Sohn-Rethel, « de l’antinomie entre validité et genèse » de la connaissance12. Ce dépassement serait permis en « faisant passer de manière critique et immanente (= par une identification dialectique) l’idéalisme dans le matérialisme dialectique »13.

  • 14 Ibid., p. 28 : « die kritische Zersprengung des Wesens vom Realen her ».
  • 15 Ibid., p. 16 : « ei[n] bestimmte[r] Bruch in der Praxis des menschlichen Seins ».

7Comment comprendre ces remarques d’Adorno ? Elles renvoient autant à un lieu commun de l’épistémologie marxiste qu’à un apport original de l’identification dialectique. En effet, la démarche matérialiste consiste selon Sohn-Rethel à rapporter les problèmes théoriques à ceux de la praxis. Une épistémologie marxiste se doit d’élucider l’origine historique de la connaissance idéaliste par « la reconstruction génétique de l’histoire de l’être social » pour faire « dynamiter l’essence par la critique à partir du réel »14. L’antinomie entre validité et genèse de la connaissance est dépassée dès lors qu’il n’y a pas de validité de la théorie envisageable en dehors de sa constitution historique répondant aux problèmes de la praxis. Une telle méthode conduit Sohn-Rethel à reconnaître un « point de rupture » historique15 où la socialisation, baptisée « fonctionnelle », induit, en lien étroit avec l’apparition de la forme-marchandise, l’émergence des concepts et du sujet idéalistes. Cette investigation est génétique au sens où elle dévoile l’apparition historique des concepts : ils ne sont pas compréhensibles in abstracto sans le terreau historique qui leur a donné naissance.

8L’élément de nouveauté de la méthode, telle qu’elle est décrite par Adorno, concerne la mention de la critique immanente. C’est dans le passage critique immanent de l’idéalisme au matérialisme qu’Adorno identifie l’intérêt de la méthode sohn-rethelienne. L’accent est mis non plus sur la remontée dialectique vers le pôle historico-matériel du couple praxis-validité de la connaissance, mais sur le pôle proprement idéel. En d’autres termes, ce qui retient l’attention d’Adorno dans le travail de Sohn-Rethel n’est pas tant l’immersion dans l’histoire des rapports d’exploitation – ce qui constitue déjà un certain poncif du marxisme –, que l’examen pour elles-mêmes des doctrines idéalistes devant conduire à leur autodestruction. Sans le secours de l’étude historique, la critique immanente des concepts dans leur contexte contemporain fait déjà signe vers l’histoire originaire de la logique. La praxis est reconnaissable dans l’analyse de la constellation des concepts et des formes sociales contemporains, l’identification dialectique consiste dans leur décryptage.

9Lorsqu’Adorno note que le rapport à la vérité ne peut être qu’un rapport dialectique qui l’historicise (« pas de vérité dans l’histoire, mais de l’histoire dans la vérité »), cela implique une dialectisation sans point d’arrêt de la vérité rapportée à l’histoire. La genèse de la connaissance est à identifier dans l’immanence de sa validité. La proposition inverse, selon laquelle la validité est comprise à partir de l’histoire, au sens où les concepts connaissent une élucidation qui réfère à l’apparition temporellement identifiable d’une praxis comme résolution d’un problème matériel, renvoie plutôt à l’histoire de l’exploitation.

10Ces aspects représentent deux façons d’envisager l’‘histoire originelle’ de la logique et appartiennent à des versants complémentaires de l’identification dialectique. Chacun représente une face de la démarche dialectique : l’induction des concepts à partir du sol historique ou l’induction de l’histoire à partir des concepts. Dans la Dialektik, les deux sont mises en œuvre pour la genèse du patriarcat.

La genèse du sujet patriarcal ou le parachèvement de la critique de Sohn-Rethel

11La Dialektik et la pensée de Sohn-Rethel ont ainsi en commun d’envisager la genèse matérielle du sujet connaissant. Du côté de la Dialektik, cette genèse est aussi explicitement celle du patriarcat occidental. Deux thèmes essentiels de l’ouvrage montrent l’influence plausible de Sohn-Rethel. Le premier concerne l’origine sociale de l’entendement pur. Celui-ci devient chez Adorno et Horkheimer la rationalité dominatrice retournée contre elle-même, menaçant toujours l’autre qu’elle a constitué comme tel. Le second thème concerne le rapport du sujet à la propriété privée : son caractère masculin est compris dans la Dialektik comme un trait constitutif du capitalisme. Ces thèmes renvoient aux deux premières parties de l’ouvrage : « Begriff der Aufklärung » (DA 19-60), et « Exkurs I » (DA 61-99). La première permet d’identifier le rapport de la philosophie transcendantale à la maîtrise de la nature dans le projet d’Aufklärung tel qu’il est compris par les auteurs. Le second temps donne une illustration de la psyché du sujet dominateur, masculin et propriétaire, à travers la figure d’Ulysse.

12Au début de la Dialektik, les auteurs procèdent à la critique de l’idée d’un sujet autonome et transhistorique, successivement associée au cogito, au sujet transcendantal kantien et à l’idée baconienne de l’union entre savoir et pouvoir. Comme dans la réflexion de Sohn-Rethel, Kant tient une place de choix dans la critique, mais son association avec Descartes et Bacon est dorénavant décisive pour montrer le rapport entre les catégories transcendantales et le projet d’assujettissement de la nature par la science moderne. Ainsi, le projet baconien est tôt qualifié de « patriarcal » et rappelle, selon un trait déterminant pour le matérialisme, l’intrication nécessaire du savoir et de la puissance exercée sur la matière. Rapporté à son origine non-pure, à son rapport originel à la violence, il devient l’expression de la domination masculine :

Die glückliche Ehe zwischen dem menschlichen Verstand und der Natur der Dinge, die er im Sinne hat, ist patriarchal : der Verstand […] soll über die entzauberte Natur gebieten. Das Wissen, das Macht ist, kennt keine Schranken, weder in der Versklavung der Kreatur noch in der Willfährigkeit gegen die Herren der Welt. (DA 20)

  • 16 L’examen de cette référence permettra de mieux saisir les différences d’accents dans la compréhen (...)
  • 17 Alfred Sohn-Rethel : Soziologische Theorie, p. 223-232.

En quoi y aurait-il ici une ‘identification dialectique’ du sujet moderne et par conséquent une possible empreinte ignorée de la pensée de Sohn-Rethel ? Pour répondre, envisageons cette fois la formulation de la méthode par Sohn-Rethel lui-même16. Son Luzerner Exposé17 renvoie lui aussi à deux volets de la méthode : l’identification et la dialectique telles que Kant et Marx les auraient respectivement mises en œuvre. Kant a procédé à l’identification du sujet par son élucidation des catégories de l’entendement. Marx a mis en œuvre une méthode dialectique qui renvoie les idées à l’apparition de la forme-marchandise. Pour Sohn-Rethel, il faut réunir les deux démarches : reconnaître la justesse de l’identification kantienne qui dit la vérité du sujet contemporain, mais la rapporter dialectiquement à sa genèse en identifiant le point de rupture historique qui donna lieu à l’apparition concomitante du sujet et de la marchandise.

  • 18 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 11 sq. : « Abstraktheit ».

13La démarche d’Adorno et de Horkheimer présente ces deux aspects : l’identification immanente du sujet et la dialectique qui le rapporte à sa forme archaïque. Le volet dialectique peut être compris à travers l’interprétation du récit homérique. Elle revient à saisir une rupture située dans la Grèce archaïque aux environs du viiie siècle av. J.-C. (DA 61-99), précisément là où Sohn-Rethel inscrit l’apparition de la monnaie frappée. Selon lui, l’apparition des catégories modernes de la rationalité serait concomitante de celle de la monnaie au viiie siècle av. J.-C. Les formes conceptuelles sont rapportées à la forme-marchandise dont le trait dominant est le « caractère abstrait »18 qui la dote d’un caractère privé et permet de séparer l’usage de la valeur. L’émergence consubstantielle du caractère abstrait et de la forme-valeur, telle qu’elle est illustrée dans la Dialektik, est ainsi le point nodal à partir duquel le masculin se développe en tant que forme de vie dominante et le féminin en tant que forme de vie aliénée, comme ‘autre de la valeur’, substrat matériel d’une subordination sans fin (DA 26). Avec la critique du patriarcat, la poursuite de l’identification dialectique par Adorno et Horkheimer permet par conséquent d’aller plus loin que Sohn-Rethel.

  • 19 Adorno/Sohn-Rethel : Briefwechsel, p. 18 sq. : « funktionale Vergesellschaftung ».
  • 20 L’ouvrage propose aussi des analogies entre la situation des femmes et celle des juifs (DA 132).
  • 21 DA 31, 66, 108 et 129 : « Wilden ».

14Pour Sohn-Rethel, le point nodal de l’histoire humaine, celui qui est à l’origine d’une rupture dans la praxis, est en même temps l’époque de la « socialisation fonctionnelle »19 et consiste dans l’apparition d’un lien marchand inégalitaire. Sohn-Rethel, à partir de ce tournant, envisage bien différentes modalités de constitution de classes d’exploitants et d’exploités, mais sans considérer le sort particulier des femmes ou d’autres groupes spécifiques. Adorno et Horkheimer complètent ainsi le propos en montrant les exclusions multiples produites par la rationalité dominante qui crée différentes classes de dominé·e·s. Ils mentionnent la situation des femmes, des juifs20, et parfois des « sauvages »21 (figures maintenues en dehors de la civilisation et associées à ce qui résiste à la raison). Certains épisodes de l’Odyssée relatés par les auteurs symbolisent cette dissociation particulière entre les formes de vie masculine et féminine : le refus de la tentation des sirènes (DA 77-81), l’abandon de Calypso (DA 93) ou encore l’exécution des servantes (DA 98).

15L’émergence du principe masculin dominant est plus particulièrement liée au travail d’Ulysse en tant que propriétaire privé. En témoigne le symbole du lit conjugal du héros et de Pénélope :

Der Test, dem sie [Penelope] den Heimkehrenden unterzieht, hat zum Inhalt die unverrückbare Stellung des Ehebetts, das der Gatte in seiner Jugend um einen Ölbaum zimmerte, Symbol der Einheit von Geschlecht und Besitz. […] als prototypischer Bürger hat er [Odysseus] in seiner Smartheit ein hobby. Es besteht in der Wiederholung handwerklicher Arbeit, von der er im Rahmen der differenzierten Eigentumsverhältnisse notwendig längst ausgenommen ist. Er erfreut sich ihrer, weil die Freiheit, das ihm Überflüssige zu tun, ihm die Verfügungsgewalt über jene bestätigt, die solche Arbeiten verrichten müssen, wenn sie leben wollen. (DA 93-94)

  • 22 Colette Guillaumin : « Pratique du pouvoir et idée de nature ». In : Questions féministes 2.2. (1 (...)

La subjectivité masculine exploitante est fondée sur l’accumulation primitive des biens, elle asservit d’autres êtres non-propriétaires, notamment l’ensemble des femmes. La remarque sur le lit d’Ulysse suggère l’exploitation spécifique des femmes en tant que « sexage »22, l’appropriation non seulement de leur temps, mais aussi de leurs corps et de ses produits (par le travail, la contrainte sexuelle et la reproduction). Par-delà l’identification génétique d’un fondement archaïque de la domination, l’interprétation des images du mythe dans la Dialektik est aussi un décryptage du présent. La situation contemporaine des femmes est comprise par le mythe ; elles sont à la fois une valeur marchande par leur corps réifié et l’autre de la valeur du fait de l’exclusion de leur travail hors de la forme-valeur. À ce titre, l’identification dialectique est bien la critique immanente qualifiée par Adorno dans sa lettre du 17 novembre 1936.

  • 23 « Wertabspaltung ». Roswitha Scholz : Das Geschlecht des Kapitalismus : Feministische Theorie und (...)
  • 24 Ibid., p. 16-26.

16Compléter la genèse du sujet de Sohn-Rethel par la critique du patriarcat d’Adorno et de Horkheimer, permet d’aboutir à un nouveau moment de l’analyse matérialiste de la critique de la valeur, à une approche féministe qui envisage la cogénération de la valeur et du patriarcat. Ce rapprochement est fondamental car il permet de renforcer les deux approches par leur éclairage réciproque. Cette synthèse entre les deux critiques rappelle les développements contemporains de la pensée marxoféministe, en particulier celle de Roswitha Scholz. La penseuse défend la thèse d’un équivalent d’une rupture de la praxis qui entraîne l’exploitation des femmes dans la société patriarcale par la « valeur-dissociation »23.
Comme celle de Sohn-Rethel, sa critique reprend Marx ‘à la racine’ en critiquant la notion même de valeur et non le seul détournement de la survaleur. Mais elle révèle un des impensés de Sohn-Rethel, à savoir le caractère ‘androcentré’ du concept de valeur. La valeur ne va pas sans son autre, c’est-à-dire la dissociation de l’anti-valeur féminine : la valeur repose sur l’exploitation des femmes et la compréhension de l’ensemble de leur activité comme l’autre de la production marchande qui est en même temps sa condition de possibilité, grâce à toutes les tâches de la reproduction au sens large (attention, soin, prise en charge de l’érotisme, des sentiments et des émotions). Cette dissociation a dès lors toujours cours : elle ne recouvre pas seulement la pseudo-séparation privé/public, mais accompagne les femmes partout, notamment en reconduisant dans la sphère professionnelle les attentes d’une ‘prise en charge’ féminine du care24.

17Certains lieux de la Dialektik indiquent donc sinon une influence directe de Sohn-Rethel, du moins une convergence certaine avec sa démarche. L’ouvrage contribue réciproquement à approfondir le sens de l’identification dialectique d’un point de vue féministe. Toutefois, certaines différences d’inflexion et de formulation de la méthode annoncent une rupture épistémologique bientôt consommée au sein de l’École de Francfort.

Ambiguïtés de l’identification dialectique

  • 25 Horkheimer : Gesammelte Schriften. Bd. 15. Briefwechsel 1913-1936. Frankfurt am Main 1995, p. 765 (...)

18En décembre 1936, Horkheimer fait part à Adorno d’une remise en cause virulente de l’identification dialectique25. Il jette ainsi le doute sur un possible rapprochement entre le travail de Sohn-Rethel et la Dialektik. Ce rejet semble reposer sur des raisons objectives qui motiveront une réelle rupture épistémologique avec Sohn-Rethel, mais il est aussi le signe d’un refoulement de difficultés propres à la Dialektik.

  • 26 Ibid., p. 766 : « Sohn-Rethels Manie der dialektischen Identifikation ».
  • 27 Ibid., p. 765.

19En quoi les réticences de Horkheimer consistent-elles ? L’auteur s’insurge contre ce qu’il nomme la « manie de l’identification dialectique »26. C’est précisément ce qui suscite l’enthousiasme d’Adorno qui provoque l’ire de Horkheimer. Selon ce dernier, l’identification dialectique n’aurait rien de dialectique et jetterait Sohn-Rethel du côté de l’idéalisme. Horkheimer qualifie la démarche de Sohn-Rethel de la façon suivante : « ein Verfahren, in dem immer wieder behauptet wird, daß alle Probleme und Kategorien miteinander identisch seien und auseinander hervorgehen »27. La méthode de Sohn-Rethel se contenterait de renvoyer tous les problèmes à un schéma explicatif ultime : une certaine rupture dans la praxis. Elle correspondrait dès lors à une forme de réductionnisme, bel et bien identificateur, mais antidialectique. Horkheimer reproche aussi au discours de Sohn-Rethel de n’entretenir, en dépit des apparences, aucune relation avec la réalité historique. Les outils critiques du marxisme seraient ainsi détournés et n’auraient pour finalité que la réinstauration d’un grand système idéaliste.

20À partir des remarques de Horkheimer, il est possible de distinguer la démarche de la Dialektik et celle de Sohn-Rethel. La première replace le sujet kantien dans un contexte restreint, de la science moderne à l’époque contemporaine, tandis que la seconde court le risque de lui conférer une dimension quasi-intemporelle. Pour Adorno et Horkheimer, il ne s’agirait pas d’affirmer que les catégories de l’entendement seraient déductibles à partir de l’Antiquité. Le saut dans le temps, entre « Begriff der Aufklärung » et « Exkurs I », se maintiendrait donc comme tel, sans implicite évolutionniste qui ferait passer de l’Antiquité à la Modernité. La compréhension du sujet moderne par le détour du mythe antique serait donc à distinguer de la genèse historique. Sohn-Rethel, avec sa genèse de l’apriorisme, ne ferait que renforcer ce dernier au lieu de l’historiciser de façon plus subtile, en le replaçant dans le contexte de son émergence moderne.

  • 28 Sohn-Rethel : Soziologische Theorie, p. 45-112.
  • 29 Adorno/Horkheimer : Briefwechsel, p. 249 : « ungeheuren Unterschied ».

21Une certaine ambiguïté de l’identification dialectique prête ainsi le flanc à l’accusation d’idéalisme et légitime jusqu’à un certain point le reproche de Horkheimer. En effet, la méthode de Sohn-Rethel se présente parfois comme ce qui permet la compréhension de la ‘loi de la valeur’ à l’origine d’une société contingente, mais à d’autres moments, elle semble permettre la révélation de l’essence humaine à travers la socialisation engendrée par le lien privatif paradoxal instauré par l’échange de biens entre propriétaires28. La démarche de Sohn-Rethel oscille donc entre la volonté critique de localiser une rupture contingente dans la praxis et la tentation idéaliste de remonter dans l’évolution humaine jusqu’à la socialisation nécessaire qui donne lieu à la conscience de soi. Dès lors, il est possible de mieux saisir le reproche d’idéalisme fait par Horkheimer et sa volonté de prévenir Adorno de la « différence colossale »29 qui le sépare de Sohn-Rethel. L’idée d’une remontée vers une quelconque société naturelle semble en effet étrangère à Adorno. Sa démarche ne consiste pas seulement à dialectiser l’histoire, mais aussi à historiciser la nature, à la découvrir en tant que résultat d’une pétrification pour mieux la démystifier. La remontée génétique ne peut tomber sur un sol naturel qui ne soit pas lui-même historique, et qui apparaît donc comme mythique. Or l’identification dialectique comprise comme une façon de forcer la réalité à avouer sa dialectique à partir d’un point nodal ultime renvoie à la tentative de faire du marxisme une téléologie, voire une eschatologie acritique, pour le moins éloignée de la pensée adornienne. Les formules élogieuses par lesquelles Adorno qualifie le travail de Sohn-Rethel relèveraient alors d’un quiproquo. Adorno aurait cru reconnaître, du fait de l’équivoque de l’identification dialectique, sa propre démarche de critique immanente. Devant un tel écart, pourquoi serait-il pourtant possible de parler d’un refoulement par Horkheimer de difficultés propres de la Dialektik ?

22Tout d’abord, si l’on envisage le versant historique de l’identification dialectique, force est de constater qu’il est parfois présent dans la Dialektik. Outre le recoupement noté plus haut entre le moment mythique homérique et celui, historique, de l’apparition de la forme-valeur à l’époque grecque archaïque, les auteurs utilisent une autre forme d’identification en rapport avec l’histoire. Elle se fait par un moyen stylistique qui leur est propre, celui d’une analogie aux accents identificateurs qui fait passer d’une époque à l’autre pour mieux exprimer la vérité d’une unique épopée civilisationnelle. Ainsi, Ulysse est « le prototype du bourgeois ayant un hobby » (DA 93), les catégories de Kant auraient pour corollaires celles de l’industrie hollywoodienne (DA 103) et les servantes de l’Odyssée incarneraient plus généralement les femmes de tout temps assujetties (DA 98). Ce type d’identification souligne une démarche anthropologique d’Adorno et de Horkheimer qui peut se voir reprocher son anhistoricité, voire son anachronisme, toutes choses qu’il semblerait ensuite difficile de reprocher à Sohn-Rethel. En outre, le propos de la Dialektik consacré au patriarcat est fondé sur l’idée d’une scission historique globale liée à l’apparition de la propriété privée. En ce sens, il repose sur une critique de la forme-marchandise, qui apparaît comme une forme d’inconditionné dont découle la forme moderne de la subjectivité.

23C’est finalement un rapport ambivalent à la démarche de Sohn-Rethel qui se dessine dans la Dialektik. L’œuvre montre l’influence souterraine du penseur, comme elle annonce une rupture épistémologique bientôt consommée qui explique que la pensée de Sohn-Rethel soit demeurée dans l’ombre de l’École de Francfort. La singularité qui s’affirme dans la démarche de la Dialektik a cependant l’avantage d’envisager la genèse du patriarcat sans jamais l’abandonner au positivisme. Ce n’est à aucune science positive d’éclairer le « tournant » à partir duquel la forme de vie masculine fit de la féminine son autre. La critique immanente seule, sans le recours à de grands systèmes idéalistes, peut proposer le décryptage des représentations qui portent la marque d’une telle scission. Déterminer l’origine ultime de la domination masculine, l’expliquer par des causes localisées dans une nature lointaine (au risque de la légitimer), ne change rien à son iniquité réelle et présente. Les réticences de Horkheimer sont finalement le signe d’un éloignement théorique, décisif à cette période de consolidation de la Théorie critique, vis-à-vis de toute forme de théorie traditionnelle offrant une vision téléologique de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 Friedrich Engels : « Der Ursprung der Familie, des Privateigentums und des Staats. Im Anschluß an Lewis H. Morgans Forschungen » [1884]. In : Karl Marx/Friedrich Engels : Werke. Band 21.5. Berlin 1975, p. 25-173.

2 Ces manques de la Théorie critique ont été récemment soulignés par Estelle Ferrarese : La fragilité du souci des autres. Adorno et le care. Paris 2018, p. 7 sq.

3 Theodor W. Adorno : Gesammelte Schriften. Bd. 3 : Dialektik der Aufklärung [1947]. Frankfurt am Main 2003. La Dialektik der Aufklärung sera désormais citée DA ou Dialektik et les Gesammelte Schriften d’Adorno notées GS suivi du numéro de volume.

4 Adorno/Sohn-Rethel : Briefwechsel, 1936-1969. München 1991, p. 23.

5 Ibid., p. 9. L’« exposé de Lucerne » est la première formulation du projet de Sohn-Rethel. Il sera publié en 1985 sous le titre Soziologische Theorie der Erkenntnis (Frankfurt am Main). L’exposé est toutefois transmis à Adorno dès 1936. Ce dernier, chargé d’en faire un rapport, prie Sohn-Rethel de lui en fournir un résumé.

6 Ibid., p. 13 : « aus einem eigentümlichen und sehr tiefgreifenden Bruch in der ‘Praxis’ des menschlichen Seins. »

7 Ibid., p. 10 : « die Gegenstände der von Horkheimer und mir gemeinsam geplanten dialektischen Logik ».

8 Ce résumé est l’objet de la longue lettre à Adorno du 4-12 novembre 1936. Ibid., p. 13-30. Il sera publié dans Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Zur Epistemologie der abendländischen Geschichte. Frankfurt am Main 1970.

9 Ibid., p. 32 : « So hätte es Leibniz zumute sein müssen, als er von der Newtonischen Entdeckung hörte, und vice versa. »

10 Ibid., p. 32 : « Urgeschichte der Logik ».

11 Ibid., p. 32 : « in der Erkenntnis, daß nicht Wahrheit in der Geschichte sondern Geschichte in der Wahrheit enthalten ist ».

12 Ibid., p. 10 : « Überwindung der Antinomie von Genesis und Geltung ». Dans sa lettre du 3 novembre 1936, Adorno reprend à son compte cette expression qu’il extrait vraisemblablement du résumé de Sohn-Rethel. Dans la lettre d’Adorno du 17 novembre 1936 cette antinomie est aussi qualifiée d’« antinomie de l’idéalisme » (Antinomik des Idealismus), ibid., p. 32.

13 Ibid., p. 32 : « in der kritisch-immanenten Überführung (= dialektischen Identifikation) des Idealismus in dialektischen Materialismus ».

14 Ibid., p. 28 : « die kritische Zersprengung des Wesens vom Realen her ».

15 Ibid., p. 16 : « ei[n] bestimmte[r] Bruch in der Praxis des menschlichen Seins ».

16 L’examen de cette référence permettra de mieux saisir les différences d’accents dans la compréhension de la méthode par Adorno et Sohn-Rethel.

17 Alfred Sohn-Rethel : Soziologische Theorie, p. 223-232.

18 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 11 sq. : « Abstraktheit ».

19 Adorno/Sohn-Rethel : Briefwechsel, p. 18 sq. : « funktionale Vergesellschaftung ».

20 L’ouvrage propose aussi des analogies entre la situation des femmes et celle des juifs (DA 132).

21 DA 31, 66, 108 et 129 : « Wilden ».

22 Colette Guillaumin : « Pratique du pouvoir et idée de nature ». In : Questions féministes 2.2. (1978), p. 5-30, ici p. 9-10.

23 « Wertabspaltung ». Roswitha Scholz : Das Geschlecht des Kapitalismus : Feministische Theorie und die postmoderne Metamorphose des Patriarchats. Bad Honnef 2011, p. 16-28.

24 Ibid., p. 16-26.

25 Horkheimer : Gesammelte Schriften. Bd. 15. Briefwechsel 1913-1936. Frankfurt am Main 1995, p. 765-769.

26 Ibid., p. 766 : « Sohn-Rethels Manie der dialektischen Identifikation ».

27 Ibid., p. 765.

28 Sohn-Rethel : Soziologische Theorie, p. 45-112.

29 Adorno/Horkheimer : Briefwechsel, p. 249 : « ungeheuren Unterschied ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salima Naït Ahmed, « « Identification dialectique » et genèse du patriarcat »Recherches germaniques, 15 | 2020, 45-54.

Référence électronique

Salima Naït Ahmed, « « Identification dialectique » et genèse du patriarcat »Recherches germaniques [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rg/3262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.3262

Haut de page

Auteur

Salima Naït Ahmed

Doctorante en philosophie
Université de Picardie Jules Verne
Centre Marc Bloch
Salima.naitahmed[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search