Navigation – Plan du site

AccueilRubriques annexesTransitions2023110-3 - Montagne et santéContributions paysannes en terre ...

2023
110-3 - Montagne et santé

Contributions paysannes en terre alpine : Représentation et négociation avec l’invisible en pays du Mont-Blanc

Aurélie Debusschère

Texte intégral

1Et si nous pouvions réellement « entrer en négociation » avec le Vivant, comme le suggère le philosophe Bruno Latour ? Comment sonder les états d’âme des glaciers, des lacs d’altitude ou des sommets, afin d’intégrer leurs voix au chapitre du « ménagement » territorial ? En cette période critique invitant à la remise en question profonde de nos schémas relationnels avec les autres communautés du Vivant, une approche expérimentale, basée sur une réanimation de modèles ancestraux, se propose d’évaluer les potentiels opératifs d’une attention amplifiée aux mondes « plus qu’humains ».

2Initié dans le cadre d’une reprise d’études en Master GAED (Géographie, Aménagement, Environnement, Développement) et la rédaction du mémoire de recherche associé — « Les sagesses ancestrales comme catalyseur d’innovation dans les socio-écosystèmes ruraux et de montagne » (Université Grenoble Alpes) — ce terrain exploratoire convoque une petite équipe au chevet de l’emblématique lac Vert, joyau naturel de la commune de Passy (Haute-Savoie, 2021). Pensé comme une « enquête sur les modes d’existence » (Latour, 2012) explorant d’autres « manières d’être vivant » (Morizot, 2020), le projet propose à un binôme issu de la paysannerie traditionnelle, originaire du Valais suisse voisin, de se rendre sur trois sites naturels en Pays du Mont-Blanc, dans l’intention de collecter ses observations paysagères et de l’inviter à représenter ses perceptions du réel. Abordée comme la première partie d’un protocole expérimental visant à être ultérieurement complété par un croisement avec les sciences de la vie et de la terre et potentiellement avec d’autres référentiels culturels (autres sociétés traditionnelles du monde), cette opération se décline autour de l’étude phénoménologique des « ressentis » autour de sites naturels montagnards spécifiques. L’enregistrement sonore et la réalisation de représentations visuelles (croquis) accompagnent la création de « cartes sensibles », comme tentative de modélisation des milieux observés, de manière nouvelle et inédite.

Inspirations d’ailleurs

3Depuis 2008, les nombreux terrains réalisés au sein de communautés autochtones m’ont amenée à côtoyer divers porteurs de savoirs reliés au territoire, spécifiquement auprès du peuple Atikamekw (forêt boréale, Québec) : hommes et femmes médecine, mais également ses « arpenteurs », tels que les chasseurs-cueilleurs, pêcheurs ou trappeurs, des personnes d’expérience fortement « imprégnée » de leur milieu de vie. Le contact avec leurs visions diversifiées du territoire a favorisé la remise en question de mon propre champ de représentation du réel, développant ma curiosité à l’étude des modèles d’interaction avec les mondes non-humains. Chez les Atikamekw, le rapport au territoire, le « Nitaskinan » et à la forêt « Notcimik » (signifiant « là d’où nous venons ») demeure viscéral malgré les tentatives d’assimilation culturelle durant plus d’un siècle. Par le maintien de la langue ancestrale, on exprime la finesse de lecture du paysage, l’interprétation précise des cycles naturels ; par la cosmogonie, les mythes et légendes, on explique de manière métaphorique le fonctionnement des socio-écosystèmes et les interactions entre les différents collectifs du Vivant, humains et « plus qu’humains » (champ théorique de la « Géographie Plus qu’Humaine » ou « More than human geography » développé par Sarah Whatmore) : faune, flore, mais également des entités naturelles à d’autres échelles (montagne, lac, rivière) ou dimensions (créatures, morts, esprits) comme l’évoque Philippe Descola (2021). Cependant, si ces représentations du monde demeurent acceptables au sein de ces communautés, que se passerait-il si nous transposions ces interprètes et leurs modèles au cœur de notre propre système culturel ? Serait-il envisageable de faire dialoguer des ontologies, d’entrecroiser des perceptions autour d’un territoire inconnu afin de capter des éléments dont certaines subtilités nous échapperaient ? Le défi a été relevé en 2018, dans le Haut-Diois (Drôme). Le géographe Eric Julien, fondateur de l’association Tchendukua, réalise l’interface avec le peuple Kogi de Colombie depuis près de trente ans. Un peuple se maintenant à l’écart du monde moderne, dans les contreforts de la Sierra Nevada de Santa Marta, l’une des plus hautes montagnes côtières de la planète, représentant à leurs yeux le « cœur du monde », dont ils seraient les derniers gardiens. Les Kogis, ou Kagabas, ont la particularité d’avoir été, à travers le temps et les assauts de la colonisation, des experts de l’adaptation à de nouveaux environnements, étant passés d’une activité de pêcheurs à celle d’ingénieurs puis de cultivateurs en prenant de l’altitude dans leur montagne refuge. Leurs hommes et femmes médecine, les Mamas et Sagas, reçoivent par ailleurs une formation unique au monde de dix-huit ans dans l’obscurité, afin de développer des capacités extra-sensorielles profondes, garantes du lien avec les mondes non-humains. C’est ainsi qu’une délégation Kogi a été conviée à arpenter certains reliefs montagneux du Vercors, afin de réaliser un « diagnostic de santé territoriale » croisé avec plus de vingt-cinq scientifiques de différentes spécialités (géologie, médecine, anthropologie, géographie), lesquels sont parvenus à corroborer les ressentis des Kogis avec leurs propres référentiels (identification d’espèces végétales envahissantes, emplacement précis des failles tectoniques, rupture du cycle de l’eau). De cet échange surprenant, inédit, une carte sensible a émergé sous le pinceau de l’anthropologue Ana-Maria Lozano et selon les indications des Mamas Kogis, faisant apparaître des interactions méconnues entre les mondes visibles et invisibles ; une esquisse du paysage appréhendé par les Kogis comme un « corps vivant », aux fonctions organiques.

Figure 1. « Comment comprendre les relations entre les montagnes ? »

Figure 1. « Comment comprendre les relations entre les montagnes ? »

L’anthropologue plasticienne Ana Maria Lozano, sur indications des Mamas Kogis, a proposé la réalisation d’un livrable sous forme de cartographie sensible, à l’interface entre art et science. Offrant une lecture compatible avec l’ontologie occidentale, cette représentation visuelle s’appuie sur l’outil artistique pour décrypter la connaissance Kogi, permettant une possible rencontre des savoirs. « Mondes visibles et invisibles », Paysage du Haut-Diois (Drôme, 2018).

Du sensible au suprasensible

4Inspirée par la cartographie produite lors du diagnostic de santé territoriale du Vercors, je m’interroge alors sur la pertinence de mobiliser d’autres collectifs. En effet, si le croisement de regards entre certains savoirs traditionnels et les sciences modernes semble trouver des points de convergence, tantôt pour corroborer certains éléments (méthodes complémentaires) ou pour en apporter de nouveau (augmentation de la grille de lecture), cela questionne par ailleurs la capacité endémique de nos territoires, notamment de montagne, à disposer de leurs propres porteurs de savoirs sensibles, voire « supra-sensibles » (soit « au-delà des sens »), pouvant également contribuer à la modélisation d’autres formes de représentation du Vivant. Dans son ouvrage Sacred Ecology (2008), Berkes rappelle que les sociétés alpines suisses sont porteuses de Savoir traditionnel écologique — « Traditional Ecological Knowledge » — au même titre que d’autres sociétés anciennes. La perception subtile d’un environnement se définirait-elle par l’hybridation d’une qualité d’attention au monde enrichie de solides connaissances du Vivant ? Quelles différences ou complémentarités notables existent entre les détenteurs endémiques de savoirs écologiques « suprasensibles » et ceux issus d’autres traditions ? Quelle cartographie des représentations pourrait en émerger, et sur quelles bases coopératives ? C’est sur ces considérations que ce terrain expérimental se dessine. De façon préliminaire, il se propose d’étudier spécifiquement les capacités d’observation d’un binôme mère-fille, paysannes du Valais (Suisse limitrophe), afin d’appréhender leurs modèles de représentation « au-delà du visible ». Disposant de profils singuliers, Patricia et Isaline Wyssenbach sont réputées pour leurs connaissances et expertises dans le parage des chevaux (coopération avec des unités vétérinaires). Issue d’une lignée de paysans guérisseurs et professionnels de la montagne (guides, moniteurs de ski alpin sur le secteur de Crans Montana), cette famille organise régulièrement des expéditions dans les Alpes avec ses chèvres et ses yaks (Émission « Passe-moi les Jumelles », 2022). Animée sur deux jours, la déambulation s’effectue autour de trois entités naturelles haut-savoyardes, choisies pour leur diversité et proximité : le Lac Vert (Passy), le Glacier des Bossons (Chamonix) et le Mont-Blanc (St Gervais), pour lesquels le binôme n’a jamais réalisé d’analyse « sensible ».

Figure n° 2 : Les trois entités naturelles étudiées : le Lac Vert (Passy), Le Mont-Blanc (St Gervais) et le Glacier des Bossons (Chamonix) en Haute-Savoie (2021)

Figure n° 2 : Les trois entités naturelles étudiées : le Lac Vert (Passy), Le Mont-Blanc (St Gervais) et le Glacier des Bossons (Chamonix) en Haute-Savoie (2021)

Le diagnostic suprasensible préliminaire de ces trois sites permet de sonder des éléments naturels se côtoyant dans des espaces-temps distincts, la période moderne (centaine d’années), la période glaciaire (milliers d’années) et la Pangée (millions d’années d’histoire géologique).

Photographies A. Debusschère

Captations et représentations

5Le déroulé descriptif exposé ci-après fait état de la collecte des ressentis de notre binôme, dans l’intention de restituer les éléments le plus fidèlement possible, comme le nécessite une posture d’enquête. Dès l’arrivée sur le parking du Lac Vert, les ressentis fusent. L’endroit, pour la première fois foulé par nos paysannes, est appréhendé comme une « réserve de biodiversité », disposant d’un écosystème riche dans les dimensions suprasensibles : les êtres de la forêt (elfes, fauns, lutins…) y sont très nombreux. Il est à préciser qu’Isaline, depuis son enfance, dit « ressentir profondément la nature » et perçoit ce que l’on nomme les « êtres élémentaires », que l’on peut rapprocher des créatures mythologiques (phœnix, sirènes, dragons), tous semblant dotés de fonctions précises et vivant dans des « dimensions parallèles ». Une « cheminée tellurique » est repérée, connectant la pointe d’Anterne aux souterrains du lac, lequel est « habité par d’autres non-humains ». Une seconde partie du processus nous engage à tenter une « interaction directe » avec le lac, en posant des questions par l’entremise du binôme. Une « mise en écoute » qui semble être capable d’estimer « l’état de santé » du lac, apparemment « satisfait du soin qui lui est manifesté » (élément à mettre en perspective avec la stratégie environnementale renforcée de la commune de Passy, qui a mis en place un système de navettes électriques afin d’éviter les pollutions dues au parking attenant, une information inconnue des Valaisannes lors de la captation). Le glacier des Bossons, quant à lui, est observé depuis le centre-ville de Chamonix. Immédiatement, la représentation d’une salamandre, être de l’élément « feu », est identifiée. Il est ressenti que le glacier, vivant une phase ultime de son cycle de vie, « doit naturellement disparaître », annonciateur de « nouvelles découvertes sur l’histoire des humains et de la Terre » en dessous de sa langue de glace. Il est également évoqué le rôle important des « morts » en montagne (alpinisme, crash aérien) qui seraient, selon nos médiatrices, pertinents de consulter afin de « collecter des histoires ». Enfin, l’emblématique Mont-Blanc est décrit comme une « montagne bibliothèque », représentée comme un « vieux sage », lequel s’adresse à des « initiés », détenant un champ d’expertise avéré. La difficulté d’accès aux informations, différant clairement des deux autres entités sondées, amène à comprendre que le Mont-Blanc se dévoile peu. Ce constat confirme à nos Valaisannes que des experts des mondes suprasensibles, tels que les Mamus Kogis, seraient souhaités sur place pour en apprendre davantage sur le plus haut sommet des Alpes.

Figures no 3 et no 4

Figures no 3 et no 4

Sur le terrain, face au Mont-Blanc, les intervenantes (paysannes suisses) réalisent une lecture paysagère « suprasensible », soit au-delà d’une observation visuelle, se « branchant directement à l’entité naturelle ». De cette captation émerge une première cartographie « énergétique » de la montagne (2021).

Croquis : P.Wyssenbach. Photos : A.Debusschère.

Champs des possibles et modalités opératives

6L’animation de ce premier terrain expérimental a fait émerger un certain nombre de réflexions, à la fois d’ordre théorique et pratique, afin de parvenir à définir la nature des contributions possibles entrevues à travers l’intervention des Valaisannes. En premier lieu se pose la question de la caractérisation des savoirs : les perceptions ressenties par le binôme sont-elles issues d’une connaissance intime et affinée des milieux de montagne ? Quelle est la part du conditionnement culturel, celle de l’imaginaire ? Les informations captées sont-elles inscrites dans le lieu, c’est-à-dire situées ? D’autres porteurs de connaissances traditionnelles écologiques pourraient-ils identifier de façon concordante les mêmes éléments suprasensibles ? Des coopérations interculturelles seraient-elles cohérentes afin d’appréhender la complexité des entités naturelles ? D’un point de vue méthodologique, cela interroge la mise en place d’un protocole scientifique qui permette de confronter les différentes « sensations » ou « identifications sensibles ». Ce terrain aurait pu s’imaginer à travers une déambulation mobilisant les ressentis de différentes personnes sur les mêmes sites, afin de croiser les données et de faire émerger une cartographie enrichie. Cependant, pour cette première tentative, le choix du binôme s’est basé sur des critères pragmatiques d’ancrage territorial (réputation, culture de montagne), d’identification préalable de ses potentiels (précédents projets communs) et de l’instauration d’un climat de confiance, conditions nécessaires à l’accréditation des éléments suprasensibles recueillis. De fait, la démarche scientifique proposée contient-elle des protocoles suffisamment stables et reproductibles ? Les savoirs qui en découlent sont-ils légitimes, qualitatifs et transférables ? Quels sont les risques de falsification ? Une grille de lecture augmentée du territoire pourrait-elle en émerger ? Une troisième question interroge la capacité à acquérir ces savoirs. La méthode de captation identifiée ici, outre une indéniable connaissance des milieux alpins, se définirait davantage par une disposition naturelle à se « brancher » de manière subtile à un lieu, même inconnu. Au-delà de la connaissance vernaculaire d’un site, cette capacité amplifiée d’attention au milieu semble permettre d’accéder à des connaissances spécifiques. Il serait intéressant d’investiguer plus précisément ce mécanisme « incorporé » de « connexion au lieu ». Enfin, la dernière question suppose d’identifier les contours d’une possible intégration du diagnostic supra-sensible au cœur de nos stratégies et politiques locales, sans tomber, comme l’avertit le philosophe Hartmut Rosa (2018), dans une bascule « ésotérique » du monde : oserions-nous dépasser nos conditionnements culturels et institutionnels pour en sonder l’utilité opérative, à la fois pour renouveler notre récit territorial — revalorisation identitaire des communautés de montagne, tourisme régénératif et « réenchantement des expériences culturelles » (Falaix & Corneloup, 2017) — mais également pour appréhender de nouvelles formes de gestion des risques et d’adaptation au dérèglement climatique dans les Alpes ? Alors que le philosophe Baptiste Morizot (2018) évoque une « crise de la sensibilité majeure » pour qualifier l’appauvrissement de notre relation au Vivant, et que dans le même temps les sciences de la vie et de la terre appellent à de nouveaux paradigmes méthodologiques pour identifier, représenter et vulgariser les rapides évolutions des écosystèmes en milieu montagnard, l’exploration d’un référentiel commun intégrant la dimension suprasensible en semblerait d’autant plus pertinente. Enquête à suivre…

Haut de page

Bibliographie

Latour, B., 2012.– Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes, La Découverte. En ligne : http://modesofexistence.org/.

Morizot, B., 2020.– Manières d’être vivant, Actes Sud, 256 p.

Panelli, R., 2010.– « More-than-human social geographies: posthuman and other possibilities », Progress in Human Geography, vol. 34, no 1, p. 79-87. DOI : https://doi.org/10.1177/0309132509105007.

Berkes, F., 2008.– Sacred Ecology (2de édition), New York, Routledge, 313 p.

Julien, E., 2022.– Le chemin des pierres qui parlent, dialogues entre chamans et scientifiques, Actes Sud, 304 p.

Debusschère A., 2021.– Les Sagesses Ancestrales comme catalyseur d’innovation dans les socio-écosystèmes ruraux et de montagne Mmémoire de Master Recherche GAED. En ligne : http://bit.ly/3HxMXlj.

Descola. P., Cassin, B., 2021.– Qu’est ce qu’un territoire ?, Campus Condorcet. En ligne : https://www.campus-condorcet.fr/fr/pour-tous/les-ressources-audiovisuelles/quest-ce-quun-territoire.

Passe moi les Jumelles, 2002.– « Les chemins de l’envol, Isaline Poussière d’étoiles », RTS, 60 min. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=lSlVjfNdinE.

Rosa, H., 2018.– Résonance, une sociologie de la relation au mond, La Découverte, p. 258-536.

Falaix, L. & Corneloup, J., 2017.– « Habitabilité et renouveau paradigmatique de l’action territoriale : l’exemple des laboratoires récréatifs », L’Information géographique, no 81, p. 78-102. DOI : https://doi.org/10.3917/lig.814.0078.

Zhong Mengual, E. & Morizot, B., 2018.– « L’illisibilité du paysage : Enquête sur la crise écologique comme crise de la sensibilité », Nouvelle revue d’esthétique, no 22, p. 87-96. DOI : https://doi.org/10.3917/nre.022.0087.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. « Comment comprendre les relations entre les montagnes ? »
Légende L’anthropologue plasticienne Ana Maria Lozano, sur indications des Mamas Kogis, a proposé la réalisation d’un livrable sous forme de cartographie sensible, à l’interface entre art et science. Offrant une lecture compatible avec l’ontologie occidentale, cette représentation visuelle s’appuie sur l’outil artistique pour décrypter la connaissance Kogi, permettant une possible rencontre des savoirs. « Mondes visibles et invisibles », Paysage du Haut-Diois (Drôme, 2018).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/11325/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure n° 2 : Les trois entités naturelles étudiées : le Lac Vert (Passy), Le Mont-Blanc (St Gervais) et le Glacier des Bossons (Chamonix) en Haute-Savoie (2021)
Légende Le diagnostic suprasensible préliminaire de ces trois sites permet de sonder des éléments naturels se côtoyant dans des espaces-temps distincts, la période moderne (centaine d’années), la période glaciaire (milliers d’années) et la Pangée (millions d’années d’histoire géologique).
Crédits Photographies A. Debusschère
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/11325/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figures no 3 et no 4
Légende Sur le terrain, face au Mont-Blanc, les intervenantes (paysannes suisses) réalisent une lecture paysagère « suprasensible », soit au-delà d’une observation visuelle, se « branchant directement à l’entité naturelle ». De cette captation émerge une première cartographie « énergétique » de la montagne (2021).
Crédits Croquis : P.Wyssenbach. Photos : A.Debusschère.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/11325/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Debusschère, « Contributions paysannes en terre alpine : Représentation et négociation avec l’invisible en pays du Mont-Blanc »Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Transitions, mis en ligne le 05 mai 2023, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rga/11325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rga.11325

Haut de page

Auteur

Aurélie Debusschère

Diplômée de Master 2 GAED, Université Grenoble Alpes
Photographe et documentariste (Constellers)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search