Navigation – Plan du site

AccueilDossiers111-3La forêt : un stade comme un autre ?

La forêt : un stade comme un autre ?

Ce que la transition numérique fait aux espaces boisés de l’agglomération rouennaise
Romain Lepillé
Traduction(s) :
Forest: the ‘Other’ Stadium? [en]

Résumé

Cet article se penche sur le processus de digitalisation qui touche aujourd’hui les espaces naturels et notamment la forêt.
Comment les loisirs sportifs en forêt ont-ils été affectés par le déploiement de leurs digitalisations possibles ? Quelles sont les activités qui se prêtent le plus à la digitalisation et celles qui semblent résister à ces offres ?
Cet article propose d’étudier des niveaux et des formes de digitalisation des activités, et d’examiner en particulier ce qui, avec les possibilités de géolocalisation (GPS), affecte ou non la socialisation de la forêt d’une part, la territorialisation des activités d’autre part.
Le terrain d’étude est constitué par l’ensemble des massifs forestiers de la Métropole Rouen Normandie.
Outre les observations de terrain (N≈150) l’article prend appui sur la méthode mixte qui combinent une enquête quantitative par questionnaire (n=332) ; la collecte de traces numériques (N≈1000) laissées par les pratiquants de loisirs sportifs équipés de dispositifs de traçage et une enquête qualitative par l’intermédiaire d’entretiens semi-directifs (N=10).
La première partie de l’article décrit le terrain d’étude, le matériel et les méthodes de recueil employés et distingue deux catégories de pratiquants de loisirs sportifs en forêt en fonction de l’utilisation du numérique. Dans un deuxième temps, l’article se centre sur un profil particulier : des hyper-pratiquants qui utilisent le numérique dans la mesure et dans l’exploration du milieu. Enfin, les résultats obtenus sont discutés à l’aide d’une typologie qui croise l’utilisation du numérique dans la logique motrice et la perception du milieu de l’espace de pratique comme un milieu ou un stade. Cette dernière partie sera l’occasion de faire dialoguer les pratiques de loisirs en forêt et dans les espaces de montagne.

Haut de page

Texte intégral

1Parler de transition numérique en forêt urbaine (Lepillé et al., 2017a) dans un numéro thématique qui se penche sur ce processus, mais dans les espaces de montagne peut sembler incongru. Au contraire, cet article a pour but de faire dialoguer des fréquentations et des usages numériques entre différents espaces pour faire émerger des points communs et des différences sur le sens et la place que prend l’utilisation du numérique au sein des espaces naturels.

  • 1 Article L. 312-2 du code du sport.
  • 2 En France, 74 % de la forêt est privée (Morin, 2010).

2Forêt et stade : la comparaison est-elle pertinente ? On peut défendre l’idée que la forêt correspond à plusieurs critères de définition du stade au sens du code du sport1. En effet, la forêt est « un bien appartenant à une personne publique ou privée »2 ; elle est dans une certaine mesure « spécialement aménagé[e] ou utilisé[e], de manière permanente ou temporaire, en vue d’une pratique sportive ». Les forêts sont des lieux équipés, notamment au contact des villes, pour accueillir les loisirs sportifs. Enfin, ces équipements sont « ouverts aux pratiquants à titre gratuit ou onéreux ». Si les forêts domaniales sont ouvertes gratuitement au public, dans d’autres forêts, privées, sont proposées des activités payantes (accrobranche, paintball, etc.). Au-delà de la forêt, ce sont en réalité l’ensemble des espaces naturels et donc la montagne qui pourrait être comparée à des stades, lorsque ceux-ci – nous le verrons avec le cas de la forêt – deviennent, entre autres, des outils de mesure.

3Ce détour par les stades est une métaphore stimulante car les pratiques de loisirs sportifs numériques que nous allons étudier amènent à considérer la forêt comme un stade où l’on se mesure, aux autres, à soi-même, avec des repères de temps et de distance que l’on retrouve en forêt notamment médiés par les outils du numérique.

  • 3 Dans cet article, les termes de numérique et de digital seront utilisés indistinctement puisque la (...)

4Le numérique3 constitue aujourd’hui une véritable « lame de fond » pour reprendre l’expression de Fernand Braudel qui touche de manière profonde et durable l’ensemble de la société.

5Cet article propose ainsi d’étudier des niveaux et des formes de digitalisation des activités, et d’examiner en particulier ce qui, avec les possibilités de géolocalisation (GPS), affecte la socialisation et la territorialisation des activités.

6Comment les loisirs sportifs en forêt ont-ils été affectés par le déploiement de leurs digitalisations ? Quelles sont les activités qui s’y prêtent le plus, et celles qui semblent y résister ? Ainsi nous étudierons les logiques signifiantes à l’œuvre en forêt. La sortie en forêt est-elle un retour sur soi ? Est-ce un support de dépaysement pour s’évader de la ville ? Ou au contraire la forêt devient-elle un prolongement, un équipement de la ville et donc un stade qui par l’utilisation de matériels technologiques augmente le territoire qui devient un hyper territoire (Musso, 2008) ?

7La démarche consiste à analyser les médiations territoriales (Di Méo, 2001) à l’œuvre, et à rendre compte de l’expérience sociale des individus (Dubet, 1994). Ainsi placé au cœur des relations entre les individus, les institutions, les outils numériques et les pratiques, le territoire est à la fois un objet et une entrée, pour accéder aux logiques diverses, plus ou moins cohérentes ou contradictoires entre elles, dans lesquelles s’inscrivent les usages. Les expériences pratiques – simultanément et indissociablement sociales et spatiales – apparaissent comme le produit d’un travail, dans lequel les individus se construisent et se pensent en tant que sujets, pris dans des relations complexes et ambivalentes aux autres et aux milieux, qui les impliquent dans un travail de mise à distance critique.

8La première partie de l’article sera consacrée à décrire le terrain d’étude, le matériel et la méthode de recueil employés. Nous distinguerons ici deux groupes sociaux qui par leurs caractéristiques sociales, spatiales et « sportives » se différencient très nettement. Dans un deuxième temps nous présenterons les résultats liés à l’enquête par questionnaire qui permet de distinguer un profil particulier : des hyper-pratiquants numériquement équipés. Enfin, nous discuterons les résultats obtenus à l’aide d’une typologie qui croise l’utilisation du numérique dans la logique motrice et la perception de la forêt comme un milieu ou comme un stade dans le cadre de la pratique de loisirs sportifs. Lors de la discussion, nous croiserons le regard avec les loisirs sportifs dans les espaces de montagne pour faire dialoguer des pratiques similaires dans des milieux différents.

Territoire, échantillonnage et pratiques

  • 4 Paul Arnould, Président du comité « Forêt d’Exception® » s’exprimant au journal télévisé de France  (...)

9Le terrain d’étude est constitué par l’ensemble des massifs forestiers de la Métropole Rouen Normandie, qualifié de « plus grand cœur forestier urbain de France »4. Ces forêts urbaines composent une ceinture verte conséquente, devenue un équipement de la ville (Lepillé et al., 2017c), dans la mesure où elles sont massivement fréquentées et investies par les loisirs sportifs des citadins.

Carte 1. La part des forêts au sein de la Métropole Rouen Normandie

Carte 1. La part des forêts au sein de la Métropole Rouen Normandie

Conception et réalisation : Romain Lepillé
Source : BDTOPO IGN / CLC

10Nous nous intéresserons ici à la place du numérique dans les pratiques de loisirs sportifs forestiers qui est récente et d’autant plus complexe à aborder que son évolution est très rapide et peut pousser le chercheur vers des « excès de vitesse » (Passeron, 1987) et entraver l’analyse approfondie du phénomène (Stiegler, 2018) qui se renouvelle sans cesse (nouvelles applications, nouvelles formes de pratiques, etc.). Quelle médiation territoriale est à l’œuvre (Di Méo, 2001) dans des forêts, espaces du temps long, face à des digitalisations qui fonctionnent sur un temps immédiat ?

11La méthodologie employée ici est dite mixte (Ivankova et al., 2006). Il s’agit de collecter, d’analyser et de croiser des données.

  • 5 Pratique en milieu naturel de plusieurs activités (course d’orientation, run & bike, trail, escalad (...)

12Tout d’abord, nous avons sélectionné les activités sur lesquelles investiguer avec l’aide des enquêtes nationales sur les loisirs sportifs (Canneva, 2005 ; Muller, 2005 ; TNS Opinions & Social, 2010), en forêt (Boutefeu, 2007 ; Deuffic et al., 2004 ; Granet & Dobré, 2009) et dans l’agglomération rouennaise (FPC Marketing direct et relationnel, 2014 ; Mika Research, 2010). Les activités que nous allons étudier sont le vélo/VTT, la course d’orientation (dans le cadre d’un raid5), le trail, la randonnée à pied et la marche nordique.

13Le choix de ces activités dépasse bien évidemment le cadre des massifs forestiers et pourra donc être comparé à leurs déploiements dans les espaces de montagne. L’exemple du trail est ici significatif puisque cette pratique s’est d’abord développée en France dans les espaces de montagne. Le territoire est ici médiateur de la pratique avec notamment une recherche de dénivelé. Aujourd’hui la pratique du trail s’est massifiée avec la réduction des distances (les premiers trails font autour de 15 km) et se développe dans les grandes agglomérations possédant des espaces naturels à proximité. D’abord lointains et inaccessibles, comme les premiers Raids (Raid gaulois, marathon des sables), les trails et les raids sont devenus des épreuves qui permettent le temps d’un week-end de vivre une micro-aventure (Michel, Salvador, & Kreziak, 2022).

  • 6 Le corpus est composé d’observations in situ et participantes. L’observation de terrain rend possib (...)

14Le travail d’observation de terrain mené (N≈150)6 nous a conduits à ne pas faire passer de questionnaire sur les lieux que les forestiers appellent des points de fixation (parking, entrée de forêt). En effet, nous sommes dans des forêts urbaines et une grande partie de la fréquentation ne s’effectue pas en stationnant sa voiture sur un parking prévu à cet effet, mais en pénétrant dans la forêt par divers chemins à proximité des lieux de résidence (Lepillé et al., 2017b).

15Nous avons donc privilégié deux modes de passations en face à face : le recueil dans un challenge sportif (trail et course d’orientation) et le recours à des passations dans des clubs, au départ de leur sortie (VTT, marche nordique et randonnée).

16Cette recherche s’inscrit dans un double mouvement de « socialisation de la spatialité et de spatialisation de la sociabilité » (Di Méo, 2001, p. 275). Ainsi, nous avons donc posé des questions de sociologie classique (âge, sexe, PCS), des questions de faits et d’usages sur les pratiques de loisirs sportifs en forêt (notamment leurs implications spatiales), et enfin des questions concernant l’usage du numérique en forêt (GPS avec traces, GPS sans traces, programme d’entraînement, etc.).

  • 7 Pour plus de détail sur le mode de passation, le contenu du questionnaire, se référer à : (Lepillé, (...)

17Notre échantillon est composé de 332 répondants qui se répartissent comme suit (Tableau 1)7 :

18Tableau 1. La part de chaque activité enquêtée

 

Effectifs

Fréquence

Marche nordique

71

21,4 %

VTT

64

19,3 %

Course d’orientation (dans un raid)

58

17,5 %

Randonnée pédestre

56

16,9 %

Trail

53

16 %

Cyclisme sur route

30

9 %

Total

332

100 %

19L’enquête par questionnaire est complétée par des entretiens semi-directifs (N=10). C’est ici que la sociologie de l’expérience (Dubet, 1994) prend tout son sens. Il s’agit de décrire et de comprendre les conduites individuelles des acteurs sociaux, en prenant en compte la diversité et la complexité de leurs logiques d’action, de leurs appartenances, de leurs valeurs et de leurs identités pour permettre d’accéder au sens et aux significations des comportements mesurés par le questionnaire notamment sur les usages du numérique en forêt.

20Nous utiliserons enfin les Systèmes d’Information géographique (SIG) pour analyser les traces que laissent les individus durant leur pratique.

  • 8 Genre, âge, niveau de diplôme et PCS
  • 9 Perception du terrain d’entraînement, nombre d’activités pratiquées en forêt et mode de déplacement (...)
  • 10 Activités pratiquées, fréquence de pratique, utilisation de programme d’entraînement, utilisation d (...)
  • 11 La passation de questionnaires dans les clubs de randonnée peut amener un biais, puisque les pratiq (...)

21Deux groupes sociaux (Tableau 2) se différencient assez nettement, en fonction de caractéristiques sociales8, spatiales9 et « sportives »10 avec d’un côté les marcheurs nordiques et les randonneurs et d’autre part les vététistes, les pratiquants de courses d’orientation et les traileurs11.

Tableau 2. Caractériser les pratiquants de trail et de raid par rapport aux autres pratiques de loisirs sportifs

 

Trail, raid et VTT (175/302)

Randonnée, marche nordique (127/302)

Sexe

Homme (93,1 %)

Femme (66,1 %)

Âge

De 30 ans à moins de 45 ans (44 %)

60 ans et plus (65,4 %)

Diplôme

Bac +3 et plus (42,3 %)

Dont 20,6 % de Bac +5

Baccalauréat ou brevet pro. (20,5 %)

CAP, BEP ou équivalent (17,3 %)

PCS

Cadre et prof. Intel. sup. (30,3 %)

Retraité (59,8 %)

Matériels en forêt

Utilise un GPS (36,2 %)

N’utilise rien (43,9 %)

  • 12 Pour plus de détails sur le sujet voir : (Boutefeu, 2008; Granet & Dobré, 2009; Lepillé, 2017, p. 1 (...)

22Alors que la course à pied féminine médiée par des applications mobiles de sport et d’activité physique (AMSAP) se développe (Vignal et al., 2022) on observe que les femmes ne s’aventurent que peu, seules, en forêt12. Retrouve-t-on ce phénomène en montagne ? Tout d’abord, il faut être vigilant et dissocier les pratiques qui s’y déploient en hiver et en été. Au regard de la littérature (Chimot, 2004 ; Dietch, 2021 ; Mennesson, 2005 ; Valla, 1987) il semble que, comme en forêt, certaines pratiques soient plus masculines comme la pratique du VTT par exemple. D’autres sont plutôt mixtes comme la randonnée et enfin certaines sont plus féminines comme la marche nordique.

23L’enquête menée par questionnaire montre que les loisirs sportifs forestiers sont très majoritairement le fait des plus de 30 ans, alors que les moins de 30 ans pratiquent plus que les autres en dehors de ces espaces (Commission européenne, 2014).

24Si la possession d’un smartphone (qui permet l’utilisation d’AMSAP) a doublé depuis 2013, de 39 % à 77 % (ARCEP, 2019), et qu’aujourd’hui toutes les catégories d’âges sont concernées (Dagiral, 2019) on observe qu’en forêt il y a des formes de résistance à l’utilisation du numérique que nous allons par la suite étayer. La sociologie de l’expérience (Dubet, 1994) permet ici de saisir la diversité des expériences, démontrant que face à cette lame de fond que représente le numérique, de nombreuses résistances émergent, notamment dans les désirs de coupure avec la ville et de déconnexion (numérique ou non).

25Les AMSAP recueillent « distance parcourue, nombre de pas, itinéraire emprunté, temps réalisé, vitesses atteintes, dénivelé, fréquence cardiaque, calories dépensées, etc. » (Soulé et al., 2022). Après le recueil de données, il y a une connexion par l’intermédiaire d’Internet qui permet de partager des données sur des plateformes communautaires (strava, Garmin, Suunto, etc.), mais également sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, etc.) ce qui permet des interactions avec d’autres utilisateurs.

26Les AMSAP sont utilisées dans le sport de haut niveau (Dalgalarrondo, 2018), mais qu’en est-il de la pratique et des pratiquants ordinaires qui sont les plus nombreux ?

  • 13 Ce traitement est créé à partir de l’ensemble des écarts à l’indépendance, du Khi2 par case et du P (...)

27Au sein de notre échantillon, trois types de pratiquants se dégagent de l’analyse quantitative grâce à un traitement du type « profil de modalité »13. Ceux qui sont dans un dépaysement hebdomadaire avec un peu d’engagement physique, ceux qui sont dans un entraînement régulier pour préparer des échéances sportives ou pour se maintenir en forme et enfin les hyper-pratiquants parmi lesquels on retrouve l’utilisation d’AMSAP.

28Cette dernière catégorie nous intéresse particulièrement. Nous allons donc nous pencher sur ce dernier type dans la partie suivante.

Des logiques internes aux activités qui structurent le rapport aux usages digitaux

  • 14 Ils pratiquent pour 32 % d’entre eux « 4 fois par semaine et plus » et pour un deuxième tiers (30,9 (...)

29Les raideurs et les traileurs enquêtés sont dans une pratique quasi quotidienne de l’entraînement, nous les qualifions donc d’hyperpratiquants14. Ils sont également des poly-pratiquants, qui apprécient particulièrement l’espace forestier et en font un terrain de jeux : 32,6 % d’entre eux y pratiquent « 5 activités et plus », et 52 % « 4 activités et plus ». 48 % d’entre eux résident à « moins de 5 minutes » d’une forêt, à laquelle ils accèdent de manière « douce » : à pied (34,3 %) ou à vélo (41,3 %).

30Si l’on croise l’utilisation d’un programme d’entraînement et d’AMSAP, il apparait que ces hyper-et-poly-pratiquants sont les plus numériquement équipés. Les AMSAP qui combinent entre autres les fonctions de géolocalisation et de cardiofréquencemètre, sont souvent mises en avant pour éviter les « ruptures », contrôler les efforts et respecter une programmation.

  • 15 Un homme, enseignant chercheur, Vététiste et coureur, le 18 novembre 2014.

31C’est ici que les AMSAP sont particulièrement utiles pour mesurer comme en témoigne ce traileur qui raconte les discussions qu’il entretient avec d’autres coureurs mesurant leur activité : « Ils te disent “j’étais à 12’07, j’ai fait tant de km, en tant de temps et avec tant de dénivelé”. Ils ont besoin d’avoir une approche chiffrée de leur activité. »15.

32Dans ce cadre les AMSAP apportent aux pratiquants une extension d’un rapport à soi et d’une connaissance de soi notamment lorsqu’ils évoluent en dehors des institutions, et en l’absence d’entraîneur. Cela suppose tout de même une compétence et un travail conséquent pour s’approprier les données et les outils.

  • 16 Nous présentons les résultats dont la force d’attraction entre deux modalités (par rapport au PEM) (...)

33L’utilisation d’une application de géolocalisation (GPS) dépend également de l’activité pratiquée, comme le montre le Tableau 316.

Tableau 3. Tri croisé entre l’activité pratiquée et l’utilisation de matériel pour se repérer en forêt (Khi2=105,8 ddl=12, p<.05 n=275)

 

Course d’orientation (dans un raid). n=58

Trail. n=53

VTT n=30

Marche nordique. n=71

Randonnée pédestre. n=56

Total

Une carte une boussole

58,3 %

42,5 %

9,4 %

19,4 %

51,8 %

33,8 %

Un topoguide

6,3 %

2,5 %

9,4 %

19,4 %

12,5 %

10,9 %

Un GPS

27,1 %

52,5 %

32,8 %

10,4 %

0 %

22,5 %

Rien

8,3 %

2,5 %

48,4 %

50,7 %

35,7 %

32,7 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

34Si 22,5 % de l’échantillon utilisent un GPS, les résultats obtenus reflètent les logiques propres à chaque activité. La course d’orientation (C-O) propose par jeu, c’est sa logique ludique propre, un défi de lecture : les cartes papier fournies constituent un contrepoint intéressant à l’heure de la géolocalisation digitale. Les raideurs, pour autant, utilisent également, pour 25 % d’entre eux, un GPS, ils ne sont donc pas réfractaires à la technologie et à ses services. On voit que la forêt participe ici d’un jeu plus global, dans lequel l’appropriation spatiale s’effectue à partir de modalités variées.

  • 17 Entretien avec un homme, Retraité, Randonneur, le 21 novembre 2014.

35Aucun randonneur de l’échantillon n’utilise de GPS. C’est ici la limite de l’enquête par questionnaire, qui propose une image à un moment précis, alors que l’approche centrée sur l’expérience des acteurs (Dubet, 1994), permet de saisir les motifs et les motivations d’actions. Le dirigeant d’un club17 nous explique qu’il possède un patrimoine de cartes papier très conséquent. Il explique en revanche que la fédération fait, quant à elle, le pari de la digitalisation et souhaite que les randonneurs-baliseurs enregistrent et partagent les parcours. On voit comment des usages existent et résistent, mais aussi comment l’institution délégataire aux yeux de l’État pousse à la digitalisation. Si les plus âgés sont moitié moins équipés en Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) que le reste de la population française (Albérola et al., 2019), on sait que ce sont les interfaces imposées pour les démarches à accomplir et le souci de rester en contact avec les autres qui les incitent à digitaliser leurs pratiques (Dou Goarin, 2014). Les marcheurs nordiques, dans leur grande majorité, n’utilisent rien pour se repérer en forêt. Dans les clubs enquêtés, ils suivent des encadrants sur des sentiers balisés et refont généralement le même parcours.

  • 18 Entretien avec un homme, 32 ans, Enseignant d’EPS, Vététiste, le 15 octobre 2014.
  • 19 Entretien avec un homme, 43 ans, ouvrier, Pratiquant de VTT, le 16 juin 2016.

36Les traileurs et les vététistes sont surreprésentés parmi les individus les plus équipés numériquement. Pour les traileurs le GPS est le matériel majoritairement utilisé, et parmi les vététistes cela représente une personne sur trois. Les individus qui n’utilisent rien sont également surreprésentés parmi les vététistes. Deux approches du VTT se distinguent. Les « digitalisés » anticipent les sorties, cherchent des parcours ou des cartes numériques sur des applications, utilisent l’application « pour optimiser la distance à parcourir, le parcours en fonction de mes intentions derrière. »18. Lorsqu’ils utilisent un cardiofréquencemètre c’est pour « se trouver parce que parfois quand ça monte, tu es en rupture, tu ne le sais pas spécialement. Parfois l’entraîneur dit : « vous montez à votre maximum, par exemple 182 pulsations minute »19.

37Après avoir vu les différents rapports au numérique de la part des pratiquants, nous allons discuter les résultats à l’aide d’une typologie qui croise le niveau d’engagement dans la pratique et l’utilisation ou non du numérique. Nous proposons ci-après de faire dialoguer cette typologie en forêt avec les usages récréatifs de la montagne afin de comprendre les similitudes et les différences.

Appropriations de la forêt : un stade comme un autre, mais pas que…

  • 20 L’AFC est une méthode statistique qui détermine le lien entre des variables discrètes. L'AFC est un (...)

38Dans un premier temps et avant d’analyser ce que le numérique fait à la pratique dans les espaces naturels, voyons si, dans le cadre des médiations territoriales (Di Méo, 2001), les différents usages construisent des territorialités différenciées. Pour ce faire, l’utilisation d’une Analyse factorielle de correspondances20 et d’une classification par les centres mobiles (CM), figure 1, qui croise des éléments du questionnaire fait apparaitre quatre clusters (A, B, C et D).

  • 21 Nous utilisons une classification de type « Centres Mobiles » (CM) qui est une méthode de classific (...)

Figure 1. AFC qui croise les loisirs sportifs (en bleu), la perception du terrain d’entraînement (en rouge), la distance à la forêt (en vert), le nombre d’activités pratiquées en forêt (en violet) et le mode de déplacement pour accéder à la forêt (en marron)21

Figure 1. AFC qui croise les loisirs sportifs (en bleu), la perception du terrain d’entraînement (en rouge), la distance à la forêt (en vert), le nombre d’activités pratiquées en forêt (en violet) et le mode de déplacement pour accéder à la forêt (en marron)21

39Si l’axe horizontal sépare les cyclistes (VTT et route, en partie haute) des piétons (C-O, trail, marche nordique et rando, en partie basse), l’axe vertical sépare quant à lui les « hyper-et-poly-pratiquants » (vététistes, traileurs et C-O), des autres. Ceux-ci sortent parfois des sentiers balisés et empruntent des singles tracks, à la différence de ceux qui par leurs activités (marche nordique, randonnée pédestre et cyclisme sur route) tendent à rester sur les chemins balisés. Ceux qui pratiquent et fréquentent le plus la forêt se disent plus que les autres attachés aux terrains d’entraînement que constituent les forêts, qu’ils hyper-fréquentent, par de multiples activités, et parcourent en tous sens. Ces hyper-pratiquants privilégient un espace proche pour pratiquer. Ils connaissent les spécificités et particularités, des parcours, les distances, etc. Cela permet d’avoir des pratiques de répétition, et de comparer des performances (temps réalisés à l’entraînement) notamment grâce aux AMSAP qui proposent des graphiques qui permettent d’analyser sa progression. Une dialectique apparait ici en fonction de ceux pour qui la forêt est un terrain d’entraînement « parmi d’autres », la forêt peut ici être perçue comme un stade, et ceux qui la perçoivent comme un milieu « apprécié tout particulièrement ».

  • 22 Sortir en forêt pour observer le milieu et y découvrir des choses (la faune sauvage, des arbres séc (...)

40Nous proposons donc une typologie. Celle-ci est le fruit du traitement des résultats quantitatifs éclairés par les entretiens semi-directifs, les observations de terrain et la littérature. Elle est pensée à partir d’une double dialectique. Un premier axe examine le lien entre l’utilisation du numérique et la logique motrice de l’activité. La prise en compte de la logique motrice (Parlebas, 2005), fournit des indicateurs objectifs liés à l’espace, aux objets, au temps et aux interactions sociales, facilitant une identification précise des rôles sociomoteurs médiés par le territoire et par les usages du numérique dans celui-ci. Un deuxième axe, se centrera sur la perception de la forêt, comme milieu recherché pour lui-même22, d’une part, ou comme terrain d’entraînement, d’autre part (figure 2).

41Cette typologie donnera à voir quatre manières d’être en forêt que nous détaillerons. « S’occuper de soi » et « se dépayser » que nous analyserons dans un premier temps. Ensuite, nous centrerons l’analyse sur les activités médiées par les usages du numérique, que la forêt soit considérée comme un stade qui permet de « se dépasser » ou qu’elle soit considérée comme un milieu à « explorer ». Les zones de texte en bleu et en rouge participent d’une montée en généralité qui permettra de constater que la forêt est finalement l’Autre (Cléro, 2003) de la ville.

42Nous tenterons dans cette partie de faire dialoguer cette typologie avec les activités de loisirs sportifs de montagne à l’aune de la littérature actuellement disponible.

43Cette approche propose de revenir aux motifs sur lesquels se fondent les pratiques, selon qu’elles visent des dépaysements, des explorations, des dépassements ou des retours sur soi.

Figure 2. Typologie des formes d’appropriation de la forêt par les pratiquants de loisirs sportifs

Figure 2. Typologie des formes d’appropriation de la forêt par les pratiquants de loisirs sportifs
  • 23 Entretien avec un homme, 39 ans, sans emploi, trail et triathlon, le 2 février 2013.
  • 24 Entretien avec un homme, enseignant chercheur, Vététiste et coureur, le 18 novembre 2014.

44Une première catégorie (« s’occuper de soi ») regroupe des individus qui n’ont pas d’équipement en lien avec la logique motrice, et pour qui la forêt est considérée comme un stade. Pour ces individus la sortie en forêt est un temps pour s’occuper d’eux-mêmes. Ces individus considèrent la forêt comme un stade. La sortie en forêt permet : de se « vider la tête. »23, de s’isoler, d’être au calme et ainsi de s’occuper principalement de soi. Cette activité est également le moyen de revenir à l’essentiel, aux choses simples sans calcul. Courir ou pédaler pour le simple plaisir de le faire, sans utiliser de matériel superflu comme l’explique ce pratiquant : « Tout ce qui est géolocalisation, GPS et compagnie ce n’est pas ce qui m’intéresse, moi ce qui m’intéresse c’est les sensations »24

  • 25 Entretien avec un homme, 32 ans, Maitre-nageur, triathlon, le 2 février 2013.
  • 26 Un homme, 33 ans, Ingénieur, coureur, le 2 février 2013.
  • 27 Un homme, 43 ans, agent de sécurité, coureur, , le 2 février 2013.

45Une deuxième catégorie regroupe des individus qui n’ont pas d’équipement en lien avec la logique motrice, et pour qui la forêt est considérée comme un milieu. « Se dépayser » c’est aller en forêt pour s’immerger dans un milieu, qui fonctionne comme un ailleurs symbolique. Lazzarotti (1995, p. 17) avait identifié cette demande qui, « en l’occurrence, se comprend par rapport à un quotidien ». Les entretiens regorgent de ces moments qui « représentent une évasion, le fait de se sentir ailleurs »25, « C’est la nature pas loin de chez nous. Moi je viens de la montagne donc c’est une chance d’avoir cela à proximité […] Les forêts représentent le calme, le bien-être, on y respire mieux. »26. Le souci de rompre avec la ville, de s’en évader participe de la même logique signifiante, dans laquelle « passer du temps en forêt » revient à « s’évader » de sa « condition citadine ». Ce dépaysement passe parfois par une adversité avec le milieu, « sur les chemins et dans la boue »27.

  • 28 Un homme, enseignant chercheur, Vététiste et coureur, le 18 novembre 2014

46Ces deux premières formes, plus classiques, d’utilisation de la forêt sans outil numérique se retrouvent également en montagne. Ce qui va changer, dans ces deux premières formes, par rapport à l’activité dans des forêts de plaine, comme nous le confie ce pratiquant multiactivités : « c’est le dénivelé », « pour moi le but c’est d’arriver au sommet […] je ne conçois donc la forêt que pour courir car c’est moins monotone »28.

47Il apparait ici que les espaces forestiers peuvent être porteurs de sens en tant que médiateur entre le territoire et la pratique digitalisée ou non. Dans d’autres cas, ils sont simplement considérés comme des espaces parmi d’autres et ne portent alors pas de sens particulier.

48La deuxième partie de la typologie se concentre sur des formes de loisirs au prisme du numérique. Un premier point de discussion intéressant à relever est que les usages du numérique en montagne semblent beaucoup plus variés. 141 usages du numérique avec 10 grands types d’utilisations sont recensés en montagne (Lesné et al., 2022). On observe d’ailleurs certains de ces types d’utilisations en forêt. On peut citer entre autres : « L’e-pratiquant challenger », « le performeur », « l’expéditionniste ». Dans ce dernier cas, des points de rapprochement existent : le pratiquant se prépare et organise sa sortie sur la durée, le matériel à emmener, l’eau, de la nourriture, mais également sur ce qu’il souhaite réaliser dans le cadre d’une pratique et/ou d’une préparation à une compétition. Une fois dans la pratique, il se connecte à son dispositif numérique. À son retour les informations sont partagées sur des sites collaboratifs (openrunner, trace de trail, Strava, etc.).

49La partie inférieure de la typologie va concerner l’utilisation d’équipement numérique que la forêt soit un terrain d’« entraînement comme un autre », un stade, ou au contraire un milieu recherché pour lui-même. Nous observerons ici, deux types de pratiques qui confinent parfois au « dépassement de soi » et parfois à l’« exploration du territoire ».

  • 29 Entretien avec un homme, 43 ans, ouvrier, Pratiquant de VTT, le 16 juin 2016.

50La dimension numérique peut venir s’inscrire dans l’horizon du « dépassement de soi ». La forêt peut être un lieu qui permet de se dépasser, que ce soit dans le cadre d’une sortie ou dans celui d’une épreuve sportive. Pour étayer cet argument examinons le cas d’un vététiste exposant sa propre pratique, tout comme celle de son fils : « je n’utilise pas de matériel spécifique autre que ce qui est nécessaire, mais mon fils lui il a une [montre] Garmin. C’est génial, il y a le cardio, la fréquence de pédalage, etc. »29. Il est donc très équipé, puisqu’en plus du GPS, il a une ceinture autour de la taille pour mesurer son activité cardiaque, il utilise un autre appareil placé sur les roues de son vélo, un capteur de cadence, qui mesure la fréquence de pédalage. Cet équipement peut interconnecter ces dispositifs à un ordinateur, exploitant ainsi la possibilité de planifier ses sessions, se mesurer à ses pairs, ou observer l’évolution de sa pratique.

  • 30 Un homme, Maître de conférences (STAPS), traileur, entraîneur de son association jog’nature, le 30  (...)

51Les individus orientés vers le « dépassement de soi », tendent, d’une part, à parcourir des itinéraires similaires en vue de quantifier une progression et, d’autre part, à se servir d’instruments pour évaluer ces avancements. Tel est le cas de ce groupe de coureurs qui mesure le dénivelé en utilisant la topographie d’un lieu qu’il nomme le « Half-pipe » et dont ils connaissent la distance et le dénivelé. « on a comme ça une grande descente, une grande montée et dès qu’on arrive au sommet du chemin en haut de l’église, et bien, on redescend »30. En fonction de leur niveau, ces coureurs se divisent en groupes et réalisent entre 3 et 6 fois le « Half-Pipe », tout en mesurant leur fréquence cardiaque en fonction du dénivelé, dans le but d’évaluer leur progression par l’intermédiaire des AMSAP. Le territoire est ici porteur de sens en tant que médiateur de la pratique.

  • 31 Dans l’application Strava, un segment est une portion de route ou de sentier créés et édités par le (...)
  • 32 Une femme, 32 ans, traileuse, le 15 décembre 2022

52Pour ces individus la forêt peut être comparée à un stade avec la piste d’athlétisme et ses repères au sol qui sont autant d’outils de mesure. Un extrait d’entretien prend ici tout son sens. Une coureuse qui utilisait Strava dans les forêts de l’agglomération rouennaise et qui a poursuivi dans la région de Grenoble nous explique que même si sa pratique de mesure reste la même c’est le niveau des traileurs qui change : « À Rouen il était plus facile de gagner certains segments31, mais autour de Grenoble les temps réalisés sont tellement élevés qu’il est impossible d’aller chercher la plupart des segments »32. Ici aussi le territoire est porteur de médiation dans les dynamiques socio-spatiales. Ici on peut questionner le fait que l’utilisation des AMSAP fonctionne sur des pratiquants de niveaux proches qui s’influencent entre eux (Pharabod et al., 2013). Le changement de milieu et la confrontation avec des individus de niveau plus élevé dans les zones de montagne peuvent-ils entraîner un désengagement de la pratique ?

  • 33 Entretien avec un homme, 32 ans, Enseignant d’EPS, Vététiste, le 15 octobre 2014.

53Enfin, les désirs d’exploration du territoire et du milieu sont ainsi susceptibles de trouver dans les digitalisations des possibilités d’augmentation des capacités, pour assister ou approfondir des découvertes. Par exemple, ce vététiste qui témoigne de ses explorations GPS pour modifier son parcours : « je cherche parfois à modifier un parcours que je fais régulièrement pour le rallonger et changer un peu la dominante du parcours. »33. Il utilise le territoire dans le cadre d’un entraînement avec des parcours, certains avec du dénivelé, d’autres pour la vitesse, etc.

54Les digitalisations font émerger de nouvelles formes d’urbanité, qu’alimentent par exemple les sites communautaires. Cet investissement du numérique dans les espaces naturels est visible dans les forêts (carte 2) comme dans les espaces de montagne (carte 3).

Carte 2. Une carte produite par Suunto qui recense les différents parcours que des coureurs mettent en ligne sur le site, page consultée le 21 avril 2021

Carte 2. Une carte produite par Suunto qui recense les différents parcours que des coureurs mettent en ligne sur le site, page consultée le 21 avril 2021

Carte 3. Une carte produite par Suunto qui recense les différents parcours que des marcheurs mettent en ligne sur le site, page consultée le 14 décembre 2019

Carte 3. Une carte produite par Suunto qui recense les différents parcours que des marcheurs mettent en ligne sur le site, page consultée le 14 décembre 2019

55Les espaces forestiers deviennent des hyperterritoires (Musso, 2008). Ce concept permet de comprendre comment les technologies de l’information et de la communication modifient le lien des individus avec le territoire et l’espace. Il constitue une notion clé pour saisir les dynamiques territoriales à l’ère numérique. L’investissement des espaces forestiers et de montagne par des individus équipés numériquement entraîne, ainsi, de nouvelles problématiques pour les gestionnaires. Les forestiers, par exemple, ont la volonté de concentrer la fréquentation autour d’équipements spécifiques (un parcours de 5 kilomètres par exemple, carte 2). La technologie au service de la découverte de la nature et l’utilisation de matériels connectés sont aussi l’occasion de mettre en lumière des espaces. Le coureur peut ainsi « tomber » par hasard sur un lieu qu’il apprécie, le pointer sur sa montre (Point Of Interest, POI). Il peut également suivre les traces que d’autres ont laissées. Cette itinérance assistée se poursuit au retour de l’activité car l’individu a la possibilité de mettre son parcours en ligne, de partager son expérience, d’ajuster son profil, son palmarès, de recevoir des commentaires et des encouragements, des appréciations d’individus venant féliciter l’individu pour sa « performance ». Cette collecte de données représente un travail conséquent avant (préparation, charge, mise en route, vérification du fonctionnement), mais également après coup (exporter, donner du sens aux données) (Lupton, 2019).

Conclusion

56Cette contribution montre que les loisirs sportifs en forêt, comme dans les espaces de montagne, ont été affectés par le déploiement du phénomène de digitalisation. Plus que les activités elles-mêmes, l’article montre que ce sont les modalités de pratique qui se prêtent ou résistent à leur digitalisation. Les digitalisations ici étudiées renvoient aux promesses de solutions embarquées, aux tendances liées à l’automesure, au souci de soi d’une part et aux géolocalisations d’autre part. Les résultats montrent que ces deux types d’usages possibles s’inscrivent dans des désirs qui leur préexistent, selon que les pratiques visent des dépaysements, des explorations, des dépassements ou des retours sur soi.

57Pour autant les loisirs sportifs en forêt résistent en partie à l’avènement du tout numérique. Une partie non négligeable de pratiquants s’inscrivent encore dans des demandes de retour à l’élémentaire qui renvoie à des désirs de déconnexion numérique. Ainsi, l’étude empirique des usages impose de relativiser l’ampleur de la révolution numérique, en forêt tout du moins.

58Il n’en reste pas moins que les forêts urbaines, parce qu’elles sont enclavées dans un tissu urbain dense, participent des paysages dans lesquels se déploient des pratiques « d’augmentation de soi », par des retours « chiffrés sur soi » et par des « partages de soi », de son activité, par l’intermédiaire des réseaux sociaux. La forêt est un milieu qui se présente de plus en plus comme un équipement de la ville, dans lequel le citadin « transporte en forêt son usage de la ville : il y circule plus qu’il ne contemple. » (Piveteau, 1999). Les loisirs sportifs en forêts urbaines réinventent les relations ville-forêt, en créant un ailleurs de proximité. La forêt n’est donc pas seulement un stade comme un autre, elle est également l’Autre du stade et l’Autre (Cléro, 2003) de la ville. La forêt serait, en reprenant les concepts lacaniens, une force invisible mais puissante qui façonne l’expérience au monde et aux individus à travers une dimension symbolique, mais également sociale. Le mot « arbre », selon Lacan, ne représente pas simplement un objet physique, mais il est chargé de significations culturelles et symboliques.

59La forêt cristallise les aspirations, divergentes et contradictoires, de ceux qu’elle abrite. On ne peut que s’interroger sur les effets d’entraînement que sont susceptibles de générer les désirs d’augmenter la couverture numérique des massifs forestiers, qui ne sont actuellement ni réfléchis et questionnés par les aménageurs, ni partagés avec les experts, ni mis en débat ou en consultation dans les démarches participatives qu’organise la métropole rouennaise.

60C’est ici qu’une réflexion autour d’une station forestière de loisirs (Lepillé, 2017) pourrait être pensée avec l’aide des travaux sur les smart city dans l’idée de combiner les technologies de l’information et de la communication avec une approche des loisirs en forêt par l’idée de station.

Haut de page

Bibliographie

Albérola E., Aldeghi I., Baillet J., & Berhuet S., 2019.– Baromètre du numérique 2019, CREDOC.

ARCEP., 2019.– Enquête sur la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française en 2019, CREDOC.

Boutefeu B., 2007.– La forêt comme un théâtre ou les conditions d’une mise en scène réussie, Lyon, thèse de doctorat en Géographie.

Boutefeu B., 2008.– « La forêt, théâtre de nos émotions », Rendez-Vous Techniques, 19, p. 3-8. https://www.onf.fr/outils/ressources/f25a6717-0092-4260-bbc3-ca660696767f/++versions++/1/++paras++/2/++ass++/1/++i18n++data:fr?_=1544440407.709505&download=1

Canneva H., 2005.– La pratique des activités physiques et sportives en France, MJSVA / INSEP.

Chimot, C. 2004.– « Répartition sexuée des dirigeant(e)s au sein des organisations sportives françaises », Staps, no 66(4), p. 161-177. DOI : https://doi.org/10.3917/sta.066.0161.

Cibois, P. 2007.– Les méthodes d’analyse d’enquête, PUF.

Cléro, J.-P. 2003.– « Concepts lacaniens », Cités, no 16, p. 145-158.

Commission Européenne, (2014).– Eurobaromètre sur le sport et l’activité physique.

Dagiral É., 2019.– « Extension chiffrée du domaine du perfectionnement ? La place des technologies de quantification du soi dans les projets d’auto-optimisation des individus », Ethnologie Française, vol. 49, no 176(4), p. 719-734. DOI : https://doi.org/10.3917/ethn.194.0719.

Dalgalarrondo S., 2018.– « Surveiller et guérir le corps optimal », L’Homme & La Société, no 207(2), p. 99-116. DOI : https://doi.org/10.3917/lhs.207.0099.

Deuffic P., Granet A.-M., & Lewis N. 2004.– « 1960–2003 : évolution de la demande sociale face à la forêt », Rendez-Vous Techniques, no 5, p. 10-14.

Dietch, B., 2021.– Les sports de nature en France. Points de repère et tendances 2020, INJEP Notes & rapports/Note thématique.

Di Méo G., 2001.– Géographie sociale et territoires, Nathan université.

Dou Goarin C., 2014.– « La socialisation tertiaire des seniors », Empan, vol. 94, no 2, p. 137-143. DOI : https://doi.org/10.3917/empa.094.0137.

Dubet F., 1994.– Sociologie de l’expérience, Éditions du Seuil.

FPC Marketing direct et relationnel, 2014.– Enquête quantitative sur les forêts de l’agglomération rouennaise. Communauté de l’Agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe (CREA).

Granet A.-M., Dobré M., 2009.– « Les citadins et la forêt en France », Revue Forestière Française, 1999(5), p. 521-534. DOI : https://doi.org/10.4267/2042/31531.

Ivankova N. V., Creswell J. W., Stick S. L., 2006.– « Using Mixed-Methods Sequential Explanatory Design: From Theory to Practice », Field Methods, vol. 18, no 1, p. 3-20. DOI : https://doi.org/10.1177/1525822X05282260.

Lazzarotti, O., 1995.– Les loisirs à la conquête des espaces periurbains, L’Harmattan.

Lepillé R., 2017.– Forêts urbaines de loisirs. Usages récréatifs et manières d’habiter, Rouen, thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives. En ligne : http://www.theses.fr/2017NORMR069, consulté le 17 janvier 2024.

Lepillé R., Evrard B., Bussi M., Féménias, D., 2017a.– « Formes de marche et immersions dans la nature : ressourcements et dépaysements dans les forêts urbaines », Loisir et Société / Society and Leisure, vol. 40, no 1, p. 113-136. DOI : https://doi.org/10.1080/07053436.2017.1282029.

Lepillé R., Evrard B., Bussi M., Féménias, D., 2017b.– « Residing in the city, living on the fringe of the forest: differentiated forest leisure activities, significant urban adjustments », Leisure/Loisir, vol. 41, no 1, p. 131-164. DOI : https://doi.org/10.1080/14927713.2017.1339363.

Lepillé R., Evrard B., Bussi M., Féménias, D., 2017c.– « Quand la forêt devient un équipement de la ville : un parc animalier à l’échelle de l’agglomération rouennaise », VertigO, Hors-série 28. DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.18312.

Lesné R., Mao P., François H., Langenbach M., Robinet N., 2022.– « Les traces numériques au service de l’observation des pratiques récréatives dans les espaces naturels », Les Enjeux Des Jeux.

Lupton D., 2019.– « Toward a More-Than-Human Analysis of Digital Health: Inspirations From Feminist New Materialism », Qualitative Health Research, vol. 29, no 14, p. 1998-2009. DOI : https://doi.org/10.1177/1049732319833368.

Maresca B., 2000.– La fréquentation des forêts publiques en Ile de France, CREDOC. En ligne : http://www.credoc.fr/pdf/Sou/forets.pdf, consulté le 17 janvier 2024.

Mennesson, C., 2005.– « Les femmes guides de haute montagne : Modes d’engagement et rapports au métier », Travail, Genre et Société, vol. 13, no 1, p. 117-137. DOI : https://doi.org/10.3917/tgs.013.0117.

Michel, H., Salvador, M., & Kreziak, D., 2022.– « Microaventure : une autoproduction sauvage de l’expérience touristique de proximité ? », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, no 5, p. 807-824. DOI : https://doi.org/10.3917/reru.225.0807.

Mika Research, 2010.– Enquête quantitative sur les forêts de l’agglomération rouennaise. Communauté de l’Agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe (CREA).

Morin G.-A., 2010.– « La continuité de la gestion des forêts françaises de l’ancien régime à nos jours, ou comment l’État a-t-il pris en compte le long terme », Revue Française d’administration Publique, no 134/2, p. 233-248. DOI : https://doi.org/10.3917/rfap.134.0233.

Muller L., 2005.– Participation culturelle et sportive Tableaux issus de l’enquête PCV de mai 2003, Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE). En ligne : http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/docs_doc_travail/f0501.pdf, consulté le 17 janvier 2024.

Musso P., 2008.– « Territoires numériques », Médium, no 15, p. 25-38.

Parlebas P., 2005.– « Mathématisation élémentaire de l’action dans les jeux sportifs », Mathématiques et Sciences Humaines, no 170, p. 95-117.

Passeron J.-C., 1987.– « Attention aux excès de vitesse. Le “nouveau” comme concept sociologique », Esprit, vol. 125, no 4, p. 129-134. En ligne : https://www.jstor.org/stable/24469488, consulté le 17 janvier 2024

Pharabod A.-S., Nikolski V., Granjon F., 2013.– « La mise en chiffres de soi », Réseaux, no 177(1), p. 97-129. DOI : https://doi.org/10.3917/res.177.0097.

Piveteau V., 1999.– « Un patrimoine soumis aux pressions des activités humaines », Les Espaces boisés en France: bilan environnemental, IFEN, p. 129-137

Soulé B., Perrin C., & Marchant G., 2022.– « Digital uses in the practice of sports and the encouragement of physical activity: From the promises to the effects of “connected sports” », Loisir et Société/Society and Leisure, vol. 45, no 3, p. 449-453. DOI : https://doi.org/10.1080/07053436.2022.2140969.

Soulé, B., 2007.– « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches Qualitatives, vol. 27, no 1, p. 127-140.

Stiegler B., 2018.– Dans la disruption : comment ne pas devenir fou?, Actes Sud.

TNS Opinions & Social, 2010.– « Sport et Activités Physique », Eurobaromètre spécial 334. En ligne : http://ec.europa.eu/sport/library/documents/d/ebs_334_fr.pdf, consulté le 17 janvier 2024.

Valla, F., 1987.– « Principaux résultats d’une enquête sur la pratique des sports de montagne », Revue de géographie alpine, vol. 75, no 2, p. 183-196. DOI : https://doi.org/10.3406/rga.1987.2677.

Vignal B., Routier G., Lefèvre B., & Soulé B., 2022.– « Courir et mesurer autrement : le recours aux objets connectés par les pratiquantes de la course à pied », Loisir et Société/Society and Leisure, vol. 45, no 3, p. 482-505. DOI : https://doi.org/10.1080/07053436.2022.2140977.

Haut de page

Notes

1 Article L. 312-2 du code du sport.

2 En France, 74 % de la forêt est privée (Morin, 2010).

3 Dans cet article, les termes de numérique et de digital seront utilisés indistinctement puisque la distinction est essentiellement linguistique. Au-delà de la sémantique il s’agit de dispositifs numériques (montres connectées, smartphones avec applications dédiées) qui captent, stockent, traitent et permettent de visualiser des données d’activité dans un but d’analyse (Soulé, Perrin, & Marchant, 2022).

4 Paul Arnould, Président du comité « Forêt d’Exception® » s’exprimant au journal télévisé de France 3 Normandie le 13 septembre 2016.

5 Pratique en milieu naturel de plusieurs activités (course d’orientation, run & bike, trail, escalade, etc.) qui laisse place à la créativité des organisateurs et à l’adaptation au territoire (forêt, montagne, rivière, etc.).

6 Le corpus est composé d’observations in situ et participantes. L’observation de terrain rend possible l’évaluation des pratiques et des modes de pratique, la fréquentation, les usages que les individus font et notamment de leur utilisation ou non des outils numériques dans leur pratique. L’observation est également devenue participative (Soulé, 2007), lorsque le chercheur endosse le rôle de participant à des compétitions pour comprendre le rapport des pratiquants aux usages numériques.

7 Pour plus de détail sur le mode de passation, le contenu du questionnaire, se référer à : (Lepillé, 2017). Tome 1 : page 241-246. Tome 2 : annexe 8 page 46, annexe 10 page 49, annexe 11 p.55, annexe 12 page 65, annexe 13 page 67.

8 Genre, âge, niveau de diplôme et PCS

9 Perception du terrain d’entraînement, nombre d’activités pratiquées en forêt et mode de déplacement pour accéder à la forêt

10 Activités pratiquées, fréquence de pratique, utilisation de programme d’entraînement, utilisation de matériels dédiés à la pratique

11 La passation de questionnaires dans les clubs de randonnée peut amener un biais, puisque les pratiquants en club sont minoritaires par rapport à l’ensemble de la population qui pratique la randonnée. En revanche, les résultats obtenus confirment ceux d’autres enquêtes menées sur le territoire rouennais depuis 2002 (2002 : N=957 ; 2006 : N=1573 ; 2010 : N=1502 ; 2014 : N=1500). Ces enquêtes ont utilisé différents modes de recueil : sur site (en forêt sur des points de fixation) et par téléphone (selon méthode des quotas). Ainsi malgré les modes de passation qui diffèrent nous retrouvons des profils similaires entre les différentes enquêtes. Le détail de celles-ci est disponible dans Lepillé, R. (2017), Forêts urbaines de loisirs. Usages récréatifs et manières d’habiter, thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, Rouen. En ligne : http://www.theses.fr/2017NORMR069, consulté le 19 janvier 2024.

12 Pour plus de détails sur le sujet voir : (Boutefeu, 2008; Granet & Dobré, 2009; Lepillé, 2017, p. 183; Maresca, 2000)

13 Ce traitement est créé à partir de l’ensemble des écarts à l’indépendance, du Khi2 par case et du Pourcentage de l’Écart Maximum pour chaque modalité d’une variable logique.

14 Ils pratiquent pour 32 % d’entre eux « 4 fois par semaine et plus » et pour un deuxième tiers (30,9 %) « 3 fois par semaine ».

15 Un homme, enseignant chercheur, Vététiste et coureur, le 18 novembre 2014.

16 Nous présentons les résultats dont la force d’attraction entre deux modalités (par rapport au PEM) est forte en gras. Et à l’inverse, lorsque celle-ci est faible elle sera présentée en italique. Les résultats dont l’écart à l‘indépendance ne sont pas significatifs sont présentés en gris clair.

17 Entretien avec un homme, Retraité, Randonneur, le 21 novembre 2014.

18 Entretien avec un homme, 32 ans, Enseignant d’EPS, Vététiste, le 15 octobre 2014.

19 Entretien avec un homme, 43 ans, ouvrier, Pratiquant de VTT, le 16 juin 2016.

20 L’AFC est une méthode statistique qui détermine le lien entre des variables discrètes. L'AFC est une méthode adaptée au tableau de contingence qui donne lieu à l’étude des éventuelles relations existantes entre deux variables nominales dans un grand nombre de variables (Cibois, 2007). Elle a l’avantage d’être représentée graphiquement. Un trait (en vert ici) représente la force de la relation entre deux variables. Plus le trait est épais et plus le lien entre les deux variables est fort. Nous associons parfois à l’AFC une analyse de type « Centres Mobiles » (CM) qui est une méthode de classification automatique utilisée pour répartir des individus dans un certain nombres de classes.

21 Nous utilisons une classification de type « Centres Mobiles » (CM) qui est une méthode de classification automatique utilisée pour répartir des individus dans un certain nombre de classes ici nommées A, B, C et D. Nous nous sommes servis de cette classification pour tracer des patatoïdes qui facilitent la lecture de l’AFC.

22 Sortir en forêt pour observer le milieu et y découvrir des choses (la faune sauvage, des arbres séculaires, etc.).

23 Entretien avec un homme, 39 ans, sans emploi, trail et triathlon, le 2 février 2013.

24 Entretien avec un homme, enseignant chercheur, Vététiste et coureur, le 18 novembre 2014.

25 Entretien avec un homme, 32 ans, Maitre-nageur, triathlon, le 2 février 2013.

26 Un homme, 33 ans, Ingénieur, coureur, le 2 février 2013.

27 Un homme, 43 ans, agent de sécurité, coureur, , le 2 février 2013.

28 Un homme, enseignant chercheur, Vététiste et coureur, le 18 novembre 2014

29 Entretien avec un homme, 43 ans, ouvrier, Pratiquant de VTT, le 16 juin 2016.

30 Un homme, Maître de conférences (STAPS), traileur, entraîneur de son association jog’nature, le 30 septembre 2014.

31 Dans l’application Strava, un segment est une portion de route ou de sentier créés et édités par les membres, où les athlètes peuvent concourir pour du temps.

32 Une femme, 32 ans, traileuse, le 15 décembre 2022

33 Entretien avec un homme, 32 ans, Enseignant d’EPS, Vététiste, le 15 octobre 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. La part des forêts au sein de la Métropole Rouen Normandie
Crédits Conception et réalisation : Romain LepilléSource : BDTOPO IGN / CLC
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12575/img-1.png
Fichier image/png, 589k
Titre Figure 1. AFC qui croise les loisirs sportifs (en bleu), la perception du terrain d’entraînement (en rouge), la distance à la forêt (en vert), le nombre d’activités pratiquées en forêt (en violet) et le mode de déplacement pour accéder à la forêt (en marron)21
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12575/img-2.png
Fichier image/png, 185k
Titre Figure 2. Typologie des formes d’appropriation de la forêt par les pratiquants de loisirs sportifs
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12575/img-3.png
Fichier image/png, 163k
Titre Carte 2. Une carte produite par Suunto qui recense les différents parcours que des coureurs mettent en ligne sur le site, page consultée le 21 avril 2021
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12575/img-4.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Carte 3. Une carte produite par Suunto qui recense les différents parcours que des marcheurs mettent en ligne sur le site, page consultée le 14 décembre 2019
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12575/img-5.png
Fichier image/png, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Lepillé, « La forêt : un stade comme un autre ? »Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 111-3 | 2023, mis en ligne le 15 février 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rga/12575 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rga.12575

Haut de page

Auteur

Romain Lepillé

Normandie Univ., Université de Rouen Normandie, CETAPS (UR 3832)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search