Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursTransition numérique et fréquenta...

Transition numérique et fréquentation des espaces de montagne

Appel à articles. Dates limites : 15 janvier 2022 (résumés), 31 mars 2023 (articles). Comité de suivi du dossier : Marc Langenbach (Maître de Conférences, Université Grenoble Alpes) https://www.pacte-grenoble.fr/membres/marc-langenbach, Pascal Mao, (Maître de Conférences, Université Grenoble Alpes) https://www.pacte-grenoble.fr/membres/pascal-mao, Steve Taylor, (Directeur, University of the Highlands and Islands) https://www.whc.uhi.ac.uk/research/about-us/dr-steve-taylor/, Reto Rupf, (Professeur, ZHAW Zurich University of Applied Sciences) https://www.zhaw.ch/en/about-us/person/rupf/.

Contexte

Cet appel à contributions s’inscrit dans le champ des travaux portant sur les effets de la transition numérique sur la fréquentation et la gestion des territoires de montagne. L’entrée de nos sociétés dans une ère numérique a eu des effets directs ou indirects sur différentes facettes de nos quotidiens (Sciadas, 2006) qui sont désormais intégralement accompagnés par des terminaux numériques, mais aussi par les données qu’ils produisent et que nous partageons volontairement (de manière plus ou moins explicite quand cela relève de conditions générales d’utilisation d’un produit ou d’un service). Les évolutions évoquées ici se retrouvent dans nos modes de production ou de consommation, dans nos déplacements, dans nos relations sociales, dans les usages associés aux domaines médiatiques et culturels, mais aussi dans nos loisirs, qu’ils soient sportifs ou non. De premiers travaux de recherches en sciences de l’information et de la communication (Ibekwe-SanJuan, 2012) portant sur les effets, les impacts ou les recompositions en cours ont permis de qualifier les effets profonds de la montée en puissance du numérique dans nos modes de vie (Lipkin, 2006 ; Bonnell, 2010 ; Doueihi, 2011 ; Marcuse, 2007). Les géographes se sont emparés de ces objets émergents en les intégrant à des réflexions sur la portée heuristique de ces données (Mericskay, 2021), mais aussi sur leur rôle dans l'observation des mobilités urbaines (Le Breton et al., 2022), sur l’exploitation des données géonumériques, en tant qu’informations géographiques, par les algorithmes (Noucher, 2020), ou encore sur le rôle des traces numériques pour étudier les comportements spatiaux des touristes en milieu urbain (Mondo et al., 2020). Toutefois, outre des travaux méthodologiques étudiant les apports du numérique pour suivre le dérangement de la faune par des pratiquants du ski de randonnée (Rupf & Stauble, 2018), peu de travaux mobilisant les traces numériques se sont jusqu’alors concentrés sur la catégorie d’espace que sont les espaces de montagne, aménagés ou non. Fortement impactée par les effets des changements climatiques, mais aussi faisant l’objet d’un report de fréquentation des espaces environnants eux-mêmes plus touchés par ces changements, la fréquentation de la montagne est actuellement soumise à une forte évolution (modifications saisonnières, augmentation forte dans certaines régions, nouveaux publics, etc.) qui est en partie soulignée par la notion de “transition récréative” (Corneloup, 2022). Ces espaces fragiles écologiquement sont en effet réputés pour leur fréquentation pour la pratique sportive de pleine nature que les traces numériques permettraient d'évaluer de manière objectivée, tant en termes de quantification que de répartition spatiale et temporelle (Davoine & Garat, 2022).

Les usages du numérique ont ainsi fortement transformé la fréquentation, notamment par les pratiques récréatives, de la montagne (Mao, Obin, 2018). Les pratiquants ont recours au suivi de traces préexistantes, à la prise d’informations en temps réel sur les conditions météorologiques, au partage et au commentaire des expériences en direct ou encore au monitoring de la performance. Ce faisant, ils produisent un très grand volume de données, la plupart du temps géolocalisées et ils ont généré de nouveaux besoins en termes de matériel, de connectivité ou encore de régulation des pratiques. Quels qu’en soient les modes d’interprétation et d’analyse, l’ensemble des faits sociaux ancrés en montagne, y compris les loisirs sportifs, sont concernés. Ainsi, le recours à des dispositifs numériques, la plupart du temps connectés, permet ainsi la production d’informations géographiques volontaires, ou involontaires (Santoni, 2022), qui prennent de plus en plus de place dans les processus décisionnels des gestionnaires d’espaces ou des collectivités territoriales.

Cette proposition s’articule autour d’une problématique principale - quels sont les apports heuristiques de la transition numérique dans l’observation de la fréquentation des espaces de montagne ? – déclinée en trois grands axes complémentaires – thématique, méthodologique, éthique - dans lesquels les auteurs veilleront à inscrire leurs contributions :

1. Transition numérique dans la fréquentation et la gestion de la montagne et ses enjeux

Le rôle du numérique dans la multiplication des modalités de fréquentation de la montagne et l’élargissement des publics ; son intégration à la diversification des pratiques touristiques en montagne ; ses impacts sur les territoires et/ou les milieux naturels dans lesquels les pratiques récréatives prennent place et qui appellent un besoin d’objectivation ; les nouveaux usages, ou l’adaptation et la virtualisation d’usages plus anciens dans la fréquentation de la montagne, récréative ou non (médiation environnementale, valorisation patrimoniale, etc) ; l’intégration des traces numériques aux outils d’aide à la décision, aux procédures de gestion des risques, mises en place par les acteurs territoriaux soucieux d’une gestion maîtrisée des espaces naturels en montagne (traitement des conflits d’usage, surfréquentation et réglementation des accès, préservation d’une qualité environnementale, développement de l’attractivité touristique ou territoriale, etc.) ;

2. Les implications méthodologiques des enjeux techniques et réflexifs

La mobilisation des données de masse, si elle est prometteuse en termes de quantité et d’intérêt des informations collectées, est encore expérimentale et nécessite des cadrages méthodologiques, mais aussi heuristiques. D’un point de vue stratégique, les données sont souvent pré-traitées via des algorithmes, des « boîtes noires », propres à chaque plateforme avant d’être publiées ou partagées. Cette étape pose des questions initiales de confiance dans les données ou de représentativité du fait social dont elles sont les signes. D’un point de vue technique, les contributions peuvent aussi aborder le développement et l’adaptation des outils émergents aux spécificités des différentes plateformes lors de la phase de collecte. Les méthodes restent largement à consolider et l’utilisation ou l’interprétation de ces données une fois collectées peuvent faire l’objet de contributions. Les jeux de données ainsi produits revêtent encore un caractère inédit par leur volume, leurs natures complexes et hétérogènes et constituent des sujets à explorer (tracés GPS, données ponctuelles, données textuelles, quantitatives et qualitatives, temporelles, etc.). Un des enjeux repose ici sur la capacité à intégrer cette complexité dans un modèle interprétatif cohérent restant à définir ;

3. Les implications méthodologiques des enjeux éthiques et juridiques

L’utilisation des données géonumériques soulève des questions d’ordre éthique et réglementaire au temps du RGPD. Les conditions d’utilisation des sites Internet qui recueillent et diffusent, sous différentes formes, ces données contribuent à les rendre publiques, mais cela ne signifie pas pour autant que d’autres puissent les stocker, les utiliser de leur propre initiative et en utilisant leur propre moyen. De facto, cela va à l’encontre du droit d’accès, de modification des données personnelles et du droit à l’oubli garantis par le RGPD. Pour autant, ces informations ne font pas l’objet d’une diffusion en dehors des règles de l’anonymat statistique auxquelles la recherche est rompue. Une des pratiques courantes, lors de l’utilisation de ces jeux de données volumineux, consiste ainsi à ne conserver que des informations anonymisées ou “pseudonymisées”. Quelles sont les conséquences de ces contraintes sur l’exercice scientifique ? Quelles sont les limites interprétatives en l’absence de variables sociodémographiques ? Quelles possibilités de description de pratiques et d’association de pratiques récurrentes en l’absence de caractérisation individualisée ?

Les éditeurs de ce numéro seront particulièrement attentifs à la soumission d’articles par des auteur·es de disciplines différentes, notamment au croisement des sciences sociales, de l’écologie et des systèmes d’information

Calendrier

Les articles proposés doivent respecter les objectifs scientifiques de la revue, les principes d’édition et les consignes de présentation. Les indications aux auteurs sont à consulter sur le site de la revue https://journals.openedition.org/rga/10501

Conformément au fonctionnement de la revue, chaque contribution sera relue et évaluée anonymement par deux experts.

Les propositions d’articles de 7000 signes (espaces compris) maximum sont à envoyer en français (auteurs francophones) ou en anglais (auteurs d’autres langues) pour le 15 janvier 2023. Ce résumé comportera les points suivants : une dizaine de références bibliographiques, titre, affiliation des auteur·es, présentation succincte du contexte et de l’objectif de l’article, du champ théorique, du terrain, de la méthode précisant la composition du corpus de données, et des principaux résultats en cas de contribution empirique, du champ théorique et de l’argumentation en cas de contribution théorique. Le choix des articles retenus sera communiqué le 31 janvier 2023.

Les résumés sont à envoyer à Marc Langenbach (marc.langenbach@univ-grenoble-alpes.fr), ainsi qu’à Dominique Baud dominique.baud@univ-grenoble-alpes.fr et Olivier Vallade (olivier.vallade@msh-alpes.fr) pour la RGA.

Les articles complets seront attendus pour le 31 mars 2023. L’article doit être soumis dans une des langues de la revue : langues alpines – français, italien, allemand –, espagnol ou anglais. L’auteur doit au préalable prévoir la traduction dans la seconde langue après expertise. L’une des deux versions doit être en anglais. Si l’article est proposé en anglais au départ, la traduction doit être faite en français. La publication est prévue en décembre 2023.

Bibliographie indicative

Bonnell B., 2010, Viva la Robolution ! Une nouvelle étape pour l’humanité. Éditions Jean-Claude Lattès.

Corneloup J., 2022, L’utopie transmoderne, Presses Universitaires de Rouen, Rouen, 230 pages

Davoine P.-A., Garat Ph., 2022, Analyser les pratiques de la randonnée à ski par les données géographiques issues des médias sociaux : l’exemple du forum Skitour à l’échelle du massif des Écrins, Présentation dans le cadre du séminaire “Informations Géographiques Volontaires : entre traces et documentation des usages dans le tourisme sportif de montagne”, PACTE/EDYTEM – Bourget du Lac, 16 mai 2022

Doueihi M., 2011, Pour un humanisme numérique. Le Seuil.

Ibekwe-Sanjuan F., 2012 La Science de l’information : origines, théories et paradigmes. Lavoisier.

Le Breton A., Bailleul H., Le Corf J.G., Mericskay B., 2022, La gouvernance des données urbaines entre territoire de projets et projet de territoire. L’exemple de Rennes Métropole, Flux, n°127, pp 65-84

Lipkin J., 2006, Révolution numérique : Une nouvelle photographie. Ed. de la Martinière.

Mao P., Obin O., 2018, La transition numérique des sports de nature, vers des sportsnature 3.1, Revue Nature et Récréation, n°6, pp. 13-25

Marcuse H., 2007, Le problème du changement social dans la société technologique. Ed. Homnisphères.

Mericskay B., 2021, La géovisualisation de données massives sur le Web : entre avancées technologiques et évolutions cartographiques », Mappemonde, 131

Noucher M., 2020, The place names of French Guiana in the face of the geoweb: between data sovereignty, indigenous knowledge, and cartographic deregulation, Cartographica. The International Journal for Geographic Information and Geovisualization, University of Toronto Press, vol. 55/1, 2020, pp. 15-28.

Mondo M., Noucher M., Le Campion G., Vacher L., Vye D.D., Critical approach of digital footprints to study spatial practices of urban tourist areas: a case study of Instagram data in Biarritz (France). G. Passerini; S. Ricci. The Sustainable City XIV, 249, WITPress, pp.319-333, 2020, WIT Transactions on Ecology and the Environment, 978-1-78466-413-8.

Rupf R., Staüble A, 2018, Monitoring methods of winter backcountry recreation in a wildlife sanctuary, 9th International Conference on Monitoring and Management of Visitors in Recreational and Protected Areas, Bordeaux, France, 29-31 August 2019

Santoni V., 2022, Territoire 2.0 et information géographique involontaire : gestion des crises et réseaux sociaux numériques. Annales de géographie, 743, 72-94.

Sciadas G., 2006, La vie à l’ère numérique, Division des sciences, de l’innovation et de l’information électronique (DSIIE). R.H. Coats, Ottawa, 14, 5-25.

  • Logo UGA Édtions
  • Logo Labex ITTEM
  • Logo ISCAR
  • Logo INRAE
  • Logo Institut de géographie alpine
  • Logo Pacte
  • Logo MSH-Alpes
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search