Navigation – Plan du site

Paul Horn (1863‑1908) : misère et splendeur d’un iranisant et turcologue à Strasbourg

Paul Horn (1863-1908): Glanz und Elend eines Iranisten und Turkologen in Straßburg
Paul Horn (1863-1908): Splendour and Misery of an an Iranian and Turkish Scholar in Strasbourg
Johann Strauss
p. 35-64

Résumés

L’article se propose de présenter la vie et les œuvres de Paul Horn, éminent iranisant Allemand originaire de Saxe, qui a passé la plus grande partie de sa vie à Strasbourg où il décéda, prématurément et exténué, en 1908. La vie de ce savant, qui a pu, pendant deux décennies, produire des œuvres tout à fait remarquables dans le domaine des études iraniennes (histoire, littérature, langue) aussi bien qu’en turcologie, discipline récente où Horn doit être considéré comme un pionnier, est à maints égards exemplaire : on y découvre les tribulations d’un Privatdozent à la très prestigieuse Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg, la nécessité de demander en permanence des bourses et des subventions, mais aussi d’ambitieux projets de publication. Horn représente peut-être un cas typique de l’orientalisme allemand de l’époque, avec sa polyvalence, sa capacité à pénétrer dans les domaines les plus divers, parfois avec une rapidité remarquable, pour produire des œuvres fondamentales. Quant aux documents d’archives, ils ajoutent de nombreux éléments qui illustrent les rapports très spécifiques des savants avec les pays qui font l’objet de leurs recherches, à savoir l’« Orient ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toufic Fahd : « L’enseignement des langues et de la civilisation islamique à Strasbourg ». In : Rev (...)
  • 2 Voir sur ce sujet B. Spuler : « La contribution allemande aux études iraniennes ». In : Mélanges d’ (...)
  • 3 Grundriss der iranischen Philologie, 2 vol. Strasbourg 1895‑1904 ; réimpression Berlin /New York 19 (...)
  • 4 Sur cette œuvre, voir Rüdiger Schmidt : « Grundriss der iranischen Philologie ». In : Enyclopaedia (...)

1On sait que l’université de Strasbourg était devenue, vers la fin du xixe siècle, un centre d’études orientales1. Malgré une prépondérance des langues sémitiques, anciennes (assyrien, accadien, hébreu) aussi bien que modernes (arabe, syriaque, araméen, mandéen, sabéen, samaritain, éthiopien etc.), d’autres langues y avaient également leur part. Les études iraniennes, notamment, y occupaient une place tout à fait respectable2. Cet effort culmina avec la publication du célèbre Grundriss der iranischen Philologie3, sorte d’encyclopédie de philologie iranienne à laquelle des professeurs strasbourgeois (Theodor Nöldeke, Paul Horn) ont apporté une contribution importante4. Quant au turc, il semble qu’il fit alors sa première apparition comme matière d’enseignement dans une université allemande.

  • 5 En 1918, les collections étaient estimées à 1 500 000 volumes. Seules les bibliothèques de Munich e (...)
  • 6 Fahd : « L’enseignement », p. 214.
  • 7 Trente‑deux manuscrits ont été décrits dans le Catalogue critique des manuscrits persans de la Bibl (...)
  • 8 Georges Livet : « Strasbourg et la turcologie. Esquisse d’un itinéraire ». In : Turcica XV (1983), (...)

2L’université, fondée en 1872 par les nouveaux maîtres en Alsace‑Lorraine, s’est distinguée par un zèle tout particulier pour créer d’excellentes conditions de recherche, y compris dans le domaine des études orientales. La bibliothèque de l’université, fondée en 1871 (le nouveau bâtiment date de 1894), fut dotée de tous côtés de dons et devint l’une des plus riches de l’Empire allemand5. Les maîtres de l’école d’orientalisme de Strasbourg de cette époque ont eu soin d’acquérir tout ce qui paraissait à leur époque en éditions de textes et en études6. Des manuscrits arabes et persans7 ont pu être acquis. C’est notamment le bibliothécaire Julius Euting (1839‑1913) qui fit de la bibliothèque l’une des meilleures bibliothèques orientalistes du monde8. Face aux professeurs et chercheurs de l’université, les bibliothécaires, Karl August Barack (1827‑1900) autant que son collaborateur puis successeur, Euting, firent preuve d’une grande libéralité en ce qui concerne les prêts à domicile, y compris ceux de manuscrits.

  • 9 Une rue de Strasbourg dans le quartier de l’Orangerie porte son nom. Sa tombe, avec celle de sa fem (...)
  • 10 Homme politique badois, député au Reichstag de 1871 à 1873, il mit sur pied la nouvelle université (...)
  • 11 Préface de Trübner au Verlagskatalog von Karl J. Trübner, Buchhändler zu Strassburg i.e. 18721897. (...)
  • 12 Nikolaus Trübner avait lui‑même appris le sanscrit et l’hébreu et fondé la collection Trübner’s Ori (...)

3À cette infrastructure si propice à la recherche scientifique, il faut aussi ajouter le libraire, imprimeur et éditeur Karl J. Trübner (1846‑1907)9. La maison d’édition qu’il avait fondée dès 1872 à Strasbourg était étroitement liée à la Kaiser‑Wilhelms‑Universität. Après une installation provisoire dans l’imprimerie de Fr. Wolff, située Place Gutenberg, elle s’installa 9, place de la Cathédrale (Münsterplatz) par la suite. L’oncle de Karl Trübner, Nikolaus Trübner (1817‑1884), auprès duquel il avait fait sa formation, s’était établi à Londres en 1843. Il avait organisé dans les années 1870‑1871 une collecte de livres en Angleterre, dans les colonies britanniques et aux États‑Unis pour la reconstitution de la bibliothèque de Strasbourg, détruite pendant le bombardement. Quand l’organisateur de la Kaiser‑Wilhelms‑Universität, le baron von Roggenbach10, lui proposa d’ouvrir une succursale à Strasbourg, il déclina cette offre, mais son neveu Karl, qui travaillait auprès de lui, accepta, car « der Gedanke, im Auslande allmählich ein Ausländer zu werden, war für mich wenig sympathisch »11. Néanmoins, Karl Trübner resta un « anglophile convaincu » (« überzeugter Anglophiler »). En tant qu’éditeur, il se consacra, grâce aux expériences faites en Angleterre, surtout à la linguistique (Sprachwissenschaft) et à la philologie orientale et moderne12.

  • 13 Sur ce savant, voir Hartmut Bobzin : « Nöldeke, Theodor ». In : Neue Deutsche Biographie 19 (1999), (...)
  • 14 Sur l’orientalisme allemand du xixe siècle, voir Sabine Mangold : Eine « weltbürgerliche Wissenscha (...)
  • 15 Son essai sur l’histoire du Coran (présenté en latin) lui valut en 1859 le prix de l’Académie des i (...)
  • 16 Das iranische Nationalepos, paru d’abord dans le Grundriss der iranischen Philologie. Strassburg 18 (...)
  • 17 Le psychiâtre Erich Hoche le décrit comme suit : « […] in seinem Fache, der orientalischen Sprachwi (...)
  • 18 Friedrich Meinecke : Strassburg / Freiburg / Berlin 19011919. Erinnerungen. Stuttgart 1949, p. 30.

4Pour ce qui est de l’orientalisme strasbourgeois, c’est Theodor Nöldeke (1836‑1930), professeur à l’université depuis ses débuts en 1872 et enseignant jusqu’en 1918, qui est toujours mentionné en premier lieu13. Avec ses recherches, il donna une énorme impulsion aux études orientalistes14. Spécialiste des langues sémitiques et du Coran15, il est aussi l’auteur d’une étude importante sur le « Livre des Rois » (Šāhnāma) de Ferdowsi, l’épopée nationale iranienne16. Comme d’autres orientalistes de l’époque, il s’occupa même, pendant un moment, du turc, la troisième des grandes « langues musulmanes ». Cet éminent savant est décrit par certains de ses collègues à Strasbourg comme complètement détaché des affaires de ce monde17. Néanmoins il faisait partie des habitués du Dämmerschoppen au restaurant Germania (aujourd’hui Gallia)18.

  • 19 J’ignore le lieu où il a été enterré.
  • 20 Voir l’annexe I ci‑après. Theodor Nöldeke assura un cours de turc dès 1887.

5C’est dans ce contexte qu’il faut aussi évoquer un autre savant, Paul Horn (1863‑1908), qui arriva à Strasbourg en 1890 et y mourut en 190819. Horn, qui était un proche collaborateur de Nöldeke, ne bénéficia pas, pendant de longues années, d’avancement au‑delà du grade de Privatdozent. Il s’est pourtant distingué par une production tout à fait remarquable dans le domaine des études iraniennes, étant familier de l’histoire autant que de la langue et de la littérature de l’Iran. En plus, Paul Horn doit être considéré comme un pionnier des études turques, la plus récente (et, certes, encore moins prestigieuse) des disciplines. Horn donnait à Strasbourg presque chaque semestre un cours de grammaire turque20. Les liens qu’on remarque dans ses écrits entre les deux disciplines sont souvent inextricables. En écrivant sur la littérature turque, il avait toujours la littérature persane à l’esprit, et lorsqu’il décrivait la littérature persane, il n’oubliait pas les lettres turques. Signalons aussi ce paradoxe : c’est son séjour à Istanbul en 1899 et ses contacts avec les bibliothèques, les milieux savants et les libraires de cette ville qui ont contribué, d’une manière non négligeable, à ses réalisations dans le domaine des études iraniennes.

  • 21 Pour un état présent au début du xxe siècle, voir Arthur F. J. Remy : The Influence of India and Pe (...)
  • 22 Geschichte der persischen Litteratur (désormais GPL) (= Die Litteraturen des Ostens in Einzeldarste (...)
  • 23 Auteur d’une Geschichte der osmanischen Dichtkunst bis auf unsere Zeit, 4 vol. Pesth 1836.
  • 24 Voir infra, note 41.

6Les écrits de Horn mettent aussi en lumière les spécificités des deux littératures quant à leur réception en Occident. Si la littérature persane classique connaît une longue tradition d’études, de recherches et de traductions en Allemagne21, celle des Turcs était peu connue jusqu’à la veille du xxe siècle. La plupart des grands poètes persans comme Ferdowsi, Hafez, Saadi ou Omar Khayyâm, étaient familiers à un public de lecteurs européens cultivés, grâce à des auteurs comme Goethe (en Allemagne) ou Edward Fitzgerald (en Angleterre). Dans son Histoire de la littérature persane22, Horn a souvent le choix entre plusieurs traductions allemandes du même auteur pour ses citations. La poésie turque, par contre, resta, dans une large mesure, une terra incognita, même après la parution des œuvres de Joseph von Hammer (1774‑1856)23. Du reste, elle était considérée comme une imitation servile de la poésie persane, idée à laquelle Paul Horn n’était nullement étranger24.

  • 25 Sur cette période, voir Kenan Akyüz : « La littérature moderne de Turquie ». In : Philologiae Turci (...)

7Par conséquent, les chercheurs qui s’intéressaient alors à la littérature turque étaient beaucoup plus attirés par le mouvement littéraire des dernières décennies chez les Turcs ottomans, époque qui est communément considérée comme celle de l’occidentalisation (Horn parle de l’époque « moderne »)25. Une telle révolution dans le monde des lettres s’est produite chez les Turcs ottomans bien avant celle de l’Iran, et c’est dans ce contexte que Paul Horn a fourni l’une des contributions les plus originales avec sa brève, mais substantielle Geschichte der türkischen Moderne (1902).

Paul Horn à Strasbourg

  • 26 Nommé successeur de Heinrich Hübschmann en 1909, il quitta Strasbourg la même année pour Heidelberg
  • 27 Inhumé, comme Karl Trübner, au cimetière Saint‑Louis de la Robertsau, où se trouve toujours sa tomb (...)
  • 28 Seule la première partie a été publiée sous le titre Die Nominalflexion im Avesta und den altpersis (...)
  • 29 Horn était lieutenant‑colonel d’infanterie de la Landwehr. Son intérêt pour l’armée et les militair (...)

8Né en 1863 à Halle (Saxe), Paul Horn étudia le sanscrit, le zend, le persan et la philologie comparée à l’université de cette ville (qui avait connu des orientalistes célèbres depuis le xviie siècle). Il fut l’élève de l’éminent iranologue Christian Bartholomae (1855‑1925)26, qui lui-même était un élève de Heinrich Hübschmann (1848‑1908), connu surtout pour ses recherches fondamentales sur l’arménien. Hübschmann, nommé en 1877 professeur de philologie comparée à Strasbourg, sera plus tard un collègue de Horn à Strasbourg27. En 1885, Horn obtient son doctorat avec une thèse sur la flexion nominale dans l’Avesta et dans les inscriptions cunéiformes du vieux‑perse28. En 1886, il fait une année de service militaire volontaire (freiwillige Dienstzeit) dans l’armée allemande29. Entre 1887 et 1889, il est inscrit à la Friedrich‑Wilhelms‑Universität de Berlin comme étudiant en langue persane. Avant de continuer sa carrière à Strasbourg, Horn abandonne ses études de droit, son second cursus.

Paul Horn en 1900, coll. et photogr. BNU de Strasbourg.

Paul Horn en 1900, coll. et photogr. BNU de Strasbourg.
  • 30 Pour une photo, voir : Album der Professoren der KaiserWilhelmsUniversität Strassburg, 1897‑1914, (...)
  • 31 C’est‑à‑dire qu’il était autorisé à enseigner, mais sans être rétribué. Dans les universités allema (...)
  • 32 Les rapports sur ces missions sont conservés aux Archives départementales de Strasbourg (103 AL 452 (...)
  • 33 Leur domicile se trouvait à Neudorf (un quartier de Strasbourg), au 22a de la rue Saint‑Urbain. La (...)

9En 1889, à l’âge de 26 ans, Horn est habilité à l’université de Strasbourg pour les langues iraniennes. En 1892, il obtient la venia legendi pour enseigner la « Vergleichende Indogermanische Sprachwissenschaft ». Ce n’est que 8 ans plus tard qu’il est nommé professeur extraordinaire (außerordentlicher Professor)30. Il resta donc une dizaine d’années avec le grade de Privatdozent, position à maints égards peu enviable31. Pendant cette période, il a pourtant l’occasion, grâce aux subventions accordées par l’université et les autorités allemandes d’Alsace‑Lorraine, de partir en mission pour faire des recherches, entre autres, à Rome (1894), à Saint‑Pétersbourg (1896) et à Istanbul (1899), cette dernière ville étant particulièrement importante pour sa carrière32. C’est aussi à Strasbourg qu’il se marie, en 1891, avec Helene Schaupp, union dont naîtra un an plus tard une fille, Helene33.

  • 34 On trouvera la liste de ses publications dans l’article de E. Kettenhofen : « P. Horn, ein deutsche (...)

10Pendant les années où Horn était à Strasbourg, il a publié un nombre impressionnant de travaux, hormis les monographies surtout des articles et des comptes rendus dans les revues orientalistes de langue allemande (Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes, etc.)34. Parmi ses réalisations les plus remarquables figure une édition de luxe du divan (recueil de poèmes) du Sultan Sélim Ier, idée qui lui était venue pendant son séjour dans la capitale ottomane (vide infra).

Œuvres publiées à Strasbourg

11Parmi les œuvres publiées par Trübner à Strasbourg figurent :

  • Die Denkwürdigkeiten Schâh Tahmâsp’s des Ersten von Persien (15151576). Aus dem Originaltext zum ersten Male übersetzt und mit Erläuterungen versehen von Paul Horn. Strasbourg 1891. Il s’agit une traduction des mémoires (terminées en 1561) du deuxième shah séfévide, Tahmasp, connues comme la Tazkirai Šāh Ṭahmāsb. La publication sous forme de volume fut précédée par plusieurs articles parus dans la Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft.

    • 35 Sur les critiques, notamment de la part du célèbre linguiste autrichien Friedrich Müller (1834‑1898 (...)

    Grundriss der neupersischen Etymologie (= Sammlung indogermanischer Wörterbücher, 4). Strasbourg 1893. Il s’agit d’un dictionnaire étymologique de la langue persane qui, malgré les critiques35, sera encore réimprimé deux fois au xxe siècle, en 1974 et en 1988. Hübschmann en parle avec force détails dans la 1re partie de ses Persische Studien (Strasbourg 1895).

12Ses contributions au Grundriss der iranischen Philologie, édité par Wilhelm Geiger et Ernst Kuhn (1898‑1901 ; réimpression en 1974) comprennent les articles :

    • 36 Paul Horn : « Neupersische Schriftsprache ». In : Grundriss der iranischen Philologie, vol. 1,1. St (...)

    « Neupersische Schriftsprache »36. Cette description du persan moderne, écrite dans des conditions difficiles (vu l’absence d’instruments de travail indispensables, tels des dictionnaires et grammaires historiques ou des éditions critiques de textes) conserve, selon les spécialistes, tout de même sa valeur, notamment pour ce qui est de la partie traitant de la phonologie, grâce à son approche souvent novatrice et la présentation systématique des phénomènes.

    • 37 Paul Horn : « Geschichte Irans in islamitischer Zeit ». In : Grundriss der iranischen Philologie, v (...)
    • 38 « Der Unzulänglichkeit und Mangelhaftigkeit der folgenden Skizze bin ich mir selbst nur zu wohl bew (...)

    « Geschichte Irans in islamitischer Zeit »37. Depuis l’Histoire de l’Iran de Sir John Malcolm (The History of Persia. Londres 1815) ce fut la première tentative d’écrire une histoire de l’Iran après son islamisation. Elle se heurtait, comme l’auteur l’explique avec une grande franchise dans l’introduction (Vorbemerkungen), au même genre de difficultés que l’article précédent38.

Œuvres publiées ailleurs

  • 39 Voir GPL. Dans le Grundriss, ce fut Hermann Ethé (1844‑1917), connu pour avoir catalogué les manusc (...)
  • 40 Geschichte der türkischen Moderne (= Die Litteraturen des Ostens in Einzeldarstellungen, vol. 4, 2e(...)
  • 41 « Nun, die ältere türkische Litteratur hat der Leser bereits im sechsten Bande kennengelernt, d. h. (...)

13Pour une collection sur les littératures orientales, Horn rédigea la partie concernant l’histoire de la littérature persane39 et une Histoire de la littérature turque moderne40. L’absence d’une présentation de la littérature classique ottomane dans cette collection est justifiée de manière assez nonchalante : selon Horn, celle‑ci n’est qu’un « Abklatsch », une pâle copie, de la littérature persane que l’auteur avait déjà traitée dans un autre volume de la même collection41. Il fournira pourtant aussi un précis de littérature ottomane classique dans un ouvrage intitulé Die Orientalischen Literaturen (Berlin et Leipzig 1906), dans lequel les références aux modèles persans sont permanentes. Ce livre était également destiné à un grand public, mais réunissait comme auteurs la fine fleur de l’orientalisme allemand de l’époque (dont Theodor Nöldeke) et le célèbre orientaliste néerlandais Jan de Goeje (1836‑1909). Pour cet ouvrage Horn écrivit aussi, à côté de contributions sur la littérature persane moderne (p. 242‑268) et la littérature turque (p. 269‑281), un article sur la littérature en moyen‑perse (p. 235‑241).

Articles publiés dans des journaux et revues après son séjour à Istanbul

14Par des articles parus dans les suppléments de journaux et revues allemands, dont plusieurs dans la Allgemeine Zeitung (Munich), Horn a pu aussi faire part des résultats de ses recherches à un public plus large. Ces articles concernent, à quelques exceptions près, les littératures persane et turque.

  • 42 Ce savant ministre avait écrit, entre autres, des œuvres sur la poésie persane, dont plusieurs anth (...)
  • 43 Voir l’annexe III ci‑après.
  • 44 GPL, p. 208211. Voir aussi Erika Glassen : « MuharramCeremonies (‘azâdârî) in Istanbul at the end (...)

15Les articles suivants ont été publiés après son sejour à Istanbul (1899). À Istanbul, où il habitait chez un Arménien, rue Hava (aujourd’hui Fuat Uzunay Sokak), au cœur de Péra (Beyoğlu), non loin de la Grand’Rue (aujourd’hui İstiklâl Caddesi), Horn dit avoir rencontré, entre autres, l’ambassadeur d’Iran (Mirza Maḥmūd Khān ‘Alā’uddawla), le ministre de la Liste Civile (Sakızlı Ohannes Pacha ; 1897‑1908), le savant ministre Hüseyin Rıza Pacha (1838‑1904), un excellent connaisseur du persan42, et le très populaire écrivain ottoman Ahmed Midhat Efendi (1844‑1912)43, dont il allait présenter les œuvres en grand détail dans sa Geschichte der türkischen Moderne. Le séjour à Istanbul a aussi permis à Horn de s’initier à des aspects propres à la culture persane. C’est ainsi qu’il a pu assister aux ta’ziya (genre théâtral particulier, commémorant le martyre de l’imam Husayn) au Valide Han en mai 1899. Il en parle longuement dans son Histoire de la littérature persane et en fournit une impressionnante description44.

  • 45 Voir son article « Persische Handschriften in Constantinopel ». In : Zeitschrift der Deutschen Morg (...)

16Pendant son séjour à Istanbul, Horn a vu plus d’un millier de manuscrits persans45, mais il semble que les livres imprimés en persan dans la capitale ottomane à cette époque ont exercé sur lui une attraction toute particulière. Ces livres lui ont permis de présenter à ses lecteurs plusieurs poètes persans relativement peu connus jusqu’alors, mais dont les œuvres (divan) avaient été imprimés à Istanbul par d’éminents membres de la colonie iranienne résidant dans la capitale ottomane.

  • 46 Sur Mirza Ḥabīb, voir Christophe Balaÿ : « Littérature persane en diaspora : Istanbul 1865‑1895 ». (...)
  • 47 Ahmed Vefik Pacha est connu comme le traducteur de plus de la moitié des comédies de Molière en tur (...)
  • 48 La traduction a été finalement imprimée aux Indes britanniques, à Calcutta, en 1905 par D. C. Phill (...)

17Parmi ces intellectuels se distingue notamment un Ispahanais, Mirza Ḥabīb‑i Iṣfahānī (1835‑1893), connu en tant que « Habib Efendi » chez les Turcs ottomans46. En effet, Mirza Ḥabīb, que l’on peut considérer comme un réfugié politique, avait fait carrière au service de l’État ottoman. Paradoxalement, il fut même membre du comité de censure (Encümeni teftiş ve muâyene) du ministère de l’Instruction publique. Son œuvre est, à tous égards, remarquable et novatrice : on lui doit, entre autres, la première traduction en persan d’une comédie de Molière qui ait été imprimée, celle du Misanthrope, qui est en fait une adaptation, dans le style de son mécène ottoman Ahmed Vefik Pacha (1823‑1891)47, et la version persane (faite à partir de la version française !) des Adventures of Hajji Baba of Ispahan (1824) de James Morier, qui inaugure la période du roman moderne dans la littérature persane48. Une version persane de Gil Blas a été réimprimée en Iran récemment. Paradoxalement, Horn ne mentionne pas cet intellectuel dans ses écrits sur la littérature persane, qui restent d’ailleurs remarquablement pauvres en ce qui concerne le mouvement littéraire persan moderne dont Istanbul était alors un centre de premier ordre.

  • 49 Voir Johann Strauss : « Les livres et l’imprimerie à Istanbul, 1800‑1908 ». In : Paul Dumont (éd.)  (...)
  • 50 Muntaxab az madjmū‘ayi bayānāt, éd. et préface de Ismail Nāṣirī [Qarādja‑Taghī], Istanbul, Imprime (...)
  • 51 « Seine Gedichte sind allerdings erst nach seinem Tode in Konstantinopel gedruckt worden und stehen (...)

18L’un des principaux facteurs ayant motivé l’activité de ces Iraniens, était la censure en Iran – qui sera encore renforcée sous le régime de Nāṣiruddin Shāh (1848‑1896). Même si la censure était aussi sévère dans l’Empire ottoman sous le sultan Abdülhamid II (dont fut finalement victime même le très influent journal persan Akhtar (L’Étoile), paru pendant une vingtaine d’années à Istanbul), les ressortissants iraniens, à l’instar de leurs homologues européens et américains, jouissaient de privilèges qui leur permettaient même de faire le commerce de livres « interdits »49. Dans sa Geschichte der persischen Litteratur (p. 128), Horn observe au sujet des poésies de Fatḥullāh Khān Shaybāni (1830‑1891), qui, d’après lui, jouissait pendant un moment d’une liberté comparable à celle de Tolstoï en Russie, « que ses poésies n’ont été imprimées qu’après sa mort, à Constantinople50, où elles sont vendues à un prix élevé. En Iran, elles sont probablement interdites »51.

  • 52 « In der Art seiner Satire kann man ihn mit Juvenal vergleichen, nur ist er viel amüsanter als der (...)
  • 53 Sous le titre Muntaxabi Laṭā’ifi Niẓāmuddīn Mawlānā ‘Ubaydi Zākānī, imprimé par Ebuzziya Tevfik, (...)
  • 54 Voir Reichsstrafgesetzbuch, § 184 : « Wer unzüchtige Schriften, Abbildungen oder Darstellungen verk (...)
  • 55 1 médjidié = 20 piastres = 3 marks 60 pfennigs.
  • 56 1 livre = 100 piastres = 18 marks 64 pfennigs.
  • 57 « Die Auflage hat sich nur auf 100 Stück belaufen, außerdem soll das Buch, wie mir Stambuler Buchhä (...)

19Mais il y avait des cas où même des livres publiés en langue persane étaient frappés d’interdiction dans l’Empire ottoman. À en croire Horn, cela semble avoir été le cas de la Risālayi Dilgušā, un recueil de « facéties » (hazliyyāt ; en fait surtout des grivoiseries) par ‘Ubayd Zākānī (xive siècle), un des poètes satiriques iraniens les plus connus, que l’on a pu rapprocher de Voltaire. Horn le compare à Juvénal52, mais trouve le poète persan plus amusant que le poète romain « grincheux ». Un recueil de ses œuvres fut publié en 1885 à Istanbul53. Horn écrit à ce sujet : « Le tirage n’était que de 100 exemplaires, en plus, le livre, selon les affirmations des libraires stambouliotes, était interdit en Turquie. Mais, bien sûr, non pas à cause d’un paragraphe du code pénal contre la littérature trop grivoise (ce qui arriverait en Allemagne)54, mais du fait que son auteur était aussi un grand railleur en matière de religion. Le fait que j’aie pu acheter ce livre pour un medjidiyé55 au bazar a été un très heureux hasard, car on avait demandé à un ami oriental, pour un autre exemplaire, deux livres56 turques »57. Le recueil contient 90 anecdotes en langue arabe et 278 en langue persane. Horn y voit un rapport avec la littérature populaire turque lorsqu’il y découvre des anecdotes rappelant celles de Nasreddin Hodja, populaires parmi les Turcs.

  • 58 Voir sur ce journal : Pistor‑Hatam : Nachrichtenblatt, Informationsbörse.
  • 59 « faxru ṭṭābi‘īn ». Mirza Ḥabīb (éd.) : Dīvāni albisayi Mawlānā Nizām Qāri, Čāpxāna‑i Abūżżiyā d (...)

20Quant aux imprimeries persanes à Istanbul à l’époque, une bonne partie des œuvres persanes imprimées alors est sortie des presses de l’imprimerie du journal Akhtar58, mais c’est par une imprimerie turque, la plus célèbre de l’époque peut‑être, celle d’Ebuzziya Tevfik (1848‑1913), que Mirza Ḥabīb appelle la « fierté des imprimeurs »59, qu’ont été imprimés plusieurs des ouvrages les plus intéressants dans le contexte qui nous intéresse.

  • 60 Paul Horn : « Ein persischer kulinarischer Dichter ». In : Beilage der Allgemeinen Zeitung 21 (26.0 (...)
  • 61 Voir Mirza Ḥabīb (éd.) : Dīvāni aṭ‘imayi Mawlānā Abū Isḥāq Ḥallādji Širāzī, Čāpxāna‑i Abūżżiyā d (...)
  • 62 « Dank dem äußerst liebenswürdigen Entgegenkommen ihres Besitzers habe ich aus dieser schönen Samml (...)
  • 63 « Von einem Straßburger Gourmand, A. Chuquet, ist eine kleine lustige französische Hymne auf den Gu (...)

21C’est ainsi qu’en janvier 1899, Horn parle aux lecteurs de la Allgemeine Zeitung d’un « poète gastronomique persan »60, à savoir d’Abū Isḥāq (Busḥāq) « Aṭ‘ima » (Chiraz, ? – Ispahan, 1424 ou 1426) qui a laissé un curieux recueil de poésies qui se rapportent toutes à la gastronomie. Ce Dīvāni aṭ‘ima (« Divan des mets ») avait été encore publié par Mirza Ḥabīb à Istanbul en 188561, mais à partir de manuscrits assez défectueux. On a l’impression que le sujet intéresse Horn d’une manière tout à fait réelle. Horn, qui considère Busḥāq comme un gourmand plutôt que comme un gourmet, observe que les Iraniens ne connaissent pas la différence entre « gourmet » et « gourmand » mais utilisent pour les deux le terme d’« adorateur du ventre » (« Bauchanbeter »). Seul Nāṣiruddīn Shāh semble avoir été, à en croire Horn, un vrai gourmet. Dans l’article, on trouve de nombreuses références à la littérature gastronomique en Occident, de Virgile à Alexandre Dumas. On y voit aussi un rapport avec le milieu strasbourgeois : Horn y mentionne la Geschichte der grotesken Satire, la thèse du célèbre romaniste Heinrich Schneegans (1863‑1914), publié à Strasbourg par K. Trübner en 1894 (Schneegans fut un collègue de Horn pendant un moment), ainsi qu’une bibliothèque gastronomique appartenant à un certain Auguste Michels à Schiltigheim, dont il avait pu profiter pour ses recherches62. Il mentionne également le petit hymne au goulasch, en français, d’un Strasbourgeois gourmand, A. Chuquet, et qui avait été mis en musique63.

  • 64 Ferté était le premier drogman de l’ambassade de France, et apparemment un collaborateur de Mirza Ḥ (...)
  • 65 Henri Ferté : « Compte‑rendu de : Recueil des poésies gastronomiques d’Abou Ishaq Hallâdj Chirazi. (...)

22Curieusement, Horn omet de mentionner l’article d’Henri Ferté64 consacré au même ouvrage paru dans le Journal Asiatique, dans lequel nous lisons65 :

  • 66 Guzāriši mardumgurīz. Istanbul 1286 AH / 1869.
  • 67 Allusion à son Dastūri suxan. Istanbul 1289 AH / 1873.

Cette publication fait honneur à l’imprimerie turque. La typographie en est soignée. Elle atteste un renouveau du goût de la littérature persane, littérature si cultivée sous les premiers princes ottomans et bien délaissée, aujourd’hui que les besoins nouveaux donnent le premier rang à l’étude des langues européennes. L’éditeur, Mirza Habib Isfahani, mérite toute notre reconnaissance pour la sollicitude avec laquelle il a mené à terme une œuvre hérissée de difficultés inhérentes au sujet. Il est vrai que nul mieux que lui n’était préparé pour ce genre de travail. Érudit et poète, il a traduit le Misanthrope66 et composé une grammaire persane fort estimée67. Il consacre les trop rares loisirs que lui laissent ses fonctions au Conseil supérieur de l’Instruction publique (Encümeni Maarif) à l’étude de cette belle langue persane qu’il connaît à fond et qu’il aime d’une idolâtrie filiale. Il nous promet prochainement l’édition du divan de Nizam eddin Mahmoud Qari (Mawlanā Niẓāmuddīn Qārī) qui a fait pour les vêtements ce que Boushaq a fait pour la cuisine. On a joint un dictionnaire des termes employés dans le divan avec leur synonymie en arabe et en turc. Nous en extrairons tous les mots qui manquent ou qui sont mal ou insuffisamment expliqués dans les lexiques indigènes et européens.

  • 68 Dīvāni albisayi Mawlānā Niẓām Qāri, Čāpxāna‑i Abūżżiyā dar Ġalaṭa, 1303. Notons que l’exemplaire (...)
  • 69 Dans la préface, il déclare qu’ayant l’ambition de se faire connaître, et désespérant de rivaliser (...)
  • 70 [Paul Horn :] « Der persische Kleiderdichter Mahmud Kârî ». In : Beilage der Allgemeinen Zeitung 23 (...)

23L’édition en question du « Divan des vêtements » de Qāri (Maḥmūd Ibn Niẓām Qārī de Yazd, début du xvie siècle) fut également réalisée à Istanbul, imprimée encore par Ebuzziya Tevfik68. Le choix du sujet s’explique aussi par le fait que le poète lui‑même dit dans la préface s’être inspiré du Dīvāni aṭ‘ima69. Il s’agit encore d’un poète, auquel Paul Horn allait consacrer un article dans la Beilage der Allgemeinen Zeitung70. Il se base sur le même livre, publié en 1885‑1886 à Istanbul, à partir d’un seul manuscrit. Loin de considérer Qārī comme bizarre ou maniériste, Paul Horn le voit comme un « moderne » :

  • 71 Ibid., p. 3.

Le riche fleuve de la poésie persane avait coulé pendant des siècles dans son lit habituel, creusé il y a longtemps, en général d’une manière très régulière. Certes, de grands et excellents poètes, qui, heureusement, ne faisaient jamais défaut, avaient apporté leur cachet particulier à différentes époques de la littérature, mais l’exercice pour ainsi dire « commun » de la poésie se faisait toujours dans les mêmes formes comme depuis le début.71

24Il essaie de décrire ce phénomène en faisant une comparaison intéressante avec la littérature allemande :

  • 72 Allusion à la ballade du même nom de Gottfried August Bürger : « Und hurre, hurre, hop, hop, hop! G (...)
  • 73 Allusion aux Lieder des Mirza Schaffy (1851) de Friedrich Bodenstedt (1819‑1892), imprégnés d’espri (...)
  • 74 [Horn :] « Der persische Kleiderdichter », p. 3.

C’est comme si l’on avait chez nous le droit de composer des ballades exclusivement avec le pathos de Schiller – bien sûr selon les capacités des imitateurs – ou seulement hurre, hurre, hopp hopp hopp ! à l’instar de Leonore72, des chansons à boire seulement à la manière de Hafiz‑Bodenstedt73 etc., et que chaque genre ne pouvait être composé que d’une manière marquée et spécifique.74

25Il ajoute les réflexions suivantes sur la « modernité » :

  • 75 « Der reiche Strom der persischen Poesie war jahrhundertelang im altgewohnten, vor Zeiten gegrabene (...)

Essayer de réagir contre cela aurait été tout à fait légitime. Pourquoi la modernité n’aurait‑elle pas sa raison d’être dans la littérature persane aussi bien qu’ailleurs ? C’est la Turquie, où des belles lettres modernes, à l’opposé de la mode ancienne, figée, considérée seule comme classique jusqu’à une date récente, qui démontre qu’une telle modernité est aussi possible dans des conditions islamiques. Comment un « moderne » s’est‑il mis à l’œuvre au xvie siècle en Iran ? Mahmud Qari n’a pu encore sortir de la forme, mais ce n’était même pas nécessaire.75

26Curieusement, dans ces écrits sur la littérature persane, Horn n’a pas grand‑chose à dire sur la littérature moderne en Iran (à l’exception de l’incontournable journal de son voyage en Europe [Safarnāma ; 1873] de Nāṣiruddīn Shah), dont certains des meilleurs représentants se trouvaient à Istanbul à l’époque, en particulier autour du journal Akhtar.

La désexotisation des littératures orientales

  • 76 Un recueil de fables de l’époque timouride, composé par Ḥusayn Vā‘iẓ Kāšifī vers la fin du xve sièc (...)
  • 77 GPL, p. 213214.
  • 78 « Dieser Stil ist im Original elegant. In der Übersetzung klingt er uns heute karrikiert, aber Frie (...)
  • 79 Vers dont les lettres (de l’alphabet arabe) prises avec leurs valeurs numériques donnent la date d’ (...)

27Malgré une certaine attitude condescendante, des jugements apodictiques portés sur l’Orient, répandus chez les orientalistes de l’époque, on constate également chez Paul Horn un souci de « désexotiser » les œuvres de la littérature persane, de les rendre plus accessibles ou familières à ses lecteurs, phénomène tout à fait remarquable. Il essaie même de faire comprendre à ses lecteurs, de manière assez originale, les particularités du style de la langue persane littéraire, si composite, car elle fourmille de mots empruntés à l’arabe. C’est ainsi qu’il donne la traduction en allemand d’un passage des Anvāre Suhaylī (« Les Clartés de l’étoile Canope »), beau spécimen de style pompeux et savant76, où tous les mots d’origine arabe du texte original sont rendus par des mots français dans la traduction77. Et il observe que ce style, « élégant dans l’original, nous paraît caricatural aujourd’hui. Mais Frédéric le Grand n’aurait guère été choqué »78. Dans sa Geschichte Irans in islamitischer Zeit (p. 571, note 1) Horn essaie de montrer qu’il est moins difficile qu’on l’imagine de composer des chronogrammes (ta’rīx)79 en produisant lui‑même deux chronogrammes en persan à l’occasion du couronnement du nouveau tsar en 1896 (1313 AH).

  • 80 GPL, p. 128 : « Abû Ishâk (oder kürzer Bushâk) aus Schîraz, ein persischer Brillat‑Savarin ».
  • 81 GPL, p. 108 : « Firdausîs Schâhname gehört dessen gesamtem Volke, Jordans Nibelunge liest heute höc (...)
  • 82 « Bei der Bezeichnung “politisch” darf man übrigens nicht etwa an Anastasius Grüns “Politisch’ Lied (...)

28Les nombreuses comparaisons et rapprochements font passer en revue la littérature allemande (et, dans une moindre mesure, étrangère), telle qu’elle était connue à l’époque par un homme possédant une vaste culture littéraire. On ne s’étonnera pas de ce que Busḥāq, l’auteur du « Divan des mets », fût pour Horn une sorte de Brillat‑Savarin persan80. Le Dīvāni albisa de Mahmud Qārī, par contre, lui rappelle la « philosophie des vêtements » du professeur Diogenes Teufelsdröckh dans le roman Sartor resartus (1836) de Carlyle. D’autres comparaisons nous paraissent plus osées : dans sa Geschichte der persischen Litteratur (p. 53), il compare l’œuvre de Ferdowsi (env. 934‑env. 1020), auteur du Châhnamé, à celle de Wilhelm Jordan (1819‑1904), qui de 1867 à 1874 réalisa une nouvelle version des Nibelungen, qu’il récita en public dans plus de 200 villes en Europe et en Amérique. Mais Horn n’oublie pas de relativiser ce rapprochement81. Les quatrains d’Omar Khayyâm sont comparés (GPL, p. 153) aux poésies d’Eduard Grisebach (1845‑1906), contenues dans son Der neue Tanhäuser (1869), recueil de poèmes d’un érotisme lourd mêlé de pessimisme schopenhauerien. Le « Clos de la Vérité » (Ḥadīqatu lḤaqīqa), long poème (masnavi) exposant la doctrine mystique du poète Sanâyî (xiie siècle), évoque Kraft und Stoff (1855) de Ludwig Büchner (GPL, p. 158). La figure d’Alexandre le Grand dans l’Iskandarnāma de Niẓami (GPL, p. 186) lui paraît comme « ein persischer Faust » (GPL, p. 173). Mais Horn insiste aussi sur ce qui lui apparaît comme des différences essentielles. Ce qui peut être considéré comme ‘politique’ dans les œuvres de Saadi, par exemple, ne peut être comparé avec les poésies politiques d’Anastasius Grün (pseudonyme d’Anton Alexander, comte d’Auersperg, 1806‑1876), ou avec des chansons pour la liberté, car « ce côté du sentiment poétique manque complètement au mahométain, qui n’a de la compréhension que pour la monarchie despotique »82.

Son séjour à Istanbul comme ersatz d’un voyage en Iran

  • 83 Il a écrit une fois qu’« im Persischen interessiert mich allerdings schon an und für sich so ziemli (...)

29Comme de nombreux orientalistes européens de l’époque, dont plusieurs parmi les plus illustres, Paul Horn n’a jamais eu l’occasion de voir le pays dont la langue, l’histoire et la civilisation formaient le centre de son intérêt83. Tel était aussi le cas de Theodor Nöldeke, son illustre collègue et mentor, qui écrivit ses œuvres fondamentales sans avoir jamais mis les pieds ni dans un pays arabophone, ni en Iran.

30Contrairement à ce que l’on peut imaginer, ces savants ont sincèrement regretté cette lacune. C’est ainsi que Nöldeke écrit dans une lettre de recommandation :

  • 84 Voir l’annexe II ci‑après.

C’est une grande peine que je ressens depuis de longues années de ne connaître l’Orient qu’à travers les livres. Mais je sais apprécier combien il est précieux pour un orientaliste d’avoir vu l’Orient, ne serait‑ce que de façon passagère.84

31Cette lettre de recommandation était écrite pour Paul Horn, qui postulait pour une bourse pour un séjour à Istanbul. Pourquoi Istanbul ? C’est encore Nöldeke qui donne la réponse :

  • 85 Ibid.

Puisque Constantinople, à maints égards, est toujours la capitale de l’Orient, le docteur Horn y pourra acquérir une idée de la vie orientale comme nulle part ailleurs. Il trouvera aussi facilement l’occasion d’entrer en contact avec des Iraniens et de faire ainsi la connaissance directe de personnes originaires du pays dont la langue, la littérature et l’histoire représentent le domaine principal de ses recherches.85

  • 86 Dans GPL, p. 148, Horn parle par exemple d’un divan de Bāyazīd Bisṭāmī (ixe siécle) qui serait cons (...)
  • 87 Asadî’s neupersisches Wörterbuch Lughati Furs nach der einzigen vaticanischen Handschrift (Abhandl (...)

32Horn était attiré surtout par les fonds de manuscrits persans conservés dans les bibliothèques de cette « capitale de l’Orient » qui n’avaient pas encore suscité l’intérêt des chercheurs. Ils promettaient des découvertes spectaculaires, qui s’avéreront cependant parfois fausses ou exagérées86. En plus, Horn nourrissait un projet ambitieux, celui de la composition d’un dictionnaire persan qui soit, du point de vue scientifique, à la hauteur du temps. Cet avis était aussi partagé par Nöldeke, peu satisfait des dictionnaires existant jusqu’à présent et qui avait beaucoup apprécié l’édition du dictionnaire d’Asadī (xie siècle) en 189787, le premier du genre, que Horn avait trouvé dans la bibliothèque du Vatican. Nöldeke lui‑même espère y trouver un manuscrit du « Livre des Rois ».

33Horn n’avait que peu d’espoir de voir jamais l’Iran. Il écrit en 1900 :

  • 88 « Ich werde wohl schwerlich das Glück haben, je auf der Terrasse von Persepolis zu stehen. Der erst (...)

Probablement, je n’aurai jamais le bonheur de me trouver sur la terrasse de Persépolis. La première impression serait peut‑être decevante, comme celle qu’ont ceux qui voient pour la première fois le Forum romanum ou l’Acropole d’Athènes. Mais de même que ces deux lieux de ruines d’une importance mondiale doivent être étudiés d’abord, avant qu’ils puissent exercer pleinement leur charme sur le spectateur, de même en va‑t‑il pour les débris de la ville royale achéménide. Et j’ose même croire que les halles aérées de Darius et de Xerxès ont pu tenir la comparaison avec les lourds temples doriens.88

34Même s’il n’a pu vérifier ses idées, il est prêt à croire à une supériorité des œuvres appartenant à la civilisation persane.

35Quand Horn fait la connaissance des célèbres palais des sultans à Istanbul, les édifices analogues en Iran – qu’il n’a cependant jamais vus – lui viennent encore à l’esprit et il veut bien croire qu’ils sont supérieurs :

  • 89 « […] persische Paläste noch der Gegenwart muthen uns wie Wunderbauten an, wenn wir Beschreibungen (...)

Encore de nos jours, les palais persans nous apparaissent comme des édifices merveilleux quand nous lisons leurs descriptions. Si à Constantinople, à la vue de la splendeur de Dolmabahçe, Beylerbeyi et d’autres palais des sultans, mon étonnement ne connaissait presque pas de bornes, les connaisseurs de l’Iran affirment que les kiosques de Stamboul sont bien pauvres par rapport aux palais du shah d’Iran.89

La littérature turque

  • 90 Paul Horn : « Moderne türkische Literatur ». In : Beilage der Allgemeinen Zeitung 193 (24.08.1900), (...)
  • 91 Sur ce libraire (et d’autres), voir Johann Strauss : « Les livres », p. 13.
  • 92 « […] wegen seiner Inhaltsangabe jedes Buches als ein kurzer Abriß der neueren türkischen Literatur (...)

36On a vu que l’intérêt de Paul Horn pour la littérature turque était d’une tout autre nature que celui qu’il avait pour la littérature persane. Mais l’accès aux sources, c’est‑à‑dire, à la production littéraire de l’époque, bien qu’imprimée, était également difficile et se heurtait à de nombreux obstacles. Cela ressort clairement du premier texte sur la littérature turque, un article paru en août 1900 dans la Beilage der Allgemeinen Zeitung90. Dans cet article, Horn présente un choix de comptes rendus à partir de livres qu’on lui avait envoyés d’Istanbul. Il vante aussi le catalogue du libraire arménien d’Istanbul, Arakel (Tozlian91) de 1884 (272 p.), qui, grâce aux résumés du contenu de chaque ouvrage pouvait être considéré comme un précis d’histoire de la littérature turque moderne92.

37Parmi les auteurs, tous des contemporains, on trouve des célébrités qui ont leur place dans l’histoire de la littérature turque, comme Ahmed Midhat Efendi (1844‑1913), le plus fécond des écrivains turcs de la deuxième moitié du xixe siècle, dont Horn décrit et analyse ici les œuvres « Goinfre » (Obur), « Le mariage » (Teehhül), et « Jeunesse » (Gençlik). Son gendre, le poète et écrivain Muallim Naci (1850‑1893), est présenté avec le récit autobiographique « L’enfance d’Ömer » (Ömer’in çocukluğu), contenu dans le recueil Sünbüle (« Épi »). Avec « Tilat (sic) et Fitnat » (Taşşukı Tal’at ve Fitnat) de Şemseddin Sami (1850‑1904), auteur d’origine albanaise, Horn évoque ce que l’on considère comme le premier roman turc. Les « Petites choses » (Küçük şeyler ; 1891) : « Les chats » – (Kediler), « Noces » – (Düğün) de [Samipasazade] Sezai (1859‑1936) sont les premières nouvelles de la littérature turque, influencées par Daudet. Sabîh (1899) est un roman historique, œuvre de jeunesse de [İbnülemin] Mahmud Kemal [İnal] (1870‑1957) qui sera connu plus tard surtout comme un grand biographe. Le romancier Mustafa Reşid (1861‑1936) est aujourd’hui oublié, comme ses œuvres dont « Le péché d’une vierge » (Bir kızın hatası), décrit par Horn. Le drame patriotique de Namık Kemal (1840‑1888), « La Patrie ou Silistrie » (Vatan yahud Silistre), par contre, est un classique du théâtre turc, tandis que Hüsameddin ( ?‑ ?) et sa comédie « L’Intrigue de Şükrî» (Fitnei Şükrî) sont oubliés ; Mehmed Rif’at (1851‑1907) était un pionnier du théatre turc grâce à des traductions et des drames originaux comme « Coutume » (Görenek, 1873), présenté par Horn, qui mentionne brièvement une curieuse traduction par un résident allemand en Turquie (converti à l’Islam, selon Horn), Wilhelm Bolland, dont la version de la comédie Encore des Ménechmes de Louis‑Benoît Picard (1769‑1828), parue en turc sous le titre Dayı ile Yeğen (Istanbul, 1304), avait déjà été traduite en allemand sous le titre Der Neffe als Onkel par Schiller.

  • 93 La collection de la Türkische Bibliothek allait compter 26 volumes jusqu’en 1926.

38À quelques exceptions près, avec ses choix, Horn réussit à donner une image tout à fait appropriée des lettres turques « modernes ». À l’époque, il n’existait qu’un très petit nombre de traductions allemandes d’auteurs turcs modernes. Elles étaient dues à des amateurs, comme les récits d’Ahmed Midhat Efendi, traduits par E. S. Großenhain, et publiés sous le titre Türkisches Highlife. Erzählungen aus der ottomanischen Gesellschaft de même que Aus Muallim Nadschis Sümbüle, qu’avait traduit un certain A. Merx quelques années auparavant (1897). Mais la grande impulsion ne sera donnée que quelques années plus tard avec les volumes de la Türkische Bibliothek dont la publication débuta en 190493. Ces ouvrages s’adressaient cependant plutôt aux spécialistes et n’ont jamais pu jouir d’une popularité comparable à celle des classiques persans.

  • 94 Paru dans Westermann’s Monatshefte, vol. 84 (1898), p. 350.
  • 95 Elle se maria en Orient avec un savant indépendant (Privatgelehrter), Friedrich Arnd, qui se conver (...)

39Comme d’habitude, Horn y fait des comparaisons. Obur de Ahmed Midhat est comparé à Der letzte Fabier, une « antike Novelle » de l’auteur suisse Enrico Wüscher‑Becchi (1855‑1932), parue peu auparavant dans Westermann’s Monatshefte94 ; Teehhül du même auteur est comparé au roman Halbthier de l’écrivaine allemande Helene Böhlau (1856‑1940), dont la biographie bien extraordinaire semble avoir beaucoup intrigué Paul Horn95.

  • 96 Voir la description dans l’article de Klaus Kreiser : « Turkologie als Steckenpferd ? von Paul Horn (...)

40On trouvera les mêmes auteurs, et de nombreux autres encore, dans sa Geschichte der türkischen Moderne96. Malgré les difficultés bien connues : impossibilité de rester au courant des nouveautés littéraires en Turquie ; impossibilité de trouver des livres disparus du marché (c’est pour cela qu’il dut accepter avec reconnaissance tout livre que des particuliers voulaient bien lui prêter) ; nombre infime de bibliothèques en Europe achetant systématiquement les œuvres des auteurs turcs modernes, Horn a réussi à faire un choix judicieux. On y découvre des erreurs, dues à l’impossibilité de voir les œuvres elles‑mêmes : Gülnar Hanım figure dans sa Geschichte comme une écrivaine turque (GTM, p. 67), sans doute à cause de l’imprécision du catalogue d’Arakel. En réalité, il s’agit du nom de plume d’une aristocrate russe, Olga de Lébédeff, et l’œuvre mentionnée par Horn (Kâğıd oyunu – « Le Jeu de cartes ») est en fait une traduction en turc de La dame de pique de Pouchkine. Néanmoins, la Geschichte der türkischen Moderne représente un grand pas en avant. Les ouvrages cités dans la bibliographie montrent que jusqu’alors les écrits sur la littérature turque moderne étaient de brefs essais, ne dépassant presque jamais quelques pages, notamment aussi ceux publiés en français par des auteurs d’origine levantine (Charles d’Agostino, Adolphe Thalasso). Horn avoue qu’il ne partage pas l’enthousiasme des Français, qui aiment se sentir comme des « protecteurs » face à la littérature moderne, mais il insiste sur le fait qu’il juge la littérature turque moderne selon les critères de l’Occident, tout en tenant compte de ses traits particuliers orientaux, car « die türkische Moderne will in den Bahnen des Westens wandeln ».

Le Divan de Selim Ier (1904)

  • 97 Les différentes étapes de la réalisation de ce projet ont été décrites en détail par Klaus Kreiser  (...)

41Un des projets, à maints égards parmi les plus ambitieux de Horn, fut l’édition du Divan du sultan Selim Ier (1512‑1520), le conquérant du Moyen‑Orient arabe97. Selim Ier, le « féroce » (Yavuz) était, à l’instar de nombreux autres sultans ottomans, aussi un poète, avec pour nom de plume (mahlas) Selimî. Il a laissé un divan, paradoxalement en langue persane, bien qu’il fût l’ennemi le plus féroce du shah d’Iran, Shah Ismail (1487‑1524), qu’il battit dans la célèbre Bataille de Çaldıran en 1514. Dans ses poèmes, par contre, l’amour malheureux et passionné est un des thèmes favoris de ce puissant sultan, « maître du monde ». Ses vers en turc sont peu nombreux. Le distique suivant figure parmi les plus connus :

  • 98 En turc : şîrler pençei kahrımda olurken lerzân//Beni bir gözleri âhûya zebûn etdi felek.

Alors que les lions tremblaient sous mes griffes d’épouvante,
Le destin me fit esclave d’une belle aux yeux de gazelle.98

  • 99 Apparemment sans tenir compte de deux éditions (partielles) imprimées à Istanbul en 1888 et 1890 re (...)

42Le projet convenait parfaitement au profil de notre savant à cheval entre le persan et le turc. Le Divan du sultan ottoman, d’après Horn « un maître dans les formes de la poésie persane et un des représentants les plus éminents de l’école classique en dehors de l’Iran » sera finalement imprimé en 1904, par ordre de l’empereur Guillaume II, afin de l’offrir à Abdülhamid II. L’idée de préparer une édition du divan s’était développée chez Horn pendant son séjour à Istanbul (1899), où il avait apporté une copie du manuscrit conservé à la Bibliothèque Royale de Berlin – le meilleur à son avis. En août 1900, Horn envoie une première version du texte au ministre de l’Éducation de Prusse99.

  • 100 Le terme arabe signifie « suspension ». Ce style de calligraphie arabe s’était développé chez les I (...)

43L’impression d’un tel livre était exigeante. Il fallut se procurer les caractères ta‘līq100 chez un imprimeur arménien du Caire. Le compositeur à Berlin, Daoud Sadjîst, également un Arménien, était obligé, vu le nombre de caisses nécessaires, de marcher plusieurs kilomètres par jour pendant son travail. Dans la rédaction de la préface en turc, Horn s’est également fait aider par un ami arménien, l’avocat Krikor Sinapian. Celui‑ci était aussi prévu parmi ceux qui devaient recevoir l’un des rares exemplaires (le tirage était limité à 100 exemplaires). La dédicace fut rédigée par un fonctionnaire turc, Hakkı Bey, employé du ministère de la Justice.

Le Divan de Sélim Ier, page de titre, coll. BNU de Strasbourg. Cliché J. Strauss.

Le Divan de Sélim Ier, page de titre, coll. BNU de Strasbourg. Cliché J. Strauss.

44L’impression par l’Imprimerie d’État (Reichsdruckerei) coûtera 9 000 marks, l’exemplaire destiné au sultan 776 marks, dont 500 pour la seule reliure. Différents dignitaires ottomans reçurent également un exemplaire. Horn lui‑même avait aussi proposé l’ambassadeur d’Iran, Mirza Riżā Khān (1846‑1910). Les principaux collaborateurs du projet (dont un Français, Clément Huart), plusieurs bibliothèques en Allemagne et dans d’autres pays européens (y compris la Bibliothèque nationale à Paris), allaient recevoir un exemplaire. Last but not least, un exemplaire broché de ce somptueux divan est aussi conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU, C864).

Le Divan de Sélim Ier, coll. BNU de Strasbourg. Cliché J. Strauss.

Le Divan de Sélim Ier, coll. BNU de Strasbourg. Cliché J. Strauss.
  • 101 Le Temps 16006 (14.06.1905), cité par Kreiser : « A Divan », p. 237.

45Le cadeau ne passa pas inaperçu dans la presse française. Le Temps parla également de ce cadeau, « un splendide exemplaire de poésies du sultan Selim Ier, publié par plusieurs [!] savants orientalistes allemands », dans un article paru en 1905101. Mais la remarque selon laquelle la mémoire du sultan Selim, « fondateur du Khalifat », était particulièrement chère à Abdülhamid n’était pas dans l’esprit des donateurs allemands qui considéraient ce cadeau plutôt comme un geste de reconnaissance pour les très généreux dons archéologiques du Sultan, comme la façade richement décorée du palais de Mchatta qui se trouve aujourd’hui au Musée de Pergame à Berlin. On ne sait clairement quelle fut l’impression faite par ce cadeau sur le sultan ottoman lui‑même, qui aurait préféré, semble‑t‑il, recevoir des chevaux de race.

46La rémunération de Horn fut modeste. Il ne reçut que 1 200 marks pour tant d’efforts déployés. Ceci était d’autant plus affligeant que Horn, bien que nommé professeur associé en 1900, ne touchait toujours pas de salaire régulier. On lui accordait juste 2 400 marks par an, versés par le fonds de rémunération pour Dozenten du gouverneur d’Alsace‑Lorraine. Il avait pourtant à sa charge une famille et il était malade, souffrant de neurasthénie et d’anémie.

Conclusion

47Il est certain que les recherches dans le domaine des études iraniennes ont fait de tels progrès entre‑temps, que la contribution de Paul Horn, à quelques exceptions près, risque de tomber dans l’oubli aujourd’hui. La littérature turque de l’époque républicaine et contemporaine s’est également beaucoup éloignée des auteurs décrits dans la Geschichte der türkischen Moderne, dont certains sont devenus illisibles aujourd’hui. Néanmoins, nous estimons que Paul Horn est un représentant de l’orientalisme allemand de la fin du xixe siècle qui mérite l’attention.

  • 102 Voir l’annexe III ci‑après.
  • 103 Dans son article « Que devons‑nous à l’Iran ? », on trouve une sorte de confession du savant iranol (...)
  • 104 Voici ce qu’écrit la StraßburgerBürgerZeitung 267 (13.11.1908) : « Nach langem Leiden ist am Mitt (...)

48En étudiant la vie et l’activité scientifique de ce savant et de son milieu académique, nous apprenons beaucoup sur la nature de l’orientalisme allemand à cette époque, sa splendeur, ses ambitions, mais aussi ses limites. D’une part, on est impressionné par les résultats obtenus par un iranologue qui n’a jamais pu profiter d’un séjour prolongé dans le pays. D’autre part, on voit clairement le rôle de plaque tournante qu’a joué à cette époque la capitale ottomane, Istanbul, pour les échanges entre l’Iran, l’Europe, la Turquie et l’Allemagne. Mais pour son voyage et son séjour de neuf semaines à Istanbul on a seulement accordé à Paul Horn la modique somme de 1 000 marks, ce qui l’oblige à demander aux autorités une augmentation de 400 marks, car « Constantinople est une ville chère, et l’on a besoin de beaucoup d’argent pour les bakchichs »102. Les documents d’archives permettent d’étudier de près le sort d’un universitaire orientaliste allemand à la fin du xixe siècle et de montrer que, derrière la façade, se cachait souvent une misère presque intolérable, même dans une université aussi prestigieuse que la Kaiser‑Wilhelms‑Universität103 de Strasbourg. Nul doute que ceci a finalement aussi entraîné la mort prématurée de notre auteur en 1908104.

49En étudiant les œuvres de Paul Horn, il faut aussi renoncer à certaines idées chères aux critiques de l’orientalisme, que ce soit l’attraction pour l’exotisme ou l’impérialisme culturel et l’hégémonie culturelle. De telles idées sont complètement étrangères à Horn. L’attachement sincère de cet iranisant ne ressort nulle part ailleurs plus clairement que dans le tableau qu’il dresse à propos de l’avenir de l’Iran, à un moment où celui‑ci paraissait menacé de toutes parts :

  • 105 « Was die Zukunft Persien bringen wird, ist ungewiß. Sein Fortbestehen ist innigst zu wünschen, ja (...)

Ce que l’avenir va apporter à l’Iran est incertain. Il faut souhaiter de tout cœur, qu’il continue à exister, au fond, c’est bien une nécessité politique. Plus il serait fort, mieux ce serait pour l’Iran‑même, aussi bien que pour le monde. Comme un bastion fort entre la Russie et l’Angleterre, il pourrait accomplir une tâche bénéfique. Mais quel que soit son destin, la gloire de son grand passé ne fera jamais éteindre notre intérêt pour ce pays. Ses nombreuses réalisations au cours des temps nous imposent le souhait, qu’il réussisse encore une fois, comme si souvent dans le passé, à s’élever au rang de grande puissance, et d’occuper la place qui lui convient entre les États de l’Orient, qu’il dépasse tous quant à sa force vitale.105

Haut de page

Annexe

Documents des Archives départementales du Bas‑Rhin, Strasbourg (103 AL 452)

I.

N° 19 : Bewilligung einer Beihilfe achthundert Mark aus Dispositionsfonds für die Etatsjahre 1898/99 und 1899/1900 mit je 400 M.

An Herrn Ministerialrat Hamm, Kurator der Kaiser‑Wilhelms‑Universität Hochwohlgeboren

Strassburg, den 1. Mai 1898

Eine Durchsicht der Kataloge der Konstantinopeler Moscheenbibliotheken, 40 an der Zahl, welche die Universitäts‑ und Landesbibliothek vor Kurzem erworben hat, hat mir gezeigt, welches reiche Material für orientalische Studien dort ruht. Von Berlin aus sind arabische konstantinopeler Handschriften schon mehrmals ausgebeutet worden, die persischen sind, so viel mir bekannt ist, bisher gänzlich unberücksichtigt geblieben. Ich habe vor, ein Wörterbuch der persischen Sprache zu schreiben, eine Arbeit, die kaum ein anderer in absehbarer Zeit unternehmen wird, obwohl eine dringend fühlbare Lücke durch sie ausgefüllt würde. Hierzu bedarf es noch Jahre langer Vorarbeiten, eine Benutzung der konstantinopeler handschriftlichen Schätze würde mich wesentlich fördern können. Auf die Türkei weisen auch die letzten Spuren wertvoller verschollener persischer Handschriften, Nachforschungen in dieser Hinsicht hätten eine entschiedene Berechtigung.//

Vor 9 Jahren habe ich ziemlich fliessend Türkisch gesprochen, mangels weiterer Fortübung ist mir allerdings Manches wieder entschwunden, doch würde ich, da ich fast in jedem Semester ein Kolleg über türkische Grammatik lese, sehr bald die frühere Fertigkeit von Neuem erwerben und sie noch erhöhen können. Ich würde also in Konstantinopel durch meine Sprachkenntnisse leicht fortkommen, und in den Kreisen; in welche mich meine wissenschaftlichen Zwecke führen müssten, brauche ich Kenntniss der türkischen Sprache notwendig. Übrigens habe ich schon zwei Mal hier an der Universität auf Verlangen practische türkische Sprachkurse abgehalten, in Zukunft würde ich solchen Anforderungen weit besser genügen können, wenn ich selbst Gelegenheit gehabt hätte, an der lebenden Quelle zu schöpfen. Practisches Studium des Türkischen ist jetzt nur am orientalischen Seminar zu Berlin in Deutschland möglich, meine Erfahrungen haben mir gezeigt, dass solche Gelegenheit auch hier gelegentlich gern benutzt würde.

Für jemanden, der den Orient zum Studium seines Lebens gemacht hat, ist es wesentlich, wenn er die Stätte seiner geistigen Arbeit einmal mit eigenen Augen schauen kann. Konstantinopel ist die nächstgelegene Grossstadt des Morgenlandes, ein// Besuch derselben würde mir, abgesehen von der Untersuchung dortiger Handschriften und Vervollkommnung in der türkischen Sprache, von allgemeinem, höchsten Werte sein. Ich bin jetzt 8 ½ Jahre als Docent hier thätig und glaube für eine solche Studienreise wissenschaftlich hinreichend vorgebildet zu sein, um sie mit Nutzen für meine Wissenschaft auszuführen. Dieselbe würde auch eine Ergänzung früherer Studien an auswärtigen Bibliotheken sein (in London, Rom, St. Petersburg), die ich zum Theil durch die geneigte Unterstützung des Herrn Statthalters oder der Herren Kuratoren der Universität habe unternehmen können.

Auf eigene Kosten kann ich nun eine Reise nach Konstantinopel nicht ausführen. Ich wende mich daher an Euer Wohlgeboren mit der ergebensten Bitte, mir zu einer solchen die nötigen Mittel geneigtest gewähren oder vielleicht Se. Durchlaucht den Herrn Statthalter dafür interessieren zu wollen.

Herr Professor Dr Nöldeke ist bereit, mein Gesuch zu befürworten.

Als Zeitpunkt meiner Reise würde ich etwa die Herbstferien dieses Jahres in das Auge fassen.

In vorzüglichster Hochachtung habe ich die Ehre zu zeichnen als Euer Wohlgeboren ganz ergebenster

Dr Paul Horn

Privatdocent

II.

N° 22 [Lettre de recommandation de Nöldeke]

An den Curator der Kaiser‑Wilhems‑Universität Herrn Ministerialrat Hamm

Hier.

Euer Hochwohlgeboren [nach vier Wochen wieder vorlegen ! H 16/5] beehre ich mich hiermit das gewünschte Gutachten ganz ergebenst abzugeben.

Ich muß es im Interesse der Wissenschaft befürworten, dass es Herrn Dr Horn ermöglicht werde, sich einige Zeit in Constantinopel aufzuhalten.

Dort lagern große Schätze persischer Litteratur. Es ist zu erwarten, dass sich darunter auch werthvolle alte Originallexica befinden, welche dem Genannten für seinen großen Plan sehr förderlich sein würden, an die Stelle unserer höchst mangelhaften persischen Wörterbücher ein wissenschaftlich genügendes zu setzen. Das von ihm nach der einzigen bekannten Handschrift sehr sorgfältig herausgegebene Lexicon de Asadī zeigt den hohen Werth solcher alter Werke im Gegensatz zu den jungen, //in Indien gemachten, auf die sich unsere Wörterbücher stützen. Und auf alle Fälle ist die Benutzung der verschiednen werthvollen Handschriften für seinen Zweck sehr wichtig.

Ich erlaube mir noch, darauf hinzuweisen., dass es Hn. Dr Horn vielleicht gelingt in Constantinopel eine oder die andere Handschrift des Schāhnāme zu finden, welche wirklich kritischen Werth hätte gegenüber den zahllosen bekannten, die ganz unzuverlässig sind. Er könnte sich so das große Verdienst erwerben, Material zu einer kritischen Ausgabe des großen persischen Nationalepos herbeizuschaffen, eines Gedichtes, das als ein bedeutendes Stück der Weltlitteratur anzusehen ist.

Da Hr. Dr Horn schon jetzt türkisch spricht und das in wenigen Wochen in Constantinopel ohne Zweifel fliessend zu thun lernen wird, so hat er damit ein Mittel, sich leichter als mancher andere Zugang zu verborgenen Schätzen zu verschaffen. Dazu kommt, dass nach vertrauenswerthem Zeugnisse der Deutsche// jetzt in der Türkei in besonderem Ansehen und in besonderer Gunst steht. Dieser, durch die politischen Ereignisse hervorgebrachte Zustand kann sich bald ändern. Es ist daher zu wünschen, das man ihn noch zum Vortheil der Wissenschaft ausbeute.

Mit Schmerzen habe ich es seit langen Jahren empfunden, dass ich das Morgenland nur aus Büchern kenne. Ich weiss es aber zu schätzen, wie werthvoll es für einen Orientalisten ist, den Orient selbst wenigstens flüchtig gesehen zu haben. Da Constantinopel in vieler Hinsicht noch immer die Hauptstadt des Orients ist, kann sich Dr Horn dort in kurzer Zeit eine Anschauung von orientalischem Leben erwerben wie nirgendwo sonst. Er wird dort auch leicht Gelegenheit finden, mit Persern zu verkehren und somit auch direct Leute aus dem Lande kennen zu lernen, dessen Sprache, Litteratur und Geschichte das Hauptgebiet seiner Studien bilden. Auch das würde seinen Arbeiten und somit der Wissenschaft förderlich sein.

Ich kann also aus den genannten Gründen// wie schon oben gesagt, mich nur dafür aussprechen, dass die hohe Regierung das Gesuch des Dr Horn billige.

Ich verharre hochachtungsvollst

Euer Hochwohlgeboren

Ergebener

Th. Nöldeke

o. Professor der semit. Sprachen

Strassburg den 8. April 1898.

III.

Fol. 39a – 40b

Constantinopel, 23.4.99

Pera, Rue Hava 7106

Hochgeehrter Herr Ministerialrat !

Nachdem ich jetzt durch vierwöchentlichen Aufenthalt die Verhältnisse hier genauer kennengelernt habe, nehme ich mir die Freiheit, Euer Hochwohlgeboren über die bisherigen Ergebnisse meiner Arbeiten zu berichten.

Se. Excellenz Herr Freiherr von Marschall, der die Güte hatte, mich zu empfangen, hat mich durch den zweiten Dragoman der Botschaft offiziell im türkischen Unterrichtsministerium vorstellen lassen. Man hat mir dort die Erlaubnis gegeben, diejenigen Handschriften, welche ich zu sehen wünsche, in den Bibliotheken zu verlangen, zu studieren und eventuell zu copieren. Bald ergab sich aber die Schwierigkeit, dass vielfach die Bibliothekare nicht zu finden waren, ich also in die Bibliotheken nicht hinein‑//gelangen konnte. Vom türkischen Unterrichtsministerium ist mir ein Inspector beigegeben, der mich stets nach den Bibliotheken begleitet. Doch ist es auch ihm oft unmöglich, den Zugang zu ermöglichen. Beschwerden bei dem Ministerium führen zu Verhandlungen zwischen den einzelnen Ressorts, die immer langwierig sind. Ich finde häufig einen passiven Widerstand, den ich nur durch Bakschisch überwinden kann. Die Verhältnisse sind hier eben so, wie man sie sich bei uns nicht vorstellen kann. Es sind in den letzten Monaten viele Handschriften gestohlen worden und daher strengere Bestimmungen erlassen. Ich erhalte zunächst keine Werke in meine Wohnung, wie dies früher üblich war, doch hoffe ich dieses im Laufe der Zeit wohl noch erreichen zu können.

Ich habe eine Reihe einflussreicher Beziehungen anknüpfen können; so bin ich vom persischen Gesandten, dem Ministre de la Liste civile, von Husain Riza Pascha,//Midhat Efendi etc. empfangen worden und diese Beziehungen werden mir gewiss von Nutzen sein. Doch bedarf es dazu nach den hiesigen Verhältnissen Zeit, ein Zeitraum von 2 Monaten wie viel ich etwa für meinen Aufenthalt in das Auge gefasst hatte, reicht nicht aus. Ich müsste etwa noch einen Monat länger bleiben können. Sehr hinderlich war mir ein Bairamfest, das morgen zu Ende geht. Dieses dauerte nur vier Tage; doch waren schon 8 Tage vorher die Bibliothekare gar nicht oder nur mit grossen Verspätungen sichtbar. Zuerst hat die Unzuverlässigkeit und Unpünktlichkeit, mit denen man hier fortwährend kämpfen muss, meiner Gesundheit geschadet. Mit Gewalt lässt sich hier jedoch gar nichts erreichen, man muss sich in Geduld fassen, wie mir von allen, die die Türkei kennen, bestätigt wird. In den politischen Verhandlungen herrscht ganz der gleiche Geschäftsgang.

Ich möchte nach diesen Ausführungen, die ich natürlich nicht in die Akten zu legen bitte, die Bitte//aussprechen, mir im Interesse meiner Bestrebungen meine Reisefonds so viel wie möglich zu erhöhen, da ich sonst vielleicht meine Zwecke nur sehr unvollkommen erreichen kann. Constantinopel ist eine theuere Stadt, viel Geld hat man hier auch für Bakschisch nötig, ohne welches hier sehr oft nichts zu erreichen ist. Zugleich möchte ich die ganz ergebene Bitte aussprechen, wenn möglich umgehend die Anweisung zur Auszahlung der vom Herrn Statthalter bewilligten zweiten Rate zu geben.

In vorzüglichster Hochachtung habe ich die Ehre zu zeichnen als Euer Hochwohlgeboren ganz ergebenster

Dr Paul Horn

Privatdozent

IV.

Fol. 41a-42a

An den Kurator der Kaiser‑Wilhelms‑Universität, Herrn Ministerialrat Hamm Hochwohlgeboren

Konstantinopel, den 4. Mai 1899

Euer Hochwohlgeboren beehre ich mich ganz ergebenst den Empfang Ihres Schreibens vom 27. April des Jahres zu bestätigen, mit der Bitte, Seiner Durchlaucht dem Herrn Statthalter meinen gehorsamsten Dank für die Erhöhung der Reisebeihilfe gütigst übermitteln zu wollen.

Was den Druck der Gedichte des Sultans Selim anlangt, so meinte ich, dass seine Majestät der Kaiser dieser etwa der Reichsdruckerei übertragen würde, wenn er geneigt wäre, eine Ausgabe in der von mir in Aussicht genommenen Weise Seiner Majestät dem Sultan zum Geschenk zu machen.

So dankbar ich nun für die von dem Herrn Statthalter gewährte Erhöhung meiner Reisemittel bin, so ist doch die damit mir zur Verfügung gestellte Summe von 1000 Mark für die hiesigen Verhältnisse nicht ausreichend. Ich//denke im Ganzen 10 Wochen hier zu bleiben – eher kann ich meine Zwecke nicht erreichen – und der Aufenthalt ist hier theuer. Ich habe zu Anfang 20 türkische Stunden genommen, um mir die nötige Sprachfertigkeit anzueignen; jetzt habe ich leider diesen Unterricht aufgegeben, um die Kosten zu sparen. Ein mittlerer Beamter des türkischen Unterrichtsministeriums ist mir als ständiger Begleiter in die Bibliotheken beigegeben. Ohne ihn kann ich in diese nicht hineingelangen, ich muss ihn mehrmals wöchentlich zum Speisen einladen wie denn überhaupt ohne Gratifikationen (Bakschisch) hier nichts zu erreichen ist.

Im Interesse der Zwecke meiner Reise wage ich an Euer Hochwohlgeboren die ganz ergebene Bitte zu richten, mir aus Ihrem Fonds noch einen Zuschuss von 3‑400 Mark geneigtest gewähren zu wollen. Mit 1400 Mark denke ich bei Sparsamkeit auskommen zu können. Euer Hochwohlgeboren haben mir seiner Zeit gütigst in Aussicht gestellt, dass ich die Remuneration für das Sommersemester nicht verlieren sollte, wenn ich auch etwas nach dem Beginn desselben zurückkehren würde. Wenn ich bereits// zum 1. Mai wieder in Strassburg eingetroffen wäre, hätte ich meine Arbeiten hier völlig unvollendet abbrechen müssen.

Der österreichische Lloyd gewährt Gelehrten bei zu wissenschaftlichen Zwecken unternommenen Reisen auf seinen Dampfern Fahrpreisermässigungen.

Darf ich Euer Hochwohlgeboren zum Schluss ganz ergebenst ersuchen, mir im Laufe dieses Monats eine Bescheinigung ausstellen zu lassen, dass ich eine wissenschaftliche Studienreise mit Unterstützung der Regierung der Reichslande hierher unternommen habe, damit ich an dieser Vergünstigung auch Antheil erhalten kann?

In der Hoffnung, dass es mir gelungen ist, Euer Hochwohlgeboren zu überzeugen, dass ich mich nach Kräften bemühe, meinen Aufenthalt hier dem mir geschenkten Vertrauen entsprechend auszunutzen, habe ich die Ehre in ausgezeichneter Hochachtung ganz ergebenst zu zeichnen

Dr Paul Horn

Privatdozent

V.

49a

An Herrn Ministerialrat Hamm, Curator der Kaiser‑Wilhelms‑Unversität

Hochwohlgeboren

Strassburg i./E. – Neudorf, den 10. Juni 1899. Bei St. Urban 22a

Euer Hochwohlgeboren beehre ich mich ganz ergebenst die Mitteilung zu machen, daß ich von meiner Reise nach Constantinopel zurückgekehrt bin. Ich habe die wissenschaftlichen Zwecke, die ich durch sie erstrebt habe, erreicht, und kann mit voller Befriedigung auf meine Resultate zurückblicken. Die mir von seiner Durchlaucht dem Herrn Statthalter geneigtest zur Verfügung gestellte Summe von 1.000 Mark hat aber nicht ausgereicht, ich habe, um nicht vorzeitig meine Arbeiten unvollendet abbrechen zu müssen, noch 400 Mark aus eigener Tasche zugelegt. Bei einem neunwöchentlichen Aufenthalte in der recht theueren Stadt Constantinopel glaube ich, die Summe von 1.400 Mark, in die auch die Kosten der Reise und die nicht wenigen Bakschische einbegriffen sind, als so gering wie nur möglich bezeichnen zu dürfen. Ich wage es daher, an Euer Hochwohlgeboren//die ganz ergebene Bitte zu richten mir die von mir im Interesse der Sache aufgewendeten 400 Mark gütigst aus Ihren Dispositionsfonds wieder erstatten zu wollen.

In vorzüglichster Hochachtung habe ich die Ehre zu zeichnen als Euer Hochwohlgeboren ganz ergebenster

Dr Paul Horn

Privatdozent an der Universität

(Suit un ordre du Curator pour le versement de cette somme, daté 8 août 1899)

VI.

52a

Strassburg i./E. – Neudorf, den 3. Januar 1900

Euer Hochwohlgeboren beehre ich mich ergebenst anbei das bisher in Reinschrift für den Druck fertiggestellte Manuskript der persischen Gedichte des Sultans Selim einzusenden. Es enthält nahezu zwei Fünftel des Textes. Den Rest, der aus lauter kurzen Gedichten von 5, 7 oder 9 Zeilen besteht, denke ich bis Ende dieses Monats abzuschreiben. Der Text der 92 beiliegenden Gedichte ist druckfertig, gelegentliche Bleistiftnotizen darin beziehen sich nur auf Kleinigkeiten, die ihre endgültige Erledigung erst im letzten Augenblick bei der Korrektur der Druckbogen finden können.

Ich bitte ganz ergebenst, die Entscheidung Sr. Majestät des Kaisers darüber einzuholen, in welcher Sprache eine Einleitung über die litterarische Bedeutung des fürstlichen Verfassers abzufassen sei. Da Se. Majestät der Sultan nicht deutsch verstehen wird, so würde wohl Französisch oder Türkisch in Frage kommen.

Außer der Königlichen Bibliothek in Berlin besitzt nur noch eine einzige europäische Bibliothek (abgesehen von Constantinopel) eine Handschrift der Gedichte, nämlich das Britische Museum. Den Werth der Ausgabe würde es erhöhen, wenn auch diese Quelle zur Herstellung des Textes herangezogen werden könnte, besonders für einige unsichere Stellen, die nur in der Berliner oder in einer der von mir eingesehenen Constantinopler Handschriften stehen. Ich dachte, einen Fachgenossen in London zu ersuchen, die Vergleichung der Handschrift während des Druckes bogenweise vorzunehmen. Natürlich würde ich ihm die Bestimmung der Ausgabe nicht mittheilen und überhaupt Stillschweigen über die Angelegenheit auferlegen. Andernfalls würde ich selbst in etwa vierzehn Tagen die Vergleichung in London ausführen können.

In vorzüglichster Hochachtung habe ich die Ehre zu zeichnen als Euer Hochwohlgeboren ganz ergebenster

Dr Paul Horn

Privatdozent

An Herrn Ministerialrath Hamm, Kurator der Kaiser Wilhelms Universität Hochwohlgeboren hier.

Haut de page

Notes

1 Toufic Fahd : « L’enseignement des langues et de la civilisation islamique à Strasbourg ». In : Revue des Études islamiques XXXIV (1966), p. 205‑214. Voir aussi W. Spiegelberg [professeur d’égyptologie à Strasbourg, 1907‑1918] : « Die orientalischen Studien an der deutschen Universität Straßburg ». In : Deutsches Vaterland 4 (1922), p. 47‑49.

2 Voir sur ce sujet B. Spuler : « La contribution allemande aux études iraniennes ». In : Mélanges d’orientalisme offerts à Henri Massé à l’occasion de son 75E anniversaire. Téhéran 1963, p. 375‑382.

3 Grundriss der iranischen Philologie, 2 vol. Strasbourg 1895‑1904 ; réimpression Berlin /New York 1974.

4 Sur cette œuvre, voir Rüdiger Schmidt : « Grundriss der iranischen Philologie ». In : Enyclopaedia Iranica : <http://www.iranicaonline.org/articles/grundriss-der-iranischen-philologie> [15.03.2017].

5 En 1918, les collections étaient estimées à 1 500 000 volumes. Seules les bibliothèques de Munich et de Berlin la surpassaient. Rappelons que l’incendie de l’église du Temple Neuf dans la nuit du 24 au 25 août 1870, pendant le bombardement, avait anéanti au total près de 300 000 volumes, dont plus de 8 000 manuscrits et incunables. Voir : L’Université de Strasbourg xiiiExxE siècles [catalogue d’exposition]. Strasbourg 1988, p. 152.

6 Fahd : « L’enseignement », p. 214.

7 Trente‑deux manuscrits ont été décrits dans le Catalogue critique des manuscrits persans de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg par Ascar Hoghoughi, Strasbourg 1964. Un premier catalogue avait été publiè dès 1881 par Samuel Landauer (1846‑1937) : Katalog der hebräischen, arabischen, persischen und türkischen Handschriften der Kaiserlichen Universitäts und Landesbibliothek zu Strassburg. Strasbourg 1881.

8 Georges Livet : « Strasbourg et la turcologie. Esquisse d’un itinéraire ». In : Turcica XV (1983), p. 1330, ici p. 21. On doit aussi à Euting un Katalog der kaiserlichen Universitäts und Landesbiblothek in Strassburg. Arabische Literatur. Strasbourg 1877.

9 Une rue de Strasbourg dans le quartier de l’Orangerie porte son nom. Sa tombe, avec celle de sa femme Klara, née Engelhorn (1854‑1908), se trouve encore au cimetière Saint‑Louis de la Robertsau. Voir sur cette maison d’édition Anne‑Katrin Ziesak : « Kein blosser Bücherfabrikant‘. Der Karl I. Trübner Verlag ». In : Der Verlag Walter de Gruyter : 17491999, de Gruyter. Berlin / New York 1999, p. 165‑195. Un portrait de Karl Trübner, datant de 1890, par son frère, le peintre Wilhelm Trübner (1851‑1917), se trouve à la Staatliche Kunsthalle Karlsruhe.

10 Homme politique badois, député au Reichstag de 1871 à 1873, il mit sur pied la nouvelle université allemande de Strasbourg et recruta le corps professoral.

11 Préface de Trübner au Verlagskatalog von Karl J. Trübner, Buchhändler zu Strassburg i.e. 18721897. Strasbourg 1897, p. VII‑XXI, ici p. XVI.

12 Nikolaus Trübner avait lui‑même appris le sanscrit et l’hébreu et fondé la collection Trübner’s Oriental Series dont presque 50 volumes furent publiés du vivant de l’éditeur. Pour la littérature orientaliste publiée par Karl Trübner, voir la section IV, « Orientalische Philologie » dans le Verlagskatalog, p. 15‑24.

13 Sur ce savant, voir Hartmut Bobzin : « Nöldeke, Theodor ». In : Neue Deutsche Biographie 19 (1999), p. 311‑312 (version en ligne : <https://www.deutsche‑biographie.de/gnd119453 223.html#ndbcontent> [30.03.2017]) ; sur ses contributions aux études iraniennes, voir Rüdiger Schmitt : « Nöldeke, Theodor ». In : Encyclopaedia Iranica : <http://www.iranicaonline.org/articles/noldeke-theodor> [15.03.2017].

14 Sur l’orientalisme allemand du xixe siècle, voir Sabine Mangold : Eine « weltbürgerliche Wissenschaft ». Die deutsche Orientalistik im 19. Jahrhundert. Stuttgart 2004.

15 Son essai sur l’histoire du Coran (présenté en latin) lui valut en 1859 le prix de l’Académie des inscriptions et belles lettres en France.

16 Das iranische Nationalepos, paru d’abord dans le Grundriss der iranischen Philologie. Strassburg 1896, vol. II ; sous forme de volume en 1896 ; 2e éd. 1920 ; réimpression 1979. Une version anglaise (The Iranian National Epic or the Shahnamah) date de 1930. L’œuvre a aussi été traduite en persan sous le titre Ḥamāsayi millīi Īrān en 1933 par Bozorg Alavi (1904‑1997), écrivain iranien qui s’exilera plus tard en RDA. L’œuvre est cependant critiquée par l’éminent savant iranien Said Naficy (1896‑1966) dans la préface qu’il a écrite pour cette traduction. Entretemps, la découverte du plus ancien manuscrit du Šāhnāma (1re partie) à la Bibliothèque nationale de Florence a rendu obsolète certaines observations de Nöldeke.

17 Le psychiâtre Erich Hoche le décrit comme suit : « […] in seinem Fache, der orientalischen Sprachwissenschaft, allerersten Ranges, von vornehmster Gesinnung, aber den Dingen dieser Welt so fern, wie nur irgendein Professor in der gutmütig verspottenden Vorstellung der Laien sein kann. » Alfred Erich Hoche : Straßburg und seine Universität. Ein Buch der Erinnerung. München / Berlin 1939, p. 67.

18 Friedrich Meinecke : Strassburg / Freiburg / Berlin 19011919. Erinnerungen. Stuttgart 1949, p. 30.

19 J’ignore le lieu où il a été enterré.

20 Voir l’annexe I ci‑après. Theodor Nöldeke assura un cours de turc dès 1887.

21 Pour un état présent au début du xxe siècle, voir Arthur F. J. Remy : The Influence of India and Persia on the Poetry of Germany. New York 1901.

22 Geschichte der persischen Litteratur (désormais GPL) (= Die Litteraturen des Ostens in Einzeldarstellungen, vol. 6,1). Leipzig 1901 ; 2e éd. 1909.

23 Auteur d’une Geschichte der osmanischen Dichtkunst bis auf unsere Zeit, 4 vol. Pesth 1836.

24 Voir infra, note 41.

25 Sur cette période, voir Kenan Akyüz : « La littérature moderne de Turquie ». In : Philologiae Turcicae Fundamenta, Wiesbaden, vol. 2 (1964), p. 465‑634 ; Alessio Bombaci : Histoire de la Littérature turque, traduction française par I. Mélikoff. Paris 1968, surtout p. 349‑368 ; Ahmet Hamdi Tanpınar : Histoire de la littérature turque du xixE siècle, édition française dirigée et présentée par Faruk Bilici. Paris 2012.

26 Nommé successeur de Heinrich Hübschmann en 1909, il quitta Strasbourg la même année pour Heidelberg.

27 Inhumé, comme Karl Trübner, au cimetière Saint‑Louis de la Robertsau, où se trouve toujours sa tombe.

28 Seule la première partie a été publiée sous le titre Die Nominalflexion im Avesta und den altpersischen Keilinschriften. 1. Teil. Die Stämme auf Spiranten. Halle a. s. 1885, 67 p.

29 Horn était lieutenant‑colonel d’infanterie de la Landwehr. Son intérêt pour l’armée et les militaires ressort aussi de plusieurs publications. À côté des études orientalistes, on lui doit une étude sur l’argot militaire (Soldatensprache) allemand (Die deutsche Soldatensprache. Gießen 1899 ; 2e édition 1905). Son ouvrage sur l’armée et l’art de faire la guerre chez les Moghouls de l’Inde (Paul Horn : Das Heer und Kriegswesen der Grossmoghuls, E. J. Brill. Leyden 1894), où l’auteur apparaît en tant que « Dr Paul Horn, Privatdozent an der Universität Strassburg, Königl. Sächsischer Lieutenant der Landwehr », était issu d’une conférence donnée devant l’association des officiers de réserve et de la Landwehr à Strasbourg. Dans cet ouvrage, Horn cite d’ailleurs la Bataille de Pânîpat (1739) d’après un manuscrit de la bibliothèque de Strasbourg (Ta’rīxi Nādirī, fol. 194), « die mir von der Verwaltung mit bekannter Liberalität für die Benutzung zu Hause zur Verfügung gestellt wurde. Ich bin dem Oberbibliothecar Herrn Prof. Dr. Barack nicht nur wegen eines solchen einzelnen Falles zu Danke verpflichtet. » Horn : Heer und Kriegswesen, p. 3, note 1.

30 Pour une photo, voir : Album der Professoren der KaiserWilhelmsUniversität Strassburg, 1897‑1914, pl. 192, archive BNU, M.40.287.

31 C’est‑à‑dire qu’il était autorisé à enseigner, mais sans être rétribué. Dans les universités allemandes, l’habilitation donne au candidat la venia legendi (« autorisation de donner un cours » en latin), le droit d’enseigner un sujet universitaire précis, valable tout au long de sa carrière. Ce statut est celui de Privatdozent.

32 Les rapports sur ces missions sont conservés aux Archives départementales de Strasbourg (103 AL 452).

33 Leur domicile se trouvait à Neudorf (un quartier de Strasbourg), au 22a de la rue Saint‑Urbain. La maison semble encore exister.

34 On trouvera la liste de ses publications dans l’article de E. Kettenhofen : « P. Horn, ein deutscher Iranist (1863‑1908) ». In : Nāmeye Īrāne Bāstān 2/2 (2003), p. 81-94, ici p. 87‑94. Dans notre article, nous traiterons surtout des écrits sur les littératures persane et turque.

35 Sur les critiques, notamment de la part du célèbre linguiste autrichien Friedrich Müller (1834‑1898), voir les réactions parfois sarcastiques de Horn dans l’introduction de son article « Neupersische Schriftsprache », p. 11, note 1 et p. 101, note 1.

36 Paul Horn : « Neupersische Schriftsprache ». In : Grundriss der iranischen Philologie, vol. 1,1. Strasbourg 18981901, p. 1200.

37 Paul Horn : « Geschichte Irans in islamitischer Zeit ». In : Grundriss der iranischen Philologie, vol. 2. Strasbourg 18961904, p. 551604.

38 « Der Unzulänglichkeit und Mangelhaftigkeit der folgenden Skizze bin ich mir selbst nur zu wohl bewusst… Der Orientalist muss Mädchen für alles sein. Wie viel ausgedehnter ist das Arbeitsgebiet bloss eines Iranisten als das eines Graecisten oder Latinisten, und doch gilt er nur als Spezialist ». Ibid., p. 552.

39 Voir GPL. Dans le Grundriss, ce fut Hermann Ethé (1844‑1917), connu pour avoir catalogué les manuscrits orientaux d’Oxford et de Londres, qui écrivit la partie sur la littérature persane moderne.

40 Geschichte der türkischen Moderne (= Die Litteraturen des Ostens in Einzeldarstellungen, vol. 4, 2e partie). Leipzig 1902 ; 2e éd. 1909 (désormais GTM).

41 « Nun, die ältere türkische Litteratur hat der Leser bereits im sechsten Bande kennengelernt, d. h. wenigstens ihr Wesen und ihre Bestrebungen. Aber das war völlig ausreichend ; denn sie war tatsächlich nichts anderes als ein Abklatsch der persischen. » (GTM, p. 6)

42 Ce savant ministre avait écrit, entre autres, des œuvres sur la poésie persane, dont plusieurs anthologies. Il a aussi copié le divan en langue persane de Soliman le Magnifique (mahlas « Muhibbî ») en 1904 (Beyādı eş‘ārı fārisiyyei Sultān Süleymān Hān bin Selīm Hān) ainsi que de nombreuses œuvres lexicographiques (arabe‑persan, turc‑persan). Voir Eyyüp Tanrıverdi : « Hüseyin Rıza Paşa ve Eserleri [Hüseyin Rıza Pacha et ses œuvres] ». In : Şarkiyat Mecmuası, İstanbul Üniversitesi Edebiyat Fakültesi, 11 (2007), p. 77‑96 ; <http://www.journals. istanbul.edu.tr/tr/index.php/edebiyatsarkiyat/article/view/10953/10191> [15.3.2017].

43 Voir l’annexe III ci‑après.

44 GPL, p. 208211. Voir aussi Erika Glassen : « MuharramCeremonies (‘azâdârî) in Istanbul at the end of the 19th and the beginning of the 20th centruy ». In : Thierry Zarcone /Fariba Zarinebaf (dir.) : Les Iraniens d’Istanbul. Paris / Téhéran 1993, p. 113‑129.

45 Voir son article « Persische Handschriften in Constantinopel ». In : Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 54 (1900), p. 475‑509.

46 Sur Mirza Ḥabīb, voir Christophe Balaÿ : « Littérature persane en diaspora : Istanbul 1865‑1895 ». In : Zarcone / Zarinebaf : Les Iraniens d’Istanbul, p. 178‑186, ici p. 178‑179 ; Tahsin Yazıcı : « Ḥabīb Eṣfahānī, Mīrzā ». In : Enyclopaedia Iranica : <http://www.iranicaonline.org/articles/habibesfahani> [15.03.2017].

47 Ahmed Vefik Pacha est connu comme le traducteur de plus de la moitié des comédies de Molière en turc. Ces traductions jouissent toujours d’une grande popularité.

48 La traduction a été finalement imprimée aux Indes britanniques, à Calcutta, en 1905 par D. C. Phillott qui, d’une manière erronée, l’a attribuée au Cheikh Aḥmad Rūḥī Kermānī.

49 Voir Johann Strauss : « Les livres et l’imprimerie à Istanbul, 1800‑1908 ». In : Paul Dumont (éd.) : Turquie. Livres d’hier, livres d’aujourd’hui. Strasbourg / Istanbul 1992, p. 5‑24, ici p. 13‑14 ; Anja Pistor‑Hatam : Nachrichtenblatt, Informationsbörse und Diskussionsforum : Ahtar‑e Estānbūl (18761896). Anstöße zur frühen persischen Moderne. Münster et al. 1999, p. 33.

50 Muntaxab az madjmū‘ayi bayānāt, éd. et préface de Ismail Nāṣirī [Qarādja‑Taghī], Istanbul, Imprimerie Akhtar, 1308‑09 [1890‑1891]. Voir Fehmi Edhem Karatay : İstanbul Üniversitesi Kütüphanesi farsça basmalar kataloğu (Catalogue des imprimés persans de la bibliothèque de l’Université d’Istanbul). Istanbul 1949, p. 58.

51 « Seine Gedichte sind allerdings erst nach seinem Tode in Konstantinopel gedruckt worden und stehen ziemlich hoch im Preise ; in Persien werden sie wahrscheinlich verboten sein. » (GPL, p. 128).

52 « In der Art seiner Satire kann man ihn mit Juvenal vergleichen, nur ist er viel amüsanter als der mürrische Römer. » (GPL, p. 137).

53 Sous le titre Muntaxabi Laṭā’ifi Niẓāmuddīn Mawlānā ‘Ubaydi Zākānī, imprimé par Ebuzziya Tevfik, 1303 de l’hégire. Voir Clément Huart : « Bibliographie ottomane ». In : Journal Asiatique, viie série, t. XIII (avril‑mai‑juin 1889), p. 453, n° 123 de la liste. Cette publication était basée sur un manuscrit unique. Ce n’est qu’en 1915 que l’ouvrage fut publié à Téhéran. Voir aussi la traduction française de Jalal Alavinia et Thérèse Marini : Traité de la joie de cœur. Paris 2005.

54 Voir Reichsstrafgesetzbuch, § 184 : « Wer unzüchtige Schriften, Abbildungen oder Darstellungen verkauft, vertheilt oder sonst verbreitet, oder an Orten, welche dem Publikum zugänglich sind, ausstellt oder anschlägt, wird mit Geldstrafe bis zu Einhundert Thalern oder mit Gefängniß bis zu sechs Monaten bestraft. »

55 1 médjidié = 20 piastres = 3 marks 60 pfennigs.

56 1 livre = 100 piastres = 18 marks 64 pfennigs.

57 « Die Auflage hat sich nur auf 100 Stück belaufen, außerdem soll das Buch, wie mir Stambuler Buchhändler sagten, in der Türkei verboten sein – natürlich nicht aufgrund eines Paragraphen gegen allzu pikante Litteratur, unter den es in Deutschland fallen würde, sondern weil sein Verfasser auch ein arger Spötter in religiösen Dingen war. Daß ich es unter diesen Umständen auf dem Bazar für eine Medschidije zu kaufen bekam, war ein sehr glücklicher Zufall, einem befreundeten Orientalen hatte man für ein anderes Exemplar zwei türkische Pfunde abverlangt. » Paul Horn : « Zu Hodža Nasreddin’s Schwänken ». In : Keleti Szemle 1 (1900), p. 66‑72, ici p. 69. Voir aussi GPL, p. 137.

58 Voir sur ce journal : Pistor‑Hatam : Nachrichtenblatt, Informationsbörse.

59 « faxru ṭṭābi‘īn ». Mirza Ḥabīb (éd.) : Dīvāni albisayi Mawlānā Nizām Qāri, Čāpxāna‑i Abūżżiyā dar Ġalaṭa, 1303 de l’hégire, préface. Sur l’imprimerie d’Ebuzziya, voir aussi Strauss : « Les livres et l’imprimerie », p. 20‑21.

60 Paul Horn : « Ein persischer kulinarischer Dichter ». In : Beilage der Allgemeinen Zeitung 21 (26.01.1899), p. 1‑4 et 22 (27.01.1899), p. 4‑7.

61 Voir Mirza Ḥabīb (éd.) : Dīvāni aṭ‘imayi Mawlānā Abū Isḥāq Ḥallādji Širāzī, Čāpxāna‑i Abūżżiyā dar Ġalaṭa, 1302 [1884-1885].

62 « Dank dem äußerst liebenswürdigen Entgegenkommen ihres Besitzers habe ich aus dieser schönen Sammlung viele Belehrung über die französischen einschlägigen Werke schöpfen können. » Horn : « Ein persischer kulinarischer Dichter », p. 2.

63 « Von einem Straßburger Gourmand, A. Chuquet, ist eine kleine lustige französische Hymne auf den Gulasch erschienen (1875), die auch in Musik gesetzt worden ist. » Ibid.

64 Ferté était le premier drogman de l’ambassade de France, et apparemment un collaborateur de Mirza Ḥabīb‑i Iṣfahānī.

65 Henri Ferté : « Compte‑rendu de : Recueil des poésies gastronomiques d’Abou Ishaq Hallâdj Chirazi. Constantinople, 1303 de l’hégire, édité par Mirza Habib Isfahani ». In : Journal Asiatique, t. 8 (juillet‑août 1886), p. 166‑182, ici p. 179. Horn ne refusait cependant pas de collaborer avec des savants français. Il avait de la considération pour Clément Huart (1854‑1926), qui collationna pour lui, comme un « ami », le manuscrit de Paris du divan de Selim Ier.

66 Guzāriši mardumgurīz. Istanbul 1286 AH / 1869.

67 Allusion à son Dastūri suxan. Istanbul 1289 AH / 1873.

68 Dīvāni albisayi Mawlānā Niẓām Qāri, Čāpxāna‑i Abūżżiyā dar Ġalaṭa, 1303. Notons que l’exemplaire consultable en ligne, fourni par la bibliothèque de l’Université de Toronto, appartenait à l’origine à Paul Horn.

69 Dans la préface, il déclare qu’ayant l’ambition de se faire connaître, et désespérant de rivaliser avec d’illustres devanciers tels que Kamāl de Khodjend et Hafez, il ne savait quel thème d’inspiration choisir, lorsqu’un ami, se plaignant d’avoir perdu l’appétit, lui inspira l’idée de le réveiller en composant des poèmes culinaires.

70 [Paul Horn :] « Der persische Kleiderdichter Mahmud Kârî ». In : Beilage der Allgemeinen Zeitung 238 (17.10.1900), p. 37.

71 Ibid., p. 3.

72 Allusion à la ballade du même nom de Gottfried August Bürger : « Und hurre, hurre, hop, hop, hop! Ging’s fort im rasenden Galopp! ».

73 Allusion aux Lieder des Mirza Schaffy (1851) de Friedrich Bodenstedt (1819‑1892), imprégnés d’esprit hafizien.

74 [Horn :] « Der persische Kleiderdichter », p. 3.

75 « Der reiche Strom der persischen Poesie war jahrhundertelang im altgewohnten, vor Zeiten gegrabenen Bette dahingeflossen, im allgemeinen in steter Gleichmäßigkeit. Große, hervorragende Dichter, an denen es glücklicherweise nie gefehlt hatte, hatten wohl verschiedenen Epochen der Literatur ihren besonderen Stempel aufgedrückt, aber der, wenn man so sagen darf, landläufige Betrieb der Dichtkunst bewegte sich stets in den gleichen Formen wie seit Anbeginn. Als wenn bei uns Balladen nur im Schiller’schen Pathos – d. h. natürlich, so gut es den Nachahmern eben möglich wäre – oder nur hurre, hurre, hopp hopp hopp ! wie die Leonore, Trinklieder nur à la HâfisBodenstedt uns so weiter jede andere Gattung nur in einer bestimmt ausgeprägten Weise gedichtet werden dürften. Dagegen eine Reaktion zu versuchen, wäre sicherlich völlig berechtigt gewesen. Warum sollte eine Moderne in der persischen Literatur nicht ebenso gut ihre Daseinsberechtigung haben wie anderswo? Daß eine solche auch unter islamischen Verhältnissen möglich ist, zeigt die Türkei, wo eine moderne schöne Literatur im Gegensatz zu der bis vor kurzem allein als klassisch geltenden, alten, erstarrten Mode in erfreulichem Aufblühen ergriffen ist. Wie fing nun ein „Moderner“ im 16. Jahrhundert in Persien an ? Aus der Form konnte Machmûd Kârî zunächst noch nicht heraus, und das war auch nicht nöthig. » Ibid.

76 Un recueil de fables de l’époque timouride, composé par Ḥusayn Vā‘iẓ Kāšifī vers la fin du xve siècle, rédigé dans un style assez ampoulé.

77 GPL, p. 213214.

78 « Dieser Stil ist im Original elegant. In der Übersetzung klingt er uns heute karrikiert, aber Friedrich der Große hätte kaum Anstoß an ihm genommen. » GPL, p. 214215. On sait que Frédéric II de Prusse, qui privilégiait le français dans ses écrits, se servait d’un allemand très composite quand il s’exprimait dans cette langue.

79 Vers dont les lettres (de l’alphabet arabe) prises avec leurs valeurs numériques donnent la date d’un événement.

80 GPL, p. 128 : « Abû Ishâk (oder kürzer Bushâk) aus Schîraz, ein persischer Brillat‑Savarin ».

81 GPL, p. 108 : « Firdausîs Schâhname gehört dessen gesamtem Volke, Jordans Nibelunge liest heute höchstens noch der Litterarhistoriker ».

82 « Bei der Bezeichnung “politisch” darf man übrigens nicht etwa an Anastasius Grüns “Politisch’ Lied, du Donner, der Felsenherzen spaltet !” denken, nicht an Freiheitsgesänge ; denn diese Seite dichterischen Empfindens geht dem Muhammedaner völlig ab, der nur für die despotische Monarchie Verständnis hat ».

83 Il a écrit une fois qu’« im Persischen interessiert mich allerdings schon an und für sich so ziemlich alles ». Paul Horn : « Morgenland und Abendland ». In : Zeitschrift für vergleichende Literaturgeschichte 15 (1903), p. 9‑20, ici p. 17.

84 Voir l’annexe II ci‑après.

85 Ibid.

86 Dans GPL, p. 148, Horn parle par exemple d’un divan de Bāyazīd Bisṭāmī (ixe siécle) qui serait conservé à la bibliothèque de la mosquée de Mehmed II à Istanbul. Il s’agit d’une erreur et aucune trace d’une œuvre écrite de ce genre du grand mystique iranien n’a été identifiée à ce jour.

87 Asadî’s neupersisches Wörterbuch Lughati Furs nach der einzigen vaticanischen Handschrift (Abhandlungen der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, Philologisch.‑Historische Klasse, N.S. 1/8). Berlin 1897. Entretemps, d’autres manuscrits de ce dictionnaire ont éte trouvés et publiés en Iran.

88 « Ich werde wohl schwerlich das Glück haben, je auf der Terrasse von Persepolis zu stehen. Der erste Eindruck würde vielleicht etwas enttäuschend sein, ganz wie es wohl den meisten geht, die zum ersten Male das Forum Romanum oder die Akropolis von Athen betreten. Aber wie diese beiden weltgeschichtlichen Ruinenstätten studirt sein wollen, ehe ihr voller Zauber auf den Beschauer wirken kann; so gewiß auch die Trümmer der achämenidischen Königsstadt. Ich wage zu glauben, dass des Darius und Xerxes luftige Hallen den Vergleich mit den schweren dorischen Tempeln haben ertragen können. » Paul Horn : « Was verdanken wir Persien? ». In : Nord und Süd – Eine deutsche Monatsschrift, Breslau, vol. 94, 282 (septembre 1900), p. 377395, ici p. 383.

89 « […] persische Paläste noch der Gegenwart muthen uns wie Wunderbauten an, wenn wir Beschreibungen von ihnen lesen – wenn ich in Constantinopel nicht genug staunen konnte über die Pracht von Dolma Bagtsche, Begler Begi und anderen Sultanspalästen, meinen Kenner Persiens, die Stambuler Kiosks seine ärmlich gegen die Schlösser des Schahs von Iran. » Ibid., p. 378.

90 Paul Horn : « Moderne türkische Literatur ». In : Beilage der Allgemeinen Zeitung 193 (24.08.1900), p. 15.

91 Sur ce libraire (et d’autres), voir Johann Strauss : « Les livres », p. 13.

92 « […] wegen seiner Inhaltsangabe jedes Buches als ein kurzer Abriß der neueren türkischen Literaturgeschichte gelten kann ». Huit catalogues ont été publiés par Arakel Tozlian entre 1884 et 1895, mais c’est surtout le premier qui a rendu les plus grands services à nombre d’orientalistes européens.

93 La collection de la Türkische Bibliothek allait compter 26 volumes jusqu’en 1926.

94 Paru dans Westermann’s Monatshefte, vol. 84 (1898), p. 350.

95 Elle se maria en Orient avec un savant indépendant (Privatgelehrter), Friedrich Arnd, qui se convertit du judaïsme à l’islam pour pouvoir la prendre comme deuxième épouse. Il prit le nom d’Omar al Raschid Bey. Après leur mariage, en 1886, le couple continua à vivre pendant une année à Istanbul, puis à Munich. Helene Böhlau publia ses œuvres sous son nom allemand, parfois en ajoutant « Frau al Raschid Bey ». Horn mentionne cette écrivaine aussi dans GTM, p. 62 : « Vielleicht schreibt Frau Helene Böhlau‑el Raschid Bej einmal türkisch für ihre türkischen Schwestern, in deren Reihe sie ja durch ihre Ehen eingetreten ist. »

96 Voir la description dans l’article de Klaus Kreiser : « Turkologie als Steckenpferd ? von Paul Horn bis Carl Frank ». In : Abant İzzet Baysal Üniversitesi Sosyal Bilimler Enstitüsü Dergisi (Semih Tezcan’a Armağan) 13 (2014), p. 213‑238, ici p. 215‑223.

97 Les différentes étapes de la réalisation de ce projet ont été décrites en détail par Klaus Kreiser : « A Divan for the Sultan : between the production of an Oriental text and the German art of printing ». In : Bill Hickmann / Gary Leiser (éd.) : Turkish Language, Literature and History. Travelers’ tales, sultans and scholars since the eighth century. Londres / New York 2016, p. 223248.

98 En turc : şîrler pençei kahrımda olurken lerzân//Beni bir gözleri âhûya zebûn etdi felek.

99 Apparemment sans tenir compte de deux éditions (partielles) imprimées à Istanbul en 1888 et 1890 respectivement.

100 Le terme arabe signifie « suspension ». Ce style de calligraphie arabe s’était développé chez les Iraniens, notamment pour copier la poésie. Une variante de cette écriture (connue sous le nom de nasta‘līq) est toujours courante en Iran. Elle est particulièrement difficile à adapter à l’imprimerie. Pour cette raison, on a privilégié pendant longtemps la lithographie en Iran. Ce sont des imprimeurs arméniens d’Istanbul qui furent les premiers à créer des caractères d’imprimerie ta‘līq (et nasta‘līq).

101 Le Temps 16006 (14.06.1905), cité par Kreiser : « A Divan », p. 237.

102 Voir l’annexe III ci‑après.

103 Dans son article « Que devons‑nous à l’Iran ? », on trouve une sorte de confession du savant iranologue. Non sans amertume, il écrit : « Schreiber dieses hatte genügende Veranlassung, sie sich persönlich einmal zu stellen. Er verdankt Persien zunächst, dass er über zehn Jahre hat Privatdocent sein müssen, weil er sich so lange und noch länger mit diesem Lande, seiner Sprache und Allem, was zu ihm in Beziehung steht, beschäftigt hat, dass man ihm nichts Anderes weiter zutraute. Und Professuren für Persisch giebt es in Deutschland nicht – nur für Sanskrit (fast an jeder Universität), Assyrisch Aegyptisch u. a. m. Zehn Jahre Privatdocent sein ist nun gewiss kein Vergnügen. Der von diesem Schicksal betroffene hatte alle Ursache, sich einmal zu fragen, ob denn der Gegenstand seiner Studien auch ein solches Opfer werth sei. Innere Befriedigung hatten ihm diese allerdings völlig gegeben, und das ist ja schließlich die Hauptsache. Aber man möchte doch auch andere davon überzeugen, dass man etwas betreibt, das die eingehende Bemühung, welche man ihm widmet, werth ist. Das soll nun die Beantwortung der allgemeinen Frage : Was verdanken wir Persien ? versuchen. » Horn : « Was verdanken wir Persien? », p. 377378.

104 Voici ce qu’écrit la StraßburgerBürgerZeitung 267 (13.11.1908) : « Nach langem Leiden ist am Mittwoch der außerordentliche Professor in der philosophischen Fakultät der KaiserWilhelmsUniversität, Dr phil. Paul Horn im Alter von 45 Jahren gestorben. Zu Halle an der Saale geboren, habilitierte er sich laut “Post” nach dem Besuch der dortigen Universität und des Orientalischen Seminars in Berlin 1889 an der hiesigen Universität für iranische Sprachen, erhielt 1892 die Venia legendi für vergleichende indogermanische Sprachwissenschaft und war seit 1900 außerordentlicher Professor. Wissenschaftliche Reisen führten ihn besonders nach England, Italien, Rußland und der Türkei. Reich waren die Früchte seines Studiums in Büchern und Arbeiten in wissenschaftlichen Zeitschriften. Mit Trauer steht seine Familie – er hinterlässt eine Witwe und eine Tochter – und die akademische Welt am frühen Grabe dieses Gelehrten, dessen Wissen und Wirken zu so großen Hoffnungen berechtigt hatte. »

105 « Was die Zukunft Persien bringen wird, ist ungewiß. Sein Fortbestehen ist innigst zu wünschen, ja es ist im Grunde eine politische Nothwendigkeit. Je stärker es wäre, desto besser für Persien selbst wie auch für die Welt. Als ein kräftiges Bollwerk zwischen Rußland und England könnte es eine heilsame Aufgabe erfüllen. Was aber auch immer sein Schicksal sein wird, der Ruhm seiner großen Vergangenheit wird unser Interesse an ihm nie ersterben lassen. Seine mannigfachen Leistungen im Laufe der Zeiten drängen uns den Wunsch auf, dass es ihm vergönnt sein möge, sich noch einmal, wie so oft schon, wieder zu einer Großmacht zu erheben und die ihm gebührende Stelle unter den Staaten des Orients einzunehmen, die es an Lebenskraft alle übertroffen hat. » Horn : « Was verdanken wir Persien ? », p. 395. Signalons que son jugement sur l’influence des mollahs est sans équivoque : « In katholischen Litteraturgeschichten kommt Hafis schlecht weg. Er ist ein Gegner der “Pfaffen” und ihrer “Orden”. Ein unparteiischer Katholik, der die Verhältnisse kennt, wird sicherlich zugeben, dass die “Pfaffen” des Islams, die Mullas, für jede freiere geistige Entwicklung von jeher das stärkste Hinderniß gebildet haben, und dass sie auf die Dauer für Persien geradezu ein nationales Unglück bedeuten. » Ibid., p. 387.

106 L’adresse est précisée dans le document suivant : An Herrn Privatdozenten Dr. Horn per Adr. Herrn Garabed Effendi Carracache (sic) in Constantinopel, Pera, rue Hava 7.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paul Horn en 1900, coll. et photogr. BNU de Strasbourg.
URL http://journals.openedition.org/rg/docannexe/image/832/img-1.png
Fichier image/png, 253k
Titre Le Divan de Sélim Ier, page de titre, coll. BNU de Strasbourg. Cliché J. Strauss.
URL http://journals.openedition.org/rg/docannexe/image/832/img-2.png
Fichier image/png, 513k
Titre Le Divan de Sélim Ier, coll. BNU de Strasbourg. Cliché J. Strauss.
URL http://journals.openedition.org/rg/docannexe/image/832/img-3.png
Fichier image/png, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johann Strauss, « Paul Horn (1863‑1908) : misère et splendeur d’un iranisant et turcologue à Strasbourg », Recherches germaniques, HS 12 | 2017, 35-64.

Référence électronique

Johann Strauss, « Paul Horn (1863‑1908) : misère et splendeur d’un iranisant et turcologue à Strasbourg », Recherches germaniques [En ligne], HS 12 | 2017, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rg/832 ; DOI : 10.4000/rg.832

Haut de page

Auteur

Johann Strauss

Maître de conférences
Département d’Études turques
Groupe d’études orientales, slaves et néo-helléniques (G.E.O.)
Université de Strasbourg

jostrauss@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals