Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Tendances de la science-fiction a...Tendances de la science-fiction a...

Tendances de la science-fiction allemande contemporaine

Tendances de la science-fiction allemande contemporaine au miroir du prix Kurd-Lasswitz

Françoise Willmann
p. 113-116

Texte intégral

  • 1 Trente ans de prix Kurd-Lasswitz. Journée d’études organisée les 19 et 20 octobre 2012, à l’Univers (...)
  • 2 Kurd Lasswitz : Auf zwei Planeten. Lüneburg 2009.
  • 3 Herbert George Wells : La guerre des mondes. Trad. Henry D. Davray. Paris 1950.

1La science-fiction allemande n’a pas très bonne presse. La supériorité des productions anglo-américaines semble acquise, une opinion soutenue par l’omniprésence du cinéma américain et la rareté des traductions de l’allemand. Le présent dossier regroupe quelques contributions à une journée d’études motivée par le souhait d’examiner ces préventions sur pièces1. L’occasion en fut donnée par les trente ans d’existence du prix Kurd-Lasswitz, fondé en 1980 avec l’objectif de soutenir les œuvres de science-fiction allemandes. L’attribution du nom de Lasswitz à cette distinction signifiait un retour aux origines du genre, honorait la mémoire d’un auteur, autant qu’un courant littéraire qui, du coup, pouvait s’appuyer sur une tradition. De fait, Kurd Lasswitz, « Naturwissenschaftler und utopischer Schriftsteller » comme le rappelle la plaque à l’entrée du lycée de Gotha où il exerça toute sa vie les fonctions de professeur, avait plus d’une corde à son arc. Mais il reste surtout dans les mémoires pour son roman le plus imposant, Auf zwei Planeten2, publié en 1897, peu avant La guerre des mondes de Wells3, un roman de martiens, alliant utopie et critique du colonialisme, et salué pour la richesse de l’imagination qu’il y déployait. Ainsi, Lasswitz était-il le parrain idéal d’un prix tentant de donner un nouvel élan à un genre aux potentialités multiples.

  • 4 Jeschke vient d’obtenir le prix 2014 dans la catégorie du meilleur roman. Wolfgang Jeschke : Dschih (...)
  • 5 Ceci n’empêche pas Hans Esselborn de s’interroger, comme on le verra, sur l’appartenance à la scien (...)

2C’est la grande diversité de la science-fiction que présente Hans Esselborn dans son tour d’horizon embrassant pour l’essentiel la deuxième moitié du xxe siècle, attaché à repérer thèmes et tendances d’un genre et à l’inscrire dans son contexte tant social que littéraire. C’est ainsi qu’il attire l’attention sur l’importance des conditions de production et de diffusion des textes mais également sur les spécificités d’écriture, notamment l’impact de la ‘postmodernité’ sur quelques-uns des auteurs les plus marquants. Les romanciers distingués au cours des trois premières décennies d’existence du prix ont connu des destins variés. Certains ne sont pas des auteurs à succès, d’autres ne sont pas des auteurs de science-fiction à proprement parler. Ainsi, Gudrun Pausewang a-t-elle obtenu le prix grâce à son livre Die Wolke qui fut un bestseller de la littérature de jeunesse. Rosendorfer est un auteur aussi prolifique que lu, mais Die Goldenen Heiligen n’est pas forcément représentatif de son œuvre. En revanche, Andreas Eschbach ou Wolfgang Jeschke4 sont bien, à l’heure actuelle, des figures de proue du genre5. Ils ne sont pas les seuls : parmi les lauréats du prix, Hans Joachim Alpers, Herbert W. Franke et Dietmar Dath sont de ceux qui, à défaut d’avoir pu être étudiés dans le présent dossier, font l’objet d’une présentation minimale dans le panorama esquissé par Esselborn.

  • 6 Cf. Roland Innerhofer : « Science-Fiction als Social Fantasy? Tendenzen der deutschen Science-Ficti (...)
  • 7 Cf. Das Science Fiction Jahr 2007. Schwerpunkt: Das Ende eines Genres? München 2007.

3S’efforçant de dégager des tendances générales de cet état des lieux, Hans Esselborn constate un éloignement progressif des thématiques scientifiques au profit d’une focalisation sur les technologies, et une préférence accrue pour les narrations à suspense au détriment des questionnements plus philosophiques. Les précurseurs de la science-fiction du xixe siècle s’étaient attachés à tester l’effet des sciences et des techniques sur les sociétés humaines du futur. Ils saisissaient ainsi l’occasion d’anticiper les progrès escomptables ou de mettre en garde contre les risques redoutés. Mais ces créations de mondes tantôt espérés, tantôt appréhendés s’inscrivirent d’emblée dans la tradition des utopies plus anciennes, donnant l’occasion à la fois d’observer avec une distance critique le monde présent et de s’interroger sur l’humanité. Ces dimensions philosophiques et politiques, inhérentes à l’œuvre du kantien Lasswitz, sont-elles désormais en recul, ou faut-il y voir avec Roland Innerhofer6 ce qui demeurerait la véritable raison d’être du genre, à une époque où les possibles des sciences et des techniques semblent défier toute imagination fictionnelle et nourrir le sentiment récurrent d’une mort imminente de la science-fiction7 ?

4Les quatre études suivantes, sans prendre parti dans ce débat, se penchent de fait sur des auteurs et des thématiques qui laissent une place importante aux interrogations philosophiques et politiques.

5Dans Die Goldenen Heiligen, Simone Orzechowski montre comment Rosendorfer recourt à un alien d’un genre nouveau pour démasquer la civilisation occidentale, en traitant à sa manière la commémoration de la ’découverte’ de l’Amérique et en doublant sa critique d’une satire de la génération rebelle de 68 et de ses manies idéologiques. Le scénario apocalyptique qu’il déroule met la débâcle de l’humanité au compte de la lâcheté et de la bêtise.

6Torsten Mergen étudie trois étapes d’une version contemporaine du mythe de Midas, une nouvelle et un roman de Wolfgang Jeschke et une pièce radiophonique réalisée par Hermann Motschach d’après les textes de Jeschke. Trois formes littéraires entrelacent mythe antique, référence biblique et conte populaire autour du fantasme de l’immortalité, dans une variante contemporaine : la possibilité rêvée de réaliser, grâce à l’informatique, des copies d’êtres humains qu’il serait possible de rendre à la vie, est au cœur des récits de Jeschke, et l’intertextualité analysée par Mergen est au service non pas d’une exaltation transhumaniste, mais d’une mise en garde intégrant désir de vie, désir de puissance et désir de richesse.

7Dominique Doucet lit les romans d’Andreas Eschbach à la lumière de Leibniz, mettant en évidence non seulement les grandes questions philosophiques ‘classiques’, à commencer par ‘qu’est-ce que l’homme ?’, ou la question du pouvoir, qui sous-tendent les romans commentés, mais aussi le lien – nouer et dénouer ! – qu’elles entretiennent entre elles. Ce faisant, il révèle la complexité et la richesse des structures et motifs, et affronte l’enjeu de leur déploiement, à savoir l’avenir de l’humanité à l’heure où la réalisation de tous les possibles est, plus que jamais, tenue pour évidente : s’il est vrai que la littérature de science-fiction se cantonne volontiers dans la fantaisie et l’évasion, ce n’est certes pas le cas chez Eschbach.

8L’affinité avec la réflexion anthropologique fondait, dès 1902, le récit Homchen de Lasswitz où l’auteur anticipait le passage de l’animal à l’humain, et se retrouve dans les scénarios post-apocalyptiques de la science-fiction contemporaine lorsqu’ils nous font retourner à une humanité aux premiers stades de son développement. À la fin du xxe siècle, il semble que les réalisations des sciences et des techniques autorisent difficilement un optimisme aussi affirmé que celui de Lasswitz. Si Georg Zauner veut croire aux effets pédagogiques de la catastrophe, Der letzte Tag der Schöpfung de Wolfgang Jeschke a l’air de se résigner à la nécessité d’un éternel recommencement, d’une perpétuelle lutte contre les obstacles à l’amélioration de la condition humaine. Aucun d’eux cependant ne renonce à la prééminence de la rationalité scientifique et technique, ni à la fascination qu’elle exerce.

  • 8 Mentionnons, plutôt qu’une longue bibliographie, Irène Langlet : La science-fiction. Lecture et poé (...)

9On aurait pu mettre l’accent sur bien d’autres aspects de la science-fiction8. L’un de nos objectifs principaux était de donner à tout lecteur potentiel une idée de la richesse, ou tout simplement de l’intérêt, parfois des limites, de ces textes, et, dans le meilleur des cas, de susciter davantage de vocations pour l’exploration d’un champ encore trop méconnu dans le cadre des études germaniques. Qu’il passe pour réservé à des initiés (surtout lorsqu’on le restreint à la ‘fantasy’), qu’on le réduise aux productions purement commerciales, qu’on se laisse rebuter par une écriture provocatrice ou indigente, voire qu’on redoute la présence massive des technosciences, ce sont là autant de mauvaises raisons d’éviter un domaine qui, comme tous les autres domaines (de la littérature, entre autres), comporte sa part de pacotille, mais aussi ses réussites, et qui offre, quoi qu’il en soit, une voie d’accès précieuse à la culture allemande.

Haut de page

Notes

1 Trente ans de prix Kurd-Lasswitz. Journée d’études organisée les 19 et 20 octobre 2012, à l’Université de Lorraine, Nancy, avec le soutien de l’UFR Langues et Cultures Étrangères, du Centre d’Études Germaniques Interculturelles de Lorraine et de l’Université de Lorraine.

2 Kurd Lasswitz : Auf zwei Planeten. Lüneburg 2009.

3 Herbert George Wells : La guerre des mondes. Trad. Henry D. Davray. Paris 1950.

4 Jeschke vient d’obtenir le prix 2014 dans la catégorie du meilleur roman. Wolfgang Jeschke : Dschiheads. München 2013.

5 Ceci n’empêche pas Hans Esselborn de s’interroger, comme on le verra, sur l’appartenance à la science-fiction de certains romans d’Eschbach.

6 Cf. Roland Innerhofer : « Science-Fiction als Social Fantasy? Tendenzen der deutschen Science-Fiction im ausgehenden 20. Jahrhundert ». In : Literatur für Leser 4/07 (2008), p. 263-275.

7 Cf. Das Science Fiction Jahr 2007. Schwerpunkt: Das Ende eines Genres? München 2007.

8 Mentionnons, plutôt qu’une longue bibliographie, Irène Langlet : La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire. Paris 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Willmann, « Tendances de la science-fiction allemande contemporaine au miroir du prix Kurd-Lasswitz »Recherches germaniques, 44 | 2014, 113-116.

Référence électronique

Françoise Willmann, « Tendances de la science-fiction allemande contemporaine au miroir du prix Kurd-Lasswitz »Recherches germaniques [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rg/366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.366

Haut de page

Auteur

Françoise Willmann

Maître de conférences HDR

Université de Lorraine-Nancy


francoise.willmann@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search