Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15L'abstraction réelle / Die Realab...Sohn-Rethel et le projet d’une cr...

L'abstraction réelle / Die Realabstraktion

Sohn-Rethel et le projet d’une critique matérialiste de la connaissance

Un rapport au marxisme problématique ?
Sohn-Rethels Versuch einer materialistischen Erkenntniskritik. Ein problematisches Verhältnis zum Marxismus?
Sohn-Rethel and the Project of a Materialist Critique of Epistemology. A Relation to Problematic Marxism?
Vincent Chanson
p. 108-117

Résumés

Il s’agira dans cet article d’interroger la critique matérialiste de l’épistémologie élaborée par Sohn-Rethel dans la perspective de son articulation au modèle de la critique de l’économie politique marxienne. Plus précisément entendu, nous voudrions interroger une perspective conceptuelle qui se déploie dans un double rapport de critique et de fidélité au modèle kantien. Ceci dans la mesure où la critique de l’abstraction réelle élaborée par Sohn-Rethel nous semble relever d’un certain nombre de conceptualisations issues de l’idéalisme transcendantal. Conceptualisations qui nous semblent s’articuler de manière problématique avec un cadre marxien pourtant revendiqué. Aussi, c’est en interrogeant ce qui pourrait relever d’une dialectique des formes sociales chez Sohn-Rethel que nous souhaiterions mener notre examen. Une dialectique qui, du côté de la critique de l’économie politique, implique un moment hégélien qui nous semble absent du côté de l’auteur de Warenform und Denkform.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alfred Sohn-Rethel : Warenform und Denkform. Frankfurt am Main 1971.
  • 2 Elena Louisa Lange : « Transcendantal Materialism. Contrasting Alfred Sohn-Rethel’s materialist e (...)
  • 3 Formalistes et unilatérales si nous les appréhendons d’un point de vue hégélien.

1Nous nous proposerons dans cet article de réinterroger ce qui peut relier l’entreprise sohn-réthélienne d’une critique de l’abstraction réelle échangiste-marchande avec le paradigme de la critique de l’économie politique. En effet, tout en prenant au sérieux et adhérant à la revendication de l’auteur de Warenform und Denkform1 d’une inscription au sein des coordonnées du cadre conceptuel marxien, il nous semble que c’est précisément autour de la question du statut de cette catégorie d’abstraction qu’un certain nombre de problèmes peuvent se nouer. Problèmes qui se rapportent à la visée propre à Sohn-Rethel d’une réinterprétation de type kantienne de la théorie sociale marxienne : que peut-il en être d’une perspective théorique, que nous nous proposons de qualifier à la suite d’Elena Louisa Lange de « matérialisme transcendantal »2, dès lors que l’un de ses opérateurs centraux – l’abstraction-échange comme synthèse sociale et apriorité matériellement objective – se révèle heurter dans certaines de ses modalités le régime de déploiement de cette catégorie d’abstraction au sein du cadre marxien ? Car il paraît évident que la critique par Marx de l’abstraction, que ce soit celle de l’abstraction philosophique ou encore celle de l’abstraction sociale, possède un caractère fondamentalement hégélien qui ne peut sans difficultés être ressaisi dans une perspective redevable sur plusieurs aspects du modèle transcendantal-kantien : la matrice hégélienne telle qu’elle peut être opérante au sein de la critique de l’économie politique implique un certain type de logicité – une logique de la processualité et de la médiation – qui nous semble diverger avec la perspective sohn-réthélienne et sa manière de procéder à partir de dualismes et de catégorisations trop formalistes-unilatérales3.

  • 4 Cf. l’ouvrage de Garbis Kortian : Métacritique. Paris 1979. Cf. aussi bien évidemment la célèbre (...)
  • 5 Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Weinheim 1989.
  • 6 Alfred Sohn-Rethel : La Monnaie. L’argent comptant de l’a priori. Bordeaux 2017 (traduit de l’all (...)
  • 7 Ibid.

2Autrement dit : il s’agira ici de réinterroger l’œuvre de Sohn-Rethel dans la perspective de son articulation à cette séquence dite « métacritique »4 – séquence liant Kant, Hegel et Marx, et mobilisant le paradigme critique-dialectique compris comme entreprise d’autoréflexion impliquant une circularité entre épistémologie et théorie critique de la société (une critique des formes de la connaissance qui se déploie en faisant retour sur elle-même par une interrogation sur son instance sociale de détermination). C’est-à-dire mesurer la manière dont les différents pôles de cette séquence (Kant, Hegel et Marx) sont mobilisés par Sohn-Rethel. Aussi, défendre l’hypothèse d’une reconduction chez Sohn-Rethel de certaines coordonnées propres à l’idéalisme kantien implique de déterminer ce qui chez ce dernier relèverait d’une critique inachevée de ce modèle. Une critique au sens où il s’agit bien pour Sohn-Rethel de confronter l’anhistoricité des catégories de l’idéalisme transcendantal à ce qui relèverait in fine à leur origine sociale et matérielle (l’échange marchand monétaire comme matrice d’une logique d’abstraction objective socialement qui constitue la base matérielle de l’abstraction conceptuelle). Mais une critique que nous considérons comme inachevée, ou ambiguë, dans la mesure où elle nous semble maintenir dans son procès de déploiement un certain nombre de catégories et de problématiques directement issu de cette matrice kantienne (qu’il s’agit pourtant de perturber par son appréhension matérialiste). Prendre au sérieux la sociogenèse de la connaissance telle qu’elle est exposée dans un texte comme Geistige und körperliche Arbeit5 nécessite donc d’interroger un geste théorique qui entend orchestrer une confrontation critique entre Marx et Kant, ceci afin de rendre compte de l’ambition d’élaborer « une critique des sciences fondée d’un point de vue matérialiste »6 qui viserait précisément à combler un manque du côté de la critique de l’économie politique. Une ambition, plus précisément entendue, qui chercherait à thématiser cette figure d’une critique matérialiste de l’abstraction, dont les implications resteraient fondamentalement inarticulées chez Marx : « [es – VC] mußten ihm die erkenntnistheoretischen Implikationen der Abstraktion verschlossen bleiben »7.

3Nous pouvons alors comprendre que l’un des principaux enjeux de notre questionnement sera celui d’appréhender le statut de la catégorie d’abstraction réelle chez Sohn-Rethel en la rapportant au modèle général de la critique marxienne de l’économie politique, en nous attachant à déterminer la manière dont cette problématique s’inscrit au sein d’un certain héritage philosophique que les référents critique, dialectique et matérialiste permettent de circonscrire. La critique matérialiste de la connaissance proposée par Sohn-Rethel nous semble en effet relever, répétons-le, d’un type d’interrogation dont l’orientation nous paraît rejouer sur de nombreux points certains traits propres à une épistémologie de type kantienne ou néokantienne. L’hypothèse du procès d’échange marchand, de la monnaie, comme vecteurs d’une dynamique de socialisation de laquelle il s’agit de dériver la dynamique de constitution des formes de pensée, des formes idéelles et conceptuelles, ne revient-elle pas chez notre auteur à penser cette socialisation sur le modèle d’un ‘a priori constitutif’ des formes de l’objectivité et de la subjectivité ? La terminologie employée dans ses travaux – gesellschaftliche Synthesis ou Deduktion der Kategorien – ne relèverait-elle pas d’une volonté de dépassement du kantisme consistant essentiellement en son réinvestissement matérialiste ? Une visée, et ce sera notre hypothèse, que nous considérons comme en décalage avec ce qui peut être envisagé dans le sillage du texte marxien. Dans la mesure où penser l’origine sociale de l’abstraction, en dériver une critique matérialiste des théories idéalistes de la connaissance, ceci en procédant par ce que nous considérons comme étant de l’ordre d’une matérialisation du paradigme transcendantal, s’avère sur certains points s’articuler difficilement avec ce que la critique de l’économie politique a pu proposer comme théorisation de la forme sociale capitaliste (et de ce qu’elle implique comme critique des formes idéologiques, comme potentielle critique de l’épistémologie idéaliste, etc.). Toute la question étant ici celle de confronter la visée sohn-réthélienne au régime conceptuel marxien : à savoir celui d’une logicité pensée selon le modèle de la logique objective hégélienne, notamment ce qui y renvoie aux catégories d’essence et d’apparence, de forme et de contenu, et surtout à leur mode de médiatisation. En d’autres termes : interroger l’épistémologie sohn-réthélienne du point de vue d’un certain hégélianisme que la perspective marxienne s’attache à réinvestir. Se référer à Marx implique-t-il de participer de ce double mouvement de dépassement et de réinvestissement de l’hégélianisme et de sa logicité ? De telle sorte que toute référence trop appuyée à une certaine épistémologie kantienne pourrait être interprétée comme un rapport inconséquent à la matrice de la critique de l’économie politique ?

4Ainsi, notre propos se dessine de ce fait plus clairement : les thèses élaborées par Sohn-Rethel à propos d’une théorisation de la socialisation échangiste-marchande et de la manière dont elle peut configurer une épistémologie doivent être confrontées à ce qui pour la critique marxienne renvoie à une problématique de la forme. Une problématique qui précisément implique la saisie d’une dynamique de totalisation insistant sur la forme autonomisée (c’est-à-dire aliénée, fétichisée) comme manifestation du rapport social marchand, sur le caractère médiatisé socialement d’un complexe de formes (forme-valeur, forme-marchandise, etc.). Et ce, comme nous avons pu l’indiquer plus haut, en puisant auprès d’une logicité de type hégélienne qui n’est pas sans entrer en conflit avec l’inspiration kantienne des hypothèses avancées par Sohn-Rethel. De ce fait, c’est d’une certaine compréhension de la forme sociale capitaliste dont nous souhaiterions rendre compte et confronter au travail de Sohn-Rethel, une compréhension qui s’inscrit dans la filiation d’auteurs comme Isaak Roubine, Roman Rosdolsky, Theodor W. Adorno ou Moishe Postone, et qui, tout en mobilisant centralement la catégorie d’abstraction sociale, entretient un rapport fondamentalement problématique avec ce que Sohn-Rethel a pu proposer comme hypothèses de travail.

Marxisme, épistémologie et matérialisme

  • 8 Pour une approche générale de la problématique marxienne de l’abstraction et des différentes moda (...)
  • 9 Jason Read : « Abstract Materialism : Sohn-Rethel and the Task of a Materialist Philosophy Today  (...)
  • 10 Ray Brassier : « Concrete-in-Thought, Concrete-in-Act : Marx, Materialism and the Exchange Abstra (...)
  • 11 Theodor W. Adorno : Dialectique négative. Paris 2001 (traduit de l’allemand par le Collège de Phi (...)
  • 12 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 721.
  • 13 Ibid.

5Le premier temps de notre analyse sera consacré à l’évocation d’une visée théorique générale via l’examen de ses modalités d’inscription à l’intérieur du cadre marxien. Ceci afin de mesurer ce qu’il peut en coûter de déplacer sur le terrain de la théorie de la connaissance ce que Marx avait entrepris sur le terrain de l’économie politique – n’y aurait-il pas quelque chose de profondément néokantien chez Sohn-Rethel qui rendrait problématique la mobilisation de la catégorie d’abstraction réelle, dont le statut nous semble le plus souvent opérant pour les diverses entreprises de ressaisies néo-hégéliennes de Marx (de la Neue Marx-Lektüre à Moishe Postone, en passant par la dialectique systémique de Chris Arthur par exemple8) ? Jason Read, dans son article Abstract Materialism : Sohn-Rethel and the Task of a Materialist Philosophy Today9, explique que l’enjeu des hypothèses développées dans les travaux de Sohn-Rethel est précisément celui de dériver de la section du Capital consacrée à la forme-marchandise une théorisation de la constitution pratico-sociale de l’abstraction qui soit susceptible de reconfigurer les prérogatives traditionnelles du matérialisme philosophique. Une théorisation, et c’est là toute sa subtilité, qui reconfigure le partage traditionnel entre concret et abstrait, pour défendre la thèse d’un régime conceptuel de l’abstraction qui puiserait ses sources au sein d’une abstraction réelle, objective socialement et matériellement. Et il s’agit à cet égard de déterminer dans quelle mesure cette perspective s’avère fidèle à la théorisation marxienne du rapport social convoquant elle aussi une ontologie sociale de l’abstraction. Ce que Ray Brassier nomme un « matérialisme de l’abstraction »10 qui subvertirait les grands partages philosophiques traditionnels – entre idéalisme, matérialisme et empirisme – par une dialectique entre le pôle du méthodologique-épistémologique et le pôle de l’ontologique. Or c’est justement cette dialectique marxienne qui nous semble s’articuler de manière problématique avec ce que Sohn-Rethel entend proposer. L’abstraction réelle définie par l’auteur de Geistige und körperliche Arbeit renvoie certes à ce que la critique de l’économie politique peut défendre sur le plan d’une logique du rapport social autonomisé – ce qu’Adorno explicite dans un passage de la Negative Dialektik : « la théorie marxiste, formée à l’école de Hegel, de la loi de la valeur, qui dans le capitalisme se réalise au-dessus de la tête des hommes »11. Mais ceci tout en étant dans le même temps travaillée par une orientation empirico-nominaliste qui justement s’articule de manière contradictoire avec le paradigme marxien pourtant revendiqué : l’abstraction, chez Sohn-Rethel, opère le plus souvent comme moment de séparation dualiste et unilatérale avec le pôle du concret matériel, de telle sorte qu’elle rend délicate la nécessité de penser la médiatisation du couple abstrait/concret. Sohn-Rethel, par exemple, à propos du travail intellectuel, parle d’un « concept fétiche »12 (ein Fetischbegriff) dont la modalité serait celle de la séparation « par essence »13 (wesensmäßig) du pôle de la détermination concrète. Une optique que nous considérons comme différant du schème processuel par lequel la dynamique du rapport social fétichiste est saisie par Marx et ses épigones les plus hégéliens – qui mobilisent une théorie de l’abstraction sociale selon une logique de médiatisation des différents pôles d’un procès rompant avec tout dualisme ou unilatéralisme.

  • 14 Jean-Marie Vincent : « Le marxisme déformé et inachevé ». In : Lucio Colletti : Politique et phil (...)
  • 15 Ibid.

6Il apparaît alors plus clairement de ce qui précède que la question posée ici à Sohn-Rethel est avant tout celle du type de logicité/conceptualité qu’il convient de mobiliser pour saisir les contours du rapport social capitaliste-marchand, tel qu’il peut être appréhendé par l’intermédiaire d’une théorie de l’abstraction sociale. Ceci en en confrontant les modalités avec ce en quoi nous semble consister la véritable portée de l’innovation marxienne sur le plan de la redéfinition des coordonnées du matérialisme philosophique : les options traditionnelles qui ont pu configurer l’ontologie matérielle par laquelle il s’agit de se saisir du réel se voient de fait redéployées. Comme nous avons pu déjà l’indiquer, c’est bien par l’intermédiaire de la catégorie d’abstraction réelle qu’il s’agit pour la critique de l’économie politique de rendre compte du processus de constitution d’hypostases socialement objectives, du procès de constitution d’une réalité aliénée (celle de la marchandise) et renversée. Une perspective qui implique de penser à nouveaux frais les coordonnées d’un matérialisme tendanciellement travaillé par une orientation empirico-nominaliste, pour lui substituer une conceptualisation de l’universel socialisé, de la forme autonomisée, permettant d’appréhender correctement cette conceptualisation singulière que constitue cette figure d’une effectivité matérielle de l’abstraction. Aussi, il s’agit de confronter l’hypothèse chez Sohn-Rethel d’une synthèse sociale constitutive d’un formalisme épistémologique à un modèle théorique qui insiste sur le développement « d’une logique retournée »14 censée exprimer « une réalité sociale comme réalité inversée »15. Le rapport social comme rapport aliéné et fétichiste est appréhendé selon le modèle spéculatif hégélien, porteur d’une ontologie moniste permettant la saisie d’une identité des contraires, d’une action réciproque impliquant leur articulation dialectique – les pôles de la concrétude matérielle et de l’abstraction se médiatisant, ayant pour conséquence de rendre délicate toute approche de type dualiste ou unilatérale-formaliste.

Abstraction et logique dialectique

7Afin d’avancer dans notre recherche, il convient à présent de nous pencher plus précisément sur les différentes modalités chez Marx de la critique de l’abstraction sociale, afin de pouvoir mieux cerner ce qui pourrait poser problème du côté du projet épistémologique sohn-réthélien – dont la revendication matérialiste, répétons-le, implique pour être correctement abordée d’être rapportée au statut d’une gnoséologie fondamentalement issue d’une matrice kantienne et néokantienne réinvestie.

  • 16 Lucio Colletti : « Marxisme et dialectique ». In : Politique et Philosophie, p. 60-103.
  • 17 Ibid., p. 92.

8En premier lieu, évoquons la thématique de l’abstraction chez Marx. Pour le dire de manière synthétique, il nous semble que c’est selon deux optiques principales que cette thématique se déploie chez ce dernier : une première, essentiellement critique et négative, par laquelle il s’agit de viser le caractère vide, formel et aliéné de certains dispositifs représentationnels et rapports sociaux (et qui apparaît dès les écrits du jeune Marx) ; une autre, que l’on peut repérer dans la critique de l’économie politique de la maturité, qui convoque un double usage méthodologique et critique de cette notion (on pense ici à la fameuse « Introduction de 1857 », ainsi qu’à la première section du Capital par exemple). Deux perspectives et usages d’une catégorie qui renvoient à différents opérateurs du discours marxien, de la critique de l’aliénation à celle du fétichisme, en passant par la problématique de l’idéologie et par l’élaboration d’une épistémologie susceptible de rendre compte de l’ontologie spécifique de la socialité capitaliste (l’abstraction renvoyant dans ce cas au régime d’être du rapport social et à la manière dont il faut se doter d’un certain appareil catégoriel pour pouvoir le saisir). Aussi, notre questionnement implique ici de mesurer jusqu’à quel point l’objectif défendu par Sohn-Rethel d’une recherche à propos de l’« origine sociale de l’entendement pur », s’adossant à une théorie de l’abstraction sociale dérivée de la compréhension marxienne de la forme-échange, peut rendre justice à ce que nous venons de décrire comme ce qui serait de l’ordre d’un usage différencié de cette catégorie d’abstraction. Tout se passant comme si, le plus souvent, Sohn-Rethel opérait avec une compréhension justement trop englobante de cette même catégorie. Notamment en visant un concret qui comme nous avons pu l’indiquer renvoie à une entente bien plus proche d’une perspective empirico-nominaliste et dualiste, ou encore vitaliste-ontologique, qui ne nous paraît pas en mesure de rivaliser avec le mode d’instanciation abstrait/concret par lequel la socialisation et la dynamique historique capitalistes se voient appréhendées chez Marx. Lucio Colletti, dans son étude « Marxisme et dialectique »16, souligne la rupture que constitue la logicité orchestrée par la critique de l’économie politique qui, en tant que réinvestissement de la logique hégélienne, insiste sur une dialectique susceptible de subvertir tout type de rapport dualiste ou schématique dans la direction d’une saisie de leur médiatisation réciproque. Ainsi, l’appréhension du concret matériel ne peut s’envisager que dans le cadre d’une problématique de « l’objectivation fétichiste des rapports sociaux »17 par laquelle ce concret ne peut être saisi que comme médiatisé par son aliénation, c’est-à-dire qu’il renvoie à un rapport dialectisé à l’empirie qui correspond à ce que l’on pourrait qualifier d’un certain type de réalisme des universaux (celui de la valeur, de la forme-marchandise, etc.), à une logique de l’hypostase autonomisée qui précisément renverse ce concret comme ne pouvant s’objectiver que par l’abstraction réelle. Marx n’emploie pas par hasard la formulation de « suprasensible-sensible » (sinnlich übersinnliches) : l’abstraction n’est pas uniquement ce moment de montée en généralité formelle qui se sépare progressivement de la matérialité sensible ; elle est aussi son mode d’objectivation fétichisé.

  • 18 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 16-22.

9Or c’est sur ce point que la catégorie d’abstraction réelle chez Sohn-Rethel peut sembler parfois s’écarter de sa formulation marxienne : dans la section de Geistige und körperliche Arbeit intitulée « Phänomenologische Beschreibung der Tauschabstraktion »18, Sohn-Rethel entend décrire le procès matériel et pratique d’abstraction issu de l’échange en en réduisant la structure à la pure phénoménalité tendanciellement psychologisante de la séparation temporelle entre acte d’usage et acte d’échange. Une manière de rabattre l’abstraction sur la seule dynamique de séparation de la concrétude phénoménale, ceci en s’écartant quelque peu de la dialectique marxienne des formes sociales – les travaux de l’économiste soviétique Isaac Roubine ont à cet égard pu montrer que c’est bien du côté d’une conception du fétichisme comme procès de formes sociales aliénées et autonomisées qu’il s’agit de circonscrire le centre de gravité de la critique de l’économie politique. Certes, et insistons sur ce point, Sohn-Rethel s’attache bien à thématiser l’idée d’un régime d’abstraction dérivé de la praxis sociale qui se déploie comme formalisme autonomisé, mais ceci en semblant maintenir les deux polarités de l’abstrait et du concret en tant que modalités insuffisamment médiatisées l’une par l’autre et trop schématiquement opposées.

  • 19 Sohn-Rethel : La Monnaie, p. 90. Original : Das Geld, p. 741 : « abzüglich jeglichen empirischen (...)
  • 20 Cf. Roman Rosdolsky : Zur Entstehungsgeschichte des Marxschen Kapital 1. Frankfurt am Main 1968.

10Chez l’auteur de Geistige und körperliche Arbeit, l’abstraction apparaît ainsi trop souvent comme porteuse d’une dynamique unilatérale de recouvrement et d’oblitération de la concrétude matérielle de l’objet (« déduction faite de tout contenu empirique »19), c’est-à-dire de sa dimension d’usage qui incarne ce moment d’empiricité se trouvant précisément suspendu lors du procès d’échange. Une appréhension de cette catégorie d’abstraction qui diffère selon nous de la manière dont elle peut être mobilisée dans le cadre de la critique marxienne de l’économie politique : c’est en effet, comme nous avons pu déjà l’évoquer, une logique de l’objectivation fétichiste impliquant une dynamique du renversement du rapport social qui nous semble caractériser cette approche. Rosdolsky20 et d’autres partisans d’une relecture de Marx du point de vue de ce qui relie sa conceptualité à la Wissenschaft der Logik hégélienne, soulignent à raison la manière dont il s’agit dans l’analyse de la forme-valeur, de la forme-marchandise, d’orchestrer une logicité singulière qui renvoie aux figures de l’auto-mouvement, de la processualité et de l’auto-transformation, permettant de penser un mouvement de totalisation caractérisé principalement par cette figure de l’interrelation, de l’organicité et de l’unité dynamique des contraires. Dès lors, il s’agit dans cette perspective de dresser un parallèle entre plan catégoriel et ontologie, de penser une logicité qui soit à même de rendre compte du nouage des différentes polarités constitutives du procès de socialisation, de telle sorte que le plan de la logique catégorielle doit pouvoir exprimer ce qui serait de l’ordre d’une unité relationnelle entre abstrait et concret (ou de leur compénétration).

Un kantisme problématique ?

11Les tensions conceptuelles que nous avons pu évoquer précédemment nous semblent pouvoir être précisées en les rapportant à cette question délicate du rapport à Kant instauré par Sohn-Rethel. Sans pouvoir entrer dans les détails d’un travail de plusieurs décennies, notre propos sera ici plus restreint : la catégorie marxienne de forme sociale et le type de conceptualisation qui l’accompagne n’impliquent-ils pas de s’inscrire dans une relation au kantisme qui ferait précisément sienne ce moment de la critique hégélienne de l’idéalisme transcendantal ? Au sens où le type de logique que nous avons pu brièvement décrire se déploie dans une continuité assumée avec un certain hégélianisme (même si redéfini dans une perspective matérialiste) ; hégélianisme qui pour se déployer mobilise une critique de l’épistémologie kantienne (critiquée comme « pensée d’entendement », dont il s’agit de dépasser le formalisme et les limites par sa subordination au procès de la rationalité spéculative). Aussi, il nous paraît nécessaire d’évaluer la portée de la visée chez Sohn-Rethel d’une critique matérialiste de la théorie kantienne de la connaissance, afin de rendre compte du statut d’une perspective théorique. Loin de nous l’idée de refuser à Sohn-Rethel la légitimité et la pertinence de son projet visant à appréhender un formalisme conceptuel abstrait du point de vue de sa genèse sociale-historique. Très clairement, son objectif consiste à dissoudre un cadre catégoriel se donnant comme autonome, détaché de tout lien avec l’empirie et la matérialité sociale, en le rapportant à ce qui serait de l’ordre d’un procès synthétique de constitution de l’objectivité sociale. De ce fait, la critique de l’idéalisme se déploie comme critique de l’idéologie, ceci dans une perspective fidèle au geste marxien, dans la mesure où il s’agit ici de décoder l’instance sociale de détermination d’un discours prétendant à une autonomie mystificatrice. L’ambition est clairement celle de penser le régime de médiatisation du plan formel/catégoriel avec celui du rapport social : à ce titre, le kantisme s’avère soumis à un examen critique, appréhendé comme paradigme de la théorie moderne de la connaissance (comme épistémologie et saisie philosophique de la révolution scientifique newtonienne).

12Mais c’est sur un autre plan que nous considérons l’appréhension sohn-réthélienne de Kant comme susceptible d’entrer en conflit avec la théorisation marxienne des formes sociales dont nous avons tenté brièvement de cerner les contours. Il nous semble en effet que son entreprise relève plus d’une tentative de réinvestissement matérialiste du cadre transcendantal, que d’une volonté d’en dépasser les termes à la manière dont un marxisme hégélien pourrait l’envisager. Tout fonctionnant comme si il s’agissait de circonscrire la genèse sociale des catégories kantiennes en postulant un procès de socialisation opérant sous un régime isomorphe à celui de l’apriorité transcendantale. L’hypothèse d’un parallélisme entre synthèse sociale et synthèse transcendantale, entre socialisation et un certain type d’ordonnancement catégoriel, nous semble conduire à un mode d’appréhension de la logique de la socialisation marchande qui renvoie au caractère fixiste d’une méthodologie et d’une ontologie qu’il faudrait pourtant saisir de manière plus processuelle. Ce que Sohn-Rethel nomme « dialektische Identifikation » convoque le plus souvent un raisonnement par analogie, qui aboutit à penser le rapport social comme marqué par une dynamique de constitution fondamentalement schématique, car corrélée à un certain type d’apriorisme structurel. Ceci nous conduisant à pointer la difficulté qu’il y aurait à envisager l’un des problèmes canoniques posé par la critique marxienne, celui du mode d’articulation qu’il convient d’établir entre base matérielle et sphère superstructurelle, par-delà la seule figure d’un dispositif consistant à postuler une relation d’homologie formelle entre abstraction réelle et abstraction de pensée. Sohn-Rethel, par une problématique de la « transformation » forme-marchandise/formes de la pensée, s’attache ainsi à décrire ce qui serait de l’ordre d’un procès de médiatisation entre le plan de la praxis sociale-matérielle et celui du formalisme conceptuel, ceci selon une optique qui convoque la saisie du médium de la synthèse sociale (en l’occurrence la monnaie en tant que forme d’objectivation de l’abstraction-échange) comme effectivité matérielle d’une apriorité de type transcendantale. Ainsi :

  • 21 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 745.

Es ist aber gerade ihre Zweiseitigkeit und die Verknüpftheit beider Seiten in der Einheit dieser Formbestimmtheit, die hier für uns zur thematischen Erörterung steht, und zwar ihre Verknüpftheit in der Weise, daß die ideelle Manifestation von der reellen abstammt, ja ihren Formen nach als ableitbar, Kantisch gesprochen als transzendental deduzierbar verstanden wird.21

Le problème nous semble résider ici dans ce que Sohn-Rethel considère comme relevant d’une « identité formelle » entre la logique de la socialisation et la logique de constitution de l’abstraction catégorielle, qu’il envisage comme pouvant être appréhendée à partir d’un mouvement de déduction isomorphe à celui de la déduction kantienne. Un certain hiatus se dessine dès lors : alors que nous pouvons repérer, au sein du mouvement de la déduction de la forme-marchandise et de la forme-valeur tel qu’il est décrit par Marx, la marque de la logique de l’essence et de l’apparence telle que développée par la logique objective hégélienne, se déploie du côté de Sohn-Rethel l’ambition d’appréhender la socialisation marchande et les formes idéelles qu’elle détermine selon une perspective qui tend explicitement en direction d’un mouvement de déduction qui est celui de formes catégorielles se déployant à partir d’une apriorité synthétique matricielle.

13Récapitulons : une ontologie processuelle qui permet de saisir la dynamique du capital comme déploiement d’une systématicité réelle et effective d’un côté, un mode d’appréhension de la totalisation échangiste-marchande qui convoque un cadre catégoriel très largement inspiré de la gnoséologie kantienne et néokantienne de l’autre. Une distinction nous permettant de rendre compte d’une tension traversant l’œuvre d’Alfred Sohn-Rethel, que nous avons tenté de quelque peu éclaircir. S’agit-il en effet de mettre en question fondamentalement l’inscription de notre auteur à l’intérieur des coordonnées du paradigme marxien ? Ou alors, ne faudrait-il pas plutôt prendre toute la mesure d’un travail qui s’est avant tout donné pour objectif de réinvestir d’un point de vue matérialiste les termes d’un horizon épistémo-critique considéré comme crucial du point de vue de cette question de la médiatisation sociale des formes conceptuelles ? Tel pourrait s’expliciter le problème posé à toute théorisation critique de l’abstraction sociale.

Haut de page

Notes

1 Alfred Sohn-Rethel : Warenform und Denkform. Frankfurt am Main 1971.

2 Elena Louisa Lange : « Transcendantal Materialism. Contrasting Alfred Sohn-Rethel’s materialist epistemology with Adorno’s reading of the kantian Ding an sich », texte issu d’une conférence prononcée à l’Université de Francfort en juin 2012. <https://uzh.academia.edu/ElenaLouisaLange> [22.12.19].

3 Formalistes et unilatérales si nous les appréhendons d’un point de vue hégélien.

4 Cf. l’ouvrage de Garbis Kortian : Métacritique. Paris 1979. Cf. aussi bien évidemment la célèbre étude de Jürgen Habermas : Connaissance et intérêt. Paris 1976 (traduit de l’allemand par Gérard Clémençon). Original : Erkenntnis und Interesse. Frankfurt am Main 1968.

5 Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Weinheim 1989.

6 Alfred Sohn-Rethel : La Monnaie. L’argent comptant de l’a priori. Bordeaux 2017 (traduit de l’allemand par Françoise Willmann), p. 94. Original : Das Geld, die bare Münze des Apriori. In : Geistige und körperliche Arbeit. Theoretische Schriften 1947-1990. Teilband 2, p. 743 : « eine[r] materialistisch begründete[n] Wissenschaftskritik ».

7 Ibid.

8 Pour une approche générale de la problématique marxienne de l’abstraction et des différentes modalités de réinvestissement qui l’accompagnent, cf. Alberto Toscano : « Le fantasme de l’abstraction réelle ». In : Revue Période, <http://revueperiode.net/le-fantasme-de-labstraction-reelle/> [09.11.19]. Pour ce qui concerne plus précisément la « Neue Marx-Lektüre », cf. Riccardo Bellofiore/Tommaso Redolfi Riva : « La Neue Marx-Lektüre : critique de l’économie et de la société ». In : Revue Période, <http://revueperiode.net/la-neue-marx-lekture-critique-de-leconomie-et-de-la-societe/> [12/10/19]. Cf. aussi Moishe Postone : Temps, travail et domination sociale. Paris 2009 (traduit de l’anglais par Olivier Galtier et Luc Mercier). Original : Time, Labor and Social Domination. Cambridge 1993 ; Chris Arthur : The New Dialectic and Marx’s Capital. Leiden/Boston 2004.

9 Jason Read : « Abstract Materialism : Sohn-Rethel and the Task of a Materialist Philosophy Today ». In : Unemployed Negativity (2014), <http://www.unemployednegativity.com/2014/04/abstract-materialism-sohn-rethel-and.html> [21.09.19].

10 Ray Brassier : « Concrete-in-Thought, Concrete-in-Act : Marx, Materialism and the Exchange Abstraction ». In : Crisis and Critique 5, 1 (2018), p. 111-129, ici p. 111.

11 Theodor W. Adorno : Dialectique négative. Paris 2001 (traduit de l’allemand par le Collège de Philosophie), p. 194. Original : Negative Dialektik. Frankfurt am Main 1966, p. 199 : « mit der an Hegel geschulten Marxischen Theorie des Wertgesetzes, das im Kapitalismus über den Köpfen der Menschen sich realisiert. »

12 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 721.

13 Ibid.

14 Jean-Marie Vincent : « Le marxisme déformé et inachevé ». In : Lucio Colletti : Politique et philosophie. Paris 1975, p. 124.

15 Ibid.

16 Lucio Colletti : « Marxisme et dialectique ». In : Politique et Philosophie, p. 60-103.

17 Ibid., p. 92.

18 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 16-22.

19 Sohn-Rethel : La Monnaie, p. 90. Original : Das Geld, p. 741 : « abzüglich jeglichen empirischen Inhalts.

20 Cf. Roman Rosdolsky : Zur Entstehungsgeschichte des Marxschen Kapital 1. Frankfurt am Main 1968.

21 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 745.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Chanson, « Sohn-Rethel et le projet d’une critique matérialiste de la connaissance »Recherches germaniques, 15 | 2020, 108-117.

Référence électronique

Vincent Chanson, « Sohn-Rethel et le projet d’une critique matérialiste de la connaissance »Recherches germaniques [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rg/3638 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.3638

Haut de page

Auteur

Vincent Chanson

Docteur en philosophie
Unité de recherche Sophiapol
Université Paris Nanterre
chanson.vince[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search