Navigation – Plan du site

Les singularités hydronymiques des torrents chamoniards, un révélateur de systèmes torrentiels atypiques

Johan Berthet

Texte intégral

Les singularités hydronymiques des torrents chamoniards, un révélateur de systèmes torrentiels atypiquesAfficher l’image
Crédits : Fond MNT Lombré (IRSTEA et RGD73-74).

Figure 1 : Le réseau hydrographique actuel autour des glaciers des Bossons et des Pèlerins

1L’hydronymie a soulevé des débats parfois passionnés chez les géographes. Dans le cadre de recherches sur les dynamiques des torrents proglaciaires de la vallée de Chamonix (Berthet, 2016), nous avons été confrontés à des singularités remarquables dans l’appellation des torrents. Plus qu’une anecdote, ces bizarreries hydronymiques soulignent, en fait, l’originalité des systèmes torrentiels proglaciaires et révèlent l’ampleur de leur évolution en lien direct avec le retrait glaciaire depuis la fin du Petit Age Glaciaire (PAG).

Des torrents schizophrènes

2La première curiosité rencontrée concerne les multiples noms donnés pour un seul torrent. Ce constat est particulièrement prégnant pour les cours d’eau émergeant des glaciers des Bossons et des Pèlerins (Figure 1). Ce dernier, situé sur l’épaulement glaciaire de la vallée de Chamonix au pied de l’Aiguille du Midi, possède deux principaux émissaires : au nord, le torrent du Dard et au sud, le torrent des Favrands, lui-même alimenté aussi par le petit glacier du Téléphérique, situé au pied de l’Aiguille du Midi. Ce torrent étant par conséquent plus long, son nom reste celui des Favrands après la confluence avec le torrent du Dard, bien que celui-ci possède un débit bien supérieur, car il draine l’essentiel du glacier des Pèlerins. Les deux cours d’eau confluent à l’apex de leur cône, le plus grand de la vallée, qui est aussi celui du torrent de la Creusaz. (Figure 1, ci-dessus)

3Cette configuration, complexe et implexe, rend l’histoire du torrent des Favrands délicate à appréhender du fait d’une hydronymie mouvante au fil des époques et des protagonistes. Ainsi, outre les noms des torrents du Dard et des Favrands, celui de torrent des Pèlerins est parfois utilisé afin de désigner le torrent à l’aval de la confluence du Dard et des Favrands. Il n’est également pas rare de trouver dans certaines archives le nom de Ravine Blanche. Celui-ci semble néanmoins parfois désigner le torrent de la Creusaz. La confusion avec la Creusaz est particulièrement remarquable chez Kuss (1900), et reprise plus tard par Rabot (1905), qui écrivait : « le ravin des Pèlerins, qui prend sa source dans le glacier des Bossons », désignant ici clairement le torrent de la Creusaz. Mougin (1925) appelle aussi le torrent de la Creusaz « torrent des Pèlerins ». La confusion règne également toujours sur le terrain : dans sa traversée à Chamonix, le panneau signalétique indique « Torrent des Favrands dit des Tissourds ». C’est une riveraine du torrent qui aurait demandé à la commune d’y rajouter le nom des Tissourds. Enfin, le paroxysme de cette ambigüité hydronymique se trouve dans les écrits de Sourbier (1939) : « Le torrent des Favrands-Tissourds, que l’on appelle aussi le torrent du Dard et des Pèlerins, grossi de la Ravine Blanche […]» Sans équivoque.

La longueur compte-t-elle ?

4Voisin du glacier des Pèlerins, le glacier des Bossons présente également une configuration enchevêtrée avec trois émissaires, soulignée entre autres par Veyret (1978). Le torrent éponyme est celui qui s’écoule depuis son front. De fait, il est perçu comme le torrent majeur provenant du glacier. Il est cependant celui dont le débit est le plus faible (Guillon et al., 2015). Hydrologiquement, à cause d’une circulation sous-glaciaire complexe, l’émissaire principal du glacier des Bossons est le torrent de la Creusaz. Il sort d’un lobe secondaire du glacier, actuellement aux alentours de 2250 m d’altitude. Plus bas, le torrent de la Creusette, appelé torrent des Praz par Mougin (1925), sort lui aussi d’une excroissance latérale du glacier, vers 1700 m, avant de confluer avec le torrent de la Creusaz, à l’aval du Tunnel du Mont Blanc.

5Toutes ces confusions trouvent plusieurs explications qui permettent de pointer les difficultés à appréhender les systèmes torrentiels proglaciaires et leurs dynamiques. Un torrent peut en effet prendre le nom du glacier qui l’alimente ou des quartiers qu’il traverse sur le cône. Après une confluence, le nom gardé par le cours d’eau ne relève pas d’une logique hydromorphologique ou hydrologique, mais d’un instantané hydrographique ; de la longueur du plus grand affluent, mesuré à une période où les glaciers étaient bien plus avancés. Ces constatations ne sont pas seulement locales et réservées à des affluents secondaires. Elles s’appliquent également à l’échelle de la vallée de Chamonix. Ainsi, l’Arve, lorsqu’elle rencontre son premier affluent majeur, le torrent du Bisme, émissaire du glacier du Tour, ne doit son nom qu’à sa longueur, son bassin étant plus de trois fois plus petit que celui de son affluent ! Il faudrait actuellement que le front du glacier du Tour recule d’un kilomètre pour que le torrent du Bisme (3,1 km) devienne plus grand que l’Arve (4,1 km de ses sources à la confluence avec le Bisme). L’Arve devra-t-elle alors changer de nom ?

Dans la vallée de Chamonix, il y a des torrents qui meurent

6Les torrents proglaciaires évoluent donc au gré des fluctuations glaciaires. Quand le front d’un glacier recule, le corolaire est l’allongement de son émissaire. Ainsi, l’Arveyron de la Mer de Glace a-t-il doublé sa longueur depuis le maximum du PAG. Quant à l’Arveyron d’Argentière, il n’existait pas en tant que tel au cours du PAG, car le glacier d’Argentière était quasiment au contact de l’Arve, qu’il alimentait par de multiples chenaux. Parfois, des affluents autrefois sous-glaciaires apparaissent au grand jour. Dans d’autres cas, les glaciers, en se rétractant, peuvent cesser d’alimenter en eau certains espaces. Plusieurs torrents ont ainsi totalement disparu. C’est le cas du torrent du Lavoussé (Figure 2), émissaire secondaire de la Mer de Glace, lorsque son front débordait au-delà de sa moraine latéro-frontale pendant le PAG. Lorsque le glacier s’est retiré du fond de vallée, il a cessé d’alimenter le torrent du Lavoussé qui a alors disparu dans la première moitié du 19ème. Le même processus s’est produit sur le torrent de la Corruaz, qui a cessé d’être alimenté par le glacier de Taconnaz dans les années 1920. Malgré l’absence de tout écoulement ou activité dans le paysage actuel, il est toujours représenté et nommé sur les cartes IGN. La disparition de ces torrents illustre l’affaiblissement des dynamiques hydromorphologiques en fond de vallée, induite par le retrait glaciaire, depuis la fin du PAG. Là où on a souvent pensé que le recul des glaciers risquait d’induire une recrudescence de l’activité torrentielle, plusieurs études démontrent donc l’inverse (Cossart, 2009 ; Lane et al., 2014 ; Berthet, 2016). La démonstration de la disparition de torrents participe à l’argumentation de ce nouveau paradigme, où le retrait glaciaire n’est plus synonyme systématiquement d’une intensification des dynamiques géomorphologiques, en l’illustrant avec des processus, jusque-là ignorés.

Figure 2 : Le torrent du Lavoussé sur une gravure non datée de J-A Link, recadré

Figure 2 : Le torrent du Lavoussé sur une gravure non datée de J-A Link, recadré

Source : Mer de Glace, Art et Science, 2012 Ed. Esope

Conclusions

7Bien au-delà d’une simple excentricité chamoniarde, l’évolution et l’ambiguïté de l’hydronymie est d’abord révélatrice de la difficulté d’aborder les systèmes torrentiels proglaciaires. Ceux-ci ne répondent pas aux logiques classiques de l’étude torrentielle. La présence d’un glacier bouleverse totalement les indicateurs hydrographiques habituellement utilisés et qui concordent avec des réalités hydromorphologiques. La principale explication de cet emmêlage vient de la dissonance qui existe entre la hiérarchisation des réseaux hydrographiques et glaciaires. L’ambiguïté de l’hydronymie torrentielle soulève alors des questionnements scientifiques plus vastes, à propos de la formation des vallées alpines et des processus d’érosion fluviale et glaciaire.

8Si ces confusions ne semblent actuellement pas perturber les gestionnaires des cours d’eau qui ont une très bonne connaissance empirique de leur territoire, elles mériteraient d’être clairement établies afin de prévenir d’éventuels quiproquos (entre, par exemple, divers intervenants qui, lors d’une gestion de croise, nommeraient les torrents à l’aide de noms différents).

Haut de page

Bibliographie

Berthet J., 2016.– L’évolution géomorphologique des systèmes torrentiels proglaciaires dans la vallée de Chamonix-Mont Blanc, Une approche du couplage sédimentaire de la fin du Petit Age Glaciaire au désenglacement récent, Thèse de doctorat, Université Grenoble Alpes, 302 p.

Cossart E., 2009.– « Landform connectivity and waves of negative feedbacks during the paraglacial period, a case study: the Tabuc subcatchment since the end of the Little Ice Age (massif des Écrins, France) », in Géomorphologie : relief, processus, environnement, pp. 249–260.

Gardent M., Rabatel A., Dedieu J.-P., Deline P., 2014.– « Multitemporal glacier inventory of the French Alps from the late 1960s to the late 2000s », in Global and Planetary Change 120, pp. 24–37.

Guillon H., Godon C., Buoncristiani J.-F., Mugnier J.-L., 2015.– « Hydro-sedimentary parameters measurements within the proglacial area of the Bossons glacier (Mont-Blanc massif, France) », in PANGAEA, 4 p.

Kuss M., 1900.– Les torrents Glaciaires. Restauration et Conservation des Terrain de Montagne, Paris. 88 p.

Lane S.N., Bakker M., Balin D., Lovis B., Regamey B., 2014.– « Climate and human forcing of Alpine river flow », in River Flow 2014, CRC Press, pp. 7–15

Mougin P., 1925.– « Études glaciologiques en Savoie », in Études Glaciologiques 5, 176 p.

Rabot C., 1905.– « Les débâcles glaciaires », in Bulletin de Géographie Historique et Descriptive, pp. 413–465.

Sourbier J.M., 1939.– « Les calamités publiques en Savoie au cours de l’année 1938 », in Revue de géographie alpine 27, pp. 647–669.

Veyret P., 1978.– « Les glaciers du Massif du Mont-Blanc (versant nord) de 1974 à 1977 », in Revue de géographie alpine 66, pp. 105–113.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Le torrent du Lavoussé sur une gravure non datée de J-A Link, recadré
Crédits Source : Mer de Glace, Art et Science, 2012 Ed. Esope
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/3999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Berthet, « Les singularités hydronymiques des torrents chamoniards, un révélateur de systèmes torrentiels atypiques », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rga/3999

Haut de page

Auteur

Johan Berthet

Edytem (Univ. Grenoble Alpes, Univ. Savoie Mont Blanc, CNRS, EDYTEM, Chambéry, France )
johanberthet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités