Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Une théorie critique / Eine kriti...Sohn-Rethel anthropologue ?

Une théorie critique / Eine kritische Theorie

Sohn-Rethel anthropologue ?

Pour une ontologie des sociétés marchandes
Sohn-Rethel Anthropologe? Zur Ontologie der Warengesellschaft
Sohn-Rethel the Anthropologist? Toward an Ontology of Commodity-Producing Societies
Frédéric Monferrand
p. 217-227

Résumés

L’article défend la thèse selon laquelle le concept d’abstraction réelle relève d’une ontologie des sociétés marchandes, qui, pour être développée, doit être comparée à l’ontologie des collectifs non modernes étudiés par l’anthropologie. De cette comparaison, établie à partir des recherches consacrées par Durkheim et Mauss aux « formes primitives de classification », il résulte que les sociétés marchandes se définissent par un paradoxe ontologique : d’un côté, elles sont les seules à se concevoir comme des réalités conventionnelles, opposées à la nature et par là même transformables. Mais de l’autre, elles sont également les seules dans lesquelles les rapports sociaux s’imposent aux individus sous la forme aveugle d’une ‘seconde nature’.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Alfred Sohn-Rethel : Das Geld, die bare Münze des Apriori. In : Alfred Sohn-Rethel : Geistige (...)

1Malgré le caractère parfois tortueux de l’argumentation sohn-rethelienne, l’intuition sous-jacente à la formulation du concept emblématique d’« abstraction réelle » (Realabstraktion) se laisse assez aisément restituer. Avant d’être une propriété de la pensée, la capacité à faire abstraction des différences entre les choses qui se présentent à notre expérience pour les subsumer sous des concepts généraux serait une propriété de l’échange marchand. Car échanger des marchandises, c’est agir sous le postulat que toutes les valeurs d’usage peuvent entrer dans un rapport d’équivalence et se voir soumises à une même mesure quantitative, dont la monnaie est à la fois le véhicule et l’incarnation1.

2Cette intuition, c’est sur le terrain d’une épistémologie historique visant à exhiber la dépendance logique et chronologique des sciences mathématisées de la nature à l’égard de l’échange marchand que Sohn-Rethel a cherché à la mettre à l’épreuve. Mais dans la mesure où la fonction du concept d’abstraction réelle est de fonder l’abstraction d’une forme historiquement déterminée de pensée sur celle d’une forme socialement spécifique de réalité, il nous semble que c’est sur un terrain socio-ontologique qu’il s’avère le plus éclairant. Telle est en tout cas l’hypothèse que nous voudrions tester.

  • 2 Émile Durkheim/Marcel Mauss : « De quelques formes primitives de classification ». In : Marcel Ma (...)

3Pour ce faire, et après avoir précisé les conditions de passage d’une problématique épistémologique à une problématique ontologique, nous proposons d’instaurer un dialogue entre Sohn-Rethel et certains représentants de la tradition anthropologique française. Depuis l’intervention séminale d’Émile Durkheim et Marcel Mauss, les représentants de cette tradition se sont en effet employés à mettre en regard l’ontologie des modernes avec d’autres manières de faire société2. Or, tâcherons-nous pour finir de montrer, la perspective comparative déployée par ces auteurs est sans doute plus à même que la perspective historicisante privilégiée par Sohn-Rethel de faire ressortir la spécificité des sociétés marchandes. Elle permet pour ainsi dire de concrétiser l’idée de prime abord déroutante selon laquelle ces sociétés se caractériseraient essentiellement par leur « abstraction ».

De l’épistémologie historique à l’ontologie sociale

  • 3 Alfred Sohn-Rethel : « Travail intellectuel et travail manuel : essai d’une théorie matérialiste. (...)
  • 4 Alfred Sohn-Rethel : « Intellectual and manual labour. An attempt at a materialistic theory [1973 (...)

4« Pensée abstraite », ou « métaphysique », « entendement » ou « intellect pur », « conscience », « sujet théorétique », voire « travail intellectuel » : il est de prime abord difficile de savoir ce que Sohn-Rethel entend au juste « dériver » (derivation) de « l’abstraction-échange » (exchange abstraction). À le lire, on a parfois l’impression qu’il ambitionne de déduire la pensée en tant que telle de l’échange marchand. C’est notamment le cas des pages introductives de l’article « Travail manuel et travail intellectuel », où, après avoir rappelé qu’« un concept pur est une forme pure ; un concept abstrait, une forme abstraite », Sohn-Rethel demande : « Comment, en ce cas, la forme est-elle abstraite du phénomène ? »3. Prise au sérieux, cette question appelle une explication de la formation des concepts, c’est-à-dire de la capacité à abstraire une forme d’un contenu empirique quelconque et, pourrait-on ajouter, à saisir cette forme pour elle-même. Un tel projet n’a évidemment rien d’absurde. Mais on voit mal en quoi il devrait être mené sur le terrain socio-économique de l’analyse de l’échange marchand plutôt que sur celui de la psychologie cognitive ou évolutionnaire. Car les humains n’ont pas attendu l’invention de la monnaie pour penser par concepts, comme en témoigne le fait qu’on n’a jamais rencontré de communauté dépourvue de langage, c’est-à-dire d’un système de signes qui ne se réfèrent au particulier qu’en le subsumant sous la généralité de ces formes abstraites par excellence que sont les mots. Il faut donc s’y résoudre : à moins de confondre les capacités génériques de l’esprit humain avec les conditions particulières de leur actualisation, on ne dérivera jamais la pensée de la monnaie. En d’autres termes, le problème pertinent n’est pas celui de la possibilité de la pensée, mais celui de ses différentes modalités d’exercice dans des contextes socio-historiques variés. Sohn-Rethel en est d’ailleurs conscient, qui rectifie rapidement ses propres formulations : « We are here exclusively concerned with establishing some of the essential principles involved in a materialistic understanding of the modes of thinking in historical times. »4

  • 5 Cf. aussi sur ce point, Rudolf Wolfgang Müller : Geld und Geist. Zur Entstehungsgeschichte von Id (...)

5Ce n’est plus une déduction de la pensée en général sur fond d’échange marchand qu’annoncent ces lignes, mais bien une épistémologie historique à laquelle l’auteur de Warenform und Denkform assigne un double objectif : d’une part, retracer la genèse de la rationalité occidentale telle qu’elle est exemplairement à l’œuvre dans les sciences mathématisées de la nature ; d’autre part, rendre compte de la validité des catégories mobilisées par cette forme de rationalité5.

  • 6 Alfred Sohn-Rethel : « Die Formcharaktere der zweiten Natur [1974] ». In : Geistige und körperlic (...)
  • 7 Alfred Sohn-Rethel : « Forme marchandise et forme de pensée ? Essai sur l’origine sociale de l’‘e (...)

6En ce qui concerne le problème de la genèse, Sohn-Rethel soutient ainsi que la première frappe de monnaie « vers 680 av. J.-C. sur la rive ionienne de la mer Égée6 » inaugure une vaste trajectoire historique qui irait des présocratiques à Newton et au cours de laquelle l’expérience se trouverait toujours plus profondément soumise à des concepts généraux dont il devait finalement revenir à Kant de dresser la liste (les catégories de la quantité, de la qualité, de la relation, de la modalité). On pourrait rester dubitatif face à l’ampleur de cette périodisation et au parti pris radicalement continuiste qu’elle implique. Mais c’est que pour Sohn-Rethel, l’histoire de la rationalité occidentale répond au fond à un schéma très simple, dont les étapes seraient les suivantes : d’abord l’échange marchand purifie l’expérience de ses qualités sensibles en les réduisant à des grandeurs quantitatives ; puis cette quantification se matérialise dans la monnaie ; laquelle fournit finalement à des intellectuels libérés par l’esclavage et le salariat de la charge du travail manuel l’occasion de formaliser les catégories de l’entendement en les attribuant à un « sujet théorétique » anhistorique7.

  • 8 Cf. Sohn-Rethel : Das Geld, p. 733-739.
  • 9 Immanuel Kant : Critique de la raison pure. Paris 2001 (traduit de l’allemand par Alain Renaut), (...)
  • 10 Karl Marx : Das Kapital. Erster Band. In : Marx Engels Gesamtausgabe (MEGA2)II/10. Berlin 1991, p (...)

7En ce qui concerne maintenant le problème de la validité, l’argument de Sohn-Rethel est que l’applicabilité de ces catégories à l’expérience sous forme de connaissances effectives dépend elle aussi de la puissance d’abstraction qui anime l’échange marchand. Soit la découverte galiléenne du mouvement inertiel, dont Newton devait faire le premier principe de sa physique. De même que la monnaie permet de mesurer la valeur des marchandises alors même qu’elle est abstraite au regard de leur valeur d’usage, l’énoncé du principe d’inertie « en l’absence d’influence extérieure, tout corps ponctuel perdure dans un mouvement rectiligne uniforme » permet de rendre compte du mouvement, non pas en dépit, mais bien en vertu de son abstraction à l’égard de l’expérience sensible8. En d’autres termes, la vérité d’une loi scientifique repose sur la mise entre parenthèses de tous les facteurs concrètement à l’œuvre dans la réalité dont elle permet pourtant l’appropriation théorique. Kant avait donc raison de soutenir que l’expérience n’est connaissable que parce qu’elle fait l’objet d’un travail de catégorisation inconscient, se déroulant pour ainsi dire « derrière le dos » des sujets empiriques. Simplement, ce travail de catégorisation n’est pas le fait d’un « art caché dans les profondeurs de l’âme humaine »9, comme le croyait l’auteur de la Critique de la raison pure, mais d’une puissance d’homogénéisation monétaire qui devrait « crever les yeux » (die Augen blenden10) tant elle opère quotidiennement à la surface même des sociétés marchandes.

  • 11 Cf. notamment la justification de l’emploi du terme « ontologie » donnée par Philippe Descola : L (...)
  • 12 Cette piste de recherche ontologique est suggérée, sans référence explicite à Sohn-Rethel, par Ch (...)

8Or, c’est précisément cette conclusion, inlassablement répétée, qui nous semble engager Sohn-Rethel sur une piste que ses arguments épistémologiques sont à notre sens loin d’épuiser. Parti à la recherche de l’origine et des fondements de la connaissance, il découvre en effet une structure générale de l’expérience sociale, par rapport à laquelle la rationalité scientifique apparaît irrémédiablement dérivée. Le problème n’est dès lors plus de rendre compte de l’activité des savants, mais d’interroger la manière dont l’échange marchand articule certaines pratiques quotidiennes sur certaines représentations partagées, configurant ainsi un mode d’être au monde historiquement spécifique et socialement déterminé. Or, si l’on accepte, avec certains anthropologues contemporains, de nommer « ontologie » cette analyse des modalités sous lesquelles les membres d’une société donnée se représentent et font usage du monde11, on nous accordera peut-être que le véritable programme de recherche ouvert par Sohn-Rethel est celui d’une ontologie des sociétés marchandes12. Dans cette perspective, que nous nous proposons maintenant d’explorer, l’auteur de Geistige und körperliche Arbeit peut être considéré comme l’anthropologue de sa propre société.

Entre Marx et Mauss

  • 13 Kant : Kritik der reinen Vernunft. A 247, p. 300 : « der stolze Name einer Ontologie ».

9On pourrait s’étonner de cette introduction du « nom orgueilleux d’ontologie13 » dans la réflexion de Sohn-Rethel. Avec les concepts d’idéologie ou de fétichisme, la tradition marxiste dans laquelle il s’inscrit n’a-t-elle pas forgé les instruments nécessaires à la théorisation de l’articulation des pratiques sur des formes symboliques socialement partagées ? Assurément, mais ces concepts ont en commun le fait de viser l’efficace d’une illusion, là où « l’abstraction » sohn-rethelienne désigne une puissance de configuration de la réalité.

  • 14 Cf. Karl Marx/Friedrich Engels : Die Deutsche Ideologie. In : Marx Engels Werke (MEW) 3, Berlin 1 (...)
  • 15 Cf. Sohn-Rethel : Das Geld, p. 764.
  • 16 Marx/Engels : Die Deutsche Ideologie, p. 46.

10Illusoires sont en effet les représentations qu’à en croire le Marx de l’Idéologie allemande, les idéologues sécrètent du seul fait de la distance sociale qui les sépare du travail manuel et qui tendent à justifier l’ordre des choses dont ils sont les bénéficiaires14. Nous l’avons vu, Sohn-Rethel insiste lui aussi sur le caractère structurant de la division du travail manuel et intellectuel pour l’émergence et le développement des sciences et de la philosophie. Mais il n’en souligne pas moins que ces formes de savoir ne sont que la rationalisation d’une forme d’abstraction qui les précède et les détermine. Or, cette forme d’abstraction immanente à l’échange marchand ne se laisse ni réduire à un voile d’idées jeté sur la concrétude de l’expérience, puisqu’elle détermine bien plutôt ce dont on peut faire l’expérience, ni reconduire aux intérêts sociaux d’une classe déterminée, puisqu’elle est plus profonde ou plus déterminante que la division de la société en classes15. À moins de défaire le lien essentiel tissé dans l’Idéologie allemande entre « herrschende Klasse » et « herrschende Gedanken »16, il semble donc impossible d’identifier l’abstraction réelle à une idéologie.

  • 17 Nous empruntons ces formules au commentaire de Sohn-Rethel proposé par Slavoj Žižek : The sublime (...)
  • 18 Marx : Das Kapital. Erster Band, p. 75.
  • 19 Ibid., p. 71. Nous soulignons.

11Sans doute le concept de fétichisme apparaîtra-t-il alors comme un meilleur candidat à la désignation de cette « forme de pensée qui précède et est extérieure à la pensée » ou encore de « cet ordre symbolique » que cherche à thématiser Sohn-Rethel17. Tel qu’il est élaboré dans Le Capital, le concept de fétichisme renvoie en effet aux « objektive Gedankenformen »18 qui structurent l’expérience sociale au niveau de la circulation marchande, c’est-à-dire en amont de toute polarisation des rapports sociaux en rapports de classe. Force est cependant de reconnaître que les « formes de pensée objectives » en question sont celles qui nous font appréhender la valeur comme une propriété immanente aux marchandises plutôt que comme le résultat d’une organisation historiquement déterminée de la production et des échanges. Il s’agit donc là encore de représentations qui, si elles s’expliquent par des causes sociologiques plutôt que psychologiques, n’en restent pas moins illusoires, comme en témoigne le vocabulaire mobilisé par Marx lorsqu’il écrit de la forme-marchandise : « sie [‘spiegelt’] den Menschen die gesellschaftlichen Charaktere ihrer eignen Arbeit als gegenständliche Charaktere der Arbeitsprodukte selbst, als gesellschaftliche Natureigenschaften dieser Dinge ‘zurück’ »19. On ne peut donc pas davantage rabattre le concept d’abstraction réelle sur celui de fétichisme que sur celui d’idéologie, et ce pour une raison de fond : la problématique de Sohn-Rethel n’est pas tant celle, caractéristique de la critique marxienne, des illusions socialement nécessaires et des obstacles cognitifs qu’elles opposent à la transformation de la société, que celle, caractéristique de la critique kantienne, des conditions de possibilités de l’expérience, c’est-à-dire des structures a priori de la perception, aussi historicisé cet a priori soit-il par ailleurs.

  • 20 Le rapprochement de Durkheim et Mauss avec Sohn-Rethel est suggéré par Frank Engster et Oliver Sc (...)
  • 21 Selon l’heureuse expression de Pierre Charbonnier : La fin d’un grand partage. Nature et société (...)
  • 22 Durkheim/Mauss : « De quelques formes primitives de classification », p. 43.
  • 23 Ibid., p. 10.

12C’est pourquoi il nous semble que Sohn-Rethel se situe au fond sur un terrain qui est moins celui de l’hégélien qu’est resté Marx que de ces autres néo-kantiens que furent en France Durkheim et Mauss. Les parallèles entre le programme sohn-rethelien et un texte comme « De quelques formes primitives de classification » nous paraissent en effet frappants20. Comme Sohn-Rethel, Durkheim et Mauss s’y emploient tout d’abord à mettre au jour la « dimension sociologique de l’a priori »21. Raisonnant notamment sur l’exemple australien, ils montrent ainsi que la distribution sociale des individus en phratries, en classes matrimoniales et en clans constitue le modèle de classification des choses qui se présentent à l’expérience aborigène – telle espèce naturelle étant identifiée comme alliée ou parente de telle autre ou subsumée avec tel groupe social sous un genre totémique commun qui détermine leur coappartenance à un même ordre de réalité – de sorte que les « catégories logiques » mobilisées en Australie seraient en fait la projection de « catégories sociales » sur l’environnement22. Or, comme Sohn-Rethel, Durkheim et Mauss précisent par ailleurs que loin de constituer une « vision du monde » désincarnée, ces catégories composent une structure symbolique qui organise normativement certaines des pratiques les plus caractéristiques d’une société. Car dans le système australien traditionnellement qualifié de « totémique », la classification des choses naturelles ne reproduit pas seulement celle des personnes dans l’espace social. Elle configure en retour ce dernier, que ce soit en déterminant le type d’activité qu’un clan se doit d’accomplir (les rituels assurant la protection et la reproduction de l’espèce animale ou végétale à laquelle il emprunte son identité) ou en définissant, notamment sous la forme de règles matrimoniales, le type de relations que les membres de ce clan peuvent ou non entretenir avec les autres segments de la société23.

  • 24 À la fin de leur article, Durkheim et Mauss affirment ainsi que la « méthode » qu’ils ont appliqu (...)
  • 25 Notre usage de l’expression « ontologie sociale » se distingue ainsi de celui qui prévaut en phil (...)

13De Durkheim et Mauss à Sohn-Rethel, se dessine ainsi une même tentative de mise au jour de l’interdépendance entre les formes de structuration internes à une société et les modes d’appréhension symbolique de son dehors environnemental24. Dans cette perspective, l’approche ontologique que nous avons cru pouvoir attribuer à l’auteur de « Forme marchandise et forme de pensée » doit plus précisément être qualifiée « d’ontologie sociale » au double sens d’une ontologie du social, qui prend en vue les multiples déclinaisons des formes constitutives de la socialité (l’alliance et la parenté, l’échange et la production, le don et la prédation) et d’une ontologie socialisée, qui vise à saisir la manière dont ces formes s’articulent avec des modes hétérogènes de catégorisation de la réalité25. L’intérêt d’une comparaison entre l’ontologie des sociétés totémiques, telle que nous l’avons grossièrement évoquée à partir de Durkheim et Mauss et l’ontologie des sociétés marchandes, telle que l’esquisse selon nous Sohn-Rethel, apparaît dès lors peut-être avec plus de clarté : elle permet non seulement de faire ressortir par contraste la spécificité de ce dernier type de société, mais aussi de préciser les conditions sous lesquelles elles peuvent être critiquées pour leur « abstraction ».

Esquisse d’une ontologie des sociétés marchandes

  • 26 Pour Lévi-Strauss, le totémisme ne représente en effet pas une institution, permettant de définir (...)
  • 27 Claude Lévi-Strauss : La pensée sauvage. Paris 1962, p. 29-30.
  • 28 Cf. Gérard Simon : « Le problème inverse de Lévi-Strauss ». In : Revue d’histoire des sciences 30 (...)

14À lire la restitution des formes « primitives » de classification proposée par Durkheim et Mauss, on est frappé par le fait qu’elles associent au sein de systèmes complexes des qualités sensibles offertes à l’intuition. Malgré les critiques qu’il devait adresser à l’usage que ses prédécesseurs font du terme « totémisme »26, on a ici affaire à ce que Lévi-Strauss appelle la « science du concret »27. Une science qui, classant par exemple les espèces végétales en fonction de leur couleur ou dressant des analogies entre le comportement de telle espèce animale et de tel groupe social, exploite les discontinuités perceptibles dans l’environnement pour y instaurer un ordre intelligible. Par contraste, les formes de scientificité propres aux sociétés marchandes peuvent être qualifiées « d’abstraites » au double sens où elles portent sur des propriétés abstraites, telles que les grandeurs mathématiques, et où elles procèdent au moyen d’opérations formelles, telle que la démonstration28.

  • 29 Nous nous référons ici au célèbre axiome marxien, sur lequel revient souvent Sohn-Rethel, par exe (...)
  • 30 Sohn-Rethel : « Grundzüge einer materialistischen Erkenntnistheorie ». In : Sohn-Rethel : Geistig (...)

15Comme nous y avons déjà insisté, le pari « matérialiste » de Sohn-Rethel est cependant que cette « forme de conscience » qu’est la rationalité scientifique n’est que la rationalisation des formes symboliques que la pratique échangiste imprime à « l’être social »29. Or, parmi ces formes, il faut notamment mentionner celle qui nous fait spontanément aborder la nature comme un ordre de réalité composé de choses soumises à des régularités mathématisables et opposé à une société peuplée de personnes associées sous des conventions transformables. « L’abstraction-échange », écrit en effet Sohn-Rethel, offre « le cadre d’une conception de la nature comme d’un pur monde d’objets, en opposition antithétique avec le monde humain de la société. »30 Et l’auteur de poursuivre, en référence aux sociétés « primitives » :

  • 31 Ibid.

Dieser Begriff von Natur hat vorher nicht bestanden, und er ist gänzlich unvereinbar mit den menschlichen und gesellschaftlichen Sinnbedeutungen, die die magischen und mythologischen Naturvorstellungen beseelen. Natur und Menschenwelt stehen einander ohne begriffliche Vermittlung, ohne anthropomorphische Zwischeninstanzen gegenüber.31

  • 32 Cf. Philippe Descola : Par-delà nature et culture. Paris 2005, p. 91-99.
  • 33 Cf. par exemple Jason W. Moore : Capitalism in the Web of Life. Ecology and the Accumulation of C (...)
  • 34 Par exemple : Sohn-Rethel : Warenform und Denkform [1961]. In: Geistige und körperliche Arbeit, p (...)
  • 35 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 796.

S’il n’est aujourd’hui plus guère original de pointer la relativité historico-géographique de l’opposition dualiste du naturel et du social, les arguments qu’avance sur ce point Sohn-Rethel n’en méritent pas moins de retenir l’attention. Ce dualisme ne s’explique en effet selon lui ni par l’histoire occidentale de la vision et de ses supports techniques (perspective artificielle, microscope, télescope), comme c’est notamment le cas chez Philippe Descola32, ni même par la dynamique d’accumulation du capital et sa tendance à poser la nature comme un champ de ressources indéfiniment exploitable, comme l’avance généralement le marxisme écologique33. Il s’explique d’abord, on l’aura compris, par l’échange marchand : la suspension de l’usage lors des transactions monétaires étant fondatrice de l’objectivation de la nature sensible en un domaine de grandeurs intelligibles. Dans cette perspective, l’expression de « société marchande » apparaît presque comme un pléonasme. Car à suivre Sohn-Rethel, la première détermination ontologique de ces formations est qu’elles sont les seules à se concevoir elles-mêmes comme des sociétés, c’est-à-dire comme des réalités qui, dans la mesure même où elles font face à une nature dont elles se sont imaginairement séparées, répondent au mode d’être de la convention. Ainsi, là où les rapports d’alliance et de parenté, de prédation ou de réciprocité qui structurent les collectifs totémistes ou animistes présentent une souplesse suffisante pour intégrer des non-humains au domaine de la socialité, les rapports monétaires dominant les sociétés marchandes ne constituent un collectif qu’en en excluant symboliquement tout ce qui peut être rangé sous la catégorie de « nature ». C’est pourquoi Sohn-Rethel érige les « communautés primitives » (naturwüchsige Gemeinwesen34) en contre-modèle de la « Naturentfremdung »35 caractéristique des sociétés marchandes.

  • 36 Cf. Marx : Das Kapital, p. 154-155.
  • 37 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 95.
  • 38 Sohn-Rethel : « Travail intellectuel et travail manuel », p. 124.
  • 39 Sohn-Rethel : « Forme marchandise et forme de pensée ? », p. 66.

16Or, cette aliénation des humains à l’égard de la nature se double pour l’auteur de Das Geld d’une aliénation des humains les uns à l’égard des autres. Car, rappelle-t-il à la suite de Marx, la généralisation de l’échange marchand présuppose une division du travail très poussée entre unités de production privées, au sein desquelles le travail vivant fait lui-même l’objet d’une rationalisation pointilleuse dont la grande industrie capitaliste est la pointe avancée36. Au niveau macro, il en résulte que seule la vente des produits du travail sous forme de marchandises valide la contribution des producteurs à la reproduction d’ensemble de la société. Au niveau micro, il en résulte que seuls l’achat et la consommation assurent la socialisation d’individus séparés les uns des autres par la division du travail et dépossédés de tout pouvoir de décision sur les formes et les objectifs de leur coopération. Dire que l’aliénation de la nature se double d’une aliénation sociale, c’est donc non seulement souligner que la « synthèse sociale » accomplie par l’échange dans les sociétés marchandes n’assure que médiatement l’articulation entre les pratiques qui en permettent la reproduction, mais c’est aussi déplorer qu’il y revienne à cette « chose abstraite37 » qu’est la monnaie d’en fonder la cohésion38. Par contraste et dans la mesure où les individus y pratiqueraient « la production et la consommation comme des activités communautaires »39, les « communautés primitives » livreraient le spectacle d’une « synthèse sociale » immédiatement opérée dans et par l’appropriation coopérative de la nature.

  • 40 Cf. par exemple Descola : Par-delà nature et culture, p. 439-445.
  • 41 Pour une défense, de l’intérieur de l’anthropologie, de l’idée selon laquelle l’ontologie des cha (...)
  • 42 Cf. Sohn-Rethel : Das Geld, p. 789-797.

17On pourrait juger cette comparaison mal fondée. Après tout, il n’est pas du tout certain que les activités de subsistance auxquelles s’adonnent les « primitifs » puissent être adéquatement décrites en termes de « production ». Les catégories de « prélèvement » de « régulation », voire de « cogestion » des ressources environnementales sont sans doute plus adaptées40. Il est en outre toujours problématique d’opposer l’aliénation propre aux sociétés modernes à « l’immédiateté », voire à l’« authenticité » dont témoigneraient des collectifs censément plus « proches de la nature »41. Aussi pertinentes soient-elles, ces objections ne nous semblent cependant pas totalement invalider la comparaison entre « communauté ‘primitives’ » et « sociétés marchandes » esquissée par Sohn-Rethel. D’une part, parce que quel que soit le nom qu’on leur donne, les activités de subsistance restent l’une des manières les plus communes de se rapporter à l’environnement, et, partant, l’un des critères les plus heuristiques de distinction des formations sociales. D’autre part, parce qu’il n’est nul besoin de sombrer dans un rousseauisme caricatural pour considérer que les humains ont su inventer des manières de se rapporter les uns aux autres et à la nature moins destructrices et moins aliénantes que celles qui prévalent dans les sociétés marchandes. Dans cette perspective, l’interdépendance identifiée par Sohn-Rethel entre objectivation symbolique de la nature et synthèse sociale abstraite trouve un nouveau relief. Elle attire en effet notre attention sur une seconde détermination ontologique des sociétés marchandes : elles ne sont pas seulement les seules dans lesquelles la réalité sociale est conçue comme essentiellement distincte de la nature, c’est-à-dire comme un ensemble de conventions contingentes et par là même modifiables. Elles sont également les seules dans lesquelles elle est vécue comme une « seconde nature »42, c’est-à-dire comme un ensemble de contraintes nécessaires et s’imposant de manière aveugle à celles et ceux qui en assurent la reproduction.

  • 43 Sohn-Rethel : « Travail intellectuel et travail manuel », p. 140.
  • 44 Karl Marx : « James Mill : Éléments d’économie politique ». In : MEGA² IV/2, p. 452 : « Carikatur (...)

18Cette conclusion pourra paraître contradictoire, et elle l’est en effet, mais dans la seule mesure où elle exprime la contradiction réelle qui affecte les formations sociales dominées par la production et l’échange de marchandises. Sociétés « à l’état de négativité »43 comme l’écrit Sohn-Rethel, dans lesquelles des modes de relation aussi fondamentaux que l’échange et la réciprocité n’existent que sous la forme de leur contraire, de la séparation, de l’impuissance et de la concurrence généralisée. « Caricature de communauté »44 peut-on donc conclure avec le jeune Marx, qui ne se perpétue qu’en niant les conditions même de la socialité. On l’aura compris, c’est vers ce paradoxe ontologique propre aux sociétés marchandes que fait selon nous signe l’oxymore « d’abstraction réelle ».

Haut de page

Notes

1 Cf. Alfred Sohn-Rethel : Das Geld, die bare Münze des Apriori. In : Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Theoretische Schriften 1947-1990. Teilband 2. Freiburg/Wien 2018, p. 739-744 et p. 753-765.

2 Émile Durkheim/Marcel Mauss : « De quelques formes primitives de classification ». In : Marcel Mauss : Œuvres, tome II. Paris 1968, p. 13-89.

3 Alfred Sohn-Rethel : « Travail intellectuel et travail manuel : essai d’une théorie matérialiste. » In : L’Homme et la société 15 (1970), p. 317-343, ici p. 320.

4 Alfred Sohn-Rethel : « Intellectual and manual labour. An attempt at a materialistic theory [1973] ». In : Geistige und körperliche Arbeit, p. 637. « Ce qui nous préoccupe exclusivement, c’est d’établir certains principes essentiels impliqués par la compréhension matérialiste du caractère historique des modes de penser. » dans : Sohn-Rethel : La pensée-marchandise. Bellecombes-en-Bauges 2010 (traduit de l’anglais par Luc Mercier), p. 143.

5 Cf. aussi sur ce point, Rudolf Wolfgang Müller : Geld und Geist. Zur Entstehungsgeschichte von Identitätsbewußtsein und Rationalität seit der Antike. Frankfurt am Main 1977.

6 Alfred Sohn-Rethel : « Die Formcharaktere der zweiten Natur [1974] ». In : Geistige und körperliche Arbeit. Teilband 2, p. 648 : « Um 680 v. u. Z. auf der ionischen Seite der griechischen Ägäis ». Je traduis.

7 Alfred Sohn-Rethel : « Forme marchandise et forme de pensée ? Essai sur l’origine sociale de l’‘entendement pur’ » (traduit de l’allemand par Gérard Briche). Original : Warenform und Denkform. In : La pensée-marchandise, p. 67-68.

8 Cf. Sohn-Rethel : Das Geld, p. 733-739.

9 Immanuel Kant : Critique de la raison pure. Paris 2001 (traduit de l’allemand par Alain Renaut), p. 226. Original : Kritik der Reinen Vernunft. Hamburg 1956. B°180 : « eine verborgene Kunst in den Tiefen der menschlichen Seele ».

10 Karl Marx : Das Kapital. Erster Band. In : Marx Engels Gesamtausgabe (MEGA2) II/10. Berlin 1991, p. 90 : « Das Räthsel des Geldfetischs ist daher nur das sichtbar gewordene, die Augen blendende Räthsel des Waarenfetischs. »

11 Cf. notamment la justification de l’emploi du terme « ontologie » donnée par Philippe Descola : La composition des mondes. Entretiens avec Pierre Charbonnier. Paris 2017, p. 236-240.

12 Cette piste de recherche ontologique est suggérée, sans référence explicite à Sohn-Rethel, par Christian Lotz : « The Transcendantal Force of Money : Social Synthesis in Marx ». In : Rethinking Marxism 26/1 (2014), p. 130-139.

13 Kant : Kritik der reinen Vernunft. A 247, p. 300 : « der stolze Name einer Ontologie ».

14 Cf. Karl Marx/Friedrich Engels : Die Deutsche Ideologie. In : Marx Engels Werke (MEW) 3, Berlin 1978, p. 26.

15 Cf. Sohn-Rethel : Das Geld, p. 764.

16 Marx/Engels : Die Deutsche Ideologie, p. 46.

17 Nous empruntons ces formules au commentaire de Sohn-Rethel proposé par Slavoj Žižek : The sublime Object of Ideology. London 1989, p. 19.

18 Marx : Das Kapital. Erster Band, p. 75.

19 Ibid., p. 71. Nous soulignons.

20 Le rapprochement de Durkheim et Mauss avec Sohn-Rethel est suggéré par Frank Engster et Oliver Schlaudt : « Alfred Sohn-Rethel : Real Abstraction and the Unity of Commodity-Form and Thought Form ». In : Beverley Best, Werner Bonefeld, Chris O’Kane (éd.) : The SAGE Handbook of Frankfurt School Critical Theory, vol. 1. London 2018, p. 932.

21 Selon l’heureuse expression de Pierre Charbonnier : La fin d’un grand partage. Nature et société de Durkheim à Descola. Paris 2015, p. 84.

22 Durkheim/Mauss : « De quelques formes primitives de classification », p. 43.

23 Ibid., p. 10.

24 À la fin de leur article, Durkheim et Mauss affirment ainsi que la « méthode » qu’ils ont appliquée au cas des sociétés totémiques « pourrait aider également à comprendre la manière dont se sont formées les idées de cause, de substance, les différentes formes du raisonnement, etc. ». Ibid., p. 88. C’est précisément à cet exercice que se livre selon nous Sohn-Rethel.

25 Notre usage de l’expression « ontologie sociale » se distingue ainsi de celui qui prévaut en philosophie analytique, où l’on appelle « ontologie sociale » une analyse des caractéristiques qui distinguent les entités sociales des entités non-sociales. Cf. par exemple John Searle : La construction de la réalité sociale. Paris 1995 (traduit de l’anglais par Claudine Tiercelin).

26 Pour Lévi-Strauss, le totémisme ne représente en effet pas une institution, permettant de définir certains groupes sociaux, mais une logique de classification pouvant s’incarner dans des formations sociales variées. Cf. Claude Lévi-Strauss : Le totémisme aujourd’hui. Paris 1962.

27 Claude Lévi-Strauss : La pensée sauvage. Paris 1962, p. 29-30.

28 Cf. Gérard Simon : « Le problème inverse de Lévi-Strauss ». In : Revue d’histoire des sciences 30 (2007), p. 237-246.

29 Nous nous référons ici au célèbre axiome marxien, sur lequel revient souvent Sohn-Rethel, par exemple dans Das Geld, p. 732 : « Es ist das gesellschaftliche Sein der Menschen, das ihr Bewußtsein bestimmt. » Cf. Marx : Zur Kritik der Politischen Ökonomie. In : MEGA2, II/2. Berlin 1980, p. 100.

30 Sohn-Rethel : « Grundzüge einer materialistischen Erkenntnistheorie ». In : Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Teilband 1, p. 159 : « In dieser Bestimmtheit werden sie zum Rahmen einer Auffassung der Natur als bloßer Objektwelt, die im antithetischen Gegensatz zur Menschenwelt der Gesellschaft steht. » Je traduis.

31 Ibid.

32 Cf. Philippe Descola : Par-delà nature et culture. Paris 2005, p. 91-99.

33 Cf. par exemple Jason W. Moore : Capitalism in the Web of Life. Ecology and the Accumulation of Capital. London 2015.

34 Par exemple : Sohn-Rethel : Warenform und Denkform [1961]. In: Geistige und körperliche Arbeit, p. 95.

35 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 796.

36 Cf. Marx : Das Kapital, p. 154-155.

37 Sohn-Rethel : Das Geld, p. 95.

38 Sohn-Rethel : « Travail intellectuel et travail manuel », p. 124.

39 Sohn-Rethel : « Forme marchandise et forme de pensée ? », p. 66.

40 Cf. par exemple Descola : Par-delà nature et culture, p. 439-445.

41 Pour une défense, de l’intérieur de l’anthropologie, de l’idée selon laquelle l’ontologie des chasseurs-cueilleurs incarne une manière plus authentique d’habiter le monde ; cf. cependant Tim Ingold : Marcher avec les dragons. Bruxelles 2013 (traduit de l’anglais par Pierre Madelin).

42 Cf. Sohn-Rethel : Das Geld, p. 789-797.

43 Sohn-Rethel : « Travail intellectuel et travail manuel », p. 140.

44 Karl Marx : « James Mill : Éléments d’économie politique ». In : MEGA² IV/2, p. 452 : « Carikatur […] des wirklichen Gemeinwesens ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Monferrand, « Sohn-Rethel anthropologue ? »Recherches germaniques, 15 | 2020, 217-227.

Référence électronique

Frédéric Monferrand, « Sohn-Rethel anthropologue ? »Recherches germaniques [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rg/4278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.4278

Haut de page

Auteur

Frédéric Monferrand

Agrégé et docteur en philosophie
Unité de recherche Sophiapol
Université Paris Nanterre
fmonferrand[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search