Navigation – Plan du site

AccueilDossiers112-1Négocier la climatisation de la s...

Négocier la climatisation de la strate glaciaire. Le cas du projet d’aménagement du troisième tronçon du téléphérique de La Grave

Marie Poulain et Pierre-Olivier Garcia
Traduction(s) :
Negotiating the Climatization of the Glacial Stratum. A Study of La Grave Cable Car Third Section Development Project [en]

Résumés

Situé à La Grave dans les Hautes-Alpes françaises, le glacier de la Girose est un site à la fois récréatif et touristique. Pendant la saison hivernale, c’est un espace aménagé pour la pratique du ski freeride grâce à la construction d’un téléphérique en 1978 complété par des téléskis en 1989. En saison estivale, la Girose est un site de tourisme glaciaire, proposant des activités « sur » et « autour » du glacier. Depuis 2020, ce site se retrouve pris dans un conflit territorial lié au projet d’extension d’un troisième tronçon du téléphérique, avec l’objectif de déposer les usager·es au-delà du glacier, à 3600 m d’altitude. Toujours d’actualité en 2023, le conflit crée des tensions fortes dans le territoire. Il révèle une grande difficulté à l’émergence d’un débat public et politique sur la trajectoire du territoire, dans son rapport au téléphérique et au glacier.
Cet article, basé sur le champ émergent de la géologie politique et sur une enquête qualitative menée à la Grave entre janvier 2021 et juillet 2022, analyse le glacier de la Girose en tant que strate glaciaire. Alors que le projet de territoire se structure depuis plus de trente ans autour du téléphérique et du glacier, on observe à La Grave un processus de climatisation non-intentionnelle du territoire, du fait d’un aléa géomorphologique lié aux conséquences du changement climatique sur le glacier, du conflit territorial et d’institutions étatiques.
Si le territoire apparaît comme verrouillé dans son rapport au téléphérique et au glacier, le conflit ouvre la possibilité d’envisager différentes figures de réagencement face à une strate glaciaire qui n’est pas maîtrisable et qui se désagence. Nous décrivons quatre figures de réagencement énoncées par les enquêtés : le climatoscepticisme, l’anticipation de la mise en ressource d’une montagne sans glacier, la réouverture du projet de territoire et la vérité locale de l’aménageur. Finalement, la négociation avec les strates terrestres apparaît comme une stratégie de transition au regard de processus terrestres qui excèdent toujours les projets de territoire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié d'une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme « Investissements d'avenir » portant la référence ANR-15-IDEX-02. Il a de plus été réalisé dans le contexte d’une participation de Pierre-Olivier Garcia au « collectif glacier » (2021-2022), un collectif art-science animé par l’artiste Olivier de Sépibus et visant à travailler nos relations aux glaciers. Une résidence art-science sur le glacier de la Girose en 2021 a permis de mûrir certaines des perspectives de cet article.

Texte intégral

  • 1 Chiffres de l’INSEE, recensement 2019.

1La Grave (479 hab., 1500 m)1 est située dans le département des Hautes-Alpes françaises (région Provence-Alpes-Côte d’Azur) dans le bassin de l’Oisans. Elle doit sa renommée au sommet de la Meije, haut lieu des alpinistes et ressource paysagère de premier plan (Debarbieux, 1995 ; Laslaz, 2007). Son infrastructure touristique majeure est un téléphérique à double usage hivernal et estival. Depuis 2020, la Grave est le théâtre d’un conflit territorial lié au projet d’extension d’un troisième tronçon du téléphérique.

Figure no 1

Figure no 1

Schéma des équipements touristiques de La Grave

2Construit en 1976, le téléphérique a, par sa matérialité comme par ses usages, fortement impacté la trajectoire du territoire. Il amène les usager·es à une première gare (gare de Peyrou d’Amont, 2400 m), puis au pied du glacier de la Girose (gare des Ruillans, 3200 m). L’offre a été complétée en 1989 par deux téléskis, qui permettent durant l’hiver de déposer les skieurs et skieuses au dôme de la Lauze (3568 m), en surplomb du glacier. Exceptée l’unique piste bleue sur le glacier de la Girose, le domaine propose exclusivement une offre commerciale de ski freeride. Importé des États-Unis, le freeride est une sous-culture du ski qui consiste en la pratique du ski hors-piste sur des itinéraires de montagne non damnés et en dehors des pistes balisées et sécurisées (Drouet & Kemo Keimbou, 2005). En été, l’offre commerciale principale est un « site touristique glaciaire », des activités se déploient « sur » et « autour » du glacier de la Girose (Salim et al., 2021). Le voyage en téléphérique offre une relation paysagère et contemplative aux glaciers environnants et à la Meije (3984 m), la gare de Peyrou d’Amont ouvre les possibilités à des randonnées et enfin la gare des Ruillans amène les touristes au pied du glacier de la Girose. À 3200 m, des activités sont pratiquées « sur » et « autour » de la Girose, proposant une expérience contemplative de haute montagne, la visite d’une grotte de glace (photo no 1), la pratique de la randonnée glaciaire et des écoles de glace. Le téléphérique permet également de raccourcir les marches d’approche à des courses d’alpinisme (figure 1). Le glacier de la Girose demeure à la marge des grands sites alpins de tourisme glaciaire (Salim et al., 2021 ; 2023), c’est un site de second rang dans l’imaginaire collectif (Sanchez, 2017).

Photo no 1

Photo no 1

Le glacier de la Girose, les vestiges du téléski des Trifides (en premier plan, en haut) et la grotte de glace (en bas, à gauche).

Marie Poulain

  • 2 Demande d’examen au cas par cas préalable à la réalisation éventuelle d’une évaluation environnemen (...)
  • 3 Société d’aménagement touristique de l’Alpe d’Huez et des Grandes Rousses, devenue en 2021 SATA Gro (...)

3Le glacier de la Girose et le téléphérique sont depuis 2020 l’objet d’un conflit portant sur une décision d’aménagement par son propriétaire, la commune de La Grave. En 2015, la collectivité a lancé le renouvèlement de la délégation de service public (DSP) du téléphérique, sous forme concessive et pour une durée de trente ans. Le cahier des charges de la DSP contient le projet de maintenance et de réhabilitation des infrastructures touristiques. Il s’agit de remplacer les téléskis des Trifides (détruit à la suite de l’effondrement de la pointe Trifide en 2008) et de la Girose, par l’extension du téléphérique jusqu’au dôme de La Lauze (3568 m). Le projet prévoit alors la construction d’un troisième tronçon (T3) survolant le glacier de la Girose, la construction d’une gare à 3600 m et la rénovation des autres gares, incluant un nouveau restaurant et la création d’un glaciorium à 3200 m2. Le processus conduit en 2017 à la sélection de la SATA3, déjà opératrice des remontées mécaniques de l’Alpe d’Huez et des Grandes Rousses. Elle crée une filiale spécifique pour le domaine de La Grave, la Société d’aménagement touristique de la Grave (SATG). En 2020, la SATA obtient en plus la DSP du domaine skiable des 2 Alpes. Elle devient de fait l’opérateur central, quasi-monopolistique, des stations de l’Oisans.

  • 4 Pour plus d’informations à ce sujet consulter le site de « La Grave autrement, préservons la Meije  (...)

4À l’occasion des élections municipales de 2020 se forme le collectif « La Grave Autrement » (LGA), qui conteste les choix d’aménagement de l’ancienne mandature et souhaite ouvrir un débat public sur le projet politique et économique du territoire. À cette fin, le collectif lance une collecte participative dans le but de financer l’étude d’un projet alternatif au T34.

5Toujours d’actualité en 2023, le projet d’extension de cet aménagement a généré un conflit territorial, notion qui permet de « qualifier des situations qui constituent une manifestation de protestation ou d’opposition » (Melé, 2016). Ce conflit donne alors à voir un territoire de montagne faisant face à la double injonction du développement économique et de la prise en compte du changement climatique. Cette dualité s’articule sur le glacier de la Girose qui, comme tous les glaciers alpins, subit les effets du changement climatique sur la cryosphère (GIEC, 2022).

6L’apport de cet article est d’analyser un conflit territorial à l’aune du champ émergent de la géologie politique. Ici, nous chercherons à montrer comment la Girose peut être analysée comme une strate glaciaire qui se désagence du projet du territoire à l’heure du changement climatique. Cette approche du conflit permet alors de penser et énoncer des figures de réagencement à cette strate. Nous avons procédé à une analyse diachronique du conflit au regard de la trajectoire socio-territoriale du téléphérique et du glacier et à une enquête de terrain menée à la Grave entre janvier 2021 et juillet 2022, dont la méthodologie sera précisée infra. Nous décrirons quatre figures de négociation vis-à-vis de la strate glaciaire (la Girose), soient celles du climatoscepticisme, l’anticipation de la mise en ressource d’une montagne sans glacier, la réouverture du projet de territoire et la vérité locale de l’aménageur.

La géologie politique pour étudier un conflit territorial sur le glacier de la Girose

7La littérature aborde l’appréhension politique et sociale des glaciers à travers leurs dimensions extractive, culturelle, récréative, patrimoniale, scientifique ou en tant qu’espaces à risques (Bussard et al., 2021 ; Carey, 2010 ; Debarbieux, 2015 ; Laslaz, 2009 ; Orlove et al., 2008 ; Salim et al., 2021). Si cette littérature permet de penser la construction sociale de ces espaces, nous proposons ici de déplacer le cadrage théorique en s’appuyant sur les travaux de la géologie politique, en partie inspirée des débats sur l’anthropocène portant sur la dimension sociale des processus géologiques contemporains. D’une part, ce champ appréhende la politisation contemporaine des sous-sols au regard des enjeux de ressources énergétiques et d’extraction (Arnauld De Sartre et Chailleux, 2021 ; Bebbington et Bury [dir.], 2016). D’autre part, la géologie politique propose de penser l’espace et les milieux géographiques au croisement de leur volume et du politique (Braun, 2000 ; Elden, 2013 ; Graham et Hewitt, 2012). Cette dernière perspective, que nous adoptons, paraît d’une grande portée heuristique pour un territoire de montagne et de haute montagne tel que La Grave. C’est dans sa verticalité (2100 m de dénivelé entre le village et le dôme de la Lauze) et dans son volume (un agencement de pratiques sociales, d’infrastructures matérielles, de processus géologiques, écologiques et glaciologiques) que se fonde son projet de territoire actuel.

Faire territoire avec la strate glaciaire

8Le concept de strate permet de s’intéresser au processus de recomposition des sols et des sous-sols dans un contexte de transition. Il est alors possible de penser les glaciers, dans notre cas, celui de la Girose, comme des entités autonomes qui forment des sols et des sous-sols stratifiés et en volume, en relation avec les activités humaines. Telle que développée par le géographe Nigel Clark, la notion de strate se définit comme un ensemble de processus et de systèmes en relations et stabilisés dans l’espace et le temps (Clark, 2016). La strate peut être construite, comme le montre Olivier Labussière à propos du bassin Lorrain, même si elle échappe toujours à l’intentionnalité (Labussière, 2021). Elle peut tout autant relever de processus autonomes et relativement incertains, tels que la strate glaciaire à l’échelle globale. Il existe en cela une part inconstructible des strates qui excède tout projet intentionnel (Clark, 2016 ; Neyrat, 2016). Une analyse par les strates doit être dynamique et appréhender la relation entre les strates par leurs agencements, situés et contingents. C’est à partir de leurs agencements que l’on peut envisager des « politiques de la strate », c’est-à-dire des manières d’agir sur des matérialités inscrites dans le système-terre et qui contribuent à en produire sa géologie (Clark, 2016 ; Clark et Szerszynski, 2021).

9Dans le cas de la Girose, on observe au moins deux formes de politique de la strate glaciaire.

  • 5 Code de l’urbanisme, Chapitre III Aménagements de domaine skiable (Articles R473-1 à R473-6).

10D’abord, la diminution de la masse du glacier de la Girose est un cas localisé de la diminution massive, effective et à venir, de la cryosphère à l’échelle globale, processus dû à l’effet des activités humaines sur le climat (GIEC, 2022). Ensuite, la collectivité et son opérateur d’aménagement entrent en relation avec le glacier en tant qu’espace support d’un espace projet spécifique (Soubeyran, 2010). En saison hivernale, la Girose est le support d’un téléski et d’une piste de ski relevant du droit de l’urbanisme5, où la piste bleue est quotidiennement damnée et les crevasses sont rebouchées. En saison estivale, la Girose est le support de la grotte de glace. Le glacier est ainsi construit en tant qu’une infrastructure stabilisée, monitorée et entretenue (Barry, 2016).

La climatisation des strates glaciaires

11Les glaciers étaient représentés à l’époque romantique comme des symboles de la nature grandiose, à la fois imposante et terrifiante. Les années 1990 marquent un tournant, faisant des glaciers des marqueurs iconiques du changement climatique (Carey, 2007). Le glacier permet alors de faire parler le climat et par extension, amener des revendications qui sont extérieures à cette strate. En effet, la cryosphère bascule dans ce que Stefan Aykut nomme le régime climatique (Aykut, 2020), qui consiste en l’ensemble des traités, normes, savoirs scientifiques et discours d’acteurs sur la façon de décrire et d’apporter des solutions au changement climatique. Si le régime climatique s’est construit principalement dans les arènes de négociation internationale (Aykut et Dahan, 2015), la climatisation consiste en « l’extension du problème climat vers d’autres arènes politiques » (Aykut, 2020, p. 12). Si pour le politiste la climatisation concerne principalement des secteurs d’activités et d’action publique, nous pouvons étendre cette notion à la description de processus de mise à l’agenda du changement climatique dans les territoires. L’hypothèse défendue ici est que La Grave connaît depuis une dizaine d’années un processus de climatisation à cause d’un ensemble de faits hétérogènes et non-choisis par les acteurs locaux. Ainsi, dans notre cas d’étude, cet ensemble de faits recouvre l’action de l’État, l’évolution des règles de planification territoriale, l’évolution des glaciers du versant nord de la Meije, la fragilisation du modèle du tout-ski (Bourdeau, 2009), la critique du modèle des grandes stations modernistes, l’obsolescence de l’équipement touristique et la montée en puissance de la question écologique.

12Dans cette situation, la déstratification effective et à venir de la cryosphère appelle toute notre attention. Cette déstratification, qui se matérialise ici par la perte de masse et de surface de la Girose, a des conséquences en particulier sur ses agencements avec d’autres strates. C’est l’agencement de la cryosphère avec le projet de territoire de La Grave qui se trouve fragilisé, notamment au travers de l’équipement touristique qui structure cet agencement. Or, puisque les systèmes terrestres sont ouverts, non-linéaires et complexes, « beaucoup des systèmes physiques du monde réel ont le potentiel de passer d’un état de fonctionnement à un autre » (Clark et Szerszynski, 2021). Nous proposons d’observer La Grave comme un territoire dont la climatisation, du fait de la déstratification des glaciers, passe par une fragilisation d’un agencement construit autour du téléphérique en quelques décennies. Inspirés de la littérature pragmatiste en aménagement (Soubeyran, 2015), nous qualifions ce processus de climatisation non-intentionnelle. Cette fragilisation dépasse la question des usages d’un équipement car, pour Kathryn Yusoff, « notre incorporation du géologique va inévitablement excéder les usages que nous avions à l’esprit » (Yusoff, 2015). Cet excès de relation apparaît avec d’autant plus de force au moment du changement climatique.

Terrain et méthodes

  • 6 Des évènements significatifs ont eu lieu depuis juillet 2022 mais ils ne sont pas pris en compte da (...)

13Les données présentées dans cet article résultent d’une enquête qualitative menée entre janvier 2021 et juillet 20226. La méthodologie d’enquête inclut l’analyse de la littérature grise ainsi que la réalisation de 20 entretiens semi-directifs.

14Les enquêté·es ont été sélectionné·es en fonction de leur profession, dans le but d’assurer une représentativité des acteurs qui travaillent en lien avec le téléphérique et/ou se positionnent par rapport au 3e tronçon (T3). Parmi le corpus des enquêté·es, nous avons interrogé l’opérateur du téléphérique, des acteurs institutionnels, des professionnel.es de la montagne (guide de haute-montagne, moniteur de ski), des acteur.rices du secteur touristique (restaurateur, hôtelier, gérant de magasin de sport de montagne, office de tourisme, agence de tourisme) et des membres du collectif LGA. Notre grille d’entretien intégrait une frise chrono-systémique qui a servi comme medium d’entretien (Bergeret et al., 2015). Celle-ci présentait une trajectoire socio-historique allant des années 1950 jusqu’aux années 2050, invitant les enquêtés à envisager l’avenir de leur territoire. Nous avons donc procédé dans un premier temps à une analyse socio-historique du territoire à l’aide de la littérature scientifique existante (Bruley, 2021 ; Fournier, 2018 ; Laslaz, 2007) et de la littérature grise. Cette étape nous a permis d’identifier quatre thèmes centraux pour appréhender le conflit territorial : le tourisme à la Grave, les glaciers (en distinguant les glaciers et le changement climatique à l’échelle globale, les glaciers du versant nord de la Meije, le glacier de la Girose), l’histoire du téléphérique et les enjeux territoriaux. Les enquêté·es étaient encouragé·es à réagir et discuter de leur territoire et de ses enjeux passés, actuels et futurs à partir des thèmes prédéfinis. L’objectif était de comprendre, à partir de cette frise, la relation des enquêtés vis-à-vis de la trajectoire territoriale de la Grave afin de contextualiser leur position dans le conflit territorial.

15Parallèlement, nous avons analysé les documents cadres régissant le projet (notamment les SCoT, le contrat de la DSP) ainsi que les avis émis par les autorités institutionnelles (avis préfet PACA, avis MRAE, avis consultatif du Conseil scientifique du Parc national des Écrins). Enfin, une veille de la couverture médiatique du T3 a été réalisée, englobant les réseaux sociaux ainsi que les médias locaux et nationaux, sur la période de janvier à juillet 2022.

L’agencement de La Grave au glacier de la Girose au prisme de sa trajectoire territoriale

16La Grave, du fait de sa climatisation, se trouve dans une situation paradoxale. Le territoire est passé, en une vingtaine d’années, d’un territoire innovant en marge du modèle des grandes stations de ski à un territoire qui ne sait pas comment penser et faire face au changement climatique. Une analyse diachronique permet de recontextualiser le conflit territorial autour du T3.

Un territoire agencé par le téléphérique à la strate glaciaire

17Historiquement, la relation aux glaciers du versant nord de la Meije est paysagère et alpinistique. Depuis les années 1970, La Grave construit un projet de territoire structuré par le téléphérique qui opère un agencement spécifique à la strate glaciaire et au glacier de la Girose en particulier. Dans nos entretiens, les enquêtés, quelle que soit leur position dans le conflit, n’expriment pas de rapport émotionnel et affectif à la Girose. Elle ne fait pas partie des paysages glaciaires iconiques du versant nord du massif de la Meije. En effet, elle demeure invisible depuis le village de la Grave et elle ne procède donc d’aucune relation paysagère au territoire contrairement à d’autres glaciers visibles depuis le village. Pour les enquêté·es, cette strate est principalement un espace de circulation en ski ou un espace de passage vers des courses d’alpinisme, elle est l’espace support d’un projet touristique. Du fait d’un projet de territoire matérialisé par la remontée mécanique que nous allons décrire ci-dessous, la strate glaciaire s’est vue agencée à La Grave par la mise en infrastructure touristique de la Girose.

18La construction du téléphérique en 1976 a initialement vocation à développer un tourisme estival. Après un attentat à l’explosif perpétré par des opposants au téléphérique, le deuxième tronçon est finalement achevé en 1978, prolongeant l’itinéraire jusqu’au col des Ruillans (3200 m). Mais en 1986, le téléphérique n’a trouvé ni ses usages ni son marché, et son coût est jugé trop important par rapport aux recettes qu’il engendre. La collectivité décide donc de le fermer. Son concepteur, Denis Cresseils, propose son rachat à condition d’en agrandir les équipements, ce qui est accepté par la collectivité. Sous la direction de D. Cresseils, les téléskis des Trifides et de la Girose sont construits sur le glacier éponyme en 1989, permettant de rallier la gare des Ruillans (3200 m) au dôme de la Lauze (3568 m). Le début des années 1990 marque alors un tournant pour le territoire, qui s’oriente vers une exploitation hivernale du téléphérique.

19Les usages liés au tourisme hivernal permettent de fonder un projet de territoire singulier, structuré autour de la pratique de niche du freeride, lui-même dépendant du téléphérique (Fournier, 2018). S’il n’y a pas d’aménagement matériel des pentes ni de déclaration de pistes (hormis la piste bleue sur le glacier), cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas mises en infrastructures, même minimalement. Dans les années 1990, l’émulation autour du freeride et l’organisation d’événements sportifs à l’instar du Derby de la Meije (compétition de ski freeride réunissant tous les sports de glisse) contribuent à façonner La Grave comme un domaine de renommée internationale (Desmurs, 2018). La neige poudreuse, symbole du freeride, sert d’argument de communication à la station. L’office du Tourisme local oriente ainsi sa communication sur la qualification de La Grave comme « la Mecque du freeride ». Destiné initialement à un tourisme estival, le téléphérique a, dans les années 1990, trouvé ses usages, nécessitant la mise en infrastructure du glacier.

Fragilisation du projet de territoire et climatisation non-intentionnelle

20Du fait d’un agencement contingent entre la Meije avec ses pentes et ses glaciers, un projet touristique de niche et un équipement de transport, La Grave s’est trouvée dans la position d’un projet de territoire innovant et en marge de la modernité des stations de skis. Pourtant, une série de phénomènes conduit à décrire un projet de territoire aujourd’hui fragilisé par un processus de climatisation non-intentionnelle, qui excède le projet. Cette climatisation se déploie notamment autour de la question de l’agencement du territoire à la strate glaciaire et à la Girose en particulier. Nous en décrivons deux enjeux centraux, soient le désagencement des strates au projet touristique et la mise à l’agenda du changement climatique par d’autres acteurs politiques.

21L’aménagement d’une piste bleue sur la Girose repose sur des agencements fragiles aux milieux, qui sont impactés par le changement climatique. Le téléski des Trifides est fixé à la paroi de la pointe Trifide (3450 m), d’une grande verticalité, et le téléski de la Girose repose sur des pylônes mobiles, qui permettent une adaptation aux mouvements du glacier. Enfin, des dameuses opèrent quotidiennement pour sécuriser le site bouchant les crevasses du glacier. En 2008, un éboulement rocheux sur la pointe Trifide perturbe cet agencement en provoquant l’effondrement du téléski éponyme (figure 1). Les éboulements rocheux sur de telles parois peuvent être liés à des mécanismes liés à la fracturation de la roche, à la fonte du permafrost et aux effets de l’abaissement du glacier, qui semble ici le facteur le plus probable. Le changement climatique augmente la probabilité d’occurrence des éboulements rocheux, en particulier sur ce type de parois (Duvillard et al., 2019). Du fait de cet éboulement, l’obsolescence du téléski ne permettait plus aux skieurs de monter au dôme de la Lauze. Une solution à l’origine temporaire, mais toujours d’usage en 2023, est trouvée. Quotidiennement, une dameuse fait des allers-retours en montant les usagers par groupes de quinze entre la gare des Ruillans et le départ du téléski de la Girose (photo no 2).

Photo no 2

Photo no 2

La dameuse qui permet de rallier le col des Ruillans au téléski de la Girose, solution de substitution à l’effondrement du téléski des Trifides en 2008. En arrière-plan, le téléski de la Girose et la piste bleue sur le glacier. Février 2022.

Marie Poulain

22Ce réagencement n’est pas satisfaisant pour la collectivité et son opérateur. C’est d’ailleurs un des arguments clefs à la construction du T3, pensé en partie par les porteurs du projet comme un réagencement à la strate glaciaire car il ne fera que survoler le glacier de la Girose avec un seul pylône, placé sur un éperon rocheux, entre les deux gares. Il ne dépendrait plus directement des processus géomorphologiques de la strate glaciaire. Pour nous, le T3 est ainsi une manière de de s’immuniser à l’évolution de la strate glaciaire tout en garantissant la continuité du projet.

  • 7 Tribune collective « Penser les glaciers comme des acteurs d’un monde que nous habitons en commun » (...)

23Le projet de territoire se voit ensuite fragilisé par des acteurs politiques et institutionnels. Constitué en 2020, le collectif « La Grave Autrement » (LGA) ouvre une situation conflictuelle en s’opposant au projet du T3. Au-delà d’une assise locale, il s’appuie sur des relais médiatiques, donnant une visibilité nationale au projet. Une tribune en opposition au T3 est par exemple signée par LGA dans Le Monde7, et des fondations d’entreprises, comme Petzl ou Patagonia, apportent leur soutien financier et médiatique. Une autre stratégie d’opposition de LGA est la mise en place d’un financement participatif d’une étude alternative auprès d’un bureau d’étude sur la viabilité du projet, d’un diagnostic territorial et d’une prospective. La mise à l’agenda politique des choix d’agencement à la Girose par le téléphérique passe, pour les opposants, par un débat sur le projet de territoire.

  • 8 Avis du Conseil scientifique du PNE du 18 décembre 2020.
  • 9 Avis n°MRAe 2021APPACA18/2786 du 25 mars 2021.

24À cela s’ajoutent plusieurs avis d’institutions qui entraînent un retard dans la mise en œuvre du projet initialement prévu en 2021. D’une manière générale, les acteurs institutionnels émettent des réserves et pointent les faiblesses de l’étude d’impact concernant les impacts climatiques. Le Conseil Scientifique du Parc national des Écrins s’inquiète dans un avis nuancé de la « contradiction entre le modèle de développement “doux” revendiqué par la commune de La Grave et ce projet qui s’inscrit dans la poursuite d’un modèle économique traditionnel de station8 ». La Mission régionale d’autorité environnementale (MRAE) PACA souligne les « manquements substantiels dans l’étude d’impact » notamment dans « la prise en compte des enjeux liés au changement climatique9 ». Ce fait a d’autant plus d’importance que dans les entretiens, les enquêtés, et principalement les porteurs du projet, catégorisent des avis neutres ou nuancés en tant qu’avis négatifs ou hostiles au projet.

25On observe à La Grave un processus de climatisation non-intentionnelle du projet de territoire. Ce dernier, structuré depuis les années 1990 autour du téléphérique et du freeride est fragilisé par la matérialité du changement climatique, une situation conflictuelle et des institutions étatiques qui demandent à prendre en compte le changement climatique. Tout ce qui participe de la climatisation du territoire excède le projet initial. Si parfois le conflit génère des innovations (Gal, 2016), on observe pour l’instant un territoire qui a été innovant mais se trouve désormais dans une situation de verrouillage de son agencement à la strate glaciaire par le téléphérique.

Quatre figures de négociation avec la strate glaciaire 

26Le point de départ de cet article était que le changement climatique provoque des changements irréversibles et pour une part imprédictible sur la strate glaciaire. Cet excès fondamental de la strate au regard des projets exige, pour Nigel Clark, de passer d’un gouvernement des processus terrestres à des agencements négociés avec les strates (Clark, 2016). Dès lors, tout discours de réagencement au glacier peut être analysé comme une proposition politique de négociation avec la strate.

27La situation de conflit a engendré un affrontement entre différents systèmes de gouvernance, valeur et connaissance (Bruley, 2021). Lors de nos entretiens, les acteurs étaient encouragés à préciser leur argumentaire au regard de la trajectoire territoriale illustrée par la frise chrono-systémique. La situation de conflit demande aux acteurs de préciser et parfois changer de régime d’argumentation. En essayant au maximum de dépasser la binarité des positions dans un territoire très clivé, nous avons donc observé différents régimes d’argumentation face à la strate glaciaire. Nous proposons ici une description de quatre figures de réagencement face à cette strate, accompagnées de verbatims significatifs, qui nous paraissent importants au regard du conflit et de la place qu’y prend le glacier de la Girose.

La rhétorique climatosceptique

28Lorsque nous interrogeons deux élus sur l’avenir des glaciers et son impact sur le territoire, le premier répond qu’

actuellement, c’est là que la polémique se crée, on ne connaît pas le réel impact de l’homme sur le réchauffement, parce qu’effectivement c’est un peu comme au Moyen Âge, on a une géophysique qui fait qu’on a un réchauffement mais il est peut-être dû aussi à la position des planètes. […] Actuellement, personne ne peut quantifier la part de l’homme dans le réchauffement.

29Le second rebondit de la façon suivante :

là-dessus, j’adhère totalement à l’analyse de [XX]. Il faut prendre nos dispositions pour protéger l’environnement mais voilà après, on ne pourra pas faire plus.

30Pour la maîtrise d’ouvrage, la strate glaciaire doit être considérée en tant que paramètre réglementaire du projet d’aménagement, mais n’en est pas une condition initiale forte. Dans cette situation, le climatoscepticisme autorise à ne pas penser et agir en fonction du désagencement de la strate glaciaire. Des enquêtes similaires conduites dans d’autres territoires de montagne montrent que la position sceptique vis-à-vis du changement climatique parmi les acteurs décisionnaires et touristiques est récurrente (Clivaz et Savioz, 2020 ; Trawöger, 2014).

Anticiper la mise en ressource d’une montagne sans glacier

31Lorsqu’on encourage les enquêté·es à imaginer le futur de la Grave, plusieurs acteurs projettent la déstratification future de la Girose. Toutefois, les trois types d’acteurs que nous allons présenter ont des imaginaires divergents sur le futur de la montagne sans la Girose, en fonction de leurs valeurs, leurs identités, leurs représentations et leurs formes d’attachement au territoire, ce que Pachoud, Koop et George (2022) appellent la dimension idéelle du territoire.

  • 10 Se référer à la tribune collective citée supra.

32Une première modalité de réagencement par l’anticipation est proposée par l’anthropologue Nastassja Martin qui propose de se saisir de la mort des glaciers pour se défaire d’une seule relation moderne et utilitariste pour au contraire pluraliser nos relations à ces entités10. Si cette proposition de réagencement profond avec la strate glaciaire a trouvé un écho à l’échelle nationale notamment avec la tribune publiée dans Le Monde, elle n’a cependant pas été mise en avant par les enquêté·es locaux·ales lors de nos entretiens.

  • 11 Les moniteurs de ski n’ont pas le droit d’encadrer sur les zones glaciaires non balisées, prérogati (...)

33Une seconde modalité d’anticipation a été évoquée par un moniteur de ski, dans un exercice de prospective que nous lui demandions : « Je ne sais pas trop comment ça peut évoluer, mais c’est vrai que dans l’optique où le glacier fond, finalement ça sera certes dommage pour le paysage mais peut-être que les moniteurs de ski pourront accéder à des endroits où ils ne peuvent pas accéder maintenant ». Le moniteur, interrogé du fait de sa profession, a une lecture corporatiste de la disparition du glacier de la Girose. Seuls les guides de haute-montagne sont autorisés à accompagner les clients sur le glacier11. Cet exemple donne à voir les perceptions quant à l’adaptation de la profession de moniteur de ski face au changement climatique. Ainsi, imaginer La Grave sans la Girose, c’est reconfigurer le métier du moniteur de ski sur cet espace, donnant de nouvelles opportunités à la profession.

34Une troisième modalité d’anticipation a été énoncée par un ancien maire de La Grave. Il s’agit d’anticiper à 50 ans un projet toujours structuré par un téléphérique montant à 3600 m, mais centré sur le tourisme contemplatif de haute-montagne :

L’été, dans 50 ans, on ne fera pas de balade glaciaire, il n’y aura plus de grotte de glace. On va arriver à 3 200 m, ce sera un pierrier. Il y aura peut-être encore trois plaques de neige dans un coin. Les gens, ici, ils s’émerveillent parce qu’il y a la Meije et le glacier. Mais je pense que quand il n’y aura plus le glacier, il faudra les monter à un endroit où il y aura un paysage […]. Il faudra un produit.

35Cet acteur combine les différentes contraintes et choix politiques pour justifier le T3 comme un réagencement anticipé à un territoire sans la Girose, mais avec le téléphérique.

Rouvrir un projet de territoire de montagne

36Les opposants au T3 émettent la possibilité de repenser le projet de territoire à la Grave en proposant une solution alternative et un autre modèle de développement.

  • 12 Dans le cadre d'un accord commercial entre Les 2 Alpes et La Grave, une liaison en dameuse existait (...)

37Le conflit autour de l’extension du téléphérique ouvre le débat politique sur le projet de territoire de La Grave. Pour les opposants, la trajectoire actuelle s’oppose avec l’imaginaire et les pratiques associées à la pratique du freeride et de l’alpinisme, qui font de la Grave un modèle alternatif à celui qui prédomine dans le monde du ski. Cette perspective est adossée au refus d’une situation qui tend vers le monopole de la SATA dans les stations de l’Oisans. En effet, lorsque la SATA devient gestionnaire en 2020 des 2 Alpes, elle est désormais en situation quasi-monopolistique dans l’Oisans. Le collectif LGA craint notamment une future liaison aménagée entre La Grave et Les 2 Alpes au vu de la proximité entre les points culminants des deux stations, le dôme de la Lauze à La Grave et le dôme du Mont de Lans aux 2 Alpes, distants de 500 m12. Cette crainte prend également source dans la version 2018 du projet de SCOT de la communauté de communes de l’Oisans, qui faisait mention d’une liaison entre les deux domaines.

  • 13 Site de « La Grave autrement, préservons la Meije ». Page accueil « le manifeste ». https://lagrave (...)

38Le collectif LGA lance alors un processus de financement participatif d’une étude portant sur un diagnostic et une prospective du territoire. Pour nous, cette stratégie de contestation permet à la fois d’ouvrir un débat public (par la participation et la mise en circulation de discours contradictoires), de se crédibiliser sur les dimensions économiques du projet, et d’amener au débat public la notion de projet de territoire. En construisant une argumentation centrée sur un projet de territoire ouvert dans ses futurs face à une vision qui serait selon eux uniquement équipementière, LGA rend possible un projet touristique sans T3 et avec un glacier de la Girose déséquipé, lequel serait réservé à la découverte de la haute-montagne comme le décrit LGA sur leur site « Rêvons un peu […] un centre d’interprétation des glaciers, un espace refuge permettant d’accueillir des nuitées, un bel aménagement avec des passerelles en bois permettant d’effectuer en toute sécurité une boucle à pied de 20 min13… ». Dans cette argumentation, on observe alors une climatisation (Akyut, 2020) de la strate glaciaire. C’est à cause de ce processus de climatisation effectif à la Grave que le projet de territoire actuel se retrouve fragilisé, dépassant la question des usages de l’équipement et aboutissant à un modèle de développement alternatif. Dans la littérature de la transition, cette posture relève de l’« agir créatif » définie par P. Bourdeau comme un « volontarisme éthique et une recherche de cohérence existentielle en phase avec un ensemble de valeurs de responsabilités environnementales et sociales » (Bourdeau, 2021).

La vérité locale de l’aménageur

39Au cours de l’enquête, nous avons en effet été marqués par la force de la mise en circulation d’une « vérité locale », au sens où un ensemble d’énoncés produisent un effet de vérité dans un espace donné. Cette vérité locale est très mobilisée par les enquêté·es.

40Pour la collectivité et la SATG, l’économie du territoire repose à 90 % sur les retombées du tourisme. Or, l’équilibre financier du téléphérique, aujourd’hui et à l’avenir, repose sur la capacité d’amener les clients à 3600 m durant les quelques journées les plus rentables de la saison d’hiver. Cela est justifié par la piste bleue sur le glacier qui représente pour la SATG « un outil de distribution spatiale des skieurs sur des journées de grosse fréquentation », comptant pour 20 % de son chiffre d’affaires. Autrement dit, pour la SATG, en l’absence de la piste bleue, le bilan est déséquilibré. La construction du T3 se révèlerait alors indispensable. Pour les porteurs du projet, « la question c’est : est-ce qu’on fait vivre le téléphérique ou on imagine la Grave sans le téléphérique ? C’est on-off. S’il n’y a pas le 3e tronçon, je donne 10 ans au téléphérique, et après il ferme ». Ici, la posture de la SATG illustre l’argument courant des acteurs des sports d’hiver qui raisonnent en « substitution totale ou rien » (Bourdeau, 2021). En effet, dans ce raisonnement, être contre le T3, c’est être contre le téléphérique et par conséquence économique, cela signifie être contre La Grave. Dans sa structure argumentative, cet énoncé évacue toute forme de nuance et de possibilité d’un débat contradictoire.

41D’un point de vue géographique, ce dont on parle ici n’est pas le glacier comme un milieu avec ses dynamiques propres, mais comme un espace support d’un projet de valorisation économique. Puisque cet espace support est nécessaire, du point de vue des porteurs du projet, toute forme d’alternative est impensable. Au-delà de la situation conflictuelle et des personnes qui s’y trouvent engagées, tout se passe ici comme si la trajectoire du territoire conduisait à un verrouillage des réagencements possibles à la strate glaciaire. Le glacier étant devenu un des espaces supports essentiels du projet de territoire, il apparaît extrêmement difficile de le qualifier autrement et ainsi de rouvrir les possibles.

Conclusion. La transition socio-écologique comme négociation avec les strates

42Tout d’abord, nous avons introduit l’application du cadre théorique de la géologie politique, issu du champ de la géographie culturelle dans la littérature anglo-saxonne, à la problématique des glaciers. En reconsidérant la strate, jusqu’à présent perçue comme une ressource énergétique et d’extraction, nous avons ouvert de nouvelles perspectives en conceptualisant les glaciers en tant que strates. L’analyse a également démontré que la climatisation offre une approche pour appréhender le processus de mise à l’agenda du changement climatique dans les territoires. Ce processus de climatisation se manifeste à la Grave à travers un conflit territorial qui relève combien l’agencement du projet de territoire au glacier de la Girose, marqué par sa mise en infrastructure et sa qualification en tant qu’espace support d’un projet touristique, se retrouve aujourd’hui fragilisé.

43Au sein d’un territoire structuré par son équipement touristique et économique, la transition socio-écologique émerge comme un processus fragile et conflictuel. La situation de conflit territorial, en ouvrant le débat politique, a permis de mettre en évidence plusieurs figures de réagencements avec la strate glaciaire : la rhétorique climatosceptique, l’anticipation de la mise en ressource de la montagne sans le glacier de la Girose, la révision d’un projet de territoire et la vérité locale de l’aménageur. Ces représentations mettent en évidence que la transition ne se fait pas sans tension, questionnant l’avenir du tourisme face au défi de la crise climatique (Bourdeau, 2021).

44Enfin, plus globalement, la question centrale demeure : comment fait-on territoire avec des strates devenues autonomes ? L’histoire environnementale des xxe et xxie siècles montre que des infrastructures stables, en d’autres termes des strates, ont été érigées pour soutenir des activités humaines productives telles que les stations de ski. Aujourd’hui, la climatisation de ces strates remet en question la capacité des territoires à continuer à faire territoire avec ces strates autonomes et relativement imprédictibles. Pour le dire autrement, le cas du conflit sur le T3 n’est qu’une partie émergée de l’iceberg. En effet, la climatisation impacte l’ensemble des territoires de montagne, les contraignant à repenser leur projet de territoire et leurs relations aux strates glaciaires au vu de la part irréversible du changement climatique. Ce ne sont donc pas seulement les équipements sur les glaciers pour la pratique du ski dont il est question ici mais tous les types d’aménagement en montagne. Dans l’Oisans, le refuge de la Pilatte a définitivement été fermé à l’été 2021 en raison de la déstratification du socle rocheux sur lequel il repose (Duvillard et al., 2018). Ainsi, la négociation avec les strates terrestres apparaît comme une stratégie de transition au regard de processus terrestres qui excèdent toujours les projets de territoire.

Haut de page

Bibliographie

Arnauld De Sartre X., Chailleux S., 2021.– « Introduction. L’incomplète mise en politique du sous-sol français », dans X. Arnauld De Sartre, S. Chailleux (dir.), Natures Sciences Sociétés, vol. 29, p. S2–S11. DOI : https://doi.org/10.1051/nss/2021048.

Aykut S.C., 2020.– Climatiser le monde, Éditions Quæ, coll. « Sciences en questions », 82 p.

Aykut S.C., Dahan A., 2015.– Gouverner le climat ? Vingt ans de négociations internationales, Presses de Sciences Po, Paris.

Barry A., 2016.– « Infrastructure and the earth », dans P. Harvey, C.B. Jense, A. Morita (dir.), Infrastructure and Social Complexity, Routledge, Londres.

Bebbington A., Bury J. (dir.), 2016.– Subterranean Struggles: New Dynamics of Mining, Oil and Gas in Latin America, University of Texas Press, Austin.

Bergeret A., George-Marcelpoil E., Delannoy J.-J., Piazza-Morel D., 2015.– « L’outil-frise : une expérimentation interdisciplinaire : Comment représenter des processus de change- ments en territoires de montagne ? », Carnets du Labex ITTEM.

Bourdeau P., 2009.– « De l’après-ski à l’après-tourisme, une figure de transition pour les Alpes ? : Réflexions à partir du cas français », Journal of Alpine research|Revue de géographie alpine, vol. 97, no 3. DOI : https://doi.org/10.4000/rga.1049.

Bourdeau P., 2021.– « Dilemmes de transition. Les destinations françaises de sports d’hiver entre agir créatif, inerties et maladaptation », Géocarrefour, vol. 95, no 2. DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18943.

Braun B., 2000.– « Producing vertical territory: Geology and governmentality in late victorian Canada » Ecumene, vol. 7, no 1, p. 7-46.

Bruley E., 2021.– Les populations travaillent avec la nature pour co-produire l'adaptation aux changements globaux dans les Alpes françaises, thèse de doctorat en Écologie-Environnement, Université Grenoble Alpes, France.

Bussard J., Salim E., Welling J., 2021.– « Visiter les glaciers, une forme de géotourisme ? Les cas du Montenvers (Mer de Glace, France) et de Jökulsárlón (Breiðamerkurjökull, Islande) », Géo-Regards, p. 139-156.

Carey M., 2010.– In the shadow of melting glaciers climate change and Andean society, Oxford University Press, Oxford-New York.

Carey M., 2007.– « The History of Ice: How Glaciers Became an Endangered Species », Environmental History, vol. 12, no 3, p. 497-527.

Clark N., 2016.– « Politics of Strata », Theory, Culture & Society, vol 34, nos 3-4. DOI : https://doi.org/10.1177/0263276416667538.

Clark N., Szerszynski B., 2021.– Planetary social thought the anthropocene challenge to the social sciences, Polity, Cambridge, Medford, MA.

Clivaz C., Savioz A., 2020.– « Recul des glaciers et appréhension des changements climatiques par les acteurs touristiques locaux. Le cas de Chamonix-Mont-Blanc dans les Alpes françaises », Via, no 18.

Debarbieux B., Rudaz G., 2015.– The Mountain a political history from the Enlightenment to the present (Todd J.M. [trad.]), University of Chicago Press, Chicago, Londres.

Debarbieux B., 1995.– Tourisme et montagne, Economica, Paris.

Desmurs G., 2018.– L’épopée des stations de ski : des hommes, des défis, un patrimoine unique au monde / Guillaume Desmurs, Glénat, Grenoble.

Drouet Y., Kemo Keimbou D.-C., 2005.– « “Comment devient-on ‘freerider’ ?” Une approche socio-anthropologique », Loisir et Société/Society and Leisure, vol. 28, no 1, p. 67-88.

Duvillard, P.-A., Ravanel, L., Deline, P., Dubois, L. 2018.– « Paraglacial Rock Slope. Adjustment Beneath a High Mountain Infrastructure—The Pilatte Hut Case Study (Écrins Mountain Range, France) », Frontiers in Earth Science, vol. 6. DOI : https://doi.org/10.3389/feart.2018.00094.

Duvillard P.-A., Ravanel L., Marcer M., Schoeneich P., 2019.– « Recent evolution of damage to infrastructure on permafrost in the French Alps », Regional Environmental Change, vol. 19, no 5, p. 1281-1293.

Elden S., 2013.– « Secure the volume: Vertical geopolitics and the depth of power », Political Geography, vol. 34, p. 35-51.

Fournier D., 2018.– « La glisse réinventée », La construction d’un territoire de sports et de loisirs : l’Oisans des années 1960 à nos jours, thèse de doctorat en Sociologie, Université Grenoble Alpes, France.

Foucault M., 2004. Sécurité, territoire, population, Cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Gallimard/Seuil, coll. « Hautes Études », 435 p.

Gal S., 2016.– « Montagnes et conflictualité : le conflit, facteur d’adaptations et d’innovations territoriales : Une introduction », Journal of Alpine research|Revue de géographie alpine, vol. 104, no 1. DOI : https://doi.org/10.4000/rga.3178.

GIEC, 2022.– The Ocean and Cryosphere in a Changing Climate: Special Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (1re éd.), Cambridge University Press.

Graham S., Hewitt L., 2012.– « Getting off the ground: On the politics of urban verticality », Progress in Human Geography, vol. 37, no 1, p. 72-92.

Labussière O., 2021.– « A coalbed methane “stratum” for a low-carbon future: A critical inquiry from the Lorraine Basin (France) », Political Geography, no 85, p. 102328.

Larnaudie Y., 2023.– « Rapport du commissaire enquêteur. Projet de remplacement des téléskis du glacier de la Girose par un téléphérique -La Grave - rapport E22000086/13 ».

Laslaz L., 2007.– La Meije un haut lieu alpin, Éd. Gap.

Laslaz L., 2009.– « La protection sans la glace. L’exclusion des glaciers des zones centrales des Parcs nationaux de la Vanoise et des Écrins et leur équipement pour le ski d’été », Collection EDYTEM. Cahiers de géographie, vol. 8, no 1, p. 205-220.

Melé P., 2016.– « Introduction : Conflits, territoires et action publique », P. Melé, C. Larrue, M. Rosemberg (dir.), Conflits et territoires, Presses universitaires François Rabelais, Tours, p. 13-32.

Neyrat F., 2016.– La part inconstructible de la terre. Critique du géo-constructivisme, Éditions du Seuil.

Orlove B.S., Wiegandt E., Luckman B.H. (dir.), 2008.– Darkening peaks: glacier retreat, science, and society, University of California Press, Berkeley.

Pachoud C., Koop C., George E. 2022.– « Societal transformation through the prism of the concept of territoire: A French contribution », Environmental Innovation and Societal Transitions, vol. 45, p. 101-113.

Sanchez M., 2017.– « Le massif des Écrins, représentations et valorisation d’une haute montagne alpine », Géoconfluences. En ligne : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/les-nouvelles-dynamiques-du-tourisme-dans-le-monde/corpus-documentaire/ecrins-representations, consulté le 14 mars 2024.

Salim E., Gauchon C., Ravanel L., 2021.– « Voir la glace. Tour d’horizon des sites touristiques glaciaires alpins, entre post- et hyper-modernités », Journal of Alpine Research|Revue de géographie alpine, vol.109, no 4. DOI : https://doi.org/10.4000/rga.8358.

Salim E., Girault C., Nesur K., 2023.– « Le tourisme réflexif en montagne à l’heure de l’anthropocène : discussion autour du projet de réhabilitation du Montenvers, Chamonix », Mondes du tourisme. DOI : https://doi.org/10.4000/tourisme.6123.

Soubeyran 0., 2015.– Pensée aménagiste et improvisation. L’improvisation en jazz et l’écologisation de la pensée aménagiste, Éditions des archives contemporaines.

Soubeyran O., 2010.– « Entre détour et bonne distance: Territoire, sens et action », C. Maumi (dir.), Pour une poétique du détour. Rencontre autour d’André Corboz, La villette.

Trawöger L., 2014.– “Convinced, ambivalent or annoyed : Tyrolean ski tourism stakeholders and their perceptions of climate change”, Tourism Management, vol. 40, p. 338-351.

Yusoff K., 2015.– « Anthropogenesis: Origins and Endings in the Anthropocene », Theory, Culture & Society, vol. 33, no 2. DOI : https://doi.org/10.1177/0263276415581021.

Haut de page

Notes

1 Chiffres de l’INSEE, recensement 2019.

2 Demande d’examen au cas par cas préalable à la réalisation éventuelle d’une évaluation environnementale, « Projet de réalisation du troisième tronçon des téléphériques des glaciers de la Meije à la Grave avec rénovation de la gare de départ du tronçon », 28 janvier 2020.

3 Société d’aménagement touristique de l’Alpe d’Huez et des Grandes Rousses, devenue en 2021 SATA Group.

4 Pour plus d’informations à ce sujet consulter le site de « La Grave autrement, préservons la Meije ». Page accueil. https://lagrave-autrement.fr/ (consulté le 14 novembre 2023).

5 Code de l’urbanisme, Chapitre III Aménagements de domaine skiable (Articles R473-1 à R473-6).

6 Des évènements significatifs ont eu lieu depuis juillet 2022 mais ils ne sont pas pris en compte dans cet article.

7 Tribune collective « Penser les glaciers comme des acteurs d’un monde que nous habitons en commun », publiée dans Le Monde, 6 mai 2021.

8 Avis du Conseil scientifique du PNE du 18 décembre 2020.

9 Avis n°MRAe 2021APPACA18/2786 du 25 mars 2021.

10 Se référer à la tribune collective citée supra.

11 Les moniteurs de ski n’ont pas le droit d’encadrer sur les zones glaciaires non balisées, prérogative des guides de haute montagne (Code du sport, art. A212-1, annexe II-1 – C.5). Ils ont actuellement le droit d’amener des clients sur la piste de ski du glacier de la Girose mais pas en dehors.

12 Dans le cadre d'un accord commercial entre Les 2 Alpes et La Grave, une liaison en dameuse existait entre 1992 et 2010. Une chenillette permettait en effet de rejoindre les deux stations avec un forfait partagé entre les deux stations. L’accord commercial est abandonné en 2017 lors du changement de DSP. Il reste toutefois possible d’emprunter le passage qui est damné et utilisé par les secours pour évacuer plus rapidement les skieurs de La Grave vers Les 2 Alpes.

13 Site de « La Grave autrement, préservons la Meije ». Page accueil « le manifeste ». https://lagrave-autrement.fr/page/2/ (consulté le 12 décembre 2023).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure no 1
Légende Schéma des équipements touristiques de La Grave
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Photo no 1
Légende Le glacier de la Girose, les vestiges du téléski des Trifides (en premier plan, en haut) et la grotte de glace (en bas, à gauche).
Crédits Marie Poulain
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12875/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Photo no 2
Légende La dameuse qui permet de rallier le col des Ruillans au téléski de la Girose, solution de substitution à l’effondrement du téléski des Trifides en 2008. En arrière-plan, le téléski de la Girose et la piste bleue sur le glacier. Février 2022.
Crédits Marie Poulain
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/12875/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Poulain et Pierre-Olivier Garcia, « Négocier la climatisation de la strate glaciaire. Le cas du projet d’aménagement du troisième tronçon du téléphérique de La Grave »Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 112-1 | 2024, mis en ligne le 14 avril 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rga/12875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rga.12875

Haut de page

Auteurs

Marie Poulain

Université de Genève, Département de Géographie & Environnement

Pierre-Olivier Garcia

Université Grenoble Alpes, PACTE, laboratoire de sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search