Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Tendances de la science-fiction a...Lasswitz, Zauner, Jeschke : retou...

Tendances de la science-fiction allemande contemporaine

Lasswitz, Zauner, Jeschke : retours à la case départ

Lasswitz, Zauner, Jeschke: Zurück zu den Anfängen
Françoise Willmann
p. 191-207

Résumés

Dans ses contes et romans, Lasswitz explore les possibilités de la science et des techniques pour le progrès culturel de l’humanité. Ses expériences de pensée transgressent l’espace et le temps : elles se situent sur Mars, ou en l’an 3877, ou, dans la direction opposée, au crétacé. C’est le cas dans le conte Homchen, qui fait assister le lecteur aux premiers frémissements de l’humanité. Homchen n’est encore qu’un petit mammifère qui contraste avec les dinosaures carnivores et autres prédateurs, ou avec les animaux craintifs et obtus qui l’entourent, mais il annonce un être bon et intelligent dont on devine que ce sera l’être humain. L’attente promet d’être longue, il est vrai, mais on ne doute pas qu’elle aboutira. Mais qu’en est-il de tant d’optimisme, un siècle plus tard ? Nombre de romans distingués par le Prix Kurd-Lasswitz ont, eux aussi, recours au voyage dans le passé pour s’interroger sur l’homme et son avenir. On confrontera ici à quelques thèmes lasswitziens les deux premiers romans primés, Georg Zauner, Die Enkel der Raketenbauer (1980), et Wolfgang Jeschke, Der letzte Tag der Schöpfung (1981).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kurd Lasswitz : Auf zwei Planeten. Lüneburg 2009. Première édition : 1897.
  • 2 Herbert George Wells : The War of the Worlds. London 2005. Première édition : 1898.

1On l’a souligné, et le site du prix Kurd-Lasswitz n’en fait pas mystère : face à la suprématie incontestée de la science-fiction anglo-saxonne au xxe siècle, rappeler Kurd Lasswitz devait permettre à la science-fiction allemande de renouer avec des racines anciennes et valorisantes. Lasswitz méritait certes d’être ainsi sauvé de l’oubli ; si son roman Auf zwei Planeten1 a souffert de la rivalité avec Wells notamment2, sa valeur intrinsèque n’en est pas pour autant négligeable. La critique a avancé diverses raisons pour expliquer son succès limité. Certains déplorent un déficit de qualités littéraires, regrettent une écriture trop classique pour un roman d’anticipation, un manque d’épaisseur des personnages, ou encore une adéquation trop sage à l’idéologie bourgeoise. Mais on salue également la richesse de l’imagination scientifique et technique et la critique de son temps, notamment la critique du colonialisme. Cependant, s’il y a une caractéristique des écrits littéraires de Lasswitz qui peut expliquer, par-delà ces appréciations ou d’autres, l’oubli relatif dans lequel ils sont tombés, c’est bien sa volonté d’optimisme que l’histoire politique du xxe siècle aussi bien que l’évolution des technosciences et leurs retombées ne peuvent que rendre suspecte.

  • 3 Ainsi, dans son deuxième grand récit, Gegen das Weltgesetz, paru en 1877, Lasswitz envisage une soc (...)
  • 4 Kurd Lasswitz : « Homchen. Ein Tiermärchen aus der Oberen Kreide ». In : Kurd Lasswitz : Nie und Im (...)

2D’emblée en effet, il s’est écarté de la mise en garde ou de l’effroi devant les progrès dévastateurs de l’idéologie scientifique, et cela, non pas par naïveté ou par parti pris scientiste, car il est très tôt conscient des ambivalences des applications possibles, mais par conviction philosophique et en se projetant dans le très long terme3. Or, on est frappé de voir que les premiers romans qui furent primés par le prix Kurd-Lasswitz se situent plutôt dans le prolongement du grand rival qui écrasa Auf Zwei Planeten. Ce sont souvent des romans de l’après-catastrophe, une thématique dont ils se servent certes pour appeler à la vigilance face aux périls que la technoscience fait courir à l’humanité, mais également pour mettre en scène l’homme dans des circonstances limites. Ces explorations avant ou après la civilisation et sa chute offrent aux auteurs l’occasion de s’exprimer sur la nature humaine ou de la fantasmer, et se soldent volontiers par des constats plutôt sinistres. Lasswitz a lui aussi interrogé les origines de l’humanité, avec la visée clairement didactique qui caractérise l’ensemble de son œuvre, notamment à travers un conte, Homchen4, où l’on voit s’achever l’ère des rapports de force bruts des dinosaures et émerger les traits caractéristiques d’une évolution plus généreuse vers l’homme. Georg Zauner, le premier auteur à avoir été distingué par le prix Kurd-Lasswitz, fait s’interrompre cette marche du progrès, du moins temporairement. La vision de l’homme qui se dégage de cet intermède est aux antipodes de l’idéalisme lasswitzien, mais la critique de la civilisation qui se dégage de son roman ne s’arrête pas à un diagnostic défaitiste. Au contraire, il semble plutôt renouer avec le sens de la mesure et l’optimisme de son célèbre prédécesseur. L’année suivante, Wolfgang Jeschke retournait à nouveau à une époque précédant les débuts de l’humanité, en partant du présent, sans catastrophe régressive cette fois-ci, mais grâce au progrès de la science et des techniques. Je m’arrêterai à ces trois projections dans le passé dont l’un des enjeux majeurs touche aux questions qu’ils posent – plus peut-être qu’aux réponses qu’ils apportent – concernant l’homme et le progrès, et donc l’avenir.

Homchen ou l’optimisme du progrès

  • 5 Walter Harlan : « Märchen, keine Märchen ». In : Literarisches Echo 11 (1908/1909), p. 1424-1426.

3Homchen est un récit que son sous-titre, Ein Tiermärchen aus der oberen Kreide, situe historiquement bien avant l’émergence de l’humanité puisqu’il nous transporte bien des millions d’années en arrière, à l’ère secondaire : ce sont les premiers frémissements de la conscience, de la pensée, du sens moral chez un être qui ne fait qu’annoncer l’homme, et qu’un dessin de la main de Lasswitz permet de se représenter sous l’apparence d’un koala, tel qu’on le trouve dans Brehms Tierleben. Homchen est paru en 1902, dans un recueil intitulé Nie und immer, dont il constituait la première partie. Un compte rendu de cette publication évoquait deux textes de la deuxième partie intitulée Traumkristalle et sous-titrée Neue Märchen, à savoir Die Universalbibliothek et Wie der Teufel den Professor holte, deux brefs récits – actuellement parmi les plus appréciés de l’auteur – où les mathématiques jouent un rôle central. Le critique affichait son scepticisme face à ces deux textes, contestant le genre annoncé par l’auteur : si le professeur Lasswitz, écrivait-il, était taraudé par un problème mathématique, on ne voyait pas en quoi l’exposé de ce problème pouvait prétendre au titre de conte. Les termes du compte rendu sont sans concession. En revanche, le même critique ne tarissait pas d’éloges à propos de Homchen, allant jusqu’à affirmer la supériorité de ce conte sur celui de Goethe, Das Märchen5. Que le conte de Goethe ait été présent à l’esprit de Lasswitz ne fait aucun doute. Mais par-delà les correspondances (on pense forcément au serpent, rouge chez Lasswitz) et les antagonismes (la thématique de l’or / argent par exemple est absente du conte de Lasswitz, qui, de manière générale, préfère traiter la dimension économique en corollaire de la question scientifique), le conte philosophique de Lasswitz est loin du symbolisme complexe de Goethe. En revanche, s’il faut inscrire le récit, qui a certes des accents faustiens, dans ses sources d’inspiration ’classiques’, c’est Kant et Schiller qu’il faut rappeler. L’optimisme de la raison qui imprègne l’anthropologie kantienne détermine le regard porté sur l’évolution de la terre et de ses occupants ; la confiance de Schiller dans l’esthétique comme moyen d’éducation sous-tend l’intention didactique de ce conte qui, comme beaucoup de textes de Lasswitz, allient sérieux et ludique, pathos et humour. Et bien entendu, c’est sur la théorie darwinienne que s’appuie ce retour sur les sources animales de l’humanité.

4Homchen – c’est le nom du protagoniste principal, un petit « Kala » – raconte l’histoire d’un mammifère intelligent (« klug ») et courageux, à la recherche du Serpent rouge qui règne sur l’univers et dont se réclament les dinosaures les plus dangereux, la plupart par superstition, quelques-uns pour asseoir leur pouvoir. Il apprend à mettre en doute les discours mensongers des grands prédateurs et à reconnaître la voix en lui qui le soutient dès lors qu’il veut s’émanciper des traditions assujettissant et emprisonnant ses congénères. De fil en aiguille, il est amené à braver les interdits dont il sent la vacuité. C’est ainsi que les Kalas habitent les forêts, vivent la nuit, et dorment le jour ; ils n’ont pas le droit de quitter la forêt ni de regarder le ciel. Ils ne savent pas d’où viennent ces injonctions mais ils les respectent. En général, ils croient ce qu’en disent les dinosaures, leurs ennemis et oppresseurs, à savoir qu’elles ont été données par le Serpent rouge. Lorsque Homchen, amené à vaincre le coelurus (pour lui échapper), transgresse ainsi l’interdit (s’attaquer aux dominants) et qu’il tient des propos sur le Serpent rouge tenus pour blasphématoires par le groupe, il soulève certes l’enthousiasme des jeunes, mais il est mis au ban des Kalas par les anciens. Commence alors son voyage initiatique, la quête du Serpent rouge, dont il attend qu’il lui donne la clé des mystères dont il a l’intuition. Il quitte le nord de ses origines, se dirige vers le sud, vient à bout, en passant, de quelques-uns des plus redoutables ennemis des mammifères et apprend peu à peu à déceler ce que les puissants veulent cacher. À force de courage, de réflexion, d’observation, d’expériences, avec de la chance également, c’est-à-dire l’aide opportune, plus ou moins délibérée, de quelques autres animaux – le hérisson, la grande tortue, etc. – ou d’événements – l’éruption d’un volcan par exemple –, il parvient à éliminer les prédateurs les plus dangereux et permet à une partie au moins des siens, chassés de chez eux par les dinosaures résolus à détruire leur forêt pour se débarrasser des Kalas mais finissant par s’entredévorer, de reconquérir leur milieu d’origine. Quant à lui, il échouera à entraîner les siens à tirer profit de ses découvertes, et finira isolé, mais confiant dans l’avenir.

5Homchen fait pendant aux projections futuristes dont l’auteur avait esquissé diverses versions. La forme du conte animalier permet de suggérer des réponses aux questions de l’origine et de la nature de l’homme, tout en échappant aux contraintes de clarté et d’univocité qui s’imposent aux discours théoriques. Lasswitz entrecroise fantastique et philosophique, symbolique et historique, représentations mythologiques et scientifiques. Il annonce dès le début l’anthropocentrisme de son esquisse, laisse entendre que le lecteur devra lui-même faire la part du sérieux et du jeu, comme le montre l’emploi de « denken » appliqué au soleil, dès les premières lignes du conte :

  • 6 Kurd Lasswitz (note 4), p. 1.

Menschen gab es noch nicht. An ganz anderen Stellen als heutzutage standen die Berge, wogten die Flüsse und Meere, und selbst die liebe Sonne ging noch leichtsinniger mit ihren Strahlen um. Aber allmählich dachte sie doch daran, sich etwas häuslicher einzurichten.6

De fait, pensée et action sont étroitement liées dans cette histoire et sont des caractéristiques indissociables et quasiment simultanées de l’impulsion vers l’émergence de l’humain que met en scène le récit. Lorsque Homchen parvient à tuer le dinosaure à queue creuse, triomphant ainsi contre toute attente de la force qui menace de l’écraser, c’est à la faveur d’un acte audacieux soutenu par la ruse, c’est-à-dire rendu possible par une forme de réflexion. Mais pour en arriver là, il lui avait fallu au préalable sortir de la forêt en plein jour, en d’autres termes, transgresser les interdits et dépasser ses craintes, s’arracher à l’obscurantisme, se tourner vers la lumière. Identifier une origine claire et précise à ces enchaînements s’avère aussi tentant que vain.

6On peut souligner du reste que Homchen n’est pas le seul à s’interroger, à penser : parmi les grands prédateurs qui menacent les mammifères, ils sont quelques-uns à avoir compris tout le parti qu’ils pouvaient tirer de la légende du Serpent rouge qui aurait créé le monde et exigerait la soumission à sa loi, et dont ils ont fait courir le bruit qu’il aurait fait d’eux ses messagers, les investissant du pouvoir sur les autres. Ils calculent et manipulent, tirent parti des croyances qu’ils entretiennent savamment, sous forme de savoir plus ou moins ésotérique. Ils finiront par s’entre-tuer. Cependant, la légende du Serpent rouge ne semble pas pure invention. Avant d’être un instrument aux mains des plus hardis, elle pourrait bien être l’écho d’une voix présente en chaque être, certes étouffée tantôt par l’intérêt, tantôt par la crédulité, tantôt par la faiblesse, mais un écho du divin présent dans l’univers.

7L’iguanodon, lui aussi, pense : dinosaure omnivore, il a la prétention d’être l’animal le plus intelligent et le plus moral (il est végétarien !) et donc d’incarner l’idéal. Sa vanité lui fait oublier ses limites et à sa façon, il est aussi tyrannique que les autres dinosaures : sous prétexte de faire leur bonheur, il veut obliger tous les mammifères à devenir végétariens, ce que même Homchen refusera (il aime trop les fourmis !). C’est ainsi que l’iguanodon, pressenti par ses congénères pour prendre la tête de l’assaut contre les Kalas, s’adresse à eux en ces termes :

  • 7 Ibid., p. 109.

Meine lieben Vettern. Kurz wird meine Antwort sein, denn ich bin kein Freund von langen Reden. Was ihr sagt, habe ich selbst schon alles bedacht, denn ich denke schnell, ich denke viel. Ihr habt klug gehandelt, daß ihr mich wähltet, denn ich bin stark, ich bin weise, ich bin die klügste der Echsen, ich bin mein Ideal. Wißt ihr was das ist? Ihr wißt es nicht, denn ich habe es selbst erfunden. Vernehmt, ich werde euch mein Programm entwickeln. Doch unterbrecht mich nicht, denn ich bin kein Freund von langen Reden.
 
Wenn ich mir das höchst entwickelte Lebewesen der Erde vorstelle, so muß es auf zwei Beinen gehen, den Kopf hoch tragen und bewegliche Daumen besitzen, nebenbei muß es fein denken können.7

8Il semble ainsi anticiper l’homme, mais il brosse son propre portrait. Caricature humoristique de philosophe idéaliste, il est ridicule par sa fatuité, mais il met le doigt sur des nécessités de l’évolution vers l’humanité, et sert de contrepoids au pathos que génèrent les qualités de Homchen. Malgré ses travers, il incarne une tendance au progrès et deviendra un allié pour Homchen. Ce dernier, le personnage principal, a quelque chose d’un prophète : un moment clé du récit est une vision qui anticipe l’avènement de l’humanité, et il finira ermite. Or, ses hauts faits et ses révélations auraient dû ou pu en faire un héros aux yeux des siens et déclencher l’hominisation. Mais Homchen ne convainc personne, ou presque. Devant les prodiges qu’il accomplit, ceux qui devraient en profiter se détournent de lui, soit par crainte, soit par rejet de ce qui blesse leur tradition ou – pensent-ils – trahit leur véritable nature. Ainsi, Homchen se retrouve-t-il seul, mais certain au fond de lui-même que viendra un jour cet être bon et intelligent qu’il a entraperçu dans son rêve.

  • 8 Kurd Lasswitz : Aspira. Der Roman einer Wolke. Leipzig 1905.
  • 9 Cf. Peter Sloterdijk : Règles pour le parc humain suivi de La domestication de l’être. Paris 2010. (...)

9A priori, ce conte ressemble davantage à un conte philosophique qu’à un conte qui aurait quoi que ce soit à voir avec la science (-fiction). Mais il a à voir avec la technique, et cela de manière tout à fait décisive. Dans son roman Aspira. Der Roman einer Wolke, Lasswitz mettra en scène la concurrence entre le scientifique et l’ingénieur8 ; dans Homchen, la technique est au premier plan. Lasswitz fait de ce très lointain ancêtre le découvreur de deux outils essentiels : la pierre et le feu. Il apprend à se servir de l’une et de l’autre, poussé par le besoin et inspiré par la nature. La technique est donc perçue comme un moment décisif, voire comme le moment fondateur de l’évolution, un moment déterminant du passage de l’animal à l’homme. Homchen assiste à un éboulement qui écrase un serpent, ce qui lui donne l’idée de jeter lui-même des pierres sur celui qui le poursuit9. Et cet événement précède l’usage du feu, après qu’il eut observé un troupeau de dinosaures devenu la proie des flammes, qui en outre lui révélera autre chose encore : l’importance du collectif. Imiter la nature en se servant du feu comme d’une arme exige en effet un dispositif complexe (il n’est pas encore question de frotter des silex, simplement de conserver des branches enflammées), et exige aussi que les mammifères adoptent des habitudes qui leur sont totalement étrangères : mettre ensemble leurs forces, trainer du bois, se redresser sur deux pattes, bref, changer d’identité, et ils refusent absolument de suivre Homchen dans cette voie.

10Mais les ruptures décisives ont eu lieu. L’ordre naturel a été bouleversé et le sera encore, car Homchen n’est qu’une cristallisation fictionnelle de phénomènes qui, un jour ou l’autre, en un lieu ou en un autre, devaient se produire, puisqu’ils étaient possibles. La rébellion du faible contre le fort pour la survie mais aussi la solidarité avec l’espèce, l’observation des phénomènes naturels suscitant curiosité, imitation, exploitation, dépassement, l’émergence à travers toutes sortes d’expériences de la conscience de soi, sont autant de moments culminant dans l’idée de liberté qui suggèrent que Lasswitz table sur l’hypothèse optimiste d’un progrès inéluctable quoique toujours menacé. Homchen, le petit animal qui annonce l’homme, passe par plusieurs phases : au début, il veut imposer ses découvertes, puis il apprend la patience, ne pouvant faire autrement que d’accepter le refus de ses congénères de bousculer la nature. Le conte interroge les origines de l’humanité, et par là apporte une réponse propre à la question : qu’est-ce que l’homme ? Un être intelligent et bon – sous sa forme idéale – qu’il faudra attendre encore longtemps, car Lasswitz oppose la métaphore organique de la croissance aux rêves de surhomme qu’il tourne en dérision. C’est ainsi que le hérisson dit au début du conte :

  • 10 Kurd Lasswitz (note 4), p. 27.

’Das Denken’, fuhr der Igel fort und blinzelte mit seinen Äuglein, ’das Denken ist die Hauptsache, das Denkorgan entwickeln. Aber wie? Wie soll man das machen? Das möchtest du wissen? Nun – unter uns gesagt – es hört uns doch niemand? Nun, Homchen, du bist ja jetzt auch erwachsen. Nämlich – wie soll ich sagen – ihr Beuteltiere müßt über euch hinauswachsen, ihr müßt etwas Höheres werden – mit einem Worte: Ihr müßt den Über-Beutler züchten!’10

11Mais la sagesse à laquelle parviendra Homchen est bien différente :

  • 11 Ibid., p. 201.

Meine Genossen werden noch viele, viele Geschlechter im Walde klettern, ehe sie lernen den Stein werfen und die Flamme tragen. Das Kleine wird groß, aber nur ganz langsam. Ich kann nicht die junge Eiche ausstrecken, daß sie groß wird; sie muß aus sich herauswachsen durch Sommer und Winter.11

  • 12 Bertrand Gille : Histoire des techniques. Tours 1978, p. 134.

12Du coup, Lasswitz confronte son lecteur à une contradiction essentielle, plus que jamais problématique, du rapport de l’homme à la nature : tout en appelant de ses vœux la sortie de la nature – car son usage de la pierre et du feu l’a bien montré : « La technique est très précisément un acte qui fait sortir l’homme des phénomènes naturels, qui va parfois même contre l’ordre naturel12. » – il s’en remet à ses lois.

  • 13 Kurd Lasswitz (note 4), p. 143.

13Les Kalas, quant à eux, veulent rester petits. Ils ne veulent rien savoir des rêves de Homchen : « Groß werden, mächtig werden! Herrschen! » « Beherrschen », « Zähmen », «Bezwingen »13, autant d’expressions de la maîtrise qui sont au cœur de la vision du Kala rebelle, face à l’éruption volcanique qui manque de l’emporter, face à une nature pleine d’embûches et de dangers de toutes sortes. La projection de Lasswitz dans l’univers des dinosaures, monstres redoutables, dans une nature sauvage et hostile, et l’identification du lecteur à un petit animal pacifique (sauf pour les fourmis, autre contradiction peut-être…) et intrépide, donnent au désir de contrôle une évidence, voire une dignité qui respecte même le choix de ceux qui ne rêvent pas de se dépasser. Mais la conviction de Homchen est sans doute partagée par l’auteur : ce n’est qu’une question de temps.

Die Enkel der Raketenbauer14 ou l’après-catastrophe

  • 14 Georg Zauner : Die Enkel der Raketenbauer. München 1980.

14Moins d’un siècle après cet hommage aux premiers pas vers une technique identifiée au progrès intellectuel et moral de l’humanité en route pour la réalisation de sa liberté, Georg Zauner (1920-1997), le premier récipiendaire du prix Kurd-Lasswitz, transporte son lecteur dans un univers aux antipodes de celui de Homchen : l’évolution rêvée par ce dernier s’est concrétisée jusqu’à son point culminant dans l’âge industriel, avant de s’effondrer et de forcer les hommes à tout reconstruire. Die Enkel der Raketenbauer se présente comme un recueil de textes hétérogènes – fragments de lettres, de rapports, de documents, notes du Frère Friedel – publiés en l’an 3276. Des lettres de lecteurs faisant probablement suite à une première édition sont de nature différente : l’un met en doute l’authenticité des documents, l’autre demande des explications supplémentaires, une historienne précise son interprétation des événements qui constituent la toile de fond du récit. Les ’documents’ correspondent à une période comprise entre 2750 et 2800 ap. J.-C., période de difficile reconstruction, ce qui fait dire à l’un des protagonistes :

  • 15 Ibid., p. 58.

Und deshalb sind wir Enterbte. Man hat uns aus dem Paradies des Überflusses gestoßen, wir sind aus der Wärme in die Kälte versetzt, man hat uns beraubt und geschändet, wir sind mit Armut geschlagen15

Quelque chose s’est passé en un lieu que l’on devine être la Bavière (Bajuvien!), une région désormais dévastée, et dont les habitants se retrouvent de ce fait dans un état de pauvreté physique et mentale, de régression aux allures de Moyen Âge.

  • 16 Ibid., p. 17, 19, 80, etc. Un correspondant qui se contente d’abréger cette entrée en matière sous (...)

15Ce sont les religieux qui ont (re-)pris le pouvoir. Ils ont su sauvegarder un certain savoir, certes rudimentaire, mais qui leur permet de s’orienter un tant soit peu. Ils s’appuient sur une organisation rigoureusement hiérarchisée, sur des vestiges de croyances et de rituels hérités apparemment de la tradition catholique, et bénéficient de la superstition d’une population apeurée, démunie, sans cesse confrontée au manque et à l’inintelligible, et donc relativement soumise. Les religieux régentent l’ensemble de la vie et règnent par des méthodes primitives : exigences d’obéissance strictes (tous les courriers doivent commencer par la mention : « Das Reich kommt. Sein Wille geschieht »16), châtiments corporels, séparation entre hommes et femmes, travail imposé, dîme, etc. Leur handicap majeur, c’est que pas plus que d’autres, ils n’ont de connaissances des sciences et techniques modernes.

16Il faut donc tout reprendre à zéro : restructurer la société, réinventer l’agriculture dans un environnement qui n’offre plus guère de terres arables, ménager les maigres ressources, apprendre à se servir d’animaux domestiques pour les travaux les plus durs, et surtout se repérer dans un univers étrange et étranger, où surviennent sans cesse les accidents les plus inattendus. Le plus déroutant est en effet que la population, que l’on devine assez peu nombreuse et peut-être malade (la faible fécondité est suspecte), est plongée dans un milieu incompréhensible et hostile. Le paysage de l’ère secondaire traversé par Homchen lors de son périple paraît riche et varié à côté de ce qu’est devenue Bajuvien après la catastrophe. C’en est au point que l’on se demande s’il ne faudrait pas détruire ces bandes de pierre étranges qui sillonnent la contrée (mais que faire de tout ce matériau inutilisable ?), inspirant au Frère Friedel les réflexions suivantes :

  • 17 Ibid., p. 16.

Ich schritt also auf den geborstenen Platten, die mit Moos und Gras bewachsen waren, und versuchte mir gegenwärtig zu machen, wie es wohl hier vor tausend Jahren zugegangen sein mag. Ist es wahr, daß sie mit eisernen Wagen, die schneller als die Schwalben waren, hier entlangfuhren? Und wenn es so war: Zu welchem Zweck taten sie das, und welchen Gewinn hatten sie davon? Wenn ich diese endlos gerade Straße entlangblickte, dann schauderte es mich, denn sie dünkte mir unmenschlich! War es am Ende eine teuflische Lust, welche die Damaligen zu ihrem Tun trieb?17

17Ces questions pourraient bien être une réponse malicieuse à Lasswitz, qui, faisant des nouveaux modes de transport l’emblème du progrès, s’amusait dans Homchen à caractériser l’être à venir dont rêve le Kala par le verbe « rollen » :

  • 18 Kurd Lasswitz (note 4), p. 33.

[…] ich habe einmal eine Sage gehört, es werde dereinst ein Tier kommen, das weder schwimmt noch fliegt, weder läuft noch klettert, sondern das rollt; und das werde schneller und stärker sein als alle Tiere18.

  • 19 Ibid., p. 205.

Le conte du reste s’achève sur ces mots : « Homchen schloß die Augen und die geliebten Träume stiegen empor, und leise sprach es: ,Und das rollende Tier kommt doch!‘ »19.

  • 20 Georg Zauner (note 15), p. 22.

18On le voit : le roman de Zauner est avant tout une critique de la civilisation technique et industrielle de la fin du xxe siècle, adoucissant à l’occasion la remise en cause acerbe de ce progrès que croyait entrevoir Homchen par une dérision plus légère tournée contre les particularités bavaroises. Le texte suggère symboliquement que les événements, dont personne n’a la mémoire, ont réduit la contrée à l’âge de la pierre, et l’on s’efforce de passer à l’âge du fer, mais sur le mode de la récupération et du recyclage. Ainsi, une commission a été instaurée par les religieux pour retrouver tous les objets en fer disponibles. C’est au cours de cette recherche que l’on tombe sur un fût que l’on ouvre avec beaucoup de mal, pour un résultat fort désagréable : « Daraus fuhr nun mit großer Gewalt eine schaumige Flüssigkeit hervor und verbreitete sogleich einen greulichen Gestank »20. Le lecteur l’aura compris : il s’agissait de bière. La scène a son pendant dans la découverte de fûts jaunes recouverts de signes étranges, que l’on ouvre avec aussi peu de doigté, et qui, contenant probablement des déchets radioactifs, provoquent la mort de nombreuses personnes. Bien entendu, il ne s’agit pas simplement de se gausser d’un breuvage national. Les deux situations montrent l’absence mortifère de repères à laquelle sont confrontés les survivants d’une époque dont le degré de complexité exige des informations qui, ayant disparu ou leur sens étant devenu inaccessible, entretiennent le caractère proprement explosif des inventions autrefois saluées comme incarnations suprêmes de l’intelligence humaine.

19Mais on est désormais replongé dans l’ignorance, qui nourrit tous les quiproquos, suscitant des scènes dramatiques pour les protagonistes, grotesques aux yeux du lecteur. Parmi les épisodes emblématiques, on peut compter la découverte de figures que le lecteur identifie assez aisément comme étant des mannequins, ce qui donne lieu à une satire de la société de consommation :

  • 21 Ibid., p. 115.

Der Anblick dieser vielen nackten Gestalten, die ihre Arme in den seltsamsten Verrenkungen von sich streckten, war erschreckend, so daß wir uns ihnen nicht zu nähern wagten, ohne das Kreuz zu schlagen. […] Welch seltsame Riten mögen sich im Angesicht dieser Standbilder zugetragen haben! – Waren es Fruchtbarkeitsgötinnen, wie man sie in fremden Ländern verehrt? Wir wissen wenig über das, was die früheren Bewohner dieser Stätte gefühlt oder gedacht haben!21

De crainte que ces figures ne suscitent des pratiques superstitieuses de nature à leur échapper, les religieux décident de couper court à ce qui risque de tourner à l’adoration du veau d’or, et, affirmant qu’il s’agit de représentations diaboliques, ordonnent de les brûler solennellement. Cela donne lieu à une scène d’effroi pour les spectateurs qui, ignorant bien entendu tout des matières plastiques, voient dans ces membres se tordant dans tous les sens et dans l’épais nuage de fumée noire et nauséabonde qui s’en dégage, la marque du diable lui-même.

20Plus loin, des travaux de fouille, toujours à la recherche de fer, donnent lieu à une scène moins dramatique :

  • 22 Ibid., p. 137.

Auch die Heiligen Garden mischten sich zuweilen ein, denn sie sind begierig nach allem, was ihre alte Herkunft beweisen könnte, die sie TRADITION nennen. So führen sie neuerdings Stangen mit sich herum, an denen bunte Tücher befestigt sind, welche heftig im Winde flattern, wenn die Garden dahergeritten kommen. Auf diesen Tüchern, die man unversehrt in einem Keller fand […] sind Bilder, Zeichen und Schriften zu sehen. Obschon unverständlich, erregen sie gerade deswegen und wegen ihres ehrwürdigen Alters den Neid der anderen Garden, die nicht auf dem Felde MUNIC stationiert sind. So kann man Worte wie EDEKA lesen oder Mc DONALD oder WIENERWALD.22

La satire de la société de consommation n’est pas secondaire : l’hypothèse la plus plausible est, selon l’historienne et les éditeurs des documents, la dissolution progressive d’une société confrontée à l’insuffisance des matières premières nécessaires à son mode de vie et qu’elle n’a pas su anticiper. De nombreuses traces donnent à penser que des conflits comparables à des guerres civiles ont mené à une autodestruction progressive, culminant peut-être dans des accidents nucléaires entraînant des destructions à grande échelle. Les personnages qui, des siècles plus tard, tentent de reprendre pied, ont entendu obscurément parler de l’existence d’une chose mystérieuse, la machine, dont auraient disposé leurs lointains ancêtres. Ils n’ont aucune représentation précise de ce dont il s’agit, mais tentent vainement d’en retrouver une trace. Ils se heurtent la plupart du temps à l’absence d’électricité, et à leur complète ignorance technoscientifique.

21Le livre de Zauner est un roman de science-fiction qui nous propulse dans un après-catastrophe destiné à mettre en garde contre l’hybris de la civilisation industrielle de la fin du xxe siècle, qu’il s’amuse à démythifier. La science et la technique qui ont régné en maîtres révèlent toute leur vulnérabilité, et les hommes, si fiers de leur confort et de leur progrès, se retrouvent plus démunis qu’auparavant. Plus démunis que le Kala de Lasswitz, porté par la volonté de se réaliser et la foi en sa liberté. Dépassés par leurs créations, après la catastrophe induite par leur incapacité à gérer des ressources limitées, les hommes du xxsiècle se retrouvent au contraire ravalés au rang d’êtres primitifs, dans un état sauvage où le mâle domine, soumis à nouveau aux rapports de force, dans une société où une petite caste impose sa volonté aux plus faibles. Alors que Lasswitz mettait en scène l’émergence émancipatrice de la conscience du divin qui habite tout homme, c’est le retour à la superstition la plus manipulable que Zauner met en avant.

  • 23 Elle avait fait plusieurs fausses couches, que l’on devine liées aux retombées de la catastrophe.

22Pour autant, Zauner ne veut visiblement pas être défaitiste : le roman s’achève certes sur la mort du frère Friedel, mais aussi sur l’annonce de la grossesse, cette fois-ci en bonne voie23, de sa sœur. Par ailleurs, nous savons d’emblée qu’il ne s’agit que d’une phase transitoire, puisque le roman est censé avoir été publié en 3276, et quelques interventions des ’éditeurs’ le confirment : nous nous trouvons ici à un stade intermédiaire de l’évolution de l’humanité. Nous n’avons en effet assisté qu’au naufrage de la Bavière, peut-être de l’Europe, mais non pas du monde, et une société plus écologique, plus prudente, plus modeste, s’est apparemment développée dans d’autres parties de la planète. Cependant, si l’on peut estimer que le roman de Zauner ne manque pas de qualités, cette perspective de relèvement d’une humanité qui, revenue à une étape antérieure de son développement, semble plutôt reprendre la direction originelle, n’est pas entièrement convaincante. Une vision que l’on ne peut que qualifier de pessimiste de l’être humain ne rend pas très crédible l’entrée dans cette troisième phase de la civilisation vantée par les ’éditeurs’ : si l’homme retombe dans les superstitions et rapports de force anciens, comment envisager que l’on reconstruise un autre monde où s’imposeraient un équilibre écologique et une technique soucieuse de modération ?

Der letzte Tag der Schöpfung ou : réorienter la marche de l’histoire ?

  • 24 Wolfgang Jeschke : Der letzte Tag der Schöpfung. München 2005 (deuxième édition).

23Dans le roman de Wolfgang Jeschke, Der letzte Tag der Schöpfung24, c’est encore une fois à un retour à un état primitif de l’humanité que nous sommes conviés, encore que de manière très différente : cette fois-ci, la transgression temporelle n’est pas une simple projection linéaire ou accidentelle. Elle se présente comme un résultat ’positif’ des possibilités des technosciences, une réalisation obtenue grâce à l’invention réussie d’une machine à retourner dans le passé, le Chronotron. Des hommes ont été propulsés dans un passé très lointain, dans le cadre d’un projet politique et économique dirigé par les États-Unis. Ce sont donc, du moins au départ, la volonté et la capacité de maîtrise qui déclenchent les événements ; contrairement au roman de Zauner, celui de Jeschke est le récit d’une entreprise enthousiasmante, non pas le résultat regrettable d’une machine qui s’emballe.

  • 25 Ibid., p. 116. Il s’agit, comme le dit Jeschke dans sa postface de 2005, d’empêcher Khadafi de sévi (...)
  • 26 Ibid., p. 115.

24Le départ des événements est à peu près contemporain de la parution du roman. Le projet naît, nous dit-on, aux États-Unis en 1958, et est mis à exécution entre 1986 et 1996. Plusieurs centaines de personnes sont propulsées à un peu plus de 5,3 millions d’années en arrière, quelque part entre l’Espagne et l’Afrique avant que la mer n’ait envahi cette région. L’objectif est clair : « Wir haben vor, den Scheichs das Öl wegzupumpen, bevor sie sich draufsetzen können25. » et la voie simple : « Wir werden Sie fünfeinhalb Millionen Jahre in die Vergangenheit schicken, und Sie werden dort ein paar Handgriffe erledigen, die Gottes Vorsehung aus unerfindlichen Gründen entgangen zu sein scheint26. » Mais les États-Unis n’ont pas été les seuls à avoir eu cette idée de génie, évidemment, et lorsque nos héros débarquent de leur engin, les Russes et bien d’autres nationalités sont déjà sur place, et ce sera le premier obstacle à affronter et l’occasion de renouer avec la problématique d’une maîtrise technoscientifique mortifère : les protagonistes, loin d’améliorer le cours de l’histoire avant qu’elle ait pu prendre une mauvaise direction, importeront le conflit nucléaire et ses ravages écologiques – nos héros atterrissent sur un terrain déjà contaminé par la radioactivité – dans un environnement où l’homme était encore un corps étranger.

  • 27 Quelques femmes font partie également du programme : à la réunion d’information et de recrutement o (...)

25La transplantation de l’élite américaine dans cet environnement où il devait n’y avoir que bêtes féroces et lointains ancêtres simiesques de l’homme signifie pour nos protagonistes27 un retour à la vie sauvage. Certes, c’est un état de nature au confort un peu amélioré, car les visiteurs du xxe siècle ont tout de même emporté quelques objets, des savoir-faire et des habitudes d’organisation : ils savent donc, malgré l’adversité et les difficultés de toutes sortes, imposer leurs habitudes de maîtrise. C’est ainsi qu’ils asservissent – et s’efforcent d’éduquer – les ancêtres de l’homme qu’ils rencontrent, deux espèces entre le singe et l’homme. La première rencontre avec l’un d’eux est relatée en ces termes :

  • 28 Wolfgang Jeschke (note 24), p. 180-181.

Das Wesen reckte das Kinn, spitzte mühsam die dunklen wulstigen Lippen, als habe es Schwierigkeiten mit der Artikulation. „Goodluck“ brachte es schließlich mit dunkler kehliger Stimme heraus und wischte sich mit seiner sehnigen, sandfarben behaarten Hand übers Gesicht, bevor es sie ihnen lässig mit nach unten gekrümmten Fingern zum Gruß reichte. Sie war schmal und kräftig und fühlte sich hart und kühl an. Steve zuckte innerlich zurück, als seine Finger das dichte Fell auf dem Handrücken berührten, aber ein Blick in die dunkelbraunen, ihn wachsam musternden und dabei verschmitzt blinzelnden Augen sagte ihm, dass er ein kluges, ein denkendes Wesen vor sich hatte, das nur äußerlich einem Affen glich, wie er sie aus seiner Zeit kannte. Es war eine Kreatur, die kein Tier mehr war, die ihre Entwicklung zu einer intelligenten Lebensform bereits angetreten hatte, ohne ihre Instinkte schon preisgegeben zu haben. Steve war fasziniert von dem Geschöpf. Es war fremdartig und doch das Menschenähnlichste, dem er je begegnet war. Es wirkte anziehend in seiner geschmeidigen Grazie und natürlichen Anmut und zugleich abstoßend in seiner Tierhaftigkeit, obszön in seiner naturhaften Schamlosigkeit und gefährlich in seiner Wildheit. All diese Eindrücke schienen in der raubtierhaften Ausdünstung zusammengeballt zu sein, die das Geschöpf umgab: ein herber, undefinierbarer, faszinierender Geruch, auf den sogar noch seine abgestumpften Sinne ansprachen. Das ist ein Fleischfresser, sagte sich Steve, ein gefährlicher und gnadenloser Jäger. Das gefährlichste Raubtier, das die Erde je hervorgebracht hat. Und es ist im Begriff, sein Paradies zu verlieren.28

  • 29 Ibid., p. 217.

Ce qui frappe dans ce passage, c’est la fascination éprouvée pour cet ancêtre de l’homme fantasmé, qui vit en une société virile, prédatrice, d’une cruauté que le texte se complait à illustrer, et où bien évidemment les femmes sont soumises et déterminées entièrement par leur sexualité. Le groupe rival de celui de Goodluck est dominé par un chef d’un charisme aristocratique, mais tous ont en commun leur sauvagerie, leur intelligence, leur présence physique, et l’absence totale de morale. C’est la loi du plus fort qui règne, et Steve, le héros, y trouve la confirmation de sa plus vieille intuition : l’homme a toujours été un loup pour l’homme, même dans ses premiers balbutiements. D’un groupe végétarien, visiblement condamné par l’évolution, Steve affirme qu’il n’aurait pu donner naissance à l’homme : « Dazu bedurfte es des Killeraffen, kaltblütig, unberechenbar und erbarmungslos »29.

26Ces êtres sont chassés de leur paradis, non pas par une divinité, mais par ces hommes arrivés à contretemps qui leur imposent les contraintes d’une civilisation future, modelée par la maîtrise de l’outil et de la rationalité, et ils ne s’y plient que très difficilement, cherchant sans cesse à s’y dérober. Cependant, il faut noter qu’en dépit de la fascination qu’ils exercent sur les nouveaux arrivants, notamment à cause du naturel avec lequel ils vivent leur corps et leurs instincts, ceux qui transgressent la barrière des espèces sont rarissimes. La proximité de rapports pacifiés s’obtient à la faveur d’un rapprochement en direction de l’homme, et non par l’inverse. Et malgré l’attirance trouble ressentie par les Américains, la direction du progrès ne fait aucun doute, pas plus que ce qui en fonde la voie : c’est bien la pensée qui est déterminante, et les corps devront être assujettis.

  • 30 Ibid., p. 238.

27Ce retour à une époque et en un lieu pré-humains promettait un nouveau dépassement des limites humaines, grâce au progrès technoscientifique, mais est un échec. Le voyage dans le temps ne fonctionne en effet qu’à moitié. Comme Steve, le personnage principal, le redoutait dès le départ, il s’avère que si la transplantation dans le passé réussit à peu près, ramener les voyageurs au xxe siècle reste impossible. Ils sont donc plusieurs milliers de techniciens, d’ingénieurs, de scientifiques de pointe, condamnés à recommencer l’aventure humaine à zéro, dans des circonstances bien différentes de ce qu’on leur avait promis, en sorte que leur présence, au lieu de révolutionner l’histoire du monde, n’aura pas plus d’effet, au niveau cosmique, qu’une goutte d’eau dans l’océan. Leurs réactions à cette situation imprévue – tous faisaient évidemment confiance aux initiateurs du projet – vont du désespoir au déni, en passant par la résignation lucide et mélancolique de Steve, et donnent lieu à l’expression de perspectives multiples voire paradoxales, sur l’aventure technoscientifique en particulier et sur l’aventure humaine en général. Steve, quant à lui, se réfugie dans une modestie aux antipodes du projet américain initial. À un compagnon qui envisage de coucher sur le papier son expérience, pour faciliter aux ancêtres de l’humanité leur progression vers l’avenir, il répond : « Bringe ihnen ein paar verschlagene Tricks bei, damit sie sich besser durchschlagen können. Das ist alles, was du ihnen auf den langen Marsch mitgeben kannst »30.

28Lorsque les rescapés finissent par se résigner à la fin de leur mission, coupant du coup le dernier lien qui les rattachait à leurs origines, le narrateur commente ainsi leur décision :

  • 31 Ibid., p. 278.

Sie alle taten es leichten Herzens, denn nichts verband sie mehr mit dem Zeitabschnitt, dem sie entstammten und der eine Blütezeit menschlicher Kultur hätte sein können, wenn er unter anderen Sternen gestanden wäre als unter denen auf den Schulterklappen ehrgeiziger Generäle.31

Ainsi, le désenchantement qui imprègne le roman est-il circonscrit à un mauvais usage du potentiel qu’avait acquis l’humanité à la fin du xxe siècle, mauvais usage imputé avant tout aux politiques et à la bureaucratie.

  • 32 Ibid., p. 301.
  • 33 Ibid., p. 312.

29Cependant, le roman peut se lire également comme le voyage initiatique de l’individu Steve, dont le monologue intérieur traduit une prise de conscience progressive du sens de l’existence, qu’il identifie pour finir à un défi permanent : franchir sans cesse de nouveaux obstacles, « aber immer wieder würde der Mensch, wohin er auch kam, auf ein Hindernis treffen, das ihn bis zur Raserei herausforderte – sich selbst »32. Lorsqu’à la fin, il s’exclame : « Ich hätte große Lust, meine Schwingen auszubreiten und zu fliegen »33, c’est l’ancrage dans la nature humaine des origines de la civilisation scientifique et technique de l’Occident moderne qui est suggéré, envers et contre tout. Que Sisyphe soit heureux ou non ne change rien à l’affaire.

30L’échec du voyage dans le passé, destiné à améliorer le monde en en changeant le cours, fondé sur les prodiges des sciences et des techniques modernes, pour lesquelles, décidément, rien ne semble irréalisable, donne au roman d’aventures qu’est Der letzte Tag der Schöpfung, un ton nettement désabusé. Les personnages sont obligés d’accepter pour finir qu’il y a bien de l’irréversible dans le monde, ne fût-ce que dans le cours de leurs propres vies. Est-ce à dire que les technosciences ont déçu, ou que l’on dévoilerait les paradoxes des attentes dont on les charge ? Une telle conclusion ne s’impose pas. Le roman de Jeschke ne met pas en cause la fascination pour les sciences et les techniques modernes. Si elles ne tiennent pas toutes leurs promesses, c’est l’imperfection des hommes ou de leurs structures sociales et politiques qu’il faut incriminer, et non pas le produit de leur rationalité. C’est la soif de pouvoir, l’incompétence, la rapacité, les conflits, et bien d’autres faiblesses qui empêchent que l’humanité franchisse victorieusement les obstacles qui se dressent devant elle, ou qu’elle ne cesse de se créer. Mais la rationalité moderne échappe, elle, aux questionnements. En ce sens, nombre de romans de science-fiction n’évoluent pas, malgré les apparences, dans un autre monde que celui de leur ancêtre Kurd Lasswitz.

  • 34 Kurd Lasswitz (note 4), p. 35-36.
  • 35 Il suffit à cet égard de lire le premier chapitre de son dernier roman. Wolfgang Jeschke : Dschihea (...)

31Mais retournons encore une fois, grâce aux trois textes étudiés, à la confrontation / alliance entre primitif et évolué, animal et homme, état naturel et état civilisé. Dans Homchen, on assiste à une scène un peu étonnante chez son auteur, peut-être unique en son genre dans son œuvre. La primitivité des premiers temps de l’univers se caractérise par l’oisiveté, les affrontements et la sexualité brute. En tout cas, c’est ce que suggère le mode de vie des dinosaures, tels qu’ils sont décrits dans le chapitre « Im Drachenmoor ». Le monstre le plus effrayant – « die Großechse » – avale, dans sa furie carnassière, deux stégosaures en train de s’accoupler fort sauvagement34. Chez Zauner, la primitivité dans laquelle sont retombés les humains s’exprime entre autres par le viol collectif, décrit assez longuement, de quelques religieux (dont l’un se suicidera peu après les événements), par des « Manufacturer », des travailleurs manuels, prisonniers ou poussés par le besoin, occupés notamment à la recherche du fer. L’orgie de violence dans laquelle s’inscrit cet épisode est assimilée par certains à un soulèvement, mais l’enquête l’éclaire sous un autre jour : il s’agissait plutôt d’un moment de folie déclenché par la consommation d’alcool, substance dont on a tout oublié et dont le caractère destructeur est ainsi mis en lumière. Le déchaînement primitif renvoie donc également à l’ambivalence d’une civilisation qui entretient le déchaînement en son sein. Mais c’est Jeschke qui va le plus loin dans la narration de comportements ’sauvages’. Il use de scènes explicites, présentées dans un langage cru, associant animalité et corporéité, et visiblement destinées à impliquer le lecteur émotionnellement et sensuellement. Ces séquences s’inscrivent bien entendu dans une exploration de la ’nature humaine’, et soulignent que le pont entre l’animal et l’homme n’est pas rompu. Mais on peut les soupçonner également d’être des marqueurs stylistiques d’une volonté de distinction inversée. Appeler un chat un chat soutient, apparemment, la revendication de popularité du genre, et Jeschke notamment aime à flatter la part d’animalité en l’homme (surtout en son sens étroit de ’vir’)35. Il n’est pas sûr néanmoins que ce soit là qu’il est le plus subversif. Franz Rottensteiner, grand connaisseur et infatigable promoteur de la science-fiction, lui rendait hommage dans un article paru en 2008, qu’il conclut par ces mots dont l’intérêt est, par-delà le cas Jeschke, de souligner l’implication du genre dans les questions culturelles les plus actuelles :

  • 36 Franz Rottensteiner : Im Labor der Visionen. Anmerkungen zur phantastischen Literatur. Lüneburg 201 (...)

Ob Zeitreise, Biotechnik und Gentechnologie, die Umgestaltung von Lebewesen, einschließlich des Menschen, Jeschke hat auf allen diesen Feldern der Science Fiction wesentliche Beiträge geleistet, und er tat es immer mit Intelligenz, stilistischer Eleganz und ohne das aus dem Blick zu verlieren, was vielleicht die wichtigste Frage ist, die sich der Science Fiction stellen kann: Was ist der Mensch, was sind die Konstanten seiner Menschlichkeit in einer Welt, die sich ständig ändert und in der auch der Mensch, geistig wie körperlich, ständig ein anderer wird und weitgehenden Transformationen unterworfen ist, die auf den ersten Blick vom „alten Menschen“ nichts übrig lassen.36

Haut de page

Notes

1 Kurd Lasswitz : Auf zwei Planeten. Lüneburg 2009. Première édition : 1897.

2 Herbert George Wells : The War of the Worlds. London 2005. Première édition : 1898.

3 Ainsi, dans son deuxième grand récit, Gegen das Weltgesetz, paru en 1877, Lasswitz envisage une société où les parents déterminent l’orientation du cerveau de leurs enfants. Il s’agit d’un progrès, mais l’ironie du narrateur permet de douter que Lasswitz appelle de ses vœux de telles réalisations. En outre, le récit se situe en l’an 3877, et un intermède historique laisse place à des phases de régression et de progrès.

4 Kurd Lasswitz : « Homchen. Ein Tiermärchen aus der Oberen Kreide ». In : Kurd Lasswitz : Nie und Immer. Neue Märchen. Leipzig 1902.

5 Walter Harlan : « Märchen, keine Märchen ». In : Literarisches Echo 11 (1908/1909), p. 1424-1426.

6 Kurd Lasswitz (note 4), p. 1.

7 Ibid., p. 109.

8 Kurd Lasswitz : Aspira. Der Roman einer Wolke. Leipzig 1905.

9 Cf. Peter Sloterdijk : Règles pour le parc humain suivi de La domestication de l’être. Paris 2010. Trad. Olivier Mannoni. La réflexion, dans La domestication de l’Être, sur le jet de pierre, notamment les pages 125 et suivantes, permet d’éclairer ce que la fiction de Lasswitz imagine. On y lit par exemple : « Le pré-homme, qui est tout de même déjà un coureur de steppes curieux, produit les premiers trous et déchirures dans l’anneau de l’environnement en devenant, par ses coups et ses jets, l’auteur d’une technique d’action à distance qui produit sur lui-même des effets rétroactifs inouïs. »

10 Kurd Lasswitz (note 4), p. 27.

11 Ibid., p. 201.

12 Bertrand Gille : Histoire des techniques. Tours 1978, p. 134.

13 Kurd Lasswitz (note 4), p. 143.

14 Georg Zauner : Die Enkel der Raketenbauer. München 1980.

15 Ibid., p. 58.

16 Ibid., p. 17, 19, 80, etc. Un correspondant qui se contente d’abréger cette entrée en matière sous la forme « DRk – SWg! » est sévèrement rappelé à l’ordre.

17 Ibid., p. 16.

18 Kurd Lasswitz (note 4), p. 33.

19 Ibid., p. 205.

20 Georg Zauner (note 15), p. 22.

21 Ibid., p. 115.

22 Ibid., p. 137.

23 Elle avait fait plusieurs fausses couches, que l’on devine liées aux retombées de la catastrophe.

24 Wolfgang Jeschke : Der letzte Tag der Schöpfung. München 2005 (deuxième édition).

25 Ibid., p. 116. Il s’agit, comme le dit Jeschke dans sa postface de 2005, d’empêcher Khadafi de sévir.

26 Ibid., p. 115.

27 Quelques femmes font partie également du programme : à la réunion d’information et de recrutement ont été conviées 160 à 180 personnes, selon les estimations du personnage principal, dont deux douzaines de femmes.

28 Wolfgang Jeschke (note 24), p. 180-181.

29 Ibid., p. 217.

30 Ibid., p. 238.

31 Ibid., p. 278.

32 Ibid., p. 301.

33 Ibid., p. 312.

34 Kurd Lasswitz (note 4), p. 35-36.

35 Il suffit à cet égard de lire le premier chapitre de son dernier roman. Wolfgang Jeschke : Dschiheads. München 2013.

36 Franz Rottensteiner : Im Labor der Visionen. Anmerkungen zur phantastischen Literatur. Lüneburg 2013, p. 204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Willmann, « Lasswitz, Zauner, Jeschke : retours à la case départ »Recherches germaniques, 44 | 2014, 191-207.

Référence électronique

Françoise Willmann, « Lasswitz, Zauner, Jeschke : retours à la case départ »Recherches germaniques [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rg/356 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.356

Haut de page

Auteur

Françoise Willmann

Maître de conférences HDR

Université de Lorraine-Nancy


francoise.willmann@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search