Navigation – Plan du site

AccueilDossiers4Le management du tourisme rural e...

Le management du tourisme rural en Corse : des concurrences aux complémentarités. Acteurs, territoires et stratégies

Caroline Tafani
Traduction(s) :
Managing Rural Tourism in Corsica: How to Move from Competition to Complementarity. Discussion on the LEADER Program

Résumés

En Corse, le tourisme rural relève d’une compétence éclatée, adossée aussi bien aux institutions en charge de l’agriculture et de la ruralité que de celles du tourisme. Secteur trans-sectoriel et multi-acteurs par nature, mais aussi domaine économique connu pour l’atomicité de son offre, le tourisme rural est aujourd’hui l’objet focal des stratégies de développement portées par les Groupes d’action locale dans le cadre du programme LEADER. Ainsi, si, au-delà des concurrences entre institutions et des lignes de partage affichées, LEADER s’empare de la question du développement touristique sur ses territoires d’action, on peut espérer du programme qu’il se pose en rassembleur des initiatives locales et qu’il favorise l’émergence d’une offre innovante, structurée et lisible pour la destination. C’est au travers d’une étude descriptive et empirique que nous discutons ici du management du tourisme rural en Corse avec pour focus spécifique le rôle du programme LEADER comme intégrateur sociospatial de stratégies dispersées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Données INSEE 2015.
  • 2 À ce jour, et depuis l’application de la Loi NOTRe (2015), la Corse est la seule région française s (...)

1En Corse, véritable « montagne dans la mer » (Ratzel, 1899), la ruralité est au cœur des politiques de développement local : territoire le plus faiblement peuplé de France métropolitaine (39 hab./km²), espace très peu urbanisé (le taux d’artificialisation des sols y est de moins de 3 % contre 96 % pour les espaces [ou]verts et les territoires agricoles) et terre d’agropastoralisme où l’activité occupe à peine quelque 5 % d’actifs et représente 3 à 5 % de la richesse produite sur le territoire face à un tourisme plus que dominant (près de 31 % du PIB1), la Corse est aussi une région qui expérimente une décentralisation un peu plus poussée qu’ailleurs sur le continent. Bénéficiant d’un statut particulier depuis 1982 et les Lois Deferre, statut révisé à maintes reprises, l’organisation de son territoire et la répartition des compétences y afférentes peuvent encore paraître quelque peu originales dans le paysage métropolitain, bien que l’exception corse tende à ne plus être aussi singulière qu’on pourrait se l’imaginer tant les compétences des autres régions métropolitaines se rapprochent de celles de l’île. Pour autant, celle-ci bénéficie d’une organisation territoriale qui reste encore spécifique, organisation propre où les questions d’agriculture et de ruralité sont traitées à part entière, pour ainsi dire, par son Office de développement agricole et rural de la Corse (ODARC), agence de la Collectivité de Corse2 (CdC). Mais pourtant, si en apparence les choses sont bien segmentées et les compétences clairement établies, la réalité est bien plus complexe qu’elle n’y paraît de prime abord. C’est ce dont on peut s’apercevoir dès lors que l’on s’intéresse à la question du management du tourisme rural sur le territoire, champ transversal relevant tout aussi bien du secteur et des acteurs de la filière touristique que de ceux de l’agri-ruralité. L’ambition de cet article est de montrer comment le programme LEADER (Liaisons entre actions de développement économique et rural), au travers d’une stratégie de complémentarité avec les autres actions de développement local, tente de faire du tourisme rural une compétence partagée entre opérateurs. L’étude empirique qui est proposée ici décrit comment le tourisme rural est devenu un objet focal des stratégies de développement portées par les Groupes d’action locale dans le cadre du programme LEADER, dans un paysage institutionnel relativement complexe et au sein d’un tissu d’acteurs épars et parfois dispersés. Nous montrons comment ces stratégies LEADER tendent à faire converger les territoires autour d’une stratégie concertée et assumée de valorisation touristique des territoires. Enjeu de décloisonnement des territoires et d’intégration sociospatiale (littoral/montagne), le tourisme rural est vu comme une opportunité de développement pour bien des territoires enclavés. Pour éclairer ces débats, notre analyse s’appuie (1) en premier lieu sur le traitement de sources de données secondaires que sont les dossiers de candidatures LEADER examinés dans le cadre de notre participation au groupe d’experts (été 2015) pour la mandature 2014-2020, finalement contractualisée sur la période 2017-2022 et (2) sur l’analyse des documents stratégiques et politiques publiques disponibles sur le territoire (feuille de route de l’ATC, stratégie Route des Sens Authentiques de l’ODARC). Elle s’appuie aussi sur une série d’entretiens semi-directifs réalisés auprès des porteurs des stratégies LEADER (animateurs de territoire) conduits auprès de cinq des six GAL sélectionnés par la Collectivité de Corse.

Le management du tourisme rural en Corse, une compétence éclatée

La valorisation touristique de la ruralité : une stratégie collective

Une volonté politique forte

2S’inscrivant dans une vision développementaliste considérant le tourisme comme un « mal nécessaire », le tourisme rural est désormais présenté par les instances locales comme étant un incontournable levier de croissance économique et comme un support de développement dont on ne peut se passer. Illustrant cette vision du développement territorial, le Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse (PADDUC) voté en octobre 2015 rappelle ainsi que

  • 3 L’intérieur de la Corse renvoyant bien souvent aux territoires de montagne, par opposition au litto (...)

l’intérieur de la Corse3 est un territoire dont le potentiel touristique est particulièrement important. La qualité architecturale des villages et le patrimoine naturel et culturel, les savoir-faire locaux, l’art de vivre et la qualité de l’accueil sont de véritables facteurs de différenciation et d’attractivité de la destination corse (PADDUC : PADD, p. 126)

et en ce sens, « le capital environnemental et paysager de l’intérieur doit être mobilisé au service du développement local des territoires » (PADDUC : Plan Montagne). En d’autres termes, il convient de « dynamiser les espaces ruraux intérieurs : ces espaces contribuent à véhiculer l’image d’une île préservée et offrent de larges possibilités de valorisation. Le rural, ou l’intérieur, doivent être aujourd’hui regardés sous un regard neuf » (PADDUC : Plan Montagne). Et c’est dans cette optique que depuis les années 1980, la Corse s’est engagée dans une stratégie de développement touristique visant la qualité plus que la quantité. En effet, cette ambition ne date pas d’hier : après avoir connu un développement touristique exponentiel (120 000 touristes en 1960 pour en 1,2 million en 1980), et si la croissance touristique n’a eu de cesse de se poursuivre pour atteindre aujourd’hui quelque 3 millions de touristes pour environ 330 000 habitants (INSEE, 2015), la Corse a souhaité très tôt s’engager sur la voie d’une « bascule qualitative » (Moretti, 2006) reconnaissant l’« économie identitaire » (Taddei et Antomarchi, 1997) comme préalable et comme fondement de toute tentative de valorisation des lieux. C’est ce choix qu’ont défendu les acteurs locaux plutôt qu’une économie urbano-touristique de rente immédiate (Levratto, 2001) consacrant un « tourisme de cueillette » (Furt et Maupertuis, 2006) pour lequel la moindre parcelle de terre « naturelle » située en bord de mer permet de tirer un profit maximal d’une surfréquentation estivale avec un investissement minimal en ressources.

La rente de qualité territoriale comme modèle

  • 4 Vin de l’Île de Beauté, Kiwi, Pomelo, Clémentine, Noisette de Cervioni, Charcuterie de l’Île-de-Bea (...)
  • 5 9 en vin et spiritueux (Corse, Patrimonio, Calvi, Ajaccio, Sartène, Figari, Porto-Vecchio, Cap Cors (...)

3Depuis lors, l’intelligentsia locale s’attache à soutenir une stratégie de rente de qualité territoriale (Mollard et al., 2005) valorisant l’identité et les patrimoines locaux : la construction collective d’aménités rurales spécifiques du territoire (produits de terroir, paysages ruraux, environnement de qualité, etc.) doit permettre de mieux répartir les gains touristiques et la valeur ajoutée ainsi créée tout au long de la chaîne de production-commercialisation, du petit producteur de terroir jusqu’au restaurateur ou à l’hôtelier. À partir de l’exemple des Baronnies, Moalla et Mollard (2011) ont bien montré que les représentations subjectives que les consommateurs se font d’un environnement local de qualité jouaient de manière positive sur un différentiel de prix favorable aux aménités environnementales des produits et services touristiques. Il s’agit donc pour les opérateurs locaux de capter ce différentiel de prix supposé. Autant fournisseur de biens publics environnementaux et culturels que consommateur de ceux-ci, le tourisme rural fonctionne d’une part comme un opérateur de la valorisation d’avantages comparatifs fondée sur des facteurs de production fixes et ancrés (Pecqueur, 2006), et d’autre part comme un intégrateur de la demande d’aménités, la demande extérieure agissant comme un multiplicateur de la demande par capture de revenus exogènes venant compenser l’inexistence ou l’étroitesse du bassin de consommation locale (Hirczak et al., 2008). Par ailleurs, il a été montré que l’authenticité perçue des produits de terroir (des produits alimentaires notamment) était plus forte chez les touristes que chez les consommateurs résidents, ce qui confère plus de valeur au produit consommé (Lenglet et Giannelloni, 2012). Aussi, en Corse comme dans bien d’autres territoires, l’argument gastronomique comme vecteur d’attractivité touristique (DeMyttaneare, 2011) est-il très largement utilisé par les acteurs locaux pour construire l’offre de destination : vendre le terroir permet de constituer une offre de site incorporée à un panier de biens et services territorialisés (Pecqueur, 2011). C’est dans ce contexte que les producteurs locaux se sont très vite et très largement engagés dans des démarches qualité allant jusqu’à la reconnaissance de l’ancrage de leurs produits par des Signes d’identification de la qualité et de l’origine (SIQO), et ce, avec l’appui technique officiel des acteurs en charge du développement agri-rural sur le territoire (ODARC et autres structures soutenant l’action locale, comme l’INRA par exemple, qui fut très présent et très investi dans les démarches de labellisation). Ainsi, aujourd’hui dénombre-t-on pas moins de 6 Indications géographiques protégées4et 16 Appellations d’origine protégée5 sur le territoire insulaire, comme autant de produits fer-de-lance d’un tourisme rural de qualité, emblématiques de la région pour les locaux comme pour les touristes-consommateurs (Michon 2016). Le rôle des productions alimentaires locales dans la construction d’image de marque et de représentations territoriales positives fut démontré à maintes reprises (de Myttenaere, 2011 ; Lemasson, 2006 ; Bessière et al., 2016 ; Etcheverria, 2016). Et c’est cette stratégie qu’entend développer le territoire insulaire.

Figure 1 : couverture du guide papier de la Route des Sens Authentiques (A strada di i Sensi di Corsica)

Figure 1 : couverture du guide papier de la Route des Sens Authentiques (A strada di i Sensi di Corsica)

Source : www.guistidicorsica.com

4Dorénavant, il semble difficile de penser le développement du tourisme autrement que par sa connexion avec des ressources « identitaires », c’est-à-dire locales, ancrées, patrimoniales, qu’elles soient naturelles et/ou culturelles. Dans ce paysage, le terroir a donc sa carte à jouer (Tafani, 2021) et les stratégies de valorisation du patrimoine rural sont au cœur des projets de développement local, à l’image de ce qui fut institué en Balagne, petite région située au nord-ouest de l’île et qui a servi de territoire pilote et d’expérimentation de cette trajectoire de développement par la qualité et l’identité. Mais si nombre d’acteurs se retrouvent dans ce schéma, tous ne l’exécutent pas à l’identique, de la préservation « identitaire » stricte à la tentative de « modernisation » et de dépoussiérage du patrimoine par l’innovation…

Valoriser le territoire par le tourisme rural : une responsabilité partagée

Une offre éclatée

5Tous les acteurs territoriaux ne partagent pas la même vision de la façon dont il convient de décliner cette stratégie de manière opérationnelle, bien que, comme nous l’avons vu dans le secteur de l’agro-alimentaire, celle-ci ait connu un véritable succès collectif. Côté tourisme, et a fortiori côté tourisme rural, les stratégies des entrepreneurs sont aussi diverses qu’il y a de produits différents commercialisés sur le marché. Agritourisme, tourisme rural, tourisme à la ferme, tourisme en espace rural, les formes du tourisme sont à l’image des prestations proposées : elles se rejoignent sur des éléments constitutifs fondamentaux (fourniture d’aménités rurales donc) mais se distinguent les unes des autres sur la base des rapports de connexion entretenus entre monde agricole et sphère touristique (Marcotte et al., 2006). Ainsi, un produit agritouristique s’appuyant sur des prestations combinées d’hébergement à la ferme, de restauration sur site et d’une visite ou d’une animation pédagogique (type dégustation ou visite à la ferme) s’avère-t-il différent d’une simple offre d’hébergement en espace rural, quand bien même serait-elle le fait d’un agriculteur. En effet, si l’on peut considérer dans le premier cas l’entreprise agritouristique comme formant un tout dans lequel les prestations de tourisme sont difficilement détachables de la production agricole, dans le second cas, on peut clairement considérer qu’il s’agit pour l’agriculteur en question d’un autre métier, complémentaire et juxtaposé, qui s’insère dans un schéma de pluriactivité où l’une et l’autre des deux sphères — agricole et touristique — entretiennent un rapport de connexité (Varennes, 2013) plutôt que de jointure où la production de l’une servirait directement à l’autre, et réciproquement. Aussi, de l’« agriculteur commerçant à l’entrepreneur de tourisme rural » (Furt et Tafani, 2014), le tourisme rural revêt-il différentes formes pour constituer une offre complexe et diversifiée qui correspond à une certaine segmentation des consommateurs plus ou moins avertis, ou plus ou moins en quête d’authenticité. D’une échelle à l’autre, c’est-à-dire de l’entreprise au territoire, peut-on observer et analyser la division du travail et son organisation comme un enjeu de développement durable pour le territoire où les gages d’authenticité peuvent être apportés par la justification des rapports de connexité entre agriculture et tourisme, tandis que l’authenticité en question pourrait se trouver travestie par des manquements à la transparence sur l’origine des matières premières et des ressources territoriales incorporées au système productif dans son ensemble. En Corse, la diversité de l’offre est grande et celle-ci reste, malgré tous les efforts entrepris pour la structurer et l’organiser, diffuse et plutôt dispersée, à l’exception de quelques territoires spécialisés comme le territoire viti-vinicole de Patrimonio situé au pied du Cap-Corse au nord-est de l’île. Il apparaît clairement que l’offre de tourisme rural (entendue ici au sens d’un agritourisme étendu) est disséminée à la surface du territoire, mais qu’elle reste malgré tout « littoralisée », concentrée à proximité directe des franges côtières, ayant du mal à s’insinuer à l’intérieur du territoire, intérieur où les visiteurs d’un jour tentent une incursion au cours d’un séjour multiactivités à dominante balnéaire (Ungureanu, 2017).

Un enjeu de structuration de l’offre

6Même si l’on peut identifier, en Corse aussi, plusieurs modèles de tourisme rural qui se situeraient entre deux archétypes (Mazuel et Bonniot, 2011) que sont le modèle de tourisme rural concentré (organisé en clusters territoriaux ou systèmes touristiques localisés) et le modèle diffus (caractérisé par une offre éclatée et disséminée), il semblerait que de façon générale, le « tourisme rural résiste aux forces d’agglomération » et reste une offre relativement éparse et dispersée à la surface du territoire, le modèle concentré étant bien souvent représentatif d’une offre mono spécifique d’un territoire (petite région viti-vinicole) où les distances entre les offreurs sont réduites, ce qui donne une cohérence d’ensemble et permet véritablement d’identifier le produit au territoire. C’est en tous cas ce que nous observons sur le territoire insulaire, à Patrimonio par exemple. Et sur ce modèle, et à l’image de l’établissement de routes thématiques patrimoniales comme la Route des Sens Authentiques réactivées récemment par l’ODARC, pour éviter une trop grande dispersion de l’offre, plusieurs acteurs émergent dans le paysage qui œuvrent à cette structuration du tourisme rural. Comme rappelé brièvement en introduction, depuis les Lois Deferre de 1982, la Corse bénéficie d’un statut particulier en tant que collectivité spécifique, statut inscrit à l’article 72 de la Constitution, et qui fut maintes fois révisé notamment au cours des tournants marquants que sont les années 1991 (« Statut Joxe »), 2000-2002 (Processus de Matignon avec le « Statut Jospin ») et plus récemment 2015 grâce à la révision de la Loi Montagne de 1985 octroyant désormais à l’île un « statut d’Île-Montagne » lui autorisant une rallonge financière pour la gestion des problématiques spécifiques à l’intérieur justement, mais aussi des prérogatives supplémentaires et l’impossibilité d’instaurer une zone franche fiscale en montagne.

Un paysage institutionnel complexe

  • 6 Office de développement agricole et rural de la Corse, Agence du tourisme de la Corse, Agence de dé (...)

7Dans ce contexte institutionnel particulier, la Collectivité de Corse est organisée en plusieurs « départements de gestion » que sont ses 7 offices et agences6, parmi lesquels l’Office de développement agricole et rural de la Corse (ODARC) qui gère les questions agricoles et les problématiques relatives à la ruralité. En charge de l’élaboration du Plan de développement rural de la Corse (PDRC 2014-2020), déclinaison régionale du Règlement de développement rural européen et national, l’ODARC est organisme payeur pour les aides du second pilier de la Politique agricole commune (PAC) sur l’île. À cet effet, aux côtés des services centraux de la collectivité — autorité de gestion —, il gère les mesures de diversification de l’agriculture dans l’espace rural, dont la mesure-phare 19 du PDRC qui porte sur la mise en œuvre du programme LEADER sur le territoire (voir figure suivante).

Figure 2 : schéma simplifié du circuit de demande d’aide LEADER

Figure 2 : schéma simplifié du circuit de demande d’aide LEADER

Source : auteur

  • 7 Fonds européen agricole pour le développement rural.
  • 8 Fonds européen de développement régional.
  • 9 Le PNRC dans sa nouvelle mouture (Charte votée en 2018) intègre la moitié des communes insulaires ( (...)

8Comme l’ODARC a pour objet la gestion des questions agri-rurales, l’Agence du tourisme de la Corse (ATC), elle, s’occupe de tout ce qui relève du secteur touristique. Or, le tourisme rural est en lui-même un objet transversal, trans-sectoriel, qui regarde donc l’un et l’autre des deux offices en question, sans parler de celui qui intervient dans le domaine de la protection et de la valorisation des patrimoines (Office de l’environnement de la Corse — OEC) ou des autres acteurs institutionnels présents sur le territoire comme le Parc naturel régional de Corse (PNRC), acteur historiquement à l’initiative du développement précurseur du tourisme rural durable sur le territoire insulaire, dès 1972. Ainsi, le tourisme rural est-il à la fois l’objet des politiques de l’ensemble de ces acteurs et au centre de leurs feuilles de route. Mais si les lignes de partage ne sont pas toujours très claires et que les interventions de l’un peuvent venir court-circuiter celles de l’autre, chacun cherchant à faire valoir son propre bilan, c’est aussi une opportunité pour le secteur du tourisme rural que d’être soutenu ici et là, dans la mesure où les acteurs concernés peuvent trouver de multiples sources de financement, normalement complémentaires, au-delà du seul FEADER7, émargeant aussi de ce fait au FEDER8, via l’ATC ou l’OEC (par le biais des mesures de valorisation des patrimoines naturels et culturels). Si les acteurs cités tiennent un rôle crucial dans l’accompagnement de projets de tourisme rural et dans la structuration de l’offre, on ne peut oublier un acteur comme le Parc naturel régional de Corse pour parler de la dynamique de valorisation des territoires ruraux par le tourisme : bien que ne couvrant pas la totalité du territoire insulaire puisqu’il est historiquement centré sur les communes de l’intérieur9, le PNRC s’attache à développer, par territoires d’action (montagne, villages et rural, littoral), des actions-cibles ayant pour ambition 

un tourisme durable fondé sur l’identité, largement réparti sur l’année et les territoires. [De ce fait, la charte du PNRC] contribue à cet objectif en accompagnant le développement des activités de nature dans le respect des patrimoines et à travers le développement d’une offre touristique fondée sur le patrimoine culturel (Charte PNRC, p.82).

  • 10 Découpage proposé par l’ATC qui repose sur la logique des bassins de vie.

9Enfin, la structuration de l’offre touristique, qu’elle soit standard ou qu’elle relève de la « filière » tourisme rural, bénéficie du soutien et de l’implication des offices de tourisme communaux ou intercommunaux dans la logique du fonctionnement des offices de pôles souhaitée par l’ATC : afin d’organiser au mieux la fréquentation touristique dans chacune des micro-régions10de Corse, chaque territoire se range derrière un chef de file, le plus souvent l’office intercommunal le plus développé, celui de la ville-centre du bassin de vie. Agent de promotion et d’organisation des séjours, les offices interviennent en soutien à la politique régionale mais développent aussi, au plus près des territoires, des actions promotionnelles en soutien aux projets-phares qui s’y déploient. Ainsi, les projets soutenus dans le cadre du programme LEADER peuvent-ils trouver un relai de communication nécessaire et utile via les offices de tourisme.

LEADER, programme exemplaire pour le développement du tourisme rural ?

LEADER, acteur majeur de la mise en œuvre du tourisme rural en Corse

LEADER, une arène propice à la structuration du tourisme rural sur le territoire

10Au-delà des clivages latents et des lignes de partage affichées, le programme de développement rural LEADER qui se veut trans-sectoriel, multi-partenarial et en phase avec les besoins des territoires peut apparaître ici comme un possible intégrateur des dynamiques à l’œuvre, actionnant l’ensemble des leviers politiques à sa disposition. En redéfinissant les « espaces d’action publique », LEADER représente « un bouleversement plus ou moins considérable des pratiques d’administration et de gestion des territoires ruraux » engageant les acteurs locaux dans un processus de territorialisation de l’action publique (Chevalier, 2014, p. 11). Compte tenu des caractéristiques propres du programme, LEADER émerge ici comme étant une arène intéressante pour la mise en œuvre effective de projets de tourisme rural et ce pour au moins trois raisons, renvoyant à la fameuse trinité du DLAL (Développement local mené par — et pour — les acteurs locaux) : la combinaison d’une stratégie ad hoc portée et déclinée par des acteurs motivés et concernés dans des territoires clairement définis permet d’enclencher le levier de développement local dans une perspective de durabilité et du respect des grands objectifs énoncés par la stratégie 2020 de la commission européenne, à savoir l’égalité hommes-femmes, la croissance inclusive, durable et intelligente, la réduction de l’émission de gaz à effet de serre et l’atténuation du changement climatique, la préservation des patrimoines.

11Répondant aux grands objectifs stratégiques du FEADER à l’horizon 2020, un tourisme rural intégré (Cawley et Gillmor, 2008) socialement, économiquement et écologiquement, dans la mesure où il participe « à des dynamiques de développement transversale favorisant à la fois l’économie locale, la protection des patrimoines naturel et culturel, l’affirmation ou le renforcement des identités sociales et collectives » (de Myttenaere, 2011, p. 37), semble être une forme de développement en phase avec la philosophie d’action de LEADER :

  • Trans-sectoriel, le programme LEADER se veut être le champ d’expérimentation de la diversification des activités en milieu rural au croisement des fonctions économique, résidentielle et productive. Soutenant de ce fait les complémentarités fonctionnelles entre différents secteurs d’activités, LEADER est tout à fait approprié au développement de projets de tourisme rural qui intègrent en leur sein activités agricoles ou agri-rurales et touristiques, qu’elles que soient les échelles d’application, entreprises ou territoires (voir section 1) ;

    • 11 Au moins 50 % des acteurs du comité de programmation doivent relever de la sphère privée de manière (...)

    Multi-partenarial, le tourisme rural repose sur la chaîne d’acteurs intervenant de la production, agricole ou touristique, jusqu’à la commercialisation des services et prestations (promotion et distribution). Cette dynamique multi-partenariale qui repose sur la division du travail entre agents d’un même secteur ou de secteurs d’activités différents appelle une nécessaire liaison entre acteurs et prestataires partageant des activités complémentaires et d’utiles relations de coopération, à l’encontre de l’atomicité de l’offre. On retrouve ici l’esprit de LEADER, « espace de négociation » entre acteurs publics-privés dans le cadre d’une gouvernance « encadrée » réglementairement11, LEADER est aussi « un espace d’autonomisation des acteurs privés » (Chevalier, 2014) que l’apprentissage d’un dialogue collectif soutenu par la politique publique doit autoriser ;

  • Enfin, il se décline, dans sa structuration territoriale, à l’échelle de la petite région et du territoire de projet (organisation optimale des acteurs et de la chaîne d’opérateurs) : les enjeux et défis auxquels il fait face sont bien régionaux mais son opérationnalité s’exprime et se révèle au sein des bassins d’accueil touristique qui, en Corse, compte tenu du relatif enclavement des microrégions les unes par rapport aux autres, épousent les frontières des bassins de vie (voir figure 3).

Figure 3 : Les territoires de projet des GAL (2014-2020)

Figure 3 : Les territoires de projet des GAL (2014-2020)

Source : Réseau rural – territoires LEADER

La coloration tourisme des projets de territoire LEADER en Corse

  • 12 L’enveloppe total dédiée au FEADER (second pilier de la PAC) en Corse s’élève à 256 millions d’euro (...)

12Se superposant aux frontières des bassins de vie micro-régionaux, et donc, aux territoires d’actions des offices de pôle touristiques (figure 3), LEADER s’empare donc de la problématique touristique. Sur les neuf projets déposés lors de l’appel à manifestation d’intérêt que nous avons « dépouillé » en tant qu’expert, six ont été retenus pour financement, et sur ces six projets de territoire à environ 1,8 millions d’euros chacun pour une enveloppe globale de 11-12 millions d’euros (soit environ 5 petits pourcents des fonds dédiés au développement rural sur le territoire12), plus de la moitié affiche directement et ouvertement une « coloration tourisme » assumée, tandis que les autres mettent en avant le besoin de développement endogène par l’activation des ressources locales, stratégie laissant une large place au développement du tourisme rural comme outil de valorisation territoriale des produits et productions locales (voir section 1 ; voir figure suivante).

Tableau 1 : Stratégies de développement portées par les GAL LEADER en Corse, contractualisation 2014-2020

Groupe d’action locale porteur

Superficie couverte

Nombre d’habitants

Communes et Intercommunalités

Stratégie affichée

Exemples de mesures et d’opérations en lien avec le tourisme rural

Pays d’Ajaccio

67 800 ha

91 441

21 communes
3 intercommunalités : Haute-Vallée de la Gravona, Prunelli, CAPA

Favoriser la cohésion territoriale et l’interdépendance des initiatives économiques, sociales et culturelles

Préparer les conditions d’émergence d’une offre économique territorialisée par la mise en réseau des acteurs, des compétences et la valorisation des ressources locales (alliances intersectorielles : tourisme, agriculture, culture, patrimoine) ;

Construire et développer une offre économique territoriale favorisant la création de nouveaux produits et services (dont les foires rurales et l’agrotourisme)

Satenais-Taravo-Valinco

87 500 ha

13 646

32 communes
2 intercommunalités : Taravo et Valinco-Sartenais

Favoriser la cohérence territoriale pour réduire la fracture géographique induite par un tourisme balnéaire et une localisation des services littorale ; valoriser le territoire par la dynamique agricole et patrimoniale

Développer les circuits courts patrimoniaux ;

Doter le territoire d’un signe de reconnaissance et de qualité (type marque territoriale) ;

Proposer des « vacances pastorales » ;

Créer une offre de tourisme rural, thermal, sportif et culturel

Sud Corse

132 200 ha

27 765

26 communes
3 intercommunalités : Alta Rocca, Sud Corse, Côte des Nacres

Agir pour une offre touristique responsable au service du territoire et des populations du Sud Corse ; (développer un tourisme 4 saisons qui s’appuie sur la pluralité des activités et tire parti de la richesse et de la diversité des patrimoines naturel et culturel)

Offre de nouveaux produits touristiques (linguistiques, culturels, etc.) ;

Développement des circuits-courts de commercialisation (marché des producteurs, etc.) ;

Soutien des mobilités douces (éco-navettes vers les plages et la ville, etc.) ;

Structuration des acteurs pour assurer la montée en gamme de l’offre touristique

Corse Orientale

100 800 ha

17 496

34 communes
2 intercommunalités : Oriente ; Fium’Orbu-Castellu

Structurer une offre d’écotourisme

Montage d’une charte écotouristique ;

Edition d’un guide des bonnes pratiques de l’éco-hébergement ;

Balisage, aménagement et signalétique des sites écotouristiques ;

Structuration et commercialisation de packages écotouristiques

Castagniccia-Mare & Monti

37 700 ha

20 248

59 communes
3 intercommunalités : Casinca, Costa Verde, Orezza-Ampugnani

Contribuer au développement d’une nouvelle économie de proximité qui renforce les échanges mer/montagne par (1) la valorisation économique des ressources locales ; (2) le tourisme de villages autour de l’identité et de l’authenticité ; (3) l’accessibilité du territoire

Qualifier des hébergements de caractères sur le modèle de l’Albergo diffuso ;

Développer une offre ciblée autour de produits de niche (gastronomie, sports et activités de pleine nature, évènementiel) ;

Soutien à une économie de proximité innovante et inter-sectorielle (marque territoriale, promotion des produits, économie circulaire, création de coopérative, etc.) ;

Pays de Balagne

95 739 ha

22 450

36 communes
2 intercommunalités : Calvi-Balagne ; l’Île-Rousse Balagne

Développer une économie productive valorisant les ressources endogènes en (1) mobilisant les ressources locales et (2) convertissant le flux touristique en possibilité d’exportations sur place

Création de circuits thématiques et patrimoniaux intégrant la marque « rencontres balanines » et liés à la valorisation des productions et des savoir-faire locaux

Source : dossiers de candidatures déposés en réponse à l’AMI en juillet 2015

13A la lecture du tableau précédent, on voit bien que le tourisme occupe dorénavant une place de choix dans les orientations stratégiques décidées et voulues par les acteurs locaux pour les territoires LEADER. Ce qui n’était pas vraiment présenté comme tel au cours de la contractualisation précédente : si les stratégies continuent de placer le modèle de la rente de qualité territoriale au cœur des discours et l’activation du gisement de ressources territoriales et patrimoniales au cœur de l’action locale, les acteurs assument désormais d’afficher explicitement le tourisme comme levier souhaitable du développement local. Les stratégies mises en œuvre sont bien évidemment en ligne avec les enjeux issus du PADDUC, et en phase avec les besoins des territoires et leurs réalités économiques et sociales. Elles convergent vers deux grandes thématiques que sont (1) le développement d’une économie touristique durable sur la base d’une (2) valorisation innovante et endogène des actifs ruraux territorialisés.

Quelques exemples concrets : l’innovation au cœur des territoires ruraux

LEADER, levier d’action au sein de l’écosystème institutionnel

14Pour illustrer cette stratégie, nous revenons ici sur trois exemples de projets de développement de tourisme rural portés par les acteurs locaux et soutenus par le programme LEADER. Ces trois projets nous semblent illustrer la diversité des enjeux et des expériences menées en matière de tourisme durable répondant à l’objectif prioritaire de revitalisation de zones rurales et des territoires de l’intérieur (montagne). S’inscrivant tous dans une logique plus globale déjà enclenchée antérieurement, via d’autres leviers d’action et avec le soutien d’autres fonds publics, ces projets LEADER apportent une valeur ajoutée certaine au territoire dans la mesure où ils viennent opportunément compléter une stratégie déjà existante et soutiennent le portage d’initiatives locales « pressenties » ou identifiées préalablement comme pouvant être les ferments de la concrétisation des bonnes volontés affichées. Dans chacun de ces projets, le tourisme rural tient donc une place particulière, qu’il soit fer-de-lance de la stratégie ou qu’il en soit un levier déployé au service d’une démarche d’innovation territoriale plus transversale, émergeant « par le bas » et sur la base de l’activation d’actifs territorialisés (voir sections précédentes).

15Premièrement, en Corse Orientale, territoire de l’Est de l’île, plaine entrecoupée de nombreuses zones humides (étangs) protégées au titre de la convention RAMSAR ou en tant que propriétés du Conservatoire du Littoral, c’est l’écotourisme qui est explicitement affiché13 comme moyen de construire une identité de territoire autour de l’image « terre nature, terre de rencontres » : dans l’esprit de la feuille de route de l’Agence du tourisme de la Corse qui entend faire de la Corse une destination écotouristique phare de Méditerranée (Feuille de route de l’ATC, 2018), jouant de ses atouts naturels mais aussi de ses patrimoines culturels, et notamment de ses produits de terroir, le territoire Corse Orientale entend jouer la carte de l’écotourisme, entendu ici dans un sens extensif, pas seulement restreint aux activités de nature donc, même si celles-ci restent prépondérantes et majeures en matière de construction de l’attractivité des sites. C’est cette vision et cette ambition que l’on retrouve dans la Charte territoriale de l’écotourisme, ouverte tout aussi bien aux producteurs alimentaires qu’aux restaurateurs ou aux hébergeurs dès lors qu’ils respectent le cahier des charges éco-construit collectivement ou qui peut se lire dans le guide des bonnes pratiques élaboré à destination des hébergeurs qui se veulent éco-responsables ou qui souhaitent se former pour le devenir. Ce projet d’écotourisme n’est pas seulement celui de LEADER, l’opportunité du programme servant ici à consolider une démarche plus vaste de construction d’un projet territorial global d’écodéveloppement s’appuyant aussi sur la labellisation Territoire à énergie positive et à croissance verte (TEPCV), sur l’Agenda 21 local ou encore sur l’effort réalisé en matière de tri des déchets, le territoire figurant parmi les plus performants de Corse en la matière. Si LEADER est essentiel en matière de structuration de l’offre et soutient nombre de petits projets touristiques sur le territoire, on voit bien comment sa portée est renforcée par son articulation à d’autres opportunités institutionnelles. C’est en quelque sorte un véritable écosystème institutionnel qui s’est créé autour de la stratégie plus globale d’écotourisme portée ici et au sein de laquelle LEADER trouve sa place via le thème la valorisation (éco-)touristique de la ruralité.

LEADER, terrain expérimental pour de nouvelles territorialités

16Le deuxième projet que nous prendrons pour exemple est celui porté par le GAL Castagniccia Mare & Monti, situé un peu plus au Nord sur la côte orientale de l’île, lui aussi. Territoire en déficit d’image, plutôt connu pour ses structures d’accueil du tourisme de masse concentrées sur la frange maritime du territoire, le GAL LEADER « Castagniccia » entend « réorienter les flux [touristiques] vers les villages de l’intérieur et proposer de nouvelles formes de tourisme autour de l’identité et de l’authenticité » (candidature LEADER, p. 33). À cette fin, le GAL soutient moultes initiatives devant permettre de développer un tourisme de village, tout en requalifiant l’offre et en proposant des produits de niche centrés sur les richesses des patrimoines ruraux autour des noyaux villageois. En particulier, deux actions innovantes retiennent notre attention : la qualification des hébergements ruraux de caractère sur le modèle sarde de l’« auberge diffuse » (modèle d’hébergement éclaté où les chambres offertes peuvent se situer dans des logements différents, et différents de l’établissement d’accueil principal et de la salle de restauration) et l’organisation de circuits sportifs VTT avec le soutien du PNRC et de la Fédération française de cyclisme. Le premier exemple d’initiative appelle une coopération internationale et interterritoriale qui pourrait inspirer un certain nombre d’entrepreneurs sur le territoire insulaire dans son ensemble, d’autant qu’avec la révision de la Loi Montagne en 2015, l’île bénéficie d’un statut particulier lui donnant la possibilité d’établir une zone franche fiscale pour les entreprises de montagne. Cependant, à l’heure actuelle, la déclinaison du modèle italien se heurte à une impossibilité législative qui demanderait une modification du code du tourisme (Fenocchi & Tafani, 2014). L’autre initiative a déjà vu le jour et permet de structurer une offre cyclo-touristique (route et pistes) originale dans le paysage insulaire, modèle qui pourrait être reproduit ailleurs en Corse avec l’aide des acteurs spécialistes du secteur.

17Enfin, le troisième exemple de projet de territoire sur lequel nous reviendrons ici est celui du territoire Taravo-Sartenais-Valinco, territoire rural situé sur la côte sud-ouest de l’île et qui entend développer une marque collective territoriale autour de l’alimentation locale et de ses produits emblématiques à l’image de ce qu’ont fait les voisins sardes (Province de Nuoro) avec lesquels les acteurs locaux collaborent. Pour donner de la cohérence au tout, cette initiative s’articule avec des démarches précédentes faisant valoir la ruralité par le biais de la vitrine touristique comme l’illustre « a fiera di u turisimu campagnolu », la foire du tourisme rural, organisée chaque année début août sur le site préhistorique de Filitosa, ou encore avec la stratégie du Pôle d’équilibre territorial et rural qui soutient le Projet alimentaire territorial (PAT) local. L’objectif général étant de favoriser un « équilibre entre le tourisme et les autres secteurs d’activités » et de soutenir la « coopération spatiale » et les « solidarités géographiques » (mer/montagne) (dossier de candidature du GAL, 2015). Doter le territoire d’un signe de reconnaissance et d’identification permettrait tout à la fois de protéger le patrimoine alimentaire local et de le faire connaître sur le territoire, mais aussi au-delà des frontières de l’île, l’idée étant d’écouler des produits de manière croisée entre Corse et Sardaigne pour favoriser les circuits-courts dans un périmètre d’échange innovant. En d’autres termes, LEADER contribue ici à créer de nouvelles territorialités dans une proximité géographique et relationnelle choisie et participe de la construction de réseaux d’acteurs dépassant les seules frontières du territoire insulaire.

Conclusion : vers un management concerté ?

18En conclusion, dirons-nous qu’en matière de gestion du tourisme rural sur le territoire insulaire, LEADER redéfinit les espaces d’action publique (Chevalier, 2014) relatifs au tourisme. Ces nouveaux territoires d’action viennent se superposer aux périmètres des offices de pôle touristiques, voire même carrément les renforcer, faisant de LEADER le « bras armé » opérationnel de leurs ambitions, même si on peut considérer, plus rarement, que LEADER vient se substituer à eux à certains égards. On soulignera que le tourisme, et plus particulièrement, un tourisme rural durable, est désormais une ambition clairement assumée des stratégies de développement portées par les acteurs locaux qui ne se cachent plus derrière la logique plus globale, peut-être plus diluée, de valorisation territoriale des ressources patrimoniales. Mis en œuvre directement un peu partout sur le territoire insulaire au travers des projets de territoire des différents GAL, la stratégie de développement en faveur d’un tourisme durable, responsable ou d’un éco-tourisme converge avec d’autres politiques publiques (PAT, TEPCV, Agenda 21, etc.) portées par les différents acteurs publics du territoire (ODARC, ATC, OEC, PNRC) dans le sens de l’élaboration plus globale d’un projet d’écodéveloppement pour le territoire insulaire. S’appuyant sur la théorie de la rente de qualité territoriale, sur la valorisation touristique des aménités rurales et sur la gestion des proximités géographiques et organisationnelles, en Corse, la déclinaison du programme LEADER entend jouer à fond la carte de la reconnexion entre tourisme et ruralité, dans une volonté de structuration de l’offre et d’organisation collective des acteurs. Arène propice à l’enclenchement de cette dynamique vertueuse, LEADER s’inscrit dans un paysage institutionnel complexe qui est aussi un véritable écosystème du développement à l’échelle locale. Et par l’expérimentation qu’il autorise, il est aussi à même de créer de nouvelles territorialités, redessinant la carte des territoires d’action à l’intérieur même du territoire insulaire (ré-articulation littoral/montagne) mais aussi parfois au-delà des frontières de l’île (relations Corse/Sardaigne).

19Dans ce paysage, la valeur ajoutée de LEADER (LeRoy et Vollet, 2013) est de contribuer au développement local et au développement durable en remplissant trois critères fondamentaux (Chevalier, 2014) qui permettent de dépasser les lignes de clivages entre acteurs publics et les lignes de partage des fonds : « créer de la proximité relationnelle » au sein des périmètres des GAL mais aussi avec les proches voisins comme nous l’avons vu à propos de la Sardaigne par exemple, « faire communauté territoriale » en créant un espace de dialogue pour la démocratie locale, « intégrer un ensemble de politiques publiques » dans une logique de concordance des fonds, de concertation dans l’élaboration des stratégies et de participation collégiale des acteurs. A sa petite échelle, LEADER contribue donc à la construction d’un canevas territorial favorisant un système entreprenant et apprenant (tirant bénéfice des expériences antérieures). En ce sens, le programme LEADER, à partir du moment où il cible des problématiques et des stratégies resserrées, comme ici le tourisme, peut être perçu comme un facteur déclenchant d’une dynamique de développement territorial vertueuse dès lors qu’il permet de combiner deux éléments fondamentaux : d’une part, la mise en œuvre d’un système de gouvernance impliquant les différentes parties-prenantes et tenant compte des attentes des populations locales et d’autre part, l’utilisation des ressources territoriales pour la production et la création de biens et services localisés, et ce, pour susciter l’innovation territoriale (Torre, 2015 ; 2018).

Haut de page

Bibliographie

Agence du tourisme de la Corse, 2018.– Feuille de route de l’ATC pour une transition écologique et numérique du tourisme corse, créateur de valeur et respectueux des équilibres du territoire. En ligne : www.corsica-pro.com.

Bessière J., Mognard E. & Tibère L., 2016.– « Tourisme et expérience alimentaire », Téoros, vol. 35, no 2. En ligne : https://journals.openedition.org/teoros/2928.

Cawley M. & Gillmor D.A., 2008.– « Integrated rural tourism: concepts and practice », Annals of tourism research, vol. 35, no 2, p. 316-337. DOI : https://doi.org/10.1016/j.annals.2007.07.011.

Chevalier P., 2014.– Action locale et développement rural en Europe. Le modèle européen LEADER 2007-2013, Éditions P.I.E. Peter Lang, 202 p.

Collectivité de Corse, 2015.– Appel à Manifestation d’Intérêt programme Leader.

Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse (Collectivité de Corse), 2015.– voté le 2 novembre 2015, Assemblée de Corse, document intégral en ligne : https://www.aue.corsica/Le-Padduc-dans-son-integralite_a47.html.

DeMyttaneare B., 2011.– « Tourisme rural et valorisation des ressources alimentaires locales : le cas de l’AOP fromage de Herve », Bulletin de la Société Géographique de Liège, 57 (2011/2), p. 37-51. En ligne : https://popups.uliege.be/0770-7576/index.php?id=675.

Etecheverria O., 2016.– « Le tourisme “gourmand” existe-t-il ? », Téoros, vol. 35, no 2. En ligne : https://journals.openedition.org/teoros/2968.

Fenocchi A. et Tafani C., 2014.– « Tourisme, développement rural et action territoriale : regards croisés Corse-Sardaigne sur la mise en œuvre du programme LEADER », M. Berriane (dir.) Le tourisme dans les arrière-pays méditerranéens, Éditions CerGéo, UEMF, LMI MediTer, p. 217-234.

Furt J.-M. et Maupertuis M.-A., 2006.– « Le tourisme en Corse : retour sur une évolution naturelle », La Corse et le tourisme, 1755-1960, Éditions Musée de la Corse-Albiana, p. 329-337.

Furt J.-M. et Tafani C. (dir.), 2014.– État des lieux de l’agritourisme en Corse : diagnostic prospectif en 2013, Rapport d’étude pour l’Agence de tourisme de la Corse et l’Office de Développement agricole et rural de la Corse.

Gumuchian H. et Pecqueur B. (coord.), 2007.– La ressource territoriale, Economica-Anthropos, 252 p.

Hirczak M., Moalla M., Mollard A., Pecqueur B., Mbolatiana R. et Vollet D., 2008.– « Le modèle du panier de biens : grille d’analyse et observations de terrain », Économie rurale no 308, p. 55-70.

INSEE, 2015.– Synthèse : Bilan annuel du tourisme en Corse. En ligne : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2019965?sommaire=2019975.

Lemasson J.-P., 2006.– « Penser le tourisme gourmand », Téoros, vol. 25, n1, p. 3-4. En ligne : https://journals.openedition.org/teoros/1288.

Lenglet F. et Giannelloni J.— L., 2012.– L’évaluation gustative des produits de terroir par les touristes, 21 p. En ligne : https://www.researchgate.net/publication/298789765_L%27evaluation_gustative_des_produits_de_terroir_par_les_touristes.

Levratto N., 2001.– Économie de la Corse : y-a-t-il une vie après la rentre ?, Éditions Albiana.

LeRoy A. et Vollet D., 2013.– « Focus sur les mesures de développement rural intégré : utilité et futilité de l’axe méthodologique LEADER », Le développement rural en Europe/Quel avenir pour le deuxième pilier de la Politique agricole commune, P.I.E. Peter Lang, coll. « Business & Innovation », p. 227-249.

Marcotte P., Bourdeau L., et Doyon M., 2006.– « Agrotourisme, agritourisme et tourisme à la ferme ? Une analyse comparative », Téoros, vol. 25, no 3, p. 59-67. En ligne : https://journals.openedition.org/teoros/1091.

Mazuel L. et Bonniot A., 2011.– « Image et mise en marché de la destination Auvergne : une hybridation originale des modèles diffus et concentrés en tourisme rural », Bulletin de la Société Géographique de Liège, vol. 57 (2011/2), p. 7-19. En ligne : https://popups.uliege.be/0770-7576/index.php?id=649.

Michon G., 2016.– « Tourisme rural et produits de terroir : quelles synergies ? Discussion autour d’exemples en corse et au Maroc », Bulletin d’Information de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, no 20, p. 62-74.

Moalla M. et Mollard A., 2011.– « Le rôle des cognitions environnementales dans la valorisation économique des produits et services touristiques », Géographie, Économie, Société, vol. 13 (2011/2), p. 165-188.

Mollard A., Pecqueur B. et Moalla M., 2005.– « Offre de produits, services territorialisés et demande de biens combinés », A. Torre et M. Filippi (dir.), Proximités et changements socio-économiques dans les mondes ruraux, INRA éditions, p. 73-93.

Moretti J.-L., 2006.– « Histoire de la planification du tourisme en Corse », La Corse et le tourisme, 1755-1960, Musée de la Corse-Albiana, Ajaccio, p. 312-326.

Pecqueur B., 2006.– « Le tournant territorial de l’économie globale », Espaces et sociétés, 2006/2-3, p. 17-32.

Pecqueur B. 2011.– « Les terroirs constituent-ils un objet économique ? », C. Delfosse (dir), La mode du terroir et des produits alimentaires, Les Indes Savantes, Paris, p. 59-71.

Ratzel F., 1899.– « La Corse : étude anthropogéographique », Annales de Géographie, t. 8, no 40, p. 304-329.

Syndicat mixte du Parc naturel régional de Corse, 2018.– Charte du PNRC.

Taddei D. et Antomarchi F., 1997.– Ecunumia identitaria, Ajaccio, Éditions Albiana, 158 p.

Tafani C., 2021.– « Le tourisme rural : un produit de terroir ? Regard sur la destination Corse », Belgeo, vol. 2/2021. DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.49148.

Torre A., 2015.– « Théorie du développement territorial », Géographie, économie, société, vol. 17, no 3, p. 273-288.

Torre A., 2018.– « Les moteurs du développement territorial », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, octobre (4), p. 711-736.

Ungureanu A., 2015.– « Les perceptions de la ruralité et des arrière-pays en Corse », Mémoire de Master I « Management du tourisme et des loisirs », septembre 2015, Université de Corse (stage financé par le projet ANR MED-INN-LOCAL), sous la direction de C. Tafani.

Varennes F., 2013.– Guide juridique et fiscal du tourisme rural, Ipso Facto, 520 p.

Haut de page

Notes

1 Données INSEE 2015.

2 À ce jour, et depuis l’application de la Loi NOTRe (2015), la Corse est la seule région française sans départements, les compétences de ces derniers ayant fusionné avec celles de l’ancienne Collectivité territoriale de Corse devenue Collectivité (unique) de Corse au 1er janvier 2018.

3 L’intérieur de la Corse renvoyant bien souvent aux territoires de montagne, par opposition au littoral.

4 Vin de l’Île de Beauté, Kiwi, Pomelo, Clémentine, Noisette de Cervioni, Charcuterie de l’Île-de-Beauté

5 9 en vin et spiritueux (Corse, Patrimonio, Calvi, Ajaccio, Sartène, Figari, Porto-Vecchio, Cap Corse et Muscat du Cap Corse), Brocciu, Miel, Farine de Châtaigne, Huile d’Olive, Lonzu, Coppa, Jambon corse.

6 Office de développement agricole et rural de la Corse, Agence du tourisme de la Corse, Agence de développement économique de la Corse, Office des transports de la Corse, Office hydraulique de la Corse, Office foncier de Corse, Office de l’environnement de la Corse.

7 Fonds européen agricole pour le développement rural.

8 Fonds européen de développement régional.

9 Le PNRC dans sa nouvelle mouture (Charte votée en 2018) intègre la moitié des communes insulaires (180 sur 360) dont la plupart sont classées Montagne même si elles ont une façade maritime (loi Montagne de 1985).

10 Découpage proposé par l’ATC qui repose sur la logique des bassins de vie.

11 Au moins 50 % des acteurs du comité de programmation doivent relever de la sphère privée de manière à impulser une dynamique de développement par « le bas » et à faire en sorte de susciter des effets starters en matière d’initiative privée locale.

12 L’enveloppe total dédiée au FEADER (second pilier de la PAC) en Corse s’élève à 256 millions d’euros, tandis que LEADER, la mesure 19 du PDRC, n’en représente que 4,6 %, une paille ! mais une paille non négligeable en matière d’initiatives locales dès lors que l’on poursuit une logique de projet et non une logique de guichet pour laquelle il y aurait une forme bien connue de dilution des fonds sur le territoire sans répondre aux enjeux de valeur ajoutée apportée par LEADER en matière d’effet levier sur le développement des initiatives locales.

13 Voir site internet de Écotourisme en Corse Orientale : https://www.ecotourisme-corseorientale.corsica/fr/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : couverture du guide papier de la Route des Sens Authentiques (A strada di i Sensi di Corsica)
Crédits Source : www.guistidicorsica.com
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Titre Figure 2 : schéma simplifié du circuit de demande d’aide LEADER
Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Figure 3 : Les territoires de projet des GAL (2014-2020)
Crédits Source : Réseau rural – territoires LEADER
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10073/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Tafani, « Le management du tourisme rural en Corse : des concurrences aux complémentarités. Acteurs, territoires et stratégies », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 4 | 2022, mis en ligne le 17 mars 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rga/10073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rga.10073

Haut de page

Auteur

Caroline Tafani

Maître de Conférences en géographie
UMR 6240 CNRS LISA – Università di Corsica Pasquale Paoli
Bâtiment Simeoni, BP 52
20250 CORTE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search