Navigation – Plan du site

AccueilDossiers101-1Les dissonances de l’alpinisme fé...

Les dissonances de l’alpinisme féminin dans le métier de guide de montagne

« N’allez pas croire qu’il était un guide pour dames » 
Rozenn Martinoia
Traduction(s) :
Women’s mountaineering and dissonances within the mountain guide profession

Résumé

Espace d’activité économique et de travail pour les guides, espace ludique et récréatif pour leurs clients, la montagne demeure pour chacun d’eux un espace de relations sociales qui se tissent sur un canevas de représentations et de rapports sociaux préexistants, parmi lesquels le genre. Cet article s’intéresse au rôle ambivalent de la clientèle féminine dans la construction de l’identité professionnelle et sexuée des guides de montagne masculins et sa validation par les pairs. Au sein d’un groupe professionnel normé par un mythe de virilité, la clientèle féminine peut en effet envoyer des signaux dissonants : d’un côté, elle permet de produire des signes attendus de masculinité, de l’autre, elle peut symboliser une féminisation des compétences professionnelles ; ce qui, dans la hiérarchie du genre, est stigmatisant. Aussi les guides négocient-ils des compromis en louvoyant entre les cadres axiologiques multiples qui construisent et valident leurs identités à la fois sexuées et professionnelles auprès de différents acteurs. Étayé par une enquête ethnographique, cet article met plus particulièrement en lumière la prégnance du mythe du guide viril qui norme les interactions au sein du groupe professionnel. Il montre comment et pourquoi les guides, essentiellement par des artifices discursifs, sauvent la face auprès de leurs pairs.

Haut de page

Texte intégral

1CERAG, Université Grenoble Alpes, Maître de conférences-HDR, Gestion, rozenn.martinoia@gmail.com

« Ainsi en va-t-il encore des indécis, de ceux qui flanchent devant un passage périlleux ou s’énervent lorsque gronde l’orage sur les hauteurs ; ils ont beau fanfaronner sur les places du village, conter leurs hauts faits à qui veut les entendre, les porteurs timorés sont tôt démasqués et leur réputation s’établit, douteuse […]. Si jamais ces porteurs décrochent le titre de guide par quelque coup de fortune, la malice villageoise ne désarme point et les flétrit justement : guides de plaine, dira-t-on, bons pour les demoiselles ! »

Louis Spiro (1944), Guides de montagne

  • 1 « J’ai été dragué une fois. Mais c’est courant dans le milieu qu’il y ait coucherie. Il y a des nan (...)

2Le chercheur est un explorateur. Rarement génial et héroïque, il est plus fréquemment animé de motivations triviales : une curiosité mâtinée d’incompréhension (parfois l’inverse), face à un terrain qui, tantôt ne parle pas – angoisse des démarches ethnographiques –, tantôt parle trop… Engagée initialement dans une recherche consacrée aux conditions d’exercice professionnel des guides de montagne, j’ai emprunté un chemin de traverse en m’intéressant à la relation guide-client puis, chemin faisant, à la relation guide-cliente (Martinoia, 2009). Dans l’intimité de l’entretien les guides confiaient apprécier la clientèle féminine, au regard de ses avantages dans le management du service. En effet, lorsque les femmes se conforment aux stéréotypes sexués associés au genre féminin – humilité, obéissance, hédonisme, crainte du danger… (Lois, 2001 ; Ottogalli-Mazzacavallo, 2003 ; Gallissaire Mennesson, 2004) –, elles fluidifient la coproduction de service et réduisent la prise de risque. Pourtant, la triangulation des sources et des méthodes, boussole du chercheur, me conduisait dans une zone où l’écho de mes premières interprétations était fort distordu. En public, et plus encore sous le regard des pairs, les guides n’évoquaient nullement les avantages de la clientèle féminine en termes de management des services. Ne subsistaient que des rapports de séduction – que tous les guides (une profession masculinisée à 99%) interrogés en entretien n’avaient certes pas manqué d’évoquer spontanément à la chercheuse qui leur faisait face1 – et des discours virilisants qui semblaient exhorter à ne pas être catalogué comme un « guide “pour dame” » (Busk, 1974, p. 89). Mon chemin de traverse m’avait menée à un carrefour, ou plutôt un labyrinthe ; celui de la construction et de la validation sociale des identités professionnelles et sexuées des guides de montagne, dont je vais tenter ici de rendre compte.

3Les femmes ne sont pas seulement pour les guides des « employé[e]s partiels » (Chase et al., 1983) efficaces de la coproduction de service. Elles sont aussi des ressources de la production de leur masculinité (Terret, 2004). Néanmoins, les pierres que la clientèle féminine peut apporter à la construction de l’identité sexuée et professionnelle des guides peuvent être ré-agencées différemment par les pairs. Dans ce nouveau contexte, l’édifice peut s’effondrer. Aussi, les guides négocient-ils des compromis, en louvoyant entre les cadres axiologiques multiples qui construisent et valident leurs identités à la fois sexuées et professionnelles. Entre pairs, les guides semblent chercher à sauver la face (Goffman, 1974, p. 13), en s’arrimant au mythe du guide viril. Dans cet espace professionnel fortement sexué, il s’agit pour eux de ne pas être identifié comme le cheval de Troie qui introduira dans la citadelle, non tant les femmes dans les pratiques de la montagne – c’est chose faite – que la féminisation des pratiques et des compétences professionnelles.

  • 2 Le corpus bibliographique ainsi que les profils des guides interrogés en entretien semi-directifs s (...)

4Outre un corpus de textes autobiographiques de guides, les sources primaires de cette recherche sont issues d’un terrain d’enquête qui a permis de croiser discours et pratiques dans différents types d’interactions2 : face à la chercheuse, face aux pairs et face aux client(e)s, sur et hors des lieux de pratique. Ce terrain est constitué de 10 entretiens semi-directifs (1 heure 30 à 2 heures 30), d’entretiens informels, d’observations passives (en tant que pratiquante autonome) et de participations observantes (en tant que cliente de guide ; 4 guides français, 47 jours), consignées dans un journal de bord depuis 6 ans. Ce terrain a cependant des limites : étant une femme, ma présence, quand bien même discrète, m’interdit de facto d’accéder à un contexte d’hommes exclusivement entre eux.

Sous le regard des femmes

5Encordés ou en cordée symbolique (Boutroy, 2011), guides et clients évoluent en interdépendance. Dans un environnement naturel dangereux, incertain et parfois fortement irréversible, leur intégrité corporelle voire leur survie est mise en jeu – « au bout du compte, on risque sa peau » (Gilles, 53 ans). Dans ce contexte singulier de coproduction de service, les guides apprécient la clientèle féminine : sous-estimation de ses capacités, recherche du plaisir plus que de la performance, soumission à l’autorité, donnent aux guides le sentiment qu’avec une clientèle féminine l’exposition aux dangers serait moindre, la coordination au sein de la cordée plus fluide et la satisfaction de la clientèle plus aisée à obtenir.

6Ces qualités stéréotypées que les guides prêtent à leurs clientes, et que leurs propres comportements suscitent ou renforcent, rappellent qu’en dépit de l’isolement, de l’incertitude du milieu ou de l’engagement qui construisent une expérience extraordinaire (Belk, Tumbat, 2011), la montagne demeure un espace de relations sociales tissées sur un canevas de représentations et de rapports sociaux préexistants, dont le genre (Kergoat, 2005, p. 98). Le genre, en tant que système de croyances auquel sont associés des attributs psychologiques, des rôles et des statuts assignés à chaque catégorie de sexe (Hurtig, Kail, Rouch, 2002, p. 13), est intimement lié à des rapports de pouvoir (Scott, 1986, p. 1067). Or au prisme du management des services, le pouvoir est la clé de voûte de la prestation des guides (Martinoia, 2012).

  • 3 « “Allez les filles, ça va le faire !” lance le guide aux clientes de son groupe, au pied des longs (...)

7Pour des raisons de sécurité, il importe que les guides conservent l’entière maîtrise de leur pouvoir de décision et ne subissent aucune tentative d’influence de la part de la clientèle - « Si jamais tu te laisses influencer par un client dans le cas où toi tu juges que la situation est dangereuse, alors tu vas à la catastrophe » (Christophe, 48 ans). Des mécanismes psychosociaux peuvent être exploités à cette fin : donner l’illusion de partager une décision afin de favoriser son exécution et l’acceptation de ses conséquences, ou positionner la clientèle en situation d’infériorité et de dépendance, de sorte qu’elle n’a d’autre choix que se soumettre. Si ces mécanismes sont indépendants de normes sexuées de comportement, leur efficacité est toutefois renforcée chez les femmes qui se soumettent aux stéréotypes associés à leur genre - « je n’ai jamais eu de contestation forte avec des femmes […] elles me font plus facilement confiance, elles acceptent plus vite que je suis plus expert qu’elles » (Sébastien, 35 ans). Les guides ont dès lors tout intérêt à entretenir ces stéréotypes, en signifiant, en mots ou en gestes, l’humilité, la crainte, la fragilité ou l’infériorité des femmes3, quand bien même la réalité témoignerait de toutes autres qualités – « Leur niveau est bon et est souvent supérieur à ce qu’elles pensent - Chut ! Faut pas leur dire.... » (Sébastien).

8Signifier – à la cliente comme à la chercheuse – l’infériorité féminine et sa capacité à l’encadrer, est aussi, pour le guide, un moyen de signifier sa masculinité (Lois, 2001).

« Evelyne, elle part tout le temps du postulat que c’est pas pour elle. Elle a très facilement une appréhension. Au départ de chaque longueur elle va te dire “c’est beaucoup trop dur pour moi” » (Éric, 32 ans).

  • 4 Celles qui refusent de se plier à ces obligations de genre sont alors identifiées comme n’étant pas (...)

9Non sans satisfaction, Éric narre par le détail la façon dont il parvient à exercer son rôle protecteur et permettre à sa cliente de se transcender. « [E]lle sort ravie, te dit “Merci, merci” ! ». En discours ou en actes (Goffman, 1977, p. 50), Éric, comme d’autres guides interrogés ou observés, met en scène des obligations de genre. Non sans la complicité de sa cliente, il rend possible cet « arrangement » dans lequel « [la femme] peut se constituer en une sorte d’objet auquel l’homme peut justement tendre une main secourable » (Goffman, 1977, p. 71). D’ailleurs Éric « adore grimper avec les femmes pour ça. Une femme se met à sa place en montagne »4. Ce qui, par effet de contraste, le met à la sienne… celle d’un homme.

La clientèle féminine au prisme des pairs

10Dans sa forme hégémonique, la masculinité est un processus de construction différentielle. Elle s’élabore en contraste avec la féminité (Badinter, 1986, p. 175 ; Connel, Messerchmidt, 2005, p 847). Encadrer une clientèle féminine participe donc à la construction de l’identité sexuée – en tant que sentiment d’être un homme et reconnu comme tel – des guides masculins. Toutefois, cette construction en interaction avec l’altérité, les femmes, doit être validée par les hommes.

11Entre eux, les guides sont prompts à parler de leur clientèle féminine sur le registre de la séduction, convoquant implicitement un modèle normatif de virilité hétérosexuelle (infra). Mais les choses – jugements, représentations, comportements – se jouent pour eux à la fois « en tant qu’homme » et « en tant que guide » (Jean-Louis, 52 ans). Or dans les discussions entre pairs, les avantages professionnels de la clientèle féminine - la plus grande facilité à coproduire un service de qualité –, signifiés dans d’autres contextes, sont évacués. De même les guides taisent-ils le plaisir qu’ils ont à pouvoir déroger, avec leur clientèle féminine, aux injonctions de masculinité : difficulté, performance, vitesse, prise de risque.

12Dans une profession quasi-exclusivement masculine en contact avec une clientèle féminine, identité sexuée et identité professionnelle s’entrecroisent, au risque de s’entremêler. Avoir et apprécier la clientèle féminine peut en effet envoyer des signaux dissonants. D’un côté, la féminisation de la clientèle peut confirmer, par le prisme de l’hétérosexualité, la masculinité du guide et donc être valorisante. De l’autre côté, elle peut être stigmatisante : elle peut jeter la suspicion sur une féminisation des pratiques et des compétences du guide qui transgresserait alors un cadre normatif mythique.

L’identité professionnelle sexuée des guides : une mystification

13L’identité professionnelle est un « processus de construction et de reconnaissance d’une définition de soi qui soit à la fois satisfaisante pour le sujet lui-même et validée par les institutions qui l’encadrent et l’ancrent socialement en la catégorisant » (Demazière, Dubar, 1997, p 49). Cette identité, potentiellement polymorphe, est le fruit d’une double socialisation. La socialisation primaire renvoie à la biographie des acteurs. La socialisation secondaire est liée au milieu professionnel (Dubar, p. 1992) et aux interactions, outre avec le client (Courpasson, 1994), avec les pairs. Ces dernières sont structurées par des normes issues des histoires culturelles et sociales de l’alpinisme amateur et professionnel (Majastre, Decamp, 1988 ; Bourdeau, 1991 ; Keller, 2005).  Au sein de leurs variations, ces normes présentent une constante : elles sont un espace factuel et idéologique de domination masculine.

14La montagne fut « conquise et contée par des hommes » (Majastre 2009, p. 204). Si en France, les femmes n’ont pas été exclues lors de l’institutionnalisation de l’alpinisme à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, leur intégration a toutefois été pensée, organisée et dirigée par les hommes. Dans un cadre entretenant soigneusement une différenciation sexuée et hiérarchisée (Morin, 1936, p. 148 ; Ottogalli-Mazzacavallo, 2006, p. 20), les femmes actrices de l’histoire de l’alpinisme sont absentes, ou rendues silencieuses, de la mémoire collective. On les mentionne pour aussitôt en souligner le caractère « exceptionnel » (De Ségogne, in Morin, 1936, p. ix). On se demande « comment ont-elles pu [s’]égarer ? » dans cet univers, au regard de prédispositions naturelles prétendument antithétiques – preuve d’ailleurs que ces naufragées ne seraient pas de véritables femmes (De Chatellus, 1953, p. 158).

  • 5 Sources : École Nationale de Ski et d’Alpinisme, 2013. 

15L’onde des transformations sociales au cours du XXe siècle s’est cependant propagée dans le milieu sportif et dans les activités de montagne. Les pratiques amateurs puis le milieu professionnel (Galissaire, Mennesson, 2004) se sont féminisés. La profession de guide est désormais mixte. En France, depuis 1983, 16 femmes ont été diplômées - pour 1574 hommes, soit 1%. Le chiffre est modeste mais le mouvement est en marche : depuis 2005, elles sont en moyenne plus de 5 (soit 3,7%) à se présenter au concours annuel de l’examen probatoire5.

16Il n’est guère surprenant de noter la concomitance de la féminisation de la profession de guide et la réactivation, dans certains discours, d’une figure historique de l’héroïsme viril (Bozonnet, 1992, p. 218 ; Majastre, Decamp, 1988, p. 97-106) : toute menace pour la domination masculine suscite des réactions de défense. Si la citadelle n’est plus exclusivement masculine en faits, elle peut encore le demeurer en valeurs : les hommes s’emploient donc à revivifier le « mythe de la masculinité » (Badinter, 1986, p. 201), quand bien même – voire d’autant plus que – il ne correspondrait guère aux comportements effectifs.

« Car la fin même des mythes c’est d’immobiliser le monde […] Les mythes ne sont rien d’autre que cette sollicitation incessante, infatigable, cette exigence insidieuse et inflexible, qui veut que tous les hommes se reconnaissent dans cette image éternelle et pourtant datée qu’on a construite d’eux un jour comme si ce dût être pour tous les temps. » (Barthes, 1957, p. 229-30)

17Plus que les actes – le lieu de la scène d’exercice du métier étant pas ou peu public – ce sont les discours qui permettent d’entretenir « l’image mythique du guide » (Majastre, Decamp, 1988, p. 83) et de refouler les menaces de féminisation. La prestation du guide doit être à cet égard lue comme une performance, non pas au sens sportif, mais au sens anglo-saxon de la performance théâtrale de l’acteur en représentation (Majastre, Decamp 1988, p. 143 ; Goffman, 1974) : le guide est « quelqu’un à qui on a raconté des histoires, qui se raconte des histoires et qui s’apprête à raconter des histoires » (Majastre, 2009, p. 117).

18Les guides reconstituent a posteriori les faits dans des récits qui internalisent les représentations attendues par leurs locuteurs et leur donnent sens (Goffman, 1977, p. 50 ; Connel, Messerchmidt, 2005, p. 832). Ainsi pour sauver le mythe du guide – et supporter la réalité d’un quotidien moins épique (Majastre, 2009, p. 117) – le guide apparaît publiquement comme l’« homme, aventurier, hyper responsable, physiquement irréprochable, jamais soif, jamais peur, jamais froid ». Quant au « guide fatigué, sale, triste, habité par le doute et la crainte », trop en marge du mythe, il demeure confiné au silence ou à la sphère privée (Cormier, in Crabières et al., 2008, p. 127).

Le péril de la féminisation des compétences professionnelles

  • 6 Le lien entre masculinité et hétérosexualité n’est pas automatique. La masculinité peut se construi (...)

19Pour gagner la reconnaissance des pairs, les guides présentent un profil conforme au cadre normatif mythique : hétérosexuel et aux compétences professionnelles connotées comme masculines. La clientèle féminine joue ici, on l’a déjà suggéré, un rôle ambivalent. Elle offre aux guides des opportunités de cultiver leur hétérosexualité6. Suivant la culture sportive dominante, cette posture est parfois renforcée par une sémantique homophobe - « “gonzesses”, “pédé”, “enculé”, “tapette”, fusent » (note de terrain, bureau des guides, massif du mont Blanc, hiver 2009). La clientèle féminine constitue cependant une menace si elle est associée à une féminisation des formes de pratiques et des compétences professionnelles – « c’est pas valorisant pour un guide, non pas de féminiser sa clientèle mais de féminiser sa pratique » (Jean-Louis). Les marques d’appartenance à l’autre genre – parce que le genre est hiérarchisé (Hurtig, Kail, Rouch, 2002) – font en effet courir le risque d’un déclassement (Penin, 2006, p. 655). Les guides doivent donc évacuer auprès de leurs pairs tout stigmate (Goffman, 1975, p. 13) de compétence féminine – peu importe de ce point de vue qu’il y ait « une dissonance complète entre ce mythe d’une autre époque et la clientèle d’aujourd’hui » (Yanis, 54 ans). Le discours des guides autour de la prise de risque et de la gestion des émotions du client, deux traits saillants du terrain d’enquête, en sont révélateurs.

La prise de risque

  • 7 Impensable par les hommes (De Chatellus, 1953, p. 160), comme par les femmes elles-mêmes qui sont e (...)

20Les activités encadrées par les guides relèvent du edgework (Lyng, Matthews, 2007) : elles impliquent une mise en danger émotionnelle et physique volontaire et réelle. L’engagement corporel et le risque de mort peuvent d’ailleurs être un critère de catégorisation objective de ces activités (Rotillon, 2002). Le métier est donc intimement lié à la prise de risque – « [u]n guide qui ne prend pas de risque, c’est pas un guide » (Gilles) – et, dans le même temps, à sa maîtrise (Decamp dans Crabières et al. 2008, p. 155). Dans la mesure où il convoque des normes émotionnelles connotées comme masculines – le sang-froid, la capacité à affronter un environnement évolutif dangereux (Goffman 1974, p. 182-188) – le edgework rend impensable la présence des femmes (Lyng, Matthews, 2007 ; Lois, 2001), en tant qu’amateur-e-s et, plus encore, en tant que professionnelles7. Dans la mise en récit de leur activité professionnelle les guides véhiculent et respectent ces normes sexuées.

« Au bureau [des guides], l’ambiance est aux taquineries. Dans un chahut, on se gausse des compétences techniques de Thom qui, l’été dernier, a dévalé un couloir de neige sur le dos et, aujourd’hui, est tombé dans une crevasse alors qu’il descendait la vallée blanche à ski avec des clients. “Eh faut apprendre à skier Thom !”. Thom a déclenché lui-même les secours depuis le fond de la crevasse, à l’aide de son téléphone portable, après une chute de 12 mètres amortie par la neige. Hélitreuillé, il a ensuite repris sa descente, avec un aplomb qui impressionne ses collègues. “Respect, gars ! Un guide qui tombe dans les crevasses à la place des clients… Respect !” L’ambiance potache semble être un exutoire à la peur - Thom glisse que “quand même [il s’est] un peu fait peur”. Dans le même temps, on valorise l’engagement corporel du métier et des activités. Avec la mine du faux modeste, Quentin place qu’il “en [a] encore cassé un, ce matin”. Un client (cheville foulée en hors piste). Tout le monde rigole » (note de terrain, discussion entre guides au bureau des guides, massif du mont Blanc, hiver 2009)

21« Les prises de risque sont à l’évidence virilisantes » (Penin, 2006, p. 655). Elles sont donc valorisées dans les espaces fortement masculinisés tels que le milieu professionnel des guides. A contrario, leur refus peut apparaître comme l’expression d’une anxiété, une norme émotionnelle associée au féminin ou à l’amateurisme. Ce refus est donc doublement disqualifiant pour les guides (Lois, 2001, p. 403 ; Lyng, Matthews, 2007, p. 88-89).

« Quentin, qui demandait à un collègue les conditions dans une face rocheuse que ce dernier avait récemment parcouru, s’est fait répondre, devant des collègues : “si tu as peur des pierres qui tombent, il ne faut pas y aller”. Il s’est senti humilié ». (note de terrain, massif du mont Blanc, hiver 2009)

22Ce rapport à la prise de risque peut relever d’une mise en scène de soi purement narrative et se limiter à des discours. Il peut également se traduire en actes non sans dangers pour l’image de l’ensemble du groupe professionnel et la légitimité de ses activités auprès de l’opinion publique.

23« L’esprit de conquête, ça a fait de sérieux dégâts. Ca a fait des guides qui engageaient beaucoup […] Fallait en découdre » (Yanis). Dans une société contemporaine hédoniste et sécuritaire, l’acceptabilité sociale de tels comportements est faible. Par le biais du Syndicat des Guides de Montagne (SNGM) et de l’École Nationale de Ski et d’Alpinisme (ENSA), la profession œuvre par conséquent à « valoriser autre chose que l’engagement, la prise de risque […] Il y a une évolution mais avant que ça change en pratique, ça prend du temps » (Yanis). Dans cette optique, les femmes guides sont convoquées. Conformément à une lecture sexuée stéréotypée, leur « approche particulière face au risque » est jugée « salutaire pour la profession » par un ancien directeur de l’ENSA (cité par Carrel, 2006, p. 144). Dans un milieu où l’identité professionnelle est fortement sexuée, évoquer une féminisation des compétences n’est cependant peut-être pas le moyen le plus efficace de lever les résistances…

La maîtrise des émotions du client

24Les recherches en management des services montrent qu’en règle générale le prestataire cherche à maîtriser les émotions de ses clients : outre que cela lui renvoie une image professionnellement satisfaisante de lui-même, il estime que cela influence leur satisfaction (Thoits, 1996). Dans le métier de guide, il est reconnu que la maîtrise des émotions du client a un impact sur la qualité de la prestation – sur le triple plan de la limitation de l’exposition aux dangers, de l’atteinte de l’objectif visé (Belk, Tumbatt, 2011) et de la qualité de la relation (Majastre, Decamp, 1988, p. 129 ; Martinoia, 2012).

25On peut cependant repérer, dans certains discours de guides, une mise à distance des compétences psychologiques qu’ils reconnaissent pourtant activer durant leur prestation.

« Un peu pataud, un peu bébé, [mon client] semble sortir pour la première fois sans protection du cocon maternel. Un peu rond dans son corps, un peu maladroit sur ses jambes, un peu inquiet dans son regard […] j’en avais un peu marre de ce coaching rapproché, de cette prise en charge un peu trop psycho machin » (Engelbrecht, 2008, pp. 243, 246)

26Face à ce client infantile dont il faut contrôler les émotions afin d’assurer le bon déroulement de la prestation, le guide se trouve contraint d’adopter une attitude maternante. Peu conforme à l’image mythique masculine du métier, celle-ci est recadrée dans le récit. L’objectif pour le guide est de signifier combien la mise en œuvre de ces compétences, jugées typiquement féminines, nécessite de lutter contre sa (vraie) nature (masculine). L’attitude de Marc (37 ans) s’inscrit dans le même mouvement de production discursive de signes de masculinité. Alors qu’il livre qu’il a « l’impression [d’être] plus attentif à une femme qu’à un homme », il s’empresse de nuancer : « un peu plus, hein ! C’est pas pour les cocooner non plus ».

Conclusion : s’affranchir du mythe de masculinité

27Finalement, pourquoi les guides jouent-ils le jeu du mythe alors qu’il est dissonant avec d’autres mondes ? Une réponse réside en ce que les guides ont besoin du regard des pairs, sur le plan du genre mais aussi sur le plan économique. Cette dépendance limite leurs trahisons au pacte de valeurs viriles.

28Du strict point de vue économique, le souci de reconnaissance des pairs et l’activation de ce que les guides imaginent être le cadre de leur jugement, peut s’expliquer par le fait que le marché de la prestation des guides est un marché de singularités (Karpik, 2007). Il y règne une forte incertitude sur la qualité des produits et des prestataires ; de sorte que les dispositifs de jugement et de confiance des clients sont en grande partie le résultat d’une construction collective des offreurs eux-mêmes. La réputation et la reconnaissance des pairs s’avèrent donc importantes – « C’est mes meilleurs clients. Ils me prennent trois semaines par an, c’est [un collègue plus ancien dans la profession] qui me les a refilés il y a 10 ans », note de terrain, massif du mont Blanc, été 2012).

29Seuls des guides bien établis professionnellement auprès d’une clientèle privée peuvent négliger la reconnaissance des pairs et assumer la transgression au mythe dominant. À l’instar d’autres corps de métier, on constate ici que l’activation ou la mise en veille, dans les pratiques ou dans les discours, de compétences jugées plutôt féminines ou masculines « est fortement conditionnée par le contexte et par la position de l’enquêté[e] dans sa trajectoire professionnelle » (Zolesio, 2009, p. 131). Ce n’est donc pas un hasard si, dans ce terrain d’enquête, le guide qui revendique une « féminisation de [sa] pratique » (Jean-Louis) a 25 ans d’expérience, une clientèle exclusivement privée et une importante notoriété, qui lui permettent de vivre de son métier en mono-activité, en marge du groupe professionnel.

30Le témoignage de Jean-Louis est également intéressant en ce qu’il illustre une représentation alternative des catégories du féminin et du masculin. La conception dominante « bipolaire » (Vinet, 2008, p. 59) considère que la féminité et la masculinité sont deux extrêmes d’un même continuum : se rapprocher de l’un éloignerait de l’autre. On comprend par conséquent que, dans un espace professionnel fortement masculinisé et traversé par de telles représentations, les guides cherchent à se dépouiller de tout attribut socialement considéré comme féminin. La conception « bifactorielle » (Ibid.) considère en revanche que tout individu se construit dans un espace à deux dimensions, l’une féminine, l’autre masculine, et s’inscrit sur ces deux axes simultanément, sans hiérarchie. Jean-Louis la fait sienne. « On est fait d’une partie féminine et d’une partie masculine », affirme-t-il. Se polariser sur l’un ou sur l’autre est à ses yeux « un non sens ». « Le sens […] il est dans le rapprochement des deux ». Jean-Louis assume « épouse[r] les valeurs entre guillemets féminines », même avec sa clientèle masculine : « prendre le temps », « être dans une pratique plus respectueuse de soi », sortir « du registre du faire-valoir […], du faire », de « la valorisation de la performance ». Il reconnaît cependant céder aussi parfois aux injonctions de virilité ; conscient du – et donc un peu sensible au – poids du modèle normatif dominant dans le regard de l’autre montagnard.

«  [si je suis avec une femme], s’il y a une cordée qui veut doubler, je la laisserai doubler sans souci. Alors que deux mecs ensemble et une cordée qui double : “mais qu’est-ce que c’est que ce connard ?”… On va accélérer un petit coup et on va les laisser sur place » (Jean-Louis).

31À travers cette citation et, plus largement, le terrain d’enquête évoqué dans le présent article, on perçoit des mécanismes collectifs de reproduction du genre. La multiplicité des discours des guides et l’existence de compromis entre des modèles de justification différents peuvent cependant, dans le même temps, être perçus comme les germes individuels d’une possible transformation.

Haut de page

Bibliographie

Barthes R., 1957.– Mythologies, 1970, Seuil.

Belk R. W, Tumbat G., 2011.- « Marketplace Tensions in Extraordinary Experiences », Journal of Consumer Research, vol. 38, n°1, pp. 42-61.

Bourdeau P., 1991.- « Guides de haute montagne : territoire et identité », Revue de géographie alpine, hors-série.

Boutroy E., 2011.- « L’esprit de cordée. Du lien dans l’alpinisme en Himalaya », in P. Duret (dir.), Faire équipe, Armand Colin, pp. 39-53.

Bozonnet J. P., 1992.- Des Monts et des mythes. L’imaginaire social de la montagne, Presses universitaires de Grenoble.

Busk D., 1974.- Armand Charlet. Portrait d’un guide, Arthaud.

Carrel F., 2006.- « Guide au féminin : la preuve par l’action », Revue Guides hors-série, pp. 133-149.

Chase R., Mills M., Margulies N., 1983.- « Motivating the Client/Employee System as a Service Production Strategy », Academy of Management Review, vol. 8, n°2, pp. 301-10.

Connel R. W., Messerschmidt J. W., 2005.- « Hegemonic Masculinity : Rethinking the Concept », Gender and Society, vol. 19, n°6, pp. 829-859.

Crabières D., Pellicier B., Zialo M. (dir), 2008.- Profession guides de haute montagne, Éditions Michel Zialo.

Courpasson D., 1994.- « Marché concret et identité professionnelle locale. La construction de l’identité par le rapport au marché », Revue française de sociologie, vol. 35, n°2, pp. 197-229.

Dematière D., Dubar C., 1997.- Analyser les entretiens biographiques : l’exemple des récits d’insertion, Nathan.

Dubar C., 1992.- « Formes identitaires et socialisation professionnelle », Revue française de sociologie, vol. 33, n°4, pp. 505-529.

Engelbrecht R., 2008.- Faire la trace. Sept leçons de haute montagne à l’usage des managers, Pearson.

Galissaire R., Mennesson C., 2004.- « Les Femmes guides de haute montagne : mode de socialisation et identités sexuées », Recherches Féministes, vol. 17, n°1, pp. 111-141.

Goffman E., 1977.- L’Arrangement des sexes, 2002, La Dispute.

Goffman E., 1974.- Les Rites d’interaction, Les éditions de Minuit.

Hurtig M. C., Kail M., Rouch H., 2002.- Sexe et genre : de la hiérarchie entre les sexes, CNRS Éditions.

Karpik L., 2007.- L’Économie des singularités, Gallimard.

Keller P., 2005.- La Montagne oubliée, Éditions Guérin.

Kergoat D., 2005.- « Rapports sociaux et division du travail entre les sexes », Maruani M. (dir.), Femmes, genre et société, La Découverte, pp. 94-101.

Lyng S., Matthews R., 2007.- « Risk, Edgework and Masculinities », in K. Hannah Moffat, P. O’Malley (eds.), Gendered Risks, Routledge, pp. 75-98.

Lois J., 2001.- « Peaks and Valleys : the Gendered Emotional Culture of Edgework », in Gender and Society, vol. 15,n°3, pp. 381-406.

Majastre J. O., Decamp E., 1988.- Guides de haute montagne, Glénat.

Majastre J.O., 2009.- « La Montagne, les deux versants d’un imaginaire au féminin », in C. Ottogalli-Mazzacavallo, J. Saint Martin (éds.), Femmes et hommes dans les sports de montagne, Maison des sciences de l’homme, pp. 203-212.

Martinoia R., 2009.- « “Ce qu’il y a d’agréable avec les femmes…” Les stéréotypes sexués, un refuge confortable pour les guides de montagne ? » in C. Ottogalli-Mazzacavallo, J. Saint Martin (éds.), Femmes et hommes dans les sports de montagne, Maison des sciences de l’homme, pp. 131-145.

Martinoia R., 2012.- « Coproduction de service : la prestation dyadique des guides de haute-montagne », Gérer & Comprendre, vol. 108, pp. 66-76.

Morin M., 1936.- Encordées, Éditions Victor Attinger.

Ottogalli-Mazacavallo C., 2003.- Femmes et Alpinisme, L’Harmattan.

Penin N., 2006.- « Le Sexe du risque », Ethnologie française vol. 4, n°36, pp. 651-658.

Rotillon G., 2002.- « L’Alpinisme et l’escalade dans l’économie des loisirs », in M. Baddeley (dir.), Sports extrêmes, sportifs de l’extrême, Éditions Georg.

Terret T., 2004.- « Sport et masculinité: une revue de questions », STAPS, vol. 4, n°66, pp. 209-225.

Thoits P., 1996.- « Managing the Emotions of Others », in Symbolic Interaction, vol. 19, n°2, pp. 85-109.

Vinet E., 2008.- « Émergence, perspective et mise à l’épreuve contemporaine du constructivisme sexué », in Connexions, vol. 90, n°2, pp. 57-75.

Zolesio E., 2009.- « Des Femmes dans des métiers d’hommes. L’apprentissage de la chirurgie », Travail, genre et sociétés, vol. 2, n°22, pp. 117-133.

Haut de page

Notes

1 « J’ai été dragué une fois. Mais c’est courant dans le milieu qu’il y ait coucherie. Il y a des nanas qui attendent que ça, des guides qui sont un peu chauds. Donc il y a des attentes… Parfois sexuelles. Très sincèrement, globalement, tous les guides, même les pas plus beaux, enfin les guides qui n’ont pas forcément beaucoup de charisme, se font draguer » (Jérôme, 32 ans).

2 Le corpus bibliographique ainsi que les profils des guides interrogés en entretien semi-directifs sont détaillés dans Martinoia (2009).

3 « “Allez les filles, ça va le faire !” lance le guide aux clientes de son groupe, au pied des longs escaliers que l’on doit gravir à l’issue de la descente à ski de la Vallée Blanche pour rejoindre le train du Montenvers, alors même que son groupe comporte des messieurs visiblement pas moins éreintés que ces dames » (note de terrain, Massif du mont Blanc, printemps 2010).

4 Celles qui refusent de se plier à ces obligations de genre sont alors identifiées comme n’étant pas des femmes – « un vrai mec ! » (Quentin à propos d’une cliente au comportement manifestement transgressif).

5 Sources : École Nationale de Ski et d’Alpinisme, 2013. 

6 Le lien entre masculinité et hétérosexualité n’est pas automatique. La masculinité peut se construire par le biais de l’homosexualité (Badinter, 1998, p. 121). Il existe en effet des masculinités (tout comme des féminités) et non une forme unique. Pour une mise en perspective dans le champ sportif, voir Terret (2004).

7 Impensable par les hommes (De Chatellus, 1953, p. 160), comme par les femmes elles-mêmes qui sont effectivement relativement moins présentes dans les pratiques corporellement les plus engagées (Penin, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rozenn Martinoia, « Les dissonances de l’alpinisme féminin dans le métier de guide de montagne », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 101-1 | 2013, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rga/1994 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rga.1994

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search