Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15La monnaie / Das GeldDe l’abstraction réelle de la mon...

La monnaie / Das Geld

De l’abstraction réelle de la monnaie au concret absolu du marché financier

Von der Realabstraktion des Geldes zum absolut Konkreten des Finanzmarkts
From the Real Abstraction of Money to the Absolute Concreteness of the Financial Market
Élie Ayache
p. 81-91

Résumés

La critique marxiste conçoit le marché financier comme le cas le plus accompli de l’abstraction. Pour elle, il est le fleuron du capitalisme, lequel n’est à son tour que l’accomplissement de la métaphysique et du logos Grec. Nous soutenons, quant à nous, que le marché financier ne se confond pas avec le capitalisme, et encore moins avec l’automatisme ou l’algorithme. Nous démontrerons, au contraire, que lorsqu’il est augmenté du marché de tous les produits dérivés, il n’apparaîtra plus comme une structure abstraite mais comme une infrastructure concrète, qui sera alternative à celle sous-tendant le schéma traditionnel de l’abstraction. En effet, il contredira la théorie abstraite de la probabilité, précisément fondée sur ce schéma.

Haut de page

Texte intégral

1Notre titre pourrait en choquer plus d’un, car la pensée la plus répandue, notamment parmi les philosophes marxistes, est au contraire que le marché financier est le cas le plus accompli de l’abstraction, de la numérisation et de l’automation. Il n’est constitué, pense-t-on, que de nombres, de générateurs aléatoires et d’automates de trading. Il est le fleuron du capitalisme, et les mots-clés que nous venons de prononcer pour le résumer, à savoir l’abstraction, la numérisation, l’automation, et bien sûr, la technique, sont effectivement les épouvantails caractéristiques du capitalisme dans la pensée de ses critiques contemporains. Ainsi Vioulac :

  • 1 Jean Vioulac : « Marx entre réalisation et dépassement de la philosophie. Principes d’une lecture (...)

Le capitalisme est un dispositif spéculatif, au sens exact où Hegel l’a conçu […] ; il est, comme le dira Derrida, un ‘processus de métaphysicalisation, d’abstraction et d’idéalisation’, et il ne peut donc être lui-même compris qu’à partir d’une pensée spéculative.1

Plus loin :

  • 2 Ibid.

Il est d’autant plus important de le souligner que son développement contemporain déchaîne cette puissance d’abstraction, de virtualisation et de numérisation : d’abord par la domination de la finance, du ‘capital fictif’ et de ses ‘pures chimères’ ; ensuite par l’automatisation de cette finance dans le ‘Trading à haute fréquence’ par lequel elle s’identifie à un réseau de serveurs informatiques dont les logarithmes (sic) décident des ordres d’achat.2

  • 3 Ibid., p. 508.
  • 4 Baptiste Rappin : « Entretien avec Jean Vioulac : Autour d’Approche de la Criticité ». In : Actu (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Vioulac : « Marx entre réalisation et dépassement », p. 503.

Pour Vioulac, le capitalisme est associé à l’idéalité théorique et technique, et se confond à la limite avec elle. Aucune pensée du capitalisme n’est suffisante, dit-il, qui n’interroge son rapport à la technique3. On ne comprend pas le capitalisme si on ne prend pas en compte cette puissance de l’idéalité (et on ne comprend pas davantage l’informatique, la cybernétique, la physique quantique ou le spectacle, c’est-à-dire notre époque)4. C’est pourquoi, d’après lui, le capitalisme est l’accomplissement de la métaphysique et du logos grec. Plus précisément, c’est la monnaie qui, la première, est associée à l’idéation, et Vioulac nous rappelle justement que l’élaboration de la métaphysique en Grèce ancienne était en connexion secrète avec la monnaie5. La monétarisation des échanges va même donner une existence matérielle à cette abstraction, argumente Vioulac, et ainsi paradoxalement en matérialiser l’immatérialité (ce qui est déjà une indication que la monnaie n’est pas en soi abstraite ou concrète, mais qu’elle agit dans l’infrastructure du schéma de l’abstraction, et redéfinit même la notion de matière). Et Vioulac de reconnaître alors l’importance de l’œuvre d’Alfred Sohn-Rethel, qui a étudié le rapport entre la monétarisation des échanges et l’idéation théorique6.

2Françoise Willmann partage ce constat. Dans la préface de sa traduction de l’ouvrage de Sohn-Rethel, elle écrit :

À l’heure de la ‘dématérialisation’ de la monnaie et de l’omniprésence des technologies informatiques, l’analyse de Sohn-Rethel touche aux questions essentielles […]. C’est la question de savoir si l’utopie numérique elle-même n’est pas qu’un avatar de l’histoire du capitalisme, qui est en jeu.

Plus loin :

  • 7 Alfred Sohn-Rethel : La Monnaie. L’argent comptant de l’a priori. Bordeaux 2017 (traduit de l’all (...)

L’analyse historique et matérialiste de Sohn-Rethel qui interroge l’autonomie de l’intellect, et partant l’autonomie – l’automatisme – de la raison scientifique et technique, en la situant dans l’histoire du capitalisme, rencontre aujourd’hui la question de l’avenir de l’humanité et celle de sa capacité à reprendre la main.7

L’accusation contre le pouvoir d’abstraction du capitalisme est donc grave. Car en détachant ainsi la pensée du concret et en se confondant lui-même avec une machine abstraite, le capitalisme rend la raison automatique et fait qu’elle échappe finalement à la main de l’homme. Nous n’aurons pas l’ambition, dans cet article, de défendre le capitalisme contre cette accusation, mais nous nous bornerons à une apologie du marché financier, qui est le domaine que nous connaissons le mieux en tant que technicien. Pour nous, en effet, le marché financier ne se confond pas avec le capitalisme, et encore moins avec la machine ou l’algorithme. Notre thèse est précisément que le marché financier, lorsqu’il est augmenté des prix de tous les produits dérivés, n’est pas une structure abstraite ou automatique mais une infrastructure concrète, qui sera en fait l’alternative à celle qui sous-tend le schéma traditionnel de l’‘abstraction’.

  • 8 Élie Ayache : The Blank Swan. The End of Probability. Hoboken 2010 ; Élie Ayache : The Medium of (...)

3C’est précisément l’analyse approfondie du marché des produits dérivés qui manque aux penseurs marxistes, et notre expertise technique dans ce domaine, ainsi que les ouvrages que nous avons publiés8, soulignent le divorce entre le marché des produits dérivés et la théorie – ou le schéma d’abstraction – que tout le monde pense, à tort, être à son origine et même à sa fondation, à savoir la théorie abstraite de la probabilité.

4Ainsi, nous soutenons que lorsque Vioulac parle d’abstraction, de nombre, de valeur, d’« autovalorisation du capital », d’autonomisation, d’automation, de machine, etc., il fait, sans le savoir, référence au schéma de la théorie abstraite de la probabilité, qui est effectivement une théorie générale de l’évaluation. Or, notre thèse est que le prix financier n’est justement pas une valeur ; il n’est pas égal à la valeur d’une fonction mathématique et n’est même pas un nombre, au sens de l’input ou l’output d’un algorithme. Selon nous, le prix est plus vieux que l’état ou le nombre (au sens où Derrida disait que l’écriture est plus vieille que l’être), et relève de leur infrastructure.

5Pour parvenir à cette conclusion, nous aurons besoin de redéfinir, auparavant, le concret, l’abstrait et peut-être même le réel. Notre définition de l’abstraction sera celle de la théorie abstraite de la probabilité, et notre définition de la valeur, celle que prennent les fonctions spécifiques de la théorie de la probabilité, appelées variables aléatoires. C’est précisément contre cette abstraction et contre la théorie de la probabilité que nous-mêmes luttons lorsque nous reconnaissons la véritable matière dont le marché des produits dérivés est constitué. Crucialement, nous remarquons une similarité entre la théorie de la probabilité et l’abstraction réelle que Sohn-Rethel attache à l’argent qui est que ni l’une ni l’autre ne relève séparément de la pensée pure ou du monde concret, mais de leur dualité.

6Les critiques de l’abstraction réelle, et donc de l’argent et du développement du capitalisme qui s’ensuit, sont d’après nous des critiques qui s’ignorent de la théorie de la probabilité. Nous nous accordons donc avec eux sur le point de cette critique, mais si eux l’entendent comme une critique du capitalisme, pour nous elle démontre l’insuffisance du schéma de la probabilité pour capturer le marché financier. Ce dernier est sans doute critiquable pour une foule de raisons, mais ce ne sera pas pour celle de l’abstraction.

7Nous suivrons ainsi dans cet article le plan consistant à présenter d’abord le schéma de l’abstraction probabiliste, qui sera celui de la valeur, de l’algorithme et de la machine, et donc celui que les penseurs marxistes ont à l’esprit sans le savoir et contre lequel, tout comme nous, ils s’élèvent ; puis nous dirons le tissu réel dont le marché des produits dérivés est fait et ce qui, en lui, résiste à la théorie de la probabilité et à toute l’entreprise algorithmique (en particulier, au trading algorithmique) ; enfin, nous décrirons l’infrastructure concrète que le marché financier représente à nos yeux, et qui est alternative à celle du schéma de l’abstraction et de la probabilité.

Schéma de l’abstraction

8La théorie abstraite de la probabilité fait jouer une dualité entre l’espace Ω des épreuves aléatoires concrètes ω et l’algèbre des événements A, ou espace des possibles. L’événement A, membre de l’algèbre A, est lui-même un ensemble admettant les épreuves concrètes ω comme éléments, et ainsi la réalité où se manifestent les événements est-elle mathématiquement une abstraction. Seule la réalité se prête à l’analyse, au calcul, à la mesure, à la pondération et à l’information ; seuls les événements A reçoivent une probabilité. Quant à la situation concrète sous-jacente ω qui produit l’événement A (ω є A), elle est abyssale et inanalysable.

9Quand on joue aux dés, la situation des joueurs n’est jamais analysée dans son concret absolu. On ne se préoccupe ni du temps qu’il fait, ni de l’humeur des joueurs, ni de la couleur des dés. Seul le point de vue du jeu compte, c’est-à-dire une abstraction (forcément relative) de la situation concrète, et les seuls événements mesurables, auxquels est attribuée une probabilité, sont les combinaisons de points obtenues à l’issue des lancers. La réalité analysable, ou l’espace des possibles, est alors celle du jeu ; la seule information qui s’échange est celle relative au jeu. On ne se préoccupera pas de la ‘chose’ du jeu, mais seulement de son ‘objet’. Comme l’écrit Sohn-Rethel :

  • 9 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 738.

Nur das als real anzuerkennen, was sich messen und wiegen läßt, wie es die galileische Wissenschaft fordert, schneidet der Frage nach dem Warum der Dinge den Faden ab […].9

10Si l’on suit Sohn-Rethel dans la thèse que la monnaie est à l’origine de l’abstraction réelle et donc de l’idéation théorique, alors on peut exprimer cela en disant qu’avant l’échange marchand et l’abstraction de la monnaie, il n’existait pas la capacité d’extraire la chose du flux des ‘choses se passant’ (en tant que tel contingent et irréversible) et de l’échanger contre de l’argent. Il n’existait pas d’objet. L’échange au sens large, dont l’échange marchand est l’instance concrète et originelle, est ainsi, à nos yeux, cet acte consistant à échanger l’irréversibilité de la chose contre l’invariance de l’objet, et la contingence de la chose contre l’algèbre des possibles de l’objet. D’imaginer l’objet, ou de concevoir l’état dans lequel un objet est censé être, est un acte d’échange et de réversibilité qu’on introduit dans le flux irréversible et inéchangeable des choses se passant, ou dans le trait irréversible de la contingence, ou dans le ‘cas’ abyssal.

  • 10 Vioulac : « Marx entre réalisation et dépassement », p. 509.

11Vioulac appuie cette thèse, quant à lui, en soulignant que l’objet n’est pas la chose. Pour lui, l’objet est le résultat de la constitution de la chose par l’idéalité, l’idéation de la chose et finalement son abstraction puis sa numérisation. Et dans la suite de l’idée que le capitalisme est une machine d’abstraction, il peut alors affirmer que le capitalisme est pouvoir de l’objet, non de la chose10.

12Pour notre part, et toujours dans la limite de l’ambition de cet article, nous retiendrons uniquement de l’acte d’échange (que nous avons appelé général) l’émergence de la notion d’‘état’, qui sera capitale à la fois lorsque nous voudrons parler de système probabiliste (variables d’état et variables aléatoires) et d’algorithme (ou système de communication de données et d’instructions entre les états d’une machine). Et sans doute la notion d’état abstrait d’un système physique émerge-t-elle d’abord avec le mouvement inertiel, qui détache les corps physiques de l’expérience concrète toujours finie, et leur prête justement des états de mouvement ou de repos indéfinis. Comme le souligne Sohn-Rethel, en citant Koyré :

  • 11 Sohn-Rethel : La Monnaie, p. 73.

Le principe d’inertie présuppose :
a) la possibilité d’isoler un corps donné de tout son entourage physique, et de le considérer comme s’effectuant tout simplement dans l’espace,
b) la conception de l’espace qui l’identifie avec l’espace homogène infini de la géométrie euclidienne, et
c) une conception du mouvement et du repos qui les considère comme des états et les place sur le même niveau ontologique de l’être.11

13Pour revenir à nos machines et à nos systèmes probabilistes, nous dirons ainsi que l’état d’une machine, ou sa variable d’état, est une abstraction, un point de vue que l’on prend sur un arrière-fond indistinct, ou sur une situation concrète. Quand nous jouons au dé, l’algorithme ne garde en mémoire que les valeurs des faces du dé et non pas la situation absolument concrète ω, qui est abyssale quant à elle (le temps qu’il fait, la gravité sur terre, le sourire sur notre visage). Une machine ne peut peupler ses états que de réponses à des questions bien posées. L’input et l’output doivent être des variables mesurables, et il ne faut jamais poser à l’ordinateur la question totale : « Pourquoi ? »

14Forts du rappel de la situation concrète ou index concret ω, que la théorie de la probabilité nous dit se trouver toujours de manière sous-jacente à ses événements mesurables et à ses possibles répertoriés, nous pouvons ainsi déclarer que les nombres qui peuplent les algorithmes et qui font tellement peur à Vioulac, et pour abstraits que soient ces algorithmes, sont toujours sous-tendus par une infrastructure concrète, qui est précisément l’autre face de cette abstraction. Les nombres ne font pas qu’apparaître dans la machine ou dans la procédure algorithmique ; ils sont produits concrètement par l’acte de mesure et par son infrastructure (par leur caractère d’input et d’output). La production de nombres est toujours concrètement ‘située’.

15Les variables input/output sont certes mesurables. Mais le fait qu’elles aient été attribuées ne l’est pas. Comme étant une abstraction, et reflétant ainsi un choix d’états et d’un diagramme reliant ces états, l’algorithme est le fruit d’une situation concrète, ne fût-ce que celle qui a conduit historiquement à son élaboration. Ainsi l’algorithme peut-il historiquement défaillir, soit qu’il rencontre une situation non prévue dans son diagramme qui le submerge complètement, soit qu’il finisse tout simplement par rencontrer son obsolescence historique. De toutes les manières, cette faillite de l’algorithme n’était pas un état « câblé » (wired) dans son diagramme. Nous exprimons cela en disant que l’existence concrète de l’algorithme (ou l’autre face de celle-ci, qui est son abolition) n’est pas mesurable. Retenons en tout cas que toutes les transactions accomplies par les machines, tous les échanges de données, toutes les instances de lecture et d’écriture des algorithmes, sont effectués dans la monnaie implicite de l’index concret ω, qui situe tout cela, quant à lui, et qui n’est pas mesurable.

Trading algorithmique et marché des produits dérivés

  • 12 Un actif financier typique est une action, dont le prix S est coté en bourse. Un produit dérivé é (...)

16Notre proposition est alors que le marché financier, lorsqu’on ne l’entend pas uniquement au sens du trading des actifs financiers mais également de celui de tous les produits dérivés écrits sur ces actifs12, est une faillite de la notion d’algorithme et de machine, voire fondamentalement une faillite de la notion d’état. Un algorithme prédictif présuppose des états du système physique ou social qu’il est en train de simuler, ainsi que des transitions probabilistes entre ces états. Or, nous verrons que chaque fois que nous réduisons le marché financier à une telle collection d’états (ou plus exactement à une collection de prix d’actifs financiers dont l’évolution aléatoire sera simulée par des transitions probabilistes entre états) et que nous confions cette représentation à un algorithme de prédiction ou de trading, le prix d’un produit dérivé, qui serait écrit sur ces actifs existants et négocié à son tour dans le marché, sortira de cette collection d’états.

17Pour voir cela, nous commencerons par l’algorithme de prédiction le plus simple qui a été imaginé pour un prix financier, soit le mouvement brownien de volatilité σ, proposé par Louis Bachelier dès 1900, et dont l’équivalent en temps discret est la marche aléatoire binaire (le prix monte ou baisse). Les trajectoires du mouvement brownien, lorsqu’elles sont simulées par ordinateur, ont l’air très réaliste. Pourtant, elles comportent beaucoup de structure et ne sont effectivement gouvernées que par un seul nombre, la volatilité σ. C’est certainement cette abstraction extrême qui a donné l’idée aux critiques de la finance quantitative que les cours boursiers ainsi simulés ne pouvaient en aucun cas refléter la richesse de la réalité économique et que l’histoire des cours d’une action cotée en bourse, qui n’est après tout que le reflet de l’histoire bien vivante d’une compagnie bien réelle, ne pouvait en aucun cas être réduite à ce seul nombre de la volatilité.

18Or, il faut savoir – c’est là tout notre point – que cette critique est internalisée par le marché, lorsque celui-ci est étendu aux produits dérivés. Évidemment, la réduction de l’histoire (et donc de l’avenir) du cours boursier à ce seul nombre de la volatilité σ est trop simpliste et irréaliste. Car si elle était valide, alors Black, Scholes et Merton (BSM), dans une découverte de 1973 qui sera fondatrice pour toute l’industrie des produits dérivés et qui leur vaudra le prix Nobel d’économie en 1997, montrent qu’une stratégie de trading algorithmique, appliquée à cet actif négocié en bourse dont la volatilité du prix est censée être ce nombre constant σ, serait équivalente à l’assignation d’une valeur fixe à un produit dérivé écrit sur cet actif.

19Or, cela est interdit, par définition du marché. Les prix des produits dérivés ne peuvent pas être les résultats de calcul d’un algorithme ; ils ne sont pas des valeurs. Ces prix sont donnés indépendamment par le marché des produits dérivés, et peuvent être n’importe quoi. Ils sont toujours une donnée, et ne sont jamais un résultat. Les market-makers des produits dérivés, une fois équipés de l’algorithme de synthèse de leur valeur qui a été mis en évidence par BSM en 1973, ont pu croire, temporairement, en « faire » le marché. Ils en ont effectivement fait exploser le volume de transactions, dans la période s’étendant entre 1973 et 1987. Mais ce qu’ils faisaient, en réalité, c’était tenir les produits dérivés séparés de leur marché, et en maintenir les prix gelés. Il a fallu qu’advienne le krach du 19 octobre 1987 pour libérer les produits dérivés de cette contrainte algorithmique et marquer la véritable naissance de leur marché.

20La chose difficile à comprendre ici est que le principe génétique du marché de produits dérivés est l’ironie et non pas la théorie. Une théorie de l’évaluation des produits dérivés est effectivement requise à cause du caractère mathématique de ceux-ci, et BSM en ont fourni l’instance paradigmatique et fondatrice en 1973 (après le travail précurseur de Bachelier en 1900). C’est cette théorie d’évaluation qui fait que les banques ont, depuis, constamment recruté des mathématiciens et que ceux-ci n’ont pas cessé d’affiner la théorie de BSM et de proposer des modèles d’évaluation des produits dérivés de plus en plus complexes. La chaîne de production est telle que le modèle d’évaluation mathématique est ensuite transmis au market-maker et devient, entre ses mains, un ‘outil de pricing’. Il l’utilisera pour proposer un prix du produit dérivé, qui sera alors négocié en bourse et deviendra de plus en plus liquide. Mais l’ironie est alors que le marché ainsi éclos ne deviendra indépendant et ne s’affirmera en tant que marché que si le prix traité s’écarte de la prédiction du modèle. Il s’écarte du résultat et devient une donnée (de marché) pour le modèle de génération suivante. Le marché se définit précisément par l’écart ainsi continuellement observé entre prix et valeur. C’est ainsi, maille après maille, que son tissu concret est fabriqué.

21La chaîne est réellement sans fin. Car on pourrait penser que les produits dérivés, maintenant qu’ils sont négociés en bourse à leur tour, deviendront des actifs comme des autres dont l’évolution des prix pourra alors être prédite par un algorithme. Mais ce serait oublier que des produits dérivés de deuxième génération seront écrits sur ceux-là et que leur valeur serait alors fixée par cet algorithme supposé, chose interdite si ces produits dérivés dernièrement écrits sont implicitement destinés à être négociés à leur tour, par le fait même de leur écriture. L’abysse concret du marché financier ne s’ouvre pas vers le bas, mais est toujours de la surface. La raison en est l’échange, ou le fondement même du prix, alors que le fondement de la valeur était précisément l’abysse régressif. Si la situation concrète n’avait pas de fond dans le schéma de l’abstraction probabiliste, c’est l’écriture qui n’a pas de fin dans le marché.

22Une situation similaire dans le monde physique du dé, ou dans l’aléatoire dont s’occupe la physique en général, serait qu’après l’aléatoire de la face présentée par le dé, on découvre que la table sur lequel il est jeté change aléatoirement d’inclinaison, ou que le dé change aléatoirement le nombre de ses faces après le lancer, ou qu’une météorite s’abat aléatoirement sur les joueurs, ou que la constante gravitationnelle elle-même change aléatoirement de grandeur, etc. La situation du jeu de dés peut effectivement être si abyssale dans son concret absolu que toutes ces questions relatives à la table, à la météorite, à la gravité sur terre, etc., pourront se poser et les variables aléatoires correspondantes être définies. Mais aucun physicien raisonnable ne voudra ainsi modéliser le jeu de dés. Il vous demandera de définir votre point de vue (et donc l’algèbre des possibles) une fois pour toutes dès le départ, et d’oublier la situation concrète abyssale, ‘qui n’est qu’implicite et qui ne sert que d’index’. Seul un métaphysicien fou, ou un philosophe de l’événement, voudra ainsi constamment scruter l’abysse.

23Or, le marché financier est précisément métaphysique et non pas physique. On ne peut pas rétorquer au « métaphysicien » de la bourse que les variations aléatoires du prix du produit dérivé ne font pas partie du point du vue du physicien qui n’a l’intention, quant à lui, que de modéliser les variations aléatoires du prix de l’actif sous-jacent. C’est seulement dans une critique du modèle de BSM, c’est-à-dire potentiellement dans un méta-modèle, que l’on envisage que le nombre σ de la volatilité du prix de l’actif sous-jacent ne soit pas constant ou, plus grave encore, que l’hypothèse même du mouvement brownien ne soit pas valide. Mais cette critique, comme nous l’avons dit, n’est pas séparée du marché. Au contraire, elle est égale au marché. Les options sur action ne seraient pas négociées en bourse si la volatilité du prix de l’action était constante, et les swaps de variance ne seraient pas négociés indépendamment des options, si le mouvement du prix de l’action était brownien et n’admettait pas de soudaines discontinuités (sauts).

24Tout algorithme de trading, lorsqu’il est prédictif et qu’il ne consiste pas trivialement à exécuter plus vite ou plus intelligemment des ordres d’achat ou de vente déjà décidés, revient en définitive à fixer certains paramètres statistiques qui généralisent celui de la volatilité de BSM. Il sera ainsi incompatible avec l’impératif de négocier dans leur marché indépendant les produits dérivés de niveau correspondant. D’où l’idée que l’« algorithme » réel du marché financier – et par là nous entendons la logique qui veut que les produits dérivés de tout niveau admettent un marché – consiste en la faillite continuelle de tous les algorithmes programmés, et de la structure même d’algorithme. Dit autrement, le marché financier (inclusif de toutes les couches de produits dérivés) ne peut pas être automatisé. Il ne se déroule pas dans le temps des algorithmes, mais plus bas, dans le temps de leur critique ou de leur infrastructure.

L’infrastructure concrète alternative

25Si le schéma de l’algorithme, et plus généralement celui de l’abstraction et de la probabilité, est le ‘schéma de la valeur’, alors on peut déclarer que le schéma du prix est irréductible à celui de la valeur. On devait sans cesse plonger dans l’abysse concret pour corriger l’espace des possibles jugé insuffisant. Mais on le faisait toujours à rebours, en forçant sans cesse la pensée à renier son précédent acquis : « Oui, pour qui aura scruté l’abysse de plus près, l’événement de la météorite aura toujours été là, etc. ». Ainsi se caractérisait le schéma de la valeur : par ce récit toujours régressif (backward narrative).

26Par contraste, la correction est continuelle et spontanée dans le schéma du prix ; elle est toujours de la surface et l’abysse est en réalité horizontal. Ce qui est toujours implicite, dans le marché, et remplace en cela l’index concret ω du schéma probabiliste, est l’échange. C’est un implicite qui devient spontanément explicite, car s’il est implicitement entendu qu’un produit dérivé est écrit pour être échangé, il le sera en effet. L’échange est l’infrastructure concrète alternative à l’abysse concret et inéchangeable ω du schéma probabiliste, et ainsi le marché est-il fait uniquement d’infrastructure et non pas de structure. Le marché est uniquement concret, et jamais abstrait. Dans le marché, il y a les prix, tous les prix, et rien que les prix.

27Qu’on lance le dé une fois ou qu’on le lance une infinité de fois, la théorie abstraite de la probabilité ne reconnaît là qu’une seule épreuve aléatoire. Un seul échantillon ω produit, selon le cas, une seule face du dé ou la série infinie de toutes les faces obtenues. Et même lorsque la météorite s’abat sur les joueurs, alors le même échantillon aléatoire, tiré une fois pour toutes de tout temps, en aura également décidé. Dans le schéma régressif de la probabilité, tous les événements futurs, aussi inconcevables soient-ils au départ, apparaissent comme les dévoilements successifs de la seule et unique situation concrète ω. La fin des temps s’est depuis toujours placée à l’origine. L’index ω contient toute la mémoire infinie qu’il suffit d’interroger (la mémoire ‘de ce qui se passera !’), jusqu’à concurrence de la faillite de tout le schéma, la fin du monde du schéma devant nécessairement avoir lieu avant la fin du monde réelle.

28Comment alors retrouver le concret absolu, mais de manière non régressive, une mémoire du futur qui aille réellement vers l’avant ? En quoi changer l’implicite ω, à défaut de l’échanger ? (Car il est inéchangeable ; il est le trait du monde, la fin du monde.) On le changera en l’‘équivalent général’, qui sera tout aussi implicite, qui sera l’autre abysse et l’autre fin du monde, mais une fin du monde mise en circulation à chaque pas.

29Voici en effet notre conjecture : l’argent est l’‘abstraction réelle’ non pas parce qu’il établit une coupe dans le concret abyssal, mais parce qu’il remplace toute l’infrastructure du schéma de l’abstraction et tout l’abysse concret qui lui était associé. Dans ce nouveau monde, on peut seulement gagner de l’argent ou perdre de l’argent ; le prix boursier peut seulement monter ou baisser. L’argent devient le seul concret. Il devient la seule fin du monde. Il n’y a pas de résidu et la bourse ne regarde qu’elle-même. C’est parce que les écarts de prix de l’action négociée en bourse se traduisent en argent que l’on peut, avec cet argent, répliquer le payoff du produit dérivé écrit sur cette action (algorithme de BSM). Et c’est parce que le produit dérivé est synthétisé au milieu de la bourse qu’il ne peut, alors, qu’y être négocié à son tour.

30La vertu principale de l’argent est qu’il puisse disparaître (hyperinflation) ; elle est précisément que la fin du monde (de l’argent) soit présente à chaque pas, comme l’autre face de sa nature d’équivalent général. Le schéma de l’abstraction spécifique à l’argent, ‘une fois que la face concrète de l’argent est prise en compte (qui est qu’il peut s’abolir complètement)’, réalise ce que le schéma de la probabilité et de l’algorithme ne parvenait pas à réaliser, à savoir le retournement de l’autre face, celle de la faillite possible de l’algorithme. L’argent montre la face de la faillite totale de son abstraction (hyperinflation) de façon immanente à l’abstraction elle-même. Car cela est inhérent à l’argent et à son caractère d’équivalent général qu’on puisse perdre de l’argent, et même qu’on perde tout l’argent.

31En se substituant à la mémoire infinie de l’abysse ω, l’argent introduit le temps de sa propre abolition et son abysse permanent. Ce temps, ou la reconnaissance continue de l’autre face de l’équivalent général qui est son abolition possible, ne peut que conduire au trading continu de l’actif boursier. On n’arrête pas de se dessaisir de l’actif contre de l’argent pour aussitôt s’en ressaisir, ne sachant pas quelle fin du monde va avoir lieu en premier : celle de l’actif ou celle de l’argent. Cela se traduit par la volatilité du prix de l’actif exprimé en argent, puis par l’écriture et par le trading de toute la chaîne infinie des produits dérivés. C’est ainsi que se vit, tous les jours, la fin des temps (l’événement terminal de l’hyperinflation ou la rupture du schéma du possible), et qu’elle se diffère, tous les jours.

Haut de page

Notes

1 Jean Vioulac : « Marx entre réalisation et dépassement de la philosophie. Principes d’une lecture philosophique du Capital ». In : Les Études Philosophiques 154 (2015/4), p. 493-512, ici p. 510.

2 Ibid.

3 Ibid., p. 508.

4 Baptiste Rappin : « Entretien avec Jean Vioulac : Autour d’Approche de la Criticité ». In : Actu Philosophia <http://www.actu-philosophia.com/Entretien-avec-Jean-Vioulac-Autour-d-Approche-de> [30.4.2019].

5 Ibid.

6 Vioulac : « Marx entre réalisation et dépassement », p. 503.

7 Alfred Sohn-Rethel : La Monnaie. L’argent comptant de l’a priori. Bordeaux 2017 (traduit de l’allemand par Françoise Willmann), ici note de la traductrice p. 33-34. Original : Das Geld, die bare Münze des Apriori. In : Geistige und körperliche Arbeit. Theoretische Schriften 1947-1990. Teilband 2.

8 Élie Ayache : The Blank Swan. The End of Probability. Hoboken 2010 ; Élie Ayache : The Medium of Contingency. An Inverse View of the Market. Londres 2015.

9 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 738.

10 Vioulac : « Marx entre réalisation et dépassement », p. 509.

11 Sohn-Rethel : La Monnaie, p. 73.

12 Un actif financier typique est une action, dont le prix S est coté en bourse. Un produit dérivé écrit sur S est un actif qui retourne de l’argent à son porteur (payoff) si un certain événement relatif au prix S de l’action est réalisé, par exemple S>K à une certaine date future T. Le produit dérivé est lui-même négocié en bourse et y admet donc un prix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élie Ayache, « De l’abstraction réelle de la monnaie au concret absolu du marché financier »Recherches germaniques, 15 | 2020, 81-91.

Référence électronique

Élie Ayache, « De l’abstraction réelle de la monnaie au concret absolu du marché financier »Recherches germaniques [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rg/3457 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.3457

Haut de page

Auteur

Élie Ayache

Président-directeur général du cabinet de conseil en stratégie financière ITO 33
elie[at]ito33.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search