Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Une théorie critique / Eine kriti...L’invitation au voyage ou les tab...

Une théorie critique / Eine kritische Theorie

L’invitation au voyage ou les tableaux en prose d’Alfred Sohn-Rethel

Reisen nach Neapel und anderswohin oder Die kleinen Prosastücke Alfred Sohn-Rethels
Journey to Naples and Elsewhere. On Alfred Sohn-Rethel’s Short Essays
Alexandre Métraux
p. 230-238

Résumés

Outre nombre de contributions académiques, Alfred Sohn-Rethel a publié quelques morceaux en prose dont le trait commun se révèle être la forme brève. Ces textes ressemblent, du point de vue formel, aux « images de pensée » de Walter Benjamin. Mais contrairement à celles-ci, les brefs essais n’ont pratiquement jamais été analysés. Ils ont pour objet des phénomènes de déglingue, de déraillement, d’imprévisibles incidents survenant dans la vie en société − quelque chose qui ne joue pas de rôle dans les ouvrages académiques de Sohn-Rethel portant sur les lois régissant les sociétés modernes.

Haut de page

Texte intégral

1En 1979, Bettina Wassmann, libraire, éditrice et épouse d’Alfred Sohn-Rethel, publiait un ouvrage en son honneur : un coffret de 20 cahiers d’auteurs différents, à l’impression soignée, enrichis de photos. Sur la couverture, un dessin de Peter Pickert représentait Sohn-Rethel, entouré d’un titre en deux parties : au-dessus « L’invitation au voyage », en-dessous « zu Alfred Sohn-Rethel ». L’intitulé baudelairien – le poème lui-même figurant à l’intérieur du coffret – est à lui seul lourd de connotations. On se contentera ici de souligner la polysémie la plus évidente de la deuxième partie : car le titre semble vouloir indiquer aussi bien la perspective d’un voyage à la rencontre d’Alfred Sohn-Rethel que celle d’un voyage que l’on entreprendra à propos ou sous prétexte d’Alfred Sohn-Rethel, sans qu’on sache au départ où l’on vous emmène.

  • 1 Cf. à ce propos les lettres d’Alfred Sohn-Rethel adressées à Theodor W. Adorno. In : Christoph Gö (...)

2Quoique faisant bien entendu allusion au titre du recueil de Brême, la présente contribution vise autre chose. Dans ce qui suit, on examinera cinq textes qui, par leur style, leur modeste volume, et surtout leur propos, se démarquent des autres ouvrages d’Alfred Sohn-Rethel, y compris de lettres, parfois longues, qui communiquent des idées philosophiques, sociologiques ou autres, marxistes ou marxisantes1.

3Les textes considérés ici sont des tableaux en prose − des miniatures qui relatent des événements fortuits, des rencontres étranges, des expériences parfois insolites. Ces miniatures nous emmènent à Naples et à deux endroits du Royaume-Uni. Et elles nous transportent aussi dans des temps depuis longtemps révolus : les années vingt pour l’Italie, les années de guerre et d’après-guerre pour le Royaume-Uni.

La prose sohn-réthelienne en forme brève

4Relevons tout d’abord quelques traits communs aux textes en question.

5Dans tous les cas, on a affaire à une prose narrative qui présuppose un narrateur, que ce soit un narrateur qui s’affiche en tant que tel en disant/écrivant « je » quand sont mentionnés les faits, les souvenirs, les associations d’idées, etc. qu’il relate, ou un narrateur qui n’apparaît pas, ou pas partout, dans le texte, mais dont on sait que c’est lui qui est la (res)source narrative à l’origine du texte.

6La personne rendue audible et/ou lisible par le « je » n’est autre qu’un sujet réel localisé à l’endroit même où se déroule le récit ou à l’endroit d’où le récit nous parvient, à nous, lectrices ou lecteurs, attentives ou curieux, parfois hâtifs ou parfois distraites.

  • 2 Au sens wittgensteinien du terme.
  • 3 Cf. Gérard Genette : Fiction et diction, précédé de Introduction à l’architexte. Paris 2004, p. 1 (...)
  • 4 Ibid. Je n’aborde pas ici les cas de travestissements de récits autobiographiques ou de narration (...)

7Objection : supposons un roman policier dans lequel un inspecteur décrirait ses expériences et déconvenues à la première personne. Du point de vue grammatical2, rien ne distingue ce personnage fictif auquel renvoie le « je » de la personne réelle dénotée par le « je » des récits d’Alfred Sohn-Rethel. Ils se distinguent, en revanche, par le pacte que noue le texte (et par lui l’auteur) avec l’ensemble des lecteurs réels et potentiels. Dans le cas d’un roman ou d’une nouvelle, le pacte tacitement conclu (pourvu qu’il soit bien compris du côté du lecteur) fait du sujet de la narration un personnage fictif, non réel. Comme le dit si bien Gérard Genette, dans « la fiction, nous avons affaire non à des énoncés de réalité, mais à des énoncés fictionnels dont le véritable ‘je-origine’ n’est pas l’auteur ni le narrateur, mais les personnages fictifs − dont le point de vue et la situation spatio-temporelle commandent toute l’énonciation du récit […] »3. En revanche, le pacte qui lie l’auteur réel d’un reportage, d’un témoignage autobiographique, de la relation d’une récente expédition en Amazonie ou encore des cinq textes sohn-rétheliens aux lecteurs réels et potentiels par le truchement du sujet (grammatical) de la narration, fait du « je » le « je-origine réel et déterminé », comme dit encore Gérard Genette à la suite de Käte Hamburger4.

8C’est donc le « je » d’Alfred Sohn-Rethel, ou plus directement : c’est lui qui décrit le chemin pris avec un ami pour atteindre le sommet du Vésuve, c’est lui qui raconte avoir observé un embouteillage monstre à Naples, c’est encore lui qui a vu, et qui donc rapporte, un étrange événement qui s’est produit à l’entrée du jardin zoologique à Dudley en Grande-Bretagne, et c’est toujours lui qui décrit une histoire de rats que lui a contée un de ses amis. Dans ce dernier cas, l’auteur s’est fait méta-narrateur ou narrateur au deuxième degré.

  • 5 Cf. pour des exemples types les passages cités par Françoise Willmann dans sa thèse de doctorat L (...)
  • 6 On peut d’ailleurs regretter que les particularités ‘pronominales’ des textes académiques n’attir (...)

9Je note que le « on » et le « nous » des écrits théorico-philosophico-historico-économico-épistémologiques de Sohn-Rethel en revanche font référence à une pluralité de sujets pensants et que l’emploi de ces pronoms est soumis à un autre régime grammatical que celui des textes narratifs5. En effet, le sujet-auteur raisonne dans ces écrits comme si ses raisonnements s’étaient détachés de leur origine réelle et déterminée pour rejoindre un discours trans-subjectif. Ainsi, le « nous » ou le « on » ne dénote personne en particulier : n’importe qui raisonne (ou pourrait raisonner) de la sorte, n’importe qui assimile ces raisonnements discursifs, et le fait peut-être avec précaution − et « nous », c’est nous tous ou quelques-uns parmi nous6

10Autre trait de la prose narrative sohn-réthelienne, l’auteur ne recommande nulle part aux lecteurs de tirer quelque conclusion philosophique (ou théorique ou sociologique) que ce soit. Sohn-Rethel raconte, la narration s’embellit parfois de détails, les textes définissent ici ou là les circonstances particulières des faits relatés. Mais rien, dans ces textes brefs, ne ressemble même de loin à l’esquisse d’un enseignement magistral, rien ne dirige la lecture vers un excédent de théorie (ou alors ce sont les lecteurs qui, comme moi maintenant, tentent de saisir, ou du moins de circonscrire, ce que « peuvent dire » ces textes au-delà de ce qu’ils disent).

Ce que racontent les textes brefs de Sohn-Rethel

  • 7 Alfred Sohn-Rethel : Das Ideal des Kaputten. Freiburg im Breisgau/Wien 2019, p. 41-46.

11Das Ideal des Kaputten. Über neapolitanische Technik7 est une description de comportements que beaucoup de Napolitains (il s’agit toujours de Napolitains mâles) adoptent vis-à-vis de la technique, et plus spécifiquement vis-à-vis de moteurs et autres dispositifs techniques ‘déglingués’. Le narrateur ne raconte pas une histoire qui commence dans un quartier de Naples et finit là où elle a commencé, ou ailleurs. Au contraire, il enfile, comme des anneaux, des observations plus insolites les unes que les autres. Deux exemples : alors que la mer déchaînée menace de fracasser un bateau à moteur, le marin pilote réussit ce tour de force :

  • 8 Ibid., p. 42.

Mit unerschütterlicher Selbstverständlichkeit bringt er es […] zum Beispiel fertig, den beschädigten Benzinbehälter, in den das Wasser eingedrungen ist, abzulassen und neu zu füllen, ohne den Motor auszusetzen. Wenn nötig, kocht er gleichzeitig auf der Maschine noch Kaffee.8

Ou encore un vrai Napolitain réparera sa voiture à sa façon :

  • 9 Ibid.

Oder es gelingt ihm in unübertrefflicher Meisterschaft, sein defektes Auto durch das ungeahnte Anbringen eines kleinen Holzstücks, das sich von ungefähr auf der Straße findet, wieder in Gang zu bringen.9

  • 10 Ibid., p. 13-23.
  • 11 Ibid., p. 21.

12Eine Verkehrsstockung in der Via Chiaia10 relate un embouteillage monstre en plein centre de la ville, causé par un âne minuscule qui refuse de faire un pas en avant, un pas en arrière ou un pas de côté. L’arrêt du trafic est pour l’auteur l’occasion idéale de s’arrêter, lui aussi, et de mobiliser souvenirs et impressions accumulés lors de ses visites de Naples − matières premières de micro-descriptions ethnographiques de certains us et coutumes napolitains. Est ainsi évoquée une véritable manufacture de rue où l’on forge du cuivre pour en faire de la vaisselle. Une file d’ouvriers assis à même la rue travaillent le cuivre forgé en le laminant en tôle d’abord, puis en découpant la tôle de cuivre, puis en lui donnant une forme, laquelle est perfectionnée par un autre ouvrier, et ainsi de suite jusqu’au bout de la rue où s’entasse la vaisselle, et l’auteur d’en préciser la description : « eine Manufaktur ohne ein einziges Stück Maschinerie, lediglich mit Hämmern, Zangen, Schneiden, Feilen und derartigen Dingen und dem Rohmaterial, das aus dem Schmelzofen kam. »11 Ailleurs, Sohn-Rethel mentionne des vaches gardées aux étages supérieurs de divers immeubles pour la production de lait. Il décrit les rites de mariage d’enfants pré-adolescents abandonnés. Il ne manque pas de rappeler une visite à l’institut de philosophie où, au lieu de célèbres savants, il ne rencontre que des poules installées dans des corbeilles à papier.

  • 12 Ibid., p. 27-37.

13Vesuvbesteigung 192612 évoque l’ascension que l’auteur entreprit en compagnie du conteur Ludwig Hardt, avant l’aube et au petit matin d’un jour non daté − jour de printemps, d’été, ou d’automne ? On ne le saura probablement jamais.

  • 13 Ibid., p. 55-58.

14Dudley Zoo. Eine Elefantengeschichte13 ressemble à un conte moral. Il s’agit de l’histoire d’un groupe d’éléphants qui, après une promenade loin de leur enceinte, avance vers l’entrée du jardin zoologique ; un des éléphants découvre inopinément une Mini Morris rouge, il se détache alors de ses compagnons de route et va s’assoir sur le capot de l’automobile.

  • 14 Ibid., p. 49-52.

15Et enfin, Sigurds Ratten14 est le récit d’un vol d’œufs dans la cave de Sigurd Zienau, étudiant en physique et ami de Sohn-Rethel, pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors que l’achat de denrées était fortement réduit par des mesures de rationnement, les deux rats, dont le comportement devait être génialement intelligent, emportent ce qui constitue, outre le bacon et le porridge, une des composantes essentielles du petit-déjeuner anglais.

Mais pourquoi cette forme brève en prose ?

  • 15 Pour les détails cf. Florence Delay : Petites formes en prose après Edison. Paris 1987, p. 11-15. (...)
  • 16 Cf. l’étude de Martin Mittelmeier : Adorno in Neapel. Wie sich eine Sehnsuchtslandschaft in Philo (...)

16Je rappelle tout d’abord que Sohn-Rethel n’est pas le seul, parmi ses contemporains, à avoir choisi la forme brève pour certains de ses textes. Walter Benjamin, Siegfried Kracauer, Ernst Bloch, Theodor W. Adorno se rendirent eux aussi à Naples à la même époque, soit pour un séjour de quelques mois à bas prix, soit pour une brève visite de la ville − c’était à chaque fois l’occasion de se revoir entre amis. Eux aussi privilégièrent la forme brève pour l’évocation de Naples, des Napolitains, et de particularités insolites de la région. Car cette forme (que Baudelaire comparait avec bonheur à « la fusée »15) leur permettait de se démarquer de la lourdeur discursive des traités académiques. Ainsi peut-on rapprocher le choix de cette forme d’une attitude de désaccord avec l’épistémologie dominante des milieux académiques de la jeune République de Weimar d’une part, et de la façon, elle aussi traditionnelle, d’aborder la théorisation de comportements humains dans des structures sociales hétéroclites, d’autre part16.

  • 17 Das Ideal des Kaputten fut publié pour la première fois en 1926, Vesuvbesteigung 1926 en 1932, Si (...)

17Sohn-Rethel a dû garder le sens de la forme brève jusqu’à la fin de sa vie. Sinon il l’aurait délaissée avant la composition des textes brefs dont certains datent des années 1970 et 1980 du siècle passé17, lui qui avait pris l’habitude de s’exprimer plutôt dans divers genres académiques (essais, rapports, traités, etc.). À force d’avoir l’œil rivé sur ses écrits à portée théorique, on a visiblement négligé les tableaux en prose, considérés tantôt comme des narrations sans grande prétention et tantôt comme de simples impressions personnelles, ou alors on les a pris pour des écrits secondaires dont le seul but a été (et demeure) de plaire.

18Et pourtant, une analyse plus fine est susceptible d’y déceler autre chose que du presque rien.

19À la lecture de nos cinq textes, on s’aperçoit tout d’abord de la présence constante d’animaux. Alors que les ânes ne sont présents qu’à l’arrière-plan de Das Ideal des Kaputten, c’est un de leurs frères qui fait figure de héros tragico-comique dans Eine Verkehrsstockung. Et outre les ânes, éléphants, rats, chevaux, vaches, chèvres, poules qui composent la ménagerie de ces textes, sont tous décrits comme s’il s’agissait de voisins, de compagnons, d’amis ou d’êtres farfelus dont les hommes tirent quelque bénéfice ou qui subissent la brutalité du genre humain. Tous ces animaux sohn-rétheliens sont des êtres domestiqués, et, dans ce sens-là, humanisés − non pas par métaphorisation comme chez La Fontaine et les autres fabulistes, mais plutôt par une altération de leur nature qui en fait des appendices de l’espèce humaine avec des inclinations semblables. Ainsi, le petit âne à l’origine de l’embouteillage est-il un véritable rebelle ou un insoumis temporaire, l’éléphant du jardin zoologique de Dudley un humoriste rebelle, et les rats de Sigurd sont d’habiles voleurs en chair et en os.

20Les individus-animaux que je viens de mentionner se distinguent d’animaux auxquels est attribuée une fonction définie par la société citadine. Sohn-Rethel note par exemple au sujet des chèvres :

  • 18 Sohn-Rethel : Das Ideal des Kaputten, p. 16.

Sie spielten eine große Rolle, um die Kassen in den Läden zu bewachen, während die Inhaber sich mittags zum Essen begaben. Ziegen sind sehr wachsame Tiere und haben eine laute, durchdringende Stimme, kein Dieb wäre dem Gemecker entkommen.18

Dans ce passage, comme dans celui concernant les poules de l’institut de philosophie, il n’est pas question d’un être vivant particulier, mais d’un trait caractéristique des bêtes napolitaines, qui leur est attribué comme à un ensemble d’individus sans visages.

21La lecture attentive des petits textes de Sohn-Rethel ne peut manquer de faire surgir dans la ménagerie napolitaine la différence entre individus particuliers qui structurent la narration d’une part, et représentants de telle ou telle espèce qui sont, d’autre part, simplement là comme appartenant au paysage urbain ou aux endroits où l’auteur les rencontre. Je reviens rapidement au petit âne de rien du tout, à cet être minuscule attelé à l’avant d’une carriole dans laquelle a pris place un gros bonhomme. Au moment où se produit l’événement qui fait démarrer le récit, alors que le trafic vient de s’arrêter, le ventre de l’animal est gonflé par des flatulences : processus physiologique tout naturel pour un animal qui se nourrit de substances végétales. On peut donc s’attendre à ce que les gaz ne l’empêchent pas de tirer un chariot. Mais ce jour-là, à cet endroit-là, l’animal ne joue plus le jeu normal auquel il a été dressé par l’homme. Il subvertit les règles du système homme-animal de trait, n’avance pas et recule encore moins, dérègle ainsi encore plus une circulation déjà bien déréglée − mais au lieu d’être à l’origine d’un énervement de masse, il éveille de la compassion auprès de personnes qui par hasard se trouvent au même endroit et qui rentrent du marché avec des fleurs ou quelque autre verdure.

22Quant à l’éléphant de Dudley, cause d’un désordre majeur à l’entrée du jardin zoologique de cette ville du Royaume-Uni, il se révèle être lui aussi un animal qui ne respecte plus la règle du jeu définie par l’homme. Alors que ses congénères se dirigent à nouveau, après la promenade hors du zoo, vers l’entrée de celui-ci, il aperçoit une Mini Morris rouge. Il se précipite sur le véhicule et s’assied dessus. Le narrateur émet l’hypothèse qu’il s’agirait d’un éléphant recueilli auprès d’un cirque. Dès lors, tout s’explique : l’éléphant, dressé autrefois par l’homme pour s’assoir sur un grand dispositif rouge, voit quelque chose qui ressemble terriblement au support que lui rappelle sa mémoire, et à force d’y avoir été contraint par le dressage, adopte le comportement requis, donc acquis, et dérègle à l’instant même le système social ordinaire qui prévaut dans et autour d’un jardin zoologique. Aucun éléphant sauvage ne manifesterait ce comportement ; c’est par une contrainte provenant de l’homme, par une contrainte étrangère à cet animal, donc contre-nature, que l’anarchie s’introduit dans un ordre dicté par un système social établi.

23L’analogie entre l’âne de l’embouteillage et l’éléphant de Dudley est étonnante. Les ânes étaient omniprésents à Naples dans les années 1920, et c’est de ces innombrables êtres asiniens que Sohn-Rethel détache, donc particularise le petit âne de la Via Chiaia. De même, il sépare l’éléphant de la Mini du groupe qui se conforme aux normes du jardin zoologique. Dans les deux cas, un individu, un animal à personnalité, est-on tenté de dire, sème un peu de désordre dans l’ordre ordinaire régnant entre domesticateurs et domestiqués. Les animaux de Sohn-Rethel ne sont en effet plus des êtres ‘sauvages’, ils font partie en tant qu’objets et ‘actants’ du monde social, qui risque d’être ‘déglingué’ dès qu’un animal domestiqué n’en fait qu’à sa tête.

24Sohn-Rethel semble s’être plu non seulement à observer des incidents (avec ou sans animaux) qui, parce qu’inattendus, sont aussi imprévus, voire imprévisibles (comme les rats de Sigurd qui lui volent ses œufs), mais encore à les représenter avec une vivacité certaine dans ses brefs morceaux de prose. Dans la toute dernière réédition, Dudley Zoo ne couvre que trois pages imprimées ; le texte aux dimensions les plus importantes est Vesuvbesteigung 1926, qui couvre dix pages. Or, Vesuvbesteigung concerne les rapports que le narrateur, Sohn-Rethel, se souvient avoir entretenus avec le volcan qui l’a à la fois fasciné et terrifié, tandis que les autres textes transportent les lecteurs dans diverses situations où se produisent soit des événements surprenants pour le narrateur, soit des événements auxquels les acteurs humains et ‘actants’ animaux ne s’attendent pas. En d’autres termes, l’imprévisible et l’imprévu historique sont conçus comme des phénomènes instantanés, immédiats, et surtout infimes par comparaison avec l’ampleur de systèmes socio-économiques lourds dont traitent par ailleurs les textes théoriques de Sohn-Rethel.

L’effet épistémologique des tableaux en prose

25À la lecture de ces brefs textes, on ne manquera pas de remarquer une autre analogie, celle entre les animaux qui n’en font qu’à leur tête et les dispositifs techniques ‘détraqués’ : barques et bateaux, lampes, téléphones, motocyclettes, chariots, et ainsi de suite. Das Ideal des Kaputten se révèle être un inventaire non seulement de méta-inventions qui se greffent sur des inventions techniques ‘déglinguées’, mais encore de circonstances imprévisibles qui stimulent un acte d’inventivité de la part des utilisateurs. La ressemblance entre dispositifs techniques ‘déglingués’ et animaux ‘actants’ rebelles ou insoumis repose sur le rôle de l’imprévu en tant que facteur susceptible de menacer l’ordre normal.

26En effet, les dispositifs techniques ou bien fonctionnent, et ne fonctionnent en principe que quand on les utilise à bon escient, ou bien ne fonctionnent pas et obligent alors l’utilisateur à s’adresser à un expert-technicien, qui, comme les inventeurs, ingénieurs et fabricants de ces objets, est au service exactement du même régime technoscientifique. Les rapports de l’homme consommateur ou client aux dispositifs techniques sont donc dans la plupart des cas ‘intransitifs’, s’il m’est permis de m’exprimer ainsi. En revanche, les rapports des Napolitains aux dispositifs techniques observés par Sohn-Rethel et décrits dans Das Ideal des Kaputten sont ‘transitifs’. Un peu comme les animaux, les moteurs et autres ‘machins’ fabriqués ne signalent pas quand ils tomberont en panne ; rien en eux n’annonce l’instant où ils ne voudront plus marcher comme il faut ; et rien en eux n’éveille non plus le moindre soupçon de dysfonctionnement. Mais quand les machines, moteurs, essieux, vis, roues, courroies, pédales, poignées, etc., sont en état de défaillance, au lieu de rester attachés au régime technoscientifique, les Napolitains préfèrent établir un rapport transitif, actif, poïétique aux dispositifs techniques et ainsi évoluer dans un régime qui leur est déjà familier, puisqu’ils sont auparavant et souvent intervenus dans le fonctionnement des machines et moteurs, à leur gré, au lieu de dépendre d’un régime qui les ‘aliène et les dépossède de leur propre pouvoir de manipulation et d’intervention’.

  • 19 Sohn-Rethel : Das Ideal des Kaputten, p. 41.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 43.
  • 22 Ibid., p. 44-45.

27L’idée de la prise de pouvoir sur les dispositifs techniques, de la réappropriation de ce qui est aliénant, voire de ce qui n’est que potentiellement aliénant à force de ne pas manifester d’emblée une soumission aux besoins élémentaires des gens, Sohn-Rethel l’exprime dans Das Ideal des Kaputten dans les quatre passages suivants. Il s’agit là de propos qui illustrent tantôt de façon concrète, tantôt par généralisation, l’idée du rapport transitif des Napolitains aux dispositifs techniques :
(a) Technische Vorrichtungen sind in Neapel grundsätzlich kaputt: nur ausnahmsweise und dank einem befremdlichen Zufall kommt auch Intaktes vor. Mit der Zeit gewinnt man den Eindruck, daß alles schon in kaputtem Zustande hergestellt werde.19
(b) Oder es gelingt ihm in unübertrefflicher Meisterschaft, sein defektes Auto durch das ungeahnte Anbringen eines kleinen Holzstücks, das sich von ungefähr auf der Straße findet, wieder in Gang zu bringen, – allerdings nur, bis es wieder kaputt geht. Denn endgültige Reparaturen sind ihm ein Greuel, da verzichtet er schon lieber auf das ganze Auto.20
(c) Das Intakte dagegen, das sozusagen von selber geht, ist ihm im Grunde unheimlich, denn grade weil es von selber geht, kann man letztlich nie wissen, wie und wohin es gehen wird.21
(d) Die Technik beginnt vielmehr eigentlich erst da, wo der Mensch sein Veto gegen den feindlichen und verschlossenen Automatismus der Maschinenwesen einlegt und selber in ihre Welt einspringt. Dabei erweist er sich allerdings dem Gesetze der Technik um Spannen überlegen. Denn er eignet sich die Führung der Maschinen nicht so sehr dadurch an, daß er ihre vorschriftsmäßige Handhabung erlernt, als indem er den eigenen Leib darin entdeckt.22

Mais est-ce que je ne fais pas un contresens en rapprochant l’un de l’autre le cas de dispositifs techniques ‘déglingués’ et celui d’animaux domestiques qui font semblant d’agir, comme l’éléphant de Dudley, l’ânon de la Via Chiaia et les rats de Sigurd par des actes imprévus, inventifs, rebelles, allant contre leur nature domestiquée ? Pour conclure, tentons d’expliciter pourquoi je ne pense pas proposer une interprétation contraire à l’esprit des essais de Sohn-Rethel.

28L’éléphant de Dudley sort de son rôle en agissant comme s’il confondait l’entrée du jardin zoologique avec son ancien lieu de travail sous le chapiteau. Le petit âne subit un processus physiologique naturel, et pourtant, en arrêtant sa marche là où il ne faut pas, l’arrêt animal, sous l’effet des flatulences, provoque un incident contre la ‘nature’ du trafic urbain. Et les rats de Sigurd démontrent comment, par un coup de génie, on vole des œufs sans jamais avoir subi d’entraînement ou de dressage par un behavioriste américain, et cet exploit contourne le système de rationnement auquel les humains sont contraints par une administration en état de guerre d’acquiescer à contrecœur.

29Chacun de ces cas illustre à sa façon la portée de circonstances aléatoires, imprévisibles, incalculables, incommensurables. Ces circonstances sont, par l’effet qu’elles produisent, similaires aux circonstances dans lesquelles les Napolitains interviennent pour s’approprier la maîtrise des dispositifs techniques dont l’automatisme leur fait horreur − une horreur semblable à l’horreur du vide. Ce n’est pas la différence ontologique entre l’animalité des corps vivants d’une part, et la mécanique, l’électricité ou l’aérodynamique incarnées dans et par des dispositifs techniques d’autre part qui intéresse Sohn-Rethel, si j’en saisis correctement le propos. Ce qui l’intéresse tout au long de ses recherches théoriques portant sur l’argent, les échanges de biens, les structures socio-économiques, les sciences et leur apport à la fabrication des sociétés modernes, et ainsi de suite, c’est, outre les objets dont traitent ses textes majeurs, le grain de sable qui fait que le système se détraque − n’importe quel système : systèmes sociaux, systèmes organiques, systèmes régulateurs d’opérations par lesquelles se font les échanges matériels et symboliques, systèmes de production, systèmes de dispositifs à basse, moyenne ou haute technicité.

30Seulement voilà : l’incident aléatoire singulier, la panne spécifique, l’accident individuel, la ‘déglingue’ particulière, la rupture d’un essieu ou d’une hélice à un certain endroit et à un certain instant, ne constituent pas des objets théoriques. La probabilité se prête sans doute à la théorisation. On peut déterminer la probabilité avec laquelle le moteur d’une motocyclette tombera en panne. Mais aucun savant ne pourra déterminer quand le moteur de la motocyclette de mon voisin tombera en panne, à quelle date, à quelle heure du jour et à quel endroit il le fera. Si l’incidence de l’incident singulier constituait un objet théorique, on pourrait aisément ruiner en une nuit le casino de Monaco. Et c’est parce que la panne singulière d’un moteur, la rupture d’une chaîne, la présence d’une Mini pour un éléphant, l’humeur rebelle d’un âne qui ne supporte plus les flatulences, c’est parce que tous ces coups de dés singuliers imprévisibles, ces dérèglements, détraquements, désordres sont des germes d’anarchie que Sohn-Rethel leur a consacré des textes qui ne peuvent qu’être brefs. Il y évoque la réappropriation du sujet humain par lui-même, le brin de liberté qui lui permet (peut-être) de renverser l’état d’aliénation dans lequel il est enfermé par des systèmes que Max Weber aurait appelés des « cages en acier ».

31Et c’est devant l’impossibilité de faire de l’incident ‘qui arrive sans préavis’ un objet théorique, que la forme brève s’est logiquement offerte à Sohn-Rethel pour ces tableaux en prose. C’est dire que les cinq essais n’ont l’air de presque rien en comparaison des traités substantiels dont se nourrit la réputation de Sohn-Rethel. Mais à force de négliger ce qui a l’air de presque rien, on perd de vue un aspect, et non des moindres, de la pensée de l’auteur qui nous invite à voyager en des endroits où les contraintes de la modernité se distendent parfois au profit d’un brin de liberté recouvrée.

Haut de page

Notes

1 Cf. à ce propos les lettres d’Alfred Sohn-Rethel adressées à Theodor W. Adorno. In : Christoph Gödde (éd.) : Theodor W. Adorno und Alfred Sohn-Rethel, Briefwechsel 1936-1969. München 1991.

2 Au sens wittgensteinien du terme.

3 Cf. Gérard Genette : Fiction et diction, précédé de Introduction à l’architexte. Paris 2004, p. 101.

4 Ibid. Je n’aborde pas ici les cas de travestissements de récits autobiographiques ou de narrations d’événements réels en romans dans le but d’une apparente fictionalisation qui est signalée par le sous-titre paratextuel « roman » afin de créer une certaine distance entre l’auteur et l’ensemble des lecteurs réels ou potentiels. L’accent de ma mère de Michel Ragon en est une belle illustration, dont la première édition de 1989 comportait la mention « roman », alors que la deuxième édition revue et augmentée ne la comportait plus.

5 Cf. pour des exemples types les passages cités par Françoise Willmann dans sa thèse de doctorat L’épistémologie d’Alfred Sohn-Rethel (1899-1990). Thèse en épistémologie et histoire des sciences, Université Louis Pasteur Strasbourg I, 1994 <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01620565>, p. 127 (pour Alfred Sohn-Rethel : Warenform und Denkform. Frankfurt am Main 1978, p. 149) et p. 120-121 (pour Alfred Sohn-Rethel : Geistige und körperliche Arbeit. Frankfurt am Main 1973, p. 11).

6 On peut d’ailleurs regretter que les particularités ‘pronominales’ des textes académiques n’attirent que peu d’attention de la part des théoriciens du discours ou des spécialistes de poétique et de rhétorique, alors que l’aspect ‘pronominal’ de divers genres de textes relevant de l’esthétique du mot (pour faire allusion ici à Mikhaïl Bakhtine) ont suscité un nombre considérable d’études savantes.

7 Alfred Sohn-Rethel : Das Ideal des Kaputten. Freiburg im Breisgau/Wien 2019, p. 41-46.

8 Ibid., p. 42.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 13-23.

11 Ibid., p. 21.

12 Ibid., p. 27-37.

13 Ibid., p. 55-58.

14 Ibid., p. 49-52.

15 Pour les détails cf. Florence Delay : Petites formes en prose après Edison. Paris 1987, p. 11-15. Cf. aussi Alain Montandon : Les formes brèves. Paris 2018.

16 Cf. l’étude de Martin Mittelmeier : Adorno in Neapel. Wie sich eine Sehnsuchtslandschaft in Philosophie verwandelt. München 2013.

17 Das Ideal des Kaputten fut publié pour la première fois en 1926, Vesuvbesteigung 1926 en 1932, Sigurds Ratten en 1985, Dudley Zoo. Eine Elefantengeschichte en 1987 et L’embouteillage de la Via Chiaia en 1990.

18 Sohn-Rethel : Das Ideal des Kaputten, p. 16.

19 Sohn-Rethel : Das Ideal des Kaputten, p. 41.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 43.

22 Ibid., p. 44-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Métraux, « L’invitation au voyage ou les tableaux en prose d’Alfred Sohn-Rethel »Recherches germaniques, 15 | 2020, 230-238.

Référence électronique

Alexandre Métraux, « L’invitation au voyage ou les tableaux en prose d’Alfred Sohn-Rethel »Recherches germaniques [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rg/4343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.4343

Haut de page

Auteur

Alexandre Métraux

Chercheur émérite
Archives Henri Poincaré – Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies
ametraux[at]posteo.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search