Navigation – Plan du site

AccueilDossiers112-1Dépendance, attachement, contesta...

Dépendance, attachement, contestation : quelles transitions pour les stations de sports d’hiver ?

Le cas des Alpes du Sud
Émeline Hatt et Cécilia Claeys
Traduction(s) :
Dependence, Attachment, Opposition: The Transition of Ski Resorts. A Case Study of the Southern Alps [en]

Résumés

Dans un contexte marqué par l’injonction à la transition, cet article questionne les stratégies de transition relatives aux stations de sports d’hiver. L’analyse porte conjointement sur les démarches de transition d’impulsion institutionnelle (accompagnement des stations par les politiques publiques régionales) et sur les initiatives de transition portées par les citoyens (secteur associatif et habitants). Cette recherche, ciblée sur les stations alpines de la Région Sud, met en lumière l’émergence d’initiatives institutionnelles et associatives allant dans le sens d’une transition écologique tout en révélant les difficultés d’évolution du système sociotechnique des sports d’hiver. Dépendance économique et attachement sociopolitique au modèle de la station de ski alpin sont en effet observables auprès des acteurs institutionnels et des résidents, en particulier secondaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La loi “Climat et résilience” du 22 août 2021 a fixé comme objectif la division par deux de la cons (...)

1Depuis les années 1985-1990, le secteur du tourisme de sports d’hiver est soumis à un nombre croissant d’aléas environnementaux et économiques (Bourdeau, 2008 ; Clarimont et Vlès, 2008 ; George-Marcelpoil et al., 2010 ; Hatt et Vlès, 2014 ; Clivaz et al., 2015). Ces perturbations de fond relèvent de l’évolution de l’offre et de la demande (stagnation de la fréquentation, exigences croissantes de qualité esthétique et environnementale des visiteurs et visiteuses, développement de pratiques moins exclusivement tournées vers les sports d’hiver…), dans un contexte de changement climatique. La baisse tendancielle de l’enneigement et sa variabilité interannuelle (OCDE, 2007 ; Morin, 2022) interrogent le modèle socioéconomique « météo-sensible » des stations de sports d’hiver (George et al., 2019). Les enjeux fonciers et immobiliers constituent une autre vulnérabilité structurelle du secteur. Les ressources fiscales des communes touristiques sont de plus en plus dépendantes de la fonction résidentielle (GrandClément et Boulay, 2015) et l’expansion de la construction immobilière joue un rôle majeur dans le financement des équipements des stations de sports d’hiver (Fablet, 2015 ; Marieu, 2018). Or, l’objectif national « zéro artificialisation nette1 » remet en question ces logiques foncières et leur effet pervers de production de « lits froids ». À ces facteurs structurels, qui déstabilisent le modèle des stations, s’ajoutent des facteurs conjoncturels, en particulier les récentes crises sanitaire et énergétique, qui ont mené à questionner la dépendance des stations et territoires de montagne à un secteur touristique énergivore, tout particulièrement de par sa dépendance aux mobilités carbonées (Ademe, 2022)

2Dès lors, les stations sont encouragées par les politiques publiques à faire preuve d’une plus grande durabilité depuis les années 1990-2000 et sont désormais appelées à entrer en transition au nom de l’adaptation au changement climatique et de la transition écologique (Bourdeau, 2021 ; Vlès et Hatt, 2019).

3Mobilisée dès les années 1970-1980, la notion de transition a remplacé celle de développement durable à partir des années 2000 (Villalba et Melin, 2022). Selon Loorbach, et al. (2017), le concept de « sustainability transitions » serait davantage porteur d’une transformation profonde et structurelle des systèmes. Sur le terrain, la notion fait l’objet d’interprétations contrastées (Cottin-Marx et al. 2013 ; Larrère et al., 2016). À une transition prônant l’abandon du système socioéconomique dominant au profit de modèles alternatifs (par ex. : le mouvement des villes en transition initié par Hopkins) répond une transition visant le maintien, sinon le renforcement, du modèle socioéconomique néolibéral (par ex. : la croissance verte) (Oudot et d’Estoile, 2020).

4À la croisée entre l’approche sociotechnique et socio-institutionnelle (« Transition Management » (Geels, 2010 ; Köhler et al., 2019) et selon une approche territoriale (Pachoud et al., 2022), cet article propose une analyse de la transition du système sociotechnique des sports d’hiver à partir de la perspective développée par Geels (2010), analysant les transformations sociétales à partir de trois niveaux : le paysage exogène, le régime et la niche. Les sports d’hiver sont appréhendés en tant que régime sociotechnique, c’est-à-dire comme un système inscrit dans un régime dominant, comprenant une configuration de technologies, d’acteurs et de pratiques, d’infrastructures et d’institutions qui façonnent le modèle du tourisme hivernal de montagne. Organisé par des règles institutionnalisées et des normes internalisées par les acteurs, il est au cœur du système touristique de la montagne depuis les années 1970. Suivant la théorie des systèmes, celui des sports d’hiver est, comme tout régime dominant, marqué par des verrouillages et une certaine dépendance au sentier qui complexifient sa transformation (Geels, 2010 ; Koop, 2021). La transition du régime sociotechnique des sports d’hiver pourrait alors résulter de la pression exercée par les deux autres niveaux, le paysage exogène (l’environnement macro sur lequel il est difficile d’agir localement : par ex., changement climatique, crises sanitaire et énergétique) et les niches d’innovations (solutions nouvelles développées par des acteurs porteurs de valeurs alternatives au régime dominant). Dans la continuité des travaux de Fuenfschilling et Truffer (2014), nous proposons également d’observer les tensions institutionnelles, les conflits et les incohérences (ou « semi-cohérences ») qui parcourent le régime dominant des sports d’hiver.

5Il s’agit de saisir le passage d’injonctions plurielles à la transition à leur appropriation territoriale, en mettant en évidence les formes de verrouillage, de dépendance, d’attachement ou de contestation relatives au régime sociotechnique existant. L’analyse porte sur le rôle des institutions publiques et sur celui de la société civile, milieux associatifs et résidents. Elle s’appuie sur le cas des stations alpines situées en région Sud.

  • 2 L’ensemble des opérations votées ou prévues en 2020 dans le cadre de ce contrat a été inventorié af (...)
  • 3 En 2020, la commune comprend 475 résidences principales et 4073 résidences secondaires et logements (...)

6Pour ce faire, cet article mobilise l’évaluation du contrat « Stations de demain » porté par la région Sud en 2016-20202 (Camoin, 2020) et s’appuie sur le projet TransEnAlpes (Claeys et al. 2022 ; Hatt et al., 2023) financé par la région Sud pour saisir les enjeux de transition énergétique des stations des Alpes du Sud. Il réunit dix entretiens semi-directifs auprès d’acteurs institutionnels et associatifs de la Région et de trois stations (les Orres, Sauze-Super Sauze et le Dévoluy) et une enquête par questionnaires en ligne menée en 2022 (Pernin, 2022) auprès de résidents de la commune du Dévoluy (26 résidents principaux et 45 résidents secondaires3).

7Une première partie revient sur les acteurs et les modalités de transition écologique des stations de sports d’hiver. L’étude des formes et perspectives de mise en œuvre de cette transition dans les stations des Alpes du Sud est ensuite proposée à partir d’une double focale : les initiatives institutionnelles puis celles des associations et des habitant·es.

Expérimentations institutionnelles et initiatives citoyennes de transition des stations de sports d’hiver

8Les Sustainable Transitions Studies mettent en avant la variété des possibles et des postures vis-à-vis des enjeux écologiques (Villalba et Melin, 2022). Deux approches s’opposent, l’une défendant le rôle premier des collectivités territoriales, l’autre prônant une transition « par le bas », à partir d’initiatives citoyennes localisées et socialement innovantes (Hakimi-Pradels et al., 2022). Une coexistence de ces approches de la transition est observable dans les territoires de montagne.

Des impulsions institutionnelles en faveur d’une (certaine) transition des stations

9L’approche institutionnelle de la transition est notamment incarnée par le plan « Avenir montagnes », présenté en mai 2021. Il vise l’accompagnement des territoires de montagne « vers une stratégie de développement touristique adaptée aux enjeux des transitions écologiques et de la diversification touristique4 », par le financement de projets de transition énergétique (par ex. : mobilités décarbonées, rénovation des hébergements) et de transition écologique (par ex. : protection de la biodiversité). En région Sud, 7 territoires ont bénéficié de ce dispositif en 20235.

10Parallèlement, le plan « Avenir montagnes » a aussi permis de soutenir le régime sociotechnique existant ancré dans les sports d’hiver. Ce dispositif relève ainsi d’une « semi-cohérence » (Fuenfschilling et Truffer, 2014) permettant au nom d’une certaine vision de la transition de renforcer le régime sociotechnique centré sur le maintien de l’équipement du domaine skiable, voire son renforcement par des procédés techniques, en particulier pour la neige de culture. La transition s’envisage alors, d’une part, par une extension territoriale du développement touristique : le périmètre de la destination vient accompagner celui de la station (François et Billet, 2010 ; Hatt, 2021). Elle se traduit, d’autre part, par une approche en termes de diversification des activités, sans toutefois questionner les fondements mêmes du modèle économique de la station basé sur les sports d’hiver, la croissance et l’expansion. Ces transitions demeurent captives du syndrome « AIE ! » (Automobile-Immobilier-Enneigement artificiel) identifié par Bourdeau (2008). La voiture reste en effet le moyen d’accès privilégié aux stations alors que le transport représente en moyenne 66 % des émissions de gaz à effet de serre des stations (Ademe, 2022). De même, l’expansion immobilière se poursuit, ainsi que le recours à l’enneigement artificiel (Fablet, 2015 ; Berard-Chenu, 2021).

11Parallèlement à cette transition d’impulsion institutionnelle, des expériences alternatives émergent, prenant la forme d’innovations sociales, d’engagements personnels, d’activisme en réseau et de pratiques transformatives (Villalba et Melin, 2022).

Des initiatives citoyennes en faveur d’une (autre) transition des stations

12Les rapports des initiatives citoyennes aux institutions, polymorphes et évolutifs, peuvent schématiquement viser à « faire avec le système », « faire évoluer le système », « changer le système » ou « supprimer le système » selon la typologie proposée par Bourg (CGDD, 2019).

13Dans le cas des stations, parmi les initiatives visant à faire avec, voire à faire évoluer le système, mentionnons l’éco-guide des stations de montagne (dès 2006) puis le label Flocon vert (depuis 2012)6 développés par l’association Mountain Riders. Le cluster de la transition des territoires de montagne, créé en 2020, fait également le lien entre institutions et citoyens, tout en cherchant à influer et peser sur les élus et les institutions afin de transformer le système. Réunissant scientifiques, associatifs, élus et acteurs institutionnels, il propose de fédérer les actions existantes, favoriser la transformation et l’accompagner par un soutien méthodologique7. Le cluster a initié les « États généraux de la transition du tourisme en montagne » qui ont pris la forme, en 2021, de conférences, de tables rondes et d’ateliers territoriaux (une dizaine dans les Alpes du Sud).

  • 8 Selon la formule de Boltanski et Chiapello (1999).

14Ces modalités d’action tendent vers un consensus policé induisant un « désarmement de la critique8 » environnementale, comme la déclaration commune issue de ces états généraux cosignée tout à la fois par le monde associatif environnemental, les acteurs économiques de l’industrie du ski et plusieurs ministères. Elles témoignent néanmoins d’une évolution en cours au sein du régime sociotechnique et institutionnel dominant. Les stations et sociétés de remontées mécaniques intègrent la logique de la transition dans leurs perspectives réflexives et opérationnelles.

15En montagne, les innovations sociales se traduisent également par le développement d’un « agir créatif » (Bourdeau, 2021), en marge, portant un modèle de « contre-société », visant à « changer le système » (CGDD, 2019), pouvant constituer au sens de Geels (2010) des « niches » (lieux d’innovation radicale). Cet agir créatif opère à la fois par les pratiquants (Corneloup, 2023 ; Bonnemains et Claeys, 2023) et les filières professionnelles (Bourdeau, 2021).

16Enfin, ces dernières années, des initiatives collectives relevant davantage de mobilisations visant à « supprimer le système » (CGDD, 2019) ont émergé, telles les Zones à défendre de la Clusaz, en opposition à la construction d’une retenue collinaire supplémentaire, et de La Grave, en opposition à la construction d’un troisième tronçon de téléphérique (Chambru, 2023).

17Nous analysons ensuite la territorialisation de la transition des stations à partir du cas des stations de la Région Sud, en observant les expérimentations d’impulsion institutionnelle et les initiatives habitantes et citoyennes en faveur de la transition.

Paradoxes des dispositifs régionaux d’accompagnement des stations sud alpines

18Afin d’étudier les modalités de territorialisation de la transition dans les stations des Alpes du Sud, nous avons analysé la place qui lui est accordée dans le cadre de l’accompagnement des stations par les politiques publiques régionales, en particulier par les contrats stations.

Un soutien marqué aux domaines skiables jusqu’en 2020

  • 9 La région Sud compte 24 domaines skiables et 6,5 millions de journées skieurs en 2016-2017.
  • 10 Le réseau « Espaces valléens » regroupe actuellement trente-cinq territoires dans les Alpes, dont d (...)
  • 11 Les contrats « Stations de demain » étaient destinés à relancer les dynamiques d’investissements de (...)

19Compte tenu des spécificités des territoires montagnards et de leur importance dans l’économie touristique, la région Sud9 a développé sur la période 2016-2020 un « plan montagne » doté de 100 millions d’euros. Il vise à accompagner la diversification touristique et le réaménagement durable des espaces touristiques. Ce plan est décliné en trois dispositifs : la Convention interrégionale du massif des Alpes (CIMA), les « Espaces valléens10 » et les contrats « Stations de demain »11.

20La transition est intégrée depuis les années 2010 dans les logiques institutionnelles régionales, en particulier par le dispositif « Espaces valléens » qui favorise notamment la diversification des activités. L’analyse des plans d’action des espaces valléens (George et al., 2019) souligne la place de la diversification de l’offre touristique en montagne sur la période 2014-2020 (53 % des actions touristiques programmées). Toutefois, l’enveloppe financière dédiée aux « Espaces Valléens » est plus faible (1,7 million d’euros en 2019) que celle des contrats « Stations de demain » (10 millions d’euros par an) qui ont capté la moitié de l’enveloppe financière du plan montagne.

  • 12 Dont près de la moitié des opérations à destination de la neige de culture, soit 23 % du total des (...)
  • 13 Propos tenus lors d’entretiens avec des gestionnaires de domaines skiables (2020) et avec des charg (...)

21L’analyse du montant des investissements régionaux est révélatrice du soutien apporté par la puissance publique à l’activité sports d’hiver (Camoin, 2020) (fig. 1). 75 % des subventions régionales versées dans le cadre des contrats « Stations de demain » (37 millions d’euros) et 56 % des opérations réalisées s’inscrivent dans cet objectif de développement des équipements structurants liés à la pratique du ski alpin et nordique12. L’objectif de soutien au domaine skiable a été au cœur des contrats « Stations de demain », dans un contexte où certains acteurs politiques jugeaient la politique d’investissement des stations des Alpes du Sud faible en comparaison aux Alpes du Nord13.

Fig. 1. Thématiques et montants des investissements des contrats « Stations de demain »

Thématiques

Nombre d’opérations

Montants investis

Engagement financier régional

Taux d’intervention régionale

Développement des équipements structurants liés à la pratique du ski alpin et du ski nordique

100

150 899 140,30 €

37 275 489,24 €

25 %

Aménagement des cœurs de station

30

12 432 831,21 €

5 370 481,60 €

43 %

Développement d'un tourisme hivernal et estival diversifié

24

14 416 581,50 €

3 375 384,00 €

23 %

Numérique

22

5 383 604,00 €

2 478 282,00 €

46 %

Immobilier de loisir

3

2 949 000,00 €

759 900,00 €

26 %

Total général

179

186 081 157,01 €

49 259 536,84 €

26 %

Camoin, 2020

  • 14 Les 3 projets comportant une dimension forte de transition écologique sont : une étude de mobilité (...)

22Les territoires ayant répondu à l’appel à projet « Stations de demain » ont investi principalement dans le domaine skiable. La dynamique relative à la transition écologique paraît particulièrement modeste (seulement trois actions programmées14). En outre, 85 % des subventions régionales ont été attribuées aux grandes ou très grandes stations (36 millions d’euros des 42,5 millions de subventions attribuées, 110 des 177 opérations – fig. 2).

Fig. 2. Montants investis et nombre d’opérations par type de station

Typologie de stations

Nombre d’opérations.

Montants investis.

Nombre moyen d’opérations par station.

Montants investis, en moyenne, par station.

1 Très grand domaine

32

27 109 125,98 €

32 opérations

27 109 125,98 €

10 Grandes stations

78

99 825 163,66 €

Environ 7,8 opérations

9 millions d’€

8 Stations moyennes

28

38 688 545,80 €

Environ 3,5 opérations

4,8 millions d’€

11 Stations villages d'altitude

21

13 344 710,21 €

Environ 1,9 opérations

1, 2 million d’€

12 Stations villages de moyenne

montagne

18

6 759 611,36 €

Environ 1,5 opération

563 300 €

Source : Camoin, 2020

23Ces politiques publiques ont ainsi largement contribué à assurer la continuité du régime sociotechnique des sports d’hiver porté par les sociétés des remontées mécaniques, révélant leur dépendance au sentier. Cette dépendance s’explique en partie par « l’attachement symbolique au récit épique de “la-station-qui-sauve-la-montagne” », par les rentes économiques dont bénéficient encore de nombreux acteurs (immobilier, enseignement du ski, commerces) ou encore par le poids des lobbys du secteur (Syndicat national des moniteurs de ski, Association nationale des maires de stations, Domaines skiables de France…) dans le maintien d’un statu quo (Bourdeau, 2021). Ces acteurs étaient d’ailleurs présents lors des rencontres de la montagne en région Sud « Altitude 2023 », du 9 mars 2023, afin de réaffirmer l’enjeu que constitue le maintien du ski et des domaines skiables. Comme le montre Geels (2010), les régimes en place sont stabilisés par des réseaux corporatistes avec des dépendances mutuelles entre l’industrie et les décideurs politiques. C’est le cas en montagne où le secteur des sports d’hiver est le principal pourvoyeur d’emploi dans les communes supports de stations.

Une transition en demi-teinte depuis 2021

24Dans les Alpes du Sud, le rapport Climsnow, commandé par la région Sud à KPGM en 2021, révèle que la production de neige de culture ne compense qu’en partie les aléas de l’enneigement naturel. Les résultats de cette étude initiée en préfiguration du nouveau « plan montagne » de la Région Sud, tout comme la crise énergétique de 2022, auraient pu ouvrir la voie à des stratégies de « transition anticipée » (Métral, 2021) pour certaines stations, conduisant à la programmation de l’arrêt de l’équipement et du fonctionnement des remontées mécaniques, comme cela est le cas pour Métabief dans le Jura. Une chargée de mission de la région Sud souligne ainsi que la question de la transition énergétique des stations, « les gens l’avaient en tête mais c’est vrai que quand on se retrouve au pied du mur, c’est là qu’on met en place les choses. […] Les politiques n’acceptent plus des projets qui ne soient pas efficaces au niveau écologique et au niveau énergétique ». En ce sens, la crise énergétique incite à la transition écologique. Cela s’est traduit par une évolution de la politique régionale d’accompagnement des territoires de montagne en 2021. Cependant, ces perspectives de transition demeurent en demi-teinte.

25Le montant de l’aide régionale a été doublé (200 millions d’euros pour la période 2021-2027) et il est désormais consacré à parts égales à l’aménagement durable des vallées de montagne (espaces valléens) et au soutien des stations de montagne (contrats stations 2030). L’appel à manifestation d’intérêt « contrat stations 2030 » témoigne de la place accrue donnée à la transition15. L’économie du ski alpin n’est pas remise fondamentalement en question, puisque la Région prévoit de « poursuivre activement son accompagnement à l’investissement des stations », mais il est précisé que celui-ci se fera sur la base de l’étude prospective Climsnow (intégrant l’impact du changement climatique sur le domaine skiable). Cet accompagnement vise l’atteinte de la neutralité carbone des domaines skiables dès 2030 et doit également permettre de soutenir la présentation de « démarches d’évolution du modèle de développement économique et touristique des stations de montagne intégrée dans leur écosystème valléen à l’horizon 2030-2050 ».

26Dans son dossier de candidature, la communauté de communes Ubaye Serre-Ponçon souligne ainsi que, face à « la forte diminution de la durabilité de l’enneigement », la vallée « se doit de poursuivre et d’accélérer sa démarche de transition, afin d’éviter notamment à ses stations de devenir des friches industrielles de montagne ». Le constat est présent, révélant une certaine prise de conscience des gestionnaires des territoires de montagne. La démarche permet d’élargir le périmètre du projet (en incluant les communes de la vallée, comme Barcelonette et Jausiers) et le socle des activités économiques du territoire. L’évolution du champ de compétences de la Régie Ubaye Ski, qui intègre l’entretien, la gestion et l’aménagement des activités de pleine nature du territoire de l’intercommunalité et s’engage depuis 2023 dans la démarche de labellisation « Flocon Vert », témoigne d’une évolution du système sociotechnique des sports d’hiver. Toutefois, cette évolution ne va pas à l’encontre de la place accordée au maintien des domaines skiables dont l’emploi lié est jugé majeur pour l’espace valléen et conduit à proposer plusieurs actions visant le développement de la capacité en lits touristiques ou la modernisation et le confortement du réseau de neige de culture (création de retenues collinaires). Il ne s’agit pas encore d’une transition de fond du système, mais d’une optimisation de la production de neige de culture « prenant en compte la problématique de la ressource en eau ».

27Si la transition des stations des Alpes du Sud initiée par les acteurs institutionnels s’inscrit dans une perspective de croissante verte ne remettant pas en question le système sociotechnique des sports d’hiver, qu’en est-il des démarches portées par les associations et les résidents ?

La société civile est-elle porteuse d’une autre transition ?

Des mobilisations associatives porteuses de transitions

28Dans les Alpes du Sud, plusieurs mobilisations citoyennes ont vu le jour ces dernières années s’inscrivant explicitement ou implicitement dans des logiques de transitions. Sur nos terrains d’étude, plusieurs postures se dégagent.

29En Ubaye, le groupe ECCU (Effets du changement climatique en Ubaye), créé en 2018, réalise une vulgarisation scientifique à l’attention de tous publics pour « réfléchir aux effets du changement climatique sur l’avenir du territoire et proposer des pistes d’action pour favoriser l’adaptation et l’atténuation ». ECCU est animé par le Séolane, « pôle universitaire entre expérimentation sociale et médiation scientifique » (Schoeny, 2022). En plus de son colloque annuel, le groupe ECCU a adressé les dernières expertises environnementales relatives à la vallée de l’Ubaye à l’ensemble des élus locaux pour tenter de les sensibiliser aux enjeux de la transition territoriale.

30Dans le Buëch-Dévoluy, l’association IDD (Idées de Demain), créée en 2015, s’est impliquée dans la réflexion relative à l’avenir de Céüze 2000, station aux remontées mécaniques fermées depuis 2018. IDD prône le démontage des remontées et porte un projet d’écotourisme. L’association met en œuvre une politique des petits pas, telle la création d’un parcours de course d’orientation et l’organisation d’ateliers d’écriture, d’expositions. Proactive dans l’organisation de concertations citoyennes, IDD s’est constituée comme force de proposition auprès de la communauté de communes en charge de la gestion de la station qui l’a impliquée dans la formulation de son projet d’espace valléen (2021-2027)16 (Bonnemains et Claeys, 2023).

31Enfin, le café associatif « La croisée des Drailles » (LCDD) dans le Dévoluy favorise « le lien social entre les habitants du Dévoluy par des rencontres intergénérationnelles, le partage d’activités (culturelles et sportives ou autres) dans une démarche participative des habitants17 ». LCDD ne revendique pas explicitement d’engagement dans « la transition » tout en étant porteuse de projets pouvant émarger au registre de la transition tels le développement du covoiturage et la demande d’extinction nocturne de l’éclairage public (Pernin, 2022).

32Ces dynamiques associatives, encore modestes, contribuent ainsi à « faire évoluer le système » voire à « changer le système » (CGDD, 2019). Qu’en est-il, enfin, des résidents des communes supports de stations ?

Attachement au ski et transition écologique timorée pour certains résidents

33Les enquêtes nationales révèlent l’adhésion croissante du grand public aux préoccupations environnementales, tout en soulignant les décalages entre discours et pratiques et l’expression d’aspirations contradictoires (Sesso et Hébel, 2019 ; Coulangeon et al. 2023). En ce qui concerne les enjeux de transition des stations de montagne, l’enquête réalisée auprès d’un petit échantillon de résidents principaux (n=26) et secondaires (n=45) de la commune du Dévoluy (N=71) donne à voir des processus comparables.

34Les sujets considérés comme prioritaires pour la commune par les résidents enquêtés sont la qualité de l’environnement ainsi que l’emploi et l’activité économique (respectivement 62 et 56 répondants). Le maintien de l’activité ski demeure soutenu par 60 répondants alors même que 53 de ces défenseurs du ski font le constat d’une baisse de l’enneigement.

35La priorisation du maintien du ski dans le Dévoluy est davantage défendue par les pratiquants de ski alpin, demeurant sceptiques vis-à-vis du changement climatique et de la diminution de l’enneigement. Il s’agit principalement de résidents secondaires. Inversement, le maintien du ski dans le Dévoluy tend à être peu ou pas considéré comme prioritaire par les répondants ne pratiquant pas le ski et faisant le constat d’une diminution de l’enneigement qu’ils attribuent au changement climatique. Il s’agit principalement de résidents principaux (fig. 3).

Fig. 3 : Attachement au modèle du ski alpin et estimation de l’enneigement par les résidents principaux et secondaires. Dévoluy

Fig. 3 : Attachement au modèle du ski alpin et estimation de l’enneigement par les résidents principaux et secondaires. Dévoluy

Analyse en Composantes Multiples (N=71). 57,17 % de la variance est expliquée par les axes 1 et 2

Conception : Claeys, logiciel. Sphinx. Source Pernin (2022)

36Ce résultat corrobore les analyses de Bonnemains (2015) mettant en exergue l’influence du scepticisme climatique sur l’adhésion au modèle de la station de ski en Savoie ainsi que les analyses des étudiants du Master GDTM auprès des usagers du massif Céüse soulignant l’influence de la pratique du ski alpin sur leur attachement à la station de ski (Bonnemains et Claeys, 2023).

37Pour autant, à la question « Si des changements importants s’avèrent nécessaires dans vos modes de vie pour s’adapter/atténuer le changement climatique, à quelles conditions les accepteriez-vous ? », seulement 7 résidents enquêtés répondent qu’ils ne sont pas prêts à accepter de changements radicaux. S’ils ne sont que 8 à déclarer accepter ces changements dans tous les cas, 56 répondants se disent prêts à les accepter sous certaines conditions. Ils sont 11 à conditionner leur acceptation de changements à une logique compensatoire (plus de temps libre, plus de solidarité ou des économies pécuniaires), 13 la conditionnent à leur implication dans les décisions collectives relatives à ces changements. Enfin, 32 des répondants conditionnent leur acceptation de changements de modes de vie à un partage juste de l’effort environnemental (fig. 4).

Fig. 4 : Si des changements importants s’avèrent nécessaires dans vos modes de vie pour s’adapter/atténuer le changement climatique, à quelles conditions les accepteriez-vous ?

Fig. 4 : Si des changements importants s’avèrent nécessaires dans vos modes de vie pour s’adapter/atténuer le changement climatique, à quelles conditions les accepteriez-vous ?

Une seule réponse possible. N=71

Conception : Claeys. Source Pernin (2022)

38Les résidents secondaires sont moins enclins que les résidents principaux à accepter des changements dans leur mode de vie au nom de l’adaptation au changement climatique. Lorsqu’ils les acceptent, ils les conditionnent davantage à des logiques compensatoires ou à un partage juste des efforts. Or, dans notre échantillon, les résidents secondaires sont mieux dotés en capital économique que les résidents principaux (respectivement 80 % et 20 % ayant des revenus supérieurs à 4000 euros mensuels par foyer).

39Le lien entre consentement à fournir des efforts environnementaux et sentiment de justice est bien documenté. Candau et Dedrève (2021) montrent que certaines politiques publiques tendent à davantage faire peser les efforts environnementaux sur les populations les moins privilégiées. Nos premiers résultats exploratoires font des constats similaires qu’il conviendra de mettre à l’épreuve de futures enquêtes saisissant la diversité des territoires alpins.

Conclusion

40L’analyse ici proposée à partir des Alpes du Sud souligne la « semi-cohérence » des politiques publiques de transition du tourisme hivernal de montagne. Le régime sociotechnique des sports d’hiver laisse émerger des démarches de transition, sans pour autant remettre en question la logique de l’équipement du domaine skiable. Le passage du discours (textes de cadrage et appels à projets) à l’action (financements demandés et obtenus) donne à voir un glissement d’injonctions à des transitions porteuses de changements vers des réalisations confortant le modèle sociotechnique des sports d’hiver. Cet attachement sociopolitique au modèle de la station et de l’équipement du domaine skiable va de pair avec un conservatisme technophile et mono-économique, révélateur d’une forme de dépendance au sentier (Geels, 2010 ; Berard-Chenu, 2021).

41Les politiques publiques en matière de soutien des stations soulèvent en outre des questions d’équité, d’autant qu’en 2016 seulement 12 % des Français âgés de 15 à 70 ans déclaraient avoir pratiqué au moins une fois le ski alpin au cours des 12 derniers mois18. Dans le cadre des contrats « Stations de demain », les subventions régionales ont majoritairement été captées par les plus grands domaines skiables. Cette question de l’intervention financière publique se pose en termes de « coûts d’opportunité » et donc de renoncement par l’affectation des ressources disponibles à un usage plutôt qu’à un autre, comme celui de l’accompagnement à la transition des filières, des métiers et des opérateurs (Bourdeau, 2021).

42La société civile pour sa part est divisée. Le rôle des mobilisations collectives dans l’émergence de projets de transition territoriale est visible. Ces dernières sont néanmoins porteuses de formes d’actions et de revendications contrastées non seulement dans leurs intentions initiales, mais aussi dans les réalisations effectivement atteintes.

43Enfin, l’enquête par questionnaire exploratoire dans le Dévoluy suggère que le difficile renoncement au modèle des sports d’hiver est aussi observé auprès d’une partie des résidents des stations de montagne, tout particulièrement les résidents secondaires adeptes du ski alpin et ayant des revenus élevés. Toutefois, une autre partie des résidents interrogés est prête à renoncer au modèle de la station de sports d’hiver et à envisager des changements de modes de vie, plus particulièrement certains résidents principaux de l’échantillon ayant des revenus moyens à faibles. La petite taille de l’échantillon invite à la prudence, demandant à être confortée par des enquêtes à plus grande échelle. L’ensemble de nos analyses donnent néanmoins à voir d’inégales acceptations d’efforts environnementaux soulevant des enjeux d’équité dans la contribution à l’adaptation au changement climatique.

Haut de page

Bibliographie

ADEME, 2022.– Réalisation de bilans de gaz à effet de serre et stratégie climatique associée. Guide sectoriel 2022 : filière sport, montagne et tourisme, 61 p. En ligne : https://librairie.ademe.fr/changement-climatique-et-energie/5418-realisation-de-bilans-de-gaz-a-effet-de-serre-et-strategie-climatique-associee.html, consulté le 22 février 2024.

Berard-Chenu L., 2021.– Trajectoires d’évolution des stations de sports d’hiver des Alpes françaises : la place de la production de neige, thèse de doctorat, 176 p.

Boltanski L., Chiapello E., 1999.– Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, 843 p.

Bonnemains A., Claeys C., 2023.– « Saisir les opportunités de ses vulnérabilités ? Trajectoire territoriale d’une station de moyenne montagne, Céüze 2000 », Journal of Alpine research|Revue de géographie alpine, vol. 111, no 1. DOI : https://doi.org/10.4000/rga.11196.

Bourdeau P., 2008.– « Les défis environnementaux et culturels des stations de montagne », Téoros, vol. 27, no 2, p. 23-30. En ligne : https://journals.openedition.org/teoros/131, consulté le 22 février 2024.

Bourdeau P., 2021.– « Dilemmes de transition. Les destinations françaises de sports d’hiver entre agir créatif, inerties et maladaptation », Géocarrefour, vol. 95. En ligne : http://journals.openedition.org/geocarrefour/18943, consulté le 22 février 2024.

Camoin A., 2020.– Le rôle complexe d’une collectivité régionale dans l’accompagnement des stations de sports d’hiver dans leur trajectoire de développement, Mémoire de Master 2 GDTM (E. Hatt, sld), 70 p.

Candau J., Deldrève V., 2021.– Introduction. Effort environnemental et équité. Les politiques publiques de l’eau et de la biodiversité en France, Peter Lang, coll. « EcoPolis ».

CGDD, 2019.– L’action citoyenne, accélératrice de transition vers des modes de vie plus durables, Thema, 75 p. En ligne : https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Théma%20-%20L%27action%20citoyenne%20-%20Accélératrice%20de%20transitions%20vers%20des%20modes%20de%20vie%20plus%20durables.pdf, consulté le 22 février 2024.

Chambru M., 2023.– « Plus haute ZAD d’Europe. Faut-il encore aménager les glaciers », The conversation. 5 novembre 2023.

Claeys C., Hatt E., Chwalibog S., Arnaud A., Medioub S., Roquillet L., Rimboud L., Sigaud L., Pernin R., Laurent F., 2022.– Le projet de recherche TransEnAlpes : premiers résultats, publication Région Sud-PACA, 3 p.

Clarimont S., Vles V., 2008.– Tourisme durable en montagne : entre discours et pratiques. Préambule et introduction, Editions AFNOR, 226 p.

Clivaz, C., Gonseth, C., Matasci, C. 2015.– Tourisme d’hiver : le défi climatique, PPUR Presses polytechniques.

Corneloup J., 2023.– La montagne récréative, une transition en chemin. Presses universitaires de Grenoble, 398 p.

Cottin-Marx S., Flipo F., Lagneau A., 2013.– « La transition, une utopie concrète ? » Mouvements, vol. 3, no 75, p. 7-12. DOI : https://doi.org/10.3917/mouv.075.0007.

Coulangeon P., Demoli Y., Ginsburger M., Petev I., 2023.– La conversion écologique des français, Contradictions et clivages, PUF.

Deldrève V., Candau J., Noûs C., 2021.– Effort environnemental et équité : les politiques publiques de l’eau et de la biodiversité en France, Peter Lang International Academic Publishers, 534 p.

Fablet G., 2015.– Entre performance de l’outil de production et pérennité de l’outil d’aménagement : le dilemme immobilier dans les stations nouvelles d’altitude, thèse de doctorat d’urbanisme, Université de Grenoble [S.E.].

François H. Billet S., 2010.– « De la station au territoire: quels contours pour les destinations touristiques ? », Mondes du tourisme, no 2, p. 87-98. DOI : https://doi.org/10.4000/tourisme.280.

Fuenfschilling L., Truffer B. 2014.– « The structuration of socio-technical regimes-Conceptual foundations from institutional theory », Research policy, vol. 43, Issue 4, p. 772-791. DOI : https://doi.org/10.1016/j.respol.2013.10.010.

Geels F.W. 2010.– « Ontologies, socio-technical transitions (to sustainability), and the multi-level perspective », Research Policy, vol. 39, no 4, p. 495-510.

George-Marcelpoil E., Perrin-Bensahel L., François H. (dir.), 2010.– Les stations de sports d’hiver face au développement durable. État des lieux et perspectives, L’Harmattan, coll. « Les idées et les théories à l’épreuve des faits », 176 p.

George E., Achin C., François H., Spandre P., Morin S., Verfaillie D., 2019.– « Changement climatique et stations de montagne alpines : Impacts et stratégies d’adaptation », Ingénieries, vol. 28, p. 44-51. DOI : https://doi.org/10.14758/SET-REVUE.2019.2.10.

Hakimi-Pradels N., Grison J.-B., Koop K., Landelet P.-A., 2022.– « Initiatives citoyennes de transition soutenable et diffusion : formes et fonctions de la mise en réseaux territorialisés », Développement Durable et Territoires, vol. 13, no 1. DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.20134.

Köhler J., Geels F. W., Kern F., Markard J., Onsongo E., Wieczorek A. & Wells P., 2019.– « An agenda for sustainability transitions research: State of the art and future directions », Environmental innovation and societal transitions, no 31, p. 1-32.

Koop K. 2021.– Changer le monde, changer de mondes. Pour une géographie des transformations sociétales par le bas, Habilitation à diriger des recherches, Université Grenoble Alpes, 229 p.

Hatt E., Claeys C., Chwalibog S., Arnaud A., Pernin R., Laurent F., Buira V., Hosking D., Jolimet C. Marmonnier J., 2023.– Rapport final de recherche TransEnAlpes, publication Région Sud-PACA, Fabriques de la connaissance, 347 p.

Hatt E., 2021.– « Quelle place pour le tourisme dans la planification spatiale des territoires de montagne ? Enquête au sein de la Communauté de communes des Pyrénées Catalanes », Sud-Ouest Européen, no 51, déc. 2021, p. 109-126.

Hatt E., Vles V., 2014.– « Mutations socio-environnementales et perspectives d’adaptation des stations de montagne pyrénéenne », Sud-Ouest Européen, no 37, p. 15-28. DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1041.

Larrère C., Larrère R., Bouleau N., 2016.– « Les transitions écologiques à Cerisy », Natures Sciences Sociétés, vol. 24, p. 242-250. DOI : https://doi.org/10.1051/nss/2016030.

Loorbach D., Frantzeskaki N., Avelino F., 2017.– « Sustainability transitions research: transforming science and practice for societal change », Annual Review of Environment and Resources, vol. 42, p. 599-626. DOI : https://doi.org/10.1146/annurev-environ-102014-021340.

Marieu J., 2018.– « Planifier la croissance des résidences secondaires », Revue Urbanisme, no 411, p. 42-44.

Morin S., 2022.– « Le changement climatique en montagne : impacts, risques et adaptation », Annales des Mines, no 16, p. 37-41.

OCDE, 2007.– Changements climatiques dans les Alpes européennes, OCDE.

Oudot J., De L’estoile E., 2020.– « La transition écologique, de Rob Hopkins au ministère », Regards croisés sur l’économie, 2020/1, no 26, p. 14-19. DOI : https://doi.org/10.3917/rce.026.0014.

Pernin R., 2022.– La transition énergétique des stations de sports d’hiver des Alpes du Sud : le programme TransenAlpes 2, Mémoire de M1 GDTM (C. Claeys et E. Hatt [dir.]), juin 2022, 208 p.

Schoeny A., 2022.– « Le Pôle d’accueil universitaire Séolane de Barcelonnette : analyse qualitative d’un tourisme scientifique entre expérimentation et médiation montagnardes », Journal of Alpine Research|Revue de géographie alpine, vol. 110, no 1. DOI : https://doi.org/10.4000/rga.10350.

Sesso V., Hébel P., 2019.– Consommation durable : l’engagement de façade des classes supérieures, CREDOC, Consommation et modes de vie, mars 2019, no 303.

Villalba B., Melin H., 2022.– « Expérimentations de transition écologique », Développement durable et territoires, vol. 13, no 1. |, mis en ligne le 22 juillet 2022, consulté le 8 déc. 2022. DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.20590.

Vles, V., Hatt E., 2019.– « Des stations de ski et d’alpinisme confrontées aux enjeux de la transition : changement énergétique et écologique, évolution touristique, requalification urbaine », dans J. Spindler, N. Peypoch (dir.), Le tourisme hivernal – clé de succès et de développement pour les collectivités de montagne ?, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 La loi “Climat et résilience” du 22 août 2021 a fixé comme objectif la division par deux de la consommation des espaces naturels, agricoles ou forestiers en 2021 et 2031 par rapport à 2011-2021 et l’atteinte d’ici à 2050 du zéro artificialisation nette des sols.

2 L’ensemble des opérations votées ou prévues en 2020 dans le cadre de ce contrat a été inventorié afin d’étudier les thématiques dans lesquelles se sont inscrites les opérations, les porteurs des opérations, ainsi que les montants des investissements et le taux d’engagement financier régional.

3 En 2020, la commune comprend 475 résidences principales et 4073 résidences secondaires et logements occasionnels (www.insee.fr), l’échantillon est donc modeste tout en donnant à voir de premiers résultats statistiquement significatifs (règles d’applicabilité du test du Khi2 respectée).

4 https://agence-cohesion-territoires.gouv.fr/avenir-montagnes-ingenierie. Doté de 331 M€ sur deux ans, le fonds « Avenir Montagnes » comporte deux volets : un volet Investissement de 300 M€ et un volet Ingénierie de 31 M€.

5 Le PNR du Lubéron (04-84), les stations des Alpes-de-Haute-Provence (04), le lac de Serre-Ponçon (05), le PETR du Briançonnais, des Ecrins, du Guillestrois et du Queyras (05), le PNR des Baronnies provençales (05-26), la Communauté Riviera française/Vallée de la Roya (06) et le Syndicat mixte des stations de Gréolières et l’Audibergue (06).

6 https://www.flocon-vert.org/wp-content/uploads/2017/11/Cahier-Charge-FV-2017.pdf, consulté le 23 février 2024.

7 https://www.mountainwilderness.fr/se-tenir-informe/actualites/lancement-du-cluster-de-la-transition-des-territoires-de-montagne.html, consulté le 23 février 2024.

8 Selon la formule de Boltanski et Chiapello (1999).

9 La région Sud compte 24 domaines skiables et 6,5 millions de journées skieurs en 2016-2017.

10 Le réseau « Espaces valléens » regroupe actuellement trente-cinq territoires dans les Alpes, dont dix-neuf sont localisés dans la région Sud.

11 Les contrats « Stations de demain » étaient destinés à relancer les dynamiques d’investissements des stations. Vingt contrats ont été mis en œuvre par le conseil régional. Une nouvelle génération a été contractualisée en 2022, les contrats « station 2030 ».

12 Dont près de la moitié des opérations à destination de la neige de culture, soit 23 % du total des 179 opérations subventionnées (Camoin, 2020).

13 Propos tenus lors d’entretiens avec des gestionnaires de domaines skiables (2020) et avec des chargés de mission du service Montagne de la Région PACA (2023).

14 Les 3 projets comportant une dimension forte de transition écologique sont : une étude de mobilité touristique durable, cohérente et connectée, menée sur la station de Serre Chevalier, le programme Flexgrid dans lequel s’est engagée la station de Montgenèvre (déploiement de systèmes énergétiques optimisés) et des travaux de rénovation énergétique des hébergements (mise en place de chauffages et serveurs intelligents) portés par Valberg (seule station des Alpes du Sud labellisée Flocon vert).

15 https://www.maregionsud.fr/vos-aides/detail/appel-a-manifestation-dinteret-contrats-stations-2030-un-cap-davance, consulté le 4 mars 2024.

16 https://www.ccbuechdevoluy.fr/strategie.html, consulté le 4 mars 2024.

17 http://cafe-croisee-des-drailles.e-monsite.com/, consulté le 4 mars 2024.

18 https://www.sportsdenature.gouv.fr/ski-alpin/observation/pratiquants , consulté le 4 mars 2024.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 3 : Attachement au modèle du ski alpin et estimation de l’enneigement par les résidents principaux et secondaires. Dévoluy
Légende Analyse en Composantes Multiples (N=71). 57,17 % de la variance est expliquée par les axes 1 et 2
Crédits Conception : Claeys, logiciel. Sphinx. Source Pernin (2022)
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 4 : Si des changements importants s’avèrent nécessaires dans vos modes de vie pour s’adapter/atténuer le changement climatique, à quelles conditions les accepteriez-vous ?
Légende Une seule réponse possible. N=71
Crédits Conception : Claeys. Source Pernin (2022)
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12792/img-2.png
Fichier image/png, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émeline Hatt et Cécilia Claeys, « Dépendance, attachement, contestation : quelles transitions pour les stations de sports d’hiver ? »Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 112-1 | 2024, mis en ligne le 14 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rga/12792 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rga.12792

Haut de page

Auteurs

Émeline Hatt

Maîtresse de conférences en aménagement et urbanisme, Aix Marseille Univ, LIEU, Marseille, France

Articles du même auteur

Cécilia Claeys

Professeure de Sociologie, Université de Perpignan, CRESEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search