Navigation – Plan du site

AccueilDossiers110-2L’agro-écologie en Montagne limou...

L’agro-écologie en Montagne limousine : une production alimentaire plus diversifiée et relocalisée, au service de l’emploi et de la préservation des espaces semi-naturels

Nathan Morsel et Nadège Garambois
Traduction(s) :
Agroecology in the Limousin Mountains: Relocating and Diversifying Food Production to Encourage Employment and Conserve Semi-Natural Spaces [en]

Résumés

Caractérisée dans les années 1950 par une agriculture de polyculture polyélevage, tournée avant tout vers la consommation locale, la Montagne limousine s’est depuis spécialisée dans l’élevage bovin naisseur pour la production de broutards destinés à l’exportation, rompant presque tout lien entre agriculture et système alimentaire local. La recherche d’accroissement de la productivité physique du travail a parallèlement conduit à l’abandon massif des écosystèmes pastoraux de la Montagne — les landes et les tourbières. Depuis près de 10 ans et à rebours de ces dynamiques, un petit groupe d’éleveurs a développé des systèmes agro-écologiques, mettant au centre de l’alimentation de leurs troupeaux le pâturage des végétations spontanées de la Montagne limousine. Répondant aux enjeux des transitions agro-écologique et alimentaire, ces systèmes agro-écologiques pâtissent pourtant des standards des filières habituelles, inadaptés à leurs produits, ce qui a conduit ces éleveurs à se tourner vers les circuits courts et des débouchés plus locaux. Ces derniers présentent néanmoins leurs limites, et invitent à une collaboration plus étroite entre éleveurs et bouchers, et à une réflexion sur les enjeux d’équité alimentaire dans les zones rurales en déprise comme la Montagne limousine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La transition alimentaire dans les Nords est aujourd’hui envisagée de façon croissante en faveur d’une alimentation durable, s’efforçant de concilier qualité nutritionnelle, équité d’accès, et préservation des écosystèmes (Rastoin, 2018). De ce fait, elle apparaît de plus en plus conçue en étroite articulation avec la transition agro-écologique des processus productifs agricoles. Ainsi, la définition même de certains concepts clés d’analyse de cette transition alimentaire, comme celui de système alimentaire territorialisé, intègre dans sa définition le recours aux principes de l’agro-écologie (Rastoin, 2016). Parallèlement, les travaux sur l’agroécologie, qui mettent en avant l’importance des processus et fonctionnalités biologiques des agro-écosystèmes pour réduire le recours aux intrants de synthèse (Altieri, 1986), tendent à élargir l’analyse à l’ensemble du système alimentaire pour dépasser celle des seules pratiques agricoles (Francis et al., 2013 ; Wezel et al., 2016). Le déploiement conjoint de ces deux transitions peut se heurter à la structuration des filières agricoles et au fonctionnement des systèmes de production agricole, caractérisés par de lourds investissements et donc par une certaine inertie (AAF, 2019). De même, une production issue de systèmes agro-écologiques peut ne pas être conforme aux attentes des filières, conduisant les agriculteurs qui les mettent en place à chercher de nouveaux débouchés. Une transformation du système alimentaire, défini par « la manière dont les hommes s’organisent, dans l’espace et dans le temps, pour obtenir et consommer leur nourriture » (Malassis, 1994), peut alors s’avérer déterminante pour les favoriser.

2Ces voies de transition s’inscrivent en réponse aux limites du développement agricole qui prédomine depuis les années 1950 dans les Nords, marqué par une spécialisation inter- et intra-régionale et un accroissement de la productivité du travail sans précédent, reposant sur le recours accru aux intrants de synthèse et à des équipements moto-mécanisés dont la capacité n’a cessé de croître (Mazoyer et Roudart, 1997 ; Devienne, 2019). Les zones de montagne, souvent déjà tournées vers l’élevage de ruminants, ont achevé cette spécialisation et ont vu disparaître les systèmes de polyculture-polyélevage qui prévalaient jusqu’alors. Moins propices à la mise en place de cette révolution technique et à l’accroissement de la production, certaines régions de montagne ont pu compter sur des productions certifiées à haute valeur ajoutée (productions laitières et fromagères) (Martin et al., 2014), souvent associées à un développement notable du tourisme (Mollard et Pecqueur, 2007). Ces deux facteurs ont contribué au maintien d’emplois agricoles et d’un tissu rural assez dense, permettant de ralentir les phénomènes de déprise et de fermeture des paysages, même si ces productions de qualité n’alimentent souvent que marginalement les systèmes alimentaires locaux. Pour d’autres régions de montagne en revanche, la spécialisation dans des productions animales comparativement à faible valeur ajoutée s’est traduite d’un recul massif des emplois agricoles, tandis que des pans entiers de ces écosystèmes pouvaient connaître déprise ou boisement. En effet, simultanément à ce mouvement, l’évolution de la conduite des élevages s’est traduite, dans ces régions de montagne, d’une sous-utilisation croissante voire de l’abandon d’une partie des surfaces pastorales, pour centrer plus largement l’alimentation des troupeaux sur les espaces moto-mécanisables et sur les fourrages distribués (Hubert et al., 2010 ; Aubron et al., 2019 ; Garambois et al., 2020). Dans ces territoires, le déclin de la diversité des productions alimentaires s’est ainsi doublé d’un exode rural massif et de profondes transformations paysagères, qui invitent à analyser le rôle conjoint que les transitions alimentaire et agro-écologique peuvent jouer en termes de développement rural.

3La Montagne limousine (fig. 1) est particulièrement emblématique en la matière. Cette petite région du nord du Massif central s’est progressivement spécialisée en élevage bovin naisseur dont les productions à faible valeur ajoutée destinées aux circuits longs sont majoritairement exportées vers l’Italie. Elle a connu parallèlement un exode rural massif, ainsi qu’un fort développement des plantations de résineux, composant la majeure partie des forêts qui occupent aujourd’hui plus de la moitié des surfaces de la Montagne. Or, depuis une dizaine d’années et à rebours de ce développement prédominant, un petit groupe d’éleveurs a progressivement mis en place des systèmes de production agro-écologiques qui mobilisent beaucoup plus largement les surfaces pastorales et s’inscrivent dans d’autres circuits de commercialisation aux débouchés moins lointains. Cet article vise donc à étudier l’impact de ces systèmes agro-écologiques de moyenne montagne sur les dynamiques agraires locales et leur lien aux systèmes alimentaires locaux, à comprendre le rôle central que peut jouer la consommation locale dans leur fonctionnement et leur pérennité, mais aussi ses limites pour envisager leur déploiement plus large.

Figure 1 : Localisation de la région d’étude

Figure 1 : Localisation de la région d’étude

Source fond de carte : Géoportail et APML ; réalisation : auteurs

  • 1 Cette thèse de doctorat bénéficie du soutien financier de la Fondation de France.
  • 2 Ce travail de terrain a mobilisé la méthodologie du diagnostic agraire pour laquelle nous renvoyons (...)
  • 3 Par système de production agricole, on entend ici un ensemble d’exploitations ayant accès aux mêmes (...)

4Menée dans le cadre d’une thèse de doctorat1, cette recherche s’inscrit dans une démarche d’Agriculture comparée (Cochet et al., 2007 ; Cochet, 2011), discipline au carrefour de l’agroéconomie et de la géographie rurale. L’échelle d’analyse privilégiée ici est celle de la petite région agricole, particulièrement adaptée pour mesurer les effets de l’évolution des logiques de production agricole sur le système alimentaire local et l’impact de la mise en place de systèmes agro-écologiques sur ce dernier. Sur la base d’un échantillon raisonné, quarante entretiens historiques et soixante enquêtes technico-économiques ont été conduits en 2020 et 2021 auprès d’agriculteurs de la Montagne limousine2, complétés d’entretiens auprès d’acteurs du développement local. Ils ont permis de reconstituer les évolutions de ce système agraire et des connexions entre production agricole et système alimentaire local, et d’étudier et de comparer les logiques de fonctionnement, les résultats économiques et l’insertion dans le système alimentaire des différents systèmes de production agricoles3 actuels.

5Dans une première partie, sont présentés les mécanismes ayant conduit à la forte spécialisation de la Montagne limousine et à sa déconnexion des systèmes alimentaires locaux, pour mieux éclairer dans une seconde partie le développement à contre-courant dans la région de systèmes agro-écologiques et ses effets en termes de durabilité, avant d’envisager dans un troisième temps la reconfiguration induite du système alimentaire.

La Montagne limousine : d’un système agro-pastoral centré sur la consommation locale, à une spécialisation dans l’élevage bovin naisseur en circuits longs

Le système agraire avant 1950 : une agriculture diversifiée aux débouchés locaux

6Jusque dans les années 1950, les agriculteurs de la Montagne limousine pratiquaient une agriculture diversifiée, associant élevage bovin (production de veau sous la mère et de fromage, traction attelée), élevage ovin allaitant et élevage porcin, avec des cultures de céréales et de légumes fourragers qui permettaient d’engraisser sur place la plupart des animaux, abattus et vendus dans les bourgs environnants ou sur les foires communales. Les troupeaux de ruminants dépendaient étroitement du pâturage des landes à callune et des tourbières qui représentaient alors jusqu’à 70 % des surfaces, contre à peine 15 % pour la forêt (Larrère, 1978). Ils participaient à leur entretien et au maintien de paysages ouverts dans cette région très peu dotée en terres labourables. Ces produits agricoles variés étaient alors dédiés à l’autoconsommation des ménages agricoles et, par la vente, à la couverture de la demande locale (fig. 2), notamment grâce au dynamisme des foires limousines (Bognon et Marty, 2015). 

Une spécialisation de la Montagne, centrée de façon croissante sur l’élevage bovin naisseur, pour des débouchés de plus en plus lointains

7Depuis, la Montagne limousine a connu de profondes mutations agricoles et paysagères. Peu compétitif au regard de celui de l’Ouest français en plein essor, l’élevage porcin disparaît dès les années 1960. L’élevage ovin allaitant en revanche se développe dans les années 1970 pour la production d’agneaux désormais engraissés en bergerie. Plus gourmand en travail que l’élevage bovin naisseur et soumis à l’évolution défavorable des cours de la viande ovine, il décline néanmoins à partir du milieu des années 1980, malgré la création de labels de qualité. Production devenue majoritaire, l’élevage bovin connaît d’importantes mutations à partir des années 1970, notamment le remplacement progressif du veau sous la mère par le broutard (veau vendu maigre à 8-10 mois), moins exigeant en travail, et à l’époque autant voire mieux payé. Ce produit majoritairement destiné à l’export vers l’Italie ne transite plus par des foires en Limousin, mais s’est inséré dans les filières longues portées par des coopératives et l’industrie de la viande (Bognon et Marty, 2015).  

8La spécialisation bovine, l’accroissement de la taille des troupeaux et celui du poids des animaux dû à la sélection génétique adoptée, ont conduit à une simplification des pratiques de pâturage et à l’abandon de nombreuses zones de landes et tourbières, qui se ferment du fait de l’absence d’entretien et perdent ainsi une partie de leurs fonctions écologiques et paysagères. Une part importante des surfaces abandonnées ont été plantées, formant la majeure partie des forêts qui occupent aujourd’hui plus de la moitié de la surface de la Montagne limousine. Les éleveurs achètent désormais hors de la région toute la paille pour la litière et les concentrés pour alimenter les vaches, tout comme les intrants de synthèse dont l’usage a fortement progressé pour la fumure des prairies et des rares cultures céréalières.

Une profonde déprise rurale et une agriculture déconnectée de la consommation locale

9L’évolution défavorable du prix des broutards au regard de ceux des intrants et équipements, moyens de production auxquels parallèlement les agriculteurs ont eu de plus en plus largement recours, s’est traduite par un accroissement continu de la taille des exploitations et du nombre d’animaux élevés par actif, mais aussi par l’arrêt progressif de toutes les exploitations n’ayant pas les moyens de réaliser ces transformations. En 70 ans, nos enquêtes montrent que la productivité du travail a fortement progressé, tandis que le nombre d’exploitations était réduit par dix, avec une baisse plus forte encore du nombre d’emplois agricoles. La forêt, qui a pu être à une époque une source de revenus pour les agriculteurs (mise en place et entretien des plantations, récolte de cèpes dans les jeunes plantations d’épicéas…) a une exploitation aujourd’hui très largement moto-mécanisée (Palluet, 2019). Les évolutions du secteur agricole comme forestier contribuent ainsi à expliquer une densité de population inférieure à 10 habitants au km², qui restreint d’autant les débouchés locaux (fig. 3).

10Reposant aujourd’hui très largement sur l’export de broutards, production peu intensive en travail et à faible valeur ajoutée qui ne bénéficie d’aucun signe de reconnaissance de qualité, la Montagne limousine est ainsi réduite à n’être qu’un maillon d’une filière bovine supranationale soumise à la demande italienne, largement déconnectée des systèmes alimentaires locaux. Cette spécialisation dans l’export d’animaux vifs a contribué à accélérer la fermeture des abattoirs locaux : après celui de Guéret en 2006 (le dernier de Creuse), celui d’Eymoutiers a fermé en 2007. Le plus proche est aujourd’hui celui d’Ussel, situé à 50 km de la Montagne, mais où les infrastructures pour la découpe restent limitées pour les éleveurs souhaitant développer la vente directe. Seules quelques vaches de réforme sont engraissées, abattues à Ussel et écoulées dans les dernières boucheries indépendantes locales et quelques supermarchés des pourtours de la Montagne.

Figure 2 : Système agraire de la Montagne limousine à la fin de la Seconde Guerre mondiale

Figure 2 : Système agraire de la Montagne limousine à la fin de la Seconde Guerre mondiale

Figure 3 : Système agraire actuel dominant de la Montagne limousine

Figure 3 : Système agraire actuel dominant de la Montagne limousine

11À rebours de ces transformations profondes, un redéploiement pastoral est pourtant en cours depuis une dizaine d’années sur la Montagne limousine, mené par des éleveurs, surtout d’ovins allaitants (mais parfois aussi de petits ruminants laitiers). Installés pour la plupart depuis moins de 10 ans sur des exploitations en bordure de la Montagne et limitées en foncier moto-mécanisable, ils se sont structurés en une association, l’Association pour le pastoralisme sur la Montagne limousine (APML). Souhaitant limiter le recours aux intrants et à la moto-mécanisation, ils ont fait le choix de développer des systèmes reposant sur les principes de l’agro-écologie, avec à la clé des effets économiques et sociaux majeurs.

L’émergence de systèmes agroécologiques en Montagne limousine

Une autre logique productive, basée sur la valorisation des ressources pastorales locales

12Au sein de ces systèmes agro-écologiques, l’alimentation des troupeaux est ici basée autant que possible sur les surfaces pastorales de la Montagne limousine, afin de diminuer les besoins en fourrages stockés, les achats d’aliments concentrés et, par la même, ceux d’engrais, amendements, semences et équipements. La plupart des éleveurs ovins allaitants à la tête de ces systèmes engraissent ainsi leurs agneaux sur la base des seules ressources pâturées. Ces éleveurs s’appuient pour cela sur la diversité des écosystèmes présents, notamment sur les différences de saisonnalité de la pousse et sur la capacité des plantes à conserver leur valeur alimentaire dans le temps (report sur pied), en vue d’un pâturage en dehors de la pleine période de pousse. L’utilisation complémentaire des milieux leur permet de faire pâturer leurs troupeaux parfois tout au long de l’année, en alternant selon les saisons prairies permanentes, landes à callune, tourbières et sous-bois des plantations de résineux.

13Cette logique induit un bouleversement systémique de la conduite du troupeau : modération des objectifs de prolificité, de rendement laitier et de rythme de croît des animaux ; choix d’animaux plus aptes à valoriser des ressources ligneuses et de races plus rustiques ; adaptation des cycles de (re-)production des animaux à la saisonnalité des ressources au pâturage. Elle suppose l’apprentissage de nouveaux savoir-faire et une profonde évolution de la conduite quotidienne des animaux. En effet, en dehors des prairies permanentes, clôturées, la conduite à la garde joue un rôle central pour mener les troupeaux sur ces espaces semi-naturels.

Une pratique de la transhumance estivale inédite dans la région

14Du fait de la richesse de la région en landes et tourbières, on trouve aujourd’hui sur la Montagne limousine sept Zones spéciales de conservation (ZSC) et une Zone de protection spéciale (ZPS), regroupées au sein du réseau Natura 2000, et dont l’animation est assurée par le Parc naturel régional (PNR) de Millevaches et le Conservatoire des espaces naturels (CEN) en Limousin (aujourd’hui Nouvelle-Aquitaine). Ce dernier a initié à la fin des années 1990 un mouvement de restauration et d’entretien des végétations pastorales sur la Montagne limousine, grâce à l’achat ou à la prise en gestion de parcelles de landes et de tourbières, avec l’objectif de les clôturer et de les louer à des éleveurs pour qu’ils entretiennent par le pâturage ces espaces abandonnés parfois depuis plusieurs décennies. Face à la difficulté de clôturer de nombreux sites (trop éclatés, trop humides…), une partie de ce foncier a été, depuis la fin des années 2000, loué à des éleveurs membres de l’APML qui regroupent là leurs troupeaux ovins en été, sous la garde d’un berger. L’animation de la ZPS par le PNR Millevaches a également facilité le travail de prospection de foncier à l’abandon, l’animateur en charge du dossier ayant dans ses attributions une mission de soutien au « pâturage itinérant ».

15Huit estives ont ainsi été créées sur des zones de landes et de tourbières pour des ovins allaitants et de petits ruminants laitiers gardés par des bergers et bergères salarié·e·s. Ces derniers sont embauchés par des groupements pastoraux (GP) en élevage ovin allaitant, par les éleveurs individuellement en élevage laitier. Ces démarches ont été soutenues financièrement au départ sur la seule base de Mesures agri-environnementales et climatiques (MAEC), récemment complétées d’aides régionales de soutien au gardiennage (initialement créées pour le Pays basque, la Montagne limousine en bénéficie depuis la fusion des régions en 2016). Tout en contribuant à entretenir ces milieux, cette transhumance estivale permet aux éleveurs de l’APML d’accroître leurs ressources disponibles au pâturage en été, dans un contexte où les sécheresses estivales semblent se renforcer depuis quelques années.

Photos 1 et 2 : Troupeau collectif du Groupement pastoral des Mille Sonnailles, pâturant landes et tourbières aux sources la Vézère (gauche) et en sous-bois de futaie régulière de résineux aux sources de la Vienne (droite)

Photos 1 et 2 : Troupeau collectif du Groupement pastoral des Mille Sonnailles, pâturant landes et tourbières aux sources la Vézère (gauche) et en sous-bois de futaie régulière de résineux aux sources de la Vienne (droite)

Crédits photo : auteurs

Des systèmes plus pastoraux au service de la création de richesse et d’emplois en Montagne limousine

16Le tableau 1 présente les principales caractéristiques de deux des principaux systèmes de production bovins allaitants de la Montagne limousine, ainsi que deux des systèmes agro-écologiques développés à leur marge, tous identifiés et caractérisés grâce à nos enquêtes.

Tableau 1 : Sélection illustrative des systèmes de production identifiés sur la Montagne limousine

Tableau 1 : Sélection illustrative des systèmes de production identifiés sur la Montagne limousine

source : enquêtes

  • 4 La valeur ajoutée nette correspond à la valeur des productions (produit brut), à laquelle sont sous (...)

17Au plan économique, nos résultats montrent que cette logique agro-écologique se traduit d’une forte réduction de la plupart des postes de dépenses (achats d’intrants, d’aliments du bétail, frais d’équipement…), qui vise à renforcer la création de richesse, plutôt qu’à continuer d’accroître les volumes produits, c’est-à-dire à privilégier un accroissement de la productivité économique plutôt que physique du travail. La figure 4 présente la comparaison avec les systèmes bovins allaitant naisseurs qui prédominent sur la Montagne limousine. Si la production par actif est deux à trois fois moindres en système agro-écologique, la valeur ajoutée nette4 par actif est deux à trois fois supérieure (alors qu’elle peut être négative pour une partie des exploitations en élevage bovin allaitant naisseur). Ces exploitations en système agro-écologique parviennent ainsi à conserver un revenu agricole par actif, avant versement des subventions, qui demeure positif (contrairement aux systèmes bovins naisseurs). Si leur revenu total (subventions incluses) est plus faible par actif, c’est donc parce qu’elles reçoivent des soutiens par emploi agricole bien moins élevés : inférieurs de 40 à 60 % pour le système ovin allaitant, et de cinq à sept fois plus faible pour le système ovin et caprin fromager.

  • 5 Le revenu agricole hors subventions équivaut à la valeur ajoutée nette, retranchée des coûts d'accè (...)

Figure 4 : Comparaison du produit brut, de la valeur ajoutée, du revenu agricole hors subventions5, des subventions et du revenu agricole (avec subventions) par actif familial

Figure 4 : Comparaison du produit brut, de la valeur ajoutée, du revenu agricole hors subventions5, des subventions et du revenu agricole (avec subventions) par actif familial

réalisation : auteurs ; sources : enquêtes

18Ces écarts majeurs de soutien portent pour l’essentiel sur les aides du premier pilier, versées par hectare, dispositif en défaveur des exploitations qui s’efforcent de créer plus de richesse par hectare pour mobiliser moins de surface par actif, et tentent ainsi de préserver un plus grand nombre d’emplois agricoles. Pour autant, ces systèmes agro-écologiques qui reposent beaucoup plus largement sur la valorisation des surfaces pastorales ne sont pas davantage soutenus dans le cadre du second pilier, dont les aides sont aussi versées par hectare et qui demeurent donc favorables aux exploitations mobilisant de vastes surfaces par actif. L’Indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) est versée sans exigence forte sur la valorisation au pâturage des végétations. Les MAEC, censées accompagner les exploitations dans la transition agro-écologique, n’ont ici qu’un très rôle très limité. Ainsi, sur la douzaine de mesures proposées sur la Montagne limousine, une seule MAEC concentre plus de 80 % des financements et des surfaces primées sur la période 2015-2020. Or, son cahier des charges très peu contraignant permet à la totalité des exploitations d’y souscrire sans changer leurs pratiques.

19Si le recours accru au pastoralisme permet à ces systèmes agro-écologiques de maintenir davantage d’emplois dans la Montagne limousine, tout en valorisant des parties de l’écosystème sous-utilisées par les autres exploitations et en contribuant ainsi à l’entretien des milieux semi-naturels et des paysages dans la région, leur développement repose aussi sur d’autres débouchés. Ces derniers jouent un rôle central dans la pérennisation de ses pratiques, tout en présentant certaines limites.

La vente directe : indispensable à ces systèmes agro-écologiques, mais qui se heurte au manque de débouchés locaux

L’inadéquation aux standards des filières longues : le cas emblématique de l’agneau pastoral

  • 6 Carcasses classées selon la grille communautaire EUROP : d’une part pour sa conformation (développe (...)
  • 7 Données Ovins Berry Limousin (OBL), grille d’achats OBL viande agneau, brebis et béliers en 2021.

20Sur la Montagne limousine, les éleveurs ayant conservé un élevage ovin allaitant sur leurs exploitations, systématiquement associé à de l’élevage bovin, engraissent leurs agneaux intégralement en bergerie sur la base d’aliments concentrés achetés. Ils les vendent en coopérative (Lim Ovin ou Ovin Berry Limousin [OBL]), en Label Rouge Agneau Fermier de Pays d’Oc ou sous la marque privée Baronnet du Limousin. Ces derniers privilégient des agneaux jeunes : en Agneau Fermier de Pays d’Oc, les agneaux de plus de 5 mois sont refusés ; pour la marque Baronnet, des primes sont attribuées aux agneaux de moins de 6 mois. Les tarifs sont également plus élevés à deux périodes clés — Pâques et Noël. À cet âge d’abattage, les agneaux doivent atteindre un poids de 18 kg carcasse (pouvant varier entre 16 et 20 kg) et avoir des notes de conformation et d’état d’engraissement entre U3 et R2, le plus recherché étant U26, sous peine de voir le prix au kilo carcasse subir une lourde décote7. Ces agneaux sont abattus dans d’autres départements, Lim Ovin ayant ses propres infrastructures à Bellac (Haute-Vienne) et OBL des contrats dans le Cher, l’Indre et le Lot.

21Les agneaux pastoraux produits par les éleveurs en système agro-écologique ne correspondent pas à ces critères normés : ils sont de race Limousine (agneaux dont la conformation ne permet pas d’atteindre la note U, même lorsqu’ils sont engraissés en bergerie), ils sont rarement abattus avant 8 mois car leur alimentation plus pastorale suppose une plus longue durée d’engraissement, ils sont en général jugés moins bien conformés et présentent une couverture de gras insuffisante par rapport aux exigences des filières longues. Enfin, nés pour la plupart au printemps et présentant, du fait de leur mode d’engraissement au pâturage, une plus grande hétérogénéité dans leur croissance, leur abattage coïncide rarement avec Noël ou Pâques. Ainsi, la plupart des éleveurs en système agro-écologique ont dû renoncer à vendre leurs agneaux dans ces filières, où leurs animaux ont été refusés ou payés à un prix très bas. Indépendamment de leur mode d’élevage, les débouchés restent peu rémunérateurs pour les brebis de réforme et la laine, tout comme pour les chèvres de réforme et les chevreaux.

22Afin de parvenir à écouler leurs produits hors normes (agneaux) et d’obtenir un meilleur prix pour ceux dont les débouchés sont limités (femelles de réforme, laine, chevreaux), ces éleveurs en système agro-écologique ont progressivement développé, depuis leur installation au cours des dix dernières années, leurs propres débouchés en se tournant vers les circuits courts. Ces initiatives répondent à plusieurs évolutions majeures des modes de consommation : une demande pour une viande de meilleure qualité (Bonneau et al., 1996), dans la mesure où l’engraissement au pâturage permet d’avoir une viande plus riche en acides gras insaturés, en vitamines A et E, et en fer (Duru et al., 2017) ; la recherche par le consommateur de portions de viande plus réduites (Dockès et al., 2009) grâce à leurs animaux dans l’ensemble de plus petit gabarit. Pourtant, la mise en place de la vente directe sur la Montagne limousine connaît de nombreuses difficultés, du fait de son contexte sociogéographique.

Une diversité de circuits de commercialisation, mais des livraisons de plus en plus lointaines

23Le développement de ces circuits courts s’est avéré essentiel pour assurer la pérennité de ces systèmes agro-écologiques et l’extension de ces pratiques sur la Montagne limousine. Outre la vente en colis de pièces d’agneau et de viande de brebis transformée en merguez et pâtés, plusieurs éleveurs ovins ont également développé la transformation de la laine de brebis en produits feutrés (la laine de brebis limousine n’étant pas adapté à la production de fil) en travaillant avec des artisans locaux, notamment ceux basés à Felletin où a été créé il y a un peu plus de dix ans Lainamac, un centre de formation autour des métiers de la laine.

24Pour faire abattre et transformer leurs animaux, les éleveurs se heurtent néanmoins à l’absence de structure locale d’abattage : ils doivent faire abattre à Ussel ou Limoges, puis faire découper et transformer en Haute-Vienne ou en Creuse. Peu densément peuplée, la Montagne limousine offre par ailleurs des débouchés limités. Les éleveurs en système agro-écologique écoulent ainsi une partie de leur production localement (viande ovine, fromages fermiers) en vente directe, dans les rares épiceries associatives comme celle de Tarnac, ou auprès de certains restaurants du lac de Vassivière, mais la demande de la Montagne limousine ne peut tout absorber malgré un pic de fréquentation des marchés durant les congés estivaux grâce au tourisme. Créée en 2009, la marque « Parc » reste pour l’instant cantonnée au miel, petits fruits et cidre. Malgré un engagement en faveur des circuits courts de la part du PNR Millevaches avec du temps d’animation consacré à cette thématique, il n’existe pas encore aujourd’hui de Projet alimentaire territorial (PAT) couvrant l’ensemble de la région d’étude. Si un PAT existe à l’échelle du département de la Creuse, il ne semble pas avoir pour le moment donné de résultats concrets. Dans le cadre du programme « De Village En Sonnailles » animé par l’APML, en partie financé par le PNR Millevaches et le syndicat mixte du Lac de Vassivière, des sorties de découverte du pastoralisme pour le grand public permettent en revanche de mieux faire connaître la spécificité de ces systèmes et de leurs produits.

25Pour compenser la faible consommation locale, les éleveurs livrent donc dans un périmètre de 80 km autour de la Montagne limousine pour approvisionner les magasins de producteurs ou de produits locaux dans les principales villes du Limousin (Tulle, Limoges et Brive). Certains éleveurs s’engagent dans des livraisons vers des villes plus lointaines, comme Paris, Toulouse et Lyon, avec à la clé des trajets de plus en plus longs et des investissements supplémentaires (caisson frigorifique…). Le dispositif Chronofresh permet alors de livrer des clients éloignés sans faire le déplacement, à condition que cette clientèle ait été fidélisée au préalable et ait les moyens de payer ce service supplémentaire.

De la nécessité de réarticuler le monde de l’élevage et de la boucherie

  • 8 Ratio du poids de viande sur le poids carcasse.

26Mais la demande locale limitée n’explique pas à elle seule que ces éleveurs en système agro-écologique se tournent vers des débouchés extrarégionaux. Nos travaux montrent également qu’ils travaillent peu avec des bouchers, dont les attentes sont globalement similaires à celles des coopératives quant au poids, à l’âge, à l’état d’engraissement et à la conformation des animaux, pour pouvoir proposer à leur clientèle des pièces de viande standardisées (Morsel, 2019). Les bouchers demandent également une régularité d’approvisionnement et un rendement carcasse8 stable d’un agneau à l’autre, très difficiles à atteindre avec une alimentation plus pastorale et avec des races rustiques. Le monde de l’élevage reste d’ailleurs largement méconnu des bouchers : les enseignements sur ce secteur n’occupent qu’une semaine sur les quatre années de formation à la boucherie, avec une unique visite de terrain. Au début des années 2000, l’UPRA Limousine avait tenté de mettre en place une marque « Agneau du Plateau de Millevaches », ne labellisant que des agneaux de la race Limousine afin de promouvoir la race locale et de mieux valoriser les agneaux. Faute de soutien de la part des bouchers locaux, qui préféraient s’approvisionner en agneaux mieux conformés en Haute-Vienne, la marque fut dissoute il y a quelques années, mais montre l’importance d’une réarticulation entre ces deux corps de métiers.

27Afin d’essayer de renouer le lien entre les éleveurs et les bouchers, l’APML a initié en 2019 une collaboration avec l’un des formateurs en boucherie du Centre de Formations d’Apprentis (CFA) de Tulle : les étudiants découvrent les viandes issues de systèmes plus pastoraux dans le cadre de séances de découpe et de dégustation comparée, auxquelles participent également les éleveurs, et sont allés visiter plusieurs estives (photos 3 et 4). Une autre solution envisagée est la relocalisation de l’abattage et la reprise en main de la découpe par les éleveurs, aujourd’hui porté par le projet du Pôle Viande de Bourganeuf en Creuse, initié par un groupe d’éleveurs souhaitant développer de la vente directe, auquel prend part la plupart des éleveurs de l’APML. Le Pôle viande comprend une petite chaîne d’abattage (capacité de 10 vaches par semaine), des salles de découpe et de transformation et devrait également servir de relais pour la commercialisation des produits carnés sous la marque « Viandes Paysannes », notamment auprès des collectivités. Si les parties découpe et transformation du « Pôle » sont aujourd’hui opérationnelles, la chaîne d’abattage n’est à ce jour toujours pas en activité, du fait de retards de livraisons de matériel et donc d’homologation. Fragilisé dans son équilibre économique, le Pôle Viande, initialement structuré en Société par actions simplifiées (SAS) et propriété des éleveurs, a été repris en janvier 2022 par la société « C’est qui le patron ».

Photos 3 et 4 : Découpe et dégustations comparées (gauche) et visite d’estive sur la Montagne (droite) rassemblant éleveurs et apprentis bouchers

Photos 3 et 4 : Découpe et dégustations comparées (gauche) et visite d’estive sur la Montagne (droite) rassemblant éleveurs et apprentis bouchers

crédits photo : auteurs

28L’ensemble de ces débouchés laisse entrevoir la possibilité d’une reconnexion plus large des systèmes de production agricoles de la Montagne limousine avec son système alimentaire local (figure 5). L’offre alimentaire locale reste néanmoins très centrée sur l’élevage, avec notamment un important déficit en fruits et légumes du fait de la quasi-absence de maraîchers.

Figure 5 : Quels impacts des systèmes agro-pastoraux agro-écologiques sur le système agraire de la Montagne limousine ?

Figure 5 : Quels impacts des systèmes agro-pastoraux agro-écologiques sur le système agraire de la Montagne limousine ?

Conclusion

29Les systèmes agro-pastoraux agro-écologiques de la Montagne limousine permettent aux éleveurs qui les mettent en place de diminuer très largement leur dépendance aux intrants et aux équipements, tout en valorisant les ressources pastorales du territoire, largement abandonnées au cours des dernières décennies. L’adaptation systémique des logiques de production aux conditions pédoclimatiques de cette petite région permet à ces éleveurs de répondre aux enjeux de la transition agro-écologique et de contribuer plus largement à la création de richesse et d’emplois agricoles dans la région, malgré de plus faibles soutiens reçus dans le cadre de la politique agricole à l’exception des aides au pastoralisme facilitant l’embauche des bergers salariés. Les produits agricoles issus de ces exploitations diffèrent en revanche fortement des standards des coopératives et des bouchers ainsi que des cahiers des charges des labels et marques locales qui leur sont associés. Ces éleveurs se sont donc tournés vers d’autres débouchés, en circuits courts, pour vendre leurs produits, mais se heurtent à l’étroitesse des débouchés locaux. En l’absence de mesures de politiques alimentaires fortes dans la région et de collaborations plus étroites avec certains opérateurs locaux clés comme les bouchers, ces éleveurs s’inscrivent pour le moment dans des débouchés citadins plus lointains. Ce phénomène met en relief des enjeux d’équité alimentaire, mais aussi d’extension des débouchés locaux pour amorcer une transition alimentaire permettant d’amplifier la transition agro-écologique initiée dans cette région.

Haut de page

Bibliographie

Académie d’agriculture de France (AAF), 2019.– « Transition alimentaire : pour une politique nationale et européenne de l’alimentation durable orientée vers les consommateurs, les filières et les territoires », Travaux du groupe « Transition alimentaire, filières et territoires » (TAFT) démarrés le 14 novembre 2017 et achevés en septembre 2019.

Agreste, 2020.– « Consommation alimentaire — En France, la consommation de viande se modifie fortement entre 1960 et 2018 », Primeur, juin 2020, no 4.

Altieri M.A., 1986.– L’agroécologie. Bases scientifiques d’une agriculture alternative, Éditions Debard.

Aubron C., Latrille M., Lhoste V., 2019.– « Dynamiques agraires dans les Causses et Cévennes. Limites d’un développement centré sur l’accroissement de la productivité physique du travail et émergence d’alternatives », dans Aubron C., Garambois N. et Nozières Petit M.-O. (dir.) L’économie des régions agro-pastorales revisitée, Pastum hors-série, Association française de pastoralisme et Cardère éditeur, p. 19-42.

Bognon S., Marty P., 2015.– « La question alimentaire dans l’action publique locale. Analyse croisée des trajectoires municipales de Paris et de Brive-la-Gaillarde », Vertigo, vol. 15, no 2.

Bonneau M., Touraille C., Pardon P., Lebas F., Fauconneau B., Remignon H., 1996.– « Amélioration de la qualité des carcasses et des viandes », dans Grosclaude F., Geay Y., Farce M.H. (dir), « 50 ans de recherches en productions animales » (numéro Hors-série), INRAE Productions Animales, p. 95-110.

Bouet G., Balabanian O., 1986.– « La forêt : une chance pour le milieu rural limousin ? », dans Norois, no 130, p. 249-256.

Conseil Économique Social et Environnemental, 2016.– « La transition agroécologique : défis et enjeux », Avis du Conseil économique, social et environnemental sur le rapport présenté par Mme Cécile Claveirole, rapporteure au nom de la section de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation.

Cochet H., Devienne S., 2006.– « Fonctionnement et performances économiques des systèmes de production agricole : une démarche à l’échelle régionale », Cahiers Agricultures, vol. 15, no 6, EDP Sciences, p. 506-513.

Cochet H., Devienne S., Dufumier M., 2007.– « L’agriculture comparée, une discipline de synthèse ? », Économie rurale, nos 297-298, p. 99-112.

Cochet H., 2011.– L’agriculture comparée, Éditions Quae.

Devienne S., 2019.– « Les révolutions agricoles contemporaines en France », dans Chouquer G., Maurel M.-C. (dir.), Les mutations récentes du foncier et des agricultures en Europe, Presses universitaires de Franche-Comté.

Devienne S., Garambois N., Perrot C., Dieulot R., Depeyrot J.— N., 2018.– « Les exploitations d’élevage économes et autonomes, fortes créatrices de valeur ajoutée », Analyse no 126, Centre d’études et de prospective, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

Dockès A. C., 2009.– « Synthèse des entretiens auprès des associations et de la distribution », Projet COSADD, document de travail, Institut de l’élevage, 16 p.

Duru M., Bastien D., Froidmont E., Graulet B., Gruffat D., 2017.– « Importance des produits issus de bovins au pâturage sur les apports nutritionnels et la santé du consommateur », Fourrages, no 230, p. 131-140.

ENGREF, 2005.– « Contributions de la forêt aux dynamiques territoriales du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin », compte rendu de l’étude de terrain VAMS DLAT Engref Clermont-Ferrand, module « Analyse spatiale pour le diagnostic et le projet de territoire », 8 p.

Francis C., Lieblein G., Gliessman S., Breland T. A., Creamer N., Harwood R., Salomonsson L., Helenius J., Rickerl D., Salvador R., Wiedenhoeft M., Simmons S., Allen P., Altieri M., Flora C., Poincelot R., 2013.– « Agroecology: The Ecology of Food Systems », Journal of Sustainable Agriculture, vol. 22, no 3, p. 99-118.

Garambois N., Aubron C., Morsel N., Latrille M., Jallot L., Lhoste V., 2020.– « At the limits of coexistence: development of inputs-saving systems in agro-pastoral regions », Review of Agricultural, Food and Environmental Studies, vol. 101, no 2, p. 311-337. DOI : <https://doi.org/10.1007/s41130-020-00107>.

Hubert B., Deverre C., Meuret M., 2011.– « Deux siècles de changement radicaux pour les parcours du Sud de la France », dans Meuret M. (dir.), Un savoir faire des bergers, éditions QUAE, p. 27-42.

Larrère R., 1978.– « Désertification ou annexion de l’espace rural ? L’exemple du plateau de Millevaches », Études rurales, no 71-72, Campagnes marginales, campagnes disputées, p. 9-48.

Malassis L., 1994.– Nourrir les Hommes, Dominos-Flammarion, Paris, 110 p.

Martin B., Lherm M., Béranger C., 2014.– « Evolutions et perspectives de l’élevage de ruminants dans les montagnes françaises », dans Grosclaude J., Thivier M., Baumont R. (dir.), « Spécificités de l’élevage de ruminants en montagne », INRA Productions Animales, vol. 27, p. 5-16.

Mazoyer M., Roudart L., 1997.– Histoire des agricultures du monde, Éditions du Seuil.

Mollard A., Pecqueur B., 2007.– « De l’hypothèse au modèle du panier de biens et de services. Histoire succincte d’une recherche », Economie Rurale, no 300, p. 110-114.

Morsel N., 2019.– Engraisser et finir au pâturage des bovins et des ovins. Quels effets sur les qualités des viandes, étude menée pour la Fédération des CIVAM en Limousin, 124 p.

Palluet B., 2019.– « Pourquoi la forêt du Plateau de Millevaches s’attire les critiques et que faire aujourd’hui » l’Agora : Points de vue, Forestopic.

Rastoin J.-L., 2016.– « Les systèmes alimentaires territorialisés : enjeux et stratégie de développement », Résolis, no 7, p. 12-14.

Rastoin J.-L., 2018.– « Editorial. Accélérer la transition vers une alimentation durable par un changement de paradigme scientifique et économique et des politiques publiques innovantes », Systèmes alimentaires / Food Systems, no 3, p. 17-27.

Wezel A., Brives H., Casagrande M., Clément C., Dufour A., Vandenbroucke P., 2016.– « Agroecology territories: places for sustainable agricultural and food systems and biodiversity conservation », Agroecology and Sustainable Food Systems, vol. 40, no 2, p. 132-144. DOI : <https://doi.org/10.1080/21683565.2015.1115799>.

Haut de page

Notes

1 Cette thèse de doctorat bénéficie du soutien financier de la Fondation de France.

2 Ce travail de terrain a mobilisé la méthodologie du diagnostic agraire pour laquelle nous renvoyons le lecteur à Cochet et al. (2007).

3 Par système de production agricole, on entend ici un ensemble d’exploitations ayant accès aux mêmes ressources (terres, main d’œuvre, capital d’exploitation…) et mettant en œuvre la même combinaison de systèmes de culture et de systèmes d’élevage (Reboul, 1976 ; Cochet et Devienne, 2006).

4 La valeur ajoutée nette correspond à la valeur des productions (produit brut), à laquelle sont soustraites les différentes consommations annuelles (intrants, aliments du bétail, énergie, frais vétérinaires, etc.), ainsi que les dépenses moyennes annuelles dans les équipements et bâtiments.

5 Le revenu agricole hors subventions équivaut à la valeur ajoutée nette, retranchée des coûts d'accès à la terre (fermages et taxes foncières), au capital (intérêts sur le capital emprunté) et à la main d'œuvre (salaires et charges). L’ajout des subventions permet d’accéder au revenu agricole complet.

6 Carcasses classées selon la grille communautaire EUROP : d’une part pour sa conformation (développement de la musculature) notée d’une lettre (E, U, R, O, P) E correspondant à la meilleure note et P à la plus mauvaise de la gamme ; d’autre part pour son état d’engraissement, noté d’un chiffre allant de 1 (maigre) à 5 (très gras).

7 Données Ovins Berry Limousin (OBL), grille d’achats OBL viande agneau, brebis et béliers en 2021.

8 Ratio du poids de viande sur le poids carcasse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de la région d’étude
Crédits Source fond de carte : Géoportail et APML ; réalisation : auteurs
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 2 : Système agraire de la Montagne limousine à la fin de la Seconde Guerre mondiale
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 3 : Système agraire actuel dominant de la Montagne limousine
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Photos 1 et 2 : Troupeau collectif du Groupement pastoral des Mille Sonnailles, pâturant landes et tourbières aux sources la Vézère (gauche) et en sous-bois de futaie régulière de résineux aux sources de la Vienne (droite)
Crédits Crédits photo : auteurs
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Tableau 1 : Sélection illustrative des systèmes de production identifiés sur la Montagne limousine
Crédits source : enquêtes
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10593/img-5.png
Fichier image/png, 212k
Titre Figure 4 : Comparaison du produit brut, de la valeur ajoutée, du revenu agricole hors subventions5, des subventions et du revenu agricole (avec subventions) par actif familial
Crédits réalisation : auteurs ; sources : enquêtes
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10593/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Photos 3 et 4 : Découpe et dégustations comparées (gauche) et visite d’estive sur la Montagne (droite) rassemblant éleveurs et apprentis bouchers
Crédits crédits photo : auteurs
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10593/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Figure 5 : Quels impacts des systèmes agro-pastoraux agro-écologiques sur le système agraire de la Montagne limousine ?
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/10593/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathan Morsel et Nadège Garambois, « L’agro-écologie en Montagne limousine : une production alimentaire plus diversifiée et relocalisée, au service de l’emploi et de la préservation des espaces semi-naturels »Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 110-2 | 2022, mis en ligne le 16 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/rga/10593 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rga.10593

Haut de page

Auteurs

Nathan Morsel

AgroParis Tech

Nadège Garambois

AgroParis Tech

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo UGA Édtions
  • Logo Labex ITTEM
  • Logo ISCAR
  • Logo INRAE
  • Logo Institut de géographie alpine
  • Logo Pacte
  • Logo MSH-Alpes
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search