Skip to navigation – Site map

HomeNuméros43Une île au cœur de l’Europe ? Rob...

Une île au cœur de l’Europe ? Robinson d’Eduard Reinacher (1921)

Eine Insel im Herzen Europas? Robinson von Eduard Reinacher (1921)
Catherine Repussard and Maryse Staiber
p. 145-164

Abstracts

Cette contribution consacrée au court roman Robinson (1921) d’Eduard Reinacher (1892‑1968), auteur alsacien issu d’une génération de réprouvés, s’interroge sur l’expression spécifique du « colonial desire » dans une région située à la périphérie de centres que pouvaient représenter aussi bien Paris que Berlin. Cette région des marges est en souffrance en raison du contexte historique caractérisé par les incessants changements d’appartenance nationale, impliquant par la force des choses à la fois des phénomènes d‘acceptation et de rejet, voire un soupçon vis-à-vis de l’autre, du voisin. Ce constant va et vient, non seulement entre deux nationalités, mais aussi entre deux cultures et entre deux paysages littéraires, implique le malaise d’être soi au regard de l’autre et, de ce fait, provoque un isolement grandissant, surtout si l’on écrit dans la langue de l’ennemi. 
Or, à l’époque du Reichsland, l’Alsace fut le creuset d’un imaginaire où désir d’exotisme et fuite en direction d’ailleurs imaginés se mêlent pour donner naissance à une « exotéromanie îlienne » dont témoigne cette « robinsonnade » méconnue qui s’inscrit dans la plus pure tradition de l’Océanisme telle qu’elle s’est développée autour de 1900 au sein de l’espace germanophone comme ailleurs. L’île de Robinson est, à l’image de l’Alsace, entourée de deux massifs montagneux, sorte de refuge s’ouvrant sur la primordialité salvatrice. Ainsi, la régionalité se trouve aux prises avec l’universel par le biais de l’intertextualité de l’île de Robinson et, par là même, avec tous les exotismes îliens, l’Alsace se transformant en une région prototypique de ce qu’on peut considérer comme une « Région-monde ».

Top of page

Full text

  • 1 Eduard Reinacher : Robinson. Stuttgart 1921. Réédition in Morand Claden, Eduard Reinacher, Oskar Wö (...)

Und ich nahm die Flöte, die ich mir aus Rohren gemacht hatte,
und spielte ihnen ein Liedchen aus meiner Heimat.1

  • 2 Voir par exemple les ouvrages « classiques » de Raymond Trousson : Voyages au pays de nulle part. B (...)
  • 3 Néologisme par lequel nous désignons à la fois le fait et l’idée, voire l’imaginaire colonial.
  • 4 Wolfgang Struck : Die Eroberung der Phantasie: Kolonialismus, Literatur und Film zwischen Kaiserrei (...)
  • 5 Birthe Kundrus : Phantasiereiche. Zur Kulturgeschichte des deutschen Kolonialismus. Frankfurt am Ma (...)

1Bien que la veine utopique semble intarissable, à la lecture des ouvrages de référence consacrés à l’histoire de l’utopie, les espaces germanophones sont à peine évoqués voire remarquablement absents2. Les « voyages aux pays de nulle part » ne seraient entrepris ni à partir de l’Allemagne, ni de l’Autriche, ni de la Suisse…, ce qui ne saurait manquer de nous étonner, car le « désir d’utopie », intimement lié à la colonialité3, est unanimement partagé. Ainsi que l’ont montré des études récentes4, les utopies coloniales tendent à s’exprimer au sein de l’espace germanophone avec la même ampleur qu’ailleurs. Les « empires nés de l’imagination » (Phantasiereiche)5 se caractériseraient, d’après Birthe Kundrus, par la recherche de soi au sein de l’altérité et par la crainte de perdre sa propre identité lors de cette quête. Cette attitude ambivalente aurait induit un comportement contradictoire où se rejoignent désir et mépris, rejet et appropriation de l’altérité.

  • 6 Homi K. Bhabha : Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale. Paris 2007.
  • 7 Cf. Robert Young : Colonial Desire: Hybridity in Theory, Culture and Race. London/ New York 1994.

2Cette ambiguïté que le théoricien postcolonial Homi Bhabha tient pour l’essence même de la colonialité6 s’est également développée au sein d’une région européenne, l’Alsace. Située à la périphérie de centres que pouvaient représenter aussi bien Paris que Berlin, cette région des marges fut le creuset d’un imaginaire où s’exprime avec force un « colonial desire »7 mêlant désir d’exotisme et fuite en direction d’ailleurs imaginés, comme en témoigne le court roman d’un auteur alsacien issu d’une génération de réprouvés : Robinson, que fait paraître Eduard Reinacher (1892-1968) en 1921.

  • 8 Gabriele Dürbeck : Stereoptype Paradiese, Ozeanismus in der deutschen Südseeliteratur. Tübingen 200 (...)

3L’« exotéromanie îlienne » dont témoigne cette œuvre s’inscrit dans la plus pure tradition de l’Océanisme qui s’est développée autour de 1900 au sein de l’espace germanophone comme ailleurs. Signalons les œuvres les plus représentatives de ce mouvement, Samoa, die Perle der Südsee dOtto Ehrenfried Ehlers (1895) ou encore Am stillen Ozean de Karl May qui connut un immense succès dès sa parution en 1893. N’omettons pas la production de romans utopiques dont la diffusion fut moindre montrant l’importance de cette tendance chez des auteurs aujourd’hui oubliés, mais qui ne furent pas forcément mineurs à leur époque, comme Erich Scheurmann qui publia Erwachen. Ein Südseeroman en 1921 ou Hans Bethge qui fit paraître Satuila oder vom Zauber der Südsee un an plus tard. Gabriele Dürbeck inscrit son approche de l’Océanisme dans le sillage d’Orientalism d’Edward Said8. Dans les deux cas, le phénomène correspond à une autoprojection de soi sur l’ailleurs, négative dans le cas de l’Orientalisme, positive dans le cadre de l’Océanisme. Cependant, celle-ci prend une dimension particulière dans le contexte alsacien, où la fuite en direction d’un Eden insulaire relève également d’une prise de conscience aiguë de la nécessité de se libérer des entraves politiques et sociales imposées par la puissance colonisatrice, qu’il s’agisse du Reich allemand ou de la République française. L’intention est de donner naissance à un homme nouveau, capable de vivre en adéquation avec sa nature profonde, et de s’épanouir véritablement au sein d’un « entre-deux » que Homi Bhabha comprend comme « third place », réintégrant le « tiers-exclu » rejeté par une longue tradition nationaliste. L’île de Robinson est, à l’image de l’Alsace, entourée de deux massifs montagneux, sorte de refuge s’ouvrant sur la primordialité salvatrice. Ainsi, la régionalité se trouve aux prises avec l’universel par le biais de l’intertextualité de l’île de Robinson et, par là même, avec tous les exotismes îliens, l’Alsace se transformant en une région prototypique de ce qu’on peut considérer comme une « Région-monde ».

4Cependant, contrairement aux utopies îliennnes, dont l’impossibilité ultime finit toujours par se révéler, le Robinson d’Eduard Reinacher cherchera à faire perdurer la sienne. Le héros refuse toute intrusion salvatrice : ainsi, à la fin du roman, il lui faut éviter à tout prix que le navire européen qui s’apprête à venir à son secours accoste, même s’il doit pour cela altérer la réalité par un mensonge. Tandis que dans Robinson de Daniel Defoe, le héros avait utilisé le même subterfuge, le mensonge, pour quitter discrètement sa terre natale à l’insu de ses parents, le Robinson de Reinacher mentira lui aussi. Cependant, dans son cas, c’est pour ne pas avoir à revenir en Europe.

5Le contexte esthétique, philosophique et éthique d’une Europe en crise est bien présent. Les valeurs européennes tenues pour décadentes sont à l’époque unanimement rejetées, le pessimisme culturel ambiant, que révèle dans son acception la plus forte le titre de l’ouvrage d’Oswald Spengler Der Untergang des Abendlands publié entre 1918 et 1922, ne manque pas de trouver sa place dans le roman. Visant à soigner une vieille Europe malade et davantage encore les Européens écrasés par le poids du progrès et du développement, les influences d’une approche liée aux mouvements de la réforme de la vie (Lebensreform) qui se développent avec intensité autour de 1900 au sein de l’espace germanophone et que Reinacher, lui-même attiré par un mode de vie alternatif, ne pouvait ignorer, marquent de leur empreinte son Robinson.

« Exotéromanie îlienne »

  • 9 L’utopie ne semble donc pas figée. Pourtant, la fable de Verne est pessimiste, la ville est détruit (...)

6Chez la plupart des utopistes, pensons à l’Utopie (1616) de Thomas More, à La Nouvelle Atlantide (1627) de Francis Bacon ou encore, pour l’espace germanophone, à Die Insel Felsenburg (de 1731 à 1743) de Gottfried Schnabel (1692-1752), l’utopie est une île qui se trouve nulle part et partout. L’image la plus parlante pour exprimer cette idée est sans doute celle donnée en 1895 par Jules Verne (1828-1905) à son Île à Hélice qui est une île flottante et mobile. Le lieu de « nulle part » de l’utopie, sans cesse en mouvement, est donc partout9. La détermination précise du lieu devient secondaire, mais l’utopie doit la plupart du temps évoluer quelque part, le plus souvent dans les mers du Sud. L’élément géographique, le Sud, reste déterminant pour fixer le contre-point de l’Europe dont on cherche à déjouer la puissance mais aussi à défaire le tissu religieux, philosophique et politique, afin d’en proposer une autre trame.

  • 10 Cf. Gabriele Dürbeck : Ozeanismus (note 8).
  • 11 Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg : Die Insel. Leipzig 1788.
  • 12 Eduard Mörike : Maler Nolten. Novelle in zwei Theilen. Stuttgart 1832.
  • 13 Adam Gottlieb Oehlenschläger : Die Inseln im Südmeere. Stuttgart/ Tübingen 1826.
  • 14 Fritz Brügemann : Utopie und Robinsonade, Untersuchungen zu Schnabels Insel Felsenburg. Weimar 1914

7L’Océanisme qui développe depuis le xviiie siècle une véritable géographie de l’exotisme a sans doute joué un rôle important en ce sens10. Les contacts avec les contrées lointaines, au sud, ont permis à l’effervescence imaginative de créer plus intensément encore une vision alternative de l’Europe. Dès 1781, Johann Gottlob Benjamin Pfeil (1732-1800) avait situé l’île de Felsenburg dans les mers du Sud, tout comme Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg (1750-1819) qui, en 1788, y fait régner les principes de Platon et de Rousseau11. En 1794, Jean Paul Richter (1763-1825) se servira de Tahiti pour imaginer son île bienheureuse (Die selige Insel), inspirant un groupe de littérateurs qui, autour de Mörike (1804‑1875), avait pris l’habitude de se réunir la nuit pour évoquer une île baptisée Orplid, en qui tous les commentateurs reconnaissent Tahiti12. À l’origine de cette effervescence imaginative que l’on peut qualifier de « romantique » se trouve probablement l’utopie intitulée Die Insel Felsenburg précédemment évoquée que Gottfried Schnabel, se dissimulant derrière le pseudonyme de Gisander, fit paraître dès 1731. Le roman eut un retentissement considérable, connut de multiples rééditions, et en 1828, Ludwig Tieck (1773-1853) proposa même de réadapter au goût du jour l’œuvre de Schnabel. Le poète danois Adam Gottlob Oehlenschläger (1779-1850) saluera Schnabel en tant que précurseur et lui rendra hommage en intitulant son utopie insulaire Kleinfelsenburg13. Par la suite Felsenburg connut de nombreux avatars14.

  • 15 Quelques années plus tard, entre 1857 et 1859, l’Autriche lance à son tour une frégate dans la cour (...)
  • 16 Joachim Heinrich Campe : Wörterbuch zur Erklärung und Verdeutschung der unserer Sprache aufgedrunge (...)

8La force d’attraction des utopies inspirant des auteurs populaires autour de 1900 est due sans doute à la fascination exercée par les mers du Sud qui s’accentue à partir du xviiie siècle. Il est vraisemblable que les récits s’attachant à décrire la découverte du globe comme ceux de Georg Forster (1754-1794) qui publie dès 1777 le récit du voyage autour du monde entrepris avec James Cook (1728-1779) dans Entdeckungsreise nach Tahiti und in die Südsee 17721775, le récit de voyage de Otto von Kotzebue (1788-1846) Entdeckungsreise in die Südsee (1821), ou encore celui d’Adalbert von Chamisso (1781-1838) Reise um die Welt (1836) connaissent un succès d’importance dans les mondes germanophones15. Robinson der Jüngere (1848) de Joachim Heinrich Campe (1748-1818) contribuera à populariser auprès de la jeunesse l’existence d’îles exotiques perdues dans des océans lointains et ainsi à relayer un exotisme diffus bien qu’il ait pu par ailleurs considérer le goût des autres, l’« exotéromanie », comme une véritable pathologie (Sucht)16.

  • 17 De nombreuses utopies sociales prendront les îles lointaines comme cadre. Voir par exemple le roman (...)
  • 18 Cf. notamment Noa Noa (1893-1894), première éd. 1901 par Charles Morice ; éd. définitive 1924. Rééd (...)
  • 19 Erich Scheurmann : Der Papalagi, Die Reden des Südseehäuptlings Tuiavii aus Tiavae. Zürich 1920. Ré (...)
  • 20 Hans Paasche : Die Forschungsreise des Afrikaners Lukunga Mukara ins innerste Deutschland. Bremen 1 (...)
  • 21 Siegfried Genthe : Reiseschilderungen, Band 3, Samoa. Berlin 1908 ; Georg Wegener : Deutschland im (...)
  • 22 Gabriele Dürbeck : Ozeanismus (note 8), p. 27 : « Ein Großteil der Südseeliteratur ist populärwisse (...)
  • 23 Sebastian Conrad, Jürgen Osterhammel (Hg.) : Das Kaiserreich transnational. Deutschland in der Welt (...)

9Lorsque, par le biais de commerçants ou d’aventuriers en quête de gloire, des territoires africains, la Papouasie-Nouvelle-Guinée ou encore des îles du Pacifique Sud, dont Samoa, seront placés sous protection allemande, de prolifiques écrivains populaires s’empareront du sujet et contribueront à la construction d’une véritable cartographie mentale de l’Ailleurs17. Quoi qu’il en soit, l’enchantement teinté de crainte suscité par les terres lointaines, les îles du pacifique Sud, la Papouasie-Nouvelle-Guinée ou encore le cœur de continents jusque-là inconnus, ne tiédit jamais. Au début du xxe siècle, la peinture coloniale fut revivifiée par le mouvement expressionniste, notamment par les peintres Emil Nolde (1867-1956) et Max Pechstein (1881-1955). Influencés par le fauvisme et par les toiles de Paul Gauguin (1848-1903)18, ils mirent en scène pour l’essentiel les îles du Pacifique Sud et leurs habitants. La révolution artistique qu’ils incarnaient ne s’accompagnait pas d’une nouvelle manière de voir ou de percevoir les populations indigènes, que l’on persistait à concevoir comme radicalement différentes et qui ne cessèrent d’être source de désir envieux à l’égard de l’immense liberté dont on s’imaginait qu’elles puissent jouir. La critique à l’encontre de l’Europe prend davantage de relief encore après la Première Guerre mondiale, comme en témoigne le roman que publie Erich Scheurmann en 1920 qui ne va pas sans rappeler Le Supplément au voyage de Bougainville (1772) de Diderot, Der Papalagi, Die Reden des Südseehäuptlings Tuiavii aus Tiavae dans lequel le chef indigène Tuiavii ne peut que constater : „Es ist eine große Armut, wenn der Mensch viele Dinge braucht; denn er beweist damit, daß er arm ist an Dingen des großen Geistes. Der Papalagi ist arm, denn er ist besessen auf das Ding. Er kann ohne das Ding nicht mehr leben19. Il reprend ainsi le thème du voyage en Occident, popularisé en son temps par Montesquieu et déjà exploité par Hans Paasche quelques années plus tôt dans Die Forschungsreise des Afrikaners Lukunga Mukara ins innerste Deutschland (1912)20. Autour de 1900, les récits de voyage et d’expéditions se multiplient, pensons aux Reiseschilderungen de Siegfried Genthe, à Deutschland im Stillen Ozean : Samoa, Karolinen, Marshall-Inseln, Marianen, Kaiser Wilhelmsland, Bismarck Archipel und Salomo-Inseln de Georg Wegener ou encore à Samoa, Bismarckarchipel und Neuguinea: drei deutsche Kolonien in der Südsee du prolofique Ernst von Hesse Wartegg21. Récits et romans connaissent un succès populaire grandissant22 car, pour reprendre une formule vigoureuse de Sebastian Conrad et Jürgen Osterhammel dans l’introduction à leur ouvrage Das Kaiserreich transnational : « L’Allemagne n’est pas une île, ni un monde fermé et autocentré »23.

Une île au cœur de l’Europe

10Cependant, une région située aux confins de l’Empire, périphérique à la fois par rapport à Berlin et à Paris, semble s’être projetée comme entité îlienne au cœur de l’Europe, témoignant d’une ambivalence fondamentale, qui tend à prendre une ampleur et une signification particulières dans les années vingt.

11Région en souffrance en raison du contexte historique que caractérisent les incessants changements d’appartenance nationale, impliquant par la force des choses à la fois des phénomènes d’acceptation et de rejet, un soupçon vis-à-vis de l’autre, du voisin, un constant va et vient, non seulement entre deux nationalités, mais entre deux cultures, entre deux paysages littéraires où écrire dans la langue de l’ennemi implique le malaise d’être soi au regard de l’autre et, de ce fait, un isolement grandissant. Cette thématique est cristallisée dans Robinson, le court roman d’Eduard Reinacher, où l’auteur exprime la difficulté d’être soi au sein d’une région colonisée d’abord par l’Allemagne, puis par la France. Après le retour de l’Alsace à la France, au lendemain de la Première Guerre mondiale, on assiste à l’effort de recréer des lieux de mémoire alsaciens, effort qui passe par la volonté de revisiter l’histoire en recourant à un large spectre de genres : romans, pièces de théâtre, pièces radiophoniques. Des thématiques rhénanes anciennes, comme la danse macabre (« Totentanz »), le « Schwank » sont renouvelées, tout en s’ouvrant à un registre plus contemporain.

12C’est aussi dans ce contexte de fortes tensions et d’un isolement grandissant que s’exprime une volonté d’escapisme : la fuite littéraire se dirige vers l’ailleurs. Les Suds lointains sont généralement décrits comme des lieux clos par des frontières naturelles qui les rendent difficilement accessibles. Reinacher reprend ainsi, une fois de plus, le symbolisme de la « clôsure » îlienne, où se projette la situation de l’Alsace.

  • 24 Né à Strasbourg en 1892, Eduard Reinacher a fait ses études au Lycée Fustel de Coulanges, puis à l’ (...)

13Lors du retour de l’Alsace à la France en 1918, Eduard Reinacher fait partie de ces auteurs germanophones « émigrants » en Allemagne qui gardent une profonde nostalgie de l’Alsace, tout en perdant toujours davantage le contact avec la vie littéraire de leur région natale. Solitaire, en marge des réseaux de diffusion culturelle, Reinacher survit à Stuttgart jusqu’en 1968 mais son œuvre reste méconnue, en dépit d’indéniables qualités thématiques et stylistiques, comme en témoignent ses fragmentaires souvenirs autobiographiques publiés en un volume posthume sous le titre Am Abgrund hin. Fragmente der Lebenserinnerungen (1972). Relevons la métaphore significative d’une génération qui se sent vivre au bord de l’abîme, contrainte, tout au long de l’existence, à l’exercice périlleux de se maintenir debout envers et contre tout, de ne pas perdre pied24.

  • 25 Cf. Gunter Martens : Vitalismus und Expressionismus. Ein Beitrag zur Genese und Deutung expressioni (...)
  • 26 Ce thème est largement développé chez de nombreux écrivains de la « génération expressionniste ». N (...)

14Le roman esquisse alors une sorte de bohème alternative où l’idéal de vie de Robinson se cristallise sous un double signe : le pôle négatif auquel il faut dire adieu vise la critique d’une Europe dont on se détourne résolument pour (re) vivre, est fortement ancré dans l’espace germanophone par la prédominance d’un pessimisme culturel véhiculé par la lecture banalisée des œuvres de Schopenhauer et de Nietzsche, dont la génération d’écrivains à laquelle appartient Reinacher, retient surtout un certain « vitalisme esthétique »25. Le versant positif, lui, chérit alors les rêves les plus fous de faire table rase de la vieille Europe décadente et d’aspirer à une libération de toutes les entraves socio-politiques et morales. Le projet de vie – allant de pair avec un projet d’écriture renouvelé – s’inscrit alors dans un paradigme fortement marqué par la dialectique du moi et de l’autre, puisant tant sur le plan thématique que stylistique dans les ressources d’un certain exotisme expressionniste cédant volontiers aux tirades exclamatives, incantations réitérées telles un mantra et autres emphases pathétiques. Retrouver la vie simple, en harmonie avec les éléments de la nature et du cosmos, se contenter de peu, habiter dans une petite cabane au fond des bois et vivre en toute frugalité au sein d’une communauté d’hommes et de femmes, suivant toujours le rythme des jours et des nuits sans s’épuiser à cogiter et à planifier tous ses faits et gestes – voilà l’aspiration nouvelle. S’y fait jour un violent rejet du règne de la raison et du concept, de la productivité à outrance, du progrès technologique qui se veut linéaire, identifié comme l’un des fléaux de l’esprit européen clivé par l’impossibilité de réunir les qualités du cœur et de la raison : l’homme sauvage, tel qu’il est alors esquissé, n’aurait jamais perdu cette unité originelle, ce qui en ferait un être de qualité supérieure à l’Européen26.

L’île des mers du Sud : la lumière, l’air, la vie

  • 27 Diethart Kerbs, Jürgen Reulecke (Hg.) : Handbuch der deutschen Reformbewegungen 1890-1933. Wupperta (...)

15Licht, Luft, Leben : les trois termes caractérisant le mouvement de la Lebensreform qui se développe autour de 1900 semblent être au cœur de l’utopie de Reinacher qui s’avère particulièrement réceptif au Zeitgeist environnant. Indéniablement, Robinson développe des thématiques chères à la Lebensreform, terme fédérateur qu’offre l’allemand pour cerner un phénomène intellectuel, social et politique protéiforme qui se conçoit comme une alternative à la société de l’époque, unanimement condamnée et rejetée, notamment par le Bildungsbürgertum, en rupture avec les idéaux wilhelminiens27. Reinacher formulera le rejet en ces termes :

  • 28 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 403.

Ich sehne mich nicht nach der Heimat. Denn ich bin in der Heimat. Die Heimat meines Lebens ist das erfüllungsselige Land. Meine Mutter wohnte im Lande der Erfüllungslosen.28

  • 29 Marc Cluet, Catherine Repussard (éd.) : La Lebensreform ou la dynamique sociale de l’impuissance po (...)
  • 30 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 374.

16Telle une nébuleuse ambivalente et ambiguë, la Lebensreform peut être saisie structurellement comme « un mouvement de mouvements » émanant de la société civile, en réaction à l’impuissance, voire à l’inanité des élites dirigeantes29. Touchant à la fois le domaine politique, économique, sociétal et religieux, elle affirme avec force sa volonté réformatrice. Renonçant à toute velléité révolutionnaire de type marxiste destinée à changer le monde, elle cherchera davantage à changer la vie, entendons par là le mode de vie de l’individu en interaction avec son environnement tant naturel que social, en vue de faire émerger non seulement un lien entre l’homme et la nature environnementale, mais également dans l’intention de promouvoir une vie en adéquation avec sa propre nature qui ne serait plus alors entravée par ce que Reinacher tient pour des dérives civilisationnelles, véritables camisoles pour ceux qu’il désigne par le terme de « die Erfüllungslosen »30.

17Son roman s’ouvre par une opposition terme à terme par laquelle il parvient à énoncer clairement quels sont les idéaux qu’il poursuit :

  • 31 Ibid.

Als ich zur Liebe reif geworden war, ging ich auf allerhand Straßen und in allerhand
Häuser, denn es gelüstete mich, Menschen zu sehen.
Ich fand aber viele Kleider und wenig Menschen.
Ich fand viel Gerüche und wenig Düfte.
Ich fand viel Töne und wenig Melodien.
Ich fand Melodien, aber sie waren nicht rein.
Ich fand viel Krankheit und wenig Gesundheit.
Ich fand viel Lust aber wenig Freude.
Die Lust war krank und die Gesundheit lustlos.
Ich fand viele Menschen, die wußten, was sie sollten.
Ich fand wenig Menschen, denen im Herzen etwas eingeschrieben war, was sie wollten.
Ich fand viel Tüchtigkeit und wenig Schönheit.
Ich fand viel Treue und wenig Holdseligkeit.
Ich fand viel Streben und wenig Stolz.
Ich fand viel Eigentümlichkeit und wenig Eigenrühmlichkeit.
Ich fand viel Lob und wenig Ehre.
Ich fand viel Innen, aber es zwang nicht das Außen nach seinem Bilde.
Ich fand viel Sehnsucht, aber wenig Erfüllung.31

Comme il ressort de cette énumération dichotomique, fortement soulignée par l’anaphore, Reinacher part à la recherche d’hommes nouveaux, purs, sains, bons et beaux, capables de fierté, d’assurance et ayant le sens de l’honneur. Ces hommes-là, Reinacher ne les trouve pas dans le monde qui l’entoure où prévaut l’hypocrisie, l’illusion, l’obéissance aveugle, l’ambition. Les mélodies qu’il entend autour de lui révèlent des fausses notes. L’homme n’est pas encore parvenu à atteindre la réalisation de soi à laquelle pourtant il aspire.

  • 32 Wolfgang R. Krabbe : « Lebensreform / Selbstreform ». In : Diethart Kerbs, Jürgen Reulecke (Hg.) : (...)

18Le narrateur à la première personne (dont le lecteur peut souligner la proximité avec la situation de l’auteur alsacien) se compare alors à un jeune loup en quête de réalisation de soi au sein d’une organisation sociale communautaire repensée. En ce sens, Robinson interpelle son temps et présente à la fois des modèles de rénovation sociale, tout en développant l’image d’un « homme nouveau », dans le droit sillage des idéaux du mouvement de la réforme de la vie. Certains historiens ont évoqué une « privatisation de la question sociale », la réforme de la vie impliquant également une « réforme de soi » (Selbstreform)32, le mouvement cherchant à toucher en profondeur l’homme dans son entièreté par le développement des potentialités humaines, liant ainsi indéfectiblement le physique au spirituel. La réforme de la vie se comprend alors surtout comme une réforme des pratiques corporelles (alimentation, exercices physiques, sexualité…), destinées à réconcilier le corps et l’âme, appréhendés séparément depuis des siècles. En ce sens, Robinson relève nettement de ce mouvement, notamment à travers l’importance accordée à la recherche du lieu propice au développement harmonieux du corps humain, condition de l’épanouissement du corps social, que Reinacher ne manque pas de mettre en étroite relation avec le mouvement des corps célestes.

  • 33 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 374.
  • 34 Ibid., p. 373 : « Ich wollte nicht wieder zum Ufer zurückfahren ». 
  • 35 Marc Cluet : « L’urbaphobie en Allemagne ». In : Salomon Cavin, Bernard Marchand (éd.) : Antiurbain (...)

19Le trajet hors d’Europe ou la quête d’un lieu neuf appartiennent à ces techniques de « mise en utopie », tout comme celles de la description d’un naufrage sur une île déserte que l’on retrouve fréquemment, par exemple chez Francis Bacon (1561-1626), Daniel Defoe (1660-1731), Gottfried Schnabel ou encore Lazar von Hellenbach. Eduard Reinacher met lui aussi en scène une « sortie de l’Europe », qu’il conçoit comme un « décrochage de la culture européenne ». Tel Icare, le héros se pourvoit d’ailes, achète de la nourriture et des vêtements pour un certain temps33, afin de littéralement prendre son envol. Il s’élance, mais ses ailes se déchirent dès qu’il frôle la première cime, si bien qu’il tombe dans les flots. Perdu au milieu de l’océan, il trouve refuge au sein d’une barque (Nachen) et se dirige vers un rivage inconnu. Il ne se ravise pas, ne cherche pas à revenir en arrière34. Robinson, à l’instar du mouvement de la réforme de la vie, est aussi le reflet du pessimisme culturel ambiant (Kulturpessimismus), indiscutablement lié à la modernisation, entendons l’industrialisation et l’urbanisation en Europe. L’espace urbain est perçu comme cauchemar urbanistique, ruinant la santé de ses habitants, et par-delà ruinant toute possibilité de rétablissement d’un corps social sain35. L’île des mers du Sud devient alors une contre-image, le lieu propice à l’épanouissement physique et par conséquent mental de l’être.

  • 36 Homo natura est une expression tirée de l’ouvrage de Nietzsche Jenseits von Gut und Böse (1886).

20À travers l’évocation du paradis tropical, Eduard Reinacher reprend également l’idée édénique du beau jardin, lieu favorable à la régénérescence, à l’affirmation de l’homo natura d’inspiration nietzschéenne, appréhendant l’humain à travers son identité avec la nature36. Pour l’auteur, le paradis prend la forme d’une île perdue des mers du Sud. Toute localisation précise s’avère inutile, l’île restant exemplaire et prototypique de tous les ailleurs merveilleux. Le texte ne manque pas de souligner la douceur climatique, la beauté luxuriante et la générosité de la nature, faisant de l’outre-mer non seulement la condition d’une relation au corps repensée, mais aussi la possibilité de la formuler dans sa forme la plus aboutie.

21La nature environnante permet de mettre en scène ce que l’on tient pour un mode de vie plus sain, conforme à des idéaux hygiénistes, pour lesquels la beauté devient gage de santé et, à l’inverse – conformément aux idées développées par la Lebensreformbewegung – vie en plein air, végétarisme, nudisme. Après avoir accosté, le héros de Reinacher prend plaisir à se déshabiller et à se contempler autre dans sa nudité :

  • 37 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 376.

Und ich freute mich meines weißen wohlgebildeten Leibes und meiner Nacktheit. Ich strich mit den Händen an mir hinunter von der Halsgrube bis an die Zehen und jubelte. Ich beugte mich weit über den Rand des Bootes und sah mein Spiegelbild.
Ich sah mein Antlitz wie ein helles Rosenblatt in dem schimmernden bläulichen Meere. Ich breitete meine Arme aus und sah die Spiegelbilder meiner Arme im Meer.37

  • 38 Fidus, de son vrai nom Hugo Höppener, est né le 8 octobre 1868 à Lubeck dans le Schleswig-Holstein. (...)
  • 39 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 377.

Pour Reinacher, comme pour certains membres de communautés liées à la Lebensreform, le naturisme devient avant tout une expérience religieuse, permettant l’autoréalisation mystique de soi. La scène ne va pas sans rappeler d’emblématiques tableaux de la Lebensreform, notamment ceux du peintre Fidus38 célébrant des jeunes corps exposés à la lumière solaire et en particulier le tableau intitulé Lichtgebet qui représente un jeune homme nu de dos, les bras écartés pour saluer le soleil. Puis le héros du roman de Reinacher plonge dans les flots de l’océan pour se laisser aller au gré des vagues. Chanceux, il finit par trouver la planche salvatrice espérée par tous les naufragés, y hisse son corps et l’enlace. Il passera la nuit dans les flots, la tête reposant sur ses bras, pleurant comme un enfant avant de s’endormir39.

22Au réveil, il se retrouve, telle Alice au pays des merveilles, de l’autre côté du miroir. Le voyage sur l’océan est le grand passage ouvrant la voie du pays dont la nostalgie s’était faite trop forte. La lumière dorée du nouveau monde l’enrobe de tous ses reflets :

  • 40 Ibid.

Die goldene Sonne schien auf das goldene Meer. Im goldenen Meere sah ich die goldenen Bäume des fernen Landes mit goldener Rettung ragen.
O wie ich strebte den goldenen Bäumen des goldenen Lebenslandes zu!
Und ich dachte an die goldenen Leiber der Fische, die unter mir im Meere schwammen.40

  • 41 Ibid., p. 378 : « ein Ungeheuer ».

23Lumière et culte du soleil prennent une place prépondérante dans le roman. C’est toujours le même idéal héroïque, solaire, traditionnel et panthéiste qui est symbolisé, à travers un syncrétisme qui doit à la fois à la mythologie antique et à l’héritage de l’imaginaire chrétien, ce qui explique les scènes de lutte contre l’immonde, inspirées probablement de l’archange Saint Michel et de Saint Georges combattant le dragon. Dans les flots entourant l’île merveilleuse, le monstre gronde : le narrateur évoque un monstre41, capable de le dévorer et la peur se mélange à la rage. Il lui faut prendre la fuite face à la menace qu’il ressent, sans pour autant parvenir à la saisir avec précision. Il atteint difficilement la berge puis s’effondre.

  • 42 Cf. Rolf Peter Janz : Faszination und Schrecken des Fremden. Frankfurt am Main 2001.

24De nombreuses scènes prennent alors un caractère initiatique à forte dimension mythogène. À son réveil, la menace se précise. C’est l’indigène, assimilé à l’anthropophage d’une taille et d’une force démesurée serrant entre ses dents affutées un anneau nasal immense, portant un casque d’acier retenu par des lacets de cuir qui fascine et terrorise à la fois42. La description se fait plus précise :

  • 43 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 380.

Er hatte aber einen Kopfputz von Eisen und Riemen unter seinen Kinnbacken festgeschnürt.
Derselbe war wohl einen Fuß hoch, geschmiedet von Stangen, wie ein Turm mit Ecken und züngelnden Schlangen, gekrönt mit fünf greifenden Fingern einer Hand43.

L’effroi suscité par le sauvage sera de courte durée, le jeune Robinson triomphant aisément du monstre. L’imagination cauchemardesque est à son comble, inspirée sans doute par des photographies de Papouasie-Nouvelle-Guinée, ancienne colonie allemande dont les indigènes ont constitué de puissants répulsifs par leur étrangeté et leur « laideur » face aux canons de beauté européens, tandis que les îles du Pacifique Sud étaient connues de tous pour la beauté de ses habitants, des femmes en particulier.

25La scène présente parfaitement l’ambivalence des Eden coloniaux. L’état de nature fait de l’homme une proie des bêtes sauvages. Robinson combattra les fauves menaçants et parviendra à tuer le lion, incarnation du mal apporté par des étrangers, qui menace la vie des habitants de l’île. Le style se fait incantatoire, dans la plus pure tradition expressionniste :

  • 44 Ibid., p. 393.

Freut euch ihr Kinder! Der böse Löwe ist tot! Freut euch ihr Mütter, er wird eure Kinder nicht schlagen!
Freut euch ihr Männer, er wird euch die Frauen nicht töten!
Freut euch ihr Kinder, er frißt eure Elern nicht mehr!44

  • 45 Ibid.

La vie sans entraves libère les instincts primaires, poussant les hommes à s’entre-dévorer. Mais très vite le texte de Reinacher compense la violence de la scène par la description de l’accueil chaleureux des indigènes des mers du Sud, sorte de bons enfants que le combat a impressionné. Ils le perçoivent comme leur sauveur, forment deux demi-cercles autour de lui, puis se mettent à frapper dans les mains, à danser et à chanter. Robinson devient le fils du soleil, leur Dieu : « Wir grüßen den Retter, wir grüßen den Sohn der Sonne! »45. Dans cette séquence à pouvoir initiatique, l’autoprojection fictionnelle positive que définit l’Océanisme joue à fond. Les indigènes deviennent le miroir que l’Européen se tend à lui-même et où se reflètent ses désirs : être l’objet d’une admiration sans bornes ainsi que le serait un Dieu.

  • 46 Ibid., p. 380.

Und weil sie nie Menschen mit weiß schimmernder Haut gesehen hatten, hielten sie mich für einen Gott.
Sie leckten das Salz des Meeres von meiner Haut und priesen mich mit lauten Gesängen, denn sie hielten mich für wunderbar schön.46

  • 47 Ibid., p. 382.

Peu à peu Robinson donne libre cours à tous ses fantasmes, clichés où se mêlent la reproduction de tous les stéréotypes liés aux îles des mers du Sud dont les habitants, tels de grands enfants ne font que s’amuser, jouer, chanter et danser. En bons sauvages, enfants d’une nature vierge et originelle, fils de la jungle où chantent perroquets et autres oiseaux, ils ne sont qu’amour, sensualité et bonté. Robinson embrasse les femmes à de nombreuses reprises, les hommes lui rendent ses baisers. Tant de beauté et de corps offerts finissent par le troubler : « Ich war voller Lust unter den fröhlichen braunen Menschen »47. Le séjour s’annonce prometteur.

De l’harmonie du corps social à l’attraction des corps célestes

26Pour Eduard Reinacher, l’idéal de nature semble engendrer la liberté. Celle-ci reste intimement liée à l’idée d’égalité et de solidarité, voire d’entraide. Robinson a débarrassé les indigènes du monstre qui les effrayait, ceux-ci vont faire de lui le fils du soleil, leur juge et leur Dieu. Robinson a conscience de sa différence raciale : sa blancheur et sa blondeur reflètent la lumière du soleil et contribuent ainsi à le transformer en un Dieu ou tout du moins en un sage :

  • 48 Ibid., p. 393.

Die Sonne hat ihren schimmernden Sohn uns gesandt. Die Augen des Sonnensohnes sind blau. Seine Gedanken sind hell, wie das Licht des Tages. Der Sohn der Sonne hat den Löwen gefangen. Preist die Listen des schimmernden Sonnensohnes.48

27Cependant, il serait hâtif d’affirmer que Reinacher ne ferait que reprendre l’idée d’une supériorité européenne autoproclamée. La supériorité de son Robinson se pose comme allant de soi, ce qui ne signifie pas que la civilisation européenne soit supérieure à la culture îlienne. Cette prétendue supériorité ne serait qu’illusion, et aucunement naturelle. Robinson s’engage en faveur d’un métissage qu’il comprend comme fusion avec l’autre, ancrant son propos dans le syncrétisme plutôt que dans l’hybridité.

  • 49 Ibid., p. 384.
  • 50 Jean Servier : Histoire de l’utopie (note 2), p. 49.

28Le texte de Reinacher décrit assez longuement les festivités auxquelles donne lieu l’arrivée de Robinson. Réunis autour d’un feu immense, les indigènes chantent et dansent en se donnant la main pour former des rondes qui finissent par s’entrelacer offrant l’image d’une spirale s’ouvrant sur l’infini. Eclairée par les astres luisants, la fête prend alors une dimension cosmique. Mer, terre et ciel sont à l’unisson et Robinson est initié aux mystères du monde49. La relation fusionnelle avec le grand Tout est affirmée, sans doute sous l’influence de penseurs issus des mouvements de la réforme religieuse (Reformreligion), pensons aux théosophes et aux anthroposophes qui prônent un syncrétisme religieux et tentent de revivifier des traditions rituelles néo-païennes. L’image de cercles enchâssés mérite que l’on s’y arrête. Elle correspond à celle de la cité des Atlantes : l’Atlantide, protégée par des enceintes concentriques de terre et de mer50, possède une véritable vocation hypnotique, cherchant à mener le lecteur en direction d’un espace liminal, entre veille et sommeil, entre songe et réalité, hors du temps et de tout lieu.

  • 51 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 394.

Und die geschmückten Mädchen bildeten einen Kreis. Um sie bildeten die Frauen einen größeren Kreis und Männer und Jünglinge umschlossen sie alle mit einem wahrhaften Ring. Die Kinder aber lagen im Innern der Kreise gelagert mit den Köpfen nach mir, der ich in der Mitte der Kreise stand, mit den Füßen den knieenden Mädchen zu.51

  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid., p. 395.
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid., p. 397.
  • 57 Ibid.

29Le héros s’interroge et ses questions ne sont qu’injonctions incantatoires : « Sagt ihr, ihr Alten, warum seid ihr im Ring um den Ring der Frauen getreten? Sagt es mir, Alte, sagt es mir, Weise, sagt mir, wehrhafte Leute! »52. Levant lances et boucliers, les indigènes s’écrient en guise de réponse : « Die Sonne zu preisen »53. Puis la cérémonie se répète à partir de quelques variantes, d’où ressort l’importance de toute notion de reflets (« heiliges schimmerndes Meer! »)54, de miroitement (« Du hast keine Augen und siehst doch Sonne, Himmel und alle Dinge, die sich im Himmel spiegeln. »)55, ainsi que le semble réclamer Eduard Reinacher pour tout culte voué au soleil. Rien d’étonnant qu’il en vienne à nommer les trois jeunes filles qui lui sont offertes par le patriarche « Sonnenzier », « Schönesonne » et « Sonnenblüte » lors d’une cérémonie au cours de laquelle tous les indigènes finissent par s’écrier : « Die Sonne segne eure gesegneten Häupter! »56. Et au héros de reprendre une expression biblique, ancrant une fois de plus son propos dans le syncrétisme mythologique et religieux pour affirmer qu’elles ont « la lumière du monde »57.

  • 58 Ibid, p. 384.

30Le lendemain de son initiation, Robinson est purifié. Il trouve la source, se baptise lui-même en puisant de l’eau avec ses mains qu’il déversera sur ses cheveux clairs. Ainsi, il va renaître à une vie nouvelle sur l’île de la réalisation de soi (Insel der Erfüllung)58. Mais que recouvre finalement cette expression ?

  • 59 « Die moderne Praxis dauert an – jetzt freilich befreit von dem Ziel, das sie einst ausgelöst hat.  (...)

31Le roman de Reinacher se perd entre fantasmes et illusion, au sein même de cet « espace interstitiel » évoqué par Homi Bhabha, où l’image littéraire se reflète au miroir de l’utopie. Le rite de passage, pourtant décrit avec force détails, est illusoire car il se situe dans le rêve propre à l’île utopique, elle-même perçue à travers son impossibilité à se traduire dans la réalité. Et, paradoxalement, c’est cette impossibilité qui la fait exister, vivre, agir. L’île utopique sait que pour exister, elle doit se résoudre à ne pas exister, à ne pas se réaliser, à s’accomplir au sein de l’« espace-oxymore » de l’utopie, territoire d’une nouvelle sociabilité, où se joue l’expérience sociale mi-réelle, mi-fabulée. L’utopie ne peut se comprendre sans l’idée du dédoublement, d’une projection en retour, d’un reflet. Les utopies coloniales deviennent alors un jeu de miroirs, où la réalité fluctuante se situe dans un « entre-deux », se joue au sein d’un « espace-tiers » où s’exprime le même et l’autre, l’autre moi-même, l’autre en moi et le moi repensé « Moi-Autre ». L’utopie devient alors un concept-pivot, double, fluctuant, qui remet en question les frontières, les limites de l’imaginaire aux prises avec lui-même. Elle est l’expression d’une vive tension vis-à-vis de la modernité, mais aussi celle d’un apaisement car elle a su se libérer du but que la modernité s’était autrefois assignée59.

  • 60 Ralf Dose, Ursula Ferdinand, Andreas Pretzel : « Sexualreform ». In : Kai Buchholz, Rita Latocha, H (...)
  • 61 Robert Tobin : « Venus von Samoa: Rasse und Sexualität im deutschen Südpazifik ». In : Alexander Ho (...)

32L’image de la perfection physique doit mener à l’harmonie des rapports sociaux. Le corps, source de désir, est également perçu comme source de concorde. Désir, amour et passion sont abordés, le Robinson de Reinacher revendiquant une relative libération des mœurs, thématique développée à l’époque par les mouvements de réforme de la sexualité60. Pourtant, Reinacher ne reprend pas à son compte l’idée d’une éventuelle libération féminine, gage de liberté sexuelle des femmes mais aussi de l’harmonie au sein du groupe. Il semble davantage ancrer son propos dans l’idée d’une « attraction passionnée » des corps, permettant l’émergence d’un nouvel ordre amoureux. Désir, amour, passion partagés caractérisent la petite communauté îlienne particulièrement permissive où semble régner une complète liberté de mœurs. L’île de Robinson est bien cette « Nouvelle Cythère » évoquée par Louis Antoine de Bougainville dans son Voyage autour du monde (1772), mais jusqu’à un certain point seulement. Sans doute ses réflexions s’inspirent-elles également de la « mythologie sexuelle », incarnée par l’image de la « Vénus de Samoa »61 largement relayée par un roman précédemment évoqué qui connut un immense succès au sein de l’espace germanophone : Samoa, die Perle der Südsee. Certes, le héros de Reinacher prône l’amour libre et prend ouvertement le contre-pied de la situation en Europe. Pourtant, la liberté en amour n’est pas absolue. La liberté est illusoire, les indigènes sont soumis aux lois de la tradition qu’il convient de perpétuer. L’ordre des choses est donné et immuable. La communauté patriarcale honore les anciens dont il faut suivre les avis. Mensonge et jalousie se règlent par la violence. Ainsi, le rival de Robinson lui explique-t-il clairement qu’il aurait été poussé au meurtre rituel, si son choix avait porté sur la femme qu’il aimait :

  • 62 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 389.

Und er sprach: „Wenn sie bei dir geblieben wäre, dann hätte ich deine Hütte umschlichen als eine tückische Schlange. Ich hätte sie eines Morgens am Quell erwürgt und das Messer mit ihrem Blute gerötet. Ich hätte ihr die Haare abgeschnitten und die Hälfte dir gebracht und die andere Hälfte selber den Hunden zum Lager gegeben, ihr zur Schande. Denn darin hätte sie an dir und an mir Falschheit geübt.“62

  • 63 Ibid., p. 398.
  • 64 Ibid., p. 399.

33Tout comme la soumission aux lois cosmiques, le respect de la tradition vient contrecarrer la libération au nom de la nature qui s’avère être illusoire. Cependant, l’idée de tradition implique celle de sagesse et de justesse, à défaut de justice au sens européen. La femme adultère ainsi que son amant doivent être tués, car comme l’affirme le patriarche, deux hommes ne peuvent aimer la même femme. Les deux cadavres sont jetés à la mer, afin de respecter la volonté des morts et qu’ils puissent se retrouver avant d’être dévorés par un requin. Robinson ne manque pas d’être impressionné, mais retourne pensif dans sa hutte, « étonné par la sagesse de ces gens »63, ravi qu’un océan le sépare désormais de ceux qui, restés en Europe, n’ont pas pu s’épanouir : « Ich dankte dem ewigen Meere, daß es zwischen mir und dem Lande der Erfüllungslosen als eine Scheide lag »64.

34L’attractivité de l’île reste entière. Robinson y prendra femme, son premier fils y naîtra. Fils de l’Homme et fils de Dieu, tel un Jésus, cette naissance annonce l’avènement d’une ère nouvelle. Le ton se fait prophétique, biblique :

  • 65 Ibid., p. 404.

Und sie nahmen das Kind auf ein Kissen, beschauten es und sprachen: „Es ist rein und gesund.“
Und ich fragte sie: „Nehmt ihr es auf in den Bund der Leute der Sonneninsel?“
Und sie sprachen: „Wir nehmen es auf. Die Sonne segne das Haupt deines glücklichen Kindes.“
Und sie zeigten dem Kinde das schimmernde Meer und die Sonne, den Himmel und die grünende Insel.65

  • 66 Paul Gilroy : L’Atlantique noir. Modernité et double conscience. Paris 2010.

Lorsque, à la fin du roman, un bateau approche de l’île de Robinson et envoie un canot afin de le secourir, le protagoniste fera savoir que l’île est pestiférée, qu’il est le seul survivant ainsi que l’enfant qu’il tient dans ses bras. Il ment délibérément et supplie les marins européens de lui venir en aide, car, ajoute-t-il, il est un blanc, comme eux. Le canot fait immédiatement demi-tour. Le mensonge, comme altération de la réalité, peut être saisi comme la clé de voûte de la colonialité comprise comme un fantasme européen, reposant sur le mensonge, voire la duplicité, ou sur ce que Paul Gilroy entend par l’expression « double conscience » européenne66.

35« Die Insel der Erfüllung » traduit une recherche d’exotisme comprise comme une fuite d’un voyageur perdu, expérience qui lui permettra de retrouver son identité propre, amoindrie mais véritable. Robinson de Reinacher est une œuvre de recentrement, mettant à jour des mécanismes de régression et de repli sur soi, accompagnés en même temps d’une ouverture sur l’autre, dans un geste de projection à travers un rapport à l’autre pris dans un jeu de réflexivité identitaire permanent. Robinson déploie par moments une volonté forcenée de devenir autre, tout en s’affirmant comme différent, voire supérieur dans d’autres passages. Finalement, ce Robinson est seul, incompris à l’instar des écrivains alsaciens de cette génération qui ne cessent de chercher leur place, voulant résolument devenir autre, tout en affirmant leur différence et leur particularité. La colonialité semble bien se fondre dans une idéologie occidentale qui vise à façonner et à modeler le monde à partir d’une focalisation et d’un regard qui lui seraient propres. Pourtant ceux-ci ne relèvent ni de l’essentialisme ni du binarisme, mais plutôt du prisme kaléidoscopique qui ne cesse de déformer l’objet observé, à travers le phénomène que Homi Bhabha appelle mimicry, où l’art de l’observation se superpose à l’art de l’imitation. Le regard qui observe est également celui qui transforme. Cette transformation concerne à la fois le sujet observé devenu l’objet d’un regard et le sujet observant dont les certitudes sont ébranlées par ce qu’il voit. Au sein de l’espace germanophone, la colonialité doit être comprise comme l’expression de la mise en place d’un réseau dont les éléments convergent et divergent à plusieurs niveaux, que celui-ci soit national ou transnational, qu’il soit ancré dans l’imaginaire ou dans le réel.

36Cette robinsonnade collective, s’inscrivant dans les mouvements de la réforme de la vie dont elle constitue un avatar, présente une forme d’être ensemble renouvelée générée par une nouvelle approche corporelle, gage d’une libération sociale et politique. Elle relève, tout comme la Lebensreformbewegung, de l’une des approches biopolitiques les plus abouties, touchant aussi bien l’homme, compris comme entité physique et spirituelle, que son environnement naturel et social. Cette nouvelle approche se veut également dépassement de la modernité que l’on interpelle et que l’on cherche à repenser. Elle met en scène un art de vivre dans un monde aux frontières fluides. L’utopie coloniale exprime clairement la volonté de Reinacher de ne pas se soumettre à la voie du progrès et de la raison ; elle met en mouvement la recherche d’autres voies, de voies médianes, à des degrés divers et avec des formes différentes. Elle semble cristalliser, à un moment où le ressentiment contre la réalité prend une ampleur inédite, un retour de l’Alsace sur elle-même, qui correspond également à un moment de recherche intense, d’introversion, d’introspection, mais aussi d’empathie et de sympathie avec l’ailleurs. En tous points, il s’agit de dépasser les lignes de fracture et celles d’une normativité imaginative imposée à une région des marges.

  • 67 Jean-Jacques Wunenburger : L’utopie ou la crise de l’imaginaire. Paris 1979.
  • 68 Ulrich Beck : Risikogesellschaft. Frankfurt am Main 1986. Pour Ulrich Beck, la modernisation devrai (...)
  • 69 Homi K. Bhabha : Les lieux de la culture (note 7), p. 37.

37L’utopie n’est pas l’expression d’une « crise de l’imaginaire » ainsi que l’avait formulé Jean-Jacques Wunenburger67, mais bien plutôt l’expression de sa fécondité ou tout du moins de sa vitalité : elle est le creuset où se combinent la pression exercée par la création imaginative d’un Nouveau Monde et une sorte de « créolisation de l’intérieur », symptomatique d’une modernité européenne qui, par endroits et par moments, perd confiance en elle et où s’amorce ce que nous appellerions, avec Ulrich Beck, une « modernité réflexive », ou tout du moins l’idée que la raison n’est pas vraiment raisonnable ou la modernité n’est pas assez moderne68. Les chemins et les sentiers d’une postmodernité que caractériserait d’après Sygmunt Baumann « l’acceptation d’une indépassable pluralité du monde » commencent à se déployer. À travers la réappropriation du corps, individuel, social et céleste, les utopies coloniales telles qu’elles s’expriment au sein de l’espace germanophone autour de 1900 peuvent être tenues pour l’expression de phénomènes de réajustements de la pensée européenne. Elles sont ambivalentes et multiples, s’inscrivent dans un lieu où s’expriment, à côté du mépris raciste, un immense « désir de l’autre » et sont animées par un désir de réconciliation universelle. À l’instar des « cultures de la contre-modernité postcoloniales, elles déploient l’hybridité culturelle de leurs conditions limites pour traduire et, partant, « réinscrire » l’imaginaire social de la métropole et de la modernité »69.

Top of page

Notes

1 Eduard Reinacher : Robinson. Stuttgart 1921. Réédition in Morand Claden, Eduard Reinacher, Oskar Wöhrle : Das Drei-Elsässer Buch. Sankt Ingbert 2007, p. 387.

2 Voir par exemple les ouvrages « classiques » de Raymond Trousson : Voyages au pays de nulle part. Bruxelles 1979 et de Jean Servier : Histoire de l’utopie. Paris 1967.

3 Néologisme par lequel nous désignons à la fois le fait et l’idée, voire l’imaginaire colonial.

4 Wolfgang Struck : Die Eroberung der Phantasie: Kolonialismus, Literatur und Film zwischen Kaiserreich und Weimarer Republik. Göttingen 2010.

5 Birthe Kundrus : Phantasiereiche. Zur Kulturgeschichte des deutschen Kolonialismus. Frankfurt am Main 2003, p. 28 : « Die Grundstruktur kolonialer Phantasien war die Suche nach dem Eigenen in der Fremde und die Angst, bei dieser Suche die eigene Identität zu verlieren. Resultat dieser ambivalenten Haltung war ein Widerspruch zwischen Begehren und Verachtung, zwischen Distanz und Aneignung der Fremde. »

6 Homi K. Bhabha : Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale. Paris 2007.

7 Cf. Robert Young : Colonial Desire: Hybridity in Theory, Culture and Race. London/ New York 1994.

8 Gabriele Dürbeck : Stereoptype Paradiese, Ozeanismus in der deutschen Südseeliteratur. Tübingen 2007. Pour Gabriele Dürbeck, l’Océanisme est une sorte de pendant de l’Orientalisme tel que l’a approché Edward Said. Elle s’attache pour l’essentiel à analyser l’image des mers du Sud dans Die Reise um die Welt (Le voyage autour du monde) d’Adalbert von Chamisso (1836), puis dans la littérature ethnographique populaire autour de 1900 et enfin à travers la revue Globus entre 1862 et 1910 ainsi que dans les romans d’aventures de la seconde moitié du xixe siècle dont le fameux Samoa, Perle der Südsee (1895) d’Otto Ehrenfried Ehlers. À l’instar de la littérature coloniale, la littérature des mers du Sud (Südseeliteratur) est largement diffusée et populaire.

9 L’utopie ne semble donc pas figée. Pourtant, la fable de Verne est pessimiste, la ville est détruite par un capitalisme sauvage, avec des millionnaires uniquement intéressés par les gains supplémentaires et qui s’entre-déchirent pour des questions religieuses. On est désormais proche de la contre-utopie, en tout cas de l’utopie critique, la bêtise humaine restant toujours dévastatrice. Avec ses deux moteurs, l’île flottante finit par tourner en rond, au double sens du terme.

10 Cf. Gabriele Dürbeck : Ozeanismus (note 8).

11 Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg : Die Insel. Leipzig 1788.

12 Eduard Mörike : Maler Nolten. Novelle in zwei Theilen. Stuttgart 1832.

13 Adam Gottlieb Oehlenschläger : Die Inseln im Südmeere. Stuttgart/ Tübingen 1826.

14 Fritz Brügemann : Utopie und Robinsonade, Untersuchungen zu Schnabels Insel Felsenburg. Weimar 1914.

15 Quelques années plus tard, entre 1857 et 1859, l’Autriche lance à son tour une frégate dans la course autour du monde sous le commandement de Bernhard von Wüllerstorf-Urbair (1816-1883) dont les observations scientifiques feront l’objet d’une publication en 21 volumes qui connaîtra une édition illustrée, destinée au grand public à l’initiative de Carl Scherzer (1821-1903), intitulée Reise der österreichischen Fregatte Novara um die Erde (1864-1866).

16 Joachim Heinrich Campe : Wörterbuch zur Erklärung und Verdeutschung der unserer Sprache aufgedrungenen fremden Ausdrücke. Braunschweig 1808, p. 303 : « Die Vorliebe für alles, was ausländisch ist, [ist] eine Sucht womit, wie man sagt, die Deutschen, und unter ihnen besonders unsere Sprachmenger, behaftet sind. »

17 De nombreuses utopies sociales prendront les îles lointaines comme cadre. Voir par exemple le roman de Gustav Bolle Sozial (1891) dans lequel l’auteur met en scène une organisation sociale reposant sur des théories lasalliennes et où il décrit un village dont chaque famille forme une entité autogérée. Par la suite Hermann Brandau décrit dans Der Zukunftsstaat (1912) l’établissement d’un état socialiste sur une île du Pacifique Sud.

18 Cf. notamment Noa Noa (1893-1894), première éd. 1901 par Charles Morice ; éd. définitive 1924. Rééditions en 1988 par Pierre Petit ; éd. facsimilé du manuscrit en 2001 par Gilles Artur, Jean-Pierre Fourcade et Jean-Pierre Zingg.

19 Erich Scheurmann : Der Papalagi, Die Reden des Südseehäuptlings Tuiavii aus Tiavae. Zürich 1920. Réédition 2000, p. 34.

20 Hans Paasche : Die Forschungsreise des Afrikaners Lukunga Mukara ins innerste Deutschland. Bremen 1912. Réédition 1995. L’ouvrage de Paasche développe le même sujet que le roman de Reinacher. Cf. Nachwort zu Hans Paasches, Die Forschungsreise des Afrikaners Lukunga Mukara ins innerste Deutschland, cité par Iring Fletcher, p. 91 : « Er [der Europäer] baut Wege, entwässert Sümpfe, reguliert Flußläufe und fällt den Urwald. In stille Täler bringt er hohe Schlote, Wasserfälle ändert er in Kraftstationen um. Die Wildnis flieht vor alledem. Die Tierwelt weicht zurück und auch im Menschen flieht etwas: die harmlose Unschuld. Der Weiße aber, der ins Land kommt, ist überzeugt, daß er Notwendiges und Gutes bringt. Er erschließt, hebt, bessert, kultiviert und verfeinert, macht dienstbar, und wie die Ausdrücke alle heißen. […] Er entheiligt, verwüstet, vernichtet, verschandelt, zerstört, ohne es zu wissen. »

21 Siegfried Genthe : Reiseschilderungen, Band 3, Samoa. Berlin 1908 ; Georg Wegener : Deutschland im Stillen Ozean: Samoa, Karolinen, Marshall-Inseln, Marianen, Kaiser Wilhelmsland, Bismarck Archipel und Salomo-Inseln, Bielefeld und Leipzig 1903 ; Ernst von Hesse Wartegg : Samoa, Bismarckarchipel und Neuguinea: drei deutsche Kolonien in der Südsee. Leipzig 1902.

22 Gabriele Dürbeck : Ozeanismus (note 8), p. 27 : « Ein Großteil der Südseeliteratur ist populärwissenschaftlich ausgerichtet. Reduktion von Informationsfülle und Dichte, Vermeidung von Fachtermini, Verständlichkeit sowie konkrete sinnliche Anschaulichkeit durch graphische Visualisierung, Reduktion bzw. Eliminierung des wissenschaftlichen Apparats, Personalisierung des Inhalts, Orientierung am Alltag des Publikums, Herstellung von Bezügen zu dem bestehenden Wissen. »

23 Sebastian Conrad, Jürgen Osterhammel (Hg.) : Das Kaiserreich transnational. Deutschland in der Welt 1871-1914. Göttingen 2005, p. 7 : « Deutschland ist keine Insel, keine scharf umgrenzte und auf sich bezogene Welt. »

24 Né à Strasbourg en 1892, Eduard Reinacher a fait ses études au Lycée Fustel de Coulanges, puis à l’université de Strasbourg (1910-1914) où il suivit des cours de philosophie, littérature, histoire, philologie et psychologie. Engagé volontaire dès le début du mois d’août 1914, Reinacher fut affecté au service sanitaire. Hospitalisé à Strasbourg en novembre 1915, il fut démobilisé. Il travailla ensuite chez l’éditeur strasbourgeois Ehrig, puis comme rédacteur en chef à la Neue Straßburger Zeitung. En 1919, Reinacher quitta l’Alsace et s’installa en Allemagne où il résida successivement à Cologne, Stuttgart et Aichelberg. Œuvrant dans un isolement grandissant, des soucis de santé ont pu renforcer ce sentiment d’être en permanence menacé dans son existence. Reinacher a touché à la plupart des genres littéraires : poésie, théâtre, romans, nouvelles, pièces radiophoniques. Parmi ses publications, citons, outre Robinson (1921), Geschichte des Elsasses (1918), Runold. Die Geschichte einer inneren Befreiung (1920/1926), Die Versuchung am Kreuz (1926), Agnes Bernauer (1927), In den Kinderschuhen (1928), Bohème in Kustenz (1929), Der verlorene Sohn (1936), Das Wunder von Issenheim (1937) et le volume posthume édité par Gerhard Reinacher, Am Abgrund hin. Fragmente der Lebenseinnerungen (1972). Pour des informations bio-bibliographiques, cf. la postface du volume Das Drei-Elsässer-Buch p. 412-413 (note 1) ainsi que la notice de Jean Hurstel consacrée à Eduard Reinacher dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, n° 31, p. 3149-3250.

25 Cf. Gunter Martens : Vitalismus und Expressionismus. Ein Beitrag zur Genese und Deutung expressionistischer Stilstrukturen und Motive. Stuttgart 1971.

26 Ce thème est largement développé chez de nombreux écrivains de la « génération expressionniste ». Ne citons ici que le célèbre cycle de poèmes Palau (1922) de Gottfried Benn.

27 Diethart Kerbs, Jürgen Reulecke (Hg.) : Handbuch der deutschen Reformbewegungen 1890-1933. Wuppertal 1998. Voir également Kai Buchholz, Rita Latocha, Hilke Peckmann, Klaus Wolbert (Hg.) : Die Lebensreform. Entwürfe zur Neugestaltung von Leben und Kunst um 1900. Darmstadt 2001.

28 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 403.

29 Marc Cluet, Catherine Repussard (éd.) : La Lebensreform ou la dynamique sociale de l’impuissance politique. Tübingen 2013.

30 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 374.

31 Ibid.

32 Wolfgang R. Krabbe : « Lebensreform / Selbstreform ». In : Diethart Kerbs, Jürgen Reulecke (Hg.) : Handbuch der deutschen Reformbewegungen 1890-1933. Wuppertal 1998, p. 73-75.

33 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 374.

34 Ibid., p. 373 : « Ich wollte nicht wieder zum Ufer zurückfahren ». 

35 Marc Cluet : « L’urbaphobie en Allemagne ». In : Salomon Cavin, Bernard Marchand (éd.) : Antiurbain. Origines et conséquences de l’urbaphobie. Lausanne 2010.

36 Homo natura est une expression tirée de l’ouvrage de Nietzsche Jenseits von Gut und Böse (1886).

37 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 376.

38 Fidus, de son vrai nom Hugo Höppener, est né le 8 octobre 1868 à Lubeck dans le Schleswig-Holstein. En 1887, il passa avec succès le concours d’entrée aux Beaux-Arts de Munich. Quelques mois plus tard, il fit la connaissance de Karl Wilhelm Diefenbach (1851-1913), peintre qui allait beaucoup l’influencer. Diefenbach, adorateur du soleil, vivait en communauté dans une ancienne carrière désaffectée au sud de Munich. Il donna pour nom Fidus à son nouveau disciple qui choisit d’abandonner ses études pour suivre l’exemple de son maître spirituel. Il se laissa alors pousser les cheveux, devint végétarien et ne peignit plus que nu ou en vêtements de laine. Puis Fidus retourna à l’Académie des Beaux-Arts en 1889, organisa à Munich sa première exposition. Il déménagea à Berlin en 1892 où il travailla comme illustrateur pour la revue ésotérique, fortement inspirée par la société théosophique d’Helena Blavatsky, Sphinx. En 1893, il rencontra Annalie Reich. Les années suivantes, le couple se rendit à plusieurs reprises en Norvège, voyages qui influencèrent considérablement l’art de Fidus. Au symbolisme théosophique déjà présent s’ajoutèrent runes et mythologie du Nord, la théosophie et l’ariosophie s’unissant dans la roue solaire tournoyante. Voir à ce sujet Helmut Zander : « Theosophie und Anthroposophie ». In : Die Lebensreform. Entwürfe zur Neugestaltung von Leben und Kunst (note 28), p. 433-437 et Helmut Zander : Anthroposophie in Deutschland. Theosophische Weltanschauung und gesellschaftliche Praxis 1884-1945. Göttingen 2007. Voir également : Janos Frecot, Johann Friedrich Geist, Diethart Kerbs (Hg.) : Fidus. 1868-1948. Zur ästhetischen Praxis bürgerlicher Fluchtbewegungen. München 1972.

39 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 377.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 378 : « ein Ungeheuer ».

42 Cf. Rolf Peter Janz : Faszination und Schrecken des Fremden. Frankfurt am Main 2001.

43 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 380.

44 Ibid., p. 393.

45 Ibid.

46 Ibid., p. 380.

47 Ibid., p. 382.

48 Ibid., p. 393.

49 Ibid., p. 384.

50 Jean Servier : Histoire de l’utopie (note 2), p. 49.

51 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 394.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Ibid., p. 395.

55 Ibid.

56 Ibid., p. 397.

57 Ibid.

58 Ibid, p. 384.

59 « Die moderne Praxis dauert an – jetzt freilich befreit von dem Ziel, das sie einst ausgelöst hat. »

60 Ralf Dose, Ursula Ferdinand, Andreas Pretzel : « Sexualreform ». In : Kai Buchholz, Rita Latocha, Hilke Peckmann, Klaus Wolbert (Hg.) : Die Lebensreform (note 28), p. 121‑127. L’évolution de la condition féminine pourtant tenue pour indispensable chez de nombreux auteurs à l’époque, se rapprochant des convictions des ténors de la gauche allemande ou de celles des mouvements féministes qui cherchent à imposer l’amour-libre ou la vision d’un mariage librement consenti et non pas justifié économiquement ne transparaît pas à la lecture de Robinson.

61 Robert Tobin : « Venus von Samoa: Rasse und Sexualität im deutschen Südpazifik ». In : Alexander Honold, Oliver Simons : Kolonialismus als Kultur: Literatur, Medien, Wissenschaft in der deutschen Gründerzeit des Fremden. Tübingen 2002, p. 192-220.

62 Eduard Reinacher : Robinson (note 1), p. 389.

63 Ibid., p. 398.

64 Ibid., p. 399.

65 Ibid., p. 404.

66 Paul Gilroy : L’Atlantique noir. Modernité et double conscience. Paris 2010.

67 Jean-Jacques Wunenburger : L’utopie ou la crise de l’imaginaire. Paris 1979.

68 Ulrich Beck : Risikogesellschaft. Frankfurt am Main 1986. Pour Ulrich Beck, la modernisation devrait se moderniser elle-même et s’inclure dans le champ de son action, dans le cadre d’une « rationalisation réflexive ».

69 Homi K. Bhabha : Les lieux de la culture (note 7), p. 37.

Top of page

References

Bibliographical reference

Catherine Repussard and Maryse Staiber, Une île au cœur de l’Europe ? Robinson d’Eduard Reinacher (1921)Recherches germaniques, 43 | 2013, 145-164.

Electronic reference

Catherine Repussard and Maryse Staiber, Une île au cœur de l’Europe ? Robinson d’Eduard Reinacher (1921)Recherches germaniques [Online], 43 | 2013, Online since 05 February 2019, connection on 15 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/rg/519; DOI: https://doi.org/10.4000/rg.519

Top of page

About the authors

Catherine Repussard

Maître de conférences HDR

Département d’Études allemandes, Université de Strasbourg



repussardcatherine@wanadoo.fr

By this author

Maryse Staiber

Professeur

Département d’Études allemandes
Université de Strasbourg


m.staiber@orange.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search