Navigation – Plan du site

AccueilPrésentationConsignes aux auteur·es

Consignes aux auteur·es

Les textes

L’article doit être inédit et ne dois pas être soumis à une autre revue tant qu'il est en cours de procédure avec le JAR|RGA.

Il doit être soumis dans une des langues de la revue : langues alpines – français, italien, allemand –, espagnol ou anglais et fourni en deux versions.

L’auteur doit prévoir obligatoirement une version en anglais, et si l'original est en anglais, une autre version dans une des langues de la revue. Toutes les illustrations doivent aussi être traduites.

Les traductions sont prises en charge par l’auteur et non par la revue.

L’auteur de la traduction, dans l’une ou l’autre langue, devra être mentionné.

Chacune des versions comprendra un texte de 30 000 signes (espaces comprises, hors résumé et bibliographie). La saisie du texte devra être envoyée au format Word.

Le texte sera obligatoirement accompagné d’un résumé dans chacune des langues, d’une longueur de 2000 signes (espaces comprises) par version et accompagné de 4 ou 5 mots-clés.

L'auteur fournira également les mentions qu'il souhaite voir apparaître sous son nom (ex : laboratoire, fonction, mail etc.). Pour chaque auteur si l'article est collectif.

La bibliographie n’excédera pas 40 titres (voir ci-dessous pour la présentation).

Les titres devront être brefs et informatifs.

Les illustrations

Elles doivent être de parfaite qualité, ne nécessitant pas une reprise par la rédaction.

Elles doivent être libres de droit.

Elles devront être fournies en fichier séparé et non dans le corps du texte, sous les formats suivants : jpeg, png, tiff.

Les tableaux seront eux aussi fourni en fichier séparés. Les tableaux, graphiques et diagrammes réalisés sur tableurs (type Excel) devront être enregistrés de façon à ne plus être liés aux données sources.

Les photographies, cartes et figures seront fournies avec mention de leur emplacement dans l’article.

Elles seront fournies dans une résolution maximale, avec titre, légende (hors légendes incluses types cartes) et source inscrits dans le texte de l’article et non pas sur l’image, et fournies dans les deux langues choisies pour l’article.

Règles orthotypographiques

Règles de base

Générales

  • Éviter tous les styles de présentation ;

  • Pas de titre en lettres capitales : tous les titres en lettres minuscules ;

  • Pas de tabulation en début de paragraphe ;

  • Écrire non pas « … », mais « etc. » ;

  • Les termes et expressions en langue autre que celle de l’article sont en italiques,

  • ex. revenu per capita ; Randolph et al., 1974

  • Ne pas écrire les citations en italiques.

En français

  • « Guillemets français » avec espaces insécables ;

  • À l’intérieur, guillemets anglais « “blablabla” » ;

  • Ponctuation précédée d’espaces insécables ( : ;) ;

  • Siècles en chiffres romains, ex. XIXe siècle.

Dans les langues autres que le français

  • Titres des articles sans majuscules (anglais et non américain) ;

  • “Guillemets anglais sans espace” courbes

  • À l’intérieur, guillemets simples, courbes, ex. “blabla ‘blabla’ and blabla”

  • Pas d’espace avant les doubles points, les points-virgules ;

  • Siècles en chiffres arabes, ex. 19th century.

Normes bibliographiques de la revue

Règles de base

Les références seront appelées dans le texte (nom, date) et non en note de bas de page.

Tous les ouvrages cités devront se trouver en bibliographie, et devront respecter la présentation (minuscules, majuscules, ordre des informations, ponctuation) ci-dessous :

Pour un ouvrage :

Gerbaux F., 1994.– La montagne en politique, Collection Logiques Politiques, L’Harmattan.

Pour une revue :

Hewitt, Meta, 2012.– “ Rethinking risk and disasters in mountain areas ”, in Revue de Géographie Alpine / Journal of Alpine Research, Dossier n°100-1, visited May 14th 2012, http://rga.revues.org/1653

Pour un ouvrage collectif :

Kapos V., Rhind J., Edwards M., Price M.F., Ravilious C., 2000.– “ Developing a map of the world’s mountain forests ”, in Price M.F. and Butt N. (eds.), Forests in sustainable mountain development : A state-of knowledge report for 2000, CAB International, Wallingford, pp. 4-9.

Les articles non conformes aux consignes ci-dessus seront renvoyés à leurs auteurs.

Écriture inclusive

Introduction

  • 1 Selon le manuel d’écriture inclusive de l’agence de communication Mots-Clés.

L’écriture inclusive est un « ensemble d'attentions graphiques et syntaxiques permettant d'assurer une égalité des représentations entre les hommes et les femmes »1 mais aussi les minorités. Elle a pour but d’éviter dans le langage ce qui pourrait s'apparenter à une discrimination sexiste ou genrée. L’écriture inclusive propose plusieurs stratégies d’écriture pour atteindre cet objectif. C’est une pratique en débat, qui n’est autre que le reflet de questionnements actuels de la société francophone. L’utilisation d’un langage inclusif est donc un outil pour plus d’équité et de diversité afin de participer à une évolution vers une société plus inclusive.

  • 2 Cette charte est susceptible d’adaptation

Dans la recherche scientifique, l’écriture occupe une place considérable, y compris sur le plan symbolique. Les chercheurs et chercheuses sont confronté·es à l’incitation croissante de faire évoluer leurs publications afin d’éviter les stéréotypes sexistes et les formes implicites d’inégalités entre femmes et hommes. Comment répondre à cette incitation ? À ce jour, il n’existe aucune règle formelle sur l’écriture inclusive. C’est pourquoi le JAR|RGA propose ci-après une stratégie d’écriture pour les auteur·es qui souhaitent s’orienter vers cette solution. Par ailleurs, attaché au principe de liberté, le JAR|RGA ne formalise pas de règles fermes et définitives à ce sujet2. L'écriture inclusive n'est donc ni proscrite ni prescrite. Elle s’avère parfois justifiée, parfois inopportune. Dans tous les cas son recours est à la libre discrétion des auteur·es.

Pratiques de rédaction

NB : Lorsque des auteur·es décident de pratiquer l’écriture inclusive, il est requis de conserver une constance dans la forme d’écriture choisie tout au long d’un texte, par souci de cohérence et d’uniformisation.

I/ Les pratiques d’écritures favorisées

A) Accorder les noms de mÉtiers, titres, grades et fonctions avec le sexe de la personne

Parce que les noms de métiers, titres, grades et fonctions existent au féminin, et ce depuis le Moyen Âge.

REMPLACER

PAR

Madame le chef de laboratoire

Madame la cheffe de laboratoire

Le directeur

La directrice

Le doctorant

La doctorante

L’écrivain

L’écrivaine

Le professeur émérite

La professeure émérite

B) Privilégier les termes épicènes et les formules neutres du point de vue du genre 

La rédaction épicène signifie l’utilisation de mots neutres, c’est-à-dire qui ne changent pas selon le genre. Nous pouvons citer les termes comme : enfant, artiste, collègue, personne, élève, direction, scientifique, humain, titulaire, membre, cadre, chaque, etc.

  • Utiliser les noms neutres : Nom collectif (le personnel), nom de fonction (la direction) et nom épicène (le ou la responsable).

  • Utiliser les noms épicènes au pluriel : Les bibliothécaires plutôt que la bibliothécaire ou le bibliothécaire. Préconisez le pluriel plutôt que le singulier pour éviter le doublement du groupe nominal ou du déterminent ce qui a pour avantage d’alléger le texte.

  • Utiliser des adjectifs épicènes : Une candidate ou un candidat apte plutôt que une candidate ou un candidat qualifié, les droits humains plutôt que les droits de l’Homme. Cette stratégie évite la répétition de l’adjectif au féminin et au masculin ou l’obligation de privilégier l’accord avec le nom le plus proche

  • Utiliser des pronoms épicènes : Personne plutôt que aucun participant ni aucune participante. Il faut utiliser les pronoms épicènes avec parcimonie. Si on en abuse, le texte risque de perdre en clarté.

  • Rédiger des phrases épicènes : Avez-vous la citoyenneté française ? plutôt qu’Êtes-vous citoyenne française ou citoyen français ? Si vous désirez poser votre candidature plutôt que Si vous désirez être candidat ou candidate. Pour obtenir ce type de phrases, il faut éviter les compléments non nécessaires, préférer la voix active à la voix passive, favoriser l’infinitif et les formes nominales. Dans les descriptions de tâches, les directives, les énumérations et diverses listes, l’emploi de l’infinitif, du participe présent ou de noms permet d’éviter la répétition de pronoms genrés.

Voici quelques exemples qui pourraient vous être utiles :

  • Noms collectifs : Autorités, auditoire, clientèle, collectivité, communauté, corps (enseignant), effectif, électorat, équipe, foule, gens, groupe, lectorat, main d’œuvre, personnel, population, public, etc.

  • Noms de fonction : Direction, présidence, rectorat, secrétariat, trésorerie, tutorat, etc.

  • Noms d’unités administratives : Administration, bureau, comité, commission, conseil, département, direction, office, régie, secrétariat, service, etc.

  • Noms épicènes : Cadre, membre, personne, responsable, scientifique, spécialiste, universitaire, etc.

  • Adjectifs épicènes : Apte, convenable, adulte, universitaire, etc.

  • Pronoms épicènes : Nous, vous, personne, aucun, quiconque, plusieurs, etc.

A savoir : On veillera toutefois à ne pas dépersonnaliser le texte ni à le rendre imprécis. Un texte épicène lisible et intelligible pourra également contenir des marques explicites des deux genres.

C) Utiliser le doublet pour décliner les termes au masculin et au féminin 

Il y a une double désignation lorsque l’on désigne explicitement les femmes et les hommes au moyen de deux substantifs ou déterminants distincts. Par souci de simplicité, on ne répète pas les articles, adjectifs et compléments. Nous devons choisir le doublet la première fois qu’un groupe de personnes est mentionné. L’ordre des éléments du doublet est libre. Vous pouvez utiliser l’ordre alphabétique ou l’alternance pour éviter les répétitions. Cependant, lorsqu’est accolé au doublet un mot s’accordant au masculin, on place, si possible, l’élément masculin à côté.

REMPLACER

PAR

Le chercheur

Le chercheur et la chercheuse

Les chercheurs postdoctoraux

Les chercheuses et chercheurs postdoctoraux

Les professionnels de recherche

Les professionnelles et professionnels de recherche

Vérifier l’accord du verbe lorsque le sujet est un doublet, voici les règles qui s’appliquent :
1. Noms singuliers unis par ou = accord au singulier.
2. Noms pluriels unis par ou = accord au pluriel.
3. Noms singuliers unis par et = accord au pluriel.
4. Noms pluriels unis par et = accord au pluriel.

Dans les deux premiers cas, le ou est exclusif. C’est pourquoi le verbe varie selon que le nom sujet est singulier ou pluriel : la doctorante ou le doctorant devra mais les étudiantes ou les étudiants devront.

A savoir : Le doublet a tendance à alourdir la lecture, à rendre le texte plus long et cause un défi pour l’accord.

D) Doubler l’article

Lorsque le nom est utilisé au singulier et qu’il reste le même au masculin et au féminin (mot épicène), il est possible de doubler l’article seulement. S’il s’agit d’un exemple, plutôt opter pour une variation des genres des personnes données en exemple. Bien sûr, si l’on fait référence à une personne particulière, on utilise le genre lui correspondant. Lorsque la phrase le permet, on peut employer le nom épicène au pluriel.

REMPLACER

PAR

Le chercheur

Le ou la chercheuse

Le journaliste

Le ou la journaliste OU les journalistes

Un titulaire

Un ou une titulaire

Un journaliste

Un ou une journaliste

E) Préciser « femmes et hommes »

Il est aussi possible de préciser que l’on parle bel et bien des hommes et des femmes.

REMPLACER

PAR

Les chefs de laboratoires

Les chefs de laboratoires, femmes et hommes

Les directeurs de l’entreprise

Les directeurs, femmes et hommes de l’entreprise

F) La forme tronquée

Cette stratégie consiste à inclure les terminaisons féminines et masculines dans un même mot, à l’aide d’un point (étudiant.es/étudiant.e.s), d’un tiret (étudiant-es/ étudiant-e.s), d’un point médian (étudiant·es/étudiant·e·s), d’une barre oblique (étudiant/es), d’une majuscule (étudiantEs), d’un crochet (étudiant[es]), d’un astérisque (étudiant*es), ou d’une parenthèse(étudiant(e)). La majuscule est, quant à elle, employée en contexte militant pour faire ressortir le féminin. De manière générale, l’emploi de la parenthèse, du crochet, de l’astérisque et de la barre oblique sont à éviter, puisqu’ils suggèrent que le féminin est optionnel. Le tiret peut être utilisé car il n’applique pas de hiérarchie entre le féminin et le masculin mais on pourrait aussi dire que le féminin est mis à part ou bien mis en évidence.

En contexte académique, il est recommandé d’utiliser le point médian. Cette forme de féminisation inclusive permet aux personnes non-binaires de rendre visible leur identité de genre et de la voir représentée.

Au sein du JAR|RGA, nous favorisons le point médian à toute autre forme tronquée.

L’usage de la forme tronquée permet d’alléger la lecture. Cela se produit notamment lorsqu’on fait abondamment référence à un même groupe de personnes au long du texte (par exemple : les citoyens et citoyennes, les formateurs et formatrices). On pourra alors utiliser le doublet la première fois que l’on fait référence à ce groupe, puis la graphie tronquée les fois subséquentes. Il est aussi possible de recourir aux formes tronquées dans des tableaux ou schémas, lorsque l’on manque d’espace pour les formulations plus longues, pour des termes spécifiques, qui se prononcent de la même manière au masculin et au féminin (salarié·e, professionnel·le), enfin dans le cas de termes plus abstraits : certain·es.

REMPLACER

PAR

Les étudiants et les étudiantes

Les étudiant·es

L’étudiant et l’étudiante

L’étudiant·e

Une directrice ou un directeur

Un·e directeur·rice

A savoir :

Pour utiliser le point médian :

MAC : ⌥ alt + ⇧ maj + F

PC : alt + 250 ou alt + 0183

L’écriture inclusive : une question ouverte et évolutive

Les dernières années ont été très effervescentes en matière d’intégration des perspectives féministes et queer dans la langue française. Des néologismes (par exemple : mettrice en scène) et de nouvelles graphies (par exemple : iels pour ils et elles ou celleux pour celles et ceux, incluant les personnes s’identifiant comme non binaires) ont fait leur apparition.

Des linguistes suggèrent aussi le retour à des formes historiques de féminisation (par exemple : doctoresse, autrice), bannies au XVIIIe siècle dans le but de restreindre la place des femmes dans la société par le biais de la langue. Il a fallu attendre le XXe siècle pour féminiser à nouveau ces fonctions dans la grammaire (docteur à docteure, auteur à auteure), or les formes historiques avaient l’avantage de marquer à l’oral la présence des femmes.

Visant tout de même à contribuer au déploiement d’une écriture non sexiste de la langue française, ce petit guide d’écriture épicène propose quelques balises aux publiant·es, sans pour autant imposer des pratiques d’écritures. Nous demeurerons ouverts à l’évolution des pratiques d’écriture inclusive.

Engagement des auteurs

Tout auteur envoyant un article et acceptant sa publication certifie que que son manuscrit et toutes les illustrations qu’il contient sont originaux, ou qu’il a pris toutes les mesures nécessaires au respect du Copyright. L’auteur engage sa responsabilité personnelle, morale et financière.

L'auteur cède gracieusement au Journal of Alpine Research | Revue de Géographie alpine :

  • le droit de reproduire ou de faire reproduire la présente contribution tant sur papier et CD-Rom que sur tout support magnétique, optique, numérique et sur tout support actuel ou à venir, et d’en faire établir tous originaux en vue de leur commercialisation ;

  • le droit de représenter ou faire représenter la présente contribution par tous procédés, notamment réseaux, internet etc. ;

  • la cession est consentie pour avoir effet en tous lieux, toutes langues, et pour le temps que durera la propriété littéraire et artistique, d’après la législation tant française qu’étrangère, et les conventions internationale actuelles ou futures, y compris les prolongations qui pourraient être apportées à cette durée. La loi française est seule applicable.

Cession de droit : voir document annexe.

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Selon le manuel d’écriture inclusive de l’agence de communication Mots-Clés.

2 Cette charte est susceptible d’adaptation

Haut de page
  • Logo UGA Édtions
  • Logo Labex ITTEM
  • Logo ISCAR
  • Logo INRAE
  • Logo Institut de géographie alpine
  • Logo Pacte
  • Logo MSH-Alpes
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search