Navigation – Plan du site

AccueilRubriques annexesTransitions2024Les montagnes ne repoussent pas :...

2024

Les montagnes ne repoussent pas : histoire d’un extractivisme apuan

Letizia Molinari

Texte intégral

1Les 16 et 17 décembre, deux journées de débats et de manifestations ont été organisées à Carrare, en Toscane, pour dénoncer la dévastation du territoire provoquée par les carrières de marbre et imaginer ensemble un avenir alternatif pour les Alpes Apuanes. « Les montagnes ne repoussent pas : arrêtons l’extractivisme dans les Apuanes et ailleurs », tel était le titre de la conférence d’ouverture qui s’est tenue dans le théâtre de la ville et à laquelle ont participé, entre autres, de grands noms de l’alpinisme italien et le président national du CAI (Club Alpino Italiano), la plus ancienne association italienne d’alpinistes, fondée en 1863. Enfin, plus de 2000 personnes, associations écologiques et collectifs de montagne venus de l’Italie entière, ont défilé dans les rues de Carrare, marquant ainsi un moment décisif pour la lutte contre l’exploitation des carrières dans le territoire apuanais.

Photo 1

Photo 1

Manifestation citoyenne à Carrare

© Luca Mangiacotti (16 décembre 2023)

  • 1 La Voce Apuana (27 Avril 2023), « Per Henraux la montagna è fruibile alla collettività che rimanga (...)

2L’initiative a été lancée par la naissante « Assemblée pour l’accès à la montagne », un collectif qui rassemble de nombreuses organisations et associations territoriales, créé à la suite des graves attaques répressives subies par certain·es activistes et citoyen·nes de la part d’Henraux, une entreprise française d’extraction et de traitement du marbre opérant sur le mont Altissimo. En effet, en avril 2023, lors d’une excursion sur le sentier CAI 31 près des carrières, des activistes ont été poursuivis par des voitures de police elles-mêmes escortées par celles de la compagnie française1. De plus, la randonnée a été interrompue sur le tronçon menant au pic Falcovaia, l’accès ayant été barré par des blocs de marbre ainsi qu’une voiture de police, bien que le sentier appartienne au patrimoine collectif. Outre le chemin CAI 31, les chemins 168 et 182 ont également été rendus impraticables par les activités extractives, et dans certains cas, l’itinéraire original a dû être modifié pour permettre le passage.

  • 2 Entretien avec Nico, activiste de Athamanta le 16 décembre 2023

3C’est ce que me confie Nico, passionné de montagne, qui était également présent ce jour-là sur le Mont Altissimo. « Il s’agit d’une grave violation du droit d’accès à la montagne, qui témoigne une fois de plus du pouvoir écrasant de l’industrie du marbre sur notre territoire. Au nom du profit, on sacrifie le bien commun2 ». Nico, avec d’autres jeunes, a créé en 2019 Athamanta, un collectif pour la justice écologique et sociale qui lutte contre les conséquences de l’extractivisme dans les Apuanes. Je marche avec lui dans le Val di Magra, en direction de Carrare. Depuis la côte, on distingue clairement à l’horizon la silhouette escarpée des Alpes Apuanes, qui descendent de la Lunigiana vers la Versilia, où les crêtes rocheuses cèdent la place aux mouvements de collines plus doux qui caractérisent la basse Toscane. Dans cette mince langue de terre que nous traversons rapidement, l’exploitation de carrières de marbre a des origines qui remontent à plus de 2000 ans : « L’histoire raconte, me dit Nico, que l’ancienne ville romaine de Luni, située à l’embouchure de la rivière Magra, a été autrefois prise d’assaut par des Vikings convaincus d’avoir atteint Rome, tant il y avait de marbre ! ».

  • 3 Camera di commercio Toscana Nord-Ovest (2022), Andamento dell’export nel 2022 a Lucca, Pisa e Massa (...)

4La tradition du marbre est ancrée dans le territoire et célébrée par de nombreuses statues blanches qui à chaque rond-point nous rappellent ce lien si profond. La plus récente est une danseuse de 60 tonnes, placée dans le carrefour à l’entrée de l’autoroute, cadeau à la ville de la Fondazione Marmi, le plus important groupe extractif. En arrière-plan de la danseuse, s’étirent des kilomètres de zones industrielles, où d’anciennes usines chimiques et métallurgiques sont à l’abandon ; le port de Carrare, bruyant par le passage des camions transportant les blocs de marbre destinés à l’exportation vers les États-Unis, l’Arabie Saoudite et partout dans le monde3 ; et encore plus loin, les cratères blancs qui s’ouvrent comme des gouffres au sein des montagnes dénudées. Ces carrières et carcasses industrielles racontent une histoire très différente de la danseuse, à savoir la décadence et l’abandon d’une terre dépouillée de ses ressources. « Ils veulent nous faire croire que cela a toujours été ainsi depuis l’époque romaine » nous dit Nico « mais ce n’est que récemment que l’exploitation des carrières de marbre a explosé, avec des impacts dévastateurs sur notre territoire. Les conséquences sont lourdes et nous les payons tous ».

Photo 2

Photo 2

Trekking sur les sentiers proches des carrières

© Athamanta (29 octobre 2023)

  • 4 Contatto Radio (16 décembre 2023). Matteo Procuranti, « Blanca Teatro. Apuane: uscire dall’estrattu (...)
  • 5 Voir Vatteroni G. (2006), Sindacalismo, Anarchismo e Lotte Sociali a Carrara dalla prima guerra mon (...)

5En effet, l’extraction annuelle de marbre est passée de 200 000 tonnes en 1950 à 4 millions de tonnes aujourd’hui. Paradoxalement, rappelle le comédien Matteo Procuranti4 lors de son intervention à la conférence du 16 décembre, la quantité de marbre extraite au cours des trente dernières années est supérieure à celle des 2000 années précédentes. La mécanisation des processus d’extraction depuis la seconde moitié du xxe siècle a complètement modifié le travail dans les carrières (dalle Mura, 2015). Avec l’introduction d’importantes avancées techniques, telles que l’utilisation de fils diamantés pour couper le marbre, la production a augmenté de manière exponentielle, tandis que le nombre de travailleurs a diminué drastiquement (Carmignani, 2007). Selon certaines estimations, en cent ans, le nombre de travailleurs est passé de pics de plus de 12 0005 à moins de 1000. Le métabolisme de reproduction sociale du travail, qui se transmettait de père en fils, a été interrompu, créant un grave problème de sous-emploi des jeunes dans la province de Massa-Carrare, dont le taux de chômage est entre le plus élevé du centre-nord de l’Italie (Istat, 2022).

  • 6 Franchini F., Campi A. (28 septembre 2018), La malédiction du marbre de Carrare, SWI Swissinfo.Ch. (...)

6Outre la diminution des opportunités dans les carrières, la filière locale en a également souffert avec de moins en moins d’ateliers d’artisanat actifs dans la zone. De fait, seul 1 % du marbre extrait dans les Alpes Apuanes est aujourd’hui utilisé à des fins artistiques. « L’époque où les artisans de Carrare étaient sollicités dans le monde entier pour leur savoir est finie, le réseau de métiers et de compétences qui a construit l’image du marbre comme symbole de la ville s’est perdu », explique l’acteur. Le marbre ne reste pas à Carrare, il voyage dans le monde. Et ce qui n’est pas exporté est réduit en poudre pour la production de carbonate de calcium par la multinationale suisse Omya et le groupe Kerakoll. Au cours des années 1990, la production a connu une croissance exponentielle, et aujourd’hui, le carbonate de calcium est largement utilisé pour la fabrication de dentifrices, de matériaux de construction, d’aliments et de produits pharmaceutiques6.

Photo 3

Photo 3

Manifestation devant l’usine de la multinationale Omya. La banderole dit : « Omya, pulvérise les Apuanes depuis 1988 »

© Luca Mangiacotti (octobre 2020)

  • 7 Contatto Radio (16 décembre 2023). Nadia Ricci, Presidente Federazione Speleologica Toscana, « Gli (...)

7L’extraction du marbre pour la production du carbonate a également un impact très important sur les milieux naturels et en particulier sur les eaux. Dans les aquifères et le littoral, des traces de poudre marbrée, appelée « marmettola » dans le jargon local, ont été détectées. En raison de la porosité de la roche karstique, explique la spéléologue Nadia Ricci7 dans son intervention, les eaux de pluie et de ruissellement provenant des carrières et des ravins acheminent la marmettola jusqu’aux cavités souterraines et aux nappes phréatiques. Comme le montrent les documents produits par l’expédition organisée par la Federazione Speleologica Toscana, qui a effectué de nombreux tests de traçage des eaux en 2022, la dispersion des déchets de carrière dans les aquifères est élevée, ce qui pose un grave problème de turbidité et de contamination de l’eau. En particulier, comme on peut le voir sur la photo suivante, une accumulation alarmante de marbre a été repérée à la base du puits P52 du gouffre Tripitaka, dans le complexe du Altissimo.

Photo 4

Photo 4

Cumul de marmettola à la base du puits P52 du gouffre Tripitaka

© Andrea Massagli (2022)

8Selon Nadia Ricci et l’équipe de la cellule environnementale de la fédération spéléologique, au fil du temps, la marmettola pourrait avoir réduit la porosité secondaire des roches et occlus une partie des cavités karstiques, modifiant ainsi l’hydrodynamique des aquifères et réduisant leur capacité de stockage de l’eau (Ricci, 2022). En outre, lorsque les précipitations sont abondantes, les rivières polluées par la marmettola se troublent et prennent une teinte blanchâtre, ce qui empêche la lumière de filtrer, entraînant la dégradation et la mort de la flore et de la faune. Les habitats sont fortement dégradés car le marmettola tend à boucher les microfissures peuplées par les espèces troglobies, avec des dépôts de forme et de granulométrie hostiles aux organismes, tout en augmentant la vitesse d’écoulement de l’eau rendant impossible la prolifération de la vie.

  • 8 Imarisio M. (6 février 2014), « Lo scandalo del torrente Carrione fuori dagli argini due volte l’an (...)

9Enfin, la présence d’amas de débris sur les pentes, ainsi que le rehaussement du lit des rivières et leur imperméabilisation par la marmettola, constituent un facteur de risque hydrogéologique et d’inondation alarmant (Cucurnia, 2020). En moins de dix ans, en 2003 et 2014, la ville de Carrare a été frappée par deux inondations qui ont causé des dégâts incalculables, des milliers de personnes déplacées et deux morts. L’enquête qui a suivi les événements de 2003 a clairement établi la responsabilité des débris de carrière dans l’inondation de la rivière Carrione, et 24 personnes, dont certains industriels du marbre et d’anciens maires, ont fait l’objet d’une enquête pour homicide et inondation involontaires8. Comme c’est souvent le cas en Italie, le délit était classé et les accusés ont été acquittés. Lorsque moins de dix ans plus tard, une nouvelle inondation a frappé la ville, une vague de colère a conduit des centaines de personnes à occuper la mairie pendant des mois pour réclamer justice.

  • 9 Communiqué de presse accessible en ligne : https://16dicembrecarrara.it/.
  • 10 Contatto Radio (16 décembre 2023). Maura Benegiamo, chercheuse à l’université de Pise, « Estrattivi (...)

10Un Far West italien, voici ce que sont les carrières de marbre de Carrare. Chaque année, un pan de montagne disparaît, les eaux se dégradent, la terre se meurt. Selon les activistes d’Athamanta, le business du marbre relève véritablement de l’extractivisme9, désignant ainsi un système d’exploitation qui génère d’énormes richesses pour quelques-uns au détriment de la population locale et les écosystèmes ; qui impose une identité basée sur l’accumulation et la dévastation, en pliant le bien commun des montagnes aux intérêts privés. C’est comme si tout le territoire était configuré et optimisé dans le seul but de produire du marbre, et qu’en dehors de cela, il ne pourrait pas se développer. C’est ce qu’explique Maura Benegiamo10, chercheuse en sociologie économique et du travail à l’université de Pise, qui a introduit cette question lors de la conférence :

dans le modèle extractiviste, le territoire est monofonctionnalisé pour entrer dans les circuits de l’économie mondiale. Dans ce système, la ressource extraite ne répond plus aux besoins de ceux qui utilisent, habitent et travaillent le territoire, mais est incorporée aux marchés, et est donc soumise à des besoins externes, qui répondent à une logique économique, de plus en plus financiarisée et fluctuante, et surtout qui échappe au contrôle démocratique et à la souveraineté des territoires.

11Ce système, particulièrement évident dans les Alpes Apuanes, car très invasif, se retrouve également, bien qu’avec des traits différents, dans le reste de l’arc alpin, là où les territoires sont sacrifiés à la production intensive en monoculture ou encore au tourisme hivernal de masse. Selon les activistes du collectif Athamanta, il devient donc impératif de s’unir et de converger depuis des territoires éloignés pour porter une autre vision de la montagne, en défense du territoire, de ses écosystèmes et de la santé des populations humaines et non-humaines qui y habitent. C’est dans cette forme de convergence que les luttes territoriales des zones internes peuvent construire un nouveau rapport de force, en mesure de renverser les intérêts économiques dominants. Dans ce sens, la manifestation de décembre à Carrare a constitué une étape cruciale tant au niveau toscan que national vers l’élaboration d’un récit commun pour les luttes en montagne autour de l’extravisme.

Photo 4

Photo 4

Des militants écologistes ont mis un bandeau sur le graffiti Michelangelo, attraction touristique qui a été peinte sur une carrière de marbre. La banderole dit « la dévastation n’est pas de l’art »

© Fridays for Future Carrara (2019)

Haut de page

Bibliographie

Carmignani L., Conti P., Fantozzi P., 2007.– « I marmi delle Apuane », Geoitalia, no 27, p. 19-30. En ligne : https://www.pconti.net/doc/Carmignani2007.pdf, consulté le 13 mai 2024.

Cucurnia G., 2020.– « Marina di Carrara (Tuscany, Italy) flood on November 5, 2014: description of the meteo-hydrological event and analysis of predisposing geographic and geomorphological factors », Atti Società Toscana Scienze Naturali, Serie A, no 127, p. 5-14. En ligne : http://www.stsn.it/AttiA2020/Cucurnia_online.pdf, consulté le 13 mai 2024.

dalle Mura A., 2015.– « Le Alpi Apuane, il Marmo e i Ravaneti », Italia Nostra. no 487, p. 26-27. En ligne : https://www.italianostra.org/wp-content/uploads/Bollettino_487.pdf.

ISTAT, 2022.– Tasso di occupazione tra i 15-34 anni: dati provinciali. En ligne : http://dati.istat.it/index.aspx?queryid=23172.

Ricci N., 2022.– « Relazione Commissione Ambiente 2022 », Federazione Speleologica Toscana. En ligne : https://www.speleotoscana.it/2023/04/29/relazione-commissione-ambiente-2022/.

Haut de page

Notes

1 La Voce Apuana (27 Avril 2023), « Per Henraux la montagna è fruibile alla collettività che rimanga all’interno dei sentieri tracciati ». En ligne : https://www.voceapuana.com/attualita/2023/04/27/per-henraux-la-montagna-e-fruibile-alla-collettivita-che-rimanga-allinterno-dei-sentieri-tracciati/66371/.

2 Entretien avec Nico, activiste de Athamanta le 16 décembre 2023

3 Camera di commercio Toscana Nord-Ovest (2022), Andamento dell’export nel 2022 a Lucca, Pisa e Massa-Carrara, Istituto Studi e Ricerche. En ligne : https://www.isr-ms.it/wp-content/uploads/2023/11/20230330-export-Commercio-estero-anno-2022-Pisa-Lucca-Massa.pdf, consulté le 13 mai 2024.

4 Contatto Radio (16 décembre 2023). Matteo Procuranti, « Blanca Teatro. Apuane: uscire dall’estrattuvismo e costruire occupazione. Tra profitti privati e risorse dei territori », Le montagne non ricrescono, Carrara. En ligne : https://www.contattoradio.it/aggiornamenti/convegno-le-montagne-non-ricrescono-carrara-16-dicembre-2023/?fbclid=IwAR28cDmcFFqvhbkDfkdxGKwLAQ7km8BFvuMEe-9fdfHCygTbLBf1eyj0mW4, consulté le 13 mai 2024.

5 Voir Vatteroni G. (2006), Sindacalismo, Anarchismo e Lotte Sociali a Carrara dalla prima guerra mondiale all’avvento del fascismo, Edizioni il Baffardello, Carrara.

6 Franchini F., Campi A. (28 septembre 2018), La malédiction du marbre de Carrare, SWI Swissinfo.Ch. En ligne : https://www.swissinfo.ch/fre/economie/pollution--maladies-et-gros-profits_la-mal%C3%A9diction-du-marbre-de-carrare/44416350, consulté le 13 mai 2024.

7 Contatto Radio (16 décembre 2023). Nadia Ricci, Presidente Federazione Speleologica Toscana, « Gli effetti della diffusione di marmettola negli acquiferi carsici », Le montagne non ricrescono, Carrara. En ligne : https://www.contattoradio.it/aggiornamenti/convegno-le-montagne-non-ricrescono-carrara-16-dicembre-2023/?fbclid=IwAR28cDmcFFqvhbkDfkdxGKwLAQ7km8BFvuMEe-9fdfHCygTbLBf1eyj0mW4, consulté le 13 mai 2024.

8 Imarisio M. (6 février 2014), « Lo scandalo del torrente Carrione fuori dagli argini due volte l’anno », Corriere della Sera, p. 9. En ligne : https://www.cni.it/images/Centro_Studi_CNI_06_11_2014_d953b.pdf, consulté le 13 mai 2024.

9 Communiqué de presse accessible en ligne : https://16dicembrecarrara.it/.

10 Contatto Radio (16 décembre 2023). Maura Benegiamo, chercheuse à l’université de Pise, « Estrattivismo, quale modello di sviluppo ? », Le montagne non ricrescono, Carrara. https://www.contattoradio.it/aggiornamenti/convegno-le-montagne-non-ricrescono-carrara-16-dicembre-2023/?fbclid=IwAR28cDmcFFqvhbkDfkdxGKwLAQ7km8BFvuMEe-9fdfHCygTbLBf1eyj0mW4, consulté le 13 mai 2024.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1
Légende Manifestation citoyenne à Carrare
Crédits © Luca Mangiacotti (16 décembre 2023)
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/13008/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Photo 2
Légende Trekking sur les sentiers proches des carrières
Crédits © Athamanta (29 octobre 2023)
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/13008/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Photo 3
Légende Manifestation devant l’usine de la multinationale Omya. La banderole dit : « Omya, pulvérise les Apuanes depuis 1988 »
Crédits © Luca Mangiacotti (octobre 2020)
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/13008/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Photo 4
Légende Cumul de marmettola à la base du puits P52 du gouffre Tripitaka
Crédits © Andrea Massagli (2022)
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/13008/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Photo 4
Légende Des militants écologistes ont mis un bandeau sur le graffiti Michelangelo, attraction touristique qui a été peinte sur une carrière de marbre. La banderole dit « la dévastation n’est pas de l’art »
Crédits © Fridays for Future Carrara (2019)
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/13008/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Letizia Molinari, « Les montagnes ne repoussent pas : histoire d’un extractivisme apuan »Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Transitions, mis en ligne le 21 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rga/13008 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11tjw

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search