Navigation – Plan du site

La ‘géographie appliquée’ au service de l’expansion allemande avant 1914

L’exemple de la Perse
Die ,angewandte Geografie‘ im Dienste der deutschen Expansion vor 1914: das Beispiel Persiens
‘Applied geography’ as a tribute to the German development before 1914: Persia is a case in point
Philippe Alexandre
p. 119-139

Résumés

Le cas du géographe Hugo Grothe illustre le rôle joué par certaines disciplines universitaires, en l’occurrence la ‘géographie appliquée’, dans la diffusion de l’idéologie expansionniste allemande avant 1914. Des scientifiques entreprenaient, avec le soutien de l’Empereur et du personnel diplomatique concerné, des expéditions ayant pour but de rassembler des données et des informations qui permettaient de mieux faire connaître en Allemagne des régions dans lesquelles l’influence et le commerce allemands étaient appelés à se développer. Il s’agira ici de la Perse, pays situé dans une zone placée au cœur du vaste projet que constituait le chemin de fer de Bagdad, imaginé et mis en œuvre par les Allemands. Dépassant son domaine de compétence habituel, le scientifique se faisait conseiller et promoteur d’une politique ; lié aux milieux pangermanistes, Hugo Grothe cherchait, par une habile politique éditoriale, à s’adresser à tous les publics, aux acteurs du monde économique comme à l’opinion qu’il s’agissait de gagner à une idée. La Perse apparaissait dans ses publications comme un des pays de l’Asie Occidentale les plus prometteurs pour le développement futur de l’Allemagne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Karl Dove (1863-1922) fut maître de conférences au Seminar für Orientalische Sprachen (Institut des (...)
  • 2 « Géographie appliquée. Études publiées pour servir à la diffusion de connaissances géographiques e (...)

1En 1902, le géographe et explorateur spécialiste de l’Afrique Karl Dove1 créait une collection éditoriale ayant pour titre : « Angewandte Geographie. Hefte zur Verbreitung geographischer Kenntnisse in ihrer Beziehung zum Kultur- und Wirtschaftsleben »2. Karl Dove, à cette époque professeur à l’Université d’Iéna, avait des liens avec la Société coloniale allemande, qui organisait des voyages d’exploration et d’études en Afrique. Continuée par le géographe et orientaliste Hugo Grothe, cette collection comptait, en 1914, une trentaine de titres.

  • 3 Götz H.-G. von Rohr (éd.) : Angewandte Geographie (Das Geographische Seminar), 2e éd. améliorée. Br (...)
  • 4 Erforschung et Erschließung sont deux mots-clés de la discipline ; on les rencontre fréquemment che (...)

2C’était sans doute la première fois que dans une publication ou, comme ici, dans le titre d’une collection, apparaissait la notion de « géographie appliquée ». Cette discipline a toujours existé, nous explique un ouvrage collectif dirigé par Götz H. G. von Rohr et intitulé : Angewandte Geographie (1994)3. Elle est née de systèmes politiques et de visions du monde, elle présente des caractéristiques différentes selon les civilisations, mais constamment elle s’est intéressée à des problèmes liés à l’espace, définissant des concepts et préconisant des mesures en vue de leur résolution. Au centre de ses préoccupations figurent notamment : la recherche de nouveaux territoires d’implantation et leur exploration4 ; la mise en valeur de régions jusqu’ici problématiques ; la recherche de lieux d’implantation pour différentes activités ; l’installation de colonies – le terme étant pris ici au sens large – de différents ordres de grandeur ; la mise en place de réseaux de communication.

  • 5 Rohr : Angewandte Geographie, p. 31.

3La ‘géographie appliquée’ se propose donc de répondre à un besoin d’informations permettant aux décideurs et acteurs des milieux politiques et économiques de se déterminer, de faire naître et d’entretenir des relations économiques avec d’autres pays en vue d’optimiser la croissance résultant de ces relations et de faire progresser le PIB5. Conjuguant la géographie physique, l’anthropogéographie, la géographie économique et d’autres disciplines telles que la géopolitique, elle dépasse souvent le domaine de la recherche pure pour s’aventurer dans le domaine de l’investigation politique ; c’est alors que le scientifique, le chercheur, se fait conseiller, incitateur, voire propagandiste.

  • 6 Voir à ce sujet Guillemette Crouzet : Genèses du Moyen-Orient : le Golfe Persique à l’âge des impér (...)

4La collection Angewandte Geographie en est une illustration : elle se donnait pour but de diffuser des connaissances géographiques utiles sur des pays lointains avec lesquels l’Allemagne entendait entretenir des relations en vue de multiplier à toutes fins utiles ses « sphères d’influence et d’intérêt » ; il s’agissait là d’un concept différent du colonialisme. Dans le cas de l’Asie occidentale et de la Perse en particulier, était envisagée une « pénétration pacifique » qui s’inscrivait dans un grand dessein allemand d’expansion, à caractère impérialiste, dont le chemin de fer de Bagdad, le Bagdadbahn, devait être l’épine dorsale6. Cette stratégie s’appuyait non seulement sur des infrastructures, financées ou cofinancées par des capitaux allemands, mais aussi sur la diplomatie, des partenariats, une politique culturelle et humanitaire.

5Nous nous proposons, dans cette étude, après avoir rappelé le contexte de l’activité d’Hugo Grothe avant 1914, d’en définir les enjeux ; puis, en examinant le cas de la Perse, nous nous efforcerons de présenter ses méthodes et ses résultats et, enfin, de montrer quelle fut la stratégie éditoriale qu’il utilisa pour s’adresser à des publics différents dont il s’agissait de remporter l’adhésion.

Contexte et enjeux des voyages entrepris par Hugo Grothe

  • 7 Paul Rohrbach : Die Bagdadbahn. Berlin 1902.

6À la fin du xixe siècle, la Perse apparaissait de plus en plus en Europe comme un possible domaine d’expansion. En Allemagne, certains observateurs se montraient convaincus que ce pays offrait des perspectives prometteuses pour une économie nationale certes en plein essor, mais qui éprouvait le besoin impérieux de trouver des débouchés pour sa production industrielle. La Perse était, en outre, entre l’Europe et l’Asie, une région de passage où il était important d’être présent et actif pour pouvoir s’affirmer en tant que puissance mondiale. C’est ainsi que, devenue un élément de la Weltpolitik allemande, elle s’était inscrite dans un plan d’expansion en Asie occidentale. En 1903, l’Allemagne obtint du sultan Abdul Hamid une concession qui devait lui permettre de construire une voie de chemin de fer entre Berlin et Bagdad7 ; on prévoyait même de prolonger cette ligne jusqu’à Bassora, avec une ramification qui permettrait de la relier à Téhéran. L’accès au golfe Persique était un enjeu majeur pour toute grande puissance européenne.

  • 8 Eugène Aubin [Léon Eugène Aubin Coullard Descos] : La Perse d’aujourd’hui. Iran, Mésopotamie. Paris (...)

7Les Allemands étaient toutefois obligés de tenir compte de certaines données déterminantes. Durant la période où Hugo Grothe effectua le périple au cours duquel il séjourna en Perse, celle-ci était, depuis deux ans, en proie à un mouvement révolutionnaire ; elle fut le premier pays du Moyen-Orient à devenir un État constitutionnel. « La vieille Perse achève de mourir ; la nouvelle est en train de naître », écrivait en 1908 le diplomate français Eugène Aubin dans son ouvrage La Perse d’aujourd’hui8. Il fallait en outre faire face à une situation géopolitique défavorable : la Russie et la Grande-Bretagne s’étaient depuis longtemps partagé la Perse où existaient deux zones d’influence ; l’une russe, au nord, l’autre anglaise, au sud. C’est entre ces deux zones que les observateurs allemands conseillaient à leurs compatriotes de ménager leurs intérêts, tout en affirmant qu’il ne s’agissait pour l’Allemagne que d’intérêts économiques, tout en sachant bien qu’il était difficile, dans le contexte de l’époque déjà, de dissocier économie et politique.

8Après l’accord anglo-russe de 1907, l’Allemagne opta pour une stratégie qui, s’appuyant sur un travail obstiné, lui permit d’être considérée à Téhéran comme un partenaire sur lequel la Perse pouvait fonder des espoirs. Avec la rencontre de Potsdam entre Guillaume II et le tsar Nicolas II, en novembre 1910, puis avec l’accord du 19 août 1911, elle réussit à se rapprocher de la Russie, c’est-à-dire de la puissance qui conservait sur Téhéran l’influence la plus forte, et par là même aussi à faire douter la France de la solidité de l’Entente franco-russe. L’instrumentalisation de la Perse dans la politique européenne est une autre question. Pour pénétrer dans ce pays, l’Allemagne devait mettre en œuvre une diplomatie du partenariat, soutenue par sa force économique, par un travail « culturel et humanitaire » et une géographie économique.

  • 9 L’importance économique de l’Asie occidentale. Une seconde édition fut publiée en 1908, dans la mêm (...)
  • 10 La Perse. Contribution à une étude de sa géographie et de sa civilisation.
  • 11 Mariam Habibi : L’interface France-Iran 1907-1938, une diplomatie voilée, préface de Pierre Milza. (...)

9C’est dans cet esprit que la collection « Angewandte Geographie » proposa, en 1902, une étude du publiciste Paul Rohrbach (1869-1956) : Die wirtschaftliche Bedeutung Westasiens9, puis, en 1911, Persien. Ein Beitrag zur Landeskunde10 d’Hugo Grothe (1869-1954). Une analyse de ces publications permet de définir ce que l’on entendait à cette époque par ‘géographie appliquée’ : il s’agissait de rechercher des territoires où l’on espérait pouvoir poursuivre son expansion, économique ou autre, entre autres grâce à l’implantation d’établissements industriels, bancaires et commerciaux. Cela supposait d’investir dans des infrastructures, de nouer des liens les plus étroits possibles, non seulement avec le pouvoir politique, mais aussi avec les populations autochtones. Comment y parvenir sans se donner les moyens de cette stratégie ? En s’efforçant de répondre à cette question, la ‘géographie appliquée’ dépassait les limites de la science ; elle préconisait, elle cherchait à convaincre, à gagner à la cause de l’expansion une opinion publique devenue un « acteur des relations internationales »11.

10On constate en outre que Paul Rohrbach, l’un des publicistes politiques les plus actifs de la mouvance libérale à l’époque de Guillaume II, effectua son voyage en Asie Occidentale au moment où le projet du chemin de fer de Bagdad était dans un état de gestation déjà avancé. De même, Hugo Grothe, en tant qu’universitaire, accomplit un périple de dix-huit mois dans la même région, en 1906 et 1907, c’est-à-dire à l’époque où fut signé l’accord entre la Russie et l’Angleterre. Une recension d’un livre de Rohrbach parue dans les Petermanns Mitteilungen en 1902 définit bien le grand dessein allemand dans lequel s’inscrivait l’intérêt pour la Perse, la problématique d’avant 1914 et les obstacles que l’Allemagne devait surmonter pour pouvoir pénétrer en tant que puissance dans ce pays. L’auteur de cette recension, H. Zimmerer, écrivait :

  • 12 H. Zimmerer : « Paul Rohrbach : Im Vorderen Asien. Politische und andere Fahrten. Berlin-Schöneberg (...)

La Perse semble être condamnée à connaître le sort d’un État vassal de la Russie, ce qui est totalement le cas de l’Azerbaïdjan, la province occidentale, qui jouxte le Caucase russe, et elle est considérée, de part et d’autre de l’Araxe, comme étant déjà pour moitié sous administration russe.12

  • 13 Paul Rohrbach, dans une recension, rappelait que l’ouvrage de Grothe Meine Vorderasien-Expedition 1 (...)

11À cette époque, l’Allemagne était considérée par la Russie et l’Angleterre, ainsi que par la France, comme l’« intrus » qui cherchait à pénétrer dans une sphère d’influence où, disait-on, avait été trouvé un équilibre qui ne devait pas être rompu. La France conservait à cette époque une influence morale et intellectuelle en Perse, et des puissances dites secondaires, la Belgique par exemple, étaient sollicitées par Téhéran qui leur demandait de mettre à sa disposition des fonctionnaires auxquels étaient confiés certains domaines de l’administration persane. Les Allemands, quant à eux, s’efforçaient d’apparaître à Téhéran comme une « troisième voie » qui permettrait à la Perse d’échapper à l’influence devenue trop pesante des deux grandes puissances tutélaires et de sauver ainsi son indépendance. C’est sans doute pourquoi Rohrbach, puis Grothe surtout, bénéficièrent de l’appui des diplomates de l’ambassade et des consulats allemands ; le second fut même financièrement soutenu par l’Empereur13.

Les résultats des expéditions : une méthode d’exposition

  • 14 Hugo Grote : Meine Studienreise durch Vorderasien (Kleinasien, Mesopotamien und Persien) 1906 und 1 (...)

12Dans la collection « Angewandte Geschichte » ont donc paru, à Halle, en 1902, Die wirtschaftliche Bedeutung Westasiens, de Paul Rohrbach (1re série, n° 2) ; à Vienne, Persien. Ein Beitrag zur Landeskunde, avec cinq cartes, de Hugo Grothe (vol. 35) ; Zur Natur und Wirtschaft von Vorderasien. I. Persien (3e série, n° 11). Le contenu de ces deux dernières publications était identique. Il paraît difficile de ne pas compléter cette liste par des publications de même nature et poursuivant les mêmes buts : Meine Studienreise durch Vorderasien (Kleinasien, Mesopotamien und Persien) 1906 und 1907. Vorläufiger Bericht, édité par Hugo Grothe en 1908, ainsi que Wanderungen in Persien, de Hugo Grothe (Allgemeiner Verein für Deutsche Literatur, Berlin), publié par Hermann Paetel en 191014.

  • 15 Paul Rohrbach : Im Vorderen Asien. Politische und andere Fahrten. Schöneberg-Berlin 1901, 144 p., a (...)
  • 16 Rohrbach : Im Vorderen Asien, p. 22. L’auteur note que les populations de la Perse ont développé un (...)
  • 17 Ibid., p. 22-23.
  • 18 Ibid., p. 23.

13La ‘géographie appliquée’ telle qu’elle était conçue ici, c’était d’abord une méthode. L’ouvrage de Paul Rohrbach publié en 1902, et dont la diffusion est soutenue par des conférences publiques et des articles de journaux, commence par le récit de son voyage, qu’il qualifie dans un livre précédent de « voyage politique »15. Le lecteur y trouve une description des paysages (relief, hydrographie, météorologie), des données sur les populations et l’organisation administrative des pays parcourus. Rohrbach met l’accent sur des caractéristiques physiques qui lui semblent importantes ; dans le cas de l’Iran, l’alternance de chaînes de montagnes qui enserrent de grands bassins, les zones désertiques, la côte, les bords de la mer Caspienne, et surtout, il identifie et localise les ressources naturelles. Est ensuite dressée la liste des « facteurs culturels » permettant d’imaginer l’avenir, ce qu’il serait possible d’entreprendre dans les régions parcourues. Le prospecteur relève certaines données relevant de l’ethnographie (conditions de vie, nomadisme, tribalisme), de la psychologie des peuples (caractère du peuple d’Iran, qualifié ici de « sain »), de la démographie (grande irrégularité dans l’évolution du nombre global de la population, insuffisance de la population urbaine). Le cadre général étant décrit, l’intérêt se porte sur des données de la géographie économique, notamment sur les ressources naturelles, les infrastructures et le réseau hydrographique. L’observation est faite en fonction de préoccupations particulières. La pénurie d’eau conditionne l’activité humaine16 et la démographie ; la physionomie du relief ralentit, neutralise même le trafic durant l’hiver, et rend difficile l’aménagement d’infrastructures. Rohrbach fait en outre sur l’ensemble du pays des remarques générales que l’on retrouvera chez Hugo Grothe. Ainsi rappelle-t-il que la Perse doit en partie son importance à son caractère de « zone de passage », et, convaincu que c’est une erreur de sous-estimer le potentiel de l’économie de ce pays, il affirme que celui-ci a une certaine capacité d’absorption en tant que débouché17. Naturellement, les considérations générales relevant de la géopolitique et de la géostratégie ne sauraient être absentes d’un compte rendu de « voyage politique » ; Rohrbach rappelle à ses lecteurs que la Russie et l’Angleterre se sont acquis en Perse une situation de monopole18.

14Le respect de la chronologie du voyage a le mérite de la clarté, le choix de l’usage de la première personne rend le récit plus vivant, la relation d’expériences personnelles faites durant le voyage lui confère une certaine plasticité. Quant aux nombreuses remarques qui émaillent le récit, elles ont pour but de convaincre un lecteur déjà conditionné par le choix des informations retenues par l’auteur. Elles ramènent finalement toutes au grand dessein qui lui tient à cœur, la réalisation du chemin de fer de Bagdad auquel la Perse est appelée à être raccordée. Insistant sur les perspectives, il s’efforce de montrer la faisabilité des projets dont il préconise la mise en œuvre. Ainsi pense-t-il qu’il est possible de faire revivre l’ancienne voie royale persane, qui a certes perdu de son importance, mais qui est une voie de circulation naturelle (Meschhed – Hamadan – Susa – Babylone) susceptible d’être redynamisée.

  • 19 Ibid., p. 32.
  • 20 Ibid., p. 32-35.

15Rohrbach sait aussi faire preuve de prudence. D’une part, il se garde bien de fonder son jugement sur des expériences faites en chemin, sur les routes ou en ville, car les grandes villes – en Orient plus encore qu’en Occident, dit-il – ne reflètent pas les réalités de l’ensemble d’un pays ; d’autre part, il ne néglige pas les rapports de force. Ce réalisme se saurait lui faire abandonner l’idée qui sous-tend son discours : la Perse peut devenir un élément d’une sphère d’intérêt allemande. D’où, malgré tout, la volonté de se montrer optimiste. Il y a, en Perse, un marché pour les Allemands ; les Russes s’appuient certes sur des positions fortes pour imposer leur loi à la Perse19, mais il reste des possibilités à exploiter à partir de la mer Noire et des ports du golfe Persique, en empruntant les routes traditionnelles ; les valeurs allemandes s’imposeront dans ce pays, où la concurrence entre la Russie et l’Angleterre ne peut être que profitable à un tiers : l’Allemagne20. Telles sont ses conclusions.

  • 21 Ibid., p. 36 : « Deutschland ist demgegenüber selbstverständlich daran interessiert, daß Persien al (...)
  • 22 Ibid., p. 33-36.

16Rohrbach, auquel différents voyages ont apporté d’utiles connaissances, entend jouer ici le rôle de conseiller. Aux milieux économiques allemands il recommande de se concentrer sur Tabriz, de produire à bon marché ou en tout cas moins cher que les concurrents, de trouver un système qui permettrait de contourner les intermédiaires de Constantinople, d’installer des usines allemandes sur place, par exemple à Tabriz ou dans d’autres villes offrant des perspectives, de baisser le loyer de l’argent. (Alors que les Anglais pratiquent des taux à 2-3 %, les Allemands en restent à 4-6 %.) Il se fait en outre le porte-parole de la politique demandée par le gouvernement de l’Empire, celle de la « porte ouverte ». Considérant l’influence acquise par la Russie et la Grande-Bretagne dans cette région, il écrit : « Face à cette situation, l’Allemagne a naturellement intérêt à ce que la Perse reste un marché libre et international »21. Il dénonce l’impérialisme agressif et sans scrupule des deux grandes puissances qui cherchent à contrôler ce pays, affirme que l’Allemagne, pour sa part, n’a pas de visées politiques en Perse, qu’elle ne cherche qu’à établir avec ce pays un partenariat économique. Rohrbach dit avoir pour seule intention d’être utile à l’Allemagne, de chercher une solution lui permettant de prévenir dans le futur des crises commerciales telles que celle à laquelle elle est actuellement confrontée22. C’est sur cet arrière-plan économique qu’il entend donner une impulsion en apportant des informations à la fois utiles et stimulantes.

17Chez Rohrbach, nous trouvons, en résumé, les grandes idées qui seront développées par Hugo Grothe. Le projet du géographe sera certes d’une nature un peu différente de celui du publiciste. En outre, au cours de la décennie qui sépare le voyage de Rohrbach (1900) et le livre Persien de Grothe (1911), un certain nombre de facteurs ont modifié la donne géopolitique et les relations entre les puissances ; la situation interne de la Perse a évolué du fait de l’instauration d’un système constitutionnel dans ce pays ; les deux puissances tutélaires ont, sur la base de l’accord intervenu le 31 août 1907, procédé à un partage de la Perse en deux zones d’influence contrôlées par elles : l’une au Nord, à partir du Caucase et de la mer Caspienne ; l’autre au Sud, à partir des Indes et du golfe Persique. On n’en observe pas moins une continuité dans les intentions et les préconisations.

Le géographe au service de l’idée expansionniste, ou comment convaincre les décideurs allemands

  • 23 Wilhelm von Stemrich a été consul général à Istambul, ministre plénipotentiaire à Téhéran (1906-190 (...)
  • 24 Crouzet : Genèses du Moyen-Orient, p. 526-527 : chapitre « Le Bagdadbahn ou la voie du Golfe ».
  • 25 Grothe : Meine Studienreise, p. 1. Il exprime ici sa reconnaissance à l’Empereur Guillaume II qui a (...)
  • 26 Id. : Wanderungen in Persien. Erlebtes und Erschautes. Berlin 1910, dédicace non paginée.

18Hugo Grothe est un scientifique, qui a minutieusement mis au point son expédition dans l’Asie occidentale (sud-est de l’Asie mineure, Mésopotamie, Perse) ; les préparatifs ont été faits depuis Istambul, avec l’aide de Wilhelm von Stemrich23 qui, en 1900, a lui-même piloté une équipe d’ingénieurs allemands, venue au Koweït pour effectuer des repérages en vue d’une prolongation du Bagdadbahn jusqu’au golfe Persique24. Outre cette aide logistique, Grothe a bénéficié du soutien financier de l’empereur Guillaume II et d’autres personnalités, de l’encouragement de nombreuses personnalités, en Bavière et dans l’Empire, de l’aide des membres du « comité de préparation de l’expédition »25. Au cours de son voyage, il sera accueilli par des amis, des compatriotes et des ressortissants d’autres nations qui, dira-t-il, lui ont fait oublier les moments difficiles de sa vie de nomade qui se déplace à cheval et accompagné de caravanes26. Il restera six mois en Perse, de la mi-juillet 1906 au 31 janvier 1907.

  • 27 Grothe : Meine Studienreise, p. 1-2, ici p. 2 : « Diese Reise bewegte sich vorwiegend in den Gegend (...)
  • 28 Ibid., p. 42 : « eine der wichtigsten und ergebnisreichsten Leistungen meiner Reise. »
  • 29 Ibid.

19Outil de la ‘géographie appliquée’, l’expédition est chez Grothe à la fois un « voyage politique », dans l’acception que lui donne Paul Rohrbach, et un « voyage d’étude » ou d’« exploration ». Il qualifie son entreprise de « travail de recherche dans le domaine de la géographie », de « prospection s’intéressant à l’économique et à l’ethnographie ». Son père a été impliqué dans la construction du chemin de fer de Bagdad, lui-même a consacré à ce projet un diplôme universitaire. Aussi comprend-on pourquoi il écrivait en 1908 : « Ce voyage s’est en grande partie déroulé dans les régions dont on peut dire qu’elles constituent la sphère d’intérêt du chemin de fer de Bagdad »27. À propos de ce qu’il a pu réunir en informations sur la Perse, il note : c’est là « un des résultats les plus importants et les plus fructueux de mon voyage »28. S’agissant de son excursion dans le Puscht-i-Kûh, chez les belliqueux Feïlilures, il souligne que les gouvernements turc et persan s’étaient montrés défavorables à son projet de voyage dans cette région, que le gouvernement de Téhéran avait de la peine à pacifier. Il y avait effectué une première visite en compagnie du consul allemand de Bagdad, Karl Richarz. Il a été, selon lui, le premier Européen à pénétrer ce territoire29.

20Parfois poussé par la curiosité scientifique à tenter de telles aventures, le géographe n’en oublie pour autant jamais la finalité essentielle de son entreprise : il s’agit d’explorer une région en vue d’une action future, d’effectuer un travail de reconnaissance et de repérage, qui sera suivi d’une campagne de communication. Par l’observation directe, il recueille à cet effet des données relevant de l’ethnographie et de la psychologie des peuples. Au cours de son expédition, il constate l’état des infrastructures existantes, procède à un relevé des ressources naturelles exploitables, mesure les difficultés posées par les obstacles naturels à la circulation de marchandises. Comme Rohrbach, il dit avec quelles parties de la population de la Perse les Allemands pourraient travailler avec le plus de profit, et pourquoi.

21Comment Hugo Grothe présente-t-il les résultats de son expédition ? Il y a des points communs dans le contenu de ses différentes publications, avec des inflexions selon le public visé. Nous nous concentrerons ici sur Persien. Ein Beitrag zur Landeskunde, paru dans la collection « Angewandte Geographie », pour en dégager les caractéristiques méthodologiques, en résumer les résultats principaux, en analysant aussi la manière dont il expose les enjeux et les buts qu’il poursuit. Il structure sa matière en quatre parties : 1) La première décrit la nature du pays, les populations et leurs valeurs culturelles, les voies d’accès utilisables pour le commerce avec la Perse, la vie économique du pays. 2) Il présente ensuite des éléments statistiques (population, consulats, banques, routes principales empruntées par les caravanes et tarifs des transports, navigation, commerce). 3) Sous forme de tableaux, il fait le bilan de l’action culturelle et humanitaire menée par les différentes puissances en Asie occidentale. 4) Cette présentation est suivie d’une annexe cartographique.

  • 30 À propos de l’anthropogéographie et Friedrich Ratzel, voir Patrick Matagne : « L’anthropogéographie (...)

22L’ouvrage de Hugo Grothe relève de la Landeskunde, c’est-à-dire de l’étude de la géographie et de la civilisation du pays. Il conjugue géographie physique (orographie, hydrographie, ressources naturelles), géographie humaine, géographie économique, statistique, géographie politique, fait donc appel aux concepts et aux méthodes de disciplines nouvelles, comme l’anthropogéographie, qui se développe à cette époque avec Friedrich Ratzel30, dont il est proche. Analysant la nature de l’économie du pays, il cherche à définir la place qu’elle occupe ou pourrait occuper à l’avenir dans l’économie mondiale.

  • 31 Le général Sir Albert Houtum-Schindler (1846, Pays-Bas ou Allemagne – 1916, Fenstanton / Angleterre (...)
  • 32 Louis-Joseph Olmer : Rapport sur une mission scientifique en Perse, Ministère de l’Instruction publ (...)
  • 33 Voir par exemple Foreign Office. 1892. Annual Series. n° 1134. Diplomatic and Consular Reports on T (...)

23Si le but de son expédition est de recueillir des informations de première main, Grothe se fonde sur les travaux de pionniers et de devanciers, c’est-à-dire sur une bibliographie qui renvoie à de nombreux ouvrages consacrés à la Perse dans tous les compartiments de la discipline « géographie » depuis Carl Ritter. La somme de ces références permet de faire un bilan des connaissances déjà acquises et de combler les lacunes de l’Allemagne, que Hugo Grothe déplore. Il fait appel aux connaissances anciennes et récentes dont il commente la pertinence ou, au contraire, les insuffisances. Comme d’autres auteurs, il se réfère par exemple aux informations fournies par Houtum-Schindler (1846‑1916), officier qui a été entre autres inspecteur général des télégraphes en Perse31, aux résultats de missions scientifiques françaises, comme le rapport sur les industries de la Perse signé par Louis-Joseph Olmer, qui fut professeur de physique et de chimie au Collège impérial polytechnique de Téhéran32. Parmi les sources allemandes, mentionnons l’Allgemeine Länderkunde (1904) de Sievers. Quant aux données statistiques, qu’il s’agisse par exemple des populations ou du commerce, elles jouent un rôle important dans l’argumentation ; elles doivent en effet permettre d’évaluer, de constater des évolutions, de faire des projections et donc de montrer les perspectives possibles, même si elles sont à utiliser avec prudence33, comme Grothe lui-même le souligne. Le géographe allemand reste ici dépendant des informations contenues dans les Diplomatic and Consular reports britanniques, et des statistiques des Douanes persanes, dirigées par des Belges.

  • 34 Voir par exemple A. F. Stahl : « Routenkarte von Nordwest-Persien. Nach eigenen Aufnahmen ». In : P (...)

24La cartographie est elle aussi un instrument indispensable au géographe. Elle présente une grande diversité : depuis la fin du xixe siècle ont été publiées des cartes de la Perse, fournissant des informations sur le relief, les grandes voies de communication, les ressources naturelles, donnant ainsi un aperçu des possibilités qui s’offrent aux milieux économiques des pays européens. Les voyages successifs des spécialistes permettent d’actualiser ou de corriger les cartes existantes. Celles que publie Grothe ont – à côté de celles de Stahl par exemple – contribué à l’amélioration des connaissances sur la Perse des années 1900, au renouvellement des cartes de Perse déjà connues à l’époque, d’en établir de nouvelles, en insistant sur les régions censées intéresser plus particulièrement les milieux économiques allemands34.

Une communication persuasive ou comment gagner les Allemands à la cause d’une expansion économique en Perse

25Même formatées pour des publics ciblés, des données brutes ne sauraient suffire à convaincre ses lecteurs. Aussi voit-on le scientifique dépasser les limites dans lesquelles son rôle devrait le cantonner ; c’est qu’en effet il s’est proposé de défendre une cause : celle des intérêts nationaux et de milieux qui, dans l’Empire, sont favorables à l’expansion allemande. Son argumentation se développe en fonction de cet objectif.

  • 35 Grothe : Persien, p. 2.
  • 36 « Die wirtschaftliche Einflussnahme Deutschlands ». Ibid., p. 50.

26Il s’agit de présenter des données solides, qui, dans un contexte économique condamnant l’Allemagne à exporter, apportent la preuve que celle-ci peut trouver, en l’occurrence en Perse, des débouchés et des possibilités d’implantation pour son industrie. Le géographe s’efforce de répondre à un certain nombre de questions : comment permettre à la Perse de se rapprocher de la culture et de l’économie européenne35 ? Quel rôle l’Allemagne peut-elle jouer dans le « réveil culturel et économique » de la Perse ? Comment inciter les milieux économiques allemands à s’intéresser davantage à ce pays ? Comment leur donner les moyens de le pénétrer pacifiquement et d’en faire un partenaire, dans le cadre du grand dessein dont le chemin de fer de Bagdad est appelé à devenir l’atout majeur ? L’Allemagne doit s’intéresser davantage à la Perse, y investir et y affirmer sa présence, sans tarder. C’est là son intérêt. On note chez Grothe la récurrence du verbe sollte (devrait) qui montre bien que l’on est ici dans la préconisation, la préoccupation centrale étant l’« influence économique que l’Allemagne doit exercer »36 dans l’Asie occidentale et en Perse plus particulièrement.

  • 37 « Deutschlands Aufgaben und Ziele in Persien ». Ibid., p. 60.
  • 38 Ibid., p. 60.
  • 39 Ibid., p. 61.

27Depuis son retour de Perse en 1907, Grothe a élaboré une argumentation en vue de convaincre les décideurs allemands. Ses arguments relèvent des domaines économique, culturel et politique. Certaines expressions sont révélatrices de l’idée qui préside à la publication de son livre Persien, paru en 1911, dans lequel il définit « les tâches et les objectifs de l’Allemagne en Perse »37. Il note que les milieux économiques allemands souhaitent disposer de données utiles qui leur permettront de se déterminer et qui sont la condition du succès38. Aussi l’Allemagne doit-elle se doter de moyens d’information autonomes sur la Perse ; or elle reste à cet égard dépendante de l’étranger. Ce déficit en information a diverses causes. L’ambassade allemande à Téhéran dispose de trop peu de personnel ; Téhéran n’est pas un véritable centre à partir duquel il est possible d’avoir une vue d’ensemble de la Perse ; l’Allemagne n’a de représentation diplomatique qu’à Téhéran et à Buschehr, et depuis peu des consuls à Tabriz et Rasht, un vice-consul à Téhéran dont le rôle devrait être celui d’un observateur39. Grothe s’efforce donc d’éclairer ses lecteurs. Il indique quelles sont les grandes voies empruntées par les caravanes depuis la Turquie d’Europe jusqu’en Perse :

  • 40 Ibid., p. 50 : « Auf diese hat sich der deutsche Unternehmungsgeist zu stützen, wenn Persiens Hande (...)

C’est sur celles-ci, explique-t-il, que doit s’appuyer l’esprit d’entreprise des Allemands si l’on ne veut pas qu’en Perse le commerce et les transports soient totalement et exclusivement abandonnés à la Russie et à l’Angleterre.40

28Selon Grothe, la marine allemande doit opérer depuis la mer Noire (Deutsche Levante-Linie) ou à partir du golfe Persique (Hamburg-Amerika-Linie). À propos de Tabriz, le centre selon lui le plus important sur lequel les efforts allemands doivent se porter, il note :

  • 41 Ibid., p. 51-52 : « Nicht nur für deutsche kaufmännische Tätigkeit, sondern auch für die deutsche k (...)

Mis à profit non seulement pour l’activité commerciale allemande, mais aussi pour l’action culturelle de l’Allemagne, grâce à des écoles, des médecins et des hôpitaux, Tabriz serait un lieu tout à fait avantageux.41

  • 42 Ibid. Dans sa recension, Paul Rohrbach souligne le rapport de forces défavorable aux Allemands dans (...)

29Il convient en outre de donner à l’apprentissage de la langue allemande une place qu’elle n’a pas encore42.

  • 43 Grothe : Persien, p. 77, note 1.
  • 44 Hugo Grothe : Die Bagdadbahn und das schwäbische Bauernelement in Transkaukasien und Palästina, thè (...)
  • 45 Hugo Grothe note : « La meilleure garantie pour le commerce allemand en vue d’une implantation dura (...)

30Comment Grothe conçoit-il la politique de pénétration économique qui doit permettre à l’Allemagne de s’établir elle aussi en Perse ? Il pense qu’elle peut s’appuyer sur les colonies de Schwaben implantées dans la région43 ; c’est là une idée qu’il a déjà développée dans une thèse soutenue à Würzburg en 190244. Il préconise par ailleurs une implantation directe : pour des raisons d’autonomie et d’efficacité, les entreprises allemandes devraient, selon, lui, s’installer dans les centres économiques stratégiques persans. En invitant ainsi les Allemands à œuvrer sur place, en tirant parti de la main-d’œuvre locale, il s’oriente plus vers un modèle à caractère colonial que vers un système de partenariat45. Il n’en affirme pas moins que l’expansion allemande en Perse doit s’opérer dans des formes acceptables du point de vue éthique, c’est-à-dire dans le cadre d’une coopération qu’il s’agit d’instaurer entre Allemands et Persans. Son argumentation présente d’autres contradictions : d’un côté, elle cherche à montrer qu’en Perse de réelles perspectives s’offrent à l’Allemagne ; de l’autre, elle exprime un ressentiment du fait d’échecs successifs résultant de la politique d’entente menée contre elle par les deux puissances tutélaires que sont la Russie et l’Angleterre, dont la présence dans la région constitue un obstacle important.

31Pour convaincre les milieux économiques allemands, Grothe affiche toutefois, en 1911 comme en 1907, un certain optimisme, qu’il justifie avec les arguments suivants : la Perse évolue favorablement ; sa balance commerciale est certes déficitaire, mais le pays a des ressources ; l’emprunt d’État lui permettra de dynamiser son activité, une réforme de ses finances de rétablir sa situation ; une fois pacifiée, après les troubles politiques qui ont résulté de la révolution constitutionnelle amorcée en 1906, la vie économique pourra se développer. Mais si la Perse est appelée à devenir un partenaire, il faudra l’aider à évoluer. Comme Rohrbach, Grothe énonce clairement les conditions de ce partenariat tant sur le plan politique (réformes) qu’économique (traditions) et culturel (mentalités). En bons Occidentaux, ils attendent tous deux de la Perse qu’elle se réforme, qu’elle se « modernise », on pourrait dire s’occidentalise ou s’européanise, en adoptant les catégories de pensée occidentales. Ce processus passe par l’apprentissage de l’allemand, et pas seulement de l’anglais et du français, par l’ouverture à l’Europe, l’adhésion aux valeurs de la modernité occidentale, telles que le bien-être matériel, la rationalisation de toute activité, la valorisation de l’économie qui doit accéder à un autre statut dans la société et de façon générale dans la vie.

  • 46 Ibid., p. 73-80.

32Grothe n’en reste pas au niveau des idées générales, il entend donner à son message un caractère tout à fait concret. Ainsi propose-t-il un programme cohérent dans lequel il définit des objectifs à la fois précis et selon lui réalistes, dont voici la liste : améliorer les transports par voie maritime et sur le continent ; implanter des filiales allemandes en Perse ; envoyer des missions commerciales en vue d’étudier le pays, d’identifier et de localiser les débouchés possibles ; organiser des expositions d’échantillons selon la méthode russe, qui a fait ses preuves ; rendre le commerce allemand avec la Perse indépendant par rapport à la Russie et à l’Angleterre ; intensifier les relations consulaires ; augmenter la sécurité des routes ; développer une véritable Kulturpolitik sur le modèle anglo-saxon et français ; réviser le traité commercial germano-persan de 1873, afin de clarifier toutes les questions juridiques qui peuvent poser problème ; accorder aux Persans une aide qui leur permettrait d’investir et de mettre leurs biens en valeur ; s’appuyer sur les points commercialement stratégiques (Ouest – Sud‑Ouest – Sud) ; travailler à partir de la mer Noire (Trabzon) desservie par la Deutsche Levante-Linie et à partir du golfe Persique desservi par la Hamburg-Amerika-Linie ; créer une Deutsch-Persische Handelsgesellschaft avec des filiales dans tout le pays, en vue de développer un réseau ; faire davantage de publicité pour les produits industriels allemands en Perse46.

  • 47 Ibid., p. 72, 76, 80.
  • 48 Voir Martin Tamcke : « Deutsche Aktivitäten in der Urmia-Region ». In : Christine Allison / Anke Jo (...)

33Le mot d’ordre est : permettre au commerce allemand de trouver des débouchés dans le nord de la Perse et de prendre de l’avance sur les concurrents. Pour convaincre ses lecteurs, Grothe cite des exemples d’entreprises allemandes dont le succès pourrait faire des émules ; il cite la Compagnie Alleman Mossig & Schünemann à Tabriz, qui a su contourner les intermédiaires47. Cette maison était essentiellement spécialisée dans l’importation de marchandises allemandes qui transitaient par le port de Trabzon ; la marge d’action des Allemands était toutefois condamnée à rester limitée dans toute la région contrôlée par la Russie48.

  • 49 Konrad Canis : Der Weg in den Abgrund. Deutsche Außenpolitik 1902-1914. Paderborn /München / Wien / (...)

34Les résultats des observations faites en 1906 et 1907, complétées jusqu’en octobre 1910 – c’est-à-dire jusqu’au moment où Grothe termine l’introduction de son livre –, sont dans une large mesure une étude de faisabilité plutôt positive, mais force est de constater que l’Allemagne se voit finalement contrainte, sur le plan politique et diplomatique, d’accepter une situation d’échec : elle reste impuissante face au bloc que forment contre elle la Russie et l’Angleterre. Celles-ci vivent dans une tension permanente, mais les velléités allemandes contribuent finalement à les rapprocher et à faire cause commune49.

  • 50 Grothe : Persien, p. 81.

35L’Allemagne peut certes se consoler à la pensée que pour le shâh comme pour le mouvement national persan elle semble être considérée comme une « troisième voie » ; jouer la carte de l’Allemagne, c’est pour la Perse se donner une chance de desserrer quelque peu l’étreinte russo-britannique. Comme Rohrbach en 1902, Grothe affirme que l’Allemagne peut trouver sa place dans ce pays, entre la Russie et la Grande-Bretagne. Dans le domaine de la stratégie géopolitique, il se garde toutefois de se substituer aux décideurs politiques ; ses remarques sont en effet formulées avec prudence. Il ne se prive pas, en revanche, de critiquer ouvertement les méthodes dont font usage les Russes et les Britanniques, à l’égard non seulement des Persans, mais aussi de la concurrente que l’Allemagne peut devenir50. Proposant ici une variante du thème de l’encerclement maintes fois repris dans la presse, il dénonce les efforts faits par les autres puissantes pour freiner le Vordringen, l’avancée des Allemands, dans des régions où elles se sont assuré une position de monopole, position qu’elles entendent conserver, par tous les moyens.

  • 51 Ibid., p. 89.
  • 52 Ibid., p. 84, 85, 87.

36Grothe se situe par ailleurs sur la ligne stratégique de l’empereur Guillaume II, l’« ami de l’islam », il prend la défense des pays islamiques victimes de colonisateurs conquérants51, et raille l’Anglais inquiet de la sympathie dont le bloody German bénéficie chez les Persans. Le corollaire de cette critique de l’impérialisme des puissances établies et égoïstes, c’est l’affirmation selon laquelle l’Allemagne ne poursuit pas de buts politiques en Perse, ne cherchant qu’à y développer ses relations commerciales. C’est donc un modèle allemand de pénétration pacifique – comme au Maroc, fait-il remarquer – que le géographe allemand propose ici. Ce qu’il demande, c’est « la liberté du commerce pour toutes les nations » – inscrite, du reste, dans l’accord russo-britannique du 31 août 1907 – et l’application du « principe de la porte ouverte »52.

37On voit ici Grothe mettre en garde, éclairer son lecteur, l’inciter, lui présenter des perspectives prometteuses, sans toutefois occulter les difficultés. Il se montre aussi critique parce que, selon lui, les Allemands ne font pas les efforts nécessaires pour créer une véritable dynamique. Malgré les succès dont l’Allemagne peut faire état, on le sent soucieux de sensibiliser l’ensemble de l’opinion ; c’est pourquoi il utilise des supports éditoriaux différents pour diffuser son message et les informations qu’il a rassemblées lors de son voyage de 1906-1907.

Diffusion et circulation des connaissances : une stratégie éditoriale

38Le géographe Grothe compte parmi ses lecteurs non seulement les décideurs politiques qui ont soutenu ses initiatives, des spécialistes de l’Orient, des acteurs de l’économie allemande se sentant concernés par une expansion en Asie Occidentale, mais aussi le grand public. Cette audience il l’obtient en utilisant, avec opportunisme, différents réseaux.

  • 53 Mustafa Gencer : Bildungspolitik, Modernisierung und kulturelle Interaktion. Deutsch-türkische Bezi (...)
  • 54 Voir à ce sujet Lothar Rathmann : Stoßrichtung Nahost, 1914-1918. Zur Expansionspolitik des deutsch (...)

39On se rappelle que Grothe est depuis 1900 Secrétaire général de la Orientalische Gesellschaft de Munich (il le sera jusqu’en 1912), depuis 1908 directeur du Deutsches Vorderasienkomitee. Ces organisations qui fédèrent des personnalités influentes, œuvrant en faveur de l’expansionnisme allemand par le truchement de la culture, contribuent à la diffusion en Allemagne et en Autriche-Hongrie de connaissances nouvelles acquises sur la Perse, soutiennent l’action des géographes, favorisent la communication des résultats de leur travail53. Grothe s’appuie en outre sur le Auswärtiges Amt avec lequel il est en relation54.

  • 55 Grothe : Meine Studienreise, p. 1-2.

40Un public ciblé, intéressé par la géopolitique ou recherchant des informations sur les possibilités qui s’offrent à l’expansion allemande, lit les études publiées dans les collections telles que « Angewandte Geographie » ou « Der Orient. Vorträge und Abhandlungen zur Geographie und Kulturgeschichte der Länder des Ostens » (1905-1918), dirigée par Hugo Grothe, et dans laquelle paraît en 1908 Meine Studienreise durch Vorderasien (Kleinasien, Mesopotamien und Persien). Vorläufiger Bericht. Ce voyage, explique-t-il, avait pour but une « exploration » à caractère économique et ethnographique dans des régions situées dans la « sphère d’intérêt du chemin de fer de Bagdad »55. Il s’efforce de montrer qu’un apport de capitaux et des méthodes de travail efficaces peuvent avoir des effets bénéfiques pour l’Allemagne, mais qu’il s’agit d’agir vite. Avant même que ces comptes rendus de voyage ne paraissent, Grothe a déjà touché un lectorat très large en publiant dans la grande presse quotidienne des articles relatifs à son voyage et à ses résultats. Ces articles paraissent dans la Kölnische Zeitung, dont il est devenu, avec l’appui de Friedrich Ratzel, un des correspondants pour l’étranger, dans la Frankfurter Zeitung (25 avril 1907) ou l’Allgemeine Zeitung, grands quotidiens lus dans les milieux cultivés et les milieux d’affaires de l’Allemagne.

  • 56 Voir Grothe : Meine Studienreise.
  • 57 Grothe : Wanderungen in Persien, p. 211-223.
  • 58 Ibid., p. 224-231.

41La très riche matière rassemblée par Grothe au cours de son expédition est en outre vulgarisée. En 1910, il publie des Wanderungen in Persien. Erlebtes und Erschautes56, grâce au soutien du Allgemeiner Verein für deutsche Literatur. C’est le consul allemand en Perse, Alfred Paetel, qui l’a invité à confier ses impressions de voyage à cette association. Il s’agit là de « tableaux de voyage » (Reisebilder) : le lecteur suit le narrateur tout au long de son périple, dont le récit est émaillé de digressions et d’anecdotes. Dans cette présentation, plus littéraire, d’un voyage à travers un des « empires d’Orient qui s’éveillent », la forme est plus libre et le discours moins austère que celui du géographe dans le Vorläufiger Bericht (1908) ou dans Persien (1911). Dans le récit de l’audience accordée par le shâh – auquel le ministre plénipotentiaire Wilhelm Stemrich présente Grothe57, ou de la rencontre avec le Parlement (Mädjliss)58, Grothe se montre plus inquiet : il se dit conscient du fait que les réformes demanderont du temps. Une riche illustration photographique présente le pays, souligne au passage ce que l’Allemagne a déjà réalisé en Perse dans le domaine du « travail culturel et humanitaire ». Grothe renvoie régulièrement aux ouvrages classiques qui ont été consacrés à la Perse, par exemple Persia and the Persian question (1892) de Lord Curzon ou Persien, das Land und seine Bewohner (1865) de l’Autrichien Jakob Eduard Polak, qui fut durant des années le médecin personnel du shâh Nâssir-ed-Din.

42Le fait d’être publié par le Allgemeiner Verein für deutsche Literatur assure aux Wanderungen une assez large diffusion. Les buts de ce club du livre créé en 1873 sont, selon l’article 1er de ses statuts, de

  • 59 « Seinen Mitgliedern neue, gute populärwissenschaftliche Werke hervorragender deutscher Schriftstel (...)

permette à ses membres d’avoir accès, pour un prix minime, à de bons ouvrages de vulgarisation nouveaux écrits par d’éminents auteurs allemands dans les domaines de l’histoire, de la littérature, de l’étude des pays et des peuples, de la philosophie, de la musique, de l’art, etc. et [de] soutenir les bibliothèques allemandes publiques dénuées de ressources en Allemagne et à l’étranger en leur remettant à titre gracieux des ouvrages édités par l’Association.59

43L’éditeur Hermann Paetel assure la diffusion au-delà des frontières de ces ouvrages s’adressant à « tous les milieux de la société cultivée », et qui sont également appréciés dans les sphères du pouvoir et parmi les têtes couronnées, est-il précisé dans la publicité figurant à la fin des volumes.

  • 60 « Geographischer Monatsbericht. Asien ». In : Petermanns Mitteilungen 53 (1907), p. 71, 166, 192 et (...)
  • 61 Voir par exemple la recension de Paul Rohrbach dans Geographische Zeitschrift, p. 352‑354.

44Grothe est également publié dans les Petermanns Geographische Mitteilungen (Verlag Justus Perthes, Gotha), la plus ancienne revue de géographie allemande, ce qui lui permet de toucher encore un autre lectorat. Les Mitteilungen ont déjà régulièrement donné à leurs lecteurs, dans la rubrique « Geographischer Monatsbericht », des nouvelles de son expédition en Perse60. Dans la Geographische Zeitschrift paraissent en 1912 des recensions de Persien et de Meine Vorderasien-Expedition 1906 und 1907. Le premier de ces deux livres est recommandé par Paul Rohrbach qui, le saluant comme une performance du point de vue de la géographie économique, souligne également l’intérêt particulier qu’il présente du fait de la situation de la Perse61. Rohrbach déplore, comme Grothe, le fait que l’Allemagne n’attache pas davantage d’importance à la création d’écoles allemandes en Perse, alors que l’influence culturelle de l’anglais et du français reste prédominante dans ce pays.

  • 62 A[dolphe] Reinach : « Hugo Grothe, “Meine Vorderasienexpedition 1906 und 1907”. Leipzig 1911, tome  (...)
  • 63 P[ierre] Quillard : « Un petit Sultan. » In : La Quinzaine (1907), p. 1097-1098.
  • 64 E. H. : « Les Allemands en Asie Mineure, Bagdad et Mésopotamie ». In : La Quinzaine coloniale 11/11 (...)
  • 65 « Grothe Hugo. Meine Vorderasienexpedition… ». In : Annales de géographie 21/119 (septembre 1912), (...)

45L’activité de Grothe trouve dans la France d’avant 1914 un écho qui peut être qualifié de modeste. Dans les revues spécialisées, la performance que constitue son expédition de dix-huit mois en Asie occidentale est certes reconnue. Dans L’Anthropologie, l’helléniste et archéologue Adolphe Reinach, qui connaît certaines des régions parcourues par Grothe, qualifie son collègue allemand d’« explorateur consciencieux »62. Force est toutefois de constater que, le plus souvent, les publications de Grothe relatives à la Perse ne sont que signalées dans la rubrique « Bibliographie » des revues françaises. Et quand Pierre Quillard (1864-1912) commente dans La Quinzaine le voyage de Grothe, c’est pour lui reprocher de soutenir le régime turc et affirmer que le projet du chemin de fer de Bagdad est voué à l’échec dans la mesure où il faudrait, selon lui, d’abord apporter la civilisation en Turquie, sous peine de compromettre toute entreprise d’envergure dans cet État63. Et il ne dit rien du parcours du géographe allemand en Perse. Dans la Quinzaine coloniale, c’est le rôle que l’Allemagne commence à jouer en Mésopotamie qui retient l’attention64. Quant aux Annales de géographie, elles ne consacrent que quelques mots à Meine Vorderasienexpedition 1906 und 1907, mais cette brève recension salue cette « publication très soignée », fruit du travail des neuf chercheurs qui ont exploité la riche matière réunie durant l’importante expédition de Grothe65.

Conclusions

46Les expéditions entreprises dans les années 1900 par le publiciste Paul Rohrbach et le géographe Hugo Grothe en Asie occidentale et en Perse s’inscrivaient dans un grand dessein allemand, dans une large mesure inspiré par la Weltpolitik de l’empereur Guillaume II, encouragé par les milieux pangermanistes et certains milieux d’affaires allemands. Un projet était censé contribuer au succès de ce dessein : le chemin de fer de Bagdad, qui semblait ouvrir de vastes perspectives. Déjà, la marine marchande allemande permettait d’établir des liaisons régulières avec cette région ; mais une implantation durable et rentable requerrait aussi une bonne connaissance des pays concernés, l’instauration de relations de confiance avec leurs dirigeants. C’est à ces conditions que l’Allemagne pouvait espérer mener, avec succès, une politique d’expansion en Perse, tout en apparaissant comme une possible troisième voie qui permettrait à ce pays de desserrer l’étreinte des puissances tutélaires qu’étaient la Russie et l’Angleterre. Même si la marge d’action restait très étroite, il importait de persévérer, de se donner les moyens de s’implanter en Perse.

47Nous avons vu ici un publiciste et un géographe se mettre au service de cette cause : ils ont entrepris des expéditions exigeantes dans les régions concernées, avec l’appui de l’Empereur et des services diplomatiques allemands. Ils ont mis au point une stratégie discursive de persuasion, dans laquelle ils se sont appliqués à bien mettre en évidence les intérêts de l’Allemagne, les avantages économiques qu’elle pourrait tirer d’une expansion en Asie occidentale. Tout en se gardant d’occulter les difficultés, ils ont ouvert des perspectives et même proposé une méthode pratique, censée permettre à ceux qu’ils auraient convaincus de mettre toutes les chances de leur côté. Pour susciter une dynamique, il leur fallait non seulement convaincre les décideurs politiques, les acteurs économiques, mais aussi éveiller dans l’opinion allemande un intérêt pour des régions qui étaient au cœur de la géopolitique allemande. Il s’agissait de le faire habilement, grâce à une stratégie éditoriale variant les supports et s’adressant à des publics différents. L’opinion étant devenue à cette époque un élément non négligeable de la politique extérieure, l’adhésion du grand public était sans doute considérée par eux comme nécessaire.

  • 66 Deutsche Zeitung (07.12.1910). Cité par Gencer : Bildungspolitik, p. 191.
  • 67 Ibid., p. 126 et 199.
  • 68 À propos de ces visées, voir Gustave Demorgny : La question persane et la guerre, préface de Lucien (...)
  • 69 Voir à ce sujet la recension de Magaret Lavinia Anderson : « “Friedliche Imperialisten” : Deutsche (...)

48La Perse n’était qu’un élément dans un projet plus vaste englobant le Moyen-Orient. Les milieux pangermanistes, dont Hugo Grothe était un représentant, se sont organisés pour diffuser leurs idées et influencer les décideurs ; ils s’appuyaient entre autres sur le Vorderasienkomitee66 ou la Orientbücherei (Ernst Jäckh)67. En Angleterre et en France, cette géopolitique allemande était présentée comme une concurrence ; mais, alors que les observateurs anglais ou français brandissaient le spectre d’un pangermanisme agressif, responsable de la guerre, les efforts d’un Grothe semblent montrer que des universitaires, en l’occurrence un géographe parmi d’autres, ont dû s’employer à convaincre une opinion allemande apparemment assez peu réactive, car encore peu informée ou pas suffisamment consciente des enjeux liés à cette région du monde68. Le but de cet article n’était pas de montrer l’articulation secrète entre cette ‘géographie appliquée’ allemande et la Weltpolitik de l’Empire ; un certain nombre de publications se sont proposé de montrer que Rohrbach et Grothe ont compté parmi les propagandistes d’un « impérialisme pacifique » dont l’idée et la méthode résultaient des leçons tirées des mécomptes de la diplomatie allemande lors de la première crise marocaine (1905)69.

  • 70 Grothe : Wanderungen in Persien, p. 225-226 : « C’est lors de ces conversations et de l’échange d’i (...)
  • 71 Ibid., préface, p. VI-VII : « Le dynamisme intellectuel et économique des Allemands devrait pouvoir (...)

49Un passage des Wanderungen in Persien semble mériter notre attention ; c’est celui dans lequel Grothe fait de son lecteur un témoin de contacts personnels qu’il a eus avec de jeunes intellectuels persans qui ont vécu, étudié ou exercé des fonctions diplomatiques en Europe. Il évoque en effet ses longues discussions avec Mahmûd-Chân, qui fut ambassadeur à Berlin avant d’être élu président du premier Parlement persan70. Dans ce même ouvrage, qui s’adresse à un autre public que celui de Persien (1911), il se dit convaincu que les Allemands peuvent et doivent avoir une influence non seulement économique mais aussi intellectuelle en Perse, insistant sur le fait qu’en tant que chercheur et écrivain il ressent cette tâche comme un devoir71. Grothe savait que cette influence moins formelle, plus diffuse, sur la jeune génération persane avait, elle aussi, son importance. La Première Guerre mondiale devait compromettre les plans de l’Empire allemand en Asie occidentale. La ‘géographie appliquée’ allemande des années 1900 n’a donc pu atteindre son but ; elle n’en reste pas moins, aujourd’hui, un témoin du rôle qu’une discipline universitaire a pu jouer à cette époque dans l’espace public allemand, et elle conserve peut-être surtout une valeur documentaire, en l’occurrence sur la Perse d’avant 1914.

Haut de page

Notes

1 Karl Dove (1863-1922) fut maître de conférences au Seminar für Orientalische Sprachen (Institut des langues orientales) de l’Université Frédéric-Guillaume de Berlin, où il enseignait la koloniale Landeskunde, c’est-à-dire la géographie et la civilisation des régions colonisées, avant de devenir professeur hors cadre à l’Université d’Iéna (1899‑1908). S’intéressant particulièrement à la politique coloniale, il fut aussi collaborateur du Berliner Museum für Völkerkunde (Musée d’ethnologie de Berlin), et, parallèlement à sa carrière universitaire, membre du bureau de la Deutsche Kolonialgesellschaft (DKG), un certain temps (à partir de 1902) vice-président du Kolonialwirtschaftliches Komitee, instance consultative de la DKG, dont le but était la mise en valeur des colonies.

2 « Géographie appliquée. Études publiées pour servir à la diffusion de connaissances géographiques en lien avec la vie culturelle et économique » (1902-1921[?]).

3 Götz H.-G. von Rohr (éd.) : Angewandte Geographie (Das Geographische Seminar), 2e éd. améliorée. Braunschweig 1994, p. 6, en particulier le chapitre : « Die Entwicklung der Angewandten Geographie », p. 30-48.

4 Erforschung et Erschließung sont deux mots-clés de la discipline ; on les rencontre fréquemment chez Hugo Grothe.

5 Rohr : Angewandte Geographie, p. 31.

6 Voir à ce sujet Guillemette Crouzet : Genèses du Moyen-Orient : le Golfe Persique à l’âge des impérialismes (vers 1800-vers 1914), préface de Christopher A. Bayly. Ceyzérieu 2015.

7 Paul Rohrbach : Die Bagdadbahn. Berlin 1902.

8 Eugène Aubin [Léon Eugène Aubin Coullard Descos] : La Perse d’aujourd’hui. Iran, Mésopotamie. Paris 1908, préface, p. VII.

9 L’importance économique de l’Asie occidentale. Une seconde édition fut publiée en 1908, dans la même collection, à Francfort-sur-le-Main.

10 La Perse. Contribution à une étude de sa géographie et de sa civilisation.

11 Mariam Habibi : L’interface France-Iran 1907-1938, une diplomatie voilée, préface de Pierre Milza. Paris 2004, p. 39 et 366.

12 H. Zimmerer : « Paul Rohrbach : Im Vorderen Asien. Politische und andere Fahrten. Berlin-Schöneberg : Verlag der “Hilfe” [1901] ». In : Petermanns Mitteilungen 141 (1901), cité dans Jahresberichte der Geschichtswissenschaft im Auftrag der Historischen Gesellschaft zu Berlin 24/1 (1901), p. 68 : « Persien scheint nach dem Verfasser unrettbar dem Schicksal verfallen, ein russischer Vasallenstaat zu werden, und vollends Aserbaidschan, die Westprovinz, die direkt an das russische Kaukasien grenzt, gilt diesseits wie jenseits des Araxes schon halb und halb als russisches Gouvernement. »

13 Paul Rohrbach, dans une recension, rappelait que l’ouvrage de Grothe Meine Vorderasien-Expedition 1906 und 1907 était dédié à l’Empereur, à « Celui qui a apporté le soutien le plus actif à l’expédition ». Voir la recension de Paul Rohrbach, dans Geographische Zeitschrift 18 (1912), p. 352-354.

14 Hugo Grote : Meine Studienreise durch Vorderasien (Kleinasien, Mesopotamien und Persien) 1906 und 1907. Vorläufiger Bericht, coll. « Der Orient. Vorträge und Abhandlungen zur Geographie und Kulturgeschichte der Länder des Ostens », vol. 6. Halle a. S. 1908 ; Hugo Grothe : Wanderungen in Persien, Allgemeiner Verein für Deutsche Literatur, publié par Hermann Paetel. Berlin 1910.

15 Paul Rohrbach : Im Vorderen Asien. Politische und andere Fahrten. Schöneberg-Berlin 1901, 144 p., avec 1 carte.

16 Rohrbach : Im Vorderen Asien, p. 22. L’auteur note que les populations de la Perse ont développé une véritable science de l’irrigation.

17 Ibid., p. 22-23.

18 Ibid., p. 23.

19 Ibid., p. 32.

20 Ibid., p. 32-35.

21 Ibid., p. 36 : « Deutschland ist demgegenüber selbstverständlich daran interessiert, daß Persien als freier und internationaler Markt erhalten bleibt. »

22 Ibid., p. 33-36.

23 Wilhelm von Stemrich a été consul général à Istambul, ministre plénipotentiaire à Téhéran (1906-1907) puis sous-secrétaire d’État au Auswärtiges Amt (1907-1911).

24 Crouzet : Genèses du Moyen-Orient, p. 526-527 : chapitre « Le Bagdadbahn ou la voie du Golfe ».

25 Grothe : Meine Studienreise, p. 1. Il exprime ici sa reconnaissance à l’Empereur Guillaume II qui a puisé dans le Kaiserlicher Dispositionsfonds, et à toutes les personnes qui ont manifesté un intérêt pour son entreprise.

26 Id. : Wanderungen in Persien. Erlebtes und Erschautes. Berlin 1910, dédicace non paginée.

27 Grothe : Meine Studienreise, p. 1-2, ici p. 2 : « Diese Reise bewegte sich vorwiegend in den Gegenden, die man als Interessensphäre der Bagdadbahn bezeichnen kann. »

28 Ibid., p. 42 : « eine der wichtigsten und ergebnisreichsten Leistungen meiner Reise. »

29 Ibid.

30 À propos de l’anthropogéographie et Friedrich Ratzel, voir Patrick Matagne : « L’anthropogéographie allemande : un courant fondateur de l’écologie ». In : Annales de géographie, 101 (1992), p. 325-331. Grothe met l’accent sur les « particularités anthropogéographiques » (« anthropogeographische Eigenarten ») des régions qu’il a parcourues. Voir Otto Grothe : Persien, coll. « Angewandte Geographie. Hefte zur Verbreitung geographischer Kenntnisse in ihrer Beziehung zum Kultur- und Wirtschaftsleben », publié par l’Institut für Auslandskunde und Auslandsdeutschtum, série 3, vol. 11. Frankfurt am Main 1911, p. 3.

31 Le général Sir Albert Houtum-Schindler (1846, Pays-Bas ou Allemagne – 1916, Fenstanton / Angleterre) fut longtemps au service de la Perse. Diplômé de l’Université de Leipzig, ingénieur, recruté en 1868 par le Indo-European Telegraph Service, il devint huit ans plus tard inspecteur général des Services télégraphiques de Perse. Il obtint à titre honorifique le grade de général de l’Armée persane. Il fut aussi, et entre autres, directeur des Khorasans’ turquoise mines (1882), inspecteur de services de la Imperial Bank (1889) et inspecteur général des mines pour le compte de la Persian Bank Mining Roghts Corporation – qui devait faire faillite –, directeur du Foreign Office Control Department (1896) et consul général honoraire de Suède (1902-1911).

32 Louis-Joseph Olmer : Rapport sur une mission scientifique en Perse, Ministère de l’Instruction publique. Nouvelles des missions scientifiques. Choix de rapports et instructions, publié sous les auspices du Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, t. XVI, fasc. 1. Paris 1908, 110 p.

33 Voir par exemple Foreign Office. 1892. Annual Series. n° 1134. Diplomatic and Consular Reports on Trade and Finance. Persia. London 1892, 13 p., en particulier l’introduction, p. 2 : « In Persia statistics, especially those relating to trade, are, at all times, most difficult to obtain. The Customs are farmed and the object of the farmer is to show either that he has lost by his bargain or that it profits have been exceedingly small. »

34 Voir par exemple A. F. Stahl : « Routenkarte von Nordwest-Persien. Nach eigenen Aufnahmen ». In : Petermanns Mitteilungen 53 (1907), p. 10 ; id. : « Geologische Routenkarte von Zentralpersien nach eigenen Aufnahmen ». In : ibid., p. 14. La Bibliothèque Nationale de France conserve des exemplaires de ces cartes, qui sont consultables sur le site Gallica de cette institution.

35 Grothe : Persien, p. 2.

36 « Die wirtschaftliche Einflussnahme Deutschlands ». Ibid., p. 50.

37 « Deutschlands Aufgaben und Ziele in Persien ». Ibid., p. 60.

38 Ibid., p. 60.

39 Ibid., p. 61.

40 Ibid., p. 50 : « Auf diese hat sich der deutsche Unternehmungsgeist zu stützen, wenn Persiens Handel und Verkehr nicht Russland und England allein gänzlich überliefert werden soll. »

41 Ibid., p. 51-52 : « Nicht nur für deutsche kaufmännische Tätigkeit, sondern auch für die deutsche kulturelle Arbeit in Persien, durch Schulen, Ärzte und Krankenhäuser betätigt, wäre in Täbris ein ganz vorzüglicher Platz. »

42 Ibid. Dans sa recension, Paul Rohrbach souligne le rapport de forces défavorable aux Allemands dans le domaine culturel : alors que les Américains et les Français, en s’appuyant sur leurs missions, les Italiens aussi, grâce à leurs écoles créées à l’étranger, sont en mesure d’affirmer leur présence, les Allemands accusent un certain retard. Voir la recension de Paul Rohrbach. In : Geographische Zeitschrift, p. 352-353.

43 Grothe : Persien, p. 77, note 1.

44 Hugo Grothe : Die Bagdadbahn und das schwäbische Bauernelement in Transkaukasien und Palästina, thèse de l’université de Würzburg, 1902. München 1902, 53 p. Cette réflexion s’inscrit dans le courant d’études consacrées au Auslandsdeutschtum. Grothe créera plus tard à Leipzig l’Institut für Auslandskunde, Grenz- und Auslandsdeutschtum. Voir aussi Hugo Grothe : « Deutsche Siedlungsarbeit in Transkaukasien ». In : Asien 3 (1902). La revue Asien était publiée par la Deutsch-Asiatische Gesellschaft et la Münchner Orientalische Gesellschaft, dont Grothe était le secrétaire général depuis 1900.

45 Hugo Grothe note : « La meilleure garantie pour le commerce allemand en vue d’une implantation durable dans le pays : davantage de commerçants devraient s’installer en Perse. » Grothe : Persien, p. 77.

46 Ibid., p. 73-80.

47 Ibid., p. 72, 76, 80.

48 Voir Martin Tamcke : « Deutsche Aktivitäten in der Urmia-Region ». In : Christine Allison / Anke Joisten-Pruschke / Antje Wendtland (éd.) : From Daēnā to Dîn. Religion, Kultur und Sprache in der iranischen Welt. Festschrift für Philip Kreyenbrock zum 60. Geburtstag. Wiesbaden 2009, p. 467 ; voir aussi Walther Kuß (éd.) : Handelsratgeber für Persien. Teheran / Berlin 1911, p. 25.

49 Konrad Canis : Der Weg in den Abgrund. Deutsche Außenpolitik 1902-1914. Paderborn /München / Wien / Zürich 2011, en particulier le chapitre intitulé : « Ausgrenzung », p. 215‑224.

50 Grothe : Persien, p. 81.

51 Ibid., p. 89.

52 Ibid., p. 84, 85, 87.

53 Mustafa Gencer : Bildungspolitik, Modernisierung und kulturelle Interaktion. Deutsch-türkische Beziehungen (1908-1918), thèse de l’université de Bochum 2001, coll. « Konfrontation und Kooperation im Vorderen Orient », vol. 8. Münster / Hamburg /London 2002, p. 175, 191-192.

54 Voir à ce sujet Lothar Rathmann : Stoßrichtung Nahost, 1914-1918. Zur Expansionspolitik des deutschen Imperialismus im Ersten Weltkrieg. Berlin 1963, p. 47 ; Wilhelm van Kampen : Studien zur deutschen Türkeipolitik in der Zeit Wilhelms II., thèse de l’université de Kiel 1968, p. 212. Cités par Seçil Deren : German Ideas and Expectations on Expansion on the Near East (1890-1915). A Thesis Submitted to the Graduate School of Social Sciences of Middle East Technical University, 2004. En ligne : <https://etd.lib.metu.edu.tr/upload/12605565/index.pdf> [05.04.2017], p. 210-217, ici p. 210.

55 Grothe : Meine Studienreise, p. 1-2.

56 Voir Grothe : Meine Studienreise.

57 Grothe : Wanderungen in Persien, p. 211-223.

58 Ibid., p. 224-231.

59 « Seinen Mitgliedern neue, gute populärwissenschaftliche Werke hervorragender deutscher Schriftsteller auf dem Gebiet der Geschichte, Literatur, Länder- und Völkerkunde, Naturwissenschaften, Philosophie, Musik, Kunst usw. zu einem billigen Preise zugänglich zu machen und mittellose öffentliche deutsche Bibliotheken des In- und Auslandes durch unentgeltliche Lieferung von Vereinswerken zu unterstützen. » Ibid., non paginé, en fin du volume. Cette association est placée sous le patronage du grand-duc Wilhelm de Saxe-Weimar, du duc Friedrich de Anhalt ; ils sont membres de son bureau : Erich Schmidt, professeur à Berlin, A. v. Werner, de l’Académie des Arts de Berlin, Georg Reicke, maire de Berlin.

60 « Geographischer Monatsbericht. Asien ». In : Petermanns Mitteilungen 53 (1907), p. 71, 166, 192 et 268.

61 Voir par exemple la recension de Paul Rohrbach dans Geographische Zeitschrift, p. 352‑354.

62 A[dolphe] Reinach : « Hugo Grothe, “Meine Vorderasienexpedition 1906 und 1907”. Leipzig 1911, tome I ». In : L’Anthropologie 23 (1912), p. 470-473.

63 P[ierre] Quillard : « Un petit Sultan. » In : La Quinzaine (1907), p. 1097-1098.

64 E. H. : « Les Allemands en Asie Mineure, Bagdad et Mésopotamie ». In : La Quinzaine coloniale 11/11 (10.06.1907), p. 142-143.

65 « Grothe Hugo. Meine Vorderasienexpedition… ». In : Annales de géographie 21/119 (septembre 1912), p. 208.

66 Deutsche Zeitung (07.12.1910). Cité par Gencer : Bildungspolitik, p. 191.

67 Ibid., p. 126 et 199.

68 À propos de ces visées, voir Gustave Demorgny : La question persane et la guerre, préface de Lucien Hubert, sénateur. Paris 1916, et en particulier le chapitre VI : « Les efforts allemands en Orient. Potsdam », p. 48-62 ; voir aussi Holland Rose : The Origins of the War. Cambridge University Press 1914.

69 Voir à ce sujet la recension de Magaret Lavinia Anderson : « “Friedliche Imperialisten” : Deutsche Auslandsvereine und auswärtige Kulturpolitik, 1906-1918 by Jürgen Kloosterhuis. Frankfurt am Main 1994 ». In : Central European History 36/4 (01.01.2003), p. 607-610.

70 Grothe : Wanderungen in Persien, p. 225-226 : « C’est lors de ces conversations et de l’échange d’idées sur la psyché d’un peuple qui s’éveille à une vie nouvelle que j’ai pris conscience du fait qu’elle est ténue la barrière qui sépare le Perse cultivé et l’enfant de notre culture, le plus souvent, il est vrai, quand le premier se trouve en dehors de son pays, en dehors de son environnement habituel, qui neutralise et contrarie son action. »

71 Ibid., préface, p. VI-VII : « Le dynamisme intellectuel et économique des Allemands devrait pouvoir encore bénéficier en Perse d’une utile marge d’action. Si je réussis, par ce que je vais exposer, à élargir en Allemagne les vues que l’on a sur une Perse qui tend à se rajeunir et à attirer davantage l’attention sur ce pays si favorablement doté grâce aux forces que lui a données la nature, à une population saine et une vive intelligence, je sentirai que ma mission en tant que chercheur et auteur est largement récompensée. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Alexandre, « La ‘géographie appliquée’ au service de l’expansion allemande avant 1914 », Recherches germaniques, HS 12 | 2017, 119-139.

Référence électronique

Philippe Alexandre, « La ‘géographie appliquée’ au service de l’expansion allemande avant 1914 », Recherches germaniques [En ligne], HS 12 | 2017, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rg/835 ; DOI : 10.4000/rg.835

Haut de page

Auteur

Philippe Alexandre

Professeur des universités
Université de Lorraine – UFR Arts, lettres et langues
philippe.alexandre10@libertysurf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals