Navigation – Plan du site

AccueilRubriques annexesTransitions2024« Fin du ski » sous tension : chr...

2024

« Fin du ski » sous tension : chronique d'un renoncement au stade de neige de la Sambuy (Haute-Savoie, Bauges)

Lucas Berard-Chenu, Pierre-Alexandre Métral et Jonathan Cognard

Texte intégral

1Dans le massif des Bauges, la commune haut-savoyarde de Faverges-Seythenex acta en juin 2023 la fin de l’exploitation du domaine skiable de la Sambuy dont elle était gestionnaire. Ce site n’était pas à proprement parler une « station » mais plutôt un « stade de neige », si l’on reprend la typologie de l’équipe MIT (Équipe MIT, 2002), c’est-à-dire un domaine skiable pour un ski d’apprentissage à la journée ne disposant pas d’hébergements touristiques. Une particularité de ces installations est leur vocation sociale, où les prix proposés sont moins élevés que l’offre moyenne des stations de sports d’hiver. Le forfait journalier adulte de la Sambuy était l’un des derniers de Haute-Savoie sous la barre symbolique des 20 euros (19,50 euros). Pour autant, ces domaines faiblement développés ont été les plus exposés à la fermeture en France, participant directement à la disparition du ski de proximité et à la rétractation de la carte nationale du ski (Métral, 2021).

2Créé en 1960, le site était exploité par une régie municipale de droit privé. Il rencontra des difficultés financières au début des années 2000 justifiant des investissements dans une offre de diversification ; en particulier, l’aménagement d’une piste de luge 4 saisons venant compléter l’offre bi-saisonale existante qui reposait sur l'exploitation estivale du télésiège (accès au panorama, à la via ferrata et à l’aire de décollage de parapente ; voir Illustration 1). La nouvelle municipalité de Faverges-Seythenex, élue en 2020, perplexe quant à la santé financière de l’offre touristique, commanda un audit global visant à dresser le bilan économique et des perspectives pour l’avenir du site. Une réflexion qui a amorcé un processus de « sortie du ski » (Bourdeau, 2009) pour finalement aboutir quelques mois plus tard sur la suspension d’exploitation des remontées mécaniques, 60 ans après l’installation des premiers équipements.

Illustration 1 : Plan et état des lieux de l’équipement du site de la Sambuy : un stade de neige représentatif de la forme de développement.

Illustration 1 : Plan et état des lieux de l’équipement du site de la Sambuy : un stade de neige représentatif de la forme de développement.

1a. Plan des pistes
1b. Photo du front de neige prise en février 2024
1c. Photo de la piste de luge 4 saisons prise en janvier 2024

1a. https://skimap.org/​skiareas/​view/​836
1b. L. Berard-Chenu
1c. P-A. Métral

Un déclin résultant d’une crise climatique, structurelle et économique

3Cette fermeture révèle la dégradation du contexte d’exploitation initial, conséquence du réchauffement climatique, où s’observe une augmentation de la fréquence des hivers moins bien enneigés (François et al., 2023 ; Spandre et al., 2019). Le domaine de la Sambuy, qui s’étend de 1150 à 1850 mètres d’altitude, se situe dans une zone des Alpes où une diminution notable de la période d’enneigement a été observée. En effet, pour les altitudes inférieures à 2000 mètres, une réduction d’environ un mois de la période d’enneigement a été constatée au cours des cinquante dernières années (Matiu et al., 2021).

4Face à ce déclin, les exploitants de domaines skiables ont depuis plusieurs décennies basé leur stratégie de fiabilisation du produit ski par la production de neige (aussi appelée neige artificielle ou neige de culture). Le site de la Sambuy accuse cependant un non-développement majeur sur ce point puisqu’il ne dispose d’aucune installation alors qu’en moyenne 40 % de la superficie des domaines skiables est équipée en production de neige en France (Domaines Skiables de France, 2023). En conséquence, la Sambuy a connu une exploitation difficile lors des hivers 2016-2017, 2019-2020 et 2021-2022 (hiver Covid). Ce retard dans l’équipement en production de neige s’explique en partie par les contraintes topographiques et hydrogéologiques du site de la Sambuy. Le domaine skiable est implanté sur un sol calcaire urgonien favorisant l'infiltration des eaux de surface. La forte pente restreint quant à elle les lieux favorables à la construction d’une retenue d’altitude pour stocker l’eau. De plus, le développement du domaine skiable est aussi dépendant de la maîtrise foncière (George-Marcelpoil et al., 2016). La mise en place d'infrastructures pour la production de neige requiert de disposer de terrains appropriés et de pouvoir capter la ressource. À la Sambuy, la collectivité publique ne détient pas l'ensemble de l'emprise foncière qui appartient à un collectif ce qui a constitué une contrainte particulière pour les projets d’installations sur le site (Baud & Bonnemains, 2021). Quand bien même la commune serait parvenue à réaliser d’importants travaux pour la production de neige, la capacité de cette adaptation technique à maintenir un enneigement suffisant dans le climat actuel et futur est fortement incertaine (François et al., 2023).

5La dégradation des conditions d’exploitation ces dernières années a eu un impact négatif sur le chiffre d’affaires réalisé par la régie. Des difficultés qui viennent par ailleurs s’ajouter aux contraintes économiques propres au fonctionnement des domaines skiables. Le secteur des sports d’hiver, hautement capitalistique, nécessite des investissements lourds et récurrents afin de renouveler les installations (Berard-Chenu, 2021). Ainsi le remplacement du seul télésiège du site était chiffré à 8,5 millions d’euros tandis que l’équipement d’un réseau de production de neige avec création d’une retenue d’altitude était évalué à 3,5 millions d’euros. À titre de comparaison, le budget principal de la commune de Faverges-Seythenex est de 20 millions d’euros alors que le budget annexe dédié aux remontées mécaniques représente l’équivalent de 10 % du budget principal. Depuis plusieurs années le chiffre d’affaires de la station oscille entre 500 000 et 700 000 euros. L’équilibre du budget annexe dédié aux remontées mécaniques n’est pas atteint et nécessite le recours à une subvention d’équilibre estimée chaque année entre 300 000 et 450 000 euros. L’observation détaillée du chiffre d’affaires (Illustration 2) montre que l’offre de loisirs de la période estivale tend à prendre de plus en plus de l’ampleur.

Illustration 2 : Evolution des chiffres d'affaires réalisés l'hiver et l'été entre 2013 et 2022 par le site de la Sambuy

Illustration 2 : Evolution des chiffres d'affaires réalisés l'hiver et l'été entre 2013 et 2022 par le site de la Sambuy

6À partir de 2016, le chiffre d’affaires généré l’été devient plus important que celui de l’hiver. Entre 2013 à 2022, la part du chiffre d’affaires généré l’hiver a largement diminué passant de 60 % à 33 % du chiffre annuel d’exploitation. La tendance mise en avant est la résultante de la diversification du ski (Rouch & George, 2023), transformant petit à petit le stade de neige en base de loisirs de montagne.

Entre renoncement et reconversion : une transition incertaine

7La littérature scientifique actuelle s’intéressant aux domaines skiables alpins mis à l’arrêt tend depuis quelques années à s’intéresser à la question du devenir des sites « dé-touristifiés ». Metral (2021) s’est spécifiquement intéressé aux trajectoires post-touristiques des anciens sites alpins après la désactivation des exploitations et met en évidence le caractère pluriel des amorces transitionnelles. Trois formes d’amorces sont alors à distinguer. La transition planifiée renvoie aux transformations envisagées en amont de la fin d’exploitation des domaines skiables considérant l’impossible durabilité de l’offre de ski. Un soin très particulier des opérateurs du site est à signaler dans l’anticipation du changement de modèle de développement pour ainsi éviter le risque d’une période de délaissement hautement pénalisante. La transition sous contrainte fait référence aux initiatives de reconversion naissant « par rebond » après un temps de délassement au lendemain de la suspension de l’exploitation du domaine skiable. Elle traduit les difficultés des acteurs territoriaux à engager une transition de site faute de moyens ou de compétences. Pour autant, c’est aussi dans cette configuration que des acteurs nouveaux (privés ou corps intermédiaires) s’engagent dans la revivification des sites. Enfin, la transition par laisser-faire démontre que la transformation des sites ne dépend pas nécessairement de l’intention et de l’implication des acteurs territoriaux, mais peut émerger par la pratique des visiteur·es, des sportifs et sportives ou des néo-résident·es par réappropriation.

8La transition du stade de neige de la Sambuy s’ancre dès l’origine dans une mouture planificatrice. Compte tenu des contraintes structurelles et conjoncturelles identifiées par l’audit, la municipalité de Faverges-Seythenex s’est appliquée à engager une réflexion profonde à la faveur d’une transformation générale du site alors même que le domaine skiable était toujours exploité. De décembre 2022 à avril 2023, la municipalité a organisé une série d’ateliers participatifs mêlant la population et les acteurs du monde économique avec l’objectif d’élaborer le futur du stade de neige. Pour autant, cette mue ne se fera pas sans résistances et controverses. Dès la première réunion d’information, la mobilisation fut importante au même titre que les crispations entre municipalité et population alors que planait déjà le spectre d’une potentielle « fin du ski » à la Sambuy. Cette résistance à l’encontre d’un scénario de « dé-touristification » (Gauchon, 2010) persistera jusqu’au terme du processus consultatif et même jusqu’au vote sur la suspension d’exploitation où 300 partisan·es du ski, cloches de vache autour du cou, siègeront avec amertume à l'extérieur de la salle du conseil.

Illustration 3 : Photo d’une mobilisation en faveur du maintien du domaine skiable de la Sambuy.

Illustration 3 : Photo d’une mobilisation en faveur du maintien du domaine skiable de la Sambuy.

Source : page facebook de l’association « Tous ensemble pour La Sambuy », 26 mars 2023. En ligne : https://www.facebook.com/​groups/​1078991376036988/​media, consulté le 18 juin 2024

9Cette mobilisation pour le maintien du ski n’est pas un cas isolé. Elle est devenue usuelle en montagne dès lors que les stations hautement menacées sont remises en question de manière irrévocable. L’épisode de la Sambuy n’est pas sans rappeler la fermeture momentanée du domaine skiable d’Abondance dans le Chablais entre 2007 et 2009 qui avait également vu s’opposer le conseil municipal à la population locale, donnant lieu à une chronique médiatique jusqu’à la réouverture (Gauchon, 2010). Plus récemment à Gresse-en-Vercors, la municipalité opposée au développement de la production de neige s’est retrouvée minoritaire face aux attentes de la population à l’occasion d’un référendum local (Pachoud et al. 2022).

10À la Sambuy, le mécontentement d’une partie de la population repose aussi sur l’incertitude quant à l’avenir du site. Il reste qu’au lendemain de la fermeture, aucun projet de reconversion concret n’a été établi. L’hiver 2023-2024 a été la première saison sans ski, mais également sans activités connexes de diversification. Les commerçant·es du front de neige, en résistance, ont fait vivre le site moyennant de lourdes adaptations en urgence des métiers. À titre d’illustration, la location de ski s'était en partie délocalisée dans un camion pour devenir un prestataire de service ambulant. Pour autant, le site n’a pas été vidé de toute vitalité. Les lendemains des fortes chutes de neige ont vu l’ancien stade de neige investi par les skieurs et skieuses de randonnée des bassins d’Annecy et d’Albertville (voir Illustration 4). Ces dernières profitent notamment des anciennes pistes de ski pour une pratique relativement accessible et à la marge de l'effervescence des grandes stations de la région. La fréquentation est cependant météo-réactive au regard des conditions d’enneigement du site.

Illustration 4 : Un site alpin intermittent sans l’offre de loisirs ; la météo comme facteur décisif.

Illustration 4 : Un site alpin intermittent sans l’offre de loisirs ; la météo comme facteur décisif.

4a. Le parking quasi-plein (environ 80 véhicules) un jour de semaine hors vacances scolaires, le surlendemain d'une importante chute de neige. Un « Hot-Spot » du ski de randonnée du bassin annécien et albertvillois, vivant même sans appareils de remontées mécaniques. 11/01/2024
4b. Le parking avec une dizaine de voitures un dimanche de vacances scolaires de février. En absence de neige, le site est une porte d’entrée vers des itinéraires de randonnée pédestre. 18/02/2024

4a. P.A. Metral
4b.
L. Berard-Chenu

11Avec une analyse de la fin de cycle touristique du stade de neige de la Sambuy par la lecture des transitions en sites alpins fermés de Metral, il demeure intéressant de soulever un paradoxe de taille rendant cette transformation planifiée finalement très incertaine, voire même inachevée. En effet, les biais apparaissent nombreux à commencer par le temps résolument concis consacré à l’idéation et au prototypage d’un changement de modèle (1 an), quand bien même les observateur·es précisent que la transition s’opère sur le moyen terme (25-50 ans) (Bourdeau, 2021). De même, cette démarche transitionnelle reste incomplète puisqu’elle ne s’est pas accompagnée d’un projet de reconversion. Au final, la démarche de consultation et d’idéation du futur ne s’est limitée qu’à asseoir le scénario d’un renoncement au tourisme quand bien même une large frange du tissu économique s’avérait demandeuse d’une reconfiguration du modèle de développement touristique. Ces derniers constatant notamment la prééminence de la saison d’été sur l’hiver du point de vue du chiffre d'affaires réalisé. Enfin, cette transition se voulant planifiée relève davantage de transitions « sous contrainte » et par « laisser faire » depuis la cessation d’exploitation eu égard aux initiatives des acteurs économiques et à la fréquentation des pratiquants en autonomie qui pour chacun·e œuvre à façonner le monde de l’après-ski sans l’intervention des institutions (Bonnemains, Claeys, 2023).

12Au-delà de la fin du ski, le processus observé à la Sambuy illustre une tentative de transition territoriale en montagne. Les résultats de la démarche apparaissent incertains eu égard à l’absence de narratifs sur le devenir du site. Les symboles marquants de l’arrêt du ski alpin prédominent à la défaveur d’un éventuel récit résilient autour de la reconversion du site. La défense du ski par une partie de la population locale rappelle qu’au-delà des résistances au changement identifiées chez les acteurs de l’industrie des sports d’hiver (Berard-Chenu et al., 2022; Vlès, 2019), un fort attachement à la « station » demeure (Bourdeau, 2021; Hatt & Claeys; 2024). Si les conditions matérielles sont souvent les déclencheurs de démarches de transition sur les territoires support de stations de ski, une réflexion sur l’évolution des imaginaires s’avère aussi nécessaire pour espérer atteindre une transition soutenable (Pachoud et al. 2022). Alors que l’imaginaire du ski alpin façonne encore fortement les identités de nombreux territoires touristiques de montagne, un nouvel enjeu s’imposant aux sociétés tient dans le besoin de réflexions collectives en vue de dessiner les futurs désirables des (ex)territoires touristiques.

Haut de page

Bibliographie

Baud, D. & Bonnemains, A., 2021.– « Entre contraintes et opportunités : les ressources détenues par les propriétés collectives foncières. Analyse de trois cas d’étude dans les départements savoyards », dans J-F. Joye (dir.), Les “communaux”au xxie siècle. Une propriété collective entre histoire et modernité, Presses de l’USMB.

Berard-Chenu, L., 2021.– Trajectoires d’évolution des stations de sports d’hiver des Alpes françaises : La place de la production de neige, thèse, Université Grenoble Alpes. En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03555501.

Berard-Chenu, L., François, H., Morin, S., & George, E., 2022.– « The deployment of snowmaking in the French ski tourism industry: A path development approach », Current Issues in Tourism, vol. 26, no 23, p. 118. DOI : https://doi.org/10.1080/13683500.2022.2151876.

Bourdeau, P., 2009.–, « De l’après-ski à l’après-tourisme, une figure de transition pour les Alpes ? », Journal of Alpine Research|Revue de géographie alpine, vol. 97, no 3. DOI : https://doi.org/10.4000/rga.1049.

Bourdeau, P., 2021.– « Dilemmes de transition. Les destinations françaises de sports d’hiver entre agir créatif, inerties et maladaptation », Géocarrefour, vol. 95, no 2. DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18943.

Équipe MIT, 2002.– Tourismes 1. Lieux communs, Belin.

François, H., Samacoïts, R., Bird, D. N., Köberl, J., Prettenthaler, F., & Morin, S., 2023.– « Climate change exacerbates snow-water-energy challenges for European ski tourism », Nature Climate Change, vol. 13, no 9, Article 9. DOI : https://doi.org/10.1038/s41558-023-01759-5.

Gauchon, C., 2010.– « Territoires “dé-touristifiés” des montagnes françaises : Quels enseignements ? » dans C. Bataillou (éd.), Tourismes, patrimoines, identités, territoires, Presses universitaires de Perpignan, p. 473‑484. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pupvd.34489.

George-Marcelpoil, E., Achin, C., Fablet, G., & François, H., 2016.– « Entre permanences et bifurcations : Une lecture territoriale des destinations touristiques de montagne », Mondes du Tourisme. DOI : https://doi.org/10.4000/tourisme.1237.

Hatt, E. & Claeys, C., 2024.– « Dépendance, attachement, contestation : quelles transitions pour les stations de sports d’hiver ? », Journal of Alpine Research|Revue de géographie alpine, vol. 112, no 1. DOI : https://doi.org/10.4000/rga.12792.

Matiu, M., Crespi, A., Bertoldi, G., Carmagnola, C. M., Marty, C., Morin, S., Schöner, W., Cat Berro, D., Chiogna, G., De Gregorio, L., Kotlarski, S., Majone, B., Resch, G., Terzago, S., Valt, M., Beozzo, W., Cianfarra, P., Gouttevin, I., Marcolini, G.,… Weilguni, V., 2021.– « Observed snow depth trends in the European Alps: 1971 to 2019 », The Cryosphere, vol. 15, no 3, p. 13431382. DOI : https://doi.org/10.5194/tc-15-1343-2021.

Métral, P.-A., 2021.– « Les trajectoires de reconversion post-touristiques des stations de ski fermées françaises », Géocarrefour, vol. 95, no 2. DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.18343.

Pachoud, C., Koop, K., & George, E., 2022.– « Societal transformation through the prism of the concept of territoire: A French contribution », Environmental Innovation and Societal Transitions, vol. 45, p. 101113. DOI : https://doi.org/10.1016/j.eist.2022.10.001.

Rouch, L., & George, E., 2023.– « Tourism diversification paths in ski mid-mountain territories: Any transformations? », Current Issues in Tourism, p. 116. DOI : https://doi.org/10.1080/13683500.2023.2276788.

Spandre, P., François, H., Verfaillie, D., Lafaysse, M., Déqué, M., Eckert, N., George, E., & Morin, S., 2019.– « Climate controls on snow reliability in French Alps ski resorts », Scientific Reports, vol. 9, no 1. DOI : https://doi.org/10.1038/s41598-019-44068-8.

Pachoud, C., Koop, K., & George, E., 2022.– « Societal transformation through the prism of the concept of territoire: A French contribution », Environmental Innovation and Societal Transitions, vol. 45, p. 101-113.

Vlès, V., 2019.– « Des territoires touristiques aux abords du point vertigineux », dans G. Carrère, C. Dumat, & M.-C. Zelem (dir.), Dans la fabrique des transitions écologiques Permanence et changements, L’Harmattan, p. 75‑98. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03137623.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Plan et état des lieux de l’équipement du site de la Sambuy : un stade de neige représentatif de la forme de développement.
Légende 1a. Plan des pistes1b. Photo du front de neige prise en février 20241c. Photo de la piste de luge 4 saisons prise en janvier 2024
Crédits 1a. https://skimap.org/​skiareas/​view/​8361b. L. Berard-Chenu1c. P-A. Métral
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/13018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Illustration 2 : Evolution des chiffres d'affaires réalisés l'hiver et l'été entre 2013 et 2022 par le site de la Sambuy
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/13018/img-2.png
Fichier image/png, 155k
Titre Illustration 3 : Photo d’une mobilisation en faveur du maintien du domaine skiable de la Sambuy.
Crédits Source : page facebook de l’association « Tous ensemble pour La Sambuy », 26 mars 2023. En ligne : https://www.facebook.com/​groups/​1078991376036988/​media, consulté le 18 juin 2024
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/13018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Illustration 4 : Un site alpin intermittent sans l’offre de loisirs ; la météo comme facteur décisif.
Légende 4a. Le parking quasi-plein (environ 80 véhicules) un jour de semaine hors vacances scolaires, le surlendemain d'une importante chute de neige. Un « Hot-Spot » du ski de randonnée du bassin annécien et albertvillois, vivant même sans appareils de remontées mécaniques. 11/01/20244b. Le parking avec une dizaine de voitures un dimanche de vacances scolaires de février. En absence de neige, le site est une porte d’entrée vers des itinéraires de randonnée pédestre. 18/02/2024
Crédits 4a. P.A. Metral4b. L. Berard-Chenu
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/13018/img-4.png
Fichier image/png, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucas Berard-Chenu, Pierre-Alexandre Métral et Jonathan Cognard, « « Fin du ski » sous tension : chronique d'un renoncement au stade de neige de la Sambuy (Haute-Savoie, Bauges) »Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Transitions, mis en ligne le 20 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rga/13018 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11va5

Haut de page

Auteurs

Lucas Berard-Chenu

Institut conjoint des universités d’Angers et de Ningbo (Chine), ESTHUA, CNRS, UMR ESO, Univ. Angers

Articles du même auteur

Pierre-Alexandre Métral

Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine, UMR Pacte, Cermosem, Univ.Grenoble-Alpes
LabEx ITTEM, Univ. Grenoble-Alpes, Grenoble, France

Jonathan Cognard

Univ. Grenoble-Alpes, INRAE, LESSEM, Grenoble, France
LabEx ITTEM, Univ. Grenoble-Alpes, Grenoble, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search