Navigation – Plan du site

Gustave Oelsner-Monmerqué : un écrivain franco-allemand face à l’esclavage

Gustave Oelsner-Monmerqué – Ein deutsch-französischer Schriftsteller konfrontiert mit Sklaverei
Marlene Tolède
p. 25-47

Résumés

Le séjour de Gustave Oelsner-Monmerqué (1814-1854) dans la colonie Bourbon (La Réunion) au début des années 1840 représente une expérience essentielle. À Bourbon, il donne la preuve de son pragmatisme abolitionniste en qualité de rédacteur en chef d’un hebdomadaire, de professeur de philosophie et de fondateur d’un Institut pour l’instruction des libres de couleur. En Allemagne, son militantisme s’exprime par le biais de la littérature. En publiant son roman réaliste Schwarze und Weiße. Skizzen aus Bourbon (1847) dans un pays qui ne possède pas d’esclaves, l’écrivain tente de contribuer à une abolition plus rapide et complète de l’esclavage.

Haut de page

Texte intégral

Hâtons l’avènement d’un monde à tous meilleur.
Auguste Lacaussade

  • 1 La biographie de Gustave Oelsner-Monmerqué a été reconstituée par nos soins après que nous ayons dé (...)

1La biographie1 de Gustave Oelsner-Monmerqué (1814-1854) témoigne de la pluralité de ses activités et de ses fonctions, ainsi que de la richesse de ses initiatives et de ses idées. Né en 1814 à Paris dans une famille franco-allemande, d’origine bourgeoise par son père, Conrad Engelbert Oelsner, historien, chroniqueur, diplomate, et aristocratique par sa mère, Sophie de Monmerqué, il perd ses parents en pleine adolescence. Recueilli par son oncle et tuteur à Breslau, il devient docteur ès lettres à l’université d’Iéna, professeur à l’Athénée royal de Paris, élève-drogman à l’ambassade de France à Constantinople, rédacteur en chef de la Feuille hebdomadaire de l’île Bourbon, professeur d’histoire et de philosophie et même proviseur du Collège royal de Bourbon, envoyé spécial à Paris pour le compte de la Prusse et du Pouvoir central provisoire de Francfort et, enfin, vice-consul de France au Brésil – un parcours fulgurant ! La présente contribution portera sur l’expérience bourbonnaise qui représente une étape capitale de son parcours.

2Le besoin de se rendre utile semble justifier son départ pour l’île Bourbon (aujourd’hui La Réunion) en 1842. Il a la volonté de porter quelque lumière à une colonie qui, soutenant le régime de l’esclavage, a tendance à craindre une influence métropolitaine trop importante et à se replier sur elle-même. Mais malgré les apparences, l’itinéraire d’Oelsner-Monmerqué est semé d’embûches. Celui qui possède les compétences requises pour être un bon journaliste se heurte à un contexte politique défavorable, voire hostile. Pour un jeune rédacteur en chef, il est effectivement impensable, à Bourbon dans les années 1840, de manifester des idées progressistes. Le professeur d’histoire et fondateur de la chaire de philosophie ne recueille pas l’adhésion unanime de l’administration, le fondateur de l’Institut colonial pour l’instruction des enfants de couleur se dit victime des coteries coloniales, le proviseur fraîchement promu et ambitieux baisse les bras, avant même d’avoir commencé à exercer, faute de soutien moral et matériel de la part du ministère de la Marine et des Colonies. La société coloniale n’a pas voulu de ce fougueux et talentueux intrus venu d’ailleurs qui sera victime de son dynamisme, de son audace et de son engagement dans une société réfractaire à tout changement. Alors que les propositions émanant du ministère même sont discutées, voire refusées à Bourbon, comment un jeune Européen débarquant un jour de l’an 1842, au service de personne, pouvait-il s’imposer ?

3En trente-deux mois, Oelsner-Monmerqué acquiert une grande connaissance de la société bourbonnaise, aussi bien dans la sphère publique que privée. La diversité de ses fréquentations, ses relations professionnelles ou amicales (sans oublier son mariage avec une créole propriétaire de dix-huit esclaves, en contradiction évidente avec ses idées), ses confrontations avec tous les milieux lui permettent de porter, en tant qu’acteur ou témoin, un regard approfondi sur les mœurs en usage dans la société créole et particulièrement sur les rapports entre les Noirs, les esclaves, et les Blancs, leurs propriétaires, et les libres de couleur, les mulâtres. Bien que son séjour dans la colonie française ne soit qu’une tranche de vie relativement brève, ce vécu outre-mer représente une expérience essentielle dans sa vie et se prolonge virtuellement encore quelques années après son retour en Europe. En effet, l’écriture lui donne un nouvel espoir et lui permet de continuer son combat en faveur de Bourbon et de l’émancipation des esclaves. Il termine en Allemagne l’œuvre commencée à Bourbon.

Pragmatisme abolitionniste à Bourbon

4À Bourbon, Gustave Oelsner-Monmerqué s’investit essentiellement dans la mise en œuvre de mesures en vue de l’émancipation, aussi bien sur le plan économique qu’éducatif. En tant que rédacteur en chef, il agit par voie de presse en essayant d’instaurer un dialogue avec un lectorat extrêmement réticent à toute évolution structurelle de la société ; en tant que professeur, il agit sur le terrain, en initiant les lycéens aux questions philosophiques et en offrant une instruction à la classe défavorisée.

5Le rédacteur en chef de la Feuille hebdomadaire de l’île Bourbon souligne deux écueils qu’une émancipation précipitée et non réfléchie pourrait provoquer : sur le plan humain, il craint une préparation insuffisante des esclaves et demande d’intensifier leur éducation morale par la religion et par l’instruction. Sur le plan économique, il redoute un manque de main-d’œuvre, convaincu qu’aucun affranchi ne retournerait au travail de la terre. En conséquence, il défend le projet de faire venir des engagés libres, en insistant particulièrement sur la responsabilité des colons pour que cette introduction ne soit pas considérée comme une traite déguisée. Sans doute pense-t-il aussi que cette mesure accélérerait le processus d’émancipation.

  • 2 Prosper Ève : Petit Précis de remise en cause des idées reçues sur les affranchis de 1848 à la Réun (...)

6En dehors d’une pénurie réelle de main-d’œuvre, l’on peut se demander si les craintes générales et partagées par Oelsner-Monmerqué en 1843, quant au refus des esclaves de Bourbon de retourner à la terre après leur affranchissement, étaient effectivement justifiées. Si l’on ne peut nier que l’esclavage ait rendu indigne le travail de la terre, la question du nécessaire dialogue social n’avait jamais été posée. Pour l’historien Prosper Ève, « le départ mesuré des affranchis ne se produit pas au lendemain de l’abolition de l’esclavage, mais deux ans plus tard pour la majorité des affranchis, parce que les engagistes qui sont les anciens maîtres n’ont rien entrepris pour les encourager à rester chez eux »2. Quant aux conditions de travail des engagés venus principalement d’Inde dans la seconde moitié du xixe siècle, elles sont largement connues et attestent d’un engagisme aux accents esclavagistes.

7En revanche, les mesures concrètes prises par Oelsner-Monmerqué en tant qu’éducateur sont sans ambiguïté. La première initiative en matière d’instruction est la création de la chaire de philosophie au Collège royal.

  • 3 Feuille hebdomadaire de l’île Bourbon, 25.1.1843.

8Dès ses premières semaines à Bourbon, il s’est aperçu que la philosophie était la grande absente des études proposées au Collège. Ainsi peut-on lire, dans la Feuille hebdomadaire, que Gustave Oelsner-Monmerqué compte ouvrir un cours préparatoire de philosophie : « Ce qui retarde, en effet, presque toujours dans leur carrière les jeunes créoles qui vont en France se faire recevoir au baccalauréat, c’est l’obligation dans laquelle ils se trouvent placés de prendre des leçons de philosophie »3. En dehors de cet aspect pratique, son projet poursuit un second but : celui d’amener la jeunesse à une « maturité précoce de conceptions ». Dans l’esprit de l’Aufklärung, il a pour objectif de faire raisonner la jeunesse bourbonnaise, de lui faire acquérir une certaine autonomie pour décider d’elle-même et non en fonction d’idées imposées par une autorité extérieure. Pour le pédagogue, l’indépendance d’esprit de ses lycéens les rendant capables de penser par eux-mêmes et non mécaniquement, représente une priorité dans une société paralysée par des préjugés.

  • 4 Feuille hebdomadaire de l’île Bourbon, 25.1.1843.

Considérant le langage et le style comme la traduction de la pensée, il doit rechercher, pour ses disciples, dans la nature des idées les éléments du langage, aller du composé au simple, montrer comment l’homme pense, comment se forment ses idées et, après avoir dévoilé la marche de l’intelligence, arriver à l’arrangement, à la forme, à l’origine des mots. C’est pour ainsi dire une seconde rhétorique, rhétorique analytique qui, bientôt, découvre à l’élève la portée de ce qu’il sait, mais de ce qu’il n’a pas compris encore, parce que, jusqu’alors, l’on a exercé sa mémoire au détriment de son intelligence.4

  • 5 « Lorsque Dieu chassa Adam et Ève du paradis, il leur dit : la terre est à vous. Et la terre est-el (...)
  • 6 De la tendance et de l’utilité de l’Institut colonial, notamment dans ses rapports avec l’émancipat (...)

9Parallèlement aux fonctions exercées au Collège royal, Oelsner-Monmerqué est l’initiateur d’un autre projet éducatif, la fondation de l’Institut colonial. En effet, il reproche à la société de priver volontairement les moins privilégiés de toute instruction au lieu de les prendre en charge pour un partage des savoirs. Afin de contrecarrer un conseiller colonial qui déclare que les Lumières ne peuvent se répartir sur tous5, Oelsner-Monmerqué tient un discours diamétralement opposé, en écrivant : « L’instruction est comme le soleil, elle doit éclairer l’univers. Les rayons lumineux de la science doivent pénétrer également dans toutes les classes de la société selon les exigences et les besoins de chacune d’elles »6.

  • 7 Cette méthode d’enseignement, importée de Grande-Bretagne, ne connaît qu’un seul maître qui est sec (...)

10L’Institut se veut un établissement d’utilité publique qui a pour but l’instruction des libres de couleur, laissés pour compte, mais capables d’être insérés dans le tissu économique de l’île. Les matières enseignées sont : la lecture, l’écriture, la langue française, l’arithmétique, la géométrie descriptive, le dessin, l’histoire des arts et métiers, quelques notions de sciences naturelles et la morale chrétienne. L’Institut opte pour la méthode mutuelle7, fondée sur le mérite individuel. Son objectif consiste à préparer des candidats à poursuivre leurs études à l’école des Arts et Métiers déjà fondée par le gouvernement local. Dans son mémoire au titre évocateur De la tendance et de l’utilité de l’Institut Colonial, notamment dans ses rapports avec l’émancipation, Oelsner-Monmerqué demande l’approbation du ministère et sa recommandation près des autorités du pays pour exercer cette action sans entraves : « sans qu’aucune coterie (les coteries sont le fléau des colonies) ne viennent l’attaquer ». Tout porte à croire qu’il n’a jamais reçu le soutien indispensable à l’accomplissement de cette mission, ni à Paris, ni à Bourbon. Comme l’école des Arts et Métiers présentait déjà au sein de la société un obstacle à l’ordre colonial, l’Institut colonial a dû être victime de considérations similaires.

11Rentré en métropole fin 1845, Oelsner-Monmerqué est nommé en mars 1846 par le ministère de la Marine et des Colonies au poste de proviseur du Collège royal de l’île Bourbon. Le mémoire de quarante pages, rédigé à Paris, quinze jours à peine après sa nomination, constitue sa troisième initiative importante en matière d’instruction et fait fonction d’audit de la gestion et des conditions de fonctionnement du Collège. Il contient des propositions de réforme pour la survie de l’institution qui portent sur les problèmes liés au personnel enseignant, au matériel et au budget. Dans son introduction, le proviseur exprime les difficultés de la tâche qui l’attend :

  • 8 De l’état actuel et de l’avenir du collège royal de Saint-Denis (île Bourbon). Mémoire adressé au m (...)

En vertu du mandat qui m’est confié, je me crois obligé d’exprimer ma pensée sans détours, et, pour ne rien cacher de ce que je pense, de mettre de côté toutes les considérations personnelles qui peuvent se rapporter à mon intérêt particulier dans la Colonie. […] La vérité pure et simple doit donc être la base première de ce rapport. Qu’elle soit pour moi difficile ou compromettante à dire – peu importe. Je la dirai – je serai vrai, exact dans l’énumération des écueils, des dangers de ma position nouvelle : je serai consciencieux, sincère dans l’exposition des moyens dont je désirerais pouvoir disposer pour sortir victorieusement, et au profit du bien public, d’une lutte sérieuse dans laquelle je ne puis point ne pas être engagé dès mon arrivée à Bourbon.8

12Le proviseur fraîchement nommé déplore que quelques « vieux serviteurs » s’acquittent « imparfaitement » de leur mission d’enseignement, même s’ils sont tout à fait excusables. Plusieurs raisons seraient à l’origine de cette incapacité : une formation initiale insuffisante et l’éloignement culturel avec la métropole ; l’obligation faite aux professeurs d’assurer aussi les classes des absents ; un niveau très insuffisant des appointements qui les oblige à courir « quotidiennement le cachet » par des leçons particulières qui ne leur laissent pas le temps de préparer leurs propres classes. Faute de candidats, les petites classes seraient confiées à des « mains inexpérimentées ».

13Par ailleurs, il estime que « la pierre d’achoppement » est l’internat qui engloutit une grande partie des subventions par un niveau très modeste, certes louable, du montant de la pension, et par un plafond très bas des dépenses affectées à l’alimentation qui ne tient aucun compte des coûts très fluctuants des denrées dans la colonie (disettes, inondations, coups de vent).

  • 9 ADR, fonds Trouette 6J168. Lettre de la direction des Colonies au commissaire général, 19.12.1848.

14Bien que le directeur des Colonies ait qualifié ce mémoire d’une « sérieuse importance constituant le point de départ de réformes importantes », le ministère n’a apparemment pas eu le courage d’affronter les gardiens de la politique éducative coloniale à Bourbon en accompagnant efficacement le nouveau proviseur dans sa tâche, ce qui a provoqué sa démission. Rappelons ici la mainmise coloniale sur l’instruction exprimée par un conseiller : « Nous ne devons jamais consentir à ce que notre action sur le collège nous échappe. » En revanche, deux ans plus tard, à la veille de la proclamation de l’abolition, le ministre de la Marine et des Colonies décide de ne pas suivre les propositions du gouverneur de Bourbon et se prononce clairement pour la suppression du pensionnat en s’appuyant sur le « travail méthodique de Monsieur de Monmerqué »9.

15Perspicacité et pragmatisme caractérisent les initiatives éducatives d’Oelsner-Monmerqué. Cependant, il semble avoir surestimé ses forces ou avoir sous-estimé le poids de la société coloniale. L’inertie coloniale a été victorieuse, sans être la seule responsable. L’accompagnement ministériel a fait défaut. Pourtant, sa candidature a été retenue par le ministre en personne, ceci en parfaite connaissance de sa forte personnalité, des restructurations envisagées, de ses exigences en matière de recrutement et évidemment aussi des circonstances locales difficiles. Voici les termes de la lettre de démission du proviseur :

  • 10 ANOM EE/II/1490/18. Lettre au ministre de la Marine et des Colonies, 14.7.1846.

Ne me sentant pas de force à soutenir dignement le collège Royal de l’île Bourbon dans les conditions actuelles de son personnel, de son budget, et sans l’intervention directe de Votre Excellence, – je ne serais plus digne de confiance si des considérations d’intérêt ou de nécessité devaient m’empêcher de renoncer à une position qui, je le crois, m’interdirait, telle quelle, de bons services.10

  • 11 Prosper Ève : L’Église en terre réunionnaise (1830-1960). Saint-Denis de la Réunion 2000, p. 112

16On peut toutefois supposer que, même soutenu par le ministère parisien, Oelsner-Monmerqué aurait connu, en débarquant à Bourbon en octobre 1846, le sort qui fut réservé l’année suivante à l’abbé abolitionniste Alexandre Monnet : l’expulsion pure et simple, « victime de l’intolérance et des abus coloniaux »11.

  • 12 Gustave Oelsner-Monmerqué : Der Kreole. Eine Vorlesung gehalten im wissenschaftlichen Verein zu Ber (...)
  • 13 Gustave Oelsner-Monmerqué : Allgemeine preußische Zeitung, 12.12.1846. Article reproduit en annexe (...)

17L’action la plus concrète d’Oelsner-Monmerqué fut donc la création de la chaire de philosophie. Quant à l’échec enregistré dans le recrutement des élèves à l’Institut colonial et l’abandon des réformes préconisées pour le Collège royal, il a dû les classer lui-même, selon les termes de son testament, parmi les « tristes expériences […] n’ayant pu hélas aboutir qu’à un résultat très négatif ». Lors de sa conférence berlinoise, son verdict avait déjà été sévère : « Als eingebildeter Halbwisser, nach vollbrachten imaginären Gymnasial-Studien, macht der Kreole, wie viele Tausende vor ihm, seinen Eintritt in die Gesellschaft »12. Oelsner-Monmerqué n’est jamais retourné à Bourbon. Cependant, sa renonciation au poste de proviseur lui a permis de servir les intérêts de la colonie Bourbon d’une façon autre. Une nouvelle voie, un autre public, une autre langue lui donnent la possibilité de s’exprimer en faveur de l’abolition de l’esclavage, que « l’humanité » et la « religion »13 exigent. Son militantisme s’exprime par la voie littéraire, à travers son roman Schwarze und Weiße.

Militantisme abolitionniste littéraire en Allemagne

18Dans les années 1840, plusieurs poètes et écrivains bourbonnais tentent – en métropole – de sensibiliser le lecteur, à travers leurs œuvres, au problème de l’injustice sociale régnant dans leur île natale.

19Grâce à son recueil de poèmes Les Salaziennes, publié à Paris en 1839, Auguste Lacaussade (1815-1897) est déjà connu dans les milieux littéraires de la capitale. Rejeté par la société coloniale lors de son séjour à Bourbon entre 1842 et 1844, il préfère s’exiler à Paris, pour toujours. Charles Leconte de Lisle (1818-1894), qui manifeste clairement sa prise de position anti-esclavagiste dans ses nouvelles, tourne la même année le dos à son île natale. Quant à Louis Timagène Houat (1809-1880 ?), proscrit de Bourbon depuis 1837, il dénonce dans son roman Les Marrons, publié en 1844 à Paris, les cruautés envers les esclaves, prône le métissage, exalte le marronnage, mais conseille aux esclaves d’attendre leur délivrance. Son ouvrage est interdit dans toutes les colonies françaises.

20À son retour en Europe, Oelsner-Monmerqué suit la voie tracée par les Bourbonnais, exilés volontaires ou non, et fait le pas suivant. Il revendique expressément l’abolition, une étape menant de l’anti-esclavagisme vers l’abolitionnisme. Contrairement aux éditoriaux parus à Bourbon, ses écrits, conçus et rédigés à Berlin, respirent la liberté d’expression. Exit la censure coloniale, il peut décider du contenu du texte et de la manière de l’écrire, avoir recours à une diffusion médiatique appropriée pour transmettre son expérience personnelle d’un régime colonial esclavagiste. Son investissement sur le terrain à Bourbon, au sein de la population, lui permet une approche plurielle. En tant que journaliste, conférencier ou romancier, il fait ainsi connaître à l’Allemagne l’île Bourbon et les îles voisines aussi bien sur le plan géographique, économique que culturel. La diversité des textes et des interventions est à l’image des supports retenus. Le public visé est hétérogène, composé de savants (il est plusieurs fois l’invité de la prestigieuse Société de géographie de Berlin), mais aussi d’hommes et de femmes de toutes couches sociales cherchant à s’instruire. La communauté française et francophone de Berlin n’est pas oubliée. À travers son cycle « Bourbon », il tend à partager ses découvertes et expériences et à faire connaître la société sous toutes ses facettes afin de rendre plus percutant son appel à l’émancipation des esclaves, sans oublier la défense des libres de couleur.

21Son combat contre les préjugés de couleur mené à Bourbon, grâce à la création de l’Institut colonial, se poursuit à Berlin, notamment au cours de la conférence Der Kreole, tenue le 11 mars 1848 à la Singakademie. Le conférencier décrit clairement la situation :

  • 14 Oelsner-Monmerqué : Der Kreole (note 12), p. 23.

Das Kastenvorurteil der Kolonialländer übertrifft nämlich Alles, was zu irgendeiner Zeit in Europa in dieser Hinsicht vorgekommen ist. In Bezug auf die Mulatten lässt es sich kaum von weitem mit dem Fluche, der im Mittelalter die Juden traf, vergleichen. Sobald es auf soziale Verhältnisse ankommt, wird ein Mulatte weniger geachtet als ein Hund.14

22L’exemple le plus concret est sa défense du poète créole Auguste Lacaussade dont le séjour à Bourbon coïncidait avec le sien. Les poèmes publiés dans la Feuille hebdomadaire, alors qu’Oelsner-Monmerqué en était rédacteur en chef, sont suivis d’un article dans le Journal français de Berlin et d’un hommage au cours de sa conférence :

  • 15 Ibid., p. 24.

Vor fünf Jahren musste er [Lacaussade] seiner Familienangelegenheiten wegen, nach der Kolonie. Statt ihn als Landsmann zu fetieren, auf ihn stolz zu sein, gingen kaum diejenigen Kreolen verstohlen mit ihm um, welche ihn in Paris gekannt hatten. In Kreise, wo Damen anwesend waren, wurde er nie eingeladen. Dabei war es keinem unbekannt, dass die größten literarischen Notabilitäten der Metropole, dass Victor Hugo, Delavigne, Béranger mit Lacaussade verkehrten, und dass alle französischen Tagesblätter ihm die größte Anerkennung zu Teil werden ließen. Jemand, der Lacaussade’s Frau – eine sehr gebildete und liebenswürdige Europäerin – öffentlich geführt hatte, bekam Vorwürfe und drohende anonyme Briefe, welche letztere die Kreolen gern schreiben.15

  • 16 Ibid., p. 25.

23Oelsner-Monmerqué ne se contente pas de relater les obstacles qui se sont dressés sur le chemin du poète dans son île natale. Pour illustrer ses propos, il récite, en français, six strophes du poème Ma Fille afin de susciter l’empathie de son public : « Nach diesen wird eine hohe Versammlung die Intensität der Verzweiflung und das Dichtertalent des Verstoßenen beurteilen können »16. Le poème fut composé par Lacaussade au cours de son séjour à Bourbon et ne sera publié à Paris qu’en 1852. Cette déclamation à Berlin est donc une sorte de première. Ces vers n’ont, sans doute, jamais résonné du vivant de Lacaussade dans son île natale.

  • 17 Allgemeine preußische Zeitung (note 13), p. 290.
  • 18 Gustave Oelsner-Monmerqué : « Auguste Lacaussade ». Journal français de Berlin, juin 1847, p. 215-2 (...)

24En l’absence de toute contrainte directe, Oelsner-Monmerqué avait déjà déclaré en 1846, un an après son départ de Bourbon : « Die Emanzipation, deren Prinzip bereits promulgiert ist, wird endlich bald zur Tatsache werden »17. D’une façon très sobre, il avait aussi rappelé en juin 1847 dans le Journal français de Berlin qu’« à une certaine époque, entre autres, il ne faisait pas bon arborer aux colonies l’étendard de l’Émancipation. Actuellement même, cette mesure – que la France n’a pas, il est vrai, suffisamment préparée – est loin de réunir les sympathies des créoles »18.

25Le roman Schwarze und Weiße. Skizzen aus Bourbon, qui sort à la fin de l’année 1847 des presses de la jeune maison d’édition Schlodtmann à Brême, constitue le temps fort de son engagement militant littéraire. S’adaptant à l’évolution des pratiques de diffusion, Oelsner-Monmerqué avait fait prépublier la première partie du livre, sous forme de douze livraisons, par le Magazin für die Literatur des Auslandes, sous le titre « Afrika. Sklaverei. Eine Sittenschilderung », et par les suppléments littéraires Mnémosyne (Neue Würzburger Zeitung) et Der Sammler (Augsburger Abendblatt).

Le choix de l’Allemagne

26Si Oelsner-Monmerqué choisit de résider en Allemagne, à Berlin, c’est apparemment parce qu’il éprouve le besoin de se ressourcer dans le pays de son adolescence et de ses études. Lorsqu’il écrit en février 1847 à l’éditeur Cotta : « Je suis enfin de retour et installé en Prusse, sans doute pour toujours », il semble exprimer la volonté de s’y fixer après quelques années mouvementées et difficiles passées outre-mer. L’Allemagne – et implicitement l’écriture en langue allemande – se présente apparemment sous un jour plus favorable pour aborder la question de l’esclavage et militer pour son abolition.

27De quelles informations sur l’esclavage et l’avancement du processus d’abolition dans les colonies françaises le lecteur allemand dispose-t-il à cette époque ? Rappelons brièvement les traductions allemandes des romans de George Sand (Indiana) et d’Alexandre Dumas (Georges), publiées en 1843, et particulièrement celles de Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre, très nombreuses à cette époque, ouvrages qui ne font qu’effleurer, la question de l’esclavage dans l’océan Indien. En revanche, la presse spécialisée allemande est très réactive pour relayer l’évolution du mouvement abolitionniste en France. Les écrits de Victor Schoelcher (1804-1893) sont relativement bien représentés. Lors de la recension de son ouvrage Des colonies françaises : abolition immédiate de l’esclavage, en 1842, le chroniqueur de Didaskalia avoue :

  • 19 « Über den Sklavenhandel ». In : Didaskalia, 17.7.1842.

Wir haben in Deutschland auch noch allerhand barbarische und höchst unsittliche Dinge, grausame Todesstrafen, das Rädern, fürchterliche Prügelstrafen, Spießrutenlaufen und dergleichen Abscheuliches […] aber wir brauchen doch nicht wie die Franzosen bei dem Wort Sklaverei rot zu werden.19

28En 1847, l’année de la prépublication de la première partie de Schwarze und Weiße, paraît la traduction allemande de Colonies étrangères et Haïti : résultats de l’émancipation anglaise de Schoelcher. Le dernier ouvrage de cet abolitionniste français Histoire de l’esclavage pendant les deux dernières années, paru en 1847, est également commenté par la presse qui estime qu’il donne une vision claire et complète de la situation puisqu’il réserve également une place aux arguments des opposants.

  • 20 Guillaume de Félice : Émancipation immédiate et complète des esclaves. Appel aux abolitionnistes. P (...)

29En 1846, le Magazin für die Literatur des Auslandes rend compte de la publication de la brochure du théologien protestant Guillaume de Félice Émancipation immédiate et complète des esclaves. Appel aux abolitionnistes20. Pour l’auteur de cette recension, l’écrit de Félice permet de se faire une idée précise de la situation. Il se félicite que la France envisage dès lors sérieusement l’abolition mais il craint que les expériences faites ailleurs puissent peser sur le processus dans les colonies françaises.

  • 21 « Eine Jagd auf entlaufende Neger auf Isle de Bourbon ». In : Magazin für die Literatur des Ausland (...)
  • 22 Théodore Pavie : « Une chasse aux nègres marrons ». In : Revue des deux mondes, 1.4.1845.

30En dehors des informations traitant du processus d’abolition, quelques articles sont consacrés à Bourbon. La presse catholique publie des nouvelles sur le travail accompli par le prêtre Alexandre Monnet. En 1842, le quotidien Augsburger Postzeitung reproduit une lettre du missionnaire parue dans le Journal de Bruxelles. En 1843, l’hebdomadaire Aehrenlese annonce les premières communions des Noirs sur l’île dont la Feuille hebdomadaire de l’île Bourbon avait aussi rendu compte. Cependant, la publication la plus importante sur Bourbon est à attribuer au Magazin für die Literatur des Auslandes qui reproduit intégralement la traduction allemande21 de La chasse aux nègres marrons de Théodore Pavie, sans nommer l’auteur, en signant simplement R.d.d.m22. Ce texte est repris quelques semaines plus tard par le supplément littéraire Der Sammler. Tout porte à croire que le roman de Houat Les Marrons n’était pas connu en Allemagne.

  • 23 Hermann Abeken : Amerikanische Negersklaverei und Emanzipation. Berlin 1847.

31Parmi les rares textes allemands sur l’esclavagisme, figure la contribution du géographe et professeur Carl Ritter (1779-1859) qui avait préfacé en 1841 la traduction allemande du livre de Thomas Fowell Buxton The African slave trade and its remedy. L’expédition de Buxton à laquelle deux scientifiques allemands avaient participé fut un échec. Quant à l’ouvrage du voyageur et statisticien Hermann Abeken (1820-1854)23, il traite exclusivement de l’esclavage et de l’émancipation dans les colonies anglaises et les États-Unis, ainsi que de la colonisation allemande au Brésil. L’auteur privilégie l’aspect socio-économique, jugé plus objectif que le point de vue philanthropique. En effet, son récit est en relation étroite avec l’importante émigration allemande vers le nouveau monde.

  • 24 Heinrich von Kleist : « Die Verlobung in St-Domingo ». Erzählungen. Berlin 1811.

32On peut souligner la qualité de l’information diffusée par la presse, mais seule l’élite allemande pouvait s’intéresser aux écrits et actions des abolitionnistes français. Le cas de Saint-Domingue était oublié, exception faite du récit de Heinrich von Kleist24, et les îles françaises ne figuraient pas sur la liste des Allemands en quête d’une vie meilleure outre-mer. Aussi, par la façon dont Oelsner-Monmerqué décide d’aborder le sujet, il espère pouvoir cibler un lectorat beaucoup plus large, à savoir des hommes et des femmes de toute condition sociale. Son récit présente un autre avantage et non des moindres : c’est de première main et directement dans leur langue que l’auteur tente de sensibiliser les Allemands à une problématique qu’ils ne connaissent que vaguement. En même temps, il satisfait l’engouement pour l’exotisme de plus en plus perceptible dans toutes les couches de la population.

  • 25 Une colonie brandebourgeoise avait existé sur la côte africaine occidentale, sous le prince électeu (...)

33Par la nouveauté et la gravité du sujet, tant sur le plan social que sur le plan ethnographique, Oelsner-Monmerqué est sans doute aussi convaincu de pouvoir bouleverser davantage le lecteur allemand que le lecteur français, depuis longtemps au fait de la problématique des colonies et de l’esclavage. Il est indéniable que la question de l’émancipation était devenue un sujet quelque peu galvaudé en France. Un témoignage de plus pouvait se perdre dans la masse de rapports, de bilans, de commentaires ou autres pétitions. L’Allemagne n’était pas directement confrontée aux problèmes liés à la colonisation. Rappelons que les premiers traités de protection commerciale en Afrique ne sont signés qu’à partir de 188425 et que le premier mouvement antiesclavagiste allemand pour lutter contre la traite des Noirs n’est créé qu’à la fin des années 1880, sous l’impulsion du cardinal Lavigerie, archevêque d’Alger et de Carthage, fondateur de la Société des Missions d’Afrique. Ainsi, il est probable qu’Oelsner-Monmerqué se sentit investi d’une mission en Allemagne, alors qu’en France il aurait prêché dans le désert.

  • 26 Berliner Zeitungs-Halle, 21.12.1847 : « […] und kaum hier oder da macht ein vereinzelter Gallicism (...)

34Grâce à son bilinguisme et sa double culture, il passe sans encombre de la langue française à la langue allemande. Mis à part quelques gallicismes26 et certains termes intraduisibles, l’auteur semble n’avoir aucune difficulté dans Schwarze und Weiβe à transposer les événements, situations et impressions vécus en français dans sa seconde langue qui n’est pas sa langue maternelle. Parmi les nombreuses recensions, seule l’Allgemeine Zeitung fait une observation sur son style en écrivant :

  • 27 Allgemeine Zeitung, 26.1.1848.

[…] es ist interessant anzusehen, wie der französische Stil des deutsch und französisch schreibenden Autors sich nur allmählich in das weitere Kleid der heimatlichen Form einrichten kann27.

  • 28 Antoine Berman : L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique. Paris (...)
  • 29 Gabriele Fois-Kaschel (note 12), p. 9.

35Oelsner-Monmerqué n’est ni traducteur, ni auto-traducteur, mais un médiateur ou passeur. La source est globalement son expérience de la colonie qu’il transfère, transpose, transmet, en allemand, sous forme de roman. Il ne s’agit pas d’une traduction au sens propre du terme, bien que selon Antoine Berman et pour de nombreux théoriciens, tout type de change ou translation28 est interprété comme une traduction. Peut-être pourrait-on parler d’une perspective allemande de son expérience bourbonnaise. Il n’est évidemment pas question de l’adaptation d’un texte au goût du jour, sous prétexte de transmissibilité, mais de l’exposition d’une situation donnée par une approche différente. Dans les éditoriaux rédigés à Bourbon sous la censure, dans un contexte politique oppressant et hostile, le rédacteur en chef poursuivait une ligne abolitionniste attentiste et privilégiait les aspects pratiques entourant l’émancipation. En revanche, en tant qu’auteur de Schwarze und Weiße, il renonce aux conseils ou recommandations relatifs au processus d’abolition : la question de l’humanité occupe dorénavant le centre de ses réflexions. La position diffère selon qu’il s’agit de traiter l’actualité coloniale française dans un éditorial, sous la censure, ou de réfléchir au concept de l’égalité des hommes en se fondant sur un patrimoine humaniste et religieux dans l’Allemagne d’alors, un pays qui ne connaîtra la colonisation que quelques décennies plus tard. En effet, à Berlin, Oelsner-Monmerqué baigne à nouveau dans un milieu marqué par l’idéalisme allemand. Il semble avoir trouvé un « équilibre entre un raisonnement pragmatique à Bourbon et la philosophie idéaliste du progrès de l’humanité »29. Le changement d’environnement, et par conséquent de langue, contribue indéniablement à une ouverture et permet à l’auteur de se distancier du passé, de prendre du recul, de faire une synthèse de son expérience coloniale et d’exposer les relations entre Noirs et Blancs sous un jour différent des atermoiements éditoriaux de Bourbon. Schwarze und Weiße représente en quelque sorte la propre émancipation d’Oelsner-Monmerqué, son affranchissement de toute dépendance politique, économique ou stratégique.

36L’auteur est convaincu qu’une connaissance parfaite des relations entre maîtres et esclaves est primordiale pour mettre fin à l’esclavage. Il précise dans sa préface :

  • 30 Gustave Oelsner-Monmerqué 1848 (note 1).

Nur die Verbreitung vollständiger Kenntnisse in allen Klassen der Gesellschaft daselbst, – über die Verhältnisse der Schwarzen als Sklaven zu den Weißen als ihren Besitzern – vermag endlich einmal einen allgemeinen Ausbruch des Fluches auf die Unsitte zu ziehen und deren Verfechter mit unauslöschlicher Schande zu brandmarken.30

  • 31 Guillaume de Félice (note 20), p. 68.

37On reprochait à la Société pour l’abolition de l’esclavage de ne pas avoir suffisamment sensibilisé l’opinion publique à la question de l’esclavage, comme les Anglais surent le faire. Oelsner-Monmerqué choisit cette voie. Pour lui, l’opinion publique des pays qui n’ont pas d’esclaves est d’une importance capitale. Il estime que lorsqu’il s’agit de défendre une cause juste, même la voix la plus faible peut trouver résonance. L’importance qu’il attribue à l’opinion publique n’est pas sans rappeler les paroles de Félice : « Tout revient à un seul point : agiter l’opinion, la remuer, la passionner, en employant ce dernier mot dans son meilleur sens. Nos esclaves seront libres, quand l’opinion l’ordonnera : ils ne le seront pas une heure plut tôt »31.

38Sur un plan concret, l’objectif visant l’abolition de l’esclavage est explicitement annoncé dans la préface de l’ouvrage. Cependant, l’auteur ne fait pas appel à l’intellect ou à la raison de son lectorat par des réflexions ou arguments savants. À la place d’un écrit érudit ou d’un pamphlet, il choisit la trame romanesque (romantische Einkleidung) qui lui laisse une marge de manœuvre plus importante et lui permet de dramatiser dans le but de faire réagir le public et de susciter de l’empathie pour les victimes. Par l’appel aux sentiments, le narrateur fait œuvre de persuasion.

  • 32 Gustave Oelsner-Monmerqué 1848 (note 1), p. 45.
  • 33 L’auteur adapte des mots en allemand : die Case, pluriel : die Casen, ainsi que Pataten.
  • 34 En français dans le texte.
  • 35 Gustave Oelsner-Monmerqué 1848 (note 1), p. 261. Déstabilisé, l’esclave Jupiter s’enfuit avec son e (...)

39Par conséquent, rien ne l’arrête dans l’exposition de la réalité coloniale. Le récit de la traversée du vaisseau négrier Satan entre Zanzibar et Bourbon avec près d’un millier de captifs à son bord est, sur plus de cent pages, une illustration terrifiante de la traite en général et particulièrement de celle pratiquée illégalement sous les Bourbons. Ce thème est documenté par la description du Satan, de ses aménagements spécifiques, des caractéristiques de l’équipage, de la « marchandise » (Ware) recherchée, des complicités locales ainsi que des dangers de la mer et du ciel pendant la traversée. La description des Africains enchaînés, alignés sur l’herbe sèche de Zanzibar, en attendant leur embarquement, ou la description de leur entassement dans l’entrepont du navire sont des exemples forts : « Der Anblick einer einmal geordneten, vollständigen Ladung gleicht einer Bibliothek, deren Repositorien mit schwarzen, nur noch an den Augen Leben verratenden Schädeln besetzt zu sein scheinen »32. Le récit sur la vie coloniale à Bourbon comporte des informations sur les conditions de travail des esclaves, notamment dans les sucreries, leurs cases33 et cours, les punitions, les chapelles, le « patois créole »34, ainsi que les instruments qui accompagnent le séga, cette danse des Noirs qualifiée, à la fois, de « divine » et d’« indécente ». L’auteur n’obscurcit rien, au contraire, il fait état des pratiques les plus cruelles, à savoir les tortures, la chasse aux marrons, l’anthropophagie et la guillotine. Il se limite à exposer certains faits sans le moindre commentaire moralisateur. Le résultat est d’autant plus frappant, comme cette phrase brève et concise : « Um ihn [Sklave Jupiter] herum die Knochen seines Kindes erklärten, wie er noch am Leben sein konnte »35. Le regard de l’auteur sur la société bourbonnaise de l’année 1843 est sans concession :

  • 36 Ibid., p. 124-125.

Schlaffe Eingeborene, kühne und habgierige Spekulanten, verabschiedete oder entlaufende Matrosen oder Soldaten, Mulatten, denen das Schachern eigentümlich ist, Sklaven die nicht Personen sondern Sachen sind, repräsentieren mit dem Beamtenstande und der Militärmacht, welche beide die Pflicht an die Küste bindet, die Kolonialgesellschaft. Großer Gelderwerb, ohne beträchtliche geistige oder körperliche Anstrengung ist das Ziel, wonach jeder trachtet. Es kommt dabei darauf an, rasch zusammen zu scharren, um noch zur rechten Zeit in Europa ein lustiges Leben führen zu können.36

Et l’ensemble de l’intrigue se déroule sur fond de préjugés de couleur. Dans ce contexte, il faut néanmoins constater que le discours d’Oelsner-Monmerqué n’est pas toujours exempt de stéréotypes et de clichés. La violente dénonciation de la réalité coloniale, avec ses abus, dysfonctionnements et injustices, ne l’empêche pas de défendre, dans d’autres circonstances, le principe même de la colonisation pour des raisons essentiellement économiques et stratégiques. Aussi ne voit-il aucune contradiction en annexant à son roman, qui prône l’émancipation, un article publié en 1846 dans le quotidien Allgemeine preußische Zeitung, demandant l’occupation partielle de Madagascar.

  • 37 Allgemeine preußische Zeitung (note 13), p. 285.

Die traurige Lage der Insel Bourbon, die nur Kaffee und Zucker baut, die keine Reisfelder und Viehzucht besitzt […] und die nun durch die Unterbrechung des Verkehrs fast ohne Lebensmittel sich befindet, erfordert in der Tat irgendeine Abhülfe37.

Émergence de nouvelles formes d’écriture

  • 38 Heinrich Heine : Sämtliche Werke. Über Deutschland. Hamburg 1861, vol. 7, p. xii.

40Schwarze und Weiße. Skizzen aus Bourbon paraît à la fin de l’année 1847. L’évolution de la littérature du Vormärz a donné une impulsion très forte à l’émergence de nouveaux genres de textes et d’écritures. Cette période se caractérise par l’abandon des genres littéraires rigides et le métissage entre prose, poésie et écriture dramatique dont le résultat se présente sous forme de feuilletons, relations de voyage, reportages, récits, esquisses, tracts, pamphlets et lettres autour des thèmes de l’émancipation politique, religieuse et morale. Ces nouvelles formes littéraires ne se limitent pas seulement à bouleverser les genres établis. L’écriture s’adapte à la diffusion accrue et à la démocratisation progressive des écrits par la presse et oriente ses stratégies en fonction des attentes d’un nouveau lectorat en pleine évolution. Elle vise la popularité et le succès auprès d’un public élargi à d’autres classes sociales. Heine revendique pour lui-même et les auteurs du Junges Deutschland le droit d’avoir transformé le style d’écriture en une arme politique : « Nein, ich gestehe bescheiden, mein Verbrechen war nicht der Gedanke, sondern die Schreibart, der Stil »38. Les écrivains du Vormärz s’inscrivent dans leur temps, ils observent, perçoivent, commentent, analysent et critiquent les orientations politiques et sociales. Ils sont présents sur les lieux. Ceci est également le cas d’Oelsner-Monmerqué.

  • 39 Voir les travaux de Florian Vaßen : « Die literarische Skizze. Anschaulichkeit und Offenheit als We (...)

41Le développement du genre inédit de l’esquisse39 ne doit pas être considéré comme un phénomène interne à la littérature, mais comme un reflet de la société en général, et dans le cas présent, de la société coloniale et de sa déchirure. Les Esquisses de Bourbon se distinguent par leur bipolarité, sous forme d’une césure entre les deux parties, par l’alternance de textes référentiels et fictionnels et par le titre pertinemment antithétique Schwarze und Weiße. L’ouvrage se compose de textes alignant tableaux de mœurs, portraits, récits de voyage, passages historiques, éléments autobiographiques, données scientifiques et réflexions idéologiques. L’ironie, si caractéristique du Vormärz, est largement présente dans Schwarze und Weiße. La critique de la société bourbonnaise surprend à première vue par la diversité de son contenu, les procédés et les intentions de l’auteur. Celui-ci consacre plus de la moitié du livre aux descriptions, observations, analyses et critiques de la traite des esclaves et de la vie coloniale. Le narrateur veut livrer un témoignage authentique dans cette partie référentielle. Il cherche à éviter, tant qu’il se peut, la confusion entre le vrai et le fictif. Cette description de la réalité sociale et politique, pénétrée par l’autobiographie, est doublée d’une intrigue romanesque. Cette partie fictionnelle ne se limite pas seulement à des éléments ou à des passages, elle représente, en volume, pratiquement la moitié de l’ouvrage. À travers des personnages qui représentent différentes classes sociales, elle permet de faire comprendre plus nettement la texture de la société coloniale.

  • 40 Gustave Oelsner-Monmerqué 1848 (note 1), Vorwort.
  • 41 Gustave Oelsner-Monmerqué : Die Rothen und die Blauen. Pariser Corruptions-Skizzen. Bremen 1850, p. (...)

42Malgré une apparente discontinuité des discours, ceux-ci forment un ensemble cohérent, un recueil d’images selon les changements des lieux d’actions ou des motifs traités. Il ne s’agit nullement de la juxtaposition de textes divers. Les différents éléments, tantôt concrets et informatifs, tantôt abstraits et divertissants, sont liés par la dynamique du fil conducteur narratif. La diversité de l’écriture ne nuit nullement à la composition organique de l’œuvre. La structure est organisée, fermée et tous les éléments sont fonctionnels. Le petit nombre de figures permet une bonne lisibilité de la thématique : faire connaître la stratification de la société coloniale de Bourbon et par conséquent ouvrir la voie à l’abolition de l’esclavage. Un des recenseurs loue le grand talent de l’auteur à tisser l’intrigue, à inventer les personnages et aussi à relier entre elles les différentes esquisses. Pour Oelsner-Monmerqué la fiction ne s’oppose pas à la réalité : « Sollten einige Angaben zu dem Verdachte führen, dass sie lediglich aus der Phantasie geschöpft seien, so wolle man nicht unbeachtet lassen, daß nichts dem Unglaublichen näher liegt als das Wunderbare ! »40 Dans son second roman Die Rothen und die Blauen, l’auteur insiste à nouveau sur ce point : « Was die Romane enthalten, gilt für Erdichtungen, für phantastische Gemälde, die ihres Gleichen in der Wirklichkeit nie finden. Der Irrtum ist groß, denn häufig, sehr häufig grenzt die Wahrheit an das Unwahrscheinlichste »41. Schwarze und Weiße est la première œuvre littéraire d’Oelsner-Monmerqué. À en juger par les recensions, l’expressivité de ses esquisses a prouvé sa pertinence et son efficacité.

L’accueil par la presse

  • 42 Pour une consultation de l’ensemble des recensions, voir la réédition allemande (note 1), p. 167 à  (...)

43Les nombreuses recensions émanant essentiellement de la presse des grands éditeurs de Berlin, Stuttgart, Hambourg et Leipzig sont unanimes à souligner l’abjection humaine exposée dans Schwarze und Weiße42.

44Dans le quotidien du soir Berliner Zeitungs-Halle, le rédacteur en chef Gustav Julius fait part de ses premières impressions : « Wenn diese vortreffliche Erzählung Wahrheit und Dichtung gemischt enthält, so ist doch die Wahrheit darin nicht nur überwiegend, sondern eigentlich Alles. » Il souligne le charme de l’exotisme mais aussi l’horreur déchaînée par les passions humaines.

  • 43 Berliner Zeitungs-Halle, 21.12.1847.

Der Verein von Natur- und Sittenschilderungen mit der Entwicklung jammervollen Menschengeschicks macht dieses Buch zu einer fesselnden Lektüre, welche nicht nur die Teilnahme fortdauern spannt und beschäftigt, sondern auch reichen Stoff zu tieferem Nachdenken über das Menschenleben und die Kulturzustände darbietet. […] Die Schreibart ist fließend und schön, dem Gegenstand angemessen, oft ergreifend, die Schilderung sicher und künstlerisch…43

  • 44 Literaturblatt, supplément littéraire Morgenblatt für gebildete Stände, 18.1.1848.

45Dans le périodique Literaturblatt44, le rédacteur Wolfgang Menzel qualifie les Esquisses de Bourbon de « Nachtstücke im Geschmack von Atar Gull ». En dehors de cette référence pertinente à Eugène Sue, il se contente toutefois de ne fournir qu’un simple résumé du roman. En 1835, l’influent critique littéraire Menzel, très redouté, avait provoqué, par ses articles contre les auteurs de la Jeune Allemagne, l’interdiction des écrits de Gutzkow, Laube, Wienbarg, Mundt et Heine. En 1937, Ludwig Börne, poète exilé en France, avait édité à Paris un pamphlet à son encontre intitulé Menzel, der Franzosenfresser. La recension de Menzel de Schwarze und Weiße, comme d’ailleurs celles de ses confrères, ne contient cependant aucun élément permettant de dire que le livre aurait pu être perçu comme un texte anti-français.

  • 45 Telegraph für Deutschland, 11e année, n° 6, p. 182-183.

46Le rédacteur de l’hebdomadaire Telegraph für Deutschland45, Georg Schirges, évoque surtout les vives réactions ressenties à la lecture du « petit écrit » paru dans la « jeune et vigoureuse maison d’édition de Franz Schlodtmann à Brême ». Pour lui, la description des relations entre indigènes et négriers « fait froid dans le dos », le destin des esclaves lors de la traversée et celui du jeune couple Vénus et Jupiter suscitent « la pitié la plus profonde », et « les mœurs dissolues des colons blancs font horreur ».

47Le supplément hebdomadaire de l’Allgemeine Zeitung, un quotidien renommé qui compte parmi ses auteurs des écrivains et poètes célèbres (dont Heine) souligne la « version originale » du texte :

  • 46 Allgemeine Zeitung, 26.1.1848.

Es [das Buch] ist sehr lebendig geschrieben und fesselt wie ein Roman, in der ersten Abteilung den Sklavenhandel ungemein anschaulich darstellend, in der zweiten Abteilung das Kolonialleben nicht nur schildernd, sondern erzählend. […] Nicht minder interessant mag es uns sein diese französisch gemachte Tropenwelt, welche uns gewöhnlich von Fremden beschrieben wird, einmal originell in unserer Sprache dargestellt zu finden.46

48Le rédacteur de Didaskalia, supplément du Frankfurter Journal qui publie des récits, poèmes, compte rendus de voyage et notices sur le monde politique et économique, est particulièrement sensible au sort de la population servile à Bourbon :

  • 47 Didaskalia, 4.01.1848.

Was aber dem Werke einen ganz besonderen Wert verleiht, ist die Tendenz desselben, welche dahin abzielt, die traurige Lage der schwarzen Bevölkerung in jenen Niederlassungen der Europäer zu schildern und die endliche Lösung der Emanzipationsfrage der Sklaven der Beachtung wiederholt und dringend zu empfehlen. […] Wir wiederholen es, dass die Lektüre des genannten Buches uns eine vielseitig belehrente Unterhaltung gewährt und den lebhaften Wunsch in uns erweckt hat, dass die Hoffnungen des Verfassers sich zum Wohl der unterdrückten Menschheit bald verwirklichen möchten.47

  • 48 Blätter für literarische Unterhaltung, 16.3.1848.

49Enfin, pour le magazine Blätter für literarische Unterhaltung48, l’une des meilleures feuilles de recension littéraire de la première moitié du siècle, l’auteur Oelsner-Monmerqué a atteint l’objectif qu’il s’était fixé.

  • 49 Ibid.

Seine Schilderungen sind lebendig und wahrhaft erschütternd, ja man wäre versucht sie krass zu nennen, wenn sie nicht ihre Begründung durch den ganzen Zustand jener Gegenden fänden in die sie verlegt sind. Er hat ein ungemeines Talent der Darstellung, und hinter den furchtbaren Bildern die er aufrollt, steht ein höherer Plan als der, eine verweichlichte Lesewelt mit ungewohnten Szenerien und Verhältnissen zu amüsieren. Indem er uns die Sklaverei in ihrer ganzen Scheußlichkeit vorführt, will er die öffentliche Stimme lebhafter für die Emanzipation anregen.49

50Le journaliste qualifie le récit romanesque de solide et tout à fait approprié à faire ressortir les points essentiels. Bien que l’habitant du continent européen soit déjà au courant de toutes sortes d’actes de corruption et d’infamie, les machinations diaboliques décrites par l’auteur suscitent, selon le chroniqueur, l’horreur et la consternation. À son avis, celui-ci ne lit d’ailleurs pas le roman pour se distraire mais pour s’instruire.

  • 50 Ibid.

[…] könnten wir unserem Wunsche nachgehen, so möchten wir lange Seiten aus dem spannenden Buche, welche eine uns ganz fremde, aber fürchterliche entartete Welt mit den lebhaftesten Farben schildert, hier mittheilen, aber wir verweisen den Leser lieber auf die eigene Lektüre. […] und wir wünschen ihm öfters auf diesem oder einem ähnlichen Gebiete zu begegnen.50

51Il ressort de ces différentes recensions qu’il existait, au-delà des « charmes de l’exotisme », un réel besoin du lectorat allemand de s’instruire en général, de s’ouvrir au monde et de connaître l’évolution de la civilisation sous les tropiques. Selon les rédacteurs, Oelsner-Monmerqué a parfaitement réussi à transmettre sa vision des conditions de vie et des relations humaines, ou plutôt inhumaines, régnant sur une île éloignée dans l’autre hémisphère, mais sur une terre qui se veut française.

52Cependant, peut-on pour autant dire que la très favorable réception de Schwarze und Weiße par la presse a vraiment répondu aux attentes de son auteur ? Seuls deux journaux évoquent clairement sa volonté de faire adhérer l’opinion publique à l’idée de l’émancipation. On peut penser qu’Oelsner-Monmerqué s’attendait, au-delà des sentiments d’empathie, à une réception plus marquée des idées abolitionnistes.

  • 51 La paupérisation a été aggravée par des inondations et une sous-production agricole (maladie de la (...)
  • 52 Arnold Hauser : Sozialgeschichte der Kunst und Literatur. München 1978, p. 572.
  • 53 Ernst Willkomm : Weiße Sklaven oder die Leiden des Volkes. Leipzig 1845 (cit. vol. 3, p. 268). Lire (...)

53Quant à l’opinion publique allemande, nous ignorons comment elle a reçu l’ouvrage. Dans un pays où depuis 1845, pratiquement la moitié de la population vivait en-dessous du minimum vital51, la tendance des Allemands, notamment de la petite bourgeoisie et du prolétariat, consistait plutôt à transférer l’imaginaire de l’esclavage sur les conditions régnant dans leur propre pays, confronté à une nouvelle servitude de l’homme au début de l’ère de l’industrialisation. À ce propos, le sociologue Arnold Hauser écrit : « Die Lebensverhältnisse der städtischen Arbeiterschaft sinken auf ein so niedriges Niveau, dass die Existenz der Leibeigenen im Mittelalter dagegen geradezu idyllisch erscheint »52. Dans le même contexte, nous renvoyons au passage de l’écrivain Ernst Willkomm dans lequel il assimile les ouvriers allemands aux esclaves noirs : « Ist solch ein Los beneidenswert, und ist derjenige, dem es gefallen, ein freier Mensch zu nennen, zu beneiden von dem Neger, der in heißen Ländern die Pflanzung seines Herrn bebaut und dafür sorglos seinen Reis essen kann ? »53 La vie des esclaves Vénus et Jupiter a sans doute permis à certains lecteurs de prendre conscience de ce que le mot esclavage signifiait sous les tropiques et de relativiser leurs propres malheurs et misères. Cependant, les ouvriers de Silésie qui travaillaient entre douze et seize heures par jour ne faisaient certainement pas partie de ce lectorat.

54Finalement, le lecteur allemand eut à peine le temps de réagir, car son esprit fut accaparé par d’autres préoccupations en ce printemps de l’année 1848. La légitimité des régimes dans les États de la Confédération germanique était contestée par des mouvements libéraux et faisait également naître une prétention à une émancipation, celle-ci politique, sociale et économique dans une Allemagne unie. Le 18 mars, la révolution éclate à Berlin. Quant à la France, après les journées révolutionnaires et l’abdication du roi Louis-Philippe le 24 février, le gouvernement provisoire proclame le 4 mars l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises. Le lendemain, la commission d’abolition de l’esclavage est constituée sous la présidence de Victor Schoelcher, sous-secrétaire d’État aux Colonies. Le décret est publié le 2 mai et promulgué à l’île Bourbon, renommée île de La Réunion, en octobre pour une entrée en vigueur le 20 décembre 1848.

  • 54 Une question est souvent posée : Oelsner-Monmerqué a-t-il été franc-maçon ? Son oncle et tuteur l’é (...)

55Gustave Oelsner-Monmerqué a souffert d’avoir voulu détruire les préjugés qui paralysaient la société coloniale, mais il a évité les pièges tendus en gardant son indépendance ainsi que son esprit d’observation et de justice. Derrière cette petite phrase plutôt banale, écrite quelques années plus tard à l’éditeur Cotta : « J’ai acquis une certaine expérience des hommes et des choses », se cachent les dures leçons tirées de ses années bourbonnaises54. À la veille de sa mort à trente-neuf ans, il dresse un bilan amer. L’éventail des actions développées démontre pourtant qu’il fut sans doute parmi les premiers à s’investir autant, en un temps extrêmement court, dans la vie publique, éducative, culturelle et sociale de la colonie.

56Sa démarche est fondée sur un regard très critique porté sur les conditions de vie de l’esclave noir, de son maître blanc, du libre de couleur, mais aussi sur l’attitude défaillante de l’administration locale et métropolitaine. La mise en situation palpable de la société s’est avérée efficace pour briser les cadres occidentaux de représentation et montrer la réalité d’un autre monde, dans toute son horreur, sans pathos. L’auteur s’inscrit parfaitement dans le mouvement politico-littéraire du Vormärz qui se caractérise par l’installation d’un climat contestataire et revendicateur. Si les écrivains du Vormärz luttent pour une plus grande liberté politique, économique et sociale des hommes, Oelsner-Monmerqué lutte pour ceux qui ne connaissent pas le mot liberté, car considérés comme « des meubles », « des marchandises ».

57Le militantisme littéraire d’Oelsner-Monmerqué a connu un fort retentissement auprès de la presse allemande. Le livre Schwarze und Weiße et la conférence Der Kreole ne sont pas passés inaperçus en Allemagne. Les nombreuses recensions sont élogieuses et soulignent particulièrement la façon dont l’auteur a su bousculer les traditions et les idées reçues. En se servant de multiples outils médiatiques, il est un des premiers Allemands à avoir ouvert les yeux de leurs compatriotes sur les conditions de vie dans une colonie française, jusque-là tout à fait méconnue.

  • 55 Ibid., Oelsner à Varnhagen, 30.11.1818, t. 1, p. 197 : « Ich bin von meinem Vaterlande wie verstoße (...)

58Bien que chaque langue place le nom de son pays en première position pour désigner un binational, quelle que soit l’identité véritablement ressentie par l’individu, ce procédé semble convenir à la personnalité d’Oelsner-Monmerqué : il est Franco-Allemand et Deutsch-Franzose. Les deux éléments de son patronyme sont à considérer comme complémentaires. Il évolue dans un espace intermédiaire entre deux pôles, entre ses origines aristocratique et bourgeoise, entre ses deux patries, et évidemment entre la langue française et la langue allemande. Mais il n’y pas de conflit entre langue maternelle et paternelle. Contrairement à Oelsner père55, aucun écrit, aucune allusion du fils ne permet de voir une préférence pour l’une ou l’autre de ses patries. Aucun sentiment d’exclusion ne peut être décelé chez lui, preuve en est qu’à tour de rôle les gouvernements respectifs lui confient des tâches ou des postes diplomatiques.

  • 56 Gerhard Höhn : « Vormärz : Sternstunde des deutsch-französischen Ideentransfers ». In : Gerhard Höh (...)

59Dans le contexte des transferts culturels franco-allemands, l’activité littéraire d’Oelsner-Monmerqué ne relève pas d’une médiation franco-allemande philologique ou philosophique classique et n’a pas pour but de faire ressortir d’éventuelles imbrications entre deux cultures. Il œuvre pour un transfert d’expériences et de connaissances dans les domaines ethnologique, social et politique et se distingue de ses confrères en révélant à l’Allemagne une facette moins connue de la France, pour informer, sensibiliser et faire agir. Dans le cadre des interactions franco-allemandes très nombreuses autour de l’année 184856, ce sont en principe des biens du domaine de l’histoire des idées qui sont transférés d’une rive à l’autre du Rhin. Dans le cas de Schwarze und Weiße, on peut parler d’un transfert de maux culturels et sociaux, d’une transmission négative – pour une bonne cause. En exposant le « fléau » qu’est l’esclavage, le but d’Oelsner-Monmerqué n’est cependant pas d’accuser la France, mais de frapper l’esprit des Allemands pour faire accélérer le processus d’émancipation. L’originalité de sa démarche littéraire peut être interprétée comme un appel à la solidarité entre ses deux patries.

  • 57 À la mort de Goethe, Gustave Oelsner-Monmerqué avait dix-huit ans.
  • 58 Léopold Sédar Senghor : « Le message de Goethe aux Nègres-Nouveaux ». In : Liberté. Négritude et Hu (...)

60Paris, Breslau, Bourbon, Berlin, le Brésil… À la lumière des différents lieux où Gustave Oelsner-Monmerqué a vécu, il apparaît que l’écrivain franco-allemand n’a connu de véritable enracinement ni dans l’une, ni dans l’autre de ses patries et encore moins outre-mer. Orphelin de mère, de sœur et de père, il devient aussi orphelin de patrie (heimatlos) ou au contraire, tout simplement, un Weltbürger qui veut donner un sens à sa vie. L’ouverture sur le monde étant un des principes de la pensée des Lumières, Gustave Oelsner-Monmerqué s’est fait un devoir de briser les bornes d’un rayon d’action jugé trop étroit, d’acquérir d’autres expériences et de se confronter à d’autres pays et d’autres sociétés. À l’instar des voyageurs des xviiie et xixe siècles, avec la figure emblématique de Goethe, le voyage d’Oelsner-Monmerqué outre-mer peut être considéré comme un voyage de formation (Bildungsreise). Pour faire l’expérience de l’altérité en allant à l’encontre d’un autre monde, l’écrivain franco-allemand semble se nourrir des réflexions de ce grand humaniste57. Il ne nous paraît pas anachronique de citer dans ce contexte l’hommage que Léopold Senghor rendit au poète allemand – un siècle plus tard : « Il [Goethe] nous apprenait, d’abord, les dangers de la solitude culturelle, du repliement sur soi, de la volonté de ne bâtir que sur sa race, sa nation, ses vertus natives »58.

  • 59 Agnès Antoir / Marie-Claude David-Fontaine / Félix Marimoutou et al. : Anthologie de la littérature (...)

61L’ouvrage d’Oelsner-Monmerqué n’a eu, sans doute, aucune influence directe sur l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises intervenue quelques mois plus tard, mais l’auteur a su alerter ses compatriotes allemands sur une pratique indéfendable. La lutte pour l’émancipation fut une étape essentielle et inévitable pour l’humanité, même si elle ne devait pas pour autant condamner la colonisation ou toute forme de domination. L’Allemagne résista encore pendant quelques décennies à cette tentation. Schwarze und Weiße, ignoré pendant un siècle et demi, peut aujourd’hui, par sa traduction française, prendre la place laissée vacante dans la catégorie du « roman de la Réunion »59, constituée à ce jour par le roman du marronnage et du métissage, le roman colonial, le roman engagé et le roman historique, à savoir la place du roman abolitionniste. L’ouvrage mérite d’être considéré comme un élément constitutif de la littérature réunionnaise.

Haut de page

Notes

1 La biographie de Gustave Oelsner-Monmerqué a été reconstituée par nos soins après que nous ayons découvert son roman, Schwarze und Weiße. Skizzen aus Bourbon à la Bibliothèque nationale de France. Cf. Gustave Oelsner-Monmerqué : Schwarze und Weiße. Skizzen aus Bourbon. Bremen 1848. Traduction française de Marlene Tolède / Gabriele Fois-Kaschel / Julie Dumonteil : Noirs et Blancs. Esquisses de Bourbon. La Réunion 2014. Réédition allemande par Gabriele Fois-Kaschel / Marlene Tolède : Schwarze und Weiße. Bielefeld 2015.

2 Prosper Ève : Petit Précis de remise en cause des idées reçues sur les affranchis de 1848 à la Réunion. Saint-Denis de la Réunion 2009, p. 106-108.

3 Feuille hebdomadaire de l’île Bourbon, 25.1.1843.

4 Feuille hebdomadaire de l’île Bourbon, 25.1.1843.

5 « Lorsque Dieu chassa Adam et Ève du paradis, il leur dit : la terre est à vous. Et la terre est-elle pour cela à tout le monde ? Non cela ne peut être. Il en est de même des lumières. Elles ne peuvent également se répartir sur tous ». Archives départementales de la Réunion (ADR), N114. Conseil colonial, 17.3.1843, p. 288.

6 De la tendance et de l’utilité de l’Institut colonial, notamment dans ses rapports avec l’émancipation. Rapport adressé au ministre de la Marine et des Colonies, 24.8.1844. Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) EE/II/1490/18.

7 Cette méthode d’enseignement, importée de Grande-Bretagne, ne connaît qu’un seul maître qui est secondé par les élèves les plus âgés et les plus instruits qui font travailler les plus jeunes.

8 De l’état actuel et de l’avenir du collège royal de Saint-Denis (île Bourbon). Mémoire adressé au ministre de la Marine et des Colonies, 19.3.1846 (ANOM EE/II/1490/18).

9 ADR, fonds Trouette 6J168. Lettre de la direction des Colonies au commissaire général, 19.12.1848.

10 ANOM EE/II/1490/18. Lettre au ministre de la Marine et des Colonies, 14.7.1846.

11 Prosper Ève : L’Église en terre réunionnaise (1830-1960). Saint-Denis de la Réunion 2000, p. 112

12 Gustave Oelsner-Monmerqué : Der Kreole. Eine Vorlesung gehalten im wissenschaftlichen Verein zu Berlin, 11. März 1848. Berlin 1848, p. 11. Traduction française d’Agathe Haguenauer / Marlene Tolède : « Le Créole ». In : De l’île Bourbon à Berlin. Le Créole d’après Gustave Oelsner-Monmerqué. Éd. par Gabriele Fois-Kaschel. Saint-Denis de la Réunion / Paris 2008.

13 Gustave Oelsner-Monmerqué : Allgemeine preußische Zeitung, 12.12.1846. Article reproduit en annexe de Schwarze und Weiße (note 1).

14 Oelsner-Monmerqué : Der Kreole (note 12), p. 23.

15 Ibid., p. 24.

16 Ibid., p. 25.

17 Allgemeine preußische Zeitung (note 13), p. 290.

18 Gustave Oelsner-Monmerqué : « Auguste Lacaussade ». Journal français de Berlin, juin 1847, p. 215-218.

19 « Über den Sklavenhandel ». In : Didaskalia, 17.7.1842.

20 Guillaume de Félice : Émancipation immédiate et complète des esclaves. Appel aux abolitionnistes. Paris 1846.

21 « Eine Jagd auf entlaufende Neger auf Isle de Bourbon ». In : Magazin für die Literatur des Auslandes, 22, 24, 26.4.1845.

22 Théodore Pavie : « Une chasse aux nègres marrons ». In : Revue des deux mondes, 1.4.1845.

23 Hermann Abeken : Amerikanische Negersklaverei und Emanzipation. Berlin 1847.

24 Heinrich von Kleist : « Die Verlobung in St-Domingo ». Erzählungen. Berlin 1811.

25 Une colonie brandebourgeoise avait existé sur la côte africaine occidentale, sous le prince électeur Frédéric Guillaume de Brandebourg à la fin du xviie siècle.

26 Berliner Zeitungs-Halle, 21.12.1847 : « […] und kaum hier oder da macht ein vereinzelter Gallicism [sic] dem Leser bemerkbar, dass die deutsche Sprache dem Verfasser nicht die gewohntere ist ».

27 Allgemeine Zeitung, 26.1.1848.

28 Antoine Berman : L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique. Paris 1984, p. 292.

29 Gabriele Fois-Kaschel (note 12), p. 9.

30 Gustave Oelsner-Monmerqué 1848 (note 1).

31 Guillaume de Félice (note 20), p. 68.

32 Gustave Oelsner-Monmerqué 1848 (note 1), p. 45.

33 L’auteur adapte des mots en allemand : die Case, pluriel : die Casen, ainsi que Pataten.

34 En français dans le texte.

35 Gustave Oelsner-Monmerqué 1848 (note 1), p. 261. Déstabilisé, l’esclave Jupiter s’enfuit avec son enfant et commet l’acte d’anthropophagie lorsqu’il se trouve privé de nourriture au Piton des Neiges.

36 Ibid., p. 124-125.

37 Allgemeine preußische Zeitung (note 13), p. 285.

38 Heinrich Heine : Sämtliche Werke. Über Deutschland. Hamburg 1861, vol. 7, p. xii.

39 Voir les travaux de Florian Vaßen : « Die literarische Skizze. Anschaulichkeit und Offenheit als Weltsicht in Aufklärung und Vormärz ». In : Wolfgang Bunzel /  Norbert Otto Eke / Florian Vaßen (éd.) : Der nahe Spiegel. Vormärz und Aufklärung. Bielefeld 2008, p. 265-280.

40 Gustave Oelsner-Monmerqué 1848 (note 1), Vorwort.

41 Gustave Oelsner-Monmerqué : Die Rothen und die Blauen. Pariser Corruptions-Skizzen. Bremen 1850, p. 178. Il est intéressant de constater le recours à des éléments relevant du romantisme face à l’analyse critique de la société dans l’esprit du Vormärz.

42 Pour une consultation de l’ensemble des recensions, voir la réédition allemande (note 1), p. 167 à 175.

43 Berliner Zeitungs-Halle, 21.12.1847.

44 Literaturblatt, supplément littéraire Morgenblatt für gebildete Stände, 18.1.1848.

45 Telegraph für Deutschland, 11e année, n° 6, p. 182-183.

46 Allgemeine Zeitung, 26.1.1848.

47 Didaskalia, 4.01.1848.

48 Blätter für literarische Unterhaltung, 16.3.1848.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 La paupérisation a été aggravée par des inondations et une sous-production agricole (maladie de la pomme de terre). En 1847, neuf cents personnes meurent de faim en Silésie. Cf. Florian Vaßen (éd.) : Die Deutsche Literatur in Text und Darstellung. Vormärz. Stuttgart 2001, p. 22 et p. 151.

52 Arnold Hauser : Sozialgeschichte der Kunst und Literatur. München 1978, p. 572.

53 Ernst Willkomm : Weiße Sklaven oder die Leiden des Volkes. Leipzig 1845 (cit. vol. 3, p. 268). Lire à ce sujet « Weiße Sklaven. Der Deutsche Sozialroman des Vormärz als Reflexionsmodell afrikanischer Entwicklungsprozesse ». In : Mustapha Diallo / Dirk Göttsche (éd.) : Interkulturelle Texturen. Afrika und Deutschland im Reflexionsmedium der Literatur. Bielefeld 2003, p. 311-345.

54 Une question est souvent posée : Oelsner-Monmerqué a-t-il été franc-maçon ? Son oncle et tuteur l’était, son père ne l’était pas et le confirme à son ami Karl August Varnhagen von Ense, lui-même franc-maçon : « Ich bin nie Freimaurer gewesen, vermutlich weil mir kein Respekt für Geheimtuerei angeboren war, und die Schule mir keinen eingeflößt hat. Symbolik kann einem kindlichen Zeitalter gebieten; dem Denkenden sind ihre durchsichtigen Figuren gemalte Fensterscheiben, die den Tag verdunkeln. Besonders widerlich aber ist mir jene Art Kamaschendienst, mittels dessen die mystischen Obern ihre Zöglinge zur Ehrfurcht bilden ». Voir Ludmilla Assing : Briefwechsel zwischen Varnhagen von Ense und Oelsner. Stuttgart 1865, t. 2, p. 304. Si Gustave Oelsner-Monmerqué avait été franc-maçon, il aurait sans doute connu moins d’échecs à Bourbon, compte tenu de la fraternité qui y existait entre francs-maçons, même entre ennemis aux idées opposées.

55 Ibid., Oelsner à Varnhagen, 30.11.1818, t. 1, p. 197 : « Ich bin von meinem Vaterlande wie verstoßen, in einen Zustand von Verfinsterung geraten, der mich auch mitunter lachen macht, denn selbst in den Polarkreisen dauert die Nacht nicht ewig ».

56 Gerhard Höhn : « Vormärz : Sternstunde des deutsch-französischen Ideentransfers ». In : Gerhard Höhn / Bernd Füllner (éd.) : Deutsch-französischer Ideentransfer im Vormärz. Bielefeld 2002, p. 19.

57 À la mort de Goethe, Gustave Oelsner-Monmerqué avait dix-huit ans.

58 Léopold Sédar Senghor : « Le message de Goethe aux Nègres-Nouveaux ». In : Liberté. Négritude et Humanisme. Paris 1964, p. 85. [Goethe. Hommage de l’UNESCO pour le deuxième centenaire de sa naissance. 1949].

59 Agnès Antoir / Marie-Claude David-Fontaine / Félix Marimoutou et al. : Anthologie de la littérature réunionnaise. Paris 2004, p. 28-29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlene Tolède, « Gustave Oelsner-Monmerqué : un écrivain franco-allemand face à l’esclavage », Recherches germaniques, 45 | 2015, 25-47.

Référence électronique

Marlene Tolède, « Gustave Oelsner-Monmerqué : un écrivain franco-allemand face à l’esclavage », Recherches germaniques [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rg/329 ; DOI : 10.4000/rg.329

Haut de page

Auteur

Marlene Tolède

Post-doctorante, EA 1387 DIRE

Université de la Réunion


mtolede@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals