Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52RecensionsBjörn Reich (éd.) : Straßburger K...

Recensions

Björn Reich (éd.) : Straßburger Kartenlosbuch |
Marco Heiles, Björn Reich, Matthias Standke (éd.) : Gedruckte deutsche Losbücher des 15. und 16. Jahrhunderts

Peter Andersen
p. 149-152
Référence(s) :

Björn Reich (éd.) : Straßburger Kartenlosbuch. Stuttgart, S. Hirzel Verlag, 2021, xix + 94 pages, ISBN : 978-3-7776-3021-2.

Marco Heiles, Björn Reich, Matthias Standke (éd.) : Gedruckte deutsche Losbücher des 15. und 16. Jahrhunderts. vol. 1., Stuttgart, S. Hirzel Verlag, 2021, xiv + 159 pages, ISBN : 978-3-7776-2717-5.

Texte intégral

1Le présent compte rendu porte sur deux volumes étroitement liés par leur thématique. Ils constituent les deux premiers numéros d’une nouvelle collection, Ludica, consacrée aux jeux historiques et créée par Marco Heiles et Björn Reich, collaborateurs scientifiques, le premier à l’Université d’Aix-la-Chapelle, le second à celle de Gießen. Les deux volumes contiennent des éditions commentées de cinq Losbücher, livres de jeu dont le principe est le tirage au sort. Les textes datent des xve et xvie siècles.

2Le premier volume est édité par Reich seul. Il est consacré au Straßburger Kartenlosbuch, paru en 1543 à Strasbourg chez Jacob Cammerlander et conservé en six exemplaires. On attribue le texte anonyme à l’imprimeur lui-même. Protestant originaire de Mayence, Cammerlander travailla d’abord comme typographe à Seltz avant d’ouvrir une officine à Strasbourg. Entre 1531 et 1548, il fit paraître près de 180 titres dont la Nef des fous deux fois, en 1540 et en 1545. Cette satire est curieusement appelée « Narrenspiegel » par Michael A. Conrad dans le second volume (35). C’est certes le titre alternatif choisi en 1545 par Cammerlander (VD16 B 7069 : « Der Narren Spiegel. Das grosz Narrenschiff »), sans doute en référence au prologue où Sébastien Brant emploie lui-même cette expression (v. 31), mais c’est évidemment le titre de la couverture de l’édition princeps de 1494 qui fait référence : « Das Narrenschyff ».

3Sur sa couverture, l’édition strasbourgeoise de 1543 porte le titre programmatique « Kartenloßbuͦch ». Le terme central désigne à la fois le destin et l’action de tirer au sort. Le texte est rédigé en octosyllabes à rimes plates. Les unes après les autres, les cartes s’expriment en un nombre variable de vers. L’as manque dans chacune des quatre couleurs. Le livre permet au joueur d’obtenir un pronostic sur son destin amoureux et le roi de cœur est naturellement le premier à prendre la parole (v. 1-10). Son exorde est suivi d’un prologue où les cartes s’adressent collectivement au lecteur pour lui expliquer les règles du jeu (v. 11-120). La page suivante comporte une volvelle, donc un disque mobile. Cette volvelle qui représente une licorne fonctionne comme une roulette. Après avoir fini de tourner, elle s’immobilise aléatoirement sur une des cartes du livre. Alternativement, on pouvait se servir d’un jeu de cartes, puis vérifier dans le livre. Or tout le monde ne disposait pas encore d’un jeu de cartes à cette époque-là. La volvelle assurait ainsi une autonomie fonctionnelle au livre. Au verso de la volvelle, les dames de feuille et de gland sont représentées en face de leur roi respectif. La feuille et le gland sont des couleurs germaniques et correspondent respectivement au trèfle et au pique français.

4Après la volvelle, le roi de cœur reprend la parole pour se présenter symboliquement comme le maître des cœurs et pour exhorter le lecteur ou la lectrice à garder son cœur pur (v. 121-132). Une gravure le montre assis sur un trône avec en face de lui un personnage masculin debout. Celui-ci correspond au joueur ayant tiré cette carte. Après le roi, les autres cœurs s’expriment à tour de rôle jusqu’au deux de cœur (v. 133-306). Suivent alors par ordre décroissant les feuilles (v. 307-990), les glands (v. 991-1394) et enfin les grelots, équivalents du carreau (v. 1395-1582). Au total, il n’y a que 46 répliques puisque les cinq et deux de gland s’expriment ensemble, de même que les neuf et cinq de grelot. Reich évoque ces deux ruptures de l’ordre général sans en suggérer une explication (xii).

5Ce livre de jeu n’était pas en premier lieu destiné à une lecture continue, mais plutôt à une lecture sélective déterminée par la volvelle. L’introduction retrace d’abord brièvement l’histoire du tirage au sort (vi-x), pratique attestée dès l’Ancien Testament, par exemple dans les Nombres (26, 55). Si de tels livres circulaient en latin dès la fin de l’Antiquité, les premières versions allemandes n’apparurent qu’au xive siècle, mais connurent aussitôt un succès fulgurant. Les raisons en sont multiples, mais il semble qu’il s’agissait d’abord d’un divertissement. L’introduction décrit aussi spécifiquement le Straßburger Kartenlosbuch et sa structure (x-xv), mais sans aborder la versification. Les rimes auraient mérité un bref commentaire, car le poète recourt à des variantes dialectales fort intéressantes. Ses rimes fonctionnaient particulièrement bien en Alsace où la voyelle /a/ tend à se fermer en /o/. C’est ainsi qu’on trouve des rimes comme « gethon : schon » (v. 605-606). Le participe « gethon » est une variante alémanique de « gethan » (« fait »). Cammerlander s’adaptait donc à son public local.

6Au lieu d’accompagner son édition d’une traduction, Reich fournit des explications lexicales dans des notes infrapaginales. Elles sont fort utiles et facilitent la compréhension du texte qui est parfois ardu. L’orthographe de l’édition de 1543 est fidèlement respectée, mais Reich emploie une ponctuation moderne pour une meilleure lisibilité. Son opuscule vise un public relativement large et met en valeur un exemple représentatif d’un genre peu étudié de la littérature allemande ancienne.

7Le second volume est coédité par Björn Reich, Marco Heiles et Matthias Standke, docteur de philosophie enseignant actuellement à la Polizeiakademie de Berlin. Ce volume contient les éditions de quatre Losbücher relativement courts. Une suite avec quatre autres éditions est prévue dans un troisième numéro de la collection Ludica. La parution est annoncée pour le printemps 2022 sur le site de l’éditeur. L’idée de ce double volume remonte à un colloque organisé à Berlin en 2017. Au lieu de limiter leurs contributions à de simples actes, les participants du colloque décidèrent de rééditer les sources et de les commenter. Ce fut un choix judicieux. Certains originaux sont certes disponibles en ligne et d’autres ont déjà connu des rééditions, mais la recherche disposera désormais de transcriptions savamment commentées. Les éditeurs ont opté pour une numérotation continue des vers sans tenir compte des paratextes en prose tels les sous-titres. C’est un bon choix éditorial. L’introduction générale du second volume reprend en partie celle du Straßburger Kartenlosbuch (vii-xiv).

8Le premier livre, le Würfelbuch für Liebende, est édité par Heiles. Il en existe quatre versions. La version la plus ancienne est une copie manuscrite datant des années 1450-1452. Nous la devons au secrétaire d’Augsbourg Konrad Bollstatter, un bibliophile. Le texte choisi par Heiles est la troisième version, celle publiée entre 1478 et 1486 à Augsbourg par Johann Blaubirer. Le jeu décrit dans le livre requiert trois dés permettant 56 combinaisons. Elles sont classées par ordre décroissant de 6-6-6 à 1-1-1. Chaque combinaison donne un pronostic amoureux en six vers de longueur variable et à rimes plates. Le livre contient donc 336 vers. Les seules gravures du livre sont celles qui représentent les trois dés à côté du pronostic.

9Le second livre, le Tierlosbuch, est un livre avec 52 animaux qui donnent chacun un conseil moral en huit vers. Chaque animal est représenté à droite de son conseil. Les 52 répliques sont précédées d’une volvelle avec un monstre marin pointant sa langue vers 51 noms d’animaux. L’âne qui parle plus loin en 20e position y manque. On ne peut donc pas tirer cet animal. Le livre se termine par un épilogue de 24 vers et se compose donc de 440 vers. Il nous est parvenu dans un exemplaire unique conservé à Berlin. Il ne comporte ni lieu ni année d’édition, mais il a pu être établi que c’est Martin Flach qui l’édita à Bâle vers 1485. Certaines rimes suggèrent un original perdu composé à Nuremberg.

10Le troisième livre, le Mainzer Kartenlosbuch, repose sur le même principe que l’ouvrage homonyme de Strasbourg. Publié vers 1510 à Mayence par Johann Schöffer, il est également connu grâce à un exemplaire unique. Il s’agit de la réédition d’un livre publié en 1487 à Nuremberg et conservé dans un exemplaire unique à Halberstadt jusqu’à sa destruction pendant la Seconde Guerre mondiale. Chacune des 48 cartes s’exprime en huit vers. L’ordre ressemble à celui du Straßburger Kartenlosbuch. Le roi de cœur commence. Chacune des répliques des 48 cartes se retrouve presque littéralement dans le Tierlosbuch qui semble avoir servi de modèle à l’édition perdue de Nuremberg. Avec une introduction de quatre vers et un épilogue de 30 vers, la longueur totale du livre de Mayence est de 418 vers. Chaque carte est représentée par une gravure et le sort est déterminé par une volvelle.

11Le quatrième livre, le Losz büchlin von kurtzwil wegen, fut publié vers 1510 à Bâle par Michael Furter, mais sans date ni lieu d’édition. Un exemplaire unique se trouve à Vienne. Le livre implique trois dés comme celui d’Augsbourg et y ressemble beaucoup. L’ordre décroissant en diffère un peu, mais chacune des 56 combinaisons est également représentée par trois dés. Avec une préface de 39 vers, six vers par combinaison et une conclusion de sept vers, le livre comporte un total de 382 vers.

12Les quatre Losbücher de ce second volume illustrent bien cette catégorie de livres de jeu. Si la qualité des éditions et des commentaires répond aux critères scientifiques, certaines introductions révèlent un manque de soin. Une relecture attentive aurait permis d’éliminer des lapsus comme « ganz[e] Städte » (ix), « die sich [von] den allegorischen Tierdeutungen der Zeit speist » (xii), « einen sechsversigen, paargereimter [-en] Losspruch » (2), « Bol[l]statter » (2) et « Tier[s]ymbolik » (39). Malgré les coquilles, le volume est une belle réussite, incite à découvrir la suite annoncée et donne surtout envie de jouer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Peter Andersen, « Björn Reich (éd.) : Straßburger Kartenlosbuch |
Marco Heiles, Björn Reich, Matthias Standke (éd.) : Gedruckte deutsche Losbücher des 15. und 16. Jahrhunderts »
Recherches germaniques, 52 | 2022, 149-152.

Référence électronique

Peter Andersen, « Björn Reich (éd.) : Straßburger Kartenlosbuch |
Marco Heiles, Björn Reich, Matthias Standke (éd.) : Gedruckte deutsche Losbücher des 15. und 16. Jahrhunderts »
Recherches germaniques [En ligne], 52 | 2022, mis en ligne le 12 décembre 2022, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rg/8652 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rg.8652

Haut de page

Auteur

Peter Andersen

Professeur d’histoire et de littératures allemandes anciennes
Unité de recherche « Arts, civilisation et histoire de l’Europe »
Université de Strasbourg
andersen[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search