Navigation – Plan du site

AccueilDossiers111-3Transition numérique et fréquenta...

Transition numérique et fréquentation des espaces de montagne

Marc Langenbach, Pascal Mao et Steve Taylor
Traduction(s) :
The Digital Transition and Use of Mountain Spaces [fr]

Texte intégral

1Ce numéro spécial du Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine s’inscrit dans le champ des travaux portant sur les effets de la transition numérique sur la fréquentation et la gestion des territoires de montagne. L’entrée de nos sociétés dans une ère numérique a eu des effets directs et indirects sur différentes facettes de nos quotidiens (Sciadas, 2006) qui sont désormais intégralement accompagnés par des objets connectés, mais aussi par les données qu’ils produisent et que nous partageons volontairement (de manière plus ou moins explicite quand cela relève de conditions générales d’utilisation d’un produit ou d’un service). Les évolutions évoquées ici se retrouvent dans nos modes de production ou de consommation, dans nos déplacements, dans nos relations sociales, dans les usages associés aux domaines médiatiques et culturels, mais aussi dans nos loisirs, qu’ils soient sportifs ou non. De premiers travaux de recherches en sciences de l’information et de la communication (Ibekwe-SanJuan, 2012) portant sur les effets, les impacts ou les recompositions en cours ont permis de qualifier les effets profonds de la montée en puissance du numérique dans nos modes de vie (Lipkin, 2006 ; Doueihi, 2011 ; Marcuse, 2007).

2Les géographes se sont emparé·es de ces objets suivant plusieurs directions parallèles, à la fois en identifiant de nouvelles informations géographiques que sont les Informations géographiques volontaires (Goodchild, 2007) et les processus de contribution des usagers et usagères du numérique à la production de ces informations (Sui et al., 2012) mais aussi en développant des réflexions sur la portée heuristique de ces données (Mericskay, 2021). En outre, ces travaux ont été thématisés via l’étude du rôle de ces informations dans l’observation des mobilités urbaines (Le Breton et al., 2022), sur l’exploitation des données géonumériques par les algorithmes (Noucher, 2020), ou encore sur le rôle des traces numériques pour étudier les comportements spatiaux des touristes en milieu urbain (Mondo et al., 2020) ou en les comparant à d’autres méthodes ou outils d’observation de la fréquentation (Norman et al., 2018).

3Toutefois, outre des travaux méthodologiques étudiant les apports du numérique pour suivre le dérangement de la faune par des pratiquants du ski de randonnée (Rupf & Stauble, 2018), peu de travaux mobilisant les traces numériques se sont jusqu’alors concentrés sur la catégorie d’espace que sont les territoires de montagne, aménagés ou non. Impactée par les effets des changements climatiques, la fréquentation de la montagne est actuellement soumise à une forte évolution (modifications saisonnières, augmentation forte dans certaines régions, nouveaux publics, etc.) qui est en partie soulignée par la notion de « transition récréative » (Corneloup, 2022). Ces espaces fragiles écologiquement sont en effet régulièrement fréquentés pour la pratique des sports de nature, que les traces numériques permettraient d’évaluer de manière objectivée, tant en termes de quantification que de répartition spatiale et temporelle (Davoine & Garat, 2022).

4En outre, les usages du numérique ont aussi fortement transformé la fréquentation, notamment par des pratiques récréatives de la montagne renouvelées (Mao, Obin, 2018). Les pratiquant·es ont recours au suivi de traces préexistantes, à la prise d’informations en temps réel sur les conditions météorologiques, au partage et au commentaire des expériences en direct, voire a posteriori, ou encore au monitoring de la performance. Ce faisant, d’une part iels participent à la production de spatialités collectives propres à leurs pratiques sportives à l’aide de médias spatiaux (Geffroy, 2020) et d’autre part, iels produisent un très grand volume de données (expérientielles, météorologiques, corporelles ou simplement temporelles), quasi systématiquement géolocalisées. Ces nouveaux usages numériques ont généré de nouveaux besoins en termes de matériel, de connectivité (dans des lieux où celle-ci est pourtant logiquement et souvent difficile comme les refuges de montagne ou les massifs peu aménagés) ou encore de régulation des communautés en ligne. Quels qu’en soient les modes d’interprétation et d’analyse, l’ensemble des faits sociaux ancrés en montagne, dont les loisirs sportifs font partie, sont concernés. Ainsi, la production d’informations géographiques volontaires, ou involontaires par l’utilisation de dispositifs numériques connectés prend de plus en plus de place dans les processus décisionnels des gestionnaires d’espaces ou des collectivités territoriales (Santoni, 2022).

5Ce numéro s’articule autour d’une problématique principale - quels sont les apports heuristiques de la transition numérique dans l’observation de la fréquentation et des pratiques dans les espaces de montagne ? dans laquelle les auteurs et autrices ont inscrit leurs articles. Ces contributions n’ont pas vocation à couvrir l’intégralité du champ scientifique que nous venons de présenter et qui est actuellement en émergence, mais elles constituent des éclairages spécifiques à certaines des problématiques et à certains des enjeux identifiés au travers de dispositifs, de nouvelles formes de pratiques, de nouveaux outils ou encore de nouveaux usages de l’espace.

6Robin Lesné et al. proposent tout d’abord une analyse bibliométrique des publications scientifiques traitant des informations géographiques volontaires. Les auteurs et autrices montrent qu’un large corpus d’articles scientifiques (plus de 1000 publications) mobilise cette notion depuis 2009. La géographie et les systèmes d’information géographique sont largement représentés au travers de l’analyse des objets que représentent les réseaux sociaux, ou les sciences citoyennes et participatives. En revanche, peu de publications se sont intéressées jusqu’à aujourd’hui, directement ou indirectement, à la fréquentation touristique ou sportive des espaces naturels et montagnards. C’est sur cette thématique que porte la seconde contribution de Camille Savre et Marie Eveillard-Buchoux. En mobilisant un échantillon de traces géonumériques, l’article montre comment il est possible d’appréhender à différentes échelles l’organisation socio-spatiale de la pratique du trail et ses formes d’usage des espaces de pratique. Elles mènent en outre une réflexion à dimension méthodologique sur les atouts, limites et contraintes liées à l’utilisation de ce type d’informations. Romain Lepillé montre ensuite que ce type de démarche est transférable à d’autres contextes territoriaux. Dans ce cadre, il s’intéresse aux fréquentations récréatives des forêts périurbaines de la Métropole de Rouen Normandie. Par une méthodologie mixte, entre approches quantitatives (questionnaire et big data) et qualitatives (entretiens semi-directifs), sa contribution cherche à décrypter l’effet de la transition numérique sur les usages récréatifs de la nature et les représentations qui y sont associées. Suite à la transition numérique, la forêt serait-elle devenue un stade comme un autre ? Enfin, Alain Schoeny ouvre une autre dimension de l’apport des informations géographiques volontaires : leur mobilisation dans le cadre d’observations faunistiques suivant le principe des sciences participatives et citoyennes. Il décrit les mécanismes de mobilisation d’un réseau d’éco-volontaires suivant la réintroduction du gypaète barbu dans le Parc national du Mercantour. L’auteur définit les concepts de gamification et de ludicisation et détaille leurs effets dans les sciences participatives. L’intégration d’une dimension ludique dans les moyens de faire participer les publics à la démarche questionne les limites que cela induit pour la recherche ainsi produite.

7En complément à ces articles, et si les contributions ont en partie abordé le rôle du numérique dans la multiplication des modalités de fréquentation de la montagne et l’élargissement des publics, d’autres volets n’ont jusqu’alors pas été traités dans le champ de la fréquentation de la montagne tels que notamment  : ses impacts sur les territoires et/ou les milieux naturels dans lesquels les pratiques récréatives prennent place et qui appellent un besoin d’objectivation ou encore les nouveaux usages, ou l’adaptation et la virtualisation d’usages plus anciens dans la fréquentation de la montagne, récréative ou non (médiation environnementale, valorisation patrimoniale, etc). En outre, l’intégration des traces numériques aux outils d’aide à la décision, aux procédures de gestion des risques (notamment dans l’objectivation des logiques l’exposition des pratiquants de la montagne) mises en place par les acteurs territoriaux soucieux d’une gestion maîtrisée des espaces naturels en montagne (traitement des conflits d’usage, surfréquentation et réglementation des accès, préservation d’une qualité environnementale, développement de l’attractivité touristique ou territoriale, etc.) est en cours au travers de plusieurs expériences ou projets menés par des collectivités territoriales. Toutefois, ces travaux nécessitent de lever des verrous méthodologiques et techniques importants pour pouvoir être vraiment utiles à la conception de politiques publiques.

8Ainsi, si la mobilisation des données de masse est prometteuse en termes de quantité et d’intérêt des informations collectées, elle est encore expérimentale et nécessite des cadrages méthodologiques, mais aussi heuristiques. D’un point de vue stratégique, les données sont souvent prétraitées via des algorithmes, des « boîtes noires » (Noucher, 2023), propres à chaque plateforme avant d’être publiées ou partagées. Cette étape pose des questions initiales de confiance dans les données ou de représentativité du fait social dont elles sont les signes. Les méthodes restent largement à consolider et l’utilisation ou l’interprétation des traces numériques une fois collectées est encore un champ à investiguer, notamment au regard des enjeux de gouvernance cités précédemment. Les jeux de données ainsi produits revêtent encore un caractère inédit par leur volume, leurs natures complexes et hétérogènes et constituent des sujets à développer (tracés GPS, données ponctuelles, données textuelles, quantitatives et qualitatives, temporelles, etc.). Un des enjeux repose ici sur la capacité à intégrer cette complexité dans un modèle interprétatif cohérent.

9Enfin, un dernier champ de recherche dans le domaine de la transition numérique dans les espaces de montagne est celui des enjeux éthiques et juridiques que sous-tend l’utilisation des traces géonumériques générées par les usagers et usagères de ces espaces au temps du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Les conditions d’utilisation des sites Internet qui recueillent et diffusent, sous différentes formes, ces données contribuent à les rendre publiques, mais cela ne signifie pas pour autant que d’autres puissent les stocker, les utiliser de leur propre initiative et en utilisant leurs propres moyens techniques. De facto, cela va à l’encontre du droit d’accès, de modification des données personnelles et du droit à l’oubli garantis par le RGPD. Pour autant, ces informations ne font pas l’objet d’une diffusion en dehors des règles de l’anonymat statistique auxquelles la recherche est rompue. Une des pratiques courantes, lors de l’utilisation de ces jeux de données volumineux, consiste ainsi à ne conserver que des informations anonymisées. Quelles sont les conséquences de ces contraintes sur l’exercice scientifique ? Quelles sont les limites interprétatives en l’absence de variables sociodémographiques ? Quelles sont les possibilités de description de pratiques et d’association de pratiques récurrentes en l’absence de caractérisation individualisée ? Les réponses à ces questions restent encore largement en suspens. Diverses recherches pourraient être initiées à l’avenir pour y apporter des éléments de réponse.

Haut de page

Bibliographie

Corneloup J., 2022.– L’utopie transmoderne, Presses universitaires de Rouen.

Davoine P.-A., Garat Ph., 2022.– « Analyser les pratiques de la randonnée à ski par les données géographiques issues des médias sociaux : l’exemple du forum Skitour à l’échelle du massif des Écrins », Présentation dans le cadre du séminaire « Informations Géographiques Volontaires : entre traces et documentation des usages dans le tourisme sportif de montagne », PACTE/EDYTEM – Bourget du Lac, 16 mai 2022

Doueihi M., 2011.– Pour un humanisme numérique, Le Seuil.

Geffroy V., 2020.– Des spatialités qui engagent et qui lient : le tourisme sportif de nature et ses communautés de pratique, Thèse de géographie, Université de Lausanne.

Goodchild, M. F.,2007.– « Citizens as sensors : The world of volunteered geography », GeoJournal, vol. 69, no 4, p. 211‑221. DOI : https://doi.org/10.1007/s10708-007-9111-y.

Ibekwe-Sanjuan F., 2012.– La Science de l’information : origines, théories et paradigmes, Lavoisier.

Le Breton A., Bailleul H., Le Corf J.G., Mericskay B., 2022.– « La gouvernance des données urbaines entre territoire de projets et projet de territoire. L’exemple de Rennes Métropole », Flux, no 127, p. 65-84.

Lipkin J., 2006.– Révolution numérique : Une nouvelle photographie, Ed. de la Martinière.

Mao P., Obin O., 2018.– « La transition numérique des sports de nature, vers des sportsnature 3.1 », Nature et Récréation, no 6, p. 13-25. En ligne : https://www.naturerecreation.org/_files/ugd/edad85_139f82dac3654e47b1d7259ae6934751.pdf, consulté le 26 janvier 2024.

Marcuse H., 2007.– Le problème du changement social dans la société technologique, Ed. Homnisphères.

Mericskay B., 2021.– « La géovisualisation de données massives sur le Web : entre avancées technologiques et évolutions cartographiques », Mappemonde, no 131. DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.5595.

Noucher M., 2020.– « The place names of French Guiana in the face of the geoweb: between data sovereignty, indigenous knowledge, and cartographic deregulation », Cartographica. The International Journal for Geographic Information and Geovisualization, University of Toronto Press, vol. 55, no 1, 2020, p. 15-28. DOI : https://doi.org/10.3138/cart-2018-0027.

Noucher M., 2023.– Blancs des cartes et boîtes noires algorithmiques, CNRS Editions.

Mondo M., Noucher M., Le Campion G., Vacher L., Vye D.D., 2020.– « Critical approach of digital footprints to study spatial practices of urban tourist areas: a case study of Instagram data in Biarritz (France) », dans G. Passerini; S. Ricci, The Sustainable City XIV, WITPress, p. 319-333. En ligne : https://hal.science/hal-03114956.

Norman, P., Pickering, C. M., Castley, G., 2019.– « What can volunteered geographic information tell us about the different ways mountain bikers, runners and walkers use urban reserves? », Landscape and Urban Planning, n185, p. 180-190.

Rupf R., Staüble A, 2018.– « Monitoring methods of winter backcountry recreation in a wildlife sanctuary », 9th International Conference on Monitoring and Management of Visitors in Recreational and Protected Areas, Bordeaux, France, 29-31 aout 2019.

Santoni V., 2022.– « Territoire 2.0 et information géographique involontaire : gestion des crises et réseaux sociaux numériques », Annales de géographie, no 743, p. 72-94. DOI : https://doi.org/10.3917/ag.743.0072.

Sciadas G., 2006.– La vie à l’ère numérique, Division des sciences, de l’innovation et de l’information électronique (DSIIE), R.H. Coats, Ottawa, 14, p. 5-25.

Sui D., Elwood S., Goodchild M., 2013.– Crowdsourcing Geographic Knowledge: Volunteered Geographic Information (VGI) in Theory and Practice, Springer Netherlands, 396 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Langenbach, Pascal Mao et Steve Taylor, « Transition numérique et fréquentation des espaces de montagne »Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 111-3 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rga/12625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rga.12625

Haut de page

Auteurs

Marc Langenbach

Maître de Conférences, Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Pascal Mao

Maître de Conférences, Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Steve Taylor

Associate professor, Director, University of the Highlands and Islands

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search