Navigation – Plan du site

AccueilRubriques annexesMontagnes en fictions14x8000 : aux sommets de l’imposs...

14x8000 : aux sommets de l’impossible, 2021, par Torquil Jones et Gabriel Clarke.

Titre original : 14 Peaks: Nothing Is Impossible
Delphine Moraldo

Texte intégral

  • 1 Jones Torquil, 14 x 8000 (version originale : 14 peaks), 2021.

1Un récent documentaire disponible sur Netflix, relate un exploit sans précédent en alpinisme : l’ascension, en 2019, des quatorze sommets de plus de 8000 mètres du globe (tous situés dans l’Himalaya) par un même alpiniste… en sept mois (le précédent record était de sept ans)1. À grand renforts d’images de synthèse et de prises de vue aériennes, le film est véritablement spectaculaire. Son réalisateur, Torquil Jones, n’est pas familier des films d’alpinisme mais a été accompagné par deux coproducteurs spécialistes des documentaires d’ascension : Jimmy Chin et sa femme Elizabeth Chai Vaserhelyi, derrière le film Free Solo (2018, Oscar 2019 du meilleur documentaire) ou encore Meru (2015). On y suit, en parallèle, l’enchainement des ascensions et la vie de l’alpiniste, au profil et au parcours pour le moins atypique.

  • 2 Delphine Moraldo, L’esprit de l’alpinisme. Une sociologie de l’excellence du xixe au début du xxie (...)

2Chose rare pour un tel exploit, l’alpiniste en question, Nirmal – « Nims » – Purja, 36 ans, est un quasi inconnu dans les cercles alpinistiques. Autre chose rare, il est népalais, comme les Sherpas qui, traditionnellement, accompagnent les alpinistes européens ou américains sur ces sommets. Tout cela en fait un grand alpiniste « à part », ce que le documentaire, tout à fait dans la veine héroïque des films d’alpinisme, ne dit pas directement, du moins pas totalement. En quoi Nirmal Purja déroge-t-il au modèle du « grand alpiniste » ? Le documentaire choisit de mettre en lumière un aspect en particulier de son atypicité, centré sur son ethnicité, mais en existe-t-il d’autres ? Pour répondre à cette question, cette analyse s’appuie sur les conclusions d’un travail historique et sociologique sur l’excellence en alpinisme2.

  • 3 En témoigne un numéro récent d’Alpine Mag (janvier 2022) intitulé : « Les Népalais endossent enfin (...)
  • 4 Ortner Sherry, Life and death on Mt. Everest: Sherpas and Himalayan mountaineering, Princeton, Prin (...)
  • 5 Sur ce point, voir les travaux d’Isabelle Sacareau sur les évolutions du tourisme « du Sud » et la (...)

3Nirmal Purja est d’abord atypique en tant qu’alpiniste népalais. Cette dimension de l’atypicité de l’alpinisme est très visiblement celle choisie par le réalisateur pour donner un fil conducteur au documentaire. Le ton est donné dès les premières minutes : le narrateur (qui n’est autre que l’alpiniste) dit vouloir « représenter la communauté népalaise », les ascensions des Sherpas étant injustement mises au second plan derrière celles des alpinistes qu’ils accompagnent, comme celles des guides alpins l’étaient aux premiers temps de la conquête des Alpes. Pourtant, les Sherpas, comme les guides alpins, sont à bien des égards de meilleurs connaisseurs du terrain que leurs clients. Cela n’empêche pas les alpinistes, depuis plus de 150 ans, de les considérer comme des adjuvants dans la réalisation de « leurs » premières. Tout comme les noms des guides n’apparaissaient qu’en seconde place (voire pas du tout) dans les récits des Anglais de l’Alpine Club au xixe siècle, les Sherpas, à l’instar du premier ascensionniste de l’Everest en 1953, Tensing Norgay, sont moins considérés : alors que l’alpiniste Edmund Hillary (l’autre homme au sommet) et le chef d’expédition John Hunt (qui n’y a pas mis les pieds) sont anoblis par la reine d’Angleterre, Tensing Norgay reçoit la Croix de Georges, une distinction inférieure. Certes, les choses ont évolué depuis les années 1950, et les Sherpas, notamment suite à la médiatisation et aux initiatives de Tensing Norgay pour émanciper ces derniers de la tutelle des alpinistes occidentaux, ont acquis une reconnaissance en tant qu’alpinistes « à part entière »3. Il n’en demeure pas moins que ce processus est encore largement inabouti. Sur ce point, les travaux de Sherry Ortner montrent bien que les Sherpas, même s’ils gravissent les mêmes montagnes, ne jouent pas aux mêmes « jeux » (serious games) que les alpinistes qu’ils accompagnent4. Si Purja, qui a fait partie des forces spéciales britanniques, n’est pas un Sherpa, il rassemble néanmoins une équipe de Sherpas népalais pour mener à bien son projet. Le documentaire, en mettant l’accent sur la manière dont il les traite comme des « alpinistes » à part entière et même comme des « frères », chose rare dans les cordées d’élite occidentales, amplifie ainsi un processus déjà commencé mais inachevé5.

  • 6 Delphine Moraldo, L’esprit de l’alpinisme, p. 16.
  • 7 Ibid., p. 57‑92.
  • 8 La première occurrence, célèbre, de cette expression, est attribuée à F. Mummery, de l’Alpine Club (...)
  • 9 C'est-à-dire les voies historiques, les premières réalisées pour atteindre un sommet, bien équipées (...)
  • 10 Voir notamment les articles de presse suivants : <https://www.outside.fr/nims-dai-cest-facile-detre (...)

4Nirmal Purja est atypique, ensuite, au regard de son rapport à l’esprit de l’alpinisme et à son « éthique ». L’esprit de l’alpinisme, qu’on pourrait définir comme un ensemble de règles, de valeurs, de normes qui en encadrent la pratique (du moins dans sa version excellente6), contient en son sein des principes éthiques forts, que les alpinistes nomment, simplement, « l’éthique ». Celle-ci dérive, historiquement, du fair-play sportif7 : il s’agit, pour résumer, de limiter les aides artificielles de progression (pitons, cordes fixes, oxygène, etc.) afin de sauvegarder l’incertitude et de laisser une chance « sportive » à la montagne. C’est le sens de l’expression « by fair means » (« avec des moyens loyaux »), parfois utilisée pour qualifier une ascension effectuée dans les règles8. Notons que les aides acceptées varient au fil du temps et en fonction de la difficulté des ascensions. Aujourd’hui, faire une « grande » ascension himalayenne implique de ne pas utiliser l’oxygène, les cordes fixes et les camps déjà installés sur la montagne (on grimpe alors en « style alpin »), l’aide des sherpas, ou encore l’hélicoptère. Mieux, elle doit être inédite. Or, Purja déroge à certaines règles. Qu’il fasse les voies normales9 en utilisant le matériel en place, passe encore, puisque son objectif est de réaliser un enchainement d’ascensions en un temps record. Mais pour aller plus vite, il utilise l’oxygène au-delà de 8000 mètres et prend l’hélicoptère pour relier certains camps de base. Aux yeux de certains puristes, il enfreint l’éthique10, réouvrant un vieux débat sur la validité des aides artificielles. Purja divise tant les commentateurs que les grands alpinistes eux-mêmes qui, cependant, font passer les louanges avant les critiques : son ascension des quatorze 8000 est validée, dans le film, par Reinhold Messner lui-même, le premier à avoir escaladé l’Everest sans oxygène et achevé l’ascension des quatorze 8000.

  • 11 Delphine MoraldoL’esprit de l’alpinisme, op. cit.
  • 12 Le « Projet Possible ». Le « projet » est une notion centrale du « nouvel esprit du capitalisme ». (...)
  • 13 Purja harangue la foule des Sherpas et Népalais (et quelques alpinistes occidentaux) venue fêter so (...)

5Dans la même veine, Nirmal Purja est atypique car il n’hésite pas à commercialiser et à médiatiser ses ascensions. L’ « esprit de l’alpinisme » valorise également, de par ses racines historiques, l’alpinisme amateur (c'est-à-dire non professionnel, non rémunérateur, non commercial), et rejette comme dégradantes toutes les entreprises d’autopromotion et, plus généralement, de commercialisation ou de monétisation de l’alpinisme11. En quelques sortes, les « basses » (autant « socialement » basses que « moralement » basses) considérations monétaires doivent être tenues à distance des montagnes, du moins dans une certaine mesure. Or, le projet12 de Purja nécessite des moyens financiers importants, qu’il obtient notamment par une forte présence médiatique sur les réseaux sociaux… présence à nuancer cependant : le documentaire met en scène13 son indignation face au fait que, en tant que Népalais, il se serait vu refuser la couverture médiatique dont aurait bénéficié un alpiniste européen ou américain pour le même exploit.

6Le statut « à part » de Nirmal Purja découle peut-être de sa trajectoire atypique. Contrairement à la plupart des grands alpinistes d’aujourd’hui et d’hier, Nirmal Purja connait une célébrité immédiate : il réalise son enchaînement moins de cinq ans après sa découverte de l’alpinisme, et n’a jamais fait de première. Son endurance vient de son passé de militaire, détaillé avec un certain pathos dans le film. Il semble s’être spécialisé dans l’alpinisme de vitesse sur des sommets et par des itinéraires déjà bien connus. Contrairement aux alpinistes dont nous avons étudié les trajectoires, Purja ne semble pas avoir appris, par la lecture des classiques de l’alpinisme, par une pratique en compagnie d’alpinistes plus aguerris, par une lente familiarisation avec l’esprit de l’alpinisme, les « bonnes manières » de pratiquer. C’est aussi cela qui est lui reproché.

7Critiqué, Purja se rattrape en 2021 avec une ascension beaucoup plus respectée dans le monde du grand alpinisme (même si moins visible dans les médias grand public), car tout à fait éthique : celle du K2, sans oxygène, en hiver, une première qu’il réalise avec neuf autres Népalais (qui, eux, ont utilisés de l’oxygène, d’où une nouvelle polémique14). Donnera-t-elle lieu à un autre film ? Ce dernier sera peut-être, pour respecter les règles implicites de l’esprit de l’alpinisme et devancer d’éventuelles critiques, moins hollywoodien que le précédent.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski Luc et Chiapello Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2011.

Jones Torquil et Clarke Gabriel, 14x8000 : aux sommets de l’impossible, 2021, Netflix.

Kubarska Eliza, Le mur de l’ombre/The Wall of Shadow, 2020, Arte.

Moraldo Delphine, L’esprit de l’alpinisme. Une sociologie de l’excellence du xixe au début du xxie siècle, Lyon, ENS Editions, 2021.

Ortner Sherry, Life and death on Mt. Everest: Sherpas and Himalayan mountaineering, Princeton, Princeton University Press, 1999.

Sacareau Isabelle, « Montagnes et montagnards des Suds dans la mondialisation touristique : imaginaires et pratiques », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, vol. 105, no 3, 2017.

Haut de page

Notes

1 Jones Torquil, 14 x 8000 (version originale : 14 peaks), 2021.

2 Delphine Moraldo, L’esprit de l’alpinisme. Une sociologie de l’excellence du xixe au début du xxie siècle, Lyon, ENS Editions, 2021.

3 En témoigne un numéro récent d’Alpine Mag (janvier 2022) intitulé : « Les Népalais endossent enfin les premiers rôles ».

4 Ortner Sherry, Life and death on Mt. Everest: Sherpas and Himalayan mountaineering, Princeton, Princeton University Press, 1999. Voir également le récent documentaire d’Eliza Kubarska, Le mur de l’ombre (2020), diffusé sur Arte. Cet article y est consacré : <https://www.outside.fr/film-le-mur-de-lombre-des-sherpas-face-a-un-dilemme-doit-on-violer-la-montagne-sacree/>, consulté le 8 juin 2022.

5 Sur ce point, voir les travaux d’Isabelle Sacareau sur les évolutions du tourisme « du Sud » et la volonté des Sherpas de s’émanciper d’une vision du tourisme montagnard héritée du colonialisme. Isabelle Sacareau, « Montagnes et montagnards des Suds dans la mondialisation touristique : imaginaires et pratiques », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, vol. 105, no 3, 2017.

6 Delphine Moraldo, L’esprit de l’alpinisme, p. 16.

7 Ibid., p. 57‑92.

8 La première occurrence, célèbre, de cette expression, est attribuée à F. Mummery, de l’Alpine Club : en 1880, il laisse une note sous les dalles finales de la dent du Géant pour signifier qu’elle est « absolutely inaccessible by fair means ».

9 C'est-à-dire les voies historiques, les premières réalisées pour atteindre un sommet, bien équipées et répétées de nombreuses fois.

10 Voir notamment les articles de presse suivants : <https://www.outside.fr/nims-dai-cest-facile-detre-assis-a-une-table-et-de-critiquer-ce-que-je-fais/>, consulté le 8 juin 2022 ; <https://www.outside.fr/nims-dai-qui-decide-de-ce-quest-lesprit-de-lalpinisme/>, consulté le 8 juin 2022.

11 Delphine MoraldoL’esprit de l’alpinisme, op. cit.

12 Le « Projet Possible ». Le « projet » est une notion centrale du « nouvel esprit du capitalisme ». Luc Boltanski et Eve ChiapelloLe nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2011.

13 Purja harangue la foule des Sherpas et Népalais (et quelques alpinistes occidentaux) venue fêter son exploit.

14 <https://www.lequipe.fr/Adrenaline/Alpinisme/Actualites/Nirmal-purja-assure-avoir-gravi-le-k2-sans-oxygene/1214649>, consulté le 8 juin 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « 14x8000 : aux sommets de l’impossible, 2021, par Torquil Jones et Gabriel Clarke. », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Montagnes en fictions, mis en ligne le 08 juin 2022, consulté le 26 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/rga/10418

Haut de page

Auteur

Delphine Moraldo

ENS Lyon - Centre Max Weber – UMR 5283

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search