Navigation – Plan du site

La mise en scène des lieux urbains en station de montagne

Un processus de valorisation des ressources microterritoriales
Émeline Hatt
Traduction(s) :
Reorganization of urban spaces in a mountain resort

Résumés

Les contraintes internes et externes que rencontrent les stations de montagne fordiennes mettent « en tension » les logiques fonctionnelles et symboliques qui structurent ces territoires construits ex nihilo dans les années 1960-1970. Dans ce contexte, marqué par le « retour au local », l’attention portée à la qualité du cadre de vie, même temporaire, prend une importance accrue. En réponse à l’accentuation des problèmes d’emprise foncière et paysagère, il s’agit de « faire avec » l’héritage urbain des stations considéré comme une donnée micro-territoriale et, potentiellement, une ressource. La mise en scène des lieux urbains en station est ainsi appréhendée comme une démarche de valorisation des ressources microterritoriales. Cette recherche en urbanisme touristique s’appuie en particulier sur l’analyse d’une station pyrénéenne qui a fait le choix de requalifier ses espaces publics : Gourette.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Loi n°2000-1208 du 13 décembre 2000.

1Les stations de sports d’hiver contemporaines, aujourd’hui cinquantenaires, sont confrontées à une série de difficultés. Construites au temps de la démocratisation des vacances, de la diffusion de l’automobile et de la pratique intensive du ski, elles peinent à s’adapter. Les années 1970-1980 ont marqué un tournant dans les politiques publiques d’aménagement. Les facteurs de contraintes externes (évolution de la demande, injonction du développement durable, changement climatique), internes (usure du modèle urbanistique) et d’ordre territoriaux (« retour au local », décentralisation et rôle croissant des collectivités dans le devenir urbain) mettent « en tension » les logiques fonctionnelles et symboliques qui structurent ces stations fordiennes en montagne. De nouveaux enjeux se dessinent et se cristallisent notamment autour des questions de qualité urbaine, architecturale et environnementale ou encore de positionnement stratégique et d’images. Dans la lignée de la loi de Solidarité et de renouvellement urbain (S.R.U)1, les gestionnaires des stations sont conduits à envisager des opérations d’aménagement et de renouvellement urbain destinées à prévenir ou enrayer une baisse de la fréquentation touristique.

  • 2  Ces lieux urbains que sont les espaces publics sont abordés dans cet article selon une approche ur (...)
  • 3  Markus Zepf (2004) distingue trois niveaux territoriaux d’organisation de l’espace urbain : « macr (...)
  • 4  L’image de la station est définie au sens de Bernard Lamizet (2002, p. 202) : « l’image consacre l (...)

2La requalification des espaces publics, considérés comme des « lieux urbains » (Paquot, 2009), constitue ici un enjeu central2. Cette question, appliquée précisément aux stations de montagne, interroge le chercheur en urbanisme. Pour reprendre les termes de Georges Perec (1974) lorsqu’il aborde ces « espèces d’espaces », l’intérêt se porte sur « l’infra-ordinaire » que l’on tend à oublier, sur cet « impalpable » et ce « pratiquement immatériel » du « milieu ambiant », que l’on prend le parti d’aborder selon une approche microterritoriale3. On s’intéresse alors à l’ensemble des éléments qui caractérisent la forme urbanistique de la station. Entendue comme l’échelle d’appréhension socio-spatiale du sens commun, cette approche permet en filigrane de faire référence à la notion de territoire, largement développée par les géographes et les économistes qui travaillent sur les stations de montagne (Debarbieux, 1988 ; Gumuchian, 1988 ; Marcelpoil, 2007, etc.). Dans la continuité de ces recherches, il s’agit de montrer qu’en tant que supports du « vivre-ensemble », les espaces publics peuvent être appréhendés comme des ressources micro-territoriales. Le traitement et la gestion de ces lieux urbains sont ainsi envisagés comme des vecteurs de production et de diffusion d’images4 qui donnent « sens » à la station, qui participent à l’expérience touristique, à l’ambiance et à l’attrait de la destination. Prolongeant ces réflexions, les projets de requalification et de « mise en scène » des espaces publics sont appréhendés comme des processus de valorisation des ressources microterritoriales.

  • 5  On fait référence ici à la typologie générationnelle promue et institutionnalisée par le Service d (...)
  • 6  L’analyse s’est également ouverte au tourisme balnéaire avec l’étude d’une autre station créée ex (...)

3Cet article s’appuie en particulier sur l’analyse d’une station dite de « deuxième génération »5, qui a connu un développement désordonné et dont la restructuration cohérente appelait la conception d’un projet d’ensemble, sur le long terme : Gourette6 (Figure 1).

Figure 1. Carte de localisation des territoires d’étude

Figure 1. Carte de localisation des territoires d’étude

Réalisation : M. Moralès, E. Hatt – UPPA, 2011

Projets urbanistiques en montagne et valorisation des ressources micro-territoriales

4On se propose d’approcher l’échelle microterritoriale des stations de montagne, en appréhendant le traitement de leurs lieux urbains comme un vecteur essentiel d’attractivité et de durabilité. Reprenant et adaptant le concept de « ressource territoriale », on appréhende ainsi les espaces publics et les objets qui les composent comme des « ressources micro-territoriales ».

Les lieux urbains des stations, des ressources microterritoriales

5Les lieux urbains sont ainsi abordés comme des ressources microterritoriales, qui peuvent être révélées selon un processus intentionnel par un groupe d’acteurs qui les reconnaît et les interprète comme telles (Corrado, 2004 ; François, 2007).

6Les espaces publics se sont en effet imposés comme des leviers essentiels des politiques urbaines. Ils sont passés, en un demi-siècle, du statut d’espaces résiduels, « en creux », entre les formes bâties, au statut d’espaces centraux, espaces de sens aux caractéristiques spécifiques. Au-delà des visées exclusivement fonctionnelles et fonctionnalistes des villes et des stations, il s’agit de les penser comme paysages et comme territoires, inscrits dans le registre social et symbolique. Les lieux urbains ne sont plus seulement abordés comme des espaces fonctionnels et utilitaires, mais bien comme des espaces habités. Dans la mesure où ils structurent le territoire urbain en véhiculant des valeurs et du sens (c’est-à-dire une orientation pour les évolutions à venir), les espaces publics constituent des enjeux stratégiques et tactiques (Berdoulay, Da Costa Gomez, Lolive, 2004).

7On s’intéresse alors à la lisibilité des lieux urbains, à ce que Kevin Lynch ([1960] 1998) appelle également leur « imagibilité ». Les citadins changent en effet de lieu de résidence beaucoup plus souvent aujourd’hui que par le passé et, quand ils endossent leur statut de touristes/voyageurs, ils ne sont pas moins avares de découverte et multiplient les expériences de séjour. Ils passent d’un espace à un autre, d’une ville à une autre, d’une station à une autre, observent et comparent. Dans cette appréhension de leur nouvel espace de vie ou de séjour, ils peuvent être subtilement guidés ou, plutôt, invités à découvrir le milieu qui s’offre à eux. Un paysage urbain doté d’une bonne lisibilité permet de contribuer à la bonne intégration et à l’appropriation des lieux par ceux qui les pratiquent, qu’ils soient habitants permanents ou – et c’est sans doute là le plus nécessaire – simples visiteurs. Ces réflexions, un temps éclipsées en France par la pensée – souvent détournée – du Mouvement Moderne, reviennent depuis les années 1980-1990 au centre des attentions et des pratiques. Dans la lignée des travaux de Kevin Lynch, les urbanistes s’appuient aujourd’hui largement sur le design urbain et le projet urbain, témoignant d’une attention renouvelée pour la composition urbaine, entendue comme la praxis de mise en forme de la ville (Pinson, 2012).

8Portés par cette dynamique, les gestionnaires des stations contemporaines sont aujourd’hui encouragés à revaloriser les éléments constitutifs de la lisibilité de leur destination. Partant de ces constats, on considère que la requalification des espaces publics peut contribuer à la lisibilité du territoire et à la qualité de l’expérience habitante, comme touristique. La mise en scène des espaces publics est ainsi abordée comme un processus de valorisation des ressources microterritoriales.

Valoriser les ressources microterritoriales : l’enjeu du projet d’urbanisme en station

9Tandis que la phase de création ex nihilo des stations de montagne est terminée, les collectivités locales s’interrogent désormais sur l’adaptation de ces « vieilles dames » aujourd’hui cinquantenaires (Wozniak, 2006 ; Vlès, 2007).

  • 7  La thématique de la mise en scène de l’espace public ne va pas sans poser de questions, notamment (...)

10Il ne s’agit plus désormais de créer des espaces urbains nouveaux pour répondre à l’afflux de la demande, mais bien de penser la recomposition des lieux existants, de « refaire la station sur la station ». Cette évolution répond d’ailleurs aux nouveaux impératifs du développement durable, qui impliquent une gestion plus économe de l’espace. En montagne, les stations sont conduites à développer un aménagement plus qualitatif des lieux urbains pour s’adapter aux conditions actuelles et aux exigences des habitants et des touristes. Contre le conformisme et la banalité, contre l’absence d’identité et d’originalité, les espaces publics font désormais l’objet de mises en scène7 à partir d’un travail sur la composition urbaine, le paysage, la lumière ou encore l’ambiance sonore. « Refaire la station sur la station » passe par la réhabilitation du cadre bâti et par la requalification des espaces publics, à partir de démarches de projet. La notion de requalification est employée ici en écho à la mobilisation qu’en font les économistes Véronique Peyrache-Gadeau et Bernard Pecqueur (2004). Ces auteurs évoquent la notion de « re-qualification », appliquée aux ressources spécifiques. Elle reflète les processus variés par lesquels une société locale s’organise pour reconsidérer la valeur collective attribuée à cette ressource. En ce sens, on appréhende l’espace public comme une ressource spécifique des territoires et, a fortiori, des stations touristiques. On s’intéresse à la « re-qualification » de cette ressource (micro)territoriale, en abordant le traitement et la gestion des espaces publics touristiques comme des outils de production et de diffusion des images qui donnent sens à la ville – comme à la station – et qui fondent son attrait touristique (Vlès, Berdoulay, Clarimont, 2005).

  • 8  Un second ouvrage a été produit dix ans plus tard sur cette thématique, en décembre 2010, par le m (...)
  • 9  Toutefois, le chercheur en urbanisme touristique ne peut s’empêcher de rester partiellement dubita (...)

11Prenant acte de cette évolution, l’Agence française d’ingénierie touristique (AFIT) a publié en 1999 un ouvrage sur les espaces publics des stations de montagne8. Ce document d’étude, ouvrage de vulgarisation à destination des gestionnaires des stations, met l’accent sur la question de l’aménagement des espaces publics, considérés comme des composants essentiels du territoire touristique, déterminants pour l’image de la destination. Cet ouvrage constitue une avancée certaine dans ce domaine, ne serait-ce que parce qu’il met en lumière auprès des professionnels cette thématique jusque là peu traitée9. C’est d’ailleurs l’année suivante que le dispositif des Opérations de réhabilitation de l’immobilier de loisir (ORIL) est institutionnalisé par la loi S.R.U. L’un des deux volets du dispositif est alors consacré à l’enjeu que constitue la réhabilitation des espaces publics en station, puisqu’ils contribuent, d’une part, au fonctionnement de la destination touristique (l’accueil en pointe de fréquentation et l’accueil toute l’année de visiteurs aux attentes différentes) et, d’autre part, au paysage du séjour touristique (image identitaire et attrait spectaculaire des sites emblématiques).

12Dans ce cadre, l’enjeu des stratégies de développement consiste essentiellement à saisir ce qui peut constituer le « potentiel » identifiable du territoire. Les ressources génériques sur lesquelles se fondait l’attractivité des destinations montagnardes (le triptyque : environnement vierge, paysage et pentes enneigées), ne suffisent plus à assurer le succès du développement touristique (François, 2007). Il convient de surcroît de révéler les ressources, tant territoriales que microterritoriales.

Révéler les ressources microterritoriales, analyser les représentations des destinataires

  • 10  Le terme évocateur de « destinataire » (Zepf, 2004) a été utilisé pour qualifier cet ensemble soup (...)

13Ce phénomène de « révélation » des ressources spécifiques est un enjeu majeur, d’autant que la ressource est toujours relative, sa valeur d’usage dépendant de sa socialisation et de son appropriation par les acteurs (François, Hirczak et Senil, 2006). Parmi ces acteurs, les destinataires10 des lieux urbains sont abordés comme des interlocuteurs essentiels. Au-delà des seuls habitants permanents, la notion de destinataire permet ainsi de faire référence à la pluralité des acteurs qui fréquentent ces stations. L’accent a plus particulièrement été mis sur le regard des touristes, longtemps ignorés dans l’exercice de conception et de renouvellement des espaces publics de ces stations, pourtant construites ex nihilo et coupées de l’habitat traditionnel existant. Ils ont été replacés au cœur de l’analyse qu’ils contribuent en retour à enrichir.

14Afin de révéler les ressources microterritoriales identifiées par les destinataires, un dispositif méthodologique expérimental a été mis en œuvre. On a ainsi cherché à identifier des marqueurs microterritoriaux identifiés par les touristes afin d’esquisser des pistes de requalification. Abordant les espaces publics comme des espaces libres et accessibles à tous (donc non préfigurés pour une catégorie de destinataires en particulier), le choix s’est porté sur l’analyse des représentations « collectives » des stations. Au-delà de la diversité et des spécificités des représentations, il s’agissait de cerner leurs fondements communs, ce que Kevin Lynch nommait l’« image collective » de la cité. Le parti pris a été d’adapter les démarches méthodologiques appliquées en ville (Grosjean, Thibaud, 2001) à l’interlocuteur particulier dont on souhaitait appréhender les représentations : les touristes destinataires des lieux urbains. La méthodologie retenue articule différentes composantes : observation directe des lieux, entretiens semi-directifs auprès des concepteurs et des destinataires, mobilisation exploratoire de parcours commentés et d’enquêtes photographiques (Hatt, 2011). Le choix s’est in fine porté sur des enquêtes par double classement libre de plus de cent trente photographies, enquêtes conduites par échantillonnage sur site auprès de cent dix destinataires des deux stations étudiées (Hatt, 2010).

15Mise en œuvre dans une station de montagne pyrénéenne, Gourette, cette démarche de révélation des ressources microterritoriales a nourri les projets de requalification des lieux urbains et l’évolution du paysage de la destination.

Une application pyrénéenne : la mise en scène des lieux urbains à Gourette

  • 11  Les études conduites à Gourette ont été nombreuses depuis 2001 : travaux des cabinets d’architecte (...)

16On présente ici le cas d’une station qui a fait le choix de révéler ses ressources microterritoriales en optant pour la mise en œuvre d’un projet de requalification de ses espaces publics. La recherche sur l’identification des marqueurs microterritoriaux conduite à Gourette s’est inscrite dans le cadre d’une attitude réflexive au sujet de la requalification de cette destination11, dont elle a permis de confirmer certaines idées directrices en les confrontant au regard des touristes destinataires.

Identification des marqueurs microterritoriaux à Gourette

  • 12 De manière générale, trois thématiques majeures se distinguent dans cette sensibilité des destinata (...)

17Les enquêtes photographiques, menées en 2009, ont permis de montrer que les espaces publics apparaissent comme des lieux d’image forts. La qualité de leurs aménagements est reconnue et appréciée12. À Gourette, il s’est toutefois avéré que les espaces a priori emblématiques de la station sont souvent jugés répulsifs ou, au mieux, ont fait l’objet de représentations divergentes. Ainsi, et paradoxalement, aucune image des espaces centraux et stratégiques de la station (entrée de station, place Sarrière en cœur de station et front de neige) ne figure dans le nuage des représentations attractives.

Figure 2. Des images plutôt répulsives de l’entrée en station

Figure 2. Des images plutôt répulsives de l’entrée en station

Clichés : E. Hatt, janvier 2011

18La « porte d’entrée de la station », au niveau du rond-point central du secteur des Marcassins, a ainsi fait l’objet de multiples critiques lors des enquêtes (Figure 2). Quel que soit l’angle photographique adopté, les images de cet espace central, ce nœud urbain en station (Lynch, [1960] 1998), sont peu appréciées, véhiculant un caractère trop urbain, voire trop routier. Les enquêtés sont particulièrement sévères vis-à-vis du rond-point, qui semble renforcer cet imaginaire urbain circulatoire dans ce qu’il a de plus dur. Ce « lieu d’annonce » (Atout France, 2010) constitue pourtant un enjeu essentiel d’image pour la destination.

19Second exemple d’espace stratégique qui n’est pas identifié comme tel : la place Sarrière, au cœur de la station. Les enquêtés n’abordent pas cet espace comme une « place », mais bien, là encore, comme un espace routier, marqué par la prédominance de la voiture qui a un impact sur son image, réduisant d’autant la possibilité de « faire autre chose » en ce lieu (Figure 3).

Figure 3. La « place » Sarrière, un nœud urbain peu apprécié

Figure 3. La « place » Sarrière, un nœud urbain peu apprécié

Cliché : E. Hatt, janvier 2011

20La question de la place que l’on souhaite accorder aux espaces de déambulation piétonne apparaît ici essentielle. Les destinataires, qui ont assisté à la transformation et à la piétonisation accrue de nombreux centres de villes considèrent souvent que la place du piéton mériterait d’être revalorisée en station. Un enquêté souligne par exemple que : « ça manque de rues dans les stations, sous prétexte que les gens viendront de toute façon pour skier ils ne font rien pour les piétons ».

  • 13  On a fait le choix d’utiliser ici le terme de « front de neige », bien qu’il soit usuellement rése (...)

21Enfin, l’un des enjeux urbain fondamental à Gourette concerne l’aménagement du front de neige13, c’est-à-dire le traitement de la transition station/montagne. Les images du front de neige (au niveau de la dalle du Valentin et de la place Sarrière) posent en effet question, surtout en basse saison, lorsque l’absence d’enneigement met à nu cette transition station-montagne peu traitée et, finalement, peu lisible. Les images du front de neige sont appréhendées par les enquêtés comme « répulsives » (voir ci-dessus) et peinent à raccrocher la dimension « attractive », se retrouvant au mieux dans le nuage des représentations « divergentes » (Figure 4).

Figure 4. Le « front de neige », un espace emblématique peu valorisé

Figure 4. Le « front de neige », un espace emblématique peu valorisé

Clichés : E. Hatt, janvier 2011

22Cet espace central « front de neige – grenouillère » constitue pourtant un moteur de la vie touristique locale par les activités dont il est le support et par la duplicité du regard (voir et être vu) qu’il autorise. Véritable « nœud urbain » en station, il constitue surtout un espace de transition stratégique entre le milieu urbain (hébergements et stationnements) et l’espace de la pratique de loisirs (la montagne et le domaine skiable). Il existe ainsi un intérêt majeur à requalifier prioritairement cet espace emblématique, lieu clef de la rencontre, de l’échange et de l’ambiance de la destination. Une hypothèse de traitement consiste alors à renforcer fonctionnellement et plastiquement les liaisons, à la fois verticales (entre les sols naturels et artificiels) et horizontales (entre l’espace urbain et le domaine skiable).

23Ces observations, centrées sur l’identification et l’analyse des marqueurs microterritoriaux de la destination, ont permis de nourrir la réflexion relative à la requalification de cette station cinquantenaire. On se propose pour finir d’esquisser le projet de valorisation de ces ressources microterritoriales mis en œuvre à Gourette durant l’été 2010.

Valorisation des ressources microterritoriales : la mise en scène des lieux urbains à Gourette

24Comme cela a été évoqué précédemment, plusieurs lieux ont été identifiés comme des espaces d’enjeux lors des enquêtes photographiques menées auprès des touristes, notamment : l’entrée en station, la place Sarrière et le front de neige. Le parti pris d’aménagement, au cœur de la mise en scène des espaces publics orchestrée à Gourette, consiste à renforcer la lisibilité de la destination par la mise en scène de ces espaces publics emblématiques.

25La question de l’entrée en station est essentielle. Il s’agit de l’espace par lequel on arrive pour découvrir son nouveau lieu de séjour, un nœud dans lequel l’automobiliste devient villégiateur ou simple visiteur. Alors que cette entrée était jusqu’alors marquée par une forte connotation routière, l’enjeu consistait à favoriser la transmission d’une urbanité, entendue comme un sentiment urbain qui se démarque de l’univers purement routier. À Gourette, la disparition du rond-point est apparue aux architectes comme un préalable indispensable à un tel projet. Parallèlement, la « Maison de Gourette » (rassemblant un ensemble de services et d’activités) a été érigée sur cette place nouvellement (re)constituée. Pour gérer cette nouvelle interface susceptible de drainer de nombreux flux, l’ancienne esplanade en bois, réalisée en 2001, est désormais ouverte sur la place suite à la suppression des pergolas qui la bordaient (Figure 5).

Figure 5. Une place plutôt qu’un rond-point comme entrée de station

Figure 5. Une place plutôt qu’un rond-point comme entrée de station

Clichés : E. Hatt, janvier 2011

26La porosité et la lisibilité de ce cheminement ouvert sur la place visent à favoriser la communication directe entre les équipements touristiques (office de tourisme et domaine skiable notamment), ainsi que la rencontre entre les destinataires. Espace auparavant marqué par la présence de la voiture (rond-point, circulation motorisée et stationnement), l’entrée en station a ainsi été au cœur du projet de requalification. Cette volonté de redonner une place plus importante au piéton dans la destination s’est également traduite par la suppression du parking de la place de Sarrière.

  • 14  Repenser la répartition des espaces de circulation piétonne/motorisée est un enjeu essentiel pour (...)

27La place Sarrière a plus largement fait l’objet d’un traitement particulier en tant que nœud central de la station. Il s’agissait pour les architectes de proposer un projet modulable selon les saisons et l’intensité de la fréquentation touristique14. Le choix du mobilier urbain structurant cette place a également fait l’objet d’une attention minutieuse de la part de l’équipe en charge de la requalification. Il a été voulu, à l’image du cadre bâti, relativement imposant (Figure 6). La densité des jardinières et les nombreux lampadaires, notamment lorsqu’on les aperçoit depuis les hauteurs de la station, contribuent ainsi à atténuer l’image imposante du cadre bâti en la relativisant par ce jeu de proportions et d’échelles.

Figure 6. Un mobilier urbain à l’échelle du cadre bâti

Figure 6. Un mobilier urbain à l’échelle du cadre bâti

Clichés : E. Hatt, janvier 2011

28Le positionnement du mobilier urbain a également été pensé de façon à structurer les lieux urbains en marquant les limites entre les espaces de circulation piétonne et motorisée (Figure 7). Cette forme de design par soustraction évite le recours aux plots et autres potelets qui se multiplient parfois, brouillant la lisibilité des espaces publics qu’ils finissent par obstruer.

Figure 7. Un mobilier disposé de façon à marquer les limites

Figure 7. Un mobilier disposé de façon à marquer les limites

Clichés : E. Hatt, janvier 2011

29Comme on le voit sur ces clichés, au-delà des jardinières, ce sont également les bancs publics qui ont retrouvé droit de cité dans cette station et qui contribuent ce faisant à restructurer l’espace. Ce mobilier de repos et d’attente semble être apprécié des accompagnants qui observent les skieurs, comme des skieurs fatigués en fin de journée (Figure 8). Le simple flâneur contemplatif retrouve une place dans une station initialement conçue comme un lieu de la pratique intensive du ski et, plus largement, des sports d’hiver. Ce mobilier propice au repos et à la rencontre favorise finalement la visibilité réciproque des acteurs du front de neige (skieurs, lugeurs, etc.) et des « spectateurs » en terrasses ou sur les bancs publics aménagés à cet effet.

Figure 8. Repos et contemplation de la montagne, l’intérêt des bancs publics

Figure 8. Repos et contemplation de la montagne, l’intérêt des bancs publics

Clichés : E. Hatt, janvier 2011

30La place Sarrière semble aujourd’hui retrouver une véritable fonction de « place », pressentie comme un lieu d’échange, de rencontre et de convivialité privilégié. Cette place ainsi reprisée favorise la transition station-montagne par un cheminement lisible et accessible, ouvert sur le paysage montagnard qu’elle contribue indirectement à structurer et à valoriser (Figures 9 et 10).

Figure 9. La place Sarrière, d’un parking…

Cliché : E. Hatt, janvier 2008

Figure 10. … à une place ouverte sur la montagne

Figure 10. … à une place ouverte sur la montagne

Cliché : E. Hatt, janvier 2011

31Dans la continuité de la place Sarrière, le projet de requalification aborde également le traitement des limites en front de neige, au niveau de la place Sarrière (Figure 11). Les choix d’aménagement relatifs à cet espace emblématique ont toutefois été problématiques au sein du conseil municipal, divisé sur cette question. Face à cette indécision, les architectes ont opté pour une solution souple et adaptable. Un jeu de marches de faible hauteur permet finalement au conseil municipal en place de choisir s’il souhaite ou non déneiger cet espace d’interface (il permet également de définir la hauteur d’enneigement qu’il peut, le cas échéant, conserver).

Figure 11. Le front de neige en travaux au niveau de la place Sarrière

Figure 11. Le front de neige en travaux au niveau de la place Sarrière

Clichés : E. Hatt, janvier et novembre 2011

Conclusion

32À la croisée des recherches en urbanisme et en tourisme, les espaces publics sont ainsi considérés comme des ressources microterritoriales des stations touristiques. La requalification urbaine est appréhendée comme un outil permettant de (re)définir le « style général » du lieu de séjour, sur la base d’une structure urbaine existante. Il ne s’agit pas de reproduire indéfiniment un unique modèle, mais plutôt de viser l’unité de la station, par l’ajustement de ses différences constituées en complémentarités, par la découverte et la préservation des images les plus vigoureuses des lieux urbains, en faisant ressortir leurs structures et leurs « identités » d’une confusion qui les contient à l’état de latent.

33À Gourette, le projet de requalification, initié en 2010 par la collectivité, a permis de (re)mettre en scène les lieux urbains, de revaloriser ces ressources microterritoriales. L’attention s’est notamment portée sur trois espaces publics emblématiques et stratégiques de la station que constituent la « porte d’entrée », la place Sarrière et le front de neige. Au final, c’est bien la place que l’on souhaite accorder au piéton qui a été questionnée et réactualisée par ce projet urbanistique qui s’appuie notamment sur un encadrement des circulations motorisées.

  • 15  Le complexe immobilier du Valentin est en effet géré en copropriété, celle-ci incluant la dalle ur (...)

34Cette évolution marque une véritable avancée d’un point de vue urbain et paysager, même s’il est toujours possible d’esquisser des pistes complémentaires qui pourraient, le cas échéant, alimenter une prochaine phase de requalification. Le traitement du front de neige paraît, à cet égard, relativement incomplet, seul le secteur de la place Sarrière ayant fait l’objet d’un traitement, aux dépens de la dalle du Valentin. Le manque de liaison verticale entre ces deux espaces centraux en front de neige, relevé par les destinataires lors des enquêtes, pose toujours problème. La dalle du Valentin constitue ainsi un autre espace stratégique pourtant négligé dans le cadre de cette première procédure de revalorisation urbaine. Cet espace d’usage public est en effet propriété privée15, ce qui complexifie d’autant l’intervention de la collectivité sur ce secteur pourtant central et pose la question de la gouvernance urbaine.

35Si le projet de valorisation des ressources microterritoriales à Gourette présente certaines limites, on doit toutefois lui reconnaître le mérite d’avoir été mis en œuvre, alors que les démarches de requalification urbaine en station de montagne sont encore relativement rares, bien que de plus en plus nécessaires.

Haut de page

Bibliographie

Afit, 1999.– Les espaces publics des stations de montagne, approche méthodologique, Paris, AFIT et SEATM (coll. Guide et savoir-faire).

Atout France. 2010.– Renouveler les espaces publics des stations littorales. Enjeux et démarches de projet, Paris, Éditions Atout France.

Berdoulay V., da Costa Gomes P.C. et Lolive J. (dir.), 2004.– L’espace public à l’épreuve : régressions et émergences, Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine.

Corrado F., 2004.– « Vers un concept opératoire : la ressource territoriale », Montagnes méditerranéennes, n°20, pp. 21-24.

Debarbieux B., 1988.– Territoires de haute-montagne : recherche sur le processus de territorialisation et d’appropriation sociale de l’espace de haute-montagne dans les Alpes du Nord, Thèse de Géographie, UJF et IGA de Grenoble.

François H., 2007.– De la station ressource pour le territoire au territoire ressource pour la station : le cas des stations de moyenne montagne périurbaines de Grenoble, Grenoble, thèse de géographie – aménagement.

François H., Hirczak M. et Senil N., 2006.– « Territoire et patrimoine : la co-construction d’une dynamique et de ses ressources », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, n°5, pp. 683-700.

Grosjean M., Thibaud J-P. (dir.), 2001.– L’espace urbain en méthodes, Marseille, Éditions Parenthèses (collection Eupalions).

Gumuchian H., 1988.– De l’espace au territoire : représentations spatiales et aménagement, Grenoble 1, Collection Grenoble Sciences.

Hatt E., 2011.– Requalifier les stations touristiques contemporaines : une approche des espaces publics. Application à Gourette et Seignosse-Océan, Pau, thèse de doctorat en aménagement et urbanisme.

Hatt E., 2010.– « Les enquêtes photographiques auprès des touristes : un support à l’analyse des représentations microterritoriales des stations balnéaires », Mondes du tourisme, n°2, pp. 24-44.

Lamizet B., 2002.– Le sens de la ville, Paris, L’Harmattan.

Lynch K., 1998.– L’image de la cité, Paris, Dunod [rééd. de 1976 ; première édition américaine : The Image of the City, Cambridge, Massachusetts, 1960].

Marcelpoil E., 2007.– « L’ancrage territorial des stations de montagne : quelles trajectoires et quelles marges de manœuvre ? », in Bourdeau P. (dir.), Les sports d’hiver en mutation : crise ou révolution géoculturelle ?, Paris, Lavoisier, pp. 161-171.

Paquot Th., 2009.– L’espace public, Paris, La Découverte.

Peyrache-Gadeau V. et Pecqueur B. 2004.– « Les ressources patrimoniales : valorisation par les milieux innovateurs », in Camagni R., Maillat D. et Matteaccioli A., Ressources naturelles et culturelles, milieux et développement local, Neuchâtel, EDEA, col. GREMI, pp. 71-89.

Pinson D., 2012.– « La « composition urbaine, paradigme perdu d’une lecture hâtive de K. Lynch : The Image of the City (1960) », Tours, 137e congrès du CTHS, 23-28 avril 2012.

Stock M. (coord.), 2003.– Le tourisme : acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin.

Vlès V., 2007.– « Tourisme durable et attractivité : peut-on relancer le projet urbain des stations touristiques ? L’exemple des stations de montagne », in L’attractivité des territoires : regards croisés, Paris, 3 avril 2007, Ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durable, Plan Urbain Construction Architecture – Université Paris 12, pp. 99-103.

Vles V., Berdoulay V. et Clarimont S., 2005.– Espaces publics et mise en scène de la ville touristique, Rapport de recherche, Paris : Ministère délégué au Tourisme, direction du Tourisme – laboratoire SET UPPA-CNRS n°5603.

Zepf M. (dir.), 2004.– Concerter, gouverner et concevoir les espaces publics urbains, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Wozniak M., 2006.– L’architecture dans l’aventure des sports d’hiver, Chambéry, Fondation pour l’action culturelle internationale en montagne.

Haut de page

Notes

1  Loi n°2000-1208 du 13 décembre 2000.

2  Ces lieux urbains que sont les espaces publics sont abordés dans cet article selon une approche urbanistique, comme des territoires libres de constructions, des espaces ouverts qui permettent la rencontre de tous et qui sont régis par le droit public. En ce sens, ils ne doivent pas être confondus avec l’usage qu’en fait Mathis Stock (2003, p. 50), qui qualifie la station touristique, dans sa globalité, comme un « lieu urbain » (au singulier).

3  Markus Zepf (2004) distingue trois niveaux territoriaux d’organisation de l’espace urbain : « macroterritorial », « mésoterritorial » et « microterritorial ». Ce dernier niveau a retenu plus particulièrement notre attention dans le cadre de cette recherche sur les espaces publics. Il s’agit en ce sens du niveau d’application des théories de la perception développées dès les années 1960 par Kevin Lynch.

4  L’image de la station est définie au sens de Bernard Lamizet (2002, p. 202) : « l’image consacre l’unité entre ce que la ville signifie et ce qui la signifie ; ce qu’elle symbolise, une conception de l’existence, une manière de vivre, prend sens dans ce qui la symbolise, des édifices, un site, des parcours ».

5  On fait référence ici à la typologie générationnelle promue et institutionnalisée par le Service d’équipement et d’aménagement touristique de la montagne (S.E.A.T.M.), qui fait toutefois l’objet de critiques fondées sur lesquelles on ne revient pas (François, 2007).

6  L’analyse s’est également ouverte au tourisme balnéaire avec l’étude d’une autre station créée ex nihilo, selon un mode d’aménagement relativement similaire : Seignosse-Océan, sur le littoral landais. Cet article est toutefois centré sur le cas des territoires montagnards.

7  La thématique de la mise en scène de l’espace public ne va pas sans poser de questions, notamment celle du risque de « réduction narrative » (Vlès, Berdoulay et Clarimont, 2005). Il s’agit bien de « mettre en scène » des vies collectives et de rendre possible les récits et les parcours, et non de réaliser un décor théâtral plus ou moins figé.

8  Un second ouvrage a été produit dix ans plus tard sur cette thématique, en décembre 2010, par le même organisme, désormais intégré dans Atout France.

9  Toutefois, le chercheur en urbanisme touristique ne peut s’empêcher de rester partiellement dubitatif quant à la démarche entreprise, marquée du sceau d’un fonctionnalisme s’appuyant sur des besoins standardisés. Les réponses apportées méritent de s’inscrire localement, d’être ancrées sur le territoire dans lequel elles s’insèrent en prenant en compte, de façon complémentaire, les destinataires des stations, habitants et touristes.

10  Le terme évocateur de « destinataire » (Zepf, 2004) a été utilisé pour qualifier cet ensemble souple et évolutif constitué par tous les individus qui utilisent d’une manière ou d’une autre un espace produit, qu’il s’agisse des habitants permanents ou des visiteurs plus ou moins temporaires.

11  Les études conduites à Gourette ont été nombreuses depuis 2001 : travaux des cabinets d’architectes et d’urbanistes (agence Adour-Pyrénées, cabinet Grésy, agence « d’une ville à l’autre » de Roca d’Huyteza, cabinet Thal’archi et cabinet GCAU), analyses du chargé de mission mandaté durant trois ans pour mettre en œuvre une ORIL (qui n’a pas aboutie), travail de recherche doctoral (réalisé dans le cadre d’un programme de recherche conventionné entre le laboratoire SET - UMR 5603 CNRS/UPPA - et le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques).

12 De manière générale, trois thématiques majeures se distinguent dans cette sensibilité des destinataires à l’espace public des stations touristiques de montagne et du littoral : l’importance accordée aux espaces de déambulation et aux lieux de détente, le rôle fondamental des points de repère paysagers (sculpture, fontaines, etc.), ainsi que l’attention portée à l’entretien et la gestion quotidienne du cadre de vie ou de séjour.

13  On a fait le choix d’utiliser ici le terme de « front de neige », bien qu’il soit usuellement réservé à la qualification du front d’immeubles bâtis en pied de piste. Cette notion est ici élargie, pour englober l’équivalent à Gourette de la grenouillère des stations intégrées. Le terme de « front de neige » nous permet ainsi d’illustrer cet espace de transition, ce front, entre la station (le bâti) et la montagne.

14  Repenser la répartition des espaces de circulation piétonne/motorisée est un enjeu essentiel pour des stations touchées par une forte saisonnalité. L’enjeu porte sur la modularité des espaces de stationnement. Ainsi, à Gourette, l’espace de la place Sarrière est ouvert en été afin de permettre le stationnement des voitures sur les côtés. L’hiver, au contraire, la place s’est voulue prioritairement piétonne.

15  Le complexe immobilier du Valentin est en effet géré en copropriété, celle-ci incluant la dalle urbaine sur laquelle prennent corps les immeubles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de localisation des territoires d’étude
Crédits Réalisation : M. Moralès, E. Hatt – UPPA, 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 2. Des images plutôt répulsives de l’entrée en station
Crédits Clichés : E. Hatt, janvier 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 3. La « place » Sarrière, un nœud urbain peu apprécié
Crédits Cliché : E. Hatt, janvier 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 4. Le « front de neige », un espace emblématique peu valorisé
Crédits Clichés : E. Hatt, janvier 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 5. Une place plutôt qu’un rond-point comme entrée de station
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Crédits Clichés : E. Hatt, janvier 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Figure 6. Un mobilier urbain à l’échelle du cadre bâti
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Crédits Clichés : E. Hatt, janvier 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Figure 7. Un mobilier disposé de façon à marquer les limites
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Clichés : E. Hatt, janvier 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Figure 8. Repos et contemplation de la montagne, l’intérêt des bancs publics
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Crédits Clichés : E. Hatt, janvier 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 10. … à une place ouverte sur la montagne
Crédits Cliché : E. Hatt, janvier 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 11. Le front de neige en travaux au niveau de la place Sarrière
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Crédits Clichés : E. Hatt, janvier et novembre 2011
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/1796/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émeline Hatt, « La mise en scène des lieux urbains en station de montagne », Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research [En ligne], 100-2 | 2012, mis en ligne le 28 décembre 2012, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rga/1796 ; DOI : 10.4000/rga.1796

Haut de page

Auteur

Émeline Hatt

Maître de conférences à l’Institut d’urbanisme et d’aménagement régional (IUAR), Laboratoire interdisciplinaire en urbanisme (LIEU), Aix Marseille Université. CIRTA-LIEU (Laboratoire interdisciplinaire en urbanisme).
emeline.hatt@univ-amu.fr

Articles du même auteur

  • Preface [Texte intégral]
    Mountains, the climate change laboratory
    Paru dans Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research, 98-4 | 2010
  • Préface [Texte intégral]
    La montagne, laboratoire du changement climatique
    Paru dans Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research, 98-4 | 2010
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités