Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Rückschritte, Irrwege

Rückschritte, Irrwege

W. Benjamin, lecteur de C. G. Jochmann
Rückschritte, Irrwege. W. Benjamin, Leser von C. G. Jochmann
Rückschritte, Irrwege. W. Benjamin, reader of C. G. Jochmann
Simon Godart
p. 121-135

Résumés

À côté de son article sur Charles Baudelaire, Walter Benjamin a publié en 1939 un texte de Carl Gustav Jochmann dans la Zeitschrift für Sozialforschung, « Les Régressions de la poésie », qu’il a fortement abrégé et augmenté d’une introduction. Mon article montre comment l’histoire de la littérature antiromantique de Jochmann concernant la disparition du genre poétique a servi de modèle à Benjamin et a motivé la présentation du texte. L’ébauche de l’histoire de la littérature devient, dans l’interprétation qu’en livre Benjamin, le paradigme d’une critique du passé, laquelle est omniprésente dans ses derniers écrits.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte a été rédigé en vue d’un colloque organisé par Antonia Birnbaum à Paris en décembre 2019 ; je lui suis très reconnaissant de son invitation et de son aide à la préparation de la publication. Je remercie en outre Anne Eusterschulte et Michel Métayer, qui assistaient à ce colloque et m’ont fait profiter de leurs pertinentes remarques.

Texte intégral

« Sprödigkeit gegen lyrische Poesie » – La sécheresse contre la poésie lyrique

  • 1 Walter Benjamin : Charles Baudelaire, ein Lyriker im Zeitalter des Hochkapitalismus. In : Gesamme (...)
  • 2 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-2, p. 607 : « Ein zweites Faktum: ein Massenerfolg lyrische (...)
  • 3 La traduction Vignaux et de Launay a choisi « déclin » pour « Rückschritte » même si ce mot veut (...)
  • 4 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-2, p. 609 : « die unwirtliche, blendende Epoche der großen (...)
  • 5 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-2, p. 607 : « das Publikum wurde spröder auch gegen lyrisch (...)

1Dans plusieurs textes de Benjamin relatifs à l’histoire de la littérature, on peut observer un certain malaise à l’égard de la poésie ; Benjamin voit que le public du dix-neuvième siècle est confronté à quelques difficultés dans sa réception de la poésie lyrique1, comme il le dit au début de la version finale de ses réflexions sur Baudelaire ; dans ce diagnostic, l’auteur s’inclut également. Autour de sa thèse centrale, selon laquelle Baudelaire représente le dernier grand succès de masse de la littérature poétique et lyrique2, cela est, pour Benjamin, la figure historique d’un changement général de la structure littéraire, lié à la « régression » de la poésie3. Dans « l’époque inhospitalière et éblouissante de la grande industrie »4, les « chocs » caractéristiques de l’écriture de Baudelaire présentent au public une expression nouvelle de sa situation de vie réelle – au sens de Lebenswirklichkeit ou Lebenswelt – qui est entièrement différente d’une conception de la représentation des Erfahrung au sens strict, que Benjamin identifie comme le mode de compréhension de la poésie traditionnelle. La valeur historique de Baudelaire peut être décrite comme l’apparition d’une poétique nouvelle qui repose sur ce développement de la réalité du public ; Benjamin affirme à sa suite que le poète n’est plus le chantre qui exprime ses expériences personnelles et mémorables, mais que le public commence à éprouver une certaine « sécheresse » face à la poésie5. Si la poésie est une forme de littérature surannée, il est alors temps d’en concevoir une nouvelle.

  • 6 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-2, p. 540 : «  Die Schwierigkeit […], Lyrik heut überhaupt (...)

2Aux yeux de Benjamin, la position exceptionnelle de Baudelaire a une correspondance directe avec cette transformation qui s’étend jusqu’au vingtième siècle, et qui marque les conditions de lecture et de réception des œuvres. Benjamin, malheureusement, n’ébauche les traits de cette pensée que pour la littérature allemande, par exemple quand il propose d’échanger la position centrale de Baudelaire contre celle de Heine et de son Buch der Lieder, auquel Benjamin donne, en passant, la même signification à l’Est du Rhin. Plus tard, il trouvera un exemple idéal de la poésie nouvelle du vingtième siècle chez Brecht. Mais ces analogies ne sont pas très fiables ; on n’y trouve pas le lien entre les hymnes de Hölderlin et les expérimentations surréalistes que Benjamin a décrites, et l’ampleur de Brecht va de pair avec l’évitement du mot « poésie » dans ses Commentaires de poèmes de Brecht. Benjamin cherche explicitement à y élucider la « difficulté […] qu’il y a généralement à lire la poésie lyrique aujourd’hui »6.

3En bref, Benjamin observe une disparition de la poésie qui s’exprime aussi dans ses textes sur la littérature. Parmi les critiques de Benjamin, quelques-unes seulement portent sur la poésie en général, et là où il prend des poèmes pour sujets, il expose ses réserves dans une perspective historique, la perspective de l’actualité. La poésie peut aider à comprendre, par exemple, les questions esthétiques qu’il pose dans son livre sur le Trauerspiel ; mais pour son propre temps, la littérature versifiée a perdu sa valeur démonstrative, elle n’est plus qu’un phénomène traditionnel et démodé. Même lorsqu’il lit les textes baroques, Benjamin préfère les sources dramatiques, et l’une de ses plus grandes œuvres, son commentaire des Affinités électives de Goethe, est entièrement consacrée à la prose. Dans l’ensemble des Gesammelte Schriften, seules ses observations sur Hölderlin et sur Baudelaire, déjà évoquées, prennent la question de la poésie à cœur.

4Hormis cette position à la périphérie de sa pensée, la lecture d’un texte de Benjamin s’adressant explicitement, d’après son titre, au problème de la littérature en vers et établissant une figure décisive de sa pensée de l’histoire, permet de compenser sa tendance à l’omission. Dans sa présentation de la conception de la poésie selon Carl Gustav Jochmann et de son rôle dans l’histoire de la littérature, Benjamin développe sa propre idée de la poésie et de sa disparition par un détour.

Le « retour en arrière » de la poésie

  • 7 Zeitschrift für Sozialforschung édité par Max Horkheimer, VII 1/2 (1939), p. 92-114. Walter Benja (...)

5En 1939, Benjamin publie un court extrait d’un texte de cet auteur, assorti d’un commentaire : cet article se trouve aujourd’hui dans le deuxième volume des Gesammelte Schriften parmi les Essais littéraires et esthétiques. Il s’agit du texte de Jochmann « Die Rückschritte der Poesie » qui parut dans la célèbre Zeitschrift für Sozialforschung7. L’introduction rédigée par Benjamin est une réflexion sur le rôle et la valeur de la poésie en 1828. Dans le même numéro de la Zeitschrift für Sozialforschung fut aussi publié son autre texte concernant la poésie, Über einige Motive bei Baudelaire. Leur contiguïté montre que Benjamin associe étroitement les deux essais dans son intérêt pour la question de la poésie à ce moment-là.

  • 8 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 573, 578 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 391, 398.
  • 9 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 582 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 403.
  • 10 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 575 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 394.
  • 11 Benjamin se réfère à Karl Ludwig Blum, Ein Bild aus den Ostsee-Provinzen oder Andreas von Löwis o (...)
  • 12 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II 2, p. 572 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 391.

6Son recours à Jochmann n’est cependant pas canonique, comme l’est le recours à Baudelaire ; dans la Zeitschrift comme ailleurs, Jochmann et ses « Régressions de la poésie » sont, au mieux, exotiques. C’est exactement le point de départ choisi par Benjamin pour son introduction où il tente d’exposer avec soin que cet auteur est tombé dans l’oubli et apatride, de le montrer dans sa « Vergessenheit » et sa « Heimatlosigkeit »8. À cet effet, il dresse de lui un portrait historique et biographique, et il le réinscrit dans un contexte plus général, entreprise qui ressemble fortement à celle employée dans l’essai sur Baudelaire. Benjamin vise à situer Jochmann comme « marginal »9, comme outsider du réseau littéraire et, qui plus est, politique du début de dix-neuvième siècle. De manière encore plus prégnante que pour le poète français, Benjamin prropose des directions de lecture pour comprendre Jochmann comme acteur et personnage politique. Ce n’est qu’au regard de cette activité ou de cet engagement, comme cadre approprié ou « angemessene Folie »10, que l’on pourra comprendre sa position dans « Die Rückschritte der Poesie ». Certes, les sources que Benjamin emploie pour enrichir ce portrait sont dérisoires ; Jochmann était peu connu de son vivant, et les seules traces de sa personne sont transmises dans une biographie de son ami Löwis of Menar11. Mais l’intérêt de Benjamin s’adresse aux constellations qu’il utilise pour narrer la vie de son héros inconnu, entre les campagnes paneuropéennes de Napoléon et le désir que porte Jochmann de libérer son pays de la Pologne. En construisant ce regroupement, Benjamin rend compte de la mauvaise humeur des romantiques bourgeois qui ont posé la première pierre de l’« occultation » de Jochmann dans le discours littéraire jusqu’à présent12.

  • 13 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 591 ; Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. (...)

7Dans cette préface d’éditeur, le tableau historique et biographique dépasse amplement la présentation du texte. Ce qui intéresse Benjamin au plus haut point est son opposition diamétrale aux conceptions romantiques de la poésie et, surtout, à ses suppositions historiographiques. Pour Benjamin, « Die Rückschritte der Poesie » expose une narration de la poésie anti-romantique et anti-bourgeoise. La protestation de Jochmann constitue le cœur de cet essai, ainsi que de la réception qu’en fait Benjamin ; Jochmann écrit contre les « pédants » ou « Stubengelehrte » quand il constate que la nostalgie de la grandeur poétique de l’Antiquité, qu’il voit chez les romantiques, est toujours accompagnée d’une confirmation des conditions d’oppression : « eine ebenso ungeheure Herabwürdigung tagelöhnender Millionen » ; et de l’idéalisation de la prêtrise égyptienne13. Jochmann vise à détruire ces idéalisations par le retour aux chefs-d’œuvre vénérables et à la culture perdue que le dix-neuvième siècle reconstruit. Il esquisse un modèle progressif d’évolution littéraire, que l’on peine à distinguer dans l’édition de Benjamin et qui rend compte, sans aucune nostalgie, de la manière dont s’effectue la disparation du lyrisme. Au lieu de déplorer cette perte, il ajoute cette observation dans le réseau de l’histoire réelle et de la philosophie, débouchant sur une perspective et une conscience heureuse ; la perte est, en fait, un bénéfice :

  • 14 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 593-594 ; Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie » (...)

Weit entfernt also, uns über die Rückschritte der Dichtkunst beklagen zu müssen, sollen wir uns vielmehr zu ihnen Glück wünschen. Wie oft auch bloße Fehler des Dichters und Folgen seiner geringeren Fähigkeit, sind sie doch weit öfter das Verdienst seiner Zeit ; und je schwächer in irgend einem Fache die Wirkungen der Poesie, je allgemeiner die Unempfindlichkeit für eine gewisse Art von Dichtungen, desto gewisser, daß eben in diesem Fache, dem geistigen Bedürfnisse, dem ursprünglich solche Dichtungen zu Hülfe kamen, irgend ein genügenderes Mittel Befriedigung gewährt.14

  • 15 Werner Kraft : Einleitung. In : « Die Rückschritte der Poesie ». Frankfurt am Main 1967, p. 28.
  • 16 Jochmann : « Le Déclin de la poésie », p. 503.

Le texte traduit le constat d’une « insensibilité » de l’époque de Jochmann envers la poésie, insensibilité qu’il comprend comme le signe d’un changement des conditions de sa réception ; chaque auteur écrit pour son temps, et il est manifeste que la fonction esthétique que la poésie d’avant remplissait est passée à un autre genre. Jochmann observe un changement de paradigmes, qu’il relie en priorité aux « exigences spirituelles » du public, lequel a trouvé un autre moyen de les satisfaire, et mieux. Selon l’autre éditeur de Jochmann, Werner Kraft, qui compare son auteur à Pierre Bayle, on peut expliquer la dialectique de Jochmann à partir de cette différence ; la négation factuelle de la littérature poétique démontre l’affirmation de son autre, une pensée littérale sans recours à une langue d’images15. Cela veut dire que le déclin de la poésie ne signifie rien d’autre que le progrès des Lumières. La tristesse romantique est l’incapacité de s’accommoder de l’histoire, et, donc, l’angoisse de la perte face aux modifications de la littérature et de sa fonction pour l’esprit et la socialité. Ce conservatisme romantique omit de voir le triomphe indubitable de la raison qui s’est trouvé des chemins appropriés. Dans son grand récit de l’évolution humaine, Jochmann comprend la poésie comme un outil suranné qui, au fil de l’amélioration de l’humanité et de sa pensée, est devenu obsolète. La position qu’elle a occupée est devenue vacante ; et Jochmann observe qu’elle est redistribuée à d’autres formes de l’esprit moins faillibles et plus exactes. Le développement de la pensée conceptuelle a corrigé une pensée figurative ou imaginative qui est nouée à la poésie ; dans sa phase archaïque, l’homme avait besoin de l’imagination productive, mais elle était structurellement insuffisante – dans « Die Rückschritte der Poesie », il y a un récit global qui compare ce développement avec celui de l’enfance et l’âge adulte, utilisant une correspondance de phénotype et génotype16 : les peuples primitifs sont dépendants des illustrations poétiques pour organiser leur relation au monde, comme les enfants ont besoin des conseils et de l’aide pédagogique. Mais après Bacon et les efforts des Lumières, la civilisation sortie de ses limbes a remplacé les images par les concepts et l’imagination par la conception raisonnable. La régression du médium de la pensée par la figuration est un signe d’épurement de la pensée :

  • 17 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 593 ; Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. (...)

Daher jenes Mißverhältnis zwischen unserem äußeren Fortschreiten, das uns immer neue Kräfte der Natur unterwirft und neue Wahrheiten enthüllt, und unsrer innern Ausbildung, die in einem unaufhörlichen Kampfe gegen die Herrschaft alter Vorurteile und Irrtümer besteht, zwischen immer neuen Erwerbungen im Reiche der Erscheinung, und immer neuer Einbuße des vermeintlich Erworbenen in dem des Gedankens. Ist wirklich unsre Vernunft, wie Bayle irgendwo bemerkt, nicht eine gründende und bauende, sondern eine alles erschütternde und zerstörende Kraft, so ist sie es eben, so ist sie es wenigstens noch immer, weil überall der Dichtergeist ihr zuvorkam, weil sie den Raum zu ihren Werken sich erst erobern und reinigen muß.17

  • 18 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 583 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 404 : « Jochmann (...)

Cette signification démonstrative est au cœur de l’intérêt de Benjamin pour Jochmann ; il la qualifie d’après Hegel de « dialectique », et y voit une corrélation avec la structure de base du progrès rationnel qui se manifeste exactement à travers la fuite des images insuffisantes. En distinguant intérieur et extérieur, il montre que pour Jochmann la souveraineté de la raison devrait d’abord dominer la nature, et qu’on peut enregistrer la continuation de ce procès à l’intérieur de l’homme où les Lumières fonctionnent comme un outil destructif pour apurer le royaume de l’esprit. Dans le conflit entre image et concept qui a lieu dans l’homme moderne, la raison est parvenue à regagner la prévalence d’abord occupée par l’esprit poétique. La régression de la poésie est, aux yeux de Jochmannn, un signe de l’histoire au sens kantien qui est tournée négativement ; même s’il se manifeste comme perte culturelle, il est le garant de la lame de fond progressive dans l’histoire18.

  • 19 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 582 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 403.
  • 20 Ibid. : « Begehrlichkeit nach dem Gut der Vergangenheit [, die] jedes Maß überschritten hat : nic (...)
  • 21 Ibid. : « instinktive[s] Bestreben, um jeden Preis den Anschluß an den Rationalismus der bürgerli (...)
  • 22 Ibid. : « die reaktionären Momente […] im Futurismus, im Expressionismus, zum Teil auch im Surrea (...)

8Pour Benjamin, cette dialectique peut être comprise comme une description autant de sa propre observation concernant Baudelaire que de la dynamique d’une histoire du progrès en général. L’idée d’une alternance de l’avancée et de la régression dans le fil de l’histoire lui permet d’adopter la perspective de Jochmann contre la nostalgie romantique pour son propre agenda ; Benjamin transforme l’idée de déclin pour la faire correspondre à sa situation au début du vingtième siècle, et voit que les tendances restauratrices de son époque semblent répéter celles du romantisme. Avec une histoire de la littérature qui peut décrire des progressions et des réductions particulières sans avoir recours aux « ewige Werte »19 des arts, la dialectique de Jochmann procure à Benjamin l’occasion de mettre en relation les développements du champ littéraire avec l’histoire ; c’est exactement ce qu’il a cherché à faire lors de sa lecture de Baudelaire dans l’essai rédigé au même moment. Cette lecture de Jochmann peut être dite stratégique en tant qu’elle ne l’actualise pas en termes de confirmation de son récit global d’un progrès de la raison. Mais face aux renaissances de la pensée poétique, ou a fortiori mythique, organisée par une esthétique fasciste en Allemagne, la conception dynamique de Jochmann – ou, mieux dit, la transformation de son récit chez Benjamin – peut établir une résistance contre les « convoitises des richesses du passé sans modération »20. Benjamin atteste un savoir inconscient, un « effort instinctif » chez Jochmann qui veut « à tout prix regagner le lien avec le rationalisme bourgeois »21, lequel était opportun pour tempérer les propos du romantisme contre les Lumières, mais qui, aux yeux de Benjamin dans son avant-propos, sont encore utiles pour contester les mouvements nouveaux de l’art actuel ; il lui est possible de critiquer les éléments réactionnaires dans le futurisme, l’expressionisme et le surréalisme22.

Citation radicalisée ou correction stratégique ?

9Cette redécouverte de Jochmann par Benjamin en 1939 peut sembler trop harmonieuse dans la mesure où elle lui permet de restructurer sa conception du littéraire et de formuler une critique si nécessaire contre les tendances restauratrices ou réactionnaires. Elle n’est possible qu’avec les décisions et les interprétations que Benjamin a investies, selon lesquelles il calibre les Régressions à sa mesure. Dans sa présentation, de même que dans l’édition de la Zeitschrift für Sozialforschung, Benjamin se résout à réduire l’original de soixante pages à huit ; le texte est devenu plutôt une longue citation qu’une édition au sens propre du terme. Benjamin évite d’insérer les passages qui sont consacrés à la longue durée de l’évolution de la poésie et à la persistance de la poésie lyrique, que décrit Jochmann à l’aide de nombreux exemples singuliers afin de souligner son axiome d’une sérialité progressive dans la littérature. En conséquence, le lecteur perd entièrement la différence interne à la poésie qui joue un rôle central dans sa régression ; la poésie est une chose complexe, et Jochmann en discerne classiquement deux genres, l’épopée (Epik) et la poésie lyrique (Lyrik). Alors que l’épopée est centrale dans sa critique de l’anachronisme, la poésie lyrique n’est pas comprise comme l’imagination auxiliaire d’une pensée encore trop faible pour générer des concepts, mais comme une poésie populaire qui, à vrai dire, constitue un contre-récit des grands récits représentés par l’épopée. Dans cette confrontation, il traite de la poésie dite pastorale des chansons simples en les confrontant aux grands gestes narratifs des poèmes héroïques de la littérature classique grecque ou romaine. Il est étonnant que Benjamin ait omis d’inclure cet autre fil de l’histoire littéraire, surtout si l’on tient compte du fait que Jochmann le juxtapose aux conceptions affirmatives et traditionnalistes. Benjamin a décidé que les « valeurs éternelles » sont abolies avec le déclin – mais Jochmann dit explicitement qu’il juge la poésie lyrique comme une expression supratemporelle et quasi éternelle, pourvu qu’elle ne vise qu’à énoncer des sentiments personnels :

  • 23 Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. 172 [283-283] ; « Le Déclin de la poésie », p. 522 (...)

Was immer die Poesie unter verschiedenen Völkern und zu verschiedenen Zeiten in ihr Gebiet hineinzuziehen und mit ihren Formen bekleiden mochte, immer gab es nur Eine, die nicht nur einem vorübergehenden Bedürfnisse abhalf, und folglich auch nie veralten und einem späteren Geschlechte fremd werden konnte ; nur Eine, die sich durch die ewige Wahrheit ihrer Schöpfung und die unwandelbare Notwendigkeit ihrer Form zu allen Zeiten und unter allen Verhältnissen als naturgemäß beurkundete, […] diejenige nämlich, die für eine bloße Gattung ihrer selbst gehalten als „in Gesang ausbrechende Fülle des Gefühls“ bezeichnet zu werden pflegte ; die lyrische.23

Cette différence interne permet d’opposer la constance des textes lyriques à la disparition de l’épopée, et de délivrer avec cohérence les premières de la dialectique historique. Le lyrisme est constant parce qu’il ne s’intéresse aucunement à une compétition avec la pensée conceptuelle ou scientifique, il ne modèle ni des accès au monde ni des orientations de l’humanité. Cette zone pure et domestique de l’expression de la classe populaire reste le médium de sa propre expression ; si, comme Jochmann continue à l’expliquer, elle est affectée aussi d’une forme de diminution, c’est parce qu’on a négligé de comprendre historiquement sa différence avec l’épopée. Les intellectuels et surtout les romanistes ont normé et occupé cette forme littéraire populaire et l’ont appliquée à des sujets extérieurs à celle-ci. Cette description d’un vol par les élites rompt avec le récit progressif fondamental, et trahit certainement le conservatisme de Jochmann ; s’emparant de la forme authentique populaire, les poètes-érudits ont pris ce qui était désormais les « errements de la poésie » (Irrwege der Poesie) en les opposant au déclin ordinaire. Quand Jochmann intitule le dernier passage de son texte avec cette métaphore nouvelle ou modifiée, il veut raconter une autre histoire de la littérature que Benjamin passe sous silence : cette autre poésie est perdue à cause des mésusages intellectuels, et la fuite de cette expression naturelle des sentiments s’explique autrement que celle de la grande poésie :

  • 24 Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. 187 [309] ; « Le Déclin de la poésie », p. 538 : « (...)

Eben die schönsten Blüten einer sogenannten höheren Ausbildung sind unter solchen Verhältnissen vielmehr Notbehelfe der verkrüppelten Gesellschaft als freie Entwickelungen eines Überschusses ihrer geistigen Lebenskraft ; sind Ausbrüche des unbefriedigten Gefühls aus der künstlichen Wüste des bürgerlichen Lebens um uns her ; Auswanderungen aus der Wirklichkeit in das Reich des Gedankens, die so wenig als die in fremde Länder immer den Wohlstand und öfter gerade das Elend derjenigen bekunden, aus welchen sie statthaben.24

On voit clairement que l’escapisme intellectuel pervertit les moyens innocents qui auparavant étaient soustraits aux abus des érudits. Le vocabulaire pathologique témoigne du fait que Jochmann déteste ces perversions culturelles, et, ce faisant, l’évolution culturelle globale qui n’est pas encore autant idéalisée que le triomphe de la raison. De plus, sa différenciation des manières de la poésie invite à l’adapter aussi à la question de la classe, dans le sens d’une histoire matérialiste, telle qu’elle sera expressément souhaitée par Benjamin. Construisant une opposition entre l’art populaire et l’art bourgeois et élitiste, Jochmann opère dans le sens exact de ce que Benjamin va établir avec Baudelaire – les développements dans la littérature gagnent en signification sociale et globale, ils sont vus comme des indices des tendances de la société.

10Néanmoins, Benjamin escamote délibérément ces passages ; les quarante pages qui ne paraissent pas dans la Zeitschrift sont aussi passées sous silence dans son introduction. Sans accepter l’invitation qui lui est faite de l’actualiser dans une logique de lutte de classes, Benjamin se contente de la dialectique simple, mais aussi moins séduisante, de progression et régression. Mais Jochmann lui fournit cependant le matériau lui permettant de développer sa propre interprétation matérialiste de l’histoire qui reste urgente. À travers Jochmann, Benjamin fait sienne à la fin du texte une prophétie profane de promesse ; si on arrive à une société qui n’est pas obligée de s’imaginer des lointains exotiques, parce qu’elle a obtenu un mode de vie ici acceptable, la poésie reviendra, notamment dans sa forme lyrique :

  • 25 Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. 192-193 [319-320] ; « Le Déclin de la poésie », p. (...)

Sich diesem Ziele nähernd, gelangt er [l’homme, S. G.] dann wohl zu einer geistigen Entwicklung, die eben so sehr Amerikas bequeme Mittelmäßigkeit, als diese unsre kränklichen Treibereien übertrifft, und in deren Gefolge auch der Dichtergeist sich um so höher schwingt, je weniger ihn länger ein zweckloses umherflattern in fremden Gebieten erschöpfen darf. Andre Früchte würde die Muße einer wahrhaft menschlichen Gesellschaft hervorbringen als jener mühselige Müßiggang unsrer bürgerlichen, den wir Gelehrsamkeit nennen ; anders müßten die Triumphgesänge des fortschreitenden Glücks lauten als die Seufzer der unbefriedigten Sehnsucht, anders die Jubellieder des befreiten Prometheus als die Klagen des gefesselten.25

  • 26 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 579 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 400 : « denkwürd (...)

Quand il reprend le fil du texte, Benjamin témoigne de l’intérêt qui pour lui est central ; l’utopisme d’un progrès estimable, ainsi qu’il apparaît à la fin de « Die Rückschritte der Poesie » est évoqué, mais en même temps relativisé. Les « chants de triomphe » revenant sur le plan d’une société bien construite – après avoir vaincu la précédente – sont pour Benjamin essentiellement prévision, tentative ou utopie, et, au lieu du pathos de la prophétie, il attribue à Jochmann une « remarquable irrésolution »26 à propos de ce happy end de l’histoire sociale et, en passant, de la poésie. Ce qui reste pour Benjamin, c’est la figure du prophète en Jochmann, mais détaché du futur ; prenant le « Rückschritte », les « pas en arrière », du titre au sérieux, il le comprend selon un geste d’inversion temporelle tourné exclusivement vers le passé. Le propre destin de la réception de Jochmann, son séjour dans l’oubli de l’histoire sont la preuve d’un retournement décisif pour la logique de « Die Rückschritte der Poesie ». Jochmann est un prophète du passé, et son texte vaut comme conception rétrospective de l’histoire qui, aux yeux de Benjamin, transforme le pronostic de la poésie en une interprétation du temps reculé. C’est Jochmann qui, dans un sens crucial pour la théorie de l’histoire développée par Benjamin, tourne le dos à l’avenir, et ouvre à nouveau le tableau du passé :

  • 27 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 577-578 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 398 : « À pl (...)

Mit ungebrochenerem Rechte als Lichtenberg hätte er seine Schriften « Ihrer Majestät der Vergessenheit » widmen können. Der Zukunft, von welcher er in prophetischen Worten spricht, wendet er gleichsam den Rücken, und sein Seherblick entzündet sich an den immer tiefer ins Vergangene hinschwindenden Gipfeln der früheren heroischen Menschengeschlechter und ihrer Poesie.27

  • 28 Friedrich Schlegel : Athenäums-Fragmente. Stuttgart 1978, p. 85.

La formulation réunit sa lecture et le bon mot de Schlegel sur l’historien comme prophète qu’on lit dans l’Athenaeum28. Le doux humour de cet assemblage utilise la même voix du romantisme, responsable de l’exclusion de la position de Jochmann afin de marquer la différence incommensurable entre un optimisme du progrès et le retrait du futur. La prophétie de Jochmann est raisonnable, précisément parce qu’elle n’a rien à faire avec une image de la société future ; sa force naît de l’image du passé, des cimes perdues, mais encore visibles. Cela signifie que le texte de « Die Rückschritte der Poesie » est un modèle de l’historiographie qui, parce qu’elle se détourne du futur, peut vraiment laisser voir ce qui est possible pour la société. Le savoir de la perte de la poésie classique est un moment de la souvenance ultérieure ; sans la vaincre, elle témoigne de la possibilité du retour, y compris dans le fil discontinu de l’histoire.

  • 29 Otto K. Werckmeister : « Walter Benjamin’s Angel of History, or the Transfiguration of the Revolu (...)
  • 30 Theodor W. Adorno / Walter Benjamin : Briefwechsel 1928-1949, éd. par Henri Lonitz, Frankfurt am (...)
  • 31 Pour cette discussion, cf. Benjamin : Gesammelte Schriften, t. V-1, p. 588-589, et la lettre de H (...)

11Certains chercheurs comme Werckmeister29 ont reconstruit la valeur de la figure de Jochmann pour la pensée de l’histoire de Benjamin comme modèle crucial de son développement. Il y a, bien sûr, des parallèles indéniables entre cette prophétie profane d’historien et, finalement, le célèbre ange de l’histoire fixant les sommets des peines passées dans les Thèses sur le concept d’histoire. Mais ce regroupement me semble être un peu hâtif et ne pas porter attention aux différences internes des concepts. Néanmoins, l’enthousiasme sidérant de Benjamin dans cette reconstruction s’explique quand on trace aussi l’enjeu théorique au moment de la parution de son texte sur Jochmann. Sans parler des complications connues concernant son texte sur Baudelaire – il fut contraint par Adorno de le modifier considérablement avant qu’il soit accepté pour la revue30 – en parallèle de son débat avec Horkheimer à propos de la question de la pensée historique déterminante pour Benjamin : la question de la clôture de l’histoire, et, ensuite, de la possibilité d’un sauvetage rétroactif. En 1937, on peut suivre cette question dans sa correspondance avec Horkheimer ; la célèbre confrontation se termine par une opposition à Horkheimer, qui constate que les écrasés sont vraiment écrasés, et que le passé ne peut pas être sauvé rétroactivement, alors que Benjamin s’entête dans la possibilité d’un acte de sauvetage, même de rédemption qui reste enfoui dans les masses de l’histoire.31 C’est exactement dans ce débat que Jochmann devient une figure exemplaire pour un autre conception du passé ; et cela est visible dans le double geste de citation d’un passage périphérique de « Die Rückschritte der Poesie » qui, aux yeux de Benjamin, résume l’essence de l’argument de Jochmann. Il le copie deux fois dans son introduction :

  • 32 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 580 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 401 : « II faut, (...)

Es ist demnach zu bewundern, mit welcher Weisheit Jochmann seine Worte gewogen hat, und wie er, sogleich im zweiten Absatz, sich begnügt, die leise und eindringliche Frage aufzuwerfen, ob wir denn recht haben, « alles Vergangene auch für verloren, und alles Verlorene für unersetzt und unersetzlich anzusehen » ?32

12Dans cette trame, Jochmann lui donne le mot repérant la différence qualitative entre réalité passée et réalité perdue ; dans la dialectique du progrès et de la régression, du déclin et de l’avancée, l’histoire n’est plus un récit continu et cohérent qui se déroule unidirectionnellement et sans rupture. La perspective de la poésie comme médium épuisé ne signifie pas qu’elle est perdue au sens strict ; mais plutôt qu’elle peut être comprise comme signe d’une grandeur passée qui était possible et qui, dans la mesure où elle est remémorée, est conservée sans conservatisme. Les faits de l’histoire procurent une occasion aux prophéties rétrospectives et, donc, rétroactives. Jochmann a expliqué comment et pourquoi, à son avis, la poésie n’est plus possible ; mais elle reste sauvée dans cet état d’impossibilité, elle reste conservée au sens d’un souvenir.

13La signification de cette figure de pensée, au-delà de son introduction, laisse voir comment, en outre, Benjamin voulait utiliser le modèle. Il note que sa conception de Jochmann comme prophète doit être intégrée à son œuvre principale de l’époque, son travail sur les Passages – qui est précisément relié à la question du sauvetage dans l’histoire. Il vise à mettre la critique du passé – ayant pour modèle la critique de la poésie – en relation avec l’idée d’un sauvetage ultérieur :

  • 33 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-3, 1245-1246 (Benjamin Archiv, Ms 485) : (« Die Stelle über (...)

Le passage concernant le don de prophète de Jochmann doit être incorporé [einverleibt] aux fondements des Passages.  [Et il ajoute plus loin :] Comment est-il possible de concilier la critique du passé (par exemple : Jochmann) avec son sauvetage ?33

14Le passé doit être critiqué, mais dans cette critique sommeillent des moments embrasants qui sont capable de laisser revenir le prophétisme de Jochmann dans le présent de Benjamin. En conclusion, la deuxième occurrence de la formule de la question sur l’histoire permet de comprendre l’exploitation imaginée par Benjamin : les « pas en arrière » de la poésie ne conduisent pas à des pas en arrière, aux errances de la nostalgie, mais il sont des ouvertures à une histoire non absolue qui nous donnent des points de référence effectifs au présent, tout en envisageant un futur ; qui veut laisser l’histoire intacte, sans relation actuelle, contribue de fait à sa monumentalisation comme les voix réactionnaires auxquelles Benjamin se confronte sous la forme de l’esthétisme contemporain du nazisme.

  • 34 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 582 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 404 : « Écoutons (...)

Demgegenüber vernehmen wir Jochmanns Rede: « Nicht alles Vergangene ist verloren » (Wir brauchen’s nicht neu zu machen.) « Nicht alles Verlorene ist unersetzt. » (Vieles ist in höhere Formen eingegangen.) « Nicht alles Unersetzte ist unersetzlich. » (Vieles einst nützliche ist nun unnütz.)34

Haut de page

Notes

1 Walter Benjamin : Charles Baudelaire, ein Lyriker im Zeitalter des Hochkapitalismus. In : Gesammelte Schriften, avec le concours de Theodor W. Adorno et Gershom Scholem. Frankfurt am Main 1972-1989, t. I-2, p. 607 : « Lektüre von Lyrik vor Schwierigkeiten » ; Walter Benjamin : Charles Baudelaire, un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, trad. Jean Lacoste. Paris 1979, p. 149.

2 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-2, p. 607 : « Ein zweites Faktum: ein Massenerfolg lyrischer Poesie ist nach Baudelaire nicht mehr vorgekommen. […] das Publikum wurde spröder auch gegen lyrische Poesie, die ihm von früher her überkommen war. »

3 La traduction Vignaux et de Launay a choisi « déclin » pour « Rückschritte » même si ce mot veut dire littéralement, « pas en arrière » au pluriel, image d’un processus continuel qui échappe en partie au français « régressions ». La traduction de l’édition de Benjamin a heureusement utilisé « Régressions » ; Walter Benjamin : « Les régression de la poésie ». In : Œuvres, vol. III, Paris 2000, p. 391-426.

4 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-2, p. 609 : « die unwirtliche, blendende Epoche der großen Industrie » ; Benjamin : Charles Baudelaire , p. 151 (traduction modifiée).

5 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-2, p. 607 : « das Publikum wurde spröder auch gegen lyrische Poesie » ; Benjamin : Charles Baudelaire, p. 150.

6 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-2, p. 540 : «  Die Schwierigkeit […], Lyrik heut überhaupt zu lesen » ; Walter Benjamin : Essais sur Brecht (traduit de l’allemand par Philippe Ivernel). Paris 2003, p. 77 sq. Mettant l’accent sur la question des conditions de la réception du lyrisme, Benjamin n’utilise pas le mot « poésie » pour traiter des écrits de Brecht.

7 Zeitschrift für Sozialforschung édité par Max Horkheimer, VII 1/2 (1939), p. 92-114. Walter Benjamin : Œuvres (traduit de l’allemand par Maurice de Gandillac, Rainer Rochlitz et Pierre Rusch). Paris 2000, t. III, p. 391-426. L’original du texte de Jochmann parut anonymement dans le volume : Über die Sprache. Rede, daß ich Dich sehe. Heidelberg 1828 ; une nouvelle édition parut chez Insel (Carl Gustav Jochmann : Die Rückschritte der Poesie, Frankfurt am Main 1967), et dans les Gesammelte Schriften à partir de 1998, Carl Gustav Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie ». In : Gesammelte Schriften, t. 1. Heidelberg 1998, p. 153-193 [249-321. Une traduction française de l’ensemble du texte a été publiée sous le titre « Le Déclin de la poésie » (traduit de l’allemand par Anne-Laure Vignaux et Marc de Launay). In : Revue de métaphysique et de morale 4 (1996) (Philosophie et poésie), p. 499-544.

8 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 573, 578 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 391, 398.

9 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 582 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 403.

10 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 575 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 394.

11 Benjamin se réfère à Karl Ludwig Blum, Ein Bild aus den Ostsee-Provinzen oder Andreas von Löwis of Menar, Berlin 1846.

12 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II 2, p. 572 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 391.

13 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 591 ; Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. 153 [249]. Dans « Le Déclin de la poésie », p. 501, sont évoquées des « œuvres gigantesques de l’Antiquité la plus cruelle – monstrueux témoins de l’avilissement non moins monstrueux de millions de journaliers – d’admirer quelque chose de plus que leurs dimensions ; rares sont ceux qui seront tentés de considérer comme un malheur l’impossibilité d’égaler leurs auteurs ou de regretter l’époque des grotesques prêtres égyptiens sous prétexte qu’on y bâtissait des pyramides. »

14 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 593-594 ; Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. 164 [269]. Benjamin : Œuvres, t. III, p. 419 (trad. modifiée) ; Jochmann : « Le Déclin de la poésie », p. 513-514 : « Par conséquent, loin de devoir nous plaindre des régressions de la poésie, nous devons, bien au contraire, nous en féliciter. Bien qu’elles soient fréquemment de simples erreurs du poète et des conséquences de sa capacité réduite, elles sont bien plus souvent à mettre au crédit de son époque ; plus dans un domaine les effets de la poésie sont faibles, plus l’insensibilité à l’égard d’un certain type de poésies est grande, et plus il est certain que, précisément dans ce domaine, le besoin intellectuel auquel de tels poèmes répondaient à l’origine, est désormais satisfait par des moyens plus efficaces. »

15 Werner Kraft : Einleitung. In : « Die Rückschritte der Poesie ». Frankfurt am Main 1967, p. 28.

16 Jochmann : « Le Déclin de la poésie », p. 503.

17 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 593 ; Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. 163-164. [268]. Jochmann : « Le Déclin de la poésie », p. 512-513 : « De là vient cette disproportion entre notre progrès physique, qui ne cesse de nous soumettre de nouvelles forces de la nature et de nous dévoiler de nouvelles vérités, et notre formation intérieure qui consiste en une lutte perpétuelle contre la domination d’erreurs et de préjugés anciens, disproportion entre les acquis toujours nouveaux dans le domaine sensible et les pertes que subit sans cesse ce qui était prétendument conquis dans celui de la pensée. S’il est vrai, comme le remarque Bayle quelque part, que notre raison soit, non pas une force fondatrice et constructive, mais une force qui ébranle et détruit tout, si elle est bien telle, ou du moins si elle l’est encore, c’est parce que l’esprit poétique l’a partout précédée, c’est parce qu’elle doit d’abord conquérir et assainir l’espace où elle pourra se mettre à l’œuvre. » Cf. Benjamin : Gesammelte Schriften, t. V, p. 570 sq. : « Vordringen mit der geschliffenen Axt der Vernunft und ohne rechts noch links zu sehen, um nicht dem Grauen anheimzufallen, das aus der Tiefe des Urwalds lockt. Aller Boden mußte einmal von der Vernunft urbar gemacht, vom Gestrüpp des Wahns und des Mythos […]. » Walter Benjamin : Paris, capitale du xixe siècle : le livre des passages (traduit de l’allemand par Jean Lacoste). Paris 1997, p. 473-474 [N 1, 4]) : « Avancer avec la hache aiguisée de la raison, et sans regarder ni à droite ni à gauche, pour ne pas succomber à l’horreur qui, du fond de la forêt vierge, cherche à vous séduire. Toute terre a dû un jour être défrichée par la raison, être débarrassée des broussailles du délire et du mythe. C’est ce que l’on veut faire ici pour la terre en friche du xixe siècle. »

18 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 583 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 404 : « Jochmann déploie l’arc de sa réflexion entre la nuit des temps et un âge d’or futur de l’humanité. […] il découvre que le progrès de l’humanité est étroitement lié à la régression de plusieurs autres vertus, mais avant tout à la régression de l’acte poétique. »

19 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 582 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 403.

20 Ibid. : « Begehrlichkeit nach dem Gut der Vergangenheit [, die] jedes Maß überschritten hat : nichts Geringeres schwebt den Faschisten vor, als des Mythos sich zu bemächtigen ».

21 Ibid. : « instinktive[s] Bestreben, um jeden Preis den Anschluß an den Rationalismus der bürgerlichen Blütezeit zurückzugewinnen ».

22 Ibid. : « die reaktionären Momente […] im Futurismus, im Expressionismus, zum Teil auch im Surrealismus ».

23 Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. 172 [283-283] ; « Le Déclin de la poésie », p. 522 : « Quoi que la poésie ait pu placer sous sa coupe et habiller de ses formes chez différents peuples et à diverses époques, il y a toujours eu une sorte de poésie qui n’était pas uniquement tributaire d’une exigence passagère et ne pouvait jamais ni vieillir ni devenir étrangère à une génération postérieure ; une seule qui, de tout temps et quelles que soient les circonstances, s’est révélée conforme à la nature de par la vérité éternelle de ses créations et la nécessité immuable de ses formes, et qui n’est pas simplement le fait de l’école mais de la vie, non pas celui du monde cultivé ou instruit mais du monde en général, celle-là même qu’on a eu coutume de tenir pour un simple genre de la poésie et de définir comme la « plénitude du sentiment qui éclate dans le chant » – la poésie lyrique. »

24 Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. 187 [309] ; « Le Déclin de la poésie », p. 538 : « Dans de telles conditions, ce sont précisément les plus beaux fruits d’une culture prétendument supérieure qui se muent en expédients de la société devenue invalide et non en libres développements d’un excédent de sa vigueur spirituelle ; elles sont les éruptions d’un sentiment frustré par le désert artistique dont la vie bourgeoise nous entoure ; s’exiler de la réalité vers le royaume de la pensée, pas plus qu’émigrer vers un pays étranger, ne témoigne de la prospérité, mais au contraire et plus souvent de la misère des régions qu’on a quittées. »

25 Jochmann : « Die Rückschritte der Poesie », p. 192-193 [319-320] ; « Le Déclin de la poésie », p. 544 : « S’approchant de ce but, l’homme accède alors à un développement intellectuel qui dépasse aussi bien la confortable médiocrité de l’Amérique que ces morbides affairements qui sont nôtres ; développement qui entraîne l’esprit poétique à s’élever d’autant plus qu’une errance sans but dans des contrées qui lui sont étrangères l’épuisera moins. Le loisir d’une société vraiment humaine produirait d’autres fruits que cette laborieuse oisiveté que nous nommons érudition, propre à notre société bourgeoise ; les chants de triomphe du bonheur en marche devraient autrement résonner que les soupirs du désir insatisfait, l’allégresse du Prométhée délivré autrement que les plaintes du Prométhée enchaîné. »

26 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 579 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 400 : « denkwürdige Unschlüssigkeit ».

27 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 577-578 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 398 : « À plus juste titre que ne le fit Lichtenberg, il aurait pu dédier ses écrits à « sa majesté l’oubli ». Il tourne pour ainsi dire le dos à l’avenir qu’il évoque en paroles prophétiques, et son regard de voyant est enflammé par les sommets de moins en moins visibles du passé des générations héroïques et de leur poésie. »

28 Friedrich Schlegel : Athenäums-Fragmente. Stuttgart 1978, p. 85.

29 Otto K. Werckmeister : « Walter Benjamin’s Angel of History, or the Transfiguration of the Revolutionary into the Historian ». In : Critical Inquiry 22/2 (1996), p. 239-267.

30 Theodor W. Adorno / Walter Benjamin : Briefwechsel 1928-1949, éd. par Henri Lonitz, Frankfurt am Main 1994, p. 337 (lettre d’Adorno à Benjamin du 10 novembre 1938). Cf. Willem van Reijen : « Die Adorno-Benjamin-Kontroverse ». In : Zeitschrift für philosophische Forschung 60/1 (2006), p. 99-121.

31 Pour cette discussion, cf. Benjamin : Gesammelte Schriften, t. V-1, p. 588-589, et la lettre de Horkheimer à Benjamin du 28 mars 1937 dans Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-3, p. 1338. Cf. par exemple Robert Ziegelmann : Das Leid in der Geschichte und die Bedingung der Möglichkeit kritischer Theorie. In : « Der Schein des Lichts, Der Ins Gefängnis Selber Fällt » : Religion, Metaphysik, Kritische Theorie. Berlin 2018, p. 43-60.

32 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 580 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 401 : « II faut, par conséquent, admirer la sagesse avec laquelle Jochmann a pesé ses mots, se contentant, dès le deuxième alinéa, de poser la question à la fois discrète et pénétrante de savoir si nous avons raison de ‘penser que toute réalité passée est perdue, et toute réalité perdue ni remplacée ni remplaçable’ » . Le texte de Jochmann est le suivant : « Die Rückschritte der Poesie », p. 153 [250]: « Je mehr wir sie [probablement, les « riesenmäßigen Werke des grauesten Altertums », S.G.] hochzuschätzen fortfahren, je größere Bewunderung uns die Sagen von ihrer früheren Allmacht einflößen, desto widerwärtiger trifft uns der Anblick ihrer gegenwärtigen Schwäche, desto geneigter sind wir, alles Vergangene auch für verloren und alles Verlorene für unersetzt und unersetzlich anzusehen. »

33 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. I-3, 1245-1246 (Benjamin Archiv, Ms 485) : (« Die Stelle über Jochmanns Seherblick ist den Grundlagen der Passagen einzuverleiben. » ; et plus loin : « Wie ist die Kritik an der Vergangenheit – z.B. Jochmann – mit deren Rettung zu vereinbaren ? ») Cf. Eli Friedländer : Walter Benjamin, ein philosophisches Porträt. München 2013, p. 299.

34 Benjamin : Gesammelte Schriften, t. II-2, p. 582 ; Benjamin : Œuvres, t. III, p. 404 : « Écoutons, par contre, le discours de Jochmann : « De ce qui est passé tout n’est pas perdu. » (Nous ne sommes pas obligés de le refaire.) « De ce qui est perdu tout n’est pas à remplacer. » (Bien des choses ont été intégrées à des formes supérieures.) « De ce qui n’a pas été remplacé tout n’est pas irremplaçable. » (Bien des choses autrefois utiles sont désormais inutiles). »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Godart, « Rückschritte, Irrwege »Recherches germaniques, 51 | 2021, 121-135.

Référence électronique

Simon Godart, « Rückschritte, Irrwege »Recherches germaniques [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 12 décembre 2021, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/rg/6653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.6653

Haut de page

Auteur

Simon Godart

Wissenschaftlicher Mitarbeiter am EXC 2020 “Temporal Communities”
Freie Universität Berlin
simon.godart@fu-berlin.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches germaniques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search