Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15L'abstraction réelle / Die Realab...Entre critique kantienne et criti...

L'abstraction réelle / Die Realabstraktion

Entre critique kantienne et critique marxiste

Hegel ou l’angle mort de Sohn-Rethel
Zwischen Kant’scher und Marx’scher Kritik. Hegel, Sohn-Rethels blinder Fleck
Hegel as Sohn-Rethel’s Blind Spot. A Missing Link Between the Kantian and Marxian Critiques
Camilla Brenni
p. 119-129

Résumés

Cet article cherche à montrer que la tentative sohn-rethelienne de fonder une épistémologie matérialiste à partir d’une synthèse de la théorie de la connaissance kantienne et de la critique de l’économie politique marxienne rencontre certaines difficultés et incohérences en partie à cause d’une prise en compte insuffisante de la philosophie de Hegel. En revenant sur la question de l’abstraction chez Hegel, mais aussi sur deux aspects de sa critique de Kant, l’article se présente comme une critique du projet sohn-rethelien. En exposant certaines contributions hégéliennes au domaine de l’épistémologie, nous soulignons donc une médiation manquante dans la théorie de Sohn-Rethel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous nous appuierons sur les deux premières versions, de 1970/73 et de 1978, allemande et anglais (...)
  • 2 Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Theoretische Schriften 1947-1990. Teilband (...)
  • 3 Ibid., p. 200.
  • 4 Ibid., p. 199 : « Sie sind die Erkenntnisprinzipien, […] etikettieren können. »
  • 5 Ibid., p. 202-203 : « Der Kritik der politischen Ökonomie […] Logik und eigene Notwendigkeit. »

1Dans l’introduction et les premiers chapitres de Geistige und körperliche Arbeit1, Alfred Sohn-Rethel expose ses propositions théoriques en prenant le cadre kantien comme point de départ pour une analyse des catégories pures de l’intellect. En effet, l’auteur se propose d’accomplir une tâche, selon lui encore inaccomplie par Marx et la tradition marxiste, et tout à fait distincte, voire indépendante de la critique de l’économie politique développée dans le Capital2. Il entend poser les bases d’une critique marxiste de l’entendement pur à l’œuvre dans les sciences de la nature et les mathématiques théoriques. C’est donc une investigation sur l’origine de ces sciences produites par un entendement pur autonome3, qui en tant qu’elles représentent la quintessence du travail intellectuel sont entièrement coupées du travail manuel. Cette pensée de la pure abstraction, Sohn-Rethel la voit à l’œuvre aussi bien dans les sciences mathématiques et physiques que dans la philosophie ; et de fait, l’auteur renvoie aussi bien à la naissance de la géométrie, qu’à la philosophie présocratique et la physique moderne de Galilée et Newton4. Vaste programme donc au moyen duquel il s’agit de faire pour ces sciences « pures » (naturelles et mathématiques) ce que Marx a accompli pour la science économique bourgeoise en associant les apports scientifiques de la critique marxienne à des catégories et schèmes d’analyses de la philosophie kantienne5.

  • 6 Alfred Sohn-Rethel : Intellectual and Manual Labour. London 1978, p. 14-15 : « […] a way of think (...)
  • 7 Ibid., p. 15 : « […] the unyielding dualism of this philosophy is surely a more faithful reflecti (...)

2L’introduction et le premier chapitre de Geistige und körperliche Arbeit présente l’usage mais aussi la re-traduction de la philosophie kantienne par Sohn-Rethel et aborde très brièvement la place de la philosophie hégélienne entre Kant et Marx. C’est ici que l’auteur justifie la relégation de celle-ci à l’arrière-plan et ce bien que d’une part, Hegel puisse être considéré comme le David Ricardo de la pensée philosophique et donc le meilleur point de départ pour une critique marxiste de l’épistémologie bourgeoise et, d’autre part, bien qu’il soit l’initiateur de la dialectique reprise par Marx, qui est « une manière de penser qui est infiniment supérieure aux dualismes fixes de Kant »6. Néanmoins, pour Sohn-Rethel : « […] les dualismes inflexibles de cette philosophie [kantienne] sont sûrement une réflexion plus fidèle des réalités du capitalisme »7 et s’avèrent donc être un paradigme philosophique plus heuristique pour comprendre la naissance des sciences naturelles.

  • 8 Ibid., p. 14 : « […] discarded the epistemological approach altogether ».
  • 9 Ibid., p. 16 : « […] outstripped the limitations of the critical standards of thinking observed b (...)

3Dans cet article nous essayerons d’expliciter en quoi l’impasse de Sohn-Rethel sur les apports de la philosophie hégélienne aboutit à une lecture néo-kantienne de Marx, lecture qui reproduit certaines erreurs épistémologiques pourtant critiquées par Hegel lui-même. L’enjeu est plutôt de souligner pourquoi, d’un point de vue immanent à la théorie marxienne, les développements de Sohn-Rethel sur l’abstraction scientifique et sur l’histoire de la pensée sont parfois très peu convaincants tant ils sont généralisants. Contrairement à ce qu’écrit Sohn-Rethel pour qui Hegel « rejette l’approche épistémologique dans son ensemble »8 et « dépasse les critères critiques de la pensée respectés par Kant et auxquels adhère Ricardo »9, le philosophe idéaliste propose une critique immanente et épistémologique de Kant qui permet de douter de certains présupposés de départ que l’on décèle dans la tentative théorique de Sohn-Rethel. Nous nous focaliserons ici sur deux apports de la philosophie hégélienne qui ne sont jamais pris en compte par Sohn-Rethel : d’abord le rapport de Hegel à l’abstraction et le possible héritage marxien de cette compréhension ; puis la critique hégélienne de la séparation entre forme et contenu dans la théorie de la connaissance et plus spécifiquement dans sa critique de Kant.

Critique et reprise de l’abstraction de pensée chez Hegel

  • 10 Ibid., Sohn-Rethel utilise le mot « discarding » à la p. 14 et puis « dispensing » à la p. 16.
  • 11 Ibid., p. 16 : « ontologising ‘the Idea’ ».
  • 12 Dans son essai « Mental and Manual Labour in Marxism », Sohn-Rethel rapproche d’ailleurs à Marx e (...)

4Dans plusieurs textes, Sohn-Rethel fait référence à la pensée de Hegel, souvent pour dire que celui-ci « écarte »10 le problème épistémologique de Kant au lieu de le désintégrer de manière critique. Hegel ne ferait que congédier et repousser la question épistémologique et s’adonnerait à une « logique de l’être » peu utile en vue de son propre travail critique. Tout en reprenant à son compte un certain nombre de tropes de l’épistémologie kantienne, l’auteur de Das Geld, die bare Münze des Apriori reproche à Hegel de ne s’être que trop peu soucié d’épistémologie et de s’être engouffré dans un idéalisme absolu, qui ne ferait qu’« ontologiser ‘l’Idée’ »11. Cependant, une telle interprétation paraît questionnable tant la Phénoménologie de l’esprit et l’Encyclopédie des sciences philosophiques peuvent se lire comme de grandes entreprises critiques des diverses positions épistémologiques représentées dans l’histoire de la philosophie ; difficile de soutenir que Hegel ne fait qu’écarter l’épistémologie12.

  • 13 Georg Wilhelm Friedrich Hegel : Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften [1817]. Teil I, W (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 177, § 82 : « ein Gedachtes, auch Abstraktes ».
  • 16 Ibid., au pluriel dans l’originale : « Ein Konkretes […] konkreten Gedanken. »

5Si l’on prend le concept d’abstraction central à la théorie épistémologique de Sohn-Rethel, il est intéressant de voir que si Hegel ne se penche jamais sur la question de l’abstraction en elle-même, on trouve des références à l’abstrait et à l’abstraction dans de nombreux passages de sa philosophie de jeunesse et de maturité. En effet, dans l’introduction et le concept préliminaire de L’Encyclopédie, on remarque plusieurs indications quant aux manières de penser ‘abstraites’, des critiques des ‘concepts abstraits’ et des philosophies abstraites. Chez Hegel, ce qui est abstrait – ce qui est de l’ordre de l’abstraction vide – est apparenté à l’immédiateté et à l’unilatéralité. La pensée, l’intuition, ou le concept abstrait est ce qui est pris immédiatement en sa vérité, ce qui est appréhendé dans son identité indifférenciée. Pour mieux comprendre, il faut se tourner vers les trois paragraphes qui décrivent la logique dialectique à la fin du « Concept préliminaire ». Le premier moment de celle-ci est bien celle de l’abstraction, entendue comme abstraction d’entendement : c’est l’abstraction indéterminée, l’abstraction fixe, l’abstraction séparée de son autre qui, en tant qu’« abstrait borné »13, vaut seulement pour elle-même et non pas dans une relation14. La vacuité de ces abstractions est due au fait qu’elles ne sont pas comprises comme étant toujours déjà en relation à d’autres abstractions qui les déterminent davantage. Le troisième moment du dialectique, le moment spéculatif et rationnel, est lui aussi décrit comme « quelque chose de pensé, d’abstrait »15, mais l’abstraction a changé de qualité. L’abstraction est ici devenue « [une] pensée concrète »16, puisqu’elle est déterminée par le moment de réflexion, le moment négatif qui a mis en relation les abstractions isolées. Ainsi, au cours du processus de pensée dans lequel agit une raison théorique, nous passons d’abstractions vides et bornées à des « pensées concrètes » qui ne sont plus unilatérales et immédiates, mais déterminées et médiatisées. L’abstraction a fait l’épreuve de sa différenciation et n’est plus identité abstraite mais unité de déterminations différentes : concrétion.

  • 17 Ibid., p. 106, § 37 : « konkrete[r] Inhalt […] gegen die abstrakten Theorien des Verstandes. ».
  • 18 Ibid., p. 109, § 38 : « völlig unkritisch […] und bewußtlos ».
  • 19 Sohn-Rethel : Intellectual and Manual Labour, p. 66.
  • 20 Hegel : Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften, Erster Zusatz, p. 207, § 98. Cf. aussi H (...)
  • 21 Ibid., p. 108 ; § 38 et additions du § 38, p. 107 sq. : « [sie – CB] läßt dem Denken nur die Abst (...)

6Loin de penser une abstraction identique à elle-même, qui serait toujours la même, il y a dans sa philosophie des ‘degrés’ d’abstraction et des ‘formes’ d’abstractions différentes. L’empirisme, par exemple, part du besoin d’un « contenu concret en face des théories abstraites de l’entendement »17, et s’appuie donc sur l’expérience pour particulariser l’universel qui demeure un simple universel abstrait dans la métaphysique d’entendement. Or, bien que le contenu concret de l’épistémologie empiriste ne soit plus celui des objets infinis mais de singuliers finis (les données, faits, observations, phénomènes) du sensible et de la nature, dès lors qu’elle utilise des termes comme ceux de Materie ou de Kraft elle revient nécessairement à l’abstraction. Si elle ne réfléchit pas cette abstraction que requiert la pensée alors elle devient « totalement non-critique et inconsciente »18. Contrairement à Sohn-Rethel, pour qui le propre de l’abstraction de pensée est l’usage de concepts non-empiriques et purs19, Hegel pose que l’abstraction dont font preuve les empiristes – et Newton est ici une cible privilégiée20 – est celle qui ne prend pas en compte la nécessité pour le contenu empirique d’être exposé dans une forme conceptuelle. Les sciences empiriques cherchent à mettre en forme le contenu singulier et contingent du monde chaotique et indéterminé des phénomènes ; elles cherchent à élever ce contenu à l’universel en esquissant des lois de la nature et des propositions scientifiques générales. Sans une prise en compte du fait que la multiplicité des phénomènes sensibles n’épuisent pas les concepts et les catégories qui les nomment, les classent et les appréhendent, l’empirisme tombe dans l’illusion qui « n’accorde à la pensée que l’abstraction et l’universalité et identité formelle »21.

7L’on peut donc distinguer trois sortes d’abstraction dans ces extraits de Hegel :

1) l’abstraction conceptuelle formelle et vide de la métaphysique ancienne et des débuts de la philosophie grecque ;
2) la bonne abstraction concrète de l’empirisme qui à partir du contenu concret (du singulier sensible) cherche à abstraire jusqu’à l’universel afin de produire des connaissances objectives de la nature ;
3) la mauvaise abstraction qui ne réfléchit pas l’élément suprasensible et abstrait des concepts, des formes, à l’œuvre dans toute pensée.

En tant que la pensée hégélienne suit, développe et distingue les plus ou moins bonnes abstractions qui se manifestent dans les sciences positives et la philosophie, elle produit une critique immanente ‘des’ abstractions de pensée qui sont différenciées selon leur contenu (concept infini, singulier fini, etc.) et selon leur déterminité au sein du processus de connaissance. La philosophie de Hegel, par l’intermédiaire de sa critique de la pensée d’entendement et du manque d’auto-réflexion à l’œuvre dans les sciences, souligne la différence entre, d’une part, l’abstraction immédiate – comprise comme présupposé de la pensée – et, d’autre part, l’abstraction concrète qui est le résultat d’un travail actif de détermination de la pensée.

  • 22 Nous renvoyons ici à l’usage fait par Marx dans la Einleitung zu den « Grundrisse[n] der Kritik d (...)
  • 23 Sur le rapport de Marx à l’abstraction et notamment à l’abstraction hégélienne, voir André Tosel  (...)
  • 24 Ibid., p. 320.
  • 25 Marx : Grundrisse der Kritik, p. 34-42.

8Sohn-Rethel n’aborde jamais dans les diverses versions de Geistige und körperliche Arbeit ces passages précis de la philosophie hégélienne, et ne se confronte aucunement à cette différenciation entre l’abstraction immédiate et l’abstraction comme concrétion. La différence entre l’universel abstrait et l’universel concret qui existe dans la philosophie hégélienne, et ce cheminement dialectique qui mène de la mauvaise abstraction immédiate à l’abstraction concrète ne sont pas évoqués comme des innovations épistémologiques qui influenceraient la critique marxienne de la science économique22 ou qui pourraient être utilisées en vue d’une épistémologie marxiste plus générale23. Pourtant, chez Marx, le travail critique cherche justement à différencier les bonnes abstractions des mauvaises abstractions, à produire de bonnes abstractions comme des concrets de pensée – comme des résultats de l’investigation – plutôt qu’à hériter d’abstractions comme autant de présupposés de la pensée. Comme le souligne André Tosel, le travail scientifique est un « mouvement de spécification de[s] abstraction[s] »24 et c’est là le rôle productif et non seulement passif de la pensée. Contrairement à Hegel, chez Marx ce n’est pas la pensée qui produit les formes sociales ; la pensée est une activité productive mais ce n’est pas elle qui engendre les formations sociales historiques dont il revient au travail de la pensée de se les approprier au moyen d’un travail théorique d’abstraction. Le concept de ‘production’ par exemple, comme abstraction immédiate qui nommerait une supposée ‘concrétude immédiate’, est un concept indéterminé tant que le travail de la critique n’en a pas déterminé et spécifié le sens. Comme le souligne la Contribution à la critique de l’économie politique25, on part d’une abstraction de pensée, on avance vers le concret comme synthèse de déterminations multiples, et on aboutit à une autre abstraction de pensée, rectificatrice de l’abstraction immédiate initiale.

9En posant l’abstraction comme ‘origine’ des formes de pensée, Alfred Sohn-Rethel est incapable de penser l’abstraction comme ce travail de spécification des abstractions déterminées, à l’œuvre dans les sciences et dont il se sert lui-même. Dans le Capital, l’abstraction réelle du travail abstrait, qui se retraduit dans l’abstraction de la marchandise comme valeur d’échange, n’est pas l’origine de la critique de l’économie politique. Ce n’est pas en décelant cette abstraction réelle que Marx justifie la légitimité du discours de la critique. C’est plutôt le fait d’une certaine autonomie de la critique et de la théorie vis-à-vis de l’être social qui lui permet de déterminer et de construire des abstractions de pensée scientifiques, permettant de nommer et de décrire des formes sociales et historiques spécifiques. Ainsi, il nous semble que les réflexions hégéliennes sur les différents niveaux d’abstractions dans le travail scientifique constituent non pas un modèle mais du moins une médiation importante pour comprendre la critique marxiste et sa compréhension de l’abstraction conceptuelle et réelle.

Forme et contenu de connaissance, forme et contenu des catégories

  • 26 Hegel : Enzyklopädie, p. 137 sq., § 52.
  • 27 Georg Wilhelm Friedrich Hegel : Phänomenologie des Geistes. Stuttgart 1807, p. 65-68 et Hegel : E (...)
  • 28 Hegel : Enzyklopädie, p. 113 sq., § 41.

10Une autre critique hégélienne, celle de Kant, est également importante pour déceler certaines insuffisances dans les écrits de Sohn-Rethel. Cette critique souligne le fait que le point de vue kantien, antérieur et externe au savoir – posant les limites et capacités de l’entendement et de la raison avant l’exercice même de ces facultés – est un point de vue surplombant qui sépare forme de la connaissance et contenu de connaissance26. Nous essayerons dans ce second moment de souligner un autre angle mort de Sohn-Rethel qui renvoie à la compréhension hégélienne de la vérité comme identité de la forme et du contenu pour enfin revenir à la question des formes (sociales et de pensées) chez Marx. La critique hégélienne concernant la séparation de la forme et du contenu permet de montrer de quelle manière Sohn-Rethel reconduit un geste épistémologique kantien qui ne prend en compte ni l’historicité des formes sociales, ni les formes historicisées de la pensée. Dans la Phénoménologie de l’esprit puis de nouveau dans l’Encyclopédie des sciences philosophiques27, Hegel se confronte à la position de la critique kantienne vis-à-vis de la connaissance. Face aux réflexions sur les conditions de possibilité de la connaissance objective et confronté à la vocation kantienne de produire une discipline de la raison pure qui limite ses inclinations, Hegel se demande où se situe cette critique et pourquoi elle se croit capable de déceler les limites de l’entendement et les errements de la raison. Par cette critique de la philosophie de Kant, Hegel cherche à montrer qu’une critique qui se situe à l’extérieur de la connaissance, ou comme prérequis antérieur à la connaissance, se voue à un formalisme rétif qui présuppose une séparation irréconciliable entre le sujet de la connaissance et l’objet de la connaissance. Selon Hegel, la critique kantienne surplombe la connaissance au lieu de déceler, cas par cas, ce que diverses entreprises théoriques – différents systèmes philosophiques – ont produit de plus ou moins heuristique dans le processus de prise de conscience de soi de l’esprit. Car déceler ce qu’il y a de plus ou moins pertinent dans les pensées théoriques de la science et de la philosophie, c’est déjà produire une connaissance et pas un simple examen préliminaire28.

  • 29 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 229 et p. 229-241.

11Contrairement à ce modèle de critique immanente, la critique épistémologique de Sohn-Rethel se positionne, elle aussi, comme Kant, hors de et avant la connaissance. Elle pose la question des conditions de possibilité des abstractions de l’intellect pur et traduit ces abstractions intellectuelles dans la réalité matérielle en partant du postulat selon lequel les rapports d’échange sont constitutifs de la synthèse sociale29. À la différence de Kant, pour qui ce sont les catégories de l’entendement pur qui sont présupposées comme conditions de possibilité et de validité d’une connaissance objective, pour Sohn-Rethel c’est « l’abstraction réelle » antérieure à la connaissance qui est posée au fondement de celle-ci. Ce qui se voulait une désintégration de l’a priori en devient tout simplement une autre manière de le poser. Ainsi, cette abstraction réelle qui se forme dans l’échange marchand constitue la forme a priori de toute conceptualité pure, évidée de son soubassement empirique ou ne renvoyant à aucun phénomène empiriquement vérifiable dans le monde. À défaut de prendre en considération la critique hégélienne de Kant, Sohn-Rethel reconduit le geste épistémologique de celui-ci et sépare comme lui la forme de la connaissance (née de l’abstraction réelle) du contenu de la connaissance (tous les objets étudiés dans l’histoire des sciences naturelles et mathématiques). Il sépare aussi par là le moment de la critique – les fondements d’une critique épistémologique marxiste – de l’objet de la critique – les sciences bourgeoises. Cette position externe à la connaissance pure qui dévoile l’origine matérielle de l’abstraction – dont il est parfois difficile de délimiter les contours tant Sohn-Rethel prend pour objet aussi bien la physique et la mathématique théorique que les concepts utilisés tout au long de l’histoire de la philosophie – tend à niveler et à appauvrir l’histoire des concepts, des théories de la connaissance et de la science en général. En outre, ce geste théorique qui cherche la source de l’abstraction, la genèse de celle-ci, dans une forme toujours identique d’abstraction réelle aboutit à trois conséquences problématiques qu’il faut examiner de plus près.

  • 30 Patrick Murray : Marx’s Theory of Scientific knowledge. Atlantic Highlands 1988, p. 110-111.

12Le premier problème renvoie à l’histoire des sciences et de la philosophie. La source unique des concepts et des abstractions de pensée, repérée par Sohn-Rethel dans l’abstraction réelle de l’échange, constitue une sorte de forme unique de l’abstraction qui évacue complètement les conditions historiques sous lesquelles émergent les théories scientifiques et philosophiques. Cette forme de l’abstraction – comme une sorte d’aperception transcendantale modernisée – permet d’ignorer les développements complexes et les logiques propres (parfois relativement autonomes) qui structurent la production de savoir tout au long de l’histoire de la pensée. Dans la mesure où l’abstraction de pensée chez les Présocratiques – le concept d’« être » de Parménide par exemple – ou l’abstraction de pensée des débuts de la science moderne expérimentale – le concept d’« inertie » de Galilée – auraient la même source dans l’échange, ces pensées et leurs concepts se trouvent réduits à la même forme d’abstraction. Quels que soient leur contenu, leur fonction et leur contexte de gestation, ces concepts ont une forme identique : ce sont des concepts purs de l’entendement pur, qu’ils soient grecs antiques ou bourgeois modernes. Il y a donc une théorisation épistémologique qui tend à abstraire les formes de connaissance des contenus et objets de connaissance30.

  • 31 Sohn-Rethel : Intellectual and Manual Labour, p. 33 et Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arb (...)

13Le second problème que pose l’hypothèse de Sohn-Rethel est qu’elle ne permet pas de comprendre la différence de statut entre les abstractions, qu’il s’agisse des abstractions de pensée dans les sciences naturelles ou des abstractions de la science critique marxiste. Ainsi, le rapport continu ou discontinu qui doit être établi entre les abstractions dont fait usage Sohn-Rethel pour accomplir sa propre critique et les abstractions qui tombent sous le coup de sa critique n’est jamais explicité. Le point de vue externe de Sohn-Rethel lui permet seulement de dire que la logique des sciences naturelles est toute différente de celle des sciences économiques. En revanche, il ne nous dit pas quel est le statut des ‘abstractions’ et ‘concepts’ critiques vis-à-vis des conditions matérielles qui permettent leur émergence et quel serait leur statut relativement aux autres formes d’abstraction de pensée. Ce qui distingue les abstractions aveugles (produites « derrière le dos » de ceux qui les pensent par l’abstraction de l’échange31) des catégories critiques (les abstractions marxiennes) n’est jamais clairement énoncé.

  • 32 Frank Engster/Oliver Schlaudt : « Alfred Sohn-Rethel: Real Abstraction and the Unity of Commodity (...)

14Le troisième et dernier problème que pose cette forme identique de l’abstraction, c’est qu’elle fausse le sens et la spécificité des catégories marxiennes. Cette séparation de la forme et du contenu de la critique, d’une part, et de la forme et du contenu des concepts eux-mêmes, d’autre part, pose problème eu égard à l’usage qui est fait des catégories de Marx. En effet, comme d’autres l’ont déjà souligné avant nous32, le projet de Sohn-Rethel le contraint à importer les catégories précises, spécifiques et historiques de Marx dans des conditions historiques dans lesquelles elles sont inadéquates. En faisant usage des catégories de « monnaie », d’« échange » ou de « marchandise », Sohn-Rethel sépare la forme de ces concepts et les soustrait à leur déterminité au sein du processus d’exposition et de théorisation marxien pour les appliquer à des modes de production et des sociétés où ils perdent toute leur spécificité théorique. Cette première séparation entre la forme de la connaissance et son contenu se traduit donc par la séparation entre la forme et le contenu de l’abstraction, et ainsi par la séparation entre les formes et les contenus des catégories que Sohn-Rethel emploie lui-même. Dans Geistige und körperliche Arbeit, Sohn-Rethel souligne que pour Marx :

  • 33 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 213-214.

Geistesform und Gesellschaftsform haben das gemeinsam, daß sie « Formen » sind. Die Marxsche Denkweise ist durch eine Formauffassung gekennzeichnet, in der sie sich von allen anderen Denkweisen unterscheidet. Sie leitet sich von Hegel her, aber nur, um auch sogleich von Hegel abzuweichen. Form ist für Marx zeitbedingt. Sie entsteht, vergeht und wandelt sich in der Zeit. Form als zeitgebunden zu verstehen, ist Kennzeichen dialektischen Denkens und stammt von Hegel her.33

  • 34 Ibid. Cf. « Die Elemente der Tauschabstraktion […] metaphorische Bedeutung. », p. 265A-266A.
  • 35 Engster/Schlaudt : « Alfred Sohn-Rethel: Real Abstraction », p. 286.

Malgré ces indications et bien que Sohn-Rethel fasse appel à ces formes historiques marxiennes, on constate assez peu de précisions quant aux différences entre formes historiques et formes conceptuelles. En effet, si d’une part les formes de pensées réfléchissent cette abstraction de l’échange34 – bien que par la médiation de la monnaie – mais que, d’autre part, les formes sociales de la monnaie, du travail et surtout de l’échange ne sont que très peu qualitativement différenciées d’une période historique à l’autre (d’un mode de production à l’autre), alors non seulement les abstractions réelles étudiées sont trop indéterminées mais les abstractions de pensées dont se sert le théoricien pour les décrire perdent également leur déterminité et leur précision théorique. Le fait que Sohn-Rethel considère que la forme de la marchandise et la forme de l’échange naissent au moment de l’émergence de la monnaie en Grèce antique, contribue à faire de ces formes conceptuelles des abstractions de pensée qui traversent les différents modes de production et aboutit du même coup à identifier les bases structurelles de ces modes de production au lieu d’en dégager les différences. Cette abstraction réelle qu’il situe dans l’abstraction de l’échange, et qui corrélativement voit émerger en parallèle la conceptualité pure des Présocratiques, conduit Sohn-Rethel à faire des concepts marxiens des concepts flous et généralisants qui n’ont plus aucune déterminité historique. À défaut de voir que la théorie du capital et de la forme valeur s’ancre dans un certain rapport socio-historique déterminé, le théoricien ne perçoit pas que le fait d’importer les abstractions conceptuelles « d’échange de marchandise » dans n’importe quel contexte social et historique en dénature complètement le sens. L’épistémologue privilégie ainsi la quête kantienne des sources a priori de l’intellect pur plutôt que la lente compréhension des conditions d’émergence et des problèmes immanents et matériels auxquels se confrontent les innovations conceptuelles, mathématiques, physiques et technologiques au moment de la naissance du capitalisme35.

  • 36 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 222 : « Ich betrachte […] aus der abstrakten
    Ph (...)
  • 37 Ibid., p. 251, par exemple.

15Si le projet d’une critique marxiste de l’épistémologie des sciences naturelles est intéressant et si les pistes esquissées par Sohn-Rethel sont d’un grand intérêt, il s’avère que le projet s’apparente parfois plus à une épistémologie des sciences de la nature qu’à une critique sociale et historique de la production des savoirs et des sciences ; c’est en cela qu’elle se rapproche d’une forme néo-kantienne du marxisme. Nous avons cherché à montrer que l’absence d’une réelle confrontation aux apports de la philosophie hégélienne – qu’elle soit due à un rejet, une ignorance ou une simple négligence – conduit Sohn-Rethel à certaines impasses épistémologiques pourtant évitables et ce notamment quant à la question de l’abstraction. Ainsi, la reproduction du dualisme entre forme et contenu – la séparation entre la condition de la critique et son objet ainsi que celle entre la forme et le contenu des concepts – tend à dénaturer le projet de critique à l’œuvre dans le Capital mais aussi à déshistoriser les concepts utilisés par Marx et donc à leur conférer un caractère indéterminé. Le projet sohn-rethelien d’une genèse de l’abstraction aboutit à faire de l’abstraction réelle une origine indifférenciée et unique des concepts et catégories36 et non pas un travail actif de la critique. L’abstraction de pensée est donc considérée comme une sorte de coquille vide, formelle, qui constitue le moule des concepts purs philosophiques, scientifiques et mathématiques. À défaut de distinguer, comme le font Hegel et Marx entre l’abstraction abstraite – immédiate et idéologique – et l’abstraction concrète – construite et critique – Sohn-Rethel reproduit un concept d’abstraction (de pensée) qui en reste à une conception de l’idéologie (notamment scientifique) comme reflet passif des bases structurelles que constitue le rapport d’échange. Par là, il nous semble qu’il reconduit involontairement les hypothèses épistémologiques du marxisme orthodoxe37.

Haut de page

Notes

1 Nous nous appuierons sur les deux premières versions, de 1970/73 et de 1978, allemande et anglaise de Geistige und körperliche Arbeit. La version anglaise, réalisée par Martin Sohn-Rethel, le fils de l’auteur, n’étant pas une traduction stricte de la version allemande, nous y trouvons des formulations de Sohn-Rethel un peu différentes sur le rapport de l’auteur à Hegel.

2 Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Theoretische Schriften 1947-1990. Teilband 1. Freiburg/Wien 2018, p. 201 sq.

3 Ibid., p. 200.

4 Ibid., p. 199 : « Sie sind die Erkenntnisprinzipien, […] etikettieren können. »

5 Ibid., p. 202-203 : « Der Kritik der politischen Ökonomie […] Logik und eigene Notwendigkeit. »

6 Alfred Sohn-Rethel : Intellectual and Manual Labour. London 1978, p. 14-15 : « […] a way of thinking which is infinitely superior to the fixed dualisms of Kant ». Les traductions de l’anglais sont les nôtres [CB].

7 Ibid., p. 15 : « […] the unyielding dualism of this philosophy is surely a more faithful reflection of the realities of capitalism ».

8 Ibid., p. 14 : « […] discarded the epistemological approach altogether ».

9 Ibid., p. 16 : « […] outstripped the limitations of the critical standards of thinking observed by Kant and adhered to by Ricardo ».

10 Ibid., Sohn-Rethel utilise le mot « discarding » à la p. 14 et puis « dispensing » à la p. 16.

11 Ibid., p. 16 : « ontologising ‘the Idea’ ».

12 Dans son essai « Mental and Manual Labour in Marxism », Sohn-Rethel rapproche d’ailleurs à Marx et Hegel dans leur « élimination de la préoccupation épistémologique quant à la connaissance ». Cf. Sohn-Rethel : « Mental and Manual Labour in Marxism ». In : Intellectual and Manual Labour, p. 594-595.

13 Georg Wilhelm Friedrich Hegel : Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften [1817]. Teil I, Werke VIII. Frankfurt am Main 2014, p. 168-169, cf. les paragraphes 79 et 80 : « ein solches beschränktes Abstraktes ».

14 Ibid.

15 Ibid., p. 177, § 82 : « ein Gedachtes, auch Abstraktes ».

16 Ibid., au pluriel dans l’originale : « Ein Konkretes […] konkreten Gedanken. »

17 Ibid., p. 106, § 37 : « konkrete[r] Inhalt […] gegen die abstrakten Theorien des Verstandes. ».

18 Ibid., p. 109, § 38 : « völlig unkritisch […] und bewußtlos ».

19 Sohn-Rethel : Intellectual and Manual Labour, p. 66.

20 Hegel : Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften, Erster Zusatz, p. 207, § 98. Cf. aussi Hegel : Leçons sur l’histoire de la philosophie, t. VI. Paris 1985 (traduit de l’allemand par Pierre Garniron), p. 1573. Original : Vorlesungen über die Philosophie der Weltgeschichte. Berlin 1837.

21 Ibid., p. 108 ; § 38 et additions du § 38, p. 107 sq. : « [sie – CB] läßt dem Denken nur die Abstrakion und formelle Allgemeinheit und Identität zu. »

22 Nous renvoyons ici à l’usage fait par Marx dans la Einleitung zu den « Grundrisse[n] der Kritik der politischen Ökonomie » de 1857, où le modèle hégélien de détermination de l’abstraction est explicitement mentionné. Cf. Karl Marx : Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie, Band XLII. Berlin 1983.

23 Sur le rapport de Marx à l’abstraction et notamment à l’abstraction hégélienne, voir André Tosel : « Marx et les abstractions ». In : Archive de philosophie 65 (2002/2), p. 311-334.

24 Ibid., p. 320.

25 Marx : Grundrisse der Kritik, p. 34-42.

26 Hegel : Enzyklopädie, p. 137 sq., § 52.

27 Georg Wilhelm Friedrich Hegel : Phänomenologie des Geistes. Stuttgart 1807, p. 65-68 et Hegel : Enzyklopädie, p. 53-54, § 10.

28 Hegel : Enzyklopädie, p. 113 sq., § 41.

29 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 229 et p. 229-241.

30 Patrick Murray : Marx’s Theory of Scientific knowledge. Atlantic Highlands 1988, p. 110-111.

31 Sohn-Rethel : Intellectual and Manual Labour, p. 33 et Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 228.

32 Frank Engster/Oliver Schlaudt : « Alfred Sohn-Rethel: Real Abstraction and the Unity of Commodity-Form and Thought Form ». In : The sage Handbook of Frankfurt School critical theory (2018), p. 284.

33 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 213-214.

34 Ibid. Cf. « Die Elemente der Tauschabstraktion […] metaphorische Bedeutung. », p. 265A-266A.

35 Engster/Schlaudt : « Alfred Sohn-Rethel: Real Abstraction », p. 286.

36 Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit, p. 222 : « Ich betrachte […] aus der abstrakten
Physikalität der Tauschhandlung. »

37 Ibid., p. 251, par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camilla Brenni, « Entre critique kantienne et critique marxiste »Recherches germaniques, 15 | 2020, 119-129.

Référence électronique

Camilla Brenni, « Entre critique kantienne et critique marxiste »Recherches germaniques [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rg/3752 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.3752

Haut de page

Auteur

Camilla Brenni

Doctorante contractuelle
Université de Strasbourg
Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine
camilla.brenni[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search