Navigation – Plan du site

AccueilRubriques annexesTransitions2024Le coliving, un levier à la trans...

2024

Le coliving, un levier à la transition touristique des territoires de montagne ? L’exemple d’Alpiness Coliving

Village des Haudères, Commune d’Evolène, Val d’Hérens, Valais (Suisse)
Anouk Bonnemains, Fabienne Luisier et Benoit Luisier

Texte intégral

  • 1 Mancinelli F., 2020.– « Digital nomads: freedom, responsibility and the neoliberal order », Informa (...)
  • 2 Ibid.

1Depuis une dizaine d’années, les destinations touristiques ont vu émerger un nouveau type de clientèle, les télétravailleur·es nomades : les nouvelles technologies leur permettant de travailler à distance tout en voyageant à travers le monde (Mancinelli, 20201). À l’intersection entre les possibilités offertes par le numérique et la recherche de nouveaux modes de vie fondés sur une éthique de la liberté (Mancinelli, 20202), les télétravailleur·es nomades se déplacent au gré de leur envie et des infrastructures indispensables à leurs pratiques professionnelles et personnelles. Ce mode de vie brouillant les frontières entre travail, loisirs et voyage nécessite souvent des structures pouvant accueillir les personnes adeptes de ce mode de vie : le coliving.

2Ces hébergements mêlant espaces partagés (pour les loisirs comme pour le travail) et espaces privatifs, temps individuel et temps collectif, se sont développés dans de nombreuses villes et destinations touristiques balnéaires et exotiques (Bali, Thaïlande, Tenerife, etc.). Néanmoins, de petits villages de zone rurale comme en Galice (https://anceu.com/​) ou de montagne comme dans les Pyrénées (https://pyrenescape.com/​stay/​) ont vu également émerger ces nouvelles structures d’accueil.

  • 3 Vlès V., 2019.– « Des territoires touristiques en transition, aux abords du point de bascule », dan (...)

3Sous les effets des changements globaux (évolutions climatiques et sociétales), les modèles touristiques des territoires de montagne sont appelés à se renouveler (Bourdeau, 2021 ; Vlès 20193). La commune d’Évolène, qui se trouve dans le Val d’Hérens, canton du Valais en Suisse, ne fait pas exception. Pour ce territoire avec de très forts atouts paysager et culturel, les défis sont multiples :

  1. environnementaux (risques naturels, artificialisation du sol) et climatique (diminution de l’enneigement) ;

  2. touristiques (infrastructures de remontées mécaniques vieillissantes et non rentables, sur fréquentation de certains sites en été) ;

  3. sociaux (dépeuplement de certains villages, vieillissement de la population, etc.) ;

  4. économique (maintien d’une économie locale).

4C’est dans cette commune nichée à 1450 mètres d’altitude et à 30 minutes en voiture de Sion, que Fabienne Luisier et Benoit Luisier ont décidé de déposer leur bagage et rénover une ancienne bâtisse pour la transformer en coliving (https://alpiness-coliving.com/​). Intrigué par ce concept et la relation que les initiateur·es de ce projet peuvent tisser avec le territoire, nous sommes allées (Caterina Franco et Anouk Bonnemains) à leur rencontre au Haudères. Avec une question principale en tête : en quoi une structure comme la leur pourrait-elle être un levier ou une « brique » à la transition socioécologique des territoires de montagne ? À la suite de cet échange riche et agréable, l’idée est venue de publier un petit entretien dans la rubrique Transitions.

Entretien avec Fabienne et Benoit

Pouvez-vous vous présenter rapidement ?

Nous sommes Fabienne et Benoit Luisier, un couple en fin de trentaine déjà. Fabienne a grandi dans la région lausannoise, tandis que Benoit a passé sa jeunesse dans le village de Collombey-Muraz (Bas-Valais).

Après nos études (HEC pour Fabienne et biomécanique numérique pour Benoit) nous sommes entré·es dans le monde professionnel en travaillant pour diverses start-up du monde de la tech entre Vienne et Zurich. À la suite d’un voyage au long cours, en 2016 nous avons décidé de nous mettre à notre compte en créant une petite entreprise de développement web et avons adopté un mode de vie nomade. De 2016 à 2022, nous avons alors emporté quelques affaires et nos ordinateurs pour voyager (principalement en Europe) entre 6 et 12 mois par an tout en travaillant sur nos projets. Durant cette période, nous alternions entre différents types de logements (locations d’appartements, Airbnb, chambres d'hôtels, etc.) pas toujours adaptés au télétravail. C’est aussi durant ces années que nous avons découvert le concept de coliving, des espaces spécialement pensés pour les gens qui travaillent tout en voyageant. Ça a été une véritable révélation ! Ces espaces répondaient à tous nos besoins tant du côté social (vivre avec des gens qui ont un mode de vie similaire au nôtre) que des infrastructures de travail (espace de coworking).

En 2023, nous avons donc décidé de poser nos valises dans le magnifique Val d’Hérens et d’ouvrir Alpiness coliving.

Comment décririez-vous Alpiness Coliving ?

Alpiness coliving est un endroit pensé pour les personnes souhaitant combiner télétravail, vie à la montagne et rencontres avec des personnes partageant le même mode de vie.

Notre petit village est un paradis de l’outdoor que ce soit pour le ski, la peau de phoque, les raquettes, la cascade de glace en hiver ou la randonnée, l’escalade, l’alpinisme, le trail, le VTT aux autres saisons. Mais Alpiness est aussi un endroit où l’on trouve de vraies infrastructures de travail (bureaux, chaises ergonomiques, écrans, salle de conférence, etc.).

Pourtant, encore plus qu’un lieu de travail et de loisir, notre coliving est avant tout axé sur la communauté. Durant la semaine nous organisons de nombreuses activités visant à favoriser la cohésion du groupe : repas du soir pris en commun du lundi au vendredi, soirées film ou jeux, des conférences, ateliers, partages de connaissances et bien évidemment de nombreuses sorties outdoor au gré de la météo.

Comment avez-vous choisi le village où vous implanter ?

Lors de nos recherches de lieu nous avions plusieurs critères tels que l’accessibilité en transports en communs, des commerces à proximité, le souhait de s’implanter dans un petit village de montagne où notre projet pourrait à terme avoir un impact positif.

Nous connaissions déjà bien le Val d’Hérens pour y avoir randonné et séjourné à plusieurs reprises dans le passé et pour nous il cochait toutes les cases. Le Val d’Hérens est une vallée préservée où certaines des plus belles montagnes des Alpes côtoient des traditions encore bien vivantes et un patrimoine bâti remarquablement préservé.

  • 4 Mairesse.

Avant de faire notre offre pour le bâtiment nous avons également eu le plaisir de rencontrer Virginie Gaspoz (la présidente4 de la commune) ainsi que Dylan Métrailler (directeur de l’office du tourisme) qui ont montré un intérêt certain pour notre projet. Cette rencontre nous a confortés dans l’idée que notre espace de coliving serait bien accueilli sur la commune et que des synergies seraient possibles dans le futur.

Selon vous quel est l’impact de votre structure sur le territoire ?

Il est encore difficile pour nous d’avoir suffisamment de recul et de parler d’impact alors que nous sommes ouvert·es depuis à peine huit mois.

Une chose que nous remarquons déjà, c’est que notre espace de coliving n’a pas du tout la même saisonnalité que les hébergements classiques dans le domaine du tourisme. Nous avons bien été plein tout l’hiver, mais déjà les mois de septembre à novembre étaient remplis à 80%. Nous allons fermer un mois entre mi-avril et mi-mai afin de réaliser quelques travaux, mais notre calendrier de réservations est déjà pratiquement plein entre mai et août. Notre clientèle de télétravailleur·es semble donc s’intéresser à notre petit village de montagne tout au long de l’année, ce qui est assez pertinent pour un tourisme de montagne plus durable.

De plus, nos résident·es séjournent bien plus longtemps au coliving qu’un·e visiteur·e lambda dans un hôtel de la région. Notre durée de séjour minimum est officiellement de deux semaines, mais depuis notre ouverture, nous observons plutôt une durée moyenne de séjour de quatre à huit semaines. En vivant sur place, nos résident·es contribuent également aux commerces « de la vie de tous les jours » en faisant notamment leurs courses à la boulangerie, boucherie, laiterie et dans les supermarchés de la région.

Enfin, le ou la télé-travailleur·e nomade est également une personne plus connectée que la moyenne. Dylan Métrailler nous a d’ores et déjà confié qu’au niveau de l’office du tourisme, il avait senti une forte progression des partages sur la destination Val d’Hérens depuis l’ouverture du coliving.

Quels sont vos projets futurs ?

Notre installation est encore récente et durant cette première année nous avons investi beaucoup de temps et d’énergie dans la rénovation de notre ancien bâtiment (qui date quand même de 1857). Mais dès 2024, nous souhaitons commencer à « sortir de nos murs » et contribuer davantage à la région qui nous a si chaleureusement accueilli·es.

Les idées ne manquent pas, mais dans un premier temps, le premier projet qui nous occupe est la création d’une association à but non lucratif dont l’objectif sera d’ouvrir et gérer un espace partagé dans le centre du village des Haudères. Ce lieu pourra remplir plusieurs fonctions : espace de coworking public en journée, lieu de rencontre et de partage en soirée (des évènements, soirées jeux, conférences, ateliers créatifs ou techniques, réunions d’associations locales, etc.).

À plus long terme, nous souhaitons continuer à nous impliquer (ainsi que nos résident·es) dans la vie locale. Nous espérons aussi que notre coliving ou l’espace partagé précédemment décrit seront des lieux de rencontre inspirants favorisant les nouvelles idées et les synergies. Nous espérons que certaines d’entre elles se concrétiseront en projets auxquels nous aurons évidemment plaisir à prendre part.

En quoi vos différents projets sont-ils ou pourraient-ils être un levier à la transition des territoires de montagne ?

Ce n’est que le début de l’aventure pour nous mais nous sommes intimement convaincu·es que la vie à la montagne offre de nombreux avantages, notamment pour les gens pouvant travailler à distance. En développant des infrastructures et communautés pour ces personnes, nous espérons amener de la vie dans notre village et peut-être même pousser plus de gens à s’y installer définitivement.

Pour la petite histoire, un de nos premiers résidents letton (un passionné d’escalade et de montagne de 28 ans qui travaille pour une entreprise de cyber-sécurité) a décidé de quitter la capitale Riga pour venir s’établir en résidence principale aux Haudères dès ce printemps. Et on croise les doigts pour qu’il ne soit pas le dernier à sauter le pas !

Nous espérons aussi qu’en développant des infrastructures comme l’espace de travail partagé, nous pourrons peut-être augmenter la durée moyenne des séjours dans la vallée (tant au niveau de l'hôtellerie classique que pour les propriétaires de résidences secondaires). À la place de venir dans le Val d’Hérens du vendredi au dimanche, certaines personnes préféreront peut-être éviter les embouteillages du week-end et venir dès le jeudi ou repartir le lundi en travaillant un jour à distance, voire même rester plus longtemps.

Enfin, le tourisme (notamment hivernal) comme on le connaît va connaître d’importants changements dans les années qui viennent. Nous espérons que des projets comme le nôtre attireront des personnes qui ne voient pas simplement la montagne comme un support de loisirs, mais des gens avec des attentes différentes qui souhaitent simplement profiter d’un cadre de vie agréable tout au long de l’année.

Haut de page

Notes

1 Mancinelli F., 2020.– « Digital nomads: freedom, responsibility and the neoliberal order », Information Technology & Tourism, vol. 22, no 3. DOI : http://doi.org/10.1007/s40558-020-00174-2.

2 Ibid.

3 Vlès V., 2019.– « Des territoires touristiques en transition, aux abords du point de bascule », dans G. Carrere, C. Dumas, M.-C. Zelem (dir.), L’environnement dans la fabrique des transitions sociétales, Paris, L’Harmattan ; Bourdeau P., 2021.– « Dilemmes de transition. Les destinations françaises de sports d’hiver entre agir créatif, inerties et maladaptation », Géocarrefour, vol. 95, no 2.

4 Mairesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anouk Bonnemains, Fabienne Luisier et Benoit Luisier, « Le coliving, un levier à la transition touristique des territoires de montagne ? L’exemple d’Alpiness Coliving »Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Transitions, mis en ligne le 13 mai 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rga/12937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11nwg

Haut de page

Auteurs

Anouk Bonnemains

Articles du même auteur

Fabienne Luisier

Benoit Luisier

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search