Navigation – Plan du site
Imaginaires de l’animal(ité)

Le loup entre patriotisme et imaginaire national en Allemagne (1840-1890)

Der Wolf in Deutschland als Symbol nationalistischer Vorstellungen (1840-1890)
Jawad Daheur
p. 109-127

Résumés

Cet article étudie l’histoire de la lutte contre le loup en Allemagne à la lumière du processus de construction de l’espace national allemand au xixe siècle. Vers 1850, les loups ne faisaient en Allemagne déjà plus partie de la faune autochtone et n’y étaient plus présents que de façon sporadique, en tant que gibier en transit depuis la France et la Pologne. L’analyse comparée des réactions suscitées par les incursions de loups dans les régions frontalières situées à l’est et à l’ouest du pays permet de comprendre comment les rivalités internationales avec les pays voisins conditionnèrent la relation des populations frontalières avec le loup. Dans les années 1840-1870 en Posnanie et 1870-1880 dans le Reichsland d’Alsace-Lorraine, l’infiltration de loups « étrangers » provoqua l’apparition de formes de mobilisation patriotiques liées à la diffusion de stéréotypes nationaux sur les Polonais et les Français. On constate en définitive que la perception du danger du loup entre 1840 et 1890 fut moins déterminée par la répartition territoriale réelle de l’animal que par les relations avec ces deux nations et les représentations de l’autre qui y étaient liées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paul Arnould : « ‘Le loup nouveau est arrivé’ ». In : Géocarrefour 83 (2008), p. 234‑252.
  • 2 Philippe Madeline/ Jean-Marc Moriceau : Repenser le sauvage grâce au retour du loup. Les sciences h (...)
  • 3 Sur l’ensemble du xxe siècle, environ la moitié des études historiques consacrées à l’animal sauvag (...)
  • 4 Jean-Marc Moriceau : Histoire du méchant loup : 3 000 attaques sur l’homme en France (xvE-xxE siècl (...)
  • 5 Wilfried Ott : Die besiegte Wildnis: wie Bär, Wolf, Luchs und Steinadler aus unserer Heimat versch (...)
  • 6 Bettina König : Die Darstellung des Wolfsbildes im Kontext geschichtlicher Entwicklungsprozesse – e (...)
  • 7 Par la Convention de Berne de 1979 et la directive européenne « Habitats » en 1992. Cf. Jean Marc M (...)
  • 8 Jean-Marc Moriceau (note 5), p. 415.
  • 9 Erik Zimen : Der Wolf – Verhalten, Ökologie und Mythos. Munich 1990.

1Depuis le retour du loup gris (canis lupus) en France (1992) et en Allemagne (2000), les études consacrées à cet animal ont connu un essor considérable1. Questionnée par la société civile et les médias, la place du loup dans la biodiversité et les écosystèmes a également fait débat parmi les universitaires, suscitant d’abord en France, puis outre-Rhin, une multiplication des publications sur le sujet2. Les études historiques n’ont pas été en reste. Depuis longtemps présent dans le bestiaire des historiens3, le loup a, durant ces dernières années, fait l’objet de questionnements renouvelés, souvent en lien avec la nouvelle « demande sociale » émanant d’une opinion en quête de réponses sur cet animal à la fois adulé et haï. On s’est notamment interrogé sur ses attaques sur l’homme dans le passé4, sur l’histoire de sa disparition et/ou de son extermination5, sur l’évolution de son image au sein des sociétés6. Toutes ces études ont insisté sur le caractère rapide et récent du renversement du statut du canidé, passé en seulement quelques décennies de celui d’animal nuisible à celui d’animal protégé7. Jean-Marc Moriceau le rappelle, la lutte contre le loup a longtemps été vécue comme un « baromètre des progrès de la civilisation »8. Autour de lui se sont cristallisées des rancœurs reflétant une concurrence exacerbée entre l’homme et l’animal dans les modes de vie et d’occupation de l’espace. Grand carnivore, le loup était perçu comme le pire ennemi du bétail et même un danger pour l’homme, ce qui a longtemps justifié une impitoyable politique d’éradication. À partir de la fin du xviiie siècle, ses effectifs en Europe occidentale diminuèrent fortement sous le coup d’une politique de destruction soutenue par un système de primes. Outre l’élimination par la chasse, le piégeage ou l’empoisonnement, il convient également de citer, parmi les causes de sa disparition, le développement agricole, facteur de rétraction de son espace vital, ainsi que la diminution progressive des effectifs de ses proies naturelles, sangliers et cervidés9.

  • 10 Bettina König (note 6), p. 49.
  • 11 Theodor Schmidt : Jubelschrift zur vierhundertjährigen Stiftungsfeier der Universität Greifswald: z (...)
  • 12 « Ueber die Erhaltung der Jagdthiere ». In : Kritische Blätter für Forst- und Jagdwissenschaft 30 ( (...)
  • 13 Friedrich G. L. Gressler : Naturgeschichte für Kinder. Naturgeschichte der merkwürdigsten fremden (...)
  • 14 Le Royaume du Congrès (en polonais : Królestwo Kongresowe) est une entité politique succédant au Du (...)
  • 15 Julius von Pannewitz : Das Forst-Wesen von Westpreußen in statistischer, geschichtlicher und admini (...)
  • 16 Johann Heinrich Blasius : Fauna der Wirbelthiere Deutschlands und der angrenzenden Länder von Mitte (...)
  • 17 L’inquiétude tient au fait que l’animal peut en seulement quelques jours parcourir la distance qui (...)
  • 18 Note 12, p. 158.
  • 19 Ibid.

2Dans l’espace allemand, le loup s’efface du quotidien de la majorité des États durant la première moitié du xixe siècle. Après une période de recrudescence dans les années 1815-1820, marquée par l’arrivée de populations lupines dans le sillage de la retraite de Russie, on enregistre en 1835 le dernier loup tué en Westphalie10, en 1839 dans le district de Stettin, en 1841 dans le Grand-Duché de Hesse11. Au milieu du siècle, les Kritische Blätter für Forst- und Jagdwissenschaft présentent le loup comme un prédateur « éradiqué » en Allemagne12, constat que valide également une histoire naturelle à l’usage des enfants13. Le problème n’en est pas pour autant réglé : si le prédateur ne fait désormais plus partie de la faune autochtone (Standwild), il n’en est pas moins présent en tant que gibier en transit (Wechselwild) en provenance des pays voisins. À cet égard, les pays incriminés sont clairement identifiés : il s’agit de la France et de la Pologne du Congrès alors intégrée à l’Empire russe14. En 1829, Julius von Pannewitz, inspecteur des forêts en Prusse occidentale, émet des réserves sur la perspective d’une éradication définitive de l’animal, dans la mesure où celui-ci continue à « déferler » de façon « ininterrompue » depuis les Ardennes françaises et les forêts de Pologne vers les provinces frontalières de la Prusse15. Durant les hivers particulièrement froids, le prédateur traverse le Rhin ou la Vistule gelés et s’aventure jusqu’en Rhénanie ou dans le Brandebourg16. En tenant compte de la propension de l’animal à migrer17, les Kritische Blätter parviennent en 1851 à la conclusion que l’on tuera encore longtemps des loups aux frontières occidentales et orientales du pays18. On voit donc apparaître dans les années 1840-1850 une dichotomie territoriale entre un espace allemand central libéré du prédateur et des périphéries toujours sujettes au « fléau »19.

  • 20 En Allemagne, les derniers cas de loups anthropophages sont signalés en 1814 dans les arrondissemen (...)
  • 21 Robert Delort : Les animaux ont une histoire. Paris 1984, p. 251.
  • 22 Charles-Alexandre Gérard : Essai d’une faune historique des mammifères sauvages de l’Alsace. Colma (...)
  • 23 Pistorius : « Jagd-Notizen aus Elsaß-Lothringen ». In : Der Waidmann 4 (1873), p. 142‑143.

3Si le loup effraie, ce n’est plus tant à cause des attaques sur l’homme, devenues rarissimes20, qu’en raison des dommages économiques qu’il provoque en s’en prenant au bétail et au gibier21. Mais les sources révèlent également une préoccupation d’un tout autre type : dans le combat que les sociétés ont engagé pour la modernisation, sa présence apparaît comme marqueur d’arriération qui met directement en cause le degré d’avancement et même la respectabilité des nations. En 1871, l’historien Charles-Alexandre Gérard présente le loup comme « l’animal symptomatique des calamités nationales, une sorte de régulateur naturel qui exprime, par l’abondance ou par la rareté de ses manifestations, le degré de prospérité ou de détresse des peuples »22. Au même moment, une revue cynégétique allemande fait de l’éradication du loup une « question d’honneur » pour les chasseurs d’une nation civilisée23.

  • 24 Catherine Maurer (éd.) : Les espaces de l’Allemagne au xixe siècle. Frontières, centres et questi (...)
  • 25 Bernhard Struck : Nicht West - nicht Ost: Frankreich und Polen in der Wahrnehmung deutscher Reisend (...)
  • 26 Ibid. ; Berit Pleitner : Die « vernünftige » Nation: zur Funktion von Stereotypen über Polen und Fr (...)

4À l’heure où l’espace allemand se recompose sur une base nationale24, la crainte d’un envahissement par des loups « étrangers » révèle de nouvelles crispations quant à la porosité des frontières et la maîtrise du territoire. L’analyse par Bernhard Struck des récits de voyageurs allemands en France et en Pologne a montré comment se forme autour de 1840 la conscience d’un espace national « allemand » défini par des frontières linéaires25. À partir de ce moment, la question frontalière et l’exacerbation des rivalités nationales ne cesseront de « parasiter » le rapport que les Allemands entretiennent au loup, orientant non seulement les représentations de l’animal, mais aussi la politique d’éradication menée sur le terrain. Ce phénomène de parasitage apparaît clairement lorsque l’on compare le traitement scientifique, journalistique et littéraire réservé au loup aux frontières orientales et occidentales du pays. Particulièrement féconde pour explorer les processus d’invention des frontières et de construction des identités dans l’espace allemand26, l’analyse comparative Allemagne/ Pologne et Allemagne/ France l’est également pour rendre compte de la variabilité géographique des attitudes face au loup. En l’occurrence, c’est dans le Grand-Duché de Posnanie des années 1840-1860 et le Reichsland d’Alsace-Lorraine des années 1870-1880 que les tensions autour du prédateur furent portées à leur paroxysme, prenant la forme d’une mobilisation des populations locales dans la lutte contre les loups « étrangers ».

La mobilisation patriotique contre le loup aux frontières de l’Allemagne

Le fantasme du « loup polonais » et la « peur de l’invasion » en Posnanie

  • 27 Adolphi : « Jagden im Großherzogthum Posen ». In : Jagd-Zeitung 5 (1862), p. 651.
  • 28 « Vor der polnischen Grenze ». In : Der Volksfreund 1 (1862), p. 378.
  • 29 Ibid.

5En 1862, après que trois loups ont été aperçus dans le cercle de Pleschen, au sud de la Posnanie, plusieurs journaux locaux appellent à la tenue d’une battue afin de préserver les troupeaux. Des tireurs et des chasseurs amateurs originaires de toute la province, y compris des villes et garnisons les plus lointaines, se mobilisent à l’appel du Conseil provincial pour une chasse aux alentours des petites villes de Jarocin et Gera27. Au total, ce sont 5 000 rabatteurs et 500 tireurs qui participent à l’événement28. Malgré l’importance des moyens humains investis, la battue prend finalement un cours « lamentable »29, puisqu’au terme de la journée, aucun loup n’a été débusqué. La presse s’interroge sur cet échec. Dans la Jagd-Zeitung, un certain Adolphi évoque une probable confusion avec des « gros chiens de ferme » et s’adonne à la raillerie pour dénoncer un climat de peur que rien ne justifie :

  • 30 Adolphi (note 26), p. 651.

Sei es nun, daß die Ungeschicklichkeit der Treiber oder die der Schützen, oder wer sonst Schuld gewesen, kurz Niemand hat einen Wolf gesehen, vielweniger als einen geschossen. Die böse Welt behauptet allerdings es seien nie Wölfe dort gewesen, sondern höchstens ein oder zwei größere Hofhunde hätten sich von der Kette frei gemacht und einmal ein Schaf zerrissen. Jetzt wieder angekettet, hören natürlich die Wolfsverwüstungen von selbst auf.30

  • 31 Allgemeine Zeitung München, 22.8.1862.
  • 32 Izabela Surynt : Postęp, kultura i kolonializm: Polska a niemiecki projekt europejskiego Wschodu w (...)
  • 33 Thomas Serrier : Entre Allemagne et Pologne : nations et identités frontalières, 18481914. Paris 2 (...)

6Émettant des doutes sur Émettant des doutes sur l’existence d’une vraie menace, les observateurs les plus avisés cherchent à mettre à jour les ressorts profonds d’une mobilisation aussi virulente contre le loup. Non sans un certain sarcasme, l’Allgemeine Zeitung München attribue l’emballement de l’hiver 1862 au groupe de chasseurs qui s’est donné la « grandiose mission » d’éliminer ces « ennemis de la civilisation », alors même que le chemin de fer n’a pas encore apporté la culture dans la partie orientale de la province31. De fait, il semble bien que le problème du loup en Posnanie ne puisse être déconnecté du programme de modernisation économique et culturelle que les Allemands entendent alors porter en Europe orientale32. Ce qui est en jeu, à travers l’éradication du loup, c’est la capacité d’une région située dans un « entre-deux », majoritairement peuplée de Polonais et encore faiblement arrimée à l’espace allemand33, à rejoindre de façon définitive le monde « civilisé » que l’État prussien entend alors incarner.

  • 34 « Vertilgung der Wölfe ». In : Allgemeine Forst- und Jagd-Zeitung 10 (1841), p. 60.
  • 35 L’Insurrection de novembre est un soulèvement national polonais survenu dans la Pologne du Congrès (...)
  • 36 Richard Otto Spazier : Ost und West: Reisen in Polen und Frankreich. Stuttgart 1835, p. 186‑187. «  (...)
  • 37 Thomas Serrier (note 33), p. 60.
  • 38 Ibid.

7Ce projet modernisateur ne permet cependant pas, à lui seul, de rendre compte d’une telle hantise face au prédateur. On peine en effet à comprendre pourquoi certains acteurs locaux, dont le Conseil provincial, auraient intérêt à donner crédit aux plus alarmistes, voire à grossir artificiellement une menace qui ternit l’image de la province. La clé d’interprétation de ce phénomène est en fait à chercher du côté de la « question polonaise » et de son étroite imbrication avec la lutte contre du loup. Dès 1841, un article de l’Allgemeine Forst- und Jagdzeitung dénonçait l’instrumentalisation du problème par les instances politiques de Posnanie. Selon l’auteur, rien ne justifiait, à ce moment-là, que la « guerre d’extermination » (Vertilgungskrieg) déclarée vers 1815 soit poursuivie et même renforcée par de nouvelles mesures. L’article s’appuyait sur les statistiques officielles pour démontrer le fort déclin des effectifs dans les années 1820 et 1830. Encore très présent entre 1815 et 1819, période durant laquelle 614 individus ont été éliminés sur l’ensemble du Grand-Duché (soit une moyenne de 102 par an), le loup subit ensuite une persécution systématique motivée par l’« appât des primes »34. Certes, l’interdiction de port d’arme proclamée en 1832 à la suite de l’Insurrection de novembre35 provoqua en Pologne du Congrès une forte augmentation des réserves de gibier, et par conséquent, du nombre de loups, suscitant côté allemand une vive inquiétude36. Mais au moment où le texte est rédigé (décembre 1840), les derniers chiffres en provenance du district de Posen sont « rassurants », puisque sur les quatre années qui précèdent, seulement six loups ont été tués par an37. En conclusion, l’auteur déclare que la province vit dans la plus profonde « paix » avec les loups et présente le véritable motif qui, selon lui, a présidé au durcissement des mesures contre le prédateur : la volonté de faire sentir à tout « transfuge polonais » qui passerait la frontière « le goût de la poudre et du plomb prussien »38. L’article établit donc un lien entre une politique d’éradication du loup prolongée de façon injustifiée et un sentiment antipolonais entretenu à des fins politiques.

8Plus de vingt ans après, au moment de la battue malheureuse de l’hiver 1862, il semble bien que ce lien existe encore, comme le laisse à penser la réaction de la revue Deutsches Museum peu après les événements :

  • 39 « Correspondenz aus Posen ». In : Deutsches Museum 12 (1862), p. 436.

Die Germanisierungspartei, welche Posen um jeden Preis zu einer deutschen Provinz machen will, predigt […] die Ausrottung des Polentums als eines Elements, welches für Preußen einmal nicht assimilirbar ist. […] Ein eifriger Radikaler, Kattner in Bromberg, hat […] dieser Ausrottungspolitik in so extremer Weise das Wort geredet, als gälte es, eine Polenrazzia zu eröffnen, ähnlich der Wolfsjagd, welche neulich unsere Sonntagsjäger in einigen südöstlichen Kreisen der Provinz versammelte. Die epigrammatische Spitze seiner Beweisführung war: die Polen müßten Deutsche oder aus dem Lande gejagt werden.39

  • 40 Il est la même année l’auteur de deux brûlots antipolonais : Ist Polen ein Bollwerk Deutschlands? B (...)
  • 41 L’Insurrection de Grande-Pologne de 1848 est un épisode de la lutte des Polonais pour l’indépendanc (...)
  • 42 Le loup n’est pas le seul élément issu du monde naturel utilisé comme métaphore pour décrire la lut (...)
  • 43 Portée par le propriétaire terrien Heinrich von Tiedemann, la première tentative visant à créer une (...)
  • 44 En 1897, un forestier résidant à deux kilomètres de la frontière de la Prusse orientale déclare que (...)

Que les chasseurs allemands de Posnanie aient été ou non de bonne foi, force est de constater que la question de l’éradication du loup rejoint les thématiques alors développées par le camp antipolonais mené par Edwart Kattner40. Dans un contexte encore marqué par le souvenir de l’insurrection polonaise de 184841, la figure du loup se politise : éliminer les animaux qui passent la frontière revient à contribuer à l’endiguement d’une « slavité » qui menace de submerger une province ethniquement en danger42. Faute de parti ou d’association apte à défendre les intérêts de la population allemande43, l’organisation d’une battue avait sans doute été conçue comme une opération destinée à fédérer autour d’un combat commun. Mais en 1862, les loups manquent à l’appel et le stratagème montre ses limites. Si ce détournement idéologique de la question du loup est porté à son paroxysme dans la Posnanie des années 1840-1860, on le retrouve de façon ponctuelle dans les provinces voisines (Prusse orientale, Prusse occidentale, Haute-Silésie) et ce jusque dans les dernières années du xixe siècle44.

  • 45 Éric Baratay : « Les socio-anthropologues et les animaux : réflexions d’un historien pour un rappro (...)
  • 46 Sophie Bobbé : L’ours et le loup : essai d’anthropologie symbolique. Paris 2002.
  • 47 Ibid., p. 205.
  • 48 Christa Rohde-Dachser : Expedition in den dunklen Kontinent: Weiblichkeit im Diskurs der Psychoanal (...)
  • 49 Angela Koch : DruckBilder. Stereotype und Geschlechtercodes in den antipolnischen Diskursen der „Ga (...)
  • 50 Stephen Arata : « The Occidental Tourist: ῾Dracula’ and the Anxiety of Reverse Colonization ». In : (...)
  • 51 Ibid., p. 623.
  • 52 Elisabeth A. Drummond (note 42).

9Efficace du point de vue rhétorique, le motif de la défense des frontières contre les « loups polonais » permet de renforcer le sentiment national alors en construction dans la région. On peut également se demander si la pratique de la battue, par sa dimension théâtrale, ne remplit pas une fonction cathartique. Le franchissement des seuils disciplinaires, si utile à l’histoire animale45, invite ici à un court détour par l’approche anthropo-psychanalytique46. À l’instar des êtres dévorateurs des contes pour enfants, le loup constitue dans la tradition folklorique une « représentation figurée de fantasmes infantiles »47. Dans l’un de ses cas cliniques les plus célèbres, L’homme aux loups (Der Wolfman), Freud interprète la figure rêvée du loup comme un substitut du père et rattache l’angoisse de la dévoration à celle de la castration48. Or, Angela Koch a bien montré le rôle des stéréotypes et des codes sexuels dans les discours antipolonais sous le Kaiserreich et la République de Weimar, en analysant la façon dont la revue Die Gartenlaube diffusait dans ses articles l’image d’un Polonais démasculinisé tout en célébrant la virilité du colonisateur allemand49. Sur le plan symbolique, le loup, en tant qu’incarnation d’une menace castratrice, conteste par sa présence la capacité de l’homme allemand à s’approprier sexuellement un paysage polonais à la féminité fantasmée. On peut en outre se demander si cette peur collective du loup chez les Allemands de Posnanie ne renvoie pas également à l’anxiété de la « colonisation inversée » (reverse colonization) que définit Stephen Arata dans son étude sur Dracula50. Lorsqu’il relate l’installation du comte Dracula à Londres, le roman de Bram Stocker exprime une peur – qui est aussi un « fantasme » –, celle de voir l’Angleterre colonisée par des forces « primitives »51. Thème récurrent de la littérature victorienne tardive, la « peur de l’invasion » (invasion-scare) se retrouve dans le discours allemand sur les « Marches orientales », que cela soit à travers le motif du loup ou bien celui de la « marée polonaise » (polnische Flut)52. Figure dévoratrice à forte connotation sexuelle, le loup polonais semble donc remplir une fonction similaire au vampire transylvain : il exprime la crainte de voir un monde sauvage et arriéré prendre le dessus.

La chasse au loup en Alsace-Lorraine, un révélateur des tensions franco-allemandes

  • 53 « Aus den Reichslanden ». In : Teltower Kreisblatt 32 (1888), p. 70.
  • 54 Jean-Yves Chauvet : Les Loups en Lorraine : histoire et témoignages. Le Coteau 1986, p. 35‑36.
  • 55 « Aus Deutsch-Lothringen und Frankreich ». In : Deutsche Jäger-Zeitung 7 (1886), p. 99‑100.

10Dans les deux décennies qui suivent le traité de Francfort, les Allemands font face en Alsace-Lorraine annexée à une forte présence du loup. En 1888, un quotidien local rapporte le mécontentement des forestiers allemands du Reichsland, qui, bien qu’ils parviennent à tuer en moyenne 40 individus par an, n’observent pas de recul dans les effectifs des districts frontaliers ; selon eux, la cause de cette persistance du loup serait le manque d’énergie et même la « désinvolture » des forestiers français en poste dans les Ardennes, qui ne feraient rien pour combattre le prédateur53. Les responsabilités, en fait, sont partagées. L’une des causes de la multiplication rapide du loup au début des années 1870 a en effet été l’interdiction de la chasse décrétée par les autorités allemandes. En suspendant les pratiques traditionnelles de lutte contre le loup, cette mesure avait conduit à une prolifération des animaux54. Privés de la possibilité de combattre le loup, les Alsaciens-Lorrains réclament le droit d’utiliser des armes, qu’ils obtiennent en 1873, lorsque les adjudications de chasse ont à nouveau lieu. Le problème n’est cependant pas encore réglé. Dans les années suivantes, l’administration forestière allemande regrette à plusieurs reprises que les autorités françaises ne soient pas disposées à coopérer pour réguler la population lupine. La Deutsche Jäger-Zeitung affirme en 1886 que les propositions allemandes de mener de façon simultanée des battues de part et d’autre de la frontière n’ont essuyé que des refus ; l’auteur explique cet échec par le « sentiment de revanche » qui serait encore très présent et « artificiellement entretenu » au sein du personnel forestier français55. À cet égard, on ne peut lui donner tort, comme l’illustre la réponse adressée aux forestiers allemands par Adolphe de la Rüe, ancien inspecteur des forêts de Napoléon III, dans la revue La Chasse illustrée :

  • 56 Adolphe de la Rüe : « Les loups en Lorraine ». In : La Chasse illustrée 19 (1886), p. 19.

Tous les ans […], les loups inquiètent les habitants des villages de la Lorraine annexée. Les forestiers de là-bas prétendent que ces carnassiers viennent des forêts françaises, qui leur servent de refuge et où ils sont moins inquiétés. […] [Ils] prétendent que, pour réussir à [en] débarrasser le pays […], il faudrait que les administrations française et allemande s’entendissent pour faire de fréquentes battues en commun. – Va-t’en voir s’ils viennent !56

  • 57 « Wölfe und Wolfsjäger an der Reichslandesgrenze ». In : Allgemeine Forst- und Jagd-Zeitung 50 (187 (...)

Renonçant à une coopération avec les autorités françaises, les Allemands d’Alsace-Lorraine décident de se mobiliser. Ils organisent, comme en Posnanie, des battues de grande envergure qui prennent d’emblée un accent militaire et une connotation anti-française. Il existe cependant une différence importante avec le cas oriental : le loup est là bien présent, en transit depuis la France mais se reproduisant également sur le sol allemand – principalement en Lorraine – jusqu’au milieu des années 1880. Tandis qu’en Posnanie les attaques de loups étaient vécues comme une menace d’invasion étrangère, elles sont ici davantage interprétées comme la manifestation d’un revanchisme français s’exprimant par l’intermédiaire du monde animal. C’est dans cet esprit qu’un article paru en 1875 expose la question du loup dans le Reichsland : les loups français auraient pris « leurs quartiers » dans la région boisée de Belfort et de Delle qui leur serviraient de base-arrière pour mener des razzias vers l’Allemagne ; causant des dommages aussi bien sur la faune sauvage que sur les animaux de ferme, ils lèveraient leur « tribut » dans les cantons de Pfirt (Ferrette) et d’Altkirch57. Les mots employés, issus du vocabulaire guerrier, témoignent des inquiétudes allemandes sur une éventuelle reprise des hostilités dans les années qui suivent l’annexion. La suite du texte relie de façon explicite les choix stratégiques de Bismarck à la question du loup :

  • 58 Ibid.

Verbreitet sich die Kunde eines [] räuberischen Ueberfalles von Frankreich her, und ziehen unsere Jäger hinaus, den Mißethätern den Weg zu verlegen [], so sind die Räuber [] viele Meilen von dem Schauplatze ihrer Verbrechen entfernt und längst in ihre heimischen Schlupfwinkel zurückgekehrt, wohin wir ihnen vor der Hand noch nicht folgen dürfen? Wenn der jagdfreundliche Fürst Bismarck diese Verhältnisse gekannt hätte – wer weiß ob nicht die Grenze eine andere geworden, und ob das uns, die wir ihm zunächst wohnen, so wie so sehr fatale Loch von Belfort so weit offen geblieben wäre! Doch verirren wir uns nicht in die Politik, wir wollen nur von Wölfen sprechen.58

La figure de prétérition employée ici montre bien que derrière le loup se cachent des doutes sur le bien-fondé de la décision de laisser à la France le territoire de Belfort. Au plan métaphorique, l’animal est perçu comme le représentant d’un révisionnisme français remettant en cause le tracé de la frontière.

  • 59 « Les animaux nuisibles ». In : La Presse, 08/12/1873 ; « Aus Deutsch-Lothringen […] » (note 55), p (...)
  • 60 Ibid.
  • 61 Pistorius (note 23), p. 142-143.

11Dans ces conditions, la lutte contre le loup constitue dans le Reichsland, comme en Posnanie, un motif de mobilisation nationale. À ce titre, elle doit être menée par des patriotes authentiques, les Vieux-Allemands arrivés après l’annexion, plutôt que par les autochtones, considérés comme moins loyaux. Pour mener à bien les battues qui nécessitent de rassembler des centaines de personnes, les gardes forestiers impériaux font appel aux chasseurs amateurs du sud de l’Allemagne59, le gros du contingent étant fourni par les officiers en garnison60. Dès le début des années 1870, certains districts accueillent des chasseurs badois ou bavarois, qui, après être arrivés à Strasbourg, prennent le train pour s’installer quelques jours à Bitche ou à Saverne afin de réaliser des battues sous la direction de l’administration forestière ; à Sarralbe en Moselle, le Baron Schmid accueille ceux qui désirent prendre part à ses parties de chasse, comme le rapporte en 1873 un juge wurtembourgeois61.

  • 62 Allgemeine Forst- und Jagd-Zeitung 50 (note 56) (transcription de l’annonce en français).

12On se demande toutefois si ce type de mobilisation découle d’une réelle urgence face à la menace du loup ou plutôt de l’attrait touristique que représente la région aux yeux des chasseurs allemands. En 1873, une annonce parue dans le Courrier du Bas-Rhin vante la richesse du gibier dans le Reichsland ; elle rappelle que l’occasion de tirer ne manque pas et invite les « amis de la chasse » à venir profiter de l’accueil que le personnel forestier, en bon hôte, leur réserve62. À la frontière avec la France, la lutte contre le loup apparaît finalement comme beaucoup plus apaisée qu’en Posnanie. Bien qu’un sentiment chauvin et anti-français s’y manifeste, on ne perçoit pas là d’angoisse psychologique du même ordre que celle suscitée par « la peur de l’invasion » à l’Est. Contrairement à son congénère polonais, décrit comme un véritable envahisseur, le loup français n’effectue que de ponctuelles « razzias » avant de rentrer dans ses « quartiers ». Pour expliquer ces différences de perceptions, il convient maintenant de passer à un autre niveau d’explication, celui des représentations culturelles qui pèsent sur la façon de voir le loup et d’en parler.

Les imaginaires du loup au prisme des stéréotypes nationaux

Le loup polonais : reflet de l’arriération et de la sauvagerie du pays et de ses habitants

  • 63 Ulrich Wilamowitz-Moellendorff : Erinnerungen, 1848-1914. Leipzig 1928, p. 17.
  • 64 Charlotte von Cosel : Fußstapfen im Sande. Berlin 1868, vol. 2, p. 216.
  • 65 Izabela Surynt : Das « ferne », « unheimliche » Land: Gustav Freytags Polen. Dresden 2004 ; Kristin (...)
  • 66 Gustav Freytag : « Das stille Leben in den polnischen Wäldern ». In : Die Grenzboten 10 (1851), p.  (...)

Dans ses Souvenirs publiés en 1928, le philologue allemand Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, originaire du village de Markowitz en Posnanie, raconte qu’à l’époque où il était écolier (en 1856), il avait pu observer au Jardin Zoologique de Berlin un loup portant autour du cou un panneau indiquant sa provenance géographique : « Pologne ». Capturé dans une forêt près de la ville frontalière de Strelno, l’animal était alors présenté au public comme « le dernier loup »63. Cette mise en scène, avec sa dimension infamante, illustre bien la portée géographique de l’imaginaire allemand du loup au milieu du xixe siècle. L’animal est souvent associé à la Pologne perçue comme le « territoire des loups » par excellence. Il s’agit là d’un lieu commun que l’on retrouve dans de nombreux textes, par exemple dans le roman de Charlotte von Cosel Fußstapfen im Sande (1868), où un personnage déclare : « Nach Polen ginge ich nicht und wenn es mit Gold gepflastert wäre. Da ist mir unser Wald doch lieber, da gibt es wenigstens keine Wölfe »64. Cette association a des fondements anciens, mais elle a été fixée et popularisée au milieu du xixe siècle par Gustav Freytag, l’un des écrivains allemands les plus célèbres de cette période. Figure majeure dans le processus d’invention de la Pologne comme « espace colonial » de l’Allemagne65, Freytag, originaire de Kreuzburg en Haute-Silésie, publie en 1851 un article sur les forêts polonaises dans la revue Die Grenzboten. On y apprend qu’en Pologne, les loups se comportent de façon « provocante et éhontée » car ils s’y sentent « chez eux »66. Pour expliquer l’omniprésence de l’animal, Freytag évoque d’abord l’interdiction de port d’armes proclamée en 1832 à la suite de l’Insurrection de novembre, mais passe ensuite sur le terrain culturel, en établissant un lien entre l’état moral du pays et la présence du prédateur :

  • 67 Ibid.

Während meines vierjährigen Aufenthalts auf dem offenen Lande in Polen kam es in meiner Gegend fünfmal vor, daß ein Kind dem Rachen der Wölfe zu Theil wurde, aber jedesmal war das Kind nackt oder beinahe nackt gewesen. Viele Bauern kleiden ihrer Kinder nur in ein kurzes Hemdchen […] oder lassen sie ganz unbedeckt gehen; die Wölfe sind grausame Richter dieses Mangels an Sitte.67

  • 68 Berit Pleitner : « Wölfen, Kunst und Leidenschaft. Zur Funktion polnischer und französischer Hetero (...)
  • 69 Dans une lettre rédigée lors d’un séjour à Reinfeld en Prusse occidentale en janvier 1847, Bismarck (...)
  • 70 Carl Goehring : Polen unter russischer Herrschaft: Reisen und Sittenschilderungen aus der neuesten (...)
  • 71 Dariusz Łukasiewicz : Czarna legenda Polski: obraz Polski i Polaków w Prusach 1772-1815 [La légend (...)

En faisant du loup anthropophage une instance morale, l’auteur établit une surprenante connivence avec l’animal, rabaissant du même coup la population polonaise au plus bas niveau dans la hiérarchie du vivant. L’humour mordant que manie ici Freytag révèle bien l’importance des stéréotypes sur la Pologne et les Polonais dans les discours allemands sur le loup. Analysant un article paru dans les Oldenburgische Volksboten en 1855 – article qui n’est en fait qu’une reprise de celui de Freytag –, Berit Pleitner observe la mise en équivalence des Polonais et des loups, l’animal étant le reflet de leurs caractéristiques nationales68. Tour à tour brutal, lâche ou docile, le loup endosse les qualités du Polonais au point qu’ils se confondent parfois complètement69. Un récit de voyage publié en 1843 évoque le moment où, au terme d’une chasse éprouvante, un loup est retrouvé par les chasseurs qui le pistaient : « So bald [der Wolf] seinen Hals in der Schlinge fühlte, war er zahm, wie ein polnischer Bauer unter der Knute. Er ließ sich führen, als ob er gewöhnt sei, geführt zu werden »70. Incidemment introduit, le motif du paysan polonais livré au fouet s’inscrit tout à fait dans la « légende noire » de la Pologne forgée en Prusse à l’époque des partages, qui insistait sur le caractère arriéré et « féodal » d’un pays peuplé de serfs soumis et de magnats brutaux71. C’est d’ailleurs sur ce second élément que s’attarde Freytag dans un passage décrivant le traitement qu’un noble polonais réserve aux loups qu’il est parvenu à piéger :

  • 72 Gustav Freytag (note 66), p. 208.

Der polnische Gutsherr, nahm an den drei gefangenen Bestien Wild Rache, er hieb ihnen die Vorderpfoten und Schwänze ab und ließ sie dann laufen, was sie natürlich nicht konnten; sie wurden sogleich von seinen Windhunden zerrissen.72

En somme, qu’il soit paysan servile ou aristocrate cruel, le Polonais ne vaut pas mieux qu’un loup, l’animal n’étant que le reflet de sa propre sauvagerie.

13Cette vision a pour corollaire un stéréotype exactement inverse : en tant que Kulturträger, l’Allemand incarne dans l’est européen la seule force capable de faire reculer le prédateur. Dans un récit de voyage publié en 1841, Johann Georg Kohl construit un modèle spatial de diffusion / rétractation où la variable ethnique et la présence du loup évoluent dans les mêmes proportions :

  • 73 Johann Georg Kohl : Reisen im Inneren von Russland und Polen. Dresden 1841, vol. 3, p. 329.

Bemerkenswerth ist es, wie mit dem Aufhören der polnischen Wirthschaft auch die Verbreitung der Wölfe aufhört, und wie dieses Thier immer mehr verschwindet, je mehr die deutsche Nationalität hervortritt. So ist in Galizien noch Alles voll von Wölfen, doch mehr in den östlichen Theilen als in den westlichen. Im Herzogthume Teschen kommen bei zahlreicheren Deutschen die Wölfe seltener vor. Im westlichen Theile von Troppau aber, wo schon alles deutsch ist, sind auch die Wölfe fast völlig verschwunden.73

  • 74 Hubert Orłowski : « Polnische Wirtschaft »: Zum deutschen Polendiskurs der Neuzeit. Wiesbaden 1996.
  • 75 « Polnische Skizzen aus der Gegenwart: von einem deutschen Augenzeugen ». In : Der Sammler 32 (1863 (...)

Le facteur central ici mis en avant pour expliquer l’avancée du loup est celui de la « gabegie polonaise » (polnische Wirtschaft). Véhiculant l’image d’un voisin à la dérive et incapable de gérer ses problèmes, cette expression était apparue au xviiie siècle pour décrire l’état de délabrement économique et social qui caractériserait de façon structurelle le pays74. En 1863, un voyageur allemand en Pologne mobilise encore cette vision pour expliquer l’omniprésence du canidé : « Die Zerrütung aller Ordnung und Sicherheit wuchert in Polen sogar auch in der Thierwelt »75. À l’inverse, la progression de la « nationalité allemande », facteur de recul du loup, est présentée comme un signe de la modernisation et du progrès dans ces régions.

Les Français face au loup : louvetiers incapables et mauvais chasseurs

  • 76 Note 52, p. 100.
  • 77 « Das Raub- und Schwarzwild in Elsaß-Lothringen ». In : Jagd-Zeitung 5 (1873), p. 149‑150.

14En Posnanie, la mobilisation de la population allemande contre les loups est d’autant plus efficace qu’elle s’appuie sur une animalisation de l’autre et une ethnicisation de l’animal, dans un dispositif symbolique qui assimile le prédateur à la menace que représente le monde slave pour la germanité. Du côté de la frontière occidentale en revanche, on ne retrouve pas dans les sources allemandes de discours ethnico-spatial associant la francité à la présence du loup. Face aux loups français, le discours allemand ne se pose pas dans les termes d’une opposition entre civilisation et barbarie, mais se limite à mettre en avant l’importante dissymétrie qui frappe les deux nations quant à l’art de la chasse. La louveterie qui s’est maintenue à travers les siècles, institution créée sous Charlemagne pour procéder à la destruction systématique des loups, fait dans la presse allemande l’objet de critiques réitérées. Un article publié en 1886 pointe du doigt l’inefficacité de ce système et l’incurie de ceux qui en ont la charge76. Pour la Jagd-Zeitung, les principaux problèmes seraient la trop grande taille des juridictions attribuées aux lieutenants, le manque de connaissance du terrain, l’absence de formation des personnels, mais aussi une certaine « mauvaise volonté »77. Côté français, on s’insurge contre de telles accusations. Adolphe de La Rüe prend ainsi la défense de la louveterie :

  • 78 Adolphe De la Rüe : « Échos de l’étranger ». In : La Chasse illustrée 23 (1890), p. 19.

Chez nous […] les loups ont considérablement diminué quoi qu’en disent les forestiers prussiens qui prétendent que ce sont les loups de France que nous ne détruisons pas qui empoisonnent les forêts de l’Alsace et de la Lorraine. Nous avons en France plus de 400 lieutenants de louveterie ; je ne crois pas qu’il existe à cette heure 400 loups dans nos 86 départements.78

  • 79 Jean-Marc Moriceau (note 4), p. 236.
  • 80 Ernst Friedel : « Wolf und Wolfsjagd in Deutsch-Lothringen ». In : Der Zoologische Garten 34 (1893) (...)
  • 81 « Die Wölfe in Frankreich ». In : Zwinger und Feld 6 (1897), p. 997.

On sait, du reste, que les efforts de l’administration française ont fini par porter leurs fruits. En 1882, une loi revalorise fortement les primes et en transfère la charge à l’État : avec 100 francs par loup ordinaire et 150 par louve pleine, la hausse dépasse les 800 %. Ces tarifs élevés sonnent l’hallali des derniers loups en France79, ce qui a une répercussion directe en Alsace-Lorraine. Les effectifs y décroissent fortement dans la seconde moitié des années 1880, de telle sorte que le loup y est quasiment disparu au début de la décennie suivante : après 1888, on en tue moins de dix par an80. Côté allemand cependant, ce n’est qu’assez tardivement – quasiment au tournant du siècle – que l’on finit par reconnaître l’efficacité du système de primes introduit en France81.

  • 82 Par opposition aux Alsaciens-Lorrains, appelés Jung-deutsche en raison de leur arrivée récente dans (...)
  • 83 Deutsche Jäger-Zeitung 7 (note 55), p. 99‑100.
  • 84 Berit Pleitner (note 65).
  • 85 Allgemeine Forst- und Jagd-Zeitung 50 (note 57), p. 68‑69.
  • 86 Ibid. ; voir également  « Der französische ῾Jäger’. Eine Charakterstudie ». In : Deutsche Jäger-Zei (...)

15Afin d’expliquer la persistance du loup, les observateurs allemands pointent plutôt du doigt l’inefficacité du chasseur français afin de justifier l’appel aux rabatteurs et tireurs Vieux-Allemands82 des provinces voisines. Alsaciens et Lorrains sont copieusement moqués et décrits comme de vrais incapables ; durant les battues, ils ne parviendraient pas à tenir leur langue et tireraient à tort et à travers sur le petit gibier83. Le dénigrement du chasseur français s’accompagne d’une survalorisation des qualités réputées « allemandes » dans le domaine cynégétique. Un article de 1875 sur la chasse au loup aux frontières du Reichsland compare point par point les caractéristiques respectives des deux nations. On y retrouve de façon nette les stéréotypes analysés par Berit Pleitner84 : d’un côté, un chasseur français qui se laisse emporter par sa « passion », accorde une trop grande importance au superflu et se laisse séduire par des plaisirs annexes (costumes, son des cors, déjeuners en forêt) ; de l’autre, un chasseur allemand qui garde toujours son sang-froid, tient des valeurs comme l’endurance, la patience et l’habilité en plus haute estime et surtout sait rester concentré sur son but : le gibier85. Le texte conclut avec aplomb que la majorité des chasseurs français seraient plus des « Latins » que des « chasseurs »86. L’étonnante mise en opposition de ces deux termes en dit long ; elle illustre l’idée d’une incompatibilité structurelle, tenant aux caractères nationaux, entre l’art de la chasse et la francité, comme si l’authentique chasseur ne pouvait qu’être allemand.

16Aux frontières orientales et occidentales de l’Allemagne, le loup devient dans la seconde moitié du xixe siècle un motif de mobilisation collective, au cours d’un processus où le sentiment national, teinté d’une xénophobie plus ou moins forte, joue un rôle de premier plan. Des deux côtés, une partie des groupes nationalistes encouragent les populations locales allemandes à préserver l’intégrité des frontières du pays en déclarant une guerre sans merci aux prédateurs étrangers. On observe cependant d’importantes différences dans le traitement réservé au loup selon l’espace que l’on considère. Dans le Reichsland, les campagnes contre le prédateur apparaissent nettement moins virulentes et politisées qu’en Posnanie. À l’est, le Kulturträger allemand fait face à une sauvagerie qui forme un tout, où les mondes humain et animal s’enchevêtrent dans un complexe réseau de correspondances. La lutte contre le loup y est perçue comme l’élément d’un combat plus large, celui de la culture allemande contre la barbarie slave. À l’ouest en revanche, l’Allemand n’a pour voisins que des louvetiers incapables et de mauvais chasseurs « latins », objets de moqueries ; il n’y a pas là de mission civilisatrice à mener – tout au plus de sympathiques parties de chasse. Cela est d’autant plus surprenant que les effectifs lupins à la frontière avec la France sont tout au long du siècle bien supérieurs à ce qu’ils sont dans les provinces orientales. Dans l’Allemagne de cette période, la menace du loup semble relever d’une carte mentale déconnectée de la présence de l’animal sur le terrain : c’est là où le loup est le moins présent qu’il inquiète le plus. Comment résoudre ce paradoxe ?

  • 87 Correspondenz-blatt des Zoologisch-mineralogischen Vereins in Regensburg, 36 (1882), p. 105.
  • 88 « Die Forsten in Istrien ». In : Kritische Blätter für Forst- und Jagdwissenschaft 29 (1850), p. 26 (...)
  • 89 Éric Baratay : Le point de vue animal : une autre version de l’histoire. Paris 2012.
  • 90 Éric Baratay : « Pour une histoire éthologique et une éthologie historique ». In : Études rurales 1 (...)
  • 91 Carl Goehring : Polen unter russischer Herrschaft: Reisen und Sittenschilderungen aus der neuesten (...)
  • 92 « Die Forsten in Istrien » (note 88), p. 266.
  • 93 Corinne Beck/ Éric Fabre (note 45), p. 113-115.

17Un premier élément de réponse tient aux différences physiques des animaux présents dans les deux espaces frontaliers. Le loup polonais, qui peut peser jusqu’à 45 à 50 kilos87, est plus massif que le loup français ou rhénan, qui n’atteint pas ce poids88; il vient en fait de Russie, le froid expliquant sa constitution plus robuste. Il est donc possible que les loups infiltrés en Posnanie, quoique moins nombreux, aient pu par leur carrure marquer davantage les esprits que leurs congénères français. Pour compléter cette grille de lecture, il faudrait également prendre en compte ce qu’Éric Baratay appelle le « point de vue animal »89. On ne peut pas exclure en effet l’hypothèse que les loups français et polonais se soient eux-mêmes comportés différemment (par exemple en étant plus ou moins agressifs), d’autant que ce type de variabilité entre les groupes à l’intérieur même d’une espèce est aujourd’hui de plus en plus évoqué par les éthologues de terrain90. En 1843, Carl Goehring explique qu’en Pologne les loups sont plus « hardis » qu’ailleurs et ne fuient pas l’homme91. Quant aux loups d’Europe du Sud – dont relèvent les individus présents en France – ils sont réputés plus petits et plus « lâches » que ceux d’Europe du Nord92. Sans doute faudrait-il poursuivre la réflexion dans cette direction afin de restituer pleinement la position du loup comme « acteur »93.

18Le facteur principal dans l’explication des différences observées reste cependant le poids des rivalités politiques ainsi que des imaginaires culturels et spatiaux. Si l’on dramatise moins la présence du loup à la frontière avec la France, cela tient d’abord au fait que le rapport de force démographique et culturel y est pour les Allemands moins défavorable qu’en Posnanie. Victorieuse en 1870‑1871, l’Allemagne ne craint pas à l’ouest un envahissement semblable à celui que le parti de la germanisation combat dans les « Marches orientales ». Même si des conflits localisés y éclatent sporadiquement, la frontière occidentale n’apparaît en rien menacée d’une possible « colonisation inversée ». Hypermédiatisé en Posnanie même lorsqu’il n’est pas physiquement présent, le loup semble en revanche être de l’ordre de « l’impensable » dans les régions voisines de la France. C’est ce qu’exprime le spécialiste de Heimatkunde Ernst Friedel dans la revue Zoologischer Garten :

  • 94 Ernst Friedel : « Wolf und Wolfsjagd in Deutsch-Lothringen ». In : Der Zoologische Garten 34 (1893) (...)

Wie ist es möglich […], daß in so hoch-kultivierten und bevölkerten Ländern als Lothringen und Frankreich sich der Wolf in so ansehnlicher Zahl und in der Nähe der größeren und großen Städte erhalten konnte […]?94

  • 95 « Schwarzwild und Raubzeug in Lothringen ». In : Der Waidmann 6 (1874), p. 62‑63.

La revue Der Waidmann s’étonne également du fait qu’au vu des statistiques sur le loup, on pourrait presque croire que la frontière occidentale du Reich est encore plus « barbare » (uncultiviert) que celle qui le sépare du monde slave95.

  • 96 Larry Wolff : Inventing Eastern Europe: the Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment. S (...)
  • 97 En 1919, au moment où les discussions ouvertes à Versailles font planer la perspective d’une annexi (...)
  • 98 Dorothee Röseberg : Frankreich und „Das andere Deutschland“: Analysen und Zeitzeugnisse. Tübingen 1 (...)
  • 99 Dieter Ewald : « Preussen und Frankreich “fabelhaft” inszeniert: zur Funktion von Fabelzitaten bei (...)
  • 100 À travers la célèbre chanson « Les loups sont entrés dans Paris » (1967), allégorie de l’avancée de (...)
  • 101 Je remercie Colette Méchin pour les informations qu’elle m’a données à ce sujet. Dans le roman Le B (...)
  • 102 Else Löser : Das Bild des Deutschen in der polnischen Literatur. Kaiserslautern 1983.

19En somme, il semble que l’imaginaire du loup dans l’Allemagne des années 1840-1890 soit étroitement conditionné par la « carte mentale » de l’Europe apparue au xviiie siècle dans les écrits des Lumières, carte qui reposait sur l’invention d’un « Est » conçu comme une sorte de contre-civilisation96. À la lecture des sources, on s’aperçoit en effet que les usages internationaux de la figure du loup reposent le plus souvent sur une association de ce prédateur à l’Orient. En Allemagne, l’assimilation du Français au loup apparaît de façon beaucoup moins courante que la métaphore du « loup polonais », qui, elle, est récurrente et s’ancre dans un temps plus long ; on la retrouve encore au xxe siècle, par exemple dans la propagande allemande au sortir de la Première Guerre mondiale97. En France, l’image du « loup allemand » venant de l’est imprègne de façon durable les imaginaires collectifs98 ; de Daumier99 à Serge Reggiani100 en passant par Erckmann-Chatrian101, les exemples sont innombrables. Quant aux Polonais, ce n’est pas seulement au loup qu’ils ont communément assimilé leur voisin occidental, mais aussi au cochon ou au chien102. Une étude plus systématique des imaginaires du loup en Europe, confrontée à une analyse comparée des stéréotypes nationaux, permettrait de tirer des conclusions plus générales sur cet éventuel « tropisme oriental » dans les représentations collectives du prédateur. 

Haut de page

Notes

1 Paul Arnould : « ‘Le loup nouveau est arrivé’ ». In : Géocarrefour 83 (2008), p. 234‑252.

2 Philippe Madeline/ Jean-Marc Moriceau : Repenser le sauvage grâce au retour du loup. Les sciences humaines interpellées. Caen 2010 ; Frank Raimer et al. (éd.) : Die Rückkehr der Wölfe. Clausthal-Zellerfeld 2012.

3 Sur l’ensemble du xxe siècle, environ la moitié des études historiques consacrées à l’animal sauvage portent sur le loup. Cf. Éric Baratay / Jean-Luc Mayaud : « Un champ pour l’histoire : l’animal ». In : Cahiers d’histoire 42 (1997), p. 430.

4 Jean-Marc Moriceau : Histoire du méchant loup : 3 000 attaques sur l’homme en France (xvE-xxE siècle). Paris 2008.

5 Wilfried Ott : Die besiegte Wildnis: wie Bär, Wolf, Luchs und Steinadler aus unserer Heimat verschwanden. Leinfelden-Echterdingen 2004 ; Jean-Marc Moriceau : L’homme contre le loup : une guerre de deux mille ans. Paris 2011.

6 Bettina König : Die Darstellung des Wolfsbildes im Kontext geschichtlicher Entwicklungsprozesse – eine wissenschaftliche Analyse am Beispiel ausgewählter Printmedien seit 1873. Freiburg in Breisgau 2010.

7 Par la Convention de Berne de 1979 et la directive européenne « Habitats » en 1992. Cf. Jean Marc Moriceau (note 5), p. 12.

8 Jean-Marc Moriceau (note 5), p. 415.

9 Erik Zimen : Der Wolf – Verhalten, Ökologie und Mythos. Munich 1990.

10 Bettina König (note 6), p. 49.

11 Theodor Schmidt : Jubelschrift zur vierhundertjährigen Stiftungsfeier der Universität Greifswald: zur naturgeschichtlichen Statistik der in Pommern ausgerotteten Säugethiere. Stettin 1856, p. 49.

12 « Ueber die Erhaltung der Jagdthiere ». In : Kritische Blätter für Forst- und Jagdwissenschaft 30 (1851), p. 158.

13 Friedrich G. L. Gressler : Naturgeschichte für Kinder. Naturgeschichte der merkwürdigsten fremden Thiere für Kinder. Langensalza 1856, p. 59.

14 Le Royaume du Congrès (en polonais : Królestwo Kongresowe) est une entité politique succédant au Duché de Varsovie au Congrès de Vienne (1815). État autonome sous tutelle russe, il disparaît formellement en 1868 en étant annexé par la Russie, qui en fait le « Pays de la Vistule ». Cependant, le nom de « Royaume du Congrès » continue d’être utilisé pour désigner ce territoire, malgré sa disparition en tant qu’entité politique.

15 Julius von Pannewitz : Das Forst-Wesen von Westpreußen in statistischer, geschichtlicher und administrativer Hinsicht. Berlin 1829, p. 243-244.

16 Johann Heinrich Blasius : Fauna der Wirbelthiere Deutschlands und der angrenzenden Länder von Mitteleuropa: Naturgeschichte der Säugethiere Deutschlands und der angrenzenden Länder von Mitteleuropa. Braunschweig 1857, p. 182.

17 L’inquiétude tient au fait que l’animal peut en seulement quelques jours parcourir la distance qui sépare la frontière germano-russe de la Poméranie ou du Brandebourg / les Ardennes françaises du Hannovre et du Braunschweig. Cf. Theodor Schmidt (note 11), p. 29 ; Johann Heinrich Blasius (note 15), p. 182.

18 Note 12, p. 158.

19 Ibid.

20 En Allemagne, les derniers cas de loups anthropophages sont signalés en 1814 dans les arrondissements de Gnesen et de Wongrowice en Posnanie ; cette année, 28 enfants auraient été dévorés par les loups. Cf. Theodor Schmidt (note 11), p. 866. Après 1815, le constat est le même que pour la France : à de rares exceptions près, le loup n’attaque plus l’homme, sauf s’il est enragé. Cf. Jean-Marc Moriceau (note 5), p. 416.

21 Robert Delort : Les animaux ont une histoire. Paris 1984, p. 251.

22 Charles-Alexandre Gérard : Essai d’une faune historique des mammifères sauvages de l’Alsace. Colmar 1871, p. 30.

23 Pistorius : « Jagd-Notizen aus Elsaß-Lothringen ». In : Der Waidmann 4 (1873), p. 142‑143.

24 Catherine Maurer (éd.) : Les espaces de l’Allemagne au xixe siècle. Frontières, centres et question nationale. Strasbourg 2010.

25 Bernhard Struck : Nicht West - nicht Ost: Frankreich und Polen in der Wahrnehmung deutscher Reisender zwischen 1750 und 1850. Göttingen 2006.

26 Ibid. ; Berit Pleitner : Die « vernünftige » Nation: zur Funktion von Stereotypen über Polen und Franzosen im deutschen nationalen Diskurs 1850 bis 1871. Frankfurt am Main/ New York 2001.

27 Adolphi : « Jagden im Großherzogthum Posen ». In : Jagd-Zeitung 5 (1862), p. 651.

28 « Vor der polnischen Grenze ». In : Der Volksfreund 1 (1862), p. 378.

29 Ibid.

30 Adolphi (note 26), p. 651.

31 Allgemeine Zeitung München, 22.8.1862.

32 Izabela Surynt : Postęp, kultura i kolonializm: Polska a niemiecki projekt europejskiego Wschodu w dyskursach publicznych xix wieku [Progrès, culture et colonialisme : la Pologne et le projet allemand pour l’Est européen dans les discours publics au xixe siècle]. Wrocław 2006.

33 Thomas Serrier : Entre Allemagne et Pologne : nations et identités frontalières, 18481914. Paris 2002.

34 « Vertilgung der Wölfe ». In : Allgemeine Forst- und Jagd-Zeitung 10 (1841), p. 60.

35 L’Insurrection de novembre est un soulèvement national polonais survenu dans la Pologne du Congrès en 1830-1831. La défaite des insurgés fut suivie d’une sévère répression, de l’exil de plusieurs milliers de combattants et d’une réduction drastique de l’autonomie du royaume.

36 Richard Otto Spazier : Ost und West: Reisen in Polen und Frankreich. Stuttgart 1835, p. 186‑187. « Bromberg (Polnische Wölfe) ». In : Deutsche Zeitung 22 (1850), p. 171.

37 Thomas Serrier (note 33), p. 60.

38 Ibid.

39 « Correspondenz aus Posen ». In : Deutsches Museum 12 (1862), p. 436.

40 Il est la même année l’auteur de deux brûlots antipolonais : Ist Polen ein Bollwerk Deutschlands? Bromberg 1862 ; Deutsche Abrechnung mit den Polen. Bromberg 1862.

41 L’Insurrection de Grande-Pologne de 1848 est un épisode de la lutte des Polonais pour l’indépendance du pays. Elle survient après l’émigration des patriotes polonais, notamment en France, après l’Insurrection de novembre de 1830-1831 et l’échec du soulèvement de Cracovie contre la domination autrichienne en 1846. Cette fois, il s’agit d’un soulèvement dans la partie de la Pologne annexé par la Prusse. Il est lui aussi réprimé par l’armée.

42 Le loup n’est pas le seul élément issu du monde naturel utilisé comme métaphore pour décrire la lutte entre Allemands et Slaves dans les « Marches orientales » ; l’eau, à travers, le motif de la « marée polonaise » (polnische Flut), le fut également : Cf. Elisabeth A. Drummond : « ῾Einen kräftigen Damm gegen die polnische Hochflut zu errichten’: Kultur und Natur im deutschen Ostmarkendiskurs 1886-1914 ». In : Wolfgang Bialas (éd.) : Die nationale Identität der Deutschen: philosophische Imaginationen und historische Mentalitäten. Frankfurt am Main/ New York 2002, p. 99113.

43 Portée par le propriétaire terrien Heinrich von Tiedemann, la première tentative visant à créer une organisation de ce type avait échoué, faute de participants. Cf. Thomas Serrier (note 33), p. 75.

44 En 1897, un forestier résidant à deux kilomètres de la frontière de la Prusse orientale déclare que si les loups polonais se risquent à entrer dans le pays, ils trouveront les frontaliers « à leurs postes » avec la poudre prête à l’emploi. Cf. « Wölfe in Ostpreußen ». In : Wild und Hund 3 (1897), p. 441.

45 Éric Baratay : « Les socio-anthropologues et les animaux : réflexions d’un historien pour un rapprochement des sciences ». In : Sociétés 108 (2010), p. 9‑18 ; Corinne Beck/ Éric Fabre : « L’animal, l’histoire et l’histoire naturelle. Un mariage à trois est-il possible ? ». In : Études rurales 1 (2012), p. 107‑119.

46 Sophie Bobbé : L’ours et le loup : essai d’anthropologie symbolique. Paris 2002.

47 Ibid., p. 205.

48 Christa Rohde-Dachser : Expedition in den dunklen Kontinent: Weiblichkeit im Diskurs der Psychoanalyse. Berlin/ New York 1991, p. 193.

49 Angela Koch : DruckBilder. Stereotype und Geschlechtercodes in den antipolnischen Diskursen der „Gartenlaube“ (1870-1930). Köln 2002.

50 Stephen Arata : « The Occidental Tourist: ῾Dracula’ and the Anxiety of Reverse Colonization ». In : Victorian Studies 33 (1990), p. 621‑645.

51 Ibid., p. 623.

52 Elisabeth A. Drummond (note 42).

53 « Aus den Reichslanden ». In : Teltower Kreisblatt 32 (1888), p. 70.

54 Jean-Yves Chauvet : Les Loups en Lorraine : histoire et témoignages. Le Coteau 1986, p. 35‑36.

55 « Aus Deutsch-Lothringen und Frankreich ». In : Deutsche Jäger-Zeitung 7 (1886), p. 99‑100.

56 Adolphe de la Rüe : « Les loups en Lorraine ». In : La Chasse illustrée 19 (1886), p. 19.

57 « Wölfe und Wolfsjäger an der Reichslandesgrenze ». In : Allgemeine Forst- und Jagd-Zeitung 50 (1875), p. 68‑69.

58 Ibid.

59 « Les animaux nuisibles ». In : La Presse, 08/12/1873 ; « Aus Deutsch-Lothringen […] » (note 55), p. 99‑100.

60 Ibid.

61 Pistorius (note 23), p. 142-143.

62 Allgemeine Forst- und Jagd-Zeitung 50 (note 56) (transcription de l’annonce en français).

63 Ulrich Wilamowitz-Moellendorff : Erinnerungen, 1848-1914. Leipzig 1928, p. 17.

64 Charlotte von Cosel : Fußstapfen im Sande. Berlin 1868, vol. 2, p. 216.

65 Izabela Surynt : Das « ferne », « unheimliche » Land: Gustav Freytags Polen. Dresden 2004 ; Kristin L. Kopp : « Reinventing Poland as German Colonial Territory in the Nineteenth Century: Gustav Freytag’s Soll und Haben as Colonial Novel ». In : Robert L. Nelson (éd.) : Germans, Poland, and Colonial Expansion to the East: 1850 Through the Present. New York 2009, p. 11‑37

66 Gustav Freytag : « Das stille Leben in den polnischen Wäldern ». In : Die Grenzboten 10 (1851), p. 204.

67 Ibid.

68 Berit Pleitner : « Wölfen, Kunst und Leidenschaft. Zur Funktion polnischer und französischer Heterostereotypen im deutschen nationalen Diskurs 1849-1872 ». In : Hans-Henning Hahn/ Stephan Scholz (éd.) : Stereotyp, Identität und Geschichte: die Funktion von Stereotypen in gesellschaftlichen Diskursen. Frankfurt am Main/ New York 2002, p. 273-292.

69 Dans une lettre rédigée lors d’un séjour à Reinfeld en Prusse occidentale en janvier 1847, Bismarck évoque les Cachoubes et les loups qui, chaque nuit, hurlent de concert. Cf. Hermann von Bezzel : Bismarck und das deutsche Gemüt. München 1916, p. 12.

70 Carl Goehring : Polen unter russischer Herrschaft: Reisen und Sittenschilderungen aus der neuesten Zeit. Leipzig 1843, vol. 2, p. 204.

71 Dariusz Łukasiewicz : Czarna legenda Polski: obraz Polski i Polaków w Prusach 1772-1815 [La légende noire de la Pologne : l’image de la Pologne et des Polonais en Prusse 1772-1815]. Poznań 1995.

72 Gustav Freytag (note 66), p. 208.

73 Johann Georg Kohl : Reisen im Inneren von Russland und Polen. Dresden 1841, vol. 3, p. 329.

74 Hubert Orłowski : « Polnische Wirtschaft »: Zum deutschen Polendiskurs der Neuzeit. Wiesbaden 1996.

75 « Polnische Skizzen aus der Gegenwart: von einem deutschen Augenzeugen ». In : Der Sammler 32 (1863), p. 339.

76 Note 52, p. 100.

77 « Das Raub- und Schwarzwild in Elsaß-Lothringen ». In : Jagd-Zeitung 5 (1873), p. 149‑150.

78 Adolphe De la Rüe : « Échos de l’étranger ». In : La Chasse illustrée 23 (1890), p. 19.

79 Jean-Marc Moriceau (note 4), p. 236.

80 Ernst Friedel : « Wolf und Wolfsjagd in Deutsch-Lothringen ». In : Der Zoologische Garten 34 (1893), p. 7-8.

81 « Die Wölfe in Frankreich ». In : Zwinger und Feld 6 (1897), p. 997.

82 Par opposition aux Alsaciens-Lorrains, appelés Jung-deutsche en raison de leur arrivée récente dans l’Empire, les Allemands immigrés dans le Reichsland étaient appelés « vieux-allemand » (Alt-deutsche).

83 Deutsche Jäger-Zeitung 7 (note 55), p. 99‑100.

84 Berit Pleitner (note 65).

85 Allgemeine Forst- und Jagd-Zeitung 50 (note 57), p. 68‑69.

86 Ibid. ; voir également  « Der französische ῾Jäger’. Eine Charakterstudie ». In : Deutsche Jäger-Zeitung 9 (1887), p. 202‑203.

87 Correspondenz-blatt des Zoologisch-mineralogischen Vereins in Regensburg, 36 (1882), p. 105.

88 « Die Forsten in Istrien ». In : Kritische Blätter für Forst- und Jagdwissenschaft 29 (1850), p. 266.

89 Éric Baratay : Le point de vue animal : une autre version de l’histoire. Paris 2012.

90 Éric Baratay : « Pour une histoire éthologique et une éthologie historique ». In : Études rurales 1 (2012), p. 97.

91 Carl Goehring : Polen unter russischer Herrschaft: Reisen und Sittenschilderungen aus der neuesten Zeit. Leipzig 1843, vol. 2, p. 172.

92 « Die Forsten in Istrien » (note 88), p. 266.

93 Corinne Beck/ Éric Fabre (note 45), p. 113-115.

94 Ernst Friedel : « Wolf und Wolfsjagd in Deutsch-Lothringen ». In : Der Zoologische Garten 34 (1893), p. 5‑10.

95 « Schwarzwild und Raubzeug in Lothringen ». In : Der Waidmann 6 (1874), p. 62‑63.

96 Larry Wolff : Inventing Eastern Europe: the Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment. Stanford 1994.

97 En 1919, au moment où les discussions ouvertes à Versailles font planer la perspective d’une annexion par la Pologne d’une partie de l’Allemagne orientale, la figure du loup apparaît dans l’iconographie de propagande. La revue satirique Kladderadatsch publie ainsi une gravure parodiant le célèbre tableau « Napad wilków » (« Une attaque de loups ») (1883) du peintre Józef Chełmoński. On y voit la figure de Germania traversant une vaste plaine enneigée sur un traîneau, tenter de défendre sa cargaison – des paquets avec les inscriptions « Danzig », « Posen », « Breslau » – contre de féroces loups polonais qui tentent de les lui prendre. Cf. « Wider den Raubzeug ». In : Kladderadatsch 4 (1919).

98 Dorothee Röseberg : Frankreich und „Das andere Deutschland“: Analysen und Zeitzeugnisse. Tübingen 1999, p. 77.

99 Dieter Ewald : « Preussen und Frankreich “fabelhaft” inszeniert: zur Funktion von Fabelzitaten bei Daumier ». In : André Stoll (éd.) : Die Rückkehr der Barbaren: Europäer und „Wilde“ in der Karikatur. Hamburg 1985, p. 378 et 398.

100 À travers la célèbre chanson « Les loups sont entrés dans Paris » (1967), allégorie de l’avancée de l’armée allemande en 1940.

101 Je remercie Colette Méchin pour les informations qu’elle m’a données à ce sujet. Dans le roman Le Banni par exemple, l’image du loup désigne l’envahisseur allemand : « […] à Phalsbourg on rencontre des loups… des loups prussiens avec leurs yeux gris d’acier et leurs longues dents blanches ! ». Cf. Émile Erckmann/ Alexandre Chatrian : Le Banni : roman patriotique. Paris 1882, p. 31.

102 Else Löser : Das Bild des Deutschen in der polnischen Literatur. Kaiserslautern 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jawad Daheur, « Le loup entre patriotisme et imaginaire national en Allemagne (1840-1890) », Recherches germaniques, HS 10 | 2015, 109-127.

Référence électronique

Jawad Daheur, « Le loup entre patriotisme et imaginaire national en Allemagne (1840-1890) », Recherches germaniques [En ligne], HS 10 | 2015, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rg/875 ; DOI : 10.4000/rg.875

Haut de page

Auteur

Jawad Daheur

Doctorant contractuel
Faculté des sciences historiques, Université de Strasbourg

jdaheur@hotmail.fr 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Recherches germaniques

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals