Skip to navigation – Site map

HomeNuméros52RecensionsLiliane Meffre, Klaus Kiefer (Hg....

Recensions

Liliane Meffre, Klaus Kiefer (Hg.) : Carl Einstein. Briefwechsel 1904-1940

Michel Reffet
p. 153-155
Bibliographical reference

Liliane Meffre, Klaus Kiefer (Hg.) : Carl Einstein. Briefwechsel 1904-1940. Stuttgart, J.B. Metzler, 2021, 666 p., ISBN : 978-3-476-05683-2.

Full text

1Avant-gardiste, auteur du roman expérimental Bebuquin (1912), Carl Einstein était surtout théoricien de l’art. Il fit découvrir en Allemagne l’art primitif africain. Son premier livre s’intitule Negerplastik (1915, trad. L’art nègre). Suivirent d’autres essais dans le même domaine : Afrikanische Plastik, Negerlieder, Afrikanische Legenden, Negermythen, parmi presque une centaine d’articles et recensions touchant à l’art et aux artistes de son temps et débordant sur la création littéraire. Son essai Brief über den Roman (1912), conçu comme une lettre à un inconnu, est inséré dans la correspondance (n° 21), assorti de sa traduction française parue dans la revue La Phalange la même année, en juin 1912. Carl Einstein fut aussi le directeur de l’éphémère revue de George Bataille et Michel Leiris Documents (1929-1930).

2Né à Neuwied sur le Rhin en 1885, persécuté comme Juif et promoteur de « l’art dégénéré », anarchiste engagé en 1936-1939 pendant la Guerre d’Espagne, réfugié en France dans le sud-ouest, il tente de mettre fin à ses jours en se tranchant les veines ; sauvé par des scouts, soigné dans le couvent de Lestelle-Bétharam, il s’échappe de sa cellule le 9 juillet 1940, pour aller se jeter dans le Gave de Pau du haut d’un pont.

3Liliane Meffre, professeur émérite à l’Université de Bourgogne, est l’introductrice de l’histoire de l’art dans les études germaniques ; par sa thèse d’État et 70 essais, par des traductions, par des publications dans différents pays et par la cofondation de la Société Internationale Carl Einstein, elle a contribué de façon décisive à la notoriété de cet auteur. La publication de la correspondance est le couronnement d’un immense travail. Nous découvrons quel inlassable épistolier était Carl Einstein. Il a fallu repérer et dépouiller pas moins de 52 fonds d’archives publiques et privées ! On assiste au déploiement du riche panorama de la création plastique au xxe siècle. La plus grande masse des 420 lettres retrouvées sont celles de Einstein. Peu de réponses ont refait surface. Ses correspondants sont des historiens, théoriciens, critiques et marchands d’art, ainsi que des créateurs contemporains tels Paul Klee, Juan Miró, le Tchèque Vincenc Kramář, le peintre Moïse Kisling, Picasso, une lettre à Sigmund Freud, sollicitant une prise de position du Viennois en faveur de Picasso ; on n’a pas trace d’une réaction de Freud, qui n’appréciait guère les avant-gardistes, tout en possédant Negerplastik dans sa bibliothèque. Einstein contacte aussi des écrivains, des revues, des éditeurs (G. Apollinaire, C. Sternheim, R. A. Schröder, L. Rubiner, T. Tzara, A. Breton, A. Gide, F. Pfempfert, Kiepenheuer, Rowohlt, Hyperion Verlag…) Carl Einstein est donc impliqué dans l’effervescence avant-gardiste de l’entre-deux-guerres. Il s’entretient sans exclusive de Braque, son peintre préféré, et de beaucoup d’autres : Cézanne, Chagall, Delaunay, Derain, Matisse, Modigliani… Avec ses correspondants français, (Gide, Picasso, Kisling, Breton, Léautaud, Larbaud, Tzara), Carl Einstein correspond en français, qu’il maîtrisait assez bien – mieux que Stefan Zweig, lequel a pourtant beaucoup correspondu en français. Contrairement à l’édition de la correspondance de ce dernier en quatre volumes chez Fischer, les fautes de français de Carl Einstein ne sont pas signalées pour rectification dans le texte. Par ailleurs, Einstein truffe ses lettres en allemand de locutions françaises de la conversation courante (« enfin », « voilà », « pépère ») et de dérivés de son cru (« epatieren »).

4Il y a des périodes où Carl Einstein écrit massivement au même correspondant : à Moïse Kisling en 1920-1924, à Daniel-Henry Kahnweiler en 1921-1939, à Paul Klee en 1920-1930 ; ou à la même correspondante : en 1923, 51 lettres à la suite à l’architecte Tony Simon-Wolfskehl. On constate que cet anarchiste était très poli et un ami tendre et fidèle. Il lui arrive de commencer une lettre par le vouvoiement et de passer au « tu » en cours d’écriture. Nombre de lettres se terminent en termes très affectueux.

5N’hésitons pas à qualifier d’exemplaire l’appareil critique, d’une rigueur sans faille, qui soutient l’ouvrage. La liste des 420 lettres, numérotées dans l’ordre chronologique, est placée en tête. L’introduction de 26 pages passe en revue avec clarté les démarches scientifiques qui président à l’édition d’une aussi volumineuse correspondance : identifications, définitions de certains documents comme courrier, datations, déchiffrages et reconstitutions, style familier ou déférent, rien n’échappe à la prospection. Contrairement à d’autres éditions de correspondances, où notes et traductions sont rejetées en fin de volume, elles sont ici placées à la suite de chaque lettre. Chacune est assortie de l’indication de sa source : archive, fonds privé ou public, au besoin son exploitation ou publication antérieure ; vient ensuite le « commentaire », c’est-à-dire les renvois des appels de notes figurant dans le texte. Certaines lettres sont ainsi accompagnées de notes explicatives très abondantes, toutes aussi minutieuses. Elles présentent le très grand avantage d’offrir immédiatement la référence voulue, sans report à une note d’une lettre précédente, pour remémorer qui est qui. À chaque mention d’une personne, on nous rappelle de qui il s’agit. Cela vaut même pour les plus connus ; ainsi apprend-on que Jésus était un prédicateur itinérant (« Wanderprediger ») et à chaque fois que leurs noms apparaissent, on nous rappelle qu’Hitler était « Reichskanzler » et « Führer » et que Freud était psychanalyste. Sans doute cette méticulosité se révélera-t-elle très utile pour une postérité lointaine qui se plongera dans la correspondance de Carl Einstein. Les lettres en français, souvent longues (et les deux très courtes en anglais) sont traduites en allemand sur le champ. Donc point n’est besoin de feuilleter en fin de volume comme pour Stefan Zweig. À la fin arrivent les annexes : d’abord la liste des illustrations, au nombre de 30, photos et reproductions amorçant une bonne idée de l’orientation artistique de Carl Einstein, de nature à aiguiser les curiosités et à inciter à de plus amples découvertes ; ensuite la bibliographie, abondée seulement par les publications de Klaus Kiefer et Liliane Meffre, alignant néanmoins, sur 6 pages très serrées un ensemble impressionnant de contributions ; puis vient un registre des œuvres et des revues mentionnées au fil des lettres, les œuvres étant inscrites sous le nom de leurs auteurs, eux-mêmes classés par ordre alphabétique et les numéros renvoyant non aux pages, mais aux lettres. L’ouvrage se conclut par l’index des noms, chacun suivi de l’indication de l’activité principale de la personne, artistique, littéraire ou professionnelle ; de même que pour la liste des œuvres et revues, les numéros (n°) correspondent aux lettres.

6L’effort et le soin scrupuleux des deux artisans de cette édition forcent l’admiration. Ce fort beau volume solidement relié satisfait à tout ce qu’on peut attendre des « écrits privés » – autobiographie, journaux personnels, mémoires, correspondances. Il complète parfaitement ce qu’on sait de la biographie de Carl Einstein, de son caractère et de sa réactivité psychologique, il apporte des précisions sur sa position politique, aide à connaître les intentions de ses œuvres, est donc de bon recours pour leurs interprétations. De plus il déroule le vaste milieu créatif dans lequel évoluait Carl Einstein.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Reffet, “Liliane Meffre, Klaus Kiefer (Hg.) : Carl Einstein. Briefwechsel 1904-1940Recherches germaniques, 52 | 2022, 153-155.

Electronic reference

Michel Reffet, “Liliane Meffre, Klaus Kiefer (Hg.) : Carl Einstein. Briefwechsel 1904-1940Recherches germaniques [Online], 52 | 2022, Online since 12 December 2022, connection on 17 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/rg/8674; DOI: https://doi.org/10.4000/rg.8674

Top of page

About the author

Michel Reffet

Professeur émérite en études germaniques
Centre pluridisciplinaire textes et cultures
Université de Bourgogne
michel.reffet[at]u_bourgogne.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search